Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1165)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Vestiges.
par Jaleniel Mer 18 Juil - 5:35

» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50


Partagez | 
 

 Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.

Aller en bas 
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.   Dim 30 Oct - 21:16

La politique à Hovo

Plus jeune, je m’intéressait encore plus à l'Histoire qu'aujourd'hui, où je suis malgré moi de plus en plus ancré dans la politique. Bien sur, les deux sont liés, et c'est de là que j'en suis venu à me poser une question, à partir d'une observation. Hovo est toujours restée neutre, stable, paisible et prospère. Tout cela sans gouvernement, sans capitale. Comment-cela est-il possible? Cela m'a tourmenté pendant des jours et des nuits, et j'ai décidé d'aller voir de quoi il en répondait au coeur même de la nation concernée. J'ai ainsi vécu plusieurs mois à Hovo, en faisant le tour du pays, et voici ce que j'ai pu en apprendre.

Les directives sont généralement prises par des communauté de communes, formées par n'importe qui se sentant concerné par le problème à soulever. Celui-ci est discuté entre chefs de familles puis est annoncé partout dans les villages concernés. Les citoyens se réunissent alors dans des grandes ou à l'extérieur, devant un grand buffet. La nourriture a une place essentielle là bas. Un chef de tablée est élu à chaque réunion. Chacun peut proposer ses idées, et tout se fait dans le respect de l'autre. J'ai été étonné de voir que tous s'écoutaient. Même sans organisation, ils sont bien mieux éduqués que nous autre dans l'Oran ou à Luuwr.

Lors des réunions entre les régions, ce sont tous les chefs de tablée des trois derniers mois qui sont conviés. Cela se fait toujours à un endroit différent, dans des petits villages n'importe où sur le territoire. La principe est alors le même. Tout fonctionne par main levée, et les décisions sont rarement contestées. Quelqu'un a déjà tenté de faire passer l'une de ses mesures par la force, un vieux paysan, chef d'une grande famille. Il était seul contre tous, et n'a rien pu faire. Aucune loi n'est édictée, et pourtant tous réagissent de la même façon. C'est impressionant de voir à quel point nous nous trompons en disant que les règles doivent être écrites.

La place de la famille est primordiale, et forme le premier socle d'autorité. Il y a toujours un chef de famille, bien souvent formé par un couple, celui de la génération intermédiaire: on juge les anciens pas assez concernés, et les jeunes pas assez formé. Tous les enfants doivent travailler et se spécialiser dans un domaine, souvent celui transmis par ses prédécesseurs. Les fainéants sont très mal vus, et sont bien souvent pointés du doigt. Néanmoins, personne n'est dur à Hovo. Ils le sont juste assez pour éduquer, sans jamais blesser ou vexer.

Une chose m'a étonné: l'absence de force de réprimande. Aucune institution armée n'a été établie...et pourtant l'ordre règne. Cela est tout simplement stupéfiant: l'idée de nuire à son prochain est impensable à Hovo. C'est également pour cela qu'il n'y a pas de monnaie. Tout s'échange, et tout le monde peut profiter des mêmes choses. Une autre caractéristique importante est le

[...]


Le reste est illisible.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.   Lun 31 Oct - 20:01

Document daté du 17 Octobre 1989
Les Ombres

Nous n'avons réussi à avoir pour le moment que très peu d'informations sur cette troupe d'élite de Nailika, mais il nous a semblé primordial de partager celles-ci avec l'Oran.

Les Ombres, comme ils sont appelés dans leur pays, constituent l'arme la plus puissante de notre ennemi. Selon nos informateurs, ils seraient en formation depuis désormais près de vingt ans, et ne serraient pas plus d'une centaine. Enlevés à leur famille dès leur plus jeune âge, ces hommes et femmes auraient tous des pouvoirs, et auraient été formés à s'en servir. Ils seraient tous apte à se déplacer furtivement, à tuer discrètement, et à faire face à plusieurs ennemis à la fois.

Leurs méthodes nous sont encore méconnues. Du peu que nous en savons, ils agiraient par groupe de quatre, dirigés par un chef d'équipe. Il y aurait des réunions entre ces dits chefs, et ils répondraient à trois supérieurs, ceux qui les forment dans notre dos depuis tout ce temps. L'un d'entre eux ne serraient pas méconnu: il s'agirait en effet d'Henrik Engels, l'un des grands généraux de la grande guerre. Cet homme était quelqu'un de dangereux, que nous présumions mort. Nous nous serions donc trompés, et cela ajoute un problème de taille, car Engels était un homme sanguinaire, fou et dangereux. Le second des dirigeants des Ombres est, à coup sur, Kurk Turner, un homme bien plus sage et stratégique que son homologue chef de guerre. Il doit très probablement être la tête pensante de leur petite organisation. L'identité du troisième chef nous est inconnu.

La formation des ombres se déroulerait de la sorte: les citoyens naissant avec un pouvoir développés seraient enlevés à leur famille dès que ce pouvoir se manifesterait. S'en suivrait un rythme de vie draconien, partagé entre des entraînements réguliers, des sentences physiques et morales pour les déviants, et un asservissement quasi-total. Ils agissent tels des pantins, ne semblent avoir absolument aucun sentiment humain, tuant et déportant sans aucun état d'âme. Mais peut-on les blâmer pour cela, eux qui sont au final également des victimes? Ce sont des martyres qui nous font face...

Nous vous préviendrons si nous avons plus d'informations.


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.   Dim 11 Déc - 17:43

L’île de Koïden

Voilà un endroit qui est le lieu de tous les désirs, et des rêves les plus fou. Soyons bien clair: le sol de cette terre est aussi riche que celui de Valato tout entier. Depuis des décennies, des colons s'y sont installés, et prospèrent de façon exponentielle, en ne faisant que baisser la tête et chercher, sur cette petite île au Sud d'Abrial. Cette richesse provient principalement de quatre éléments, que voici:

La pierre d'Aon: Lorsque l'on marche sur l'île de Koïden, nos pied prennent bien souvent appui sur cette roche, qui constitue la plus grande partie du sol. Ce minéraux est incroyablement peu résistant, friable, ne résiste pas à l'eau, et s’évapore si on tente d'en faire des lingots. Alors, quelle utilité? C'est un fils de forgeron, nommé Aon, qui découvrit par hasard que sa poudre était remarquable. En récoltant cette poussière grisâtre en en y associant un acier classique sous forme liquide, l'on obtient des plaques d'une résistance incomparable et d'une souplesse incroyable. Il n’empêche que cette poussière reste rare et chère: il est donc inconcevable d'équiper une armée avec,mais elle sera sans doute accordée à quelque troupe d'élite.

Les bœufs frisés: Oui, frisés. Peu d'entre vous doivent connaître l'apparence de ces bestiaux imposants, mais beaucoup ont en revanche déjà entendu parler de la saveur de leur chair. Nutritive et surtout goutteuse, elle représente depuis sa découverte l'excellence même. Le problème vient du fait que ces bêtes-là se reproduisent très lentement, et que toute tentative d'élevage est presque vouée à l'échec. Ils se font donc rares, et en deviennent de ce fait chers, très chers, mais continuent de représenter à eux seuls tout un commerce.

Les pierres précieuses: Ah! Voilà le sujet de bien des convoitises. C'est bien simple, pour qui sait chercher, Koïden est le paradis. Rubis, diamants, saphirs, il ne manque d'absolument rien. Nombreux sont les riches propriétaires à avoir installé leurs petites colonies sur l'île et la fouillant de fond en comble pour en extraire le moindre minerai, qui n'a au final plus rien de rare.

Les émeraudes: Ce cas-ci est plus que particulier. De toutes les denrées de Valato, les émeraudes de l’île de Koïden sont les plus recherchées par les alchimistes et les savants. La raison en est bien simple: plus que de simples pierres précieuses, elles sont des sources et des catalyseurs d'énergie surpuissantes. Les recherches faites à travers ces petites gemmes représentent le progrès, ni plus ni moins, et cela est déjà visible à travers les torches éternelles présentes dans les plus riches foyers: le socle, de verre, accompagné d'une simple poussière d’émeraude, brille pour toujours. Nul doute que bientôt, d'autres applications seront trouvées.

Irwan Knell, historien du roi Kunz Pendragon

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.   Sam 14 Jan - 20:03

La langue mère


Parfois appelée à tort "vieil hovoïte", la langue mère est celle ayant inspiré tous les patois, puis la langue continentale aujourd'hui parlée partout à travers Valato. Nul ne sait vraiment comment elle fut crée, ni pourquoi elle a disparu, mais une chose est sure, presque personne ne l'utilise à Luuwr, en Oran, ou à Nailika. Malgré cela, elle reste parfois employée à Hovo, plus comme un jargon que comme une véritable langue. En l'étudiant du mieux que possible, nous pouvons dégager quelques règles, et nous rendons alors compte de la simplification à l'extrême de l'expression à travers la langue mère. Cette langue est principalement orale. Les écrits en langue-mère sont rares, voire inexistant, du fait qu'à l'époque où elle était utilisée, seuls les scribes maîtrisaient les arts des lettres. Pourtant, même à travers le parlé, l'importance des h et des trémas est perceptible. Ainsi, nous nous retrouvons avec des sonorités uniques, presque envoûtantes, car l'accent est fort sur ces deux éléments. Voici, pour poursuivre, quelques retranscriptions plus ou moins exactes de la langue-mère.

Les verbes sont pour la plupart utilisés sous leur forme indicative pour le singulier et prennent un l au pluriel.
Le verbe d'état est "nüs", donnant au pluriel "nüsl".
Le verbe de possession est "ehuh", donnant au pluriel "ehuhl".
Ils sont les deux seuls verbes récurant.
Le "a" forme l'élément de négation.

Pour composer le reste de la phrase, des noms désignant des groupes d'actions sont utilisés. Les pluriels sont en d.
Le mot se rapportant au conflit est "do", donnant au pluriel "dod".
Le mot se rapportant à l'amour est "de", donnant au pluriel "ded".
Le mot se rapportant au bonheur est "da", donnant au pluriel "dad".
Le mot se rapportant à la tristesse est "du", donnant au pluriel "dud".
Le mot se rapportant à la mort est "di", donnant au pluriel "did".

D'autres mots encore composent l'essence même des phrases.
"Ih" désigne la quantité. Ainsi, "Ih" seul désignera un objet unique; "ihi" en désignera plusieurs; et "ihid" une très grande quantité.
"Ah" désigne l'appartenance à soi.
"Aha" désigne l'appartenance à autrui.
"Aho" désigne l'appartenance à soi et à d'autres.
"Ahu" désigne l'appartenance à d'autres.

Enfin, certains termes sont plus précis:
"Ohi" désigne les créatures fantastiques.
"Hir" désigne la souveraineté, l'autorité, la supériorité.
"Gwai" est en rapport avec les cieux.
"Düïr" est en rapport avec la bravoure, le courage.
"Offt" désigne le jour, le soleil, la lumière.
"Osst" désigne la nuit, l'ombre, l'obscurité.
"Nig" désigne les enfants.
"Bel" désigne le mal, la méchanceté.
"Ghe" désigne la beauté.
"Aür" désigne la mer.
"Daoz" désigne la peur.
"Wur" désigne la chaleur.
"Fol" désigne le froid.
"Ow" désigne le courage, l'espièglerie.
"Naha" désigne la nature.
"Ath" désigne l'éloquence.
"Is" désigne la force, la puissance.
"Va" est employé pour le respect, les salutations, mais également pour le cynisme quand suivi d'une vulgarité...

...hors celles-ci ne manquent pas! Si la langue-mère a été poussée, c'est bel et bien au niveau des diverses insultes.
"Hülye", sans doute la plus répandue, est la marque du dédain.
"Hüni" est la marque de l'agressivité.
"Jibando" a pour but de rabaisser son interlocuteur.
"Diozpa" désigne péjorativement la famille.

_________________
Time to tip the scales!


Dernière édition par L.Hubs le Sam 11 Fév - 19:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.   Sam 14 Jan - 22:30

La religion à Valato


De tout temps, la religion a eu une place importante sur notre continent. Les cultes voués à diverses entités ou idoles ont été multiples; toutefois deux plus particulièrement on croît. Je parle bien évidemment du culte de Reingleff et de Danna. Avant tout, il faut savoir que quelles que soient les versions que vous avez pu entendre, ces deux sommités sont décrites comme étant les créateurs de notre monde et des êtres qu'il habite. Bien qu’asexuées, Reingleff se rapprocherait d'un homme, et Danna d'une femme.

Reingleff est adulé partout sur Valato, mais plus particulièrement par les nailikans. Dans la version la plus courante de l'esmose, livre saint des reinesciens, il est présenté comme une forte tête, très arrogant, mais également bien plus puissant que Danna. Elle l'aurait effectivement aidé à bâtir le monde, mais ne voulait créer l'espèce humaine, par peur qu'elle ne devienne malveillante. Les premiers hommes, alors déjà apparus, étaient menacés d'être abattus par la crainte de Danna, mais Reingleff ne se laissa pas faire. Avec l'aide des dragons-chiroptères, il vainquit son alliée, et libéra l'espèce humaine. Par la confiance qu'il leur accorda, ceux le vénérant et respectant les lois reinesciennes verront leurs esprits enfermés dans une boucle onirique leur donnant l'impression de vivre des centaines de vies, incessamment, sans jamais se souvenir de rien. Telle est la forme de vie éternelle qu'offre Reingleff. Son culte n'implique que très peu de restriction, si ce n'est de faire régner la justice et d'adresser une prière tous les jours en son honneur. Dans l'esmose, l'égalité parfaite et la paix sont rabaissées au rang d'idéaux intangibles. Les conflits font partie de l'ordre naturel des choses, et ce sont eux qui permettent de connaître la valeur de l'harmonie. Reingleff est vénéré au cours de grandes cérémonies dans des temples de pierre, souvent souterrains. Ses quelques représentations le présentent comme un vieil homme au visage fermé, entouré de deux dragons chiroptères.

Le culte de Danna, pour sa part, est bien plus localisée. Ainsi, on ne la vénère réellement que dans certaines régions de Luuwr. Le livre saint des dannasiens prône la non-violence absolue, l'amour de son prochain, le pardon. Nommé esomse, il fut critiqué par bien des hommes, jugé comme étant d'une naïveté débordante. Danna, seule, bâtit le monde pour en faire le lieu idéal, promettant un bonheur éternel à ceux vivant de la paix, parvenant à atteindre l'équilibre. Dans certains cas poussés, des fidèles n'hésitent pas à s'isoler durant des années pour trouver cet ordre intérieur. Au sein de l'esmose, Reingleff n'est que très peu présent, voir inexistant selon les versions. Il s'agirait simplement d'une divinité mineure, roi des dragons, ayant voulu s'opposer à la toute puissante déesse. Le conflit entre les deux entités est donc présente dans les deux grands ouvrages religieux, mais l'issue est changeante. Selon les dannasiens, les bêtes de Reingleff se seraient retournées contre leur maître en percevant la bonté de Danna. Les cérémonies religieuses ont lieu dans divers endroits, bien souvent de forme pyramidale.

Il existe bien des variantes de ces deux extrêmes-ci. La plus répandue, et sans doute la religion la plus pratiquée à Valato, est celle considérant qu'il n'y a jamais eu de conflit entre les dieux. Ils auraient tous deux bâtis le monde ensemble, mais n'auraient laissé aucun code de vie, laissant les hommes décider d'eux mêmes comment ils désiraient agir. Il n'y aurait alors aucune notion de bien ou de mal, d'harmonie ou de chaos, de vie et de mort. Aucun culte n'est dicté, aucun livre n'est écrit, mais bien des fervents ont pour habitude de porter un collier en forme de pentagone ou d'hexagone.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.   Ven 20 Jan - 17:33

"la langue mère" a été étoffée.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.   Ven 20 Jan - 19:14

Fin du voyage.


Voici enfin l'heure, quelques jours avant de repartir vers l'Oran, de rédiger le compte rendu de notre mission, car il s'agit avant tout d'un voyage d'ordre militaire.

Nous pouvons dire qu'à ce niveau-ci, les objectifs ont été mitigés. La première étape, consistant à ne pas se faire remarquer sur le territoire hovoïte, constitua un échec lamentable. Cela débuta dès notre arrivée, où nous nous fîmes dérober notre carte par un certain Geralt, une vieille connaissance. Heureusement, nous pûmes trouver un accord, et continuèrent ensemble, jusqu'à Wuhm, où une embuscade nous fut tendue par les Ombres. Malgré leur supériorité apparente, nous pûmes les mettre en fuite, avant de partir à travers les Monts Pourpres. Le petit village brûla totalement, laissant dans ses cendres des dizaines de victimes innocentes. Ainsi, par notre incompétence, la neutralité d'Hovo fut sauvagement violée. Par la suite, un membre de notre équipe perdit la vie, puis notre groupe fut séparé. Nous aurions facilement pu échouer, pourtant nous persistâmes. Nos efforts payèrent. Voici le bilan concret: mise à sec de plusieurs réserves de l'armée nailikane, prise en possession de Nigfol, et démantèlement des Ombres.

Culturellement parlant, car l'intérêt n'était pas moindre non plus, je suis toujours partagé. Nigfol et Belwur, bien que possédant des savoirs incommensurables, ne font rien pour les partager, évitent même le sujet, comme s'ils en étaient gênés. N'ayant pas envie de perdre plus de temps, je stopperais de les interroger, car cela le mène à rien. En revanche, nous avons pu découvrir d'autres aptitudes, parmi les gardiens accompagnant Erlyn aux six titres. Ainsi, j'ai vu un homme maîtriser le sang d'un dragon, un autre communiquer avec les bêtes voire se comporter en tant que tel, et une femme utiliser la lumière pour se déplacer. Ces trois dons, que je nommerais provisoirement sanguinaire, parleur et éclaireur, impliquent une possibilité pour le moins jouissive: il pourrait exister d'autres artéfacts!

Irwan Knell

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les archives de la bibliothèque royale de l'Oran.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis de marché - Argenteuil (95) - Restauration, microfilmage et/ou numérisation de documents d'archives et d'ouvrages de la bibliothèque historique - 4 lots
» Nouvelle bibliothèque populaire / Albert Méricant
» Bibliothèque philatélique
» Bibliothèque d'images
» Mystère de la Bibliothèque Verte / Bibliothèque de la Jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: Tout ce qu'il y a à savoir!-
Sauter vers: