Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1164)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50

» Les inspirations musicales de L.Hubs - Rp One Piece
par L.Hubs Mar 27 Sep - 12:53


Partagez | 
 

 Puis le jour se leva ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Puis le jour se leva ...   Jeu 7 Mai - 15:44

Je n'étais resté que peu de temps après le départ des cardithiens. Juste assez pour l'observer un court instant. Un simple échange de sourire plus tard, je me retrouvais sur le toit de ma loge.

[ https://www.youtube.com/watch?v=qOMQxVtbkik ]

Je me sentait d'humeur joueur et poétique à la fois, puisque d'heureux et nostalgiques souvenirs traversaient mon esprit. Les quelques couche-tard pourraient donc profiter d'un petit spectacle, pour peu qu'ils regardent par la fenêtre. Je me permit alors de modifier ce ciel étoilé, par quelques aurores boréales, dont les couleurs changeantes passait du vert au bleu, et finissaient au rouge avant de répéter leur cycle. Je rajoutais quelques lents passages d'étoiles filantes, afin que chacun puisse les observer sans empressement. Inspiré par Layla, je sautais alors sur les gradins. Dès que mes pieds, toujours nus, foulèrent ceux-ci, ils furent recouverts de fleurs et d'herbe verte. Pour le confort du plus grand nombre je rajoutais un simple coussin blanc à chaque place assise, accompagné d'un léger enchantement afin qu'il s'adapte aux préférences chacun, du plus tendre au plus rembourré, selon leur bon vouloir. Là où se trouvait normalement l'arène, j'installait un beau jardin emprunt d'un style japonais, avec un pont rouge en bois, un cerisier sakura, un lac avec quelques carpes koï rouges, jaunes, noires, blanches, tachetées ou non. Au fond ce celui-ci je positionnait trois chaises de jardin sous un saule pleureur. Le lac me semblant légèrement stricte, avec seulement quelques poissons, je le ponctuais de quelques bambous et nénuphars. Pour rajouter un peu de civilité, j'appliquais sur les chemins quelques pavés assez séparés pour laisser des brins d'herbe surgir. Assez satisfait de mon travail, et emprunt d'un léger zèle, je fit subir au sol des couloirs menant aux loges le même sort. Bien que les loges restent inchangées, il suffirait d'en sortir pour apprécier la touche esthétique. Je disposait de nouveau quelques guirlandes de fleurs là où je le pouvait. L'idée me vint, après avoir placé de l'herbe partout sur le sol du multivers, d'interdire les chaussures. Oui. L'idée peut paraître stupide, mais elle m'amusait beaucoup. Je tâchait alors de faire disparaître les paires de chaussure des spectateurs autant que des candidats. Finalement, je décidait de les stocker dans une salle cachée et perdue des couloirs de l'arène. Enfin, pour faire passer le message, j'appliquait sur les murs quelques petits panneau signalétiques où une chaussure était barrée d'un trait rouge et entouré d'un cercle de même couleur. Pas assez pour gâcher la présence de végétation, mais suffisamment pour que chacun soit au courant. Je m'imaginait déjà la tête que tous feraient, ainsi dépourvus de moyens de couvrir leur pieds.

Une fois dans ma loge, je changeait celle-ci comme j'avais changé l'arène. Me vient alors à l'idée que tout cela pourrait agacer Nathan, passablement irrité de son dernier échec. Me vient alors à l'idée que tout cela pourrait l'agacer encore plus lorsqu'il se rendrait compte qu'il ne pourrait changer que le terrain où combattraient les finalistes ! Je ricanais alors seul, sournois, et fier de mon vandalisme doux.

Puis le jour se leva.

Raphaël se leva assez tôt, un café dans la main, il observa bouche bée les changements qu'il n'avait pas pu admirer plus tôt, endormi. Christian et Milena ne perdirent pas de temps pour en rire, puis danser à deux dans les couloirs, simplement heureux. Oloren était sortie un court instant observer le joyeux bordel que j'avais installé avant d'aller réveiller Alix pour le lui montrer. June ressentait de son côté un parfait ennui, guère intéressé par les fleurs ou l'herbe verte. Le gaillard au chapeau rajusta celui-ci en commentant mon dernier acte joyeux : sur ma loge résidait à présent un panneau sur lequel était mot pour mot marqué ceci :

Hir Jal' le meilleur
#FOLABAIZAY

Il en rit, au final, après m'avoir passablement traité de con. Ce panneau était en vérité présent pour éviter que Layla ne soit incriminée, mais aussi pour afficher un abominable orgueil accompagné d'un très mauvais humour gras. Comme il s'agissait du dernier jour, je me devais de fêter ça convenablement ! J'aurais pu me contenter de mon affrontement à venir contre Lilia, mais c'était là une expérience que nous serions les seuls à partager, alors que l'aspect actuel de l'arène était un présent offert à tous.
Le jour s'était levé, et la finale était enfin sur le point de débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Jeu 7 Mai - 21:04

Charlène s'était réveillée en sursaut en plein milieu de la nuit. Un coup d'œil à sa montre digitale lui apprit qu'il était à peine deux heures, pourtant elle se sentait parfaitement reposée. Après s'être endormie en plein milieu de la soirée, cela faisait sens. Elle se trouvait d'ailleurs encore sur le canapé du salon, une couverture sur les épaules. Raphaël ou Valentin s'étaient sans doute occupés de l'en couvrir. Ce fut avec surprise qu'elle remarqua que ses chaussures n'étaient pas aux pieds de cette couchette improvisée. Elle eut beau les chercher partout dans la salle, il lui fut impossible de les trouver. La blague l'agaçait. Vieille paire de baskets par endroit trouées ou non, elles demeuraient siennes, or l'adolescente n'aimait pas que l'on touche à ses affaires. Il arrivait qu'on lui reproche son égoïsme, et elle ne rétorquait jamais. Oui, elle pensait avant tout à sa petite personne ; mais les autres le savaient pertinemment et n'avaient qu'à s'adapter en conséquence. Désignée coupable, Miranda s'attirait déjà ses foudres lorsqu'elle entendit, dans les couloirs, des conversations. Intriguée par ces promeneurs nocturnes au demeurant nombreux, elle sortir de la loge de Cardith pour découvrir l'apparence fraîchement modifiée des allées de l'arène. Le dallage était plus fin, plus régulier, tandis que l'herbe poussait abondamment à des endroits improbables. Gênée de devoir sortir pieds nus, Charlène fouilla quelques instants de plus dans les salles vides de monde, mais ne put trouver la moindre tong à enfiler. Tant pis, la curiosité l'emportait. Son caméscope attaché à la ceinture par un cordon, son carnet à dessin sous le bras, son sac à moitié ouvert retenu d'une seule bretelle, elle suivit le mouvement des spectateurs qui affluaient vers le cœur de l'arène. Et elle se stoppa net en apercevant le ciel. L'artiste qu'elle était s'avérait nécessairement sensible à la beauté du spectacle qui se déroulait là-haut, si bien qu'il lui fallut quelques instants avant de se décider à filmer l'événement. Le jardin – car il ne pouvait désormais s'agir que d'un jardin – avait des allures orientales qui auraient sans doute enchantées Miranda. Charlène n'alla donc pas la prévenir, se vengeant ainsi minutieusement du kidnapping odieux de ses fripes. Puis elle remarqua qu'elle n'était pas la seule victime de cette privation. L'herbe passait entre les orteils de tous les spectateurs ici présents. Miranda n'y était donc pour rien ? Flûte. Elle qui pensait tenir une raison valable de lui en vouloir. Des excuses seraient de mises. Quoique. Elle ne l'avait encore pas accusée publiquement. Pas d'excuses en ce cas, voilà qui l'arrangeait. Par mesure de précaution, l'adolescente vérifia le contenu de sa caméra. Tous les combats avaient bien été enregistrés. Elle pourrait les consulter de nouveau une fois à la maison, et ne s'en priverait pas tant ils avaient été impressionnants, voire faisaient pâlir les films d'action aux plus gros budgets.

-Hey !

Charlène sursauta. Concentrée sur ce qu'elle faisait, elle n'avait pas entendu l'homme arriver. Elle le dévisagea mais fut impossible de mettre un nom dessus. À vu d'œil, il avait une trentaine d'années mais conservait un charme juvénile. Fin, plutôt petit, il portait des vêtements typiquement valatiens et avait de longs cheveux blonds, tandis qu'une barbe fine venait orner sa mâchoire. Lui aussi l'observa un instant, puis leva ses yeux gris vers l'étrange voûte céleste. Il n'y avait pas de terre gelée à Valato. Les monts du Nord étaient certes froids en hiver, mais cette nature n'était pas hostile au point d'empêcher la vie de s'y développer. En somme, les aurores boréales n'étaient observables nulle part sur le continent. Pour lui, ce spectacle était tout à fait inédit.

-On dirait que les guides avaient décidé de garder le meilleur pour la fin, commenta-t-il. Et ces jardins me font penser à Rednow ! Excusez-moi, je m'en voudrais de faire erreur : vous êtes bien Charlène Pynt, n'est-ce pas ?

L'adolescente acquiesça avant de fixer le valatien, qui ne poursuivait pas. Elle dut se racler la gorge pour le rappeler à l'ordre.

-Oh, oui, mes excuses ! Snori Pendragon. De par chez moi, je n'ai jamais eu besoin de me présenter. Laissez moi vous dire que vous êtes ravissante, mademoiselle Pynt ! Votre coiffure témoigne soit d'une mode cardithienne insolite soit de sa juxtaposition récente à un oreiller, mais votre charme n'en est nullement affecté, n'ayez crainte.

Peu crédule, la mutante porta sa main jusqu'au côté gauche de son crâne pour vérifier les dires de Snori, qui lui fit comprendre d'un geste que le côté opposé était concerné. Les courbes rebelles de sa masse capillaire confirmèrent les dires du monarque. Charlène se détendit. Elle avait de prime abord cru à un noble charmeur, mais il se moquait d'elle, ce qu'elle préférait amplement. On se moquait d'elle depuis qu'elle était toute petite. Ça ne l'affectait plus depuis bien longtemps, et avait même tendance à lui faire plaisir lorsque les plaisanteries étaient bienveillantes, ce qui était sans l'ombre d'un doute le cas. L'expression faciale de Snori n'était pas sans lui rappeler celle de son ami Valentin. Tout deux brillaient d'une générosité sans borne, pourtant l'oranien avait quelque chose de plus. Un pragmatisme qu'il avait acquis avec ses fonctions et qui le rendait apte à prendre des décisions lourdes mais justes. Charlène se souvenait maintenant l'avoir vu lorsque leur créateur commun avait menacé de détruire le multivers. Il devait être important. Pas assez pour avoir participé à ce tournoi pourtant. Les autres en avaient été : Lilia, Esmezia, Vallen, Darius. Mais lui n'était pas un combattant. Juste un type gentil. L'adolescente se sentit à son aise en sa présence. Il ne portait pas sur elle ce regard étonné qui lui était habituellement destiné, et la regardait par ailleurs assez peu.

-Vous me vouliez quelque chose ? demanda-t-elle.

-Eh bien, en vérité, non. Je vous ai reconnue, et votre proximité avec Darius Maffert a attisé la curiosité de bien des...

-Nous ne sommes plus ensemble.

À dire vrai, ils ne l'avaient jamais été, mais cette explication concise semblait la plus à même de satisfaire Snori sans entrer dans le détail d'une histoire sur laquelle elle n'avait envie de s'éterniser.

-Je suis navré de l'apprendre mademoiselle Pynt, mais croyez bien que mon intention n'était aucunement de vous importuner à ce sujet. Votre compagnie me semblait simplement digne d'intérêt. Puis-je vous demander, en revanche, les raisons de votre abandon ? Nous étions tous enjoués de vous revoir dans l'arène !

Charlène sourit. Cet homme lui plaisait bien. Malgré ses manières étranges, il n'y allait pas par quatre chemins. Elle se tourna vers lui pour lui répondre lorsqu'elle aperçut l'insigne de griffon sur sa broche. Enfin, elle se souvint ! Lilia lui avait parlé de lui. Snori Pendragon. Comment avait-elle pu ne pas faire le lien ? Une fois le déclic passé, sa mémoire phénoménale fit le reste en lui apportant les détails. C'était le roi de l'Oran, l'un des quatre états de Valato. Un roi désisté certes, mais qui demeurait le meneur de cœur de son peuple. On disait de lui qu'il était un épéiste renommé, et il avait par ailleurs formé la première participante. Parfait. Elle savait quoi rétorquer. Fait rare, elle parvint à faire preuve d'un semblant d'assurance en s'exprimant.

-Si on vous avait demandé de vous batte, là, contre Esmezia Fambriel ?

-J'aurais été bien fou d'accepter ! Je suis loin d'être de taille.

-Hum, c'est pas ce que je voulais dire...si vous étiez candidat et que vous vous retrouviez contre elle dans le tournoi ?

Snori approuva. Elle marquait un point. Que ce soit à cause de l'écart de force conséquent ou simplement pour éviter de blesser une amie qui lui était chère, il se serait abstenu. Le monarque sourit à l'adolescente et l'invita à s'asseoir. Ces coussins étaient apparus là par miracle, il aurait été idiot de ne pas en profiter. Ils demeurèrent ici longtemps. Snori parlait beaucoup tandis que Charlène se contentait d'acquiescer et n'intervenait que rarement, mais il ne s'en formalisait pas et elle l'écoutait avec passion. Il en vint vite à la conclusion qu'elle aurait pu se glisser à la cour sans faire tâche. Une fille discrète mais insolite aurait pu se faire suffisamment discrète tout en sachant se faire apprécier. Les nobles adoraient les gens étranges. En plein milieu d'un récit sur une réunion avec le Nord ayant dégénéré suite à quiproquo ridicule, ils furent rejoints par Élise, éveillée par l'agitation, qui s'immisça sans difficulté, accompagnée comme toujours de sa sombrité de poche.

Solunthes les observait de loin. Le roi de l'Oran avait beau croire en sa fidélité, il préférait ne pas faire de vagues pour l'heure, et malgré la haute silhouette de Nakaën, personne ne semblait le remarquer. L'artefact réfléchissait. Reingleff était venu s'entretenir avec lui, plus tôt dans la journée, et lui avait exposé partiellement le plan de Valentin Aënis. Désireux d'en savoir plus, le maître des illusions s'était immiscé dans l'esprit de son créateur pour obtenir toutes les informations dont il avait besoin. L'idée lui plaisait, mais l'empêchait malheureusement de mettre à exécution sa machination première qui, jusqu'à lors, fonctionnait à merveille. Il avait réussi un tour de force sans pareil : se débarrasser à la fois d'Ohihir et Athis, les plus éminents artefacts, tout en s'attirant les grâces des rois de Valato. Et voilà qu'en outre les velniens arrivaient juste à temps pour le débarrasser de Nigfol et Edwig. Il n'aurait plus eu qu'à livrer aux envahisseurs Offtaür, et il aurait alors été le dernier des puissants artefacts encore en lice. Belwur se serait opposé à lui à un moment ou un autre, mais quelle importance ? Cet effronté manquait de lucidité. Les velniens auraient voulu le tuer, et il se serait alors contenté de se cacher éternellement en déployant sur eux mille épidémies. Enfin, en fusionnant définitivement avec Nakaën grâce aux machines d'Athis, il serait devenu l'être le plus puissant de ce monde dénué d'artefacts. En faisant face à Valentin Aënis, il pouvait encore accomplir tout cela. Pourtant l'alternative lui semblait plus séduisante. Plus de variables inconnues, plus de nouveauté, tant de nouvelles choses à découvrir et à utiliser. Quel maître du monde aurait-il été s'il avait refusé un défi plus grand encore ? Tant pis pour les valatiens. Reingleff apparut à ses côtés au moment même où sa décision fut prise.

-Heureux que tu te sois rangé de notre côté, commenta-t-il.

Le maître des illusions ne broncha pas malgré son effarement. Comment avait-il pu lire dans ses pensées ? À ce stade, autant jouer franc jeu.

-J'avais installé un parasite en vous. Vous n'auriez pas du anticiper cette décision.

-Insolent. Je t'ai créé. Tes manipulations sordides sont vaines à mon égard, tout comme tes projets de trahison. J'aurais toujours un coup d'avance sur toi, Solunthes. N'essaie pas de me porter atteinte une fois encore.

Puis l'aori disparut, laissant Solunthes amer. Très bien. On l'avait battu. Et il était désormais trop tard pour retourner sa veste. Tout semblait indiquer qu'il allait devoir rester dans le rang pour quelques centaines d'années. Il était déçu, mais loin d'être dépité. Attendre le moment opportun était la règle de base de la manipulation, or son immortalité l'autorisait à être particulièrement patient.

☼☼☼


Alix s'éveilla quelques heures plus tard, ou plutôt fut éveillée sans ménagement par sa petite amie, visiblement impatiente de lui faire découvrir...de lui faire découvrir quoi ? Dans sa torpeur, elle n'avait pas compris un traître mot. Résignée, la jeune femme se leva, prit un bon quart d'heure pour s'habiller, puis alla rejoindre Oloren qui devait déjà en avoir assez de l'attendre. Ainsi allaient pourtant les choses : lorsqu'on ne naissait pas munie d'une silhouette de rêve, il fallait faire l'effort de se mettre en valeur si l'on voulait plaire. Elle fut prise d'un frisson en observant la fameuse silhouette à laquelle elle pensait, et constata une fois de plus à quel point elle était chanceuse. Chaque centimètre de chair de cette fille lui appartenait. Avant qu'elle ne puisse l'emmener vers la sortie, Alix agrippa Oloren et l'embrassa en lui prenant la main. Lorsqu'elle eut fini, elle l'embrassa de nouveau, puis lança un regard désemparé vers la porte fermée de la chambre dont elle venait de sortir. Elle y serait bien retournée, accompagnée la cadette Ehlkaÿd dont elle se servait sans retenue pour assouvir avec passion tous ses fantasmes – et lui rendait la pareille – mais le temps dont elles disposaient avant le début de la finale leur interdisait un détour sensuel qu'Alix aurait probablement fait durer le plus longtemps possible. Son attention fut toutefois bien vite détournée par le changement soudain d'aspect de l'arène, devenue magnifique. Elle se serait cru dans l'un de ces hôtels luxueux de Rednow, l'authenticité en plus. Elle commença à en explorer les moindres recoins, traînant derrière elle la jeune femme, avant de se décider de l'abandonner près des vestiaires pour se rendre dans les gradins. La voix de Nathan venait en effet de retentir pour leur annoncer l'imminence du combat.

Les spectateurs commençaient à se bousculer dans les tribunes, plus bondées que jamais, si bien que les invités de marques ne purent que bénir le Pot qui leur avait accordé des places privées. Tout l'institut ou presque s'était réuni là-haut, dont Lilia qui avait meilleure mine. Angélyna leur avait raconté, le matin même, la teneur de leur entretien avec le garçonnet. Les regards s'étaient évidemment tournés vers la jeune femme, qui avait alors recommandé à ses amis de tenir leur langue vis à vis de Layla. Une fillette de son âge n'avait aucun intérêt à découvrir la vérité sur ses pouvoirs, du moins tant que Gareth n'en avait pas décidé autrement. Le choix lui appartenait. Dès qu'elle eut tout appris, Miranda était allée se réfugier dans les vestiaires. Assise sur un banc, casque sur les oreilles, elle patientait là depuis deux bonnes heures. Le décor de l'arène ne l'avait pas bouleversée, elle qui se concentrait exclusivement sur le combat à venir. Fini la rigolade. Elle était face à Raphaël. Son grand frère, un gars génial mais un ennemi carrément effrayant. Et si seulement ce n'était que lui. Gareth, qui avait écrasé Lilia et Skyler. Benjamin, dont Barry disait qu'il était le mutant à mieux maîtriser son don. Cette fille aux cheveux blancs capable de courir si vite qu'elle pouvait lui planter une dague dans le dos sans qu'elle s'en rende compte. L'autre colosse, Edwig, qui se transformait en Mandrag Ganon à volonté. Et que dire de June et de ses attaques sorties de Dragon Ball ? Elle avait beau aimer la culture japonaise, faire face à ses rejetons était une toute autre affaire. Sur ses sept adversaires, il n'y avait que Melody Jennsen qu'elle ne craignait pas. Une conversation qu'elle avait eu avec Awa après sa mort face à Gladys et Iyoh lui revint. Le jeune homme, lui aussi télékinésiste, avait affirmé pouvoir ressentir le mouvement des objets, ce qui lui permettait de ne pas se faire surprendre. Elle ne l'avait pas cru et lui avait lancé une pomme dans le dos, qu'il avait dévié sans bouger. Il lui expliqua alors que malgré leurs immense différence de puissance, elle ne faisait qu'effleurer la surface des possibilités offertes par la télékinésie. Il ne s'agissait pas simplement d'une force brute : c'était un outil des plus polyvalents. Lui ne pouvait maintenir le champ d'action de sa détection de mouvements que durant un laps de temps infime, mais elle, avec ses ressources titanesques, aurait bon compte d'essayer d'en faire une arme défensive constante. Plus facile à dire qu'à faire, surtout sans entraînement, mais elle tenterait de parier là-dessus. L'appel de Nathan se fit entendre à cet instant. Miranda coupa sa musique pour aller se changer. Elle enfila la même tenue qu'elle avait porté contre Artémis, à savoir une robe beige surmontée d'une veste de cuir bordeaux, des collants noirs opaques et de hautes bottes, puis enfin des gants sombres. Cette tenue lui plaisait, et la foule s'y retrouvait plus facilement. Benjamin fut le second à pénétrer dans le vestiaire, après être passé devant cette fille aux cheveux blancs. Il s'était amusé à siffler, non pas sans cynisme, lorsqu'elle et sa petite amie s'étaient embrassées avant de se séparer. Il alla s'asseoir à côté de Miranda et allongea les jambes tout en croisant ses mains derrière son crâne.

-C'est ton costume officiel maintenant ? T'as choisi ton nom de super-héros aussi ?

-Eh, je croyais que ça te plaisait.

-Oh, ça me plaît, j'étais pas sarcastique. J'ai peut-être encore des efforts à faire à c'niveau. Bon, alors, pas trop jalouse ? Lilia t'es passée devant.

-Mouais, ça c'est elle qui le dit.

Ils avaient beau parler encore et encore de cette histoire d'Archange, mais eux n'en avaient rien vu pour l'heure. Autant ne pas tirer de conclusions hâtives, d'autant que son titre de mutante suprême lui tenait à cœur. Miranda se leva. Elle en avait assez de rester assise. Elle s'étira longuement, puis pointa son index vers Benjamin.

-Quand on est arrivés ici, j'ai dis à tous les participants que j'allais gagner. Tu m'as répondu que j'étais juste la plus grande gueule ! On va vérifier ça !

Benjamin lui répondit d'un sourire en coin, puis se leva à son tour avant de se pencher vers elle et de poser son index sur son front.

-Rectification, idiote. J'ai dis que tu étais surtout la plus grande gueule. T'es grande gueule avant d'être surpuissante. Ça veut pas dire que t'es pas surpuissante pour autant. Mais tu vises juste, petite chieuse. On va vérifier ça.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Ven 8 Mai - 11:23

Le soleil commençait à filtrer légèrement dans la chambre de la jeune Layla. Une enfant destinée à de hautes responsabilités et à un pouvoir sans limites. Archange de multiples univers plongés le chaos, et pourtant encore âgée de huit courtes années. Assis sur une chaise, non loin du lit , Gareth n'avait pu détacher son regard du visage serein de sa fille. Les membres de l'institut l'avait couchée, une dizaine d'heures auparavant. Il aurait parié que Barry s'était occupé à la perfection de sa fille, pendant son absence. L'idée que son mentor n'ait jamais eu d'enfants parvint à faire oublier pendant quelques instants ses idées sombres au nordique. Un léger sourire aux lèvres, il prit conscience qu'il aurait très aisément pu considérer le tétraplégique comme un père pour lui. Une proximité qui n'était pas exceptionnel, à vrai dire. Barry avait été un père pour beaucoup d'entre eux...

Layla remua légèrement, marmonnant des mots étranges pendant son sommeil. Gareth repensa aux affirmations de Yuko, presque prédictives de l'épreuve qu'il traversait à présent. Le détective était convaincu que sa fille se révélerait à l'âge adulte bien plus puissante que lui. Il ne s'était sans doute pas rendu compte de toute la véracité de ses propos. Un jour, elle partirait rejoindre Lilia ici. Si tout père espérait la réussite de ses enfants, Gareth ne pouvait se réjouir d'un tel événement. Discrètement, il sortit de la pièce, dans le but de se préparer un petit déjeuner. Il avait secrètement l'espoir de croiser Angie, afin d'évoquer avec elle ses problèmes, mais il ne parvint pas à la croiser. De plus, avec la « promotion » de Lilia, elle avait sans doute d'autres sujets de réflexions. Une fois le repas préparé, Gareth apporta le petit déjeuner au lit de Layla, chose qu'il se refusait de faire de manière générale. La petite était déjà réveillée, et fit les yeux ronds lorsqu'elle aperçut son père revenir avec des pancakes, son plat préféré. Se jetant dans ses bras, elle manqua de renverser tout le contenu du plat sur le sol, sous son regard à la fois amusé et agacé. Gareth prit alors conscience de la chance qu'il avait d'avoir une fille aussi mignonne et gentille  que Layla. Qu'importe si sa destinée les séparaient un jour, et qu'il ne puisse jamais assister à son mariage ou toute autre banalité familiale, il était déjà très fier d'elle. Ils mangèrent dans un silence agréable. Ces deux là n'avaient jamais eu besoin de se parler pour se comprendre.

Arriva l'heure pour Gareth de se préparer au tournoi. Malgré sa mine sombre, il allait un peu mieux. Il confia sa fille à Barry, avant de se diriger vers l'arène. C'est à ce moment qu'il me croisa. Il était bien sur conscient que j'étais responsable des capacités hors du commun de sa fille. Si j'avais pris cette décision, c'est parce que je désirais qu'une partie de moi reste ici, observant de loin ces univers créés de toute pièces. Layla, c'était plus ou moins cette image de l'innocence incarnée, peut être un peu tourmentée, mais dont la simplicité faisait rêver. Son mutisme allant de pair avec un langage poétique et enfantin, presque sauvage tant il était fleuri. Au final, Lilia et Layla, en plus de leur proximité phonétique, se ressemblaient énormément aux yeux de leurs créateurs respectifs. L'une ne pouvait être touchée, et l'autre était dans l'incapacité de parler. Toutes deux avaient maintenant dépassées leurs angoisses. Je devais pourtant reconnaître à mon grand damn que la fille à l'aura avait été autrement plus développé que la fille aux fleurs. Trouvant cette comparaison entre les deux filles des plus amusantes, je souriais dans le vide quand je reçu un coup de poing à pleine puissance de la part de Gareth, qui me projeta contre un mur et me fit tomber mollement au sol. Le torse endolori, je remerciais ma condition de créateur, qui m'avais permis de survivre à la colère du nordique. Toujours par terre, je remarquais les pieds totalement nus de Gareth, à quelques centimètres de mon visage. Non sans peine, je me relevais pour affronter la colère de ma création.

- Tu n'aurais pas pu la laisser tranquille ? reprocha t-il rouge de fureur. Elle n'avait pas besoin d'être là. Lilia était déjà promue archange, et ce n'est pas ton petit égo de merde qui devait justifier une décision pareille.

- Je l'ai fait pour assurer ton avenir. Et celui de tous les mutants. Je ne pouvais me résoudre à laisser Lilia s'occuper de tout, sans qu'une partie de moi s'occupe de vous. Et Layla me semblait être le meilleur choix pour vous tous.


A son regard, je compris que la tentation de me frapper à nouveau était grande chez le nordique. Il s'en retint pourtant, et tourna les talons, ulcéré. Avec un petit sourire triste, je pensa qu'avec la colère que je venais de déclencher en lui, le dernier combat serait un excellent exutoire. Melody se dirigea vers moi, sans doute pour vérifier mon état.

- Il ne t'a pas loupé fit la militaire avec un petit sourire

- Je suppose que je l'avais mérité...

- Je ne sais pas ce que tu lui as fait déclara t-elle après un bref silence, mais vu la violence du coup, je suppose que oui...

Je regardais ma création, équipée comme toujours de son ensemble en cuir et d'un sabre à la ceinture. Elle aussi en avait bavé de par mes choix. Elle ne m'en tenait pourtant pas rigueur. Je lui demandai pourquoi elle ne m'en voulait pas d'avoir crée l'anarchie dans sa vie et sa réponse me surprit quelque peu.

- Tu sais, à Valato, tout le monde essaye de survivre. Moi, j'ai toujours su que j'avais une sorte de « protecteur » qui s'assurerait qu'il ne m'arrive rien de... Définitif, disons. Et quand bien même je mourrais un jour, je sais que j'aurais eu une vie bien plus fascinante que celle de la quasi-totalité des habitants de Luuwr, Nailika ou Oran. Je suis une femme d'action, Louis. Gareth ne l'est pas. Il rêve d'une vie « normale ».

La profondeur de son analyse me surprit. Je n'aurais jamais imaginé la militaire capable d'une telle empathie, elle qui avait toujours été pour le moins « psychorigide ». Si même elle faisait preuve de psychologie, la fin du monde était probablement très proche... Je l’enlaça alors brièvement, lui souhaitant bonne chance pour son prochain match, puis disparu, pour me placer auprès de Jolan, dans l'arène, un petit sourire au coin des lèvres.

- Dis moi, par hasard, tu n'aurais pas foutu un gros bordel ici, toi ?

Je regardais mes pieds, équipés de grosses chaussettes adhérentes blanches, d'un goût douteux. Ce matin, je m'étais révélé incapable de retrouver mes chaussures, et le fait que les pieds nus soient la nouvelle mode ne me semblaient pas être un pur hasard.

Une des énormes mains d'Edwig se posa sur l'épaule de Nakaën, lui broyant à moitié l'épaule. Le colosse observa pendant quelques instants l'objet de sa haine, avant de déclarer :

- Tu sais, Solunthes, tu as beau t'être allié avec Reingleff, je m'en voudrais que tu fasses trop de plans en avance. Je te retrouverais bientôt à Valato. Et même si l'intégralité du continent te protège, je finirais par t'avoir. J'espère que tu en as conscience. Même un dieu ne te protégera pas de moi.

Sa haine déversée sur l'artefact, l'Héritier se dirigea vers l'arène, et à sa grande tristesse, pieds nus. Il avait hâte de pouvoir régler son compte à son ennemi juré, mais il devait d'abord gagner ce tournoi. Et dans ce genre de situations, il excellait. Arrivant dans les vestiaires, il fit un discret signe d'encouragement à Melody, cette dernière conversant avec Oloren.

- Alors, comment tu le sens ? demanda t-elle, curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Ven 8 Mai - 12:28

Je ricanais d'un rire faussement maléfique à la remarque de Louis.

Moi ? Nooooooon, j'suis pas comme ça, tu l'sais bien ! En vrai, comment tu trouves ? C'est joli, non ? J'me suis inspiré de Layla pour la partie plante, le coup des godasses c'est suite à notre petite entrevue avec le Pot, et puis le reste j'me suis fait plaisir. Alors ?


- Comment je le sens ?

La question lui semblait un peu absurde, mais Oloren décida de ne pas répondre avec sarcasme, la capitaine faisant surtout montre d'une certaine attention à son égard.

- Honnêtement, je me retrouve au milieu des 7 plus gros monstres de tous les univers confondus au sein du Pot, Et contre ça j'ai pas grand chose si ce n'est ma vitesse et la meilleure lame de notre monde ... Je le sens plutôt mal, à vrai dire, je pense que je vais me faire éclater.

Elle laissa s'échapper un petit rire nerveux mais jovial.

- Je pense que je vais juste tâcher de survivre pendant que vous vous massacrez tous les uns les autres, lâcha-t-elle en haussant les épaules. Plus sérieusement, tu le sens bien, toi ?


Raphaël, torse nu, avec pour se couvrir les jambes un simple bermuda, était de nouveau plongé dans sa méditation. L'aspect nouveau de l'arène lui plaisait beaucoup, lui semblait apaisant. Une sensation qu'il perdrait dès le début du combat, pour lequel il se préparait psychologiquement. Il décida d'en sortir pour rejoindre Gareth.

- La dernière ligne droit, hein mon vieux ?


June, pour sa part, n'avait personne à qui parler. Le nouvel aspect de l'arène l'ennuyait, il jugeait ce changement d'une inutilité infâme. Bientôt, il rentrerait dans l'arène contre des adversaires d'un grand niveau. Après observation de chaque combat, il avait déjà défini sa cible principale, ainsi que la suivante, puis celle d'après, et ainsi de suite jusqu'à la dernière personne. Si la victoire lui semblait peu intéressante sur le moment, il voulait en finir le plus vite possible. Depuis son affrontement contre Kiwi, il ressentait une émotion nouvelle qu'il était loin d'apprécier. Il voulait oublier ces instants et retourner dans son monde, là où personne ou presque ne saurait l'atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Ven 8 Mai - 12:51

- Alors mes chaussures me manquent... répondis-je, très terre à terre. M'enfin, je dois reconnaitre que j'aime beaucoup la déco que tu nous as fait. Tu sais que je pense que Nathan, à cause de tes provocations, est voué à devenir un "grand méchant" tel que Théo sait les faire!

Cette idée m'amusait, bien que j'ignore si elle avait la moindre véracité. Vu ce qui se tramait aux alentours, cela ne m'aurait pas vraiment étonné pour autant, mais qu'importe. Le pot n'avait encore jamais connu de "défaite", ça n'était pas près de changer!

Melody observa Oloren avec attention. En effet, elle était loin d'être aussi puissante que les autres concurents. Pourtant, à part contre June, sa mobilité sera un énorme avantage.

- Bonne stratégie. Et m'est avis que tu pourrais facilement tuer par effet de surprise. Enfin, prends garde à toi! Et pour ma part... Je suis déjà heureuse d'être arrivée aussi loin quant on vois qui participe à ce tournoi. Nous sommes les deux dernières représentantes de Valato, rendons les fier!

La jovialité de Raphaël fit sourire le nordique. Ils avaient eu des démélés par le passé, mais Gareth admirait réellement cet homme qui avait aidé nombre de membres de l'institut par le passé. Il était son ainé de plusieurs années, mais si il voulait mener son projet à bien, il aurait sans doute besoin de cours de la part de l'ange!

- Ouais! C'est bientôt fini! Je ne m'étais pas attendu à arriver jusque là! Et puis, sans vouloir me vanter, j'ai quand même battu une archange!

L'évocation des pouvoirs de Lilia lui fit de nouveau penser à sa fille, mais il chassa très vite cette idée de son esprit, pour se reconcentrer sur son interlocuteur.

- ça fais longtemps qu'on ne s'est pas affronté! Je serais curieux de voir qui de nous deux bat l'autre! On élimine tous les autres, et on s'organise un combat dantesque? ajouta t-il comme si c'était la chose la plus facile à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Ven 8 Mai - 14:03

Raphaël esquissa un sourire carnassier comme il avait l'habitude d'en avoir lorsque l'excitation d'un combat venait à s'emparer de lui.

- Putain, l'idée me plaît ! Avant ça, va falloir que je m'occupe de Benjamin. Faudra aussi faire gaffe à la petite, on sait jamais des fois qu'elle nous prenne pour cible.

Tous deux savaient pertinemment que l'affaire ne serait pas si aisée, mais s'ils fallait former un groupe de choc, Gareth et lui étaient probablement les pires adversaires à voir s'allier dans l'arène ...


- Ouais, on va tâcher de faire ça, répondit Oloren à Melody, avec un petit sourire.

Elle n'était pas très confiante, pourtant elle s'était bien reposée, et était presque enjouée de vivre ce moment, aussi en profiterait-elle au maximum.



Franchement, si Nathan devient un nouveau grand méchant, j'ai limite envie de dire que s'occuper de lui peut être difficile, ça reste loin d'être impossible. Entre toi, moi et Lilia, y'a d'quoi faire, et puis imagine que Théo revienne, il a pas trop intérêt à faire le dingue, le bonhomme.

Je haussait les épaules, peu inquiet de ce qu'il pourrait advenir du guide. Cependant, je prenait compte de ce que Louis venait de me dire, aussi décidais-je de rester méfiant, ne serait-ce que par principe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Ven 8 Mai - 16:29

Nathan, en tant que guide, n'avait nul besoin de sommeil. Après être sorti en trombe de la chambre du Pot, il s'était téléporté au pôle de la planète, une étendue gelée sans vie, et s'était laissé aller à une explosion de colère. Sa puissance avait déferlé sur ce lieu désert, réduisant à néant d'entières zones de givre, qu'il s'empressait de reconstruire avant de détruire de nouveau. Il ne voulait pas croire à ce qu'il avait vu là-bas mais ne pouvait le nier. Lilia était l'Archange. Elle, une bête mutante de Cardith, obtenait le titre auquel il aspirait depuis des siècles. Cette annonce l'avait détruit, et la nouvelle apportée par Ariane l'acheva. Deux Archanges. Deux humaines n'ayant rien fait pour bénéficier de cette promotion à sa place, lui, le plus éminent des guides. Des heures durant, il demeura seul, répétant sans cesse son manège dévastateur. Enfin épuisé, il s'allongea nu dans la neige, ses vêtements ayant depuis longtemps été annihilés par l'énergie qu'il déployait. Le contact froid parvint à le calmer, et il se mit à rire de lui en observant les aurores boréales que Jolan, des milliers de kilomètres plus loin, reproduisait. Il était ridicule. Lui qui répugnait l'idiotie humaine ressentait une rage typique de ces gens-là. Mais il n'était pas homme. Il n'était pas destiné à poursuivre ses ambitions insensées, à placer son orgueil plus haut que sa bienséance. La venue de l'Archange avait été prédite depuis des générations. Il était l'être suprême, l'équivalent contraire du Pot. L'un était hôte de la création, l'autre était apôtre du pouvoir. Sa force était telle qu'elle surpassait les créatures mythiques, les aoris, et qu'elle transcendait les créateurs, qui, sans le Pot, n'étaient plus que de faibles humains. Avec ou sans lui, l'Archange conservait ses capacités. Pourtant, en aucun cas son rôle n'avait été désigné. Cette Lilia n'était pas, à leur instar, serviteur du Pot. Rien ne la forçait à agir pour maintenir l'ordre établi. Oui. Elle avait beau le surpasser, il n'en demeurait pas moins que lui, Nathan, et ses dix confrères, seraient ceux en charge du multivers après la mort de leur maître. Le guide resta allongé dans la neige jusqu'à l'aurore. Alors seulement il se redressa, fit apparaître un nouveau costume qu'il enfila aussitôt, puis se téléporta au cœur de l'arène. Elle avait changé. Non, Jolan l'avait changée. Il reconnaissait sa puissante signature psychique dans ces plantes et ce parterre pavé. L'idée lui plaisait, et il fallait reconnaître que ce coup de neuf accordé au bâtiment lui faisait le plus grand bien. Le jeune homme avait même eu la présence d'esprit de le laisser modifier le champ de bataille, preuve qu'il n'était pas si insouciant qu'il avait pu le croire lors de leur première rencontre. Il fit bientôt évacuer les quelques spectateurs encore dans ce jardin intérieur, et commença son œuvre, rendant invisible le terrain pendant qu'il le façonnait. Il eut finit plus qu'à temps, et annonça alors que le combat allait commencer, et qu'il était temps que les candidats rejoignent les vestiaires. Résigné, il se téléporta alors face à Lilia, qui s'était installée un peu à l'écart en attendant le début de l'épreuve. Même si elle n'était plus dans l'état de détresse ayant ruiné sa soirée, il aurait été difficile d'affirmer qu'elle se portait tout à fait bien. Angélyna, Daniel et tous les autres n'avaient cessé de venir la rassurer, avec un succès relatif, avant qu'elle ne leur fasse comprendre qu'elle tenait à être seule pour l'heure. Debout face à elle, il observa l'Archange, la mâchoire serrée, les sourcils froncés, avant de dévisager Layla, quelques mètres plus loin. Sans doute ne lui avaient-ils pas encore dit. Nathan expira longuement. Au prix d'un effort étonnamment moindre, il tendit une main ouverte vers Lilia, qui observa ses doigts hâlé avec méfiance avant de lever les yeux vers lui. Il souriait ; sans joie certes, mais sa bonne volonté restait indéniable.

-Votre place n'est pas ici, recroquevillée à même le sol, mademoiselle Hubs.

Lilia ne lui répondit pas. Elle se doutait de ce qu'il allait lui dire. Il lui fallait demeurer ici, dans l'arène, prendre la place du Pot ou n'importe quelle autre ânerie. Nathan se permit de lire dans ses pensées, chose qu'il ne s'autorisait que très rarement, et s'empressa de lui prouver qu'elle avait tort. Il s'accroupit pour être à sa hauteur et posa une main sur son épaule.

-Vous allez retourner à Cardith. Votre vie ne va pas changer. Vos amis, votre sœur, vous n'allez rien perdre. Vous n'allez faire de mal à personne : vous êtes l'Archange. Votre pouvoir n'est pas un danger. Que vous me croyiez ou non, il s'agit là d'un fait et non d'une supposition. Il se peut qu'en cas de crise majeure nous fassions appel à vous, et il y a fort à parier que cela n'arrivera jamais. Alors redressez vous, mademoiselle Hubs.

Ébahie, la jeune femme agrippa le main du guide sans le quitter des yeux, et il la fit se relever d'un coup sec.

-Je...je vous donnerais ce pouvoir si je pouvais, affirma Lilia.

Le sourire de Nathan s'élargit alors. Passé outre son amertume, il était forcé d'admettre qu'elle était une candidate de choix. Il lui lâcha la main avant de lui répondre, résigné :

-Je le sais. Cela prouve que vous en êtes plus dignes que je ne l'ai jamais été.

Puis le second du Pot se téléporta aux côtés des deux créateurs restant. Il s'adressa à Jolan d'un ton avenant.

-La nouvelle décoration n'est pas pour me déplaire, monsieur Angibaud. Force m'est cependant de mettre fin à l'interdiction d'être chaussé, du moins pour nos finalistes. Il serait dommage que des douleurs intempestives viennent biaiser leurs performances.

Plus bas, dans les vestiaires, Miranda vint interrompre la conversation entre Raphaël et Gareth. Ils étaient déjà bien assez puissants individuellement, hors de question de les laisser former une alliance quelconque.

-Qui t'appelles la petite ? Je suis la mutante la...

-Ouais, je crois que tout le monde l'a entendu au moins douze fois, la coupa Benjamin, qui passa devant elle avant de rejoindre Melody. En finale tous les deux, hein ? fit-il à la luuwrienne. Franchement, je pensais pas que t'y arriverais. Bravo. T'as droit à ton Belwur, là ?

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Ven 8 Mai - 17:21

Les chaussures ? Sur tout le bordel que j'avais mis dans l'arène, le seul détail gênant à ses yeux était les chaussures ? Bien que je ne sois pas belliciste, je dois bien admettre que j'avais ressenti une forme de déception à cet instant précis. Je levais donc ma terrible malédiction, mais uniquement concernant les finalistes. Son argument était assez vrai, si pour mon petit caprice le combat venait à être altéré, cela se serait avéré injuste ... Néanmoins, tous les autres spectateurs devraient profiter du contact de l'herbe fraiche sous leur pieds !!

- Voilà ! C'est réglé. Tu voudrais pas t'mettre pieds nus aussi ? Ca te ferait du bien un look un peu plus détente, tu sais ?

Je souriait à pleine dents à Nathan, l'imaginant en chemise à fleur et en short de bain ! Je ne put m'empêcher de lui transmettre cette image par la pensée, en lui rajoutant une planche de surf sous le bras et des lunettes de soleil d'aviateur ... Quoi qu'il pouvait bien penser de moi, j'avais dans l'idée qu'il garde un bon souvenir de l'imbécile que j'étais. Avec le temps, il avait découvert nombre de sentiments et ressentis que seuls des humains étaient sensés connaître, et non pas un guide. Finalement, ne s'était-il pas inconsciemment rapproché de leur condition ? N'était-il pas en train de devenir quelqu'un de meilleur, d'ailleurs, puisqu'il commençait malgré lui à comprendre ce qu'il méprisait pourtant si fort ? A moins qu'il ne nous trompent tous ... Si j'avais pu transmettre un sentiment humain ou un ressenti, j'aurais probablement tenté de lui confier l'amitié, l'amour ou la compassion. Je me contentait alors de lui sourire, aussi stupide que bon et imbu de ma propre personne.


Raphaël se tourna vers Miranda avec un sourire taquin bien représentatif de son humour moisi.

- Petite, lâcha-t-il en insistant bien sur chacune des lettres du mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Ven 8 Mai - 18:58

- Exact fit Melody, une lueur de défi dans le regard! J'espère pour toi que tu ne tomberas pas sur moi! Tu te débrouilles bien, mais pas assez pour égaler un artefact en pleine puissance!

La maitrise de son pouvoir avait impressionné la militaire, pourtant, face à Belwur, elle estimait qu'aucun mutant ne pouvait la vaincre. Si ce n'était la gamine insupportable, si celle ci parvenait à esquiver ses attaques!

- Tu es forte, ma "grande" fit Gareth avec un petit sourire, mais je doute que tu puisses triompher face à un adversaire tel que June, ou Edwig Luthness.

Le colosse venait d'ailleurs juste d'arriver, l'air toujours aussi renfermé qu'avant. Il salua ceux qu'il connaissait d'un rapide signe de tête, puis, immitant June, s'isola dans un coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Ven 8 Mai - 22:00



Les sons lointains des roulements de tambours commencèrent à raisonner dans l'arène. Les candidats coupèrent court à leur conversation dans les vestiaires : c'était le signal. Huit guides ne tardèrent pas à apparaître près de ces finalistes émérites, les téléportant chacun vers l'une des portes encore fermées du champ de bataille. Miranda tentait de régulariser sa respiration en sautillant sur place afin de faire passer le stress montant, dû à la teneur du combat à venir. Fini la rigolade maintenant. Huit adversaires, un seul champion ; et malgré l'affection qu'elle portait à ses confrères de l'institut, ce titre serait sien. Des violons virent bientôt se joindre à l'air musical, ajoutant à la tension qui régnait en ces lieux, non pas sans faire croître par la même occasion l'adrénaline de l'adolescente. Elle était prête. Quoiqu'en dise Gareth, elle pourrait vaincre même les plus redoutables combattants. Et puis, elle avait beau ne pas être le cerveau du groupe, elle savait que des gens comme Benjamin et Melody sauraient agir avec parcimonie. S'ils pensaient que les deux poids lourds qu'étaient June et Edwig représentaient un danger trop important, sans doute s'allieraient-ils pour en venir à bout. Il faudrait quant à elle qu'elle attaque avec parcimonie, et n'hésite pas à fuir si besoin était.

-Voudriez vous voir quelqu'un avant le coup d'envoi, mademoiselle Hubs ? lui demanda le guide l'accompagnant, le même ayant créé le terrain de jeu pour Adel et Yuko la veille.

Elle lui répondit d'une négation en hochant la tête. Hors de question d'avoir recours au moindre conseiller maintenant : elle ne voulait pas devoir partager le mérite de son titre à venir avec quiconque. Elle n'avait pas besoin d'entendre les encouragements de Lilia, Angélyna, Barry, n'importe qui. Ils étaient derrière elle comme ils l'avaient toujours été et le seraient toujours, eux, les membres de ce groupe se rapprochant pour elle d'une famille. Il était grand temps qu'elle les rende fière. Nathan entama son discours.

-Après quatre journées d'épreuves, les huit candidats que vous avez vu grimper les échelons sont parvenus jusqu'à cette grande finale ! Il n'y aura qu'un vainqueur, qu'un seul de ces combattants pouvant prétendre acquérir le titre de champion du Pot. Peut-être que cette personne sera la capitaine du Sud, porteuse de Belwur, héroïne guerrière au cœur flamboyant : Melody Jennsen !

La porte de Melody s'ouvrit alors, révélant la brûleuse qui débarqua au milieu d'une plaine rocheuse, où trônait une grotte menant visiblement vers les sous-terrains. Le public ne manqua pas d'acclamer l'épéiste, puis, tour à tour, chacun des huit noms fut prononcé. Raphaël apparut dans les montagnes à l'Est, tandis que Gareth, plus au Sud, se tenait près d'une seconde grotte similaire à celle à proximité de Melody. June, parfaitement au Sud, avait les pieds dans l'eau : un pan de mer s'étendait jusqu'à la rive non lointaine. Miranda et Oloren débutèrent respectivement au Sud-Ouest et à l'Ouest, toute deux dans de sinueuses dunes. Edwig eut droit au Nord-Ouest, dans une zone plane mais agrémentées de hautes herbes, alors que Benjamin, au Nord-Est, eu droit aux ruines d'une cité antique. Au centre de ce champ de bataille circulaire, une épaisse jungle aux feuillages sombres disposait d'un véritable village suspendu, vide de tout autochtone. Les sous-terrains formaient un réseau complexe, tandis que de multiples pont et autres infrastructures diverses et variées ornaient l'endroit. Les spectateurs furent ébahis par l'étendue du terrain, et se rendirent compte que la circonférence de l'arène avait au moins doublé, mystère physique qui ne pouvait sans doute s'expliquer que par l'usage de la magie du Pot. Mais la surprise ne les détourna nullement de l'événement que tous attendaient. Nathan, le sourire aux lèvres, leva son bras avant de le rabattre brutalement.

-Que la finale commence !


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Ven 8 Mai - 22:42

Le combat débutait enfin. June n'attendait que ça. Dès que le coup d'envoi fut lancé, il fonça droit devant lui. A la vitesse à laquelle il allait, il ne lui fallut que quelques minutes pour atteindre la jungle centrale, dans laquelle il se cacha en attendant la venue d'adversaires, patience qui fut récompensée. Sortant de sa cachette au maximum de sa vitesse, il plaqua sa main sur le visage de l'individu qui venait d'arriver, cinq bonne minutes après lui, et transperça sa tête entière d'un rayon lumineux.

[ https://www.youtube.com/watch?v=o_l4Ab5FRwM ]

Oloren Ehlkaÿd, éliminée avant les dix premières minutes de la finale.

Raphaël, qui avait pris de la hauteur, vit le rayon traverser la moitié du terrain, avant d'observer le doux visage de la jeune fille aux cheveux blancs s'afficher avec une énorme croix rouge.

- Putain déjà ?

L'ange noir ne pouvait s'y résoudre, cette défaite avait été bien trop rapide pour la jeune femme, qui se retrouvait sur les gradins, paralysée de peur et tremblante comme jamais. Le gaillard rajusta son chapeau avant de se mettre à bouger. D'aussi haut, il put apercevoir les deux finalistes les plus proches de lui, et pourtant à des kilomètres. Benjamin, Gareth. Pour une fois, il préféra s'en tenir au plan prévu, et rejoindre son ami, si benjamin venait, autant profiter d'un puissant allié pour le défaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Sam 9 Mai - 13:40

Benjamin demeura de marbre lorsque Nathan annonça son entrée sous les applaudissements des spectateurs. Difficile d'admettre qu'il prenait plaisir à divertir cette foule réactive, à leur servir ce visage taciturne qu'ils attendaient. Ses pensées ne furent toutefois destinées au public qu'un très bref instant. Il commença à observe le terrain. Lui se trouvait en plein cœur d'une cité en ruines, certainement victime d'une secousse sismique ou toute autre catastrophe équivalente, qui lui offrait bien des cachettes mais ne serait pas nécessairement à son avantage. Son pouvoir lui permettait de déployer ses flammes et son givre à vue, aussi les zones découvertes lui semblaient-elles plus appropriées. Le mutant plaqua une main sur le sol, créant sous ses pieds un pilonne de givre similaire à celui utilisé contre Violine, qui le fit s'élever à quelques mètres au-dessus des bâtiments. De là, il put avoir un point de vue satisfaisant et aperçut Melody, plus au Nord. Peut-être pourrait-elle être une alliée potentielle s'ils en venaient à affronter des ennemis trop puissants pour être vaincus seuls. L'idéal serait alors de...Benjamin soupira. La stratégie commençait déjà à l'agacer. Place à l'inconnu ! Les mains fourrées dans les poches de son long manteau, il se mit à marcher tranquillement vers la jungle, attentif au moindre son, à la moindre potentielle silhouette. Qu'importe l'adversaire qui lui tomberait dessus, il le vaincrait jusqu'à se retrouver seul avec Raphaël ; lui seul était digne de son intérêt. June vainquit Oloren à cet instant, créant une rayon immaculé qu'il fut impossible de ne pas voir. Benjamin haussa les épaules et tourna les talons, changeant de direction pour se diriger vers le Nord. C'était bien moins risqué par là-bas. Si Melody lui tombait dessus, soit ils décideraient de s'allier momentanément, soit il en viendrait à bout. Le jeune homme reprit sa marche silencieuse.

Seule dans ce vaste désert qu'avait vivement quitté Oloren à son plus grand malheur, Miranda tentait d'avancer rapidement vers l'Est. Elle était tentée de se mettre à léviter, mais était consciente qu'une cible mouvante en plein air serait trop facilement repérable. Mieux valait pour l'heure qu'elle reste discrète, en attendant que les monstres s’entre-tuent. Dans un premier temps indécise, l'adolescente avait choisi de tenter d'atteindre l'étendue d'eau, faute au soleil qui tapait si fort par ici qu'elle avait ôté sa veste pour se la mettre par-dessus le crâne,sans quoi elle aurait fini par cuir. L'endroit était vraiment austère. Quelques collines, des dunes, des ruines ça et là, mais surtout du sable, à parte de vue. Il lui avait semblé en outre apercevoir quelques scorpions, serpents et autres bestioles dont elle ne raffolait pas, aussi accéléra-t-elle le pas dans la mesure du possible. Il lui fallut une bonne vingtaine de minutes pour se sortir de ce fichu désert, et elle se sentait déjà desséchée. Ce fut avec ravissement qu'elle constata que l'eau n'était pas salée, et elle s'abreuva abondamment avant de renfiler son cuir pourpre, se rendant compte que le temps était ici bien plus frais. À quelques mètres d'écart, on pouvait aisément compter une différence de quinze bon degrés. Nathan devait vraiment avoir l'esprit tordu pour penser à ce genre de détails. Jaugeant que la surface pourrait lui porter préjudice compte tenu de sa mobilité réduite par rapport à ses adversaires, Miranda continua d'avancer vers la grotte près de laquelle était apparu Gareth. Peut-être que dans les souterrains, qu'elle devinait plus étroits et moins praticables, elle aurait plus de chances de vaincre ceux qu'elle croiserait.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Sam 9 Mai - 14:13

Les applaudissements du public ne laissèrent pas Melody de marbre, et lui rappelèrent l'époque où, après la terrible guerre entre Naïlika et Luuwr, elle avait été considérée comme une des plus grandes héroïnes de son temps. Satisfaite, elle ne perdit pas son temps, et revêtit aussitôt l'armure flamboyante de Belwur. Ornée désormais de plaques puissantes, colorées de noir teinté de rouge, elle prit de la hauteur. L'utilisation du pouvoir ultime de l'artefact lui avait manqué. Voilà longtemps qu'elle n'avait pas volé au dessus de ses ennemis, leur inspirant la terreur à chacun de ses battements d'aile squelettiques. Aujourd'hui, elle se retrouvait face aux êtres les plus puissants de l'univers, et doutait que face à June ou Miranda, la terreur ne s'exprime que du côté de l'adversaire. Elle repéra bien vite Benjamin, se dirigeant vers elle avec flegme. Sans prendre le temps de réfléchir, la militaire déversa autour du mutant une nuée de flammes noires, qui eurent tôt fait de l'encercler. Dans le même temps, elle gardait ses distances, s'assurant que son ancien allié ne puisse l'atteindre.

Gareth était apparu quant à lui non loin d'un énorme gouffre, peu rassurant. Une multitude de cavernes semblaient s'y être logées. Sombre et étroit, le lieu n'inspirait aucune confiance au nordique. Ici, il avait plus de chances de se tuer lui même que de vaincre un ennemi... Il fit un bond d'une cinquantaine de mètres pour remarquer Raphaël, fonçant droit vers lui. Avec un léger sourire, il s'approcha de lui, bond par bond.

Alors, Raphaël ! Cria t-il Je pensais que nous nous retrouvions en finale ! Tu veux déjà m'éliminer ?

La mort d'Oloren, elle, n'avait pas échappée au regard attentif d'Edwig. Étant donné le rayon de l'attaque, June se trouvait sans nul doute au centre. Cet homme était sa plus grande menace, sans le moindre doute. L'attaquer maintenant, sans avoir la certitude de le vaincre était une mission suicide. Plus loin à l'ouest, Melody avait déjà engagé le combat contre l'un des mutants, que le colosse ne connaissait pas. Il hésita quelques secondes, avant de se diriger vers le sud, à la recherche de Miranda. L'adolescente, bien qu'inférieure à June, était un danger qu'il voulait éliminer au plus vite. Sous sa forme lupine, il commença à traverser les dunes, pour arriver jusqu'à la mer, en une vitesse record. La mutante était pourtant toujours hors de sa vue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Sam 9 Mai - 14:40

Alors qu'il avançait, nonchalant, vers les rocailles du Nord, Benjamin fut assailli par des flammes sombres qui virent former un cercle flamboyant autour de lui. Le jeune homme se stoppa et leva les yeux au ciel, constatant que son assaillante n'était autre que Melody. Drôle de tête qu'elle exhibait là. C'était donc ça, la forme suprême de son fichu artefact ? Il devait bien l'admettre, elle avait habillement caché son jeu. Rien à voir avec la coéquipière à laquelle il avait eu droit pour faire face au loup-garou, il s'agissait désormais d'une créature volante aux apparences démoniaques. Dire qu'il était venu avec des intentions neutres. Tant pis, ce ferait un bon échauffement. Les flammes sombres se dissipèrent d'elles-même.

-Tu veux me cramer ? Sérieusement ? Tu m'avais pas l'air aussi bête que Raph' et ses potes, pourtant.

Pour sûr, il ne manquait pas d'assurance. Le feu avait beau pouvoir l'affecter, tant qu'il le verrait, il pourrait toujours le contrer. Melody lui avait dit, quelques jours plus tôt, qu'elle pouvait quant à elle résister directement à ses assauts fumants ; il utiliserait donc la glace si jamais la situation s'envenimait. La raison le poussait à espérer qu'elle lui propose une trêve, qu'elle soit assez sagace pour lui demander de l'aider à vaincre June ou Edwig, mais l'idée d'un combat immédiat ne lui déplaisait pas non plus, et laisser le doute planer l'amusait grandement.

Miranda s'était dissimulée derrière des rochers quand elle vit la silhouette de Gareth s'élever dans les cieux. Il s'éloignait, pour son plus grand plaisir. Après s'être assurée que personne ne le suivait, elle pénétra dans la grotte. Celle-ci continuait sous-terre, rejoignant un réseau de galeries somme toute assez simple - le but n'était pas qu'ils s'y perdent – et qui lui permettrait certainement de ressortir quelque part d'autre sur le champ de bataille. Autant voir si quelqu'un s'y était déjà réfugié. Marchant lentement, courbée, l'adolescente s'aventura dans ces passages éclairés par des torches régulières. Elle éteignit consciencieusement les premières qu'elle croisa, puis se rendit compte que cette obscurité anormale trahirait sa présence si quelqu'un passait derrière, aussi prit-elle le temps de les rallumer à l'aide d'une nouvelle torche, préalablement détachée de son piédestal. Les minutes défilèrent, longues, ennuyantes à en mourir. Il n'y avait rien dans ces galeries. Puis elle déboucha enfin sur une caverne d'envergure, et demeura bouche bée. La cavité était immense. Une cascade tombait jusqu'à son fond, formant un véritable lac éclairé par le halo bleuâtre dégagé par les champignons phosphorescents poussant sur les parois. Là, elle était séduite : un combat ici ne pourrait être que génial. Elle décida alors d'attendre. Si un candidat s'aventurait dans les sous-terrains, il passerait nécessairement par cet endroit. L'adolescente ignorait que, parfaitement au-dessus d'elle, June employait une stratégie similaire dans la jungle.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Sam 9 Mai - 19:56

Raphaël se posa près de là ou Gareth finit par atterrir au bout de ses bonds.

- Ouais bah j'sais pas si t'as vu mais la "frangine" s'est faite éradiquer nette, j't'avoue que j'suis pas bien à l'aise seul face à des brutes pareilles ... Pour une fois que c'est moi qui dit ça !

L'ange noir s'étira légèrement.

- Bon, une idée ? On commence par lequel ? Ils sont tous aussi tarés les uns que les autres ...


June restait pour sa part invisible. A présent, ses adversaires était prévenus, c'était la mort qui les attendait au milieu du terrain. Tôt ou tard, ils seraient bien obligés de venir l'affronter. A ce moment là, lequel des candidats se montrerait à la hauteur, si tant est que l'un puisse faire face à ce monstre, qui en était un même parmi les autres ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Sam 9 Mai - 20:15

- Un bon point... dût reconnaitre Melody, brandissant une épée dont la lame iridescente se pointait sur Benjamin. On ne devrait pas perdre notre temps l'un sur l'autre.

Ne relâchant pas sa garde, la militaire contempla le mutant quelques instants, attendant sa réaction. Devaient-ils s'allier? A eux deux, ils pourraient aisément faire face à presque tous les adversaires. Mais un moment ou un autre, ils devraient se trahir pour gagner... Melody avait horreur de ce genre de procédés. De part son éducation militaire, elle répugnait attaquer un allié. Autant tuer l'homme maintenant... Ou espérer qu'il meurt de la main d'un autre.

Edwig, les pieds dans l'eau, aperçut une grotte non loin de lui. L'endroit, par ailleurs, était désert... Haussant les épaules, il s'y engouffra, pour y découvrir de longues galleries éclairées. Il avança prudement pendant ce qu'il considéra être cinq petites minutes, avant de déboucher sur un véritable écosystème, composé en grande partie de champignons. Au centre d'entre eux, une gamine se désaltérait. La télékinésiste! Exactement la personne qu'il cherchait.

- Salut gamine! déclara Edwig de sa voix grave, confiant.


Gareth ne put qu'approuver les dires de Raphaël. La mort éclaire de la valatienne était impressionnante.

- Une chose est sûre, on va pas là bas dit il, désignant le centre de l'arène, où les attendaient June. On marche vers le nord, et on essaye de trouver quelqu'un?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Sam 9 Mai - 20:50

Benjamin se permit de laisser un bref silence s'installer, réfléchissant aux options qui s'offraient à lui. Pour une fois, il allait être raisonnable et opter pour la trêve. Il leva les mains et le plaça bien en évidence, signe au demeurant factice de sa reddition – il n'avait pas besoin de ses mains pour se battre – et demanda d'un geste à Melody de se poser, afin d'éviter d'attirer inutilement l'attention. Dès qu'elle fut suffisamment proche pour qu'il puisse lui parler sans avoir à hausser le ton, il lui fit par de son plan actuel d'un ton placide.

-On va se faire June tous les deux, puis on repart chacun de notre côté. Pas d'embrouille, pas de coups dans le dos.

La jungle était à leur avantage pour deux raisons. Premièrement, l'humidité ambiante faciliterait grandement le déploiement de structures de glace qui pourraient s'avérer salvatrice. Mais plus encore, les deux potentiels partenaires pourraient déclencher un feu de joie d'une ampleur colossale ; et aussi puissant puisse-t-il être, Benjamin était curieux de savoir si ce June pourrait survivre à un tel incendie. Jaugeant que le pacte était scellé, le mutant tourna le dos à Melody et commença sa marche vers la zone qu'ils visaient. Mieux valait éviter de trottiner, de voler ou de se fatiguer de quelque manière stupidement impressionnante, afin de conserver un maximum d'énergie pour le combat à venir, qui n'aurait rien d'une partie de plaisir. Façon de parler, puisque Benjamin prévoyait de s'amuser comme jamais. D'abord June, puis Melody. Il attendrait ensuite que Miranda amoche Edwig, ce qui finirait, il en était certain, par arriver, pour finir le colosse. La gamine serait aisée à vaincre. Le dernier obstacle, Gareth, faisait office d'inconnue dans cette équation. Il n'y était pas encore cela dit : ce n'était que le début de cette ascension vers sa finale, celle contre Raphaël Monier. Le grand frère protecteur de l'institut, le vengeur de son aîné perdu, le défenseur de Cardith. Personne n'était plus drôle à mettre à mal que lui.

Miranda avait décidé d'aller observer de plus près ce lac, en contrebas. Après avoir plongé dans le vide, elle avait ralenti sa chute jusqu'à atteindre avec douceur la bordure de cette cuve naturelle, et avait constaté qu'une faune aquatique s'y était formée. Minuscules poissons à la chair transparente et batraciens répugnants s'y mêlaient. Ainsi descendue à une quinzaine de mètres sous les galeries, elle ne sentit Edwig arriver qu'au dernier moment, et se redressa en hâte pour avoir un visuel. Elle jura tout bas. La technique d'Awa n'était pas encore tout à fait au point, mais elle commençait à comprendre le truc. Qui sait, l'astuce la sauverait peut-être pas plus tard que la minute suivante. Miranda se fit léviter en vitesse, non pas sans une certaine maladresse, pour atterrir au niveau de son adversaire. Tout deux se situaient désormais de part et d'autre d'un pont de roche, large de plusieurs mètres mais loin de pouvoir accueillir la forme bestiale du valatien. Ce léger désavantage n'en faisait pas moins un ennemi hors du commun, et l'adolescente se devait de rester sur ses gardes en toutes circonstances, malgré l’assurance qu'elle affichait. Son cœur battait fort. Elle n'avait fait qu'une bouchée d'Artémis, et son premier match avait tout eu d'une ballade en forêt. Mais à présent, un véritable opposant se trouvait là, juste en face. Il n'y avait qu'en affrontant Jane qu'elle avait ressenti une telle terreur, mêlée pourtant à une étrange exaltation : celle de ne plus avoir à se retenir. En fin de compte, Edwig était peut-être son adversaire idéal. Un titan ne misant que sur la force brute. Et dans ce domaine, nul ne pouvait prétendre l'outrepasser ! Sans plus attendre, elle leva son bras gauche en rabattit sa main, paume vers le sol. Edwig y fut écrasé, faisant s'écrouler sous le poids de l'impact télékinétique le pan du pont sur lequel il se tenait. Alors qu'il ne faisait qu'engager sa chute, Miranda rabattit sa seconde main, et une nouvelle vague atteint le colosse de plein fouet, le projetant à une vitesse vertigineuse dans le lac. L'eau s'éleva sur plusieurs mètres de haut au moment il pénétra la masse aqueuse, répandant aux alentours ces minuscules poissons désormais privés d'air. Miranda ne s'arrêta pas là. Piochant ça et là sur les parois, elle fit s'écouler des pans entiers de la grotte pour projeter les débris rocheux vers l'étendue d'eau.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Dim 10 Mai - 11:29

A peine leurs regards s'étaient croisés que Miranda propulsait nonchalamment Edwig d'un bout à l'autre de la grotte, ne lui laissant pas même l'occasion de répliquer. Son corps rebondissait sur les parois sans qu'il n'ait la moindre possibilité de mouvements. Le colosse en fut grandement impressionné... Aucun porteur d'artefact sur Valato ne pouvait se vanter de l'avoir maîtrisé aussi facilement. Un frisson d'excitation le parcouru, tandis que la mutante l'ensevelissait sous une tonne de gravats. Sur le plan de la force, personne n'était son égal dans son monde. Ici, Miranda démontrait clairement qu'elle était tout au moins d'un niveau équivalent au sien. Et il lui restait six autres adversaires d'une puissance toute aussi impressionnante à éliminer par la suite.

Le colosse sortit des gravats par la force de ses bras, se releva, et contempla la mutante avec un certain respect. Elle n'avait même pas quinze ans ! Mais son âge montrait bien son manque d'expérience dans ce genre d'affrontements.

- Impressionnant ! Mais tu sais que si tu continues comme ça, la grotte toute entière va s'écrouler sur toi ?

Sans lui laisser le temps de méditer sur ces paroles, Edwig bondit sur elle, tentant de la saisir à la gorge.


Attaquer June, rien que cela ? Cet homme n'avait aucune limite. Et Melody devait admettre qu'elle était sous le charme ! Si Benjamin avait vécu dans son monde, la capitaine aurait tout fait pour le recruter dans l'armée. Ou peut être dans les commandos spéciaux de Llednar.

- Ce que je vais faire ne va pas te plaire, prévint-elle, mais nous serons plus efficaces ainsi.

Prenant son envol, elle saisit le pyrokinésiste par les épaules, et s'engouffra dans la jungle, planant sous les arbres pour s'assurer qu'ils ne seraient pas vu dès lors que June serait à proximité. Étant donné sa grande mobilité, c'était une sécurité qu'il fallait prendre. Au sol, la végétation les auraient bien trop ralentis pour qu'ils puissent esquiver leurs attaques.

- Aides moi à répandre le feu dans la jungle !

La jeune femme ne voulait laisser aucune retraite possible à June. Et les deux acolytes ne craignant que bien peu la chaleur, elle enflamma donc toute la lisière de la zone. Si leur adversaire tentait de fuir, il y laisserait des plumes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Dim 10 Mai - 13:05

Comme prévu, Edwig était parvenu à se sortir du lac enseveli sans difficulté. Miranda n'avait pas cru un seul instant que leur confrontation pourrait se solder par une victoire aussi rapide, et ne l'aurait même pas souhaité tant elle prenait plaisir à se défouler ainsi. Lorsqu'il vint la provoquer, un sourire arrogant qui n'était pas sans rappeler celui de Lars vint répondre aux menaces d'effondrement. Alors ce gros gaillard était du type à se la ramener quand sa vie était en jeu. Si en plus il se permettait de sauter droit sur elle, c'était qu'il n'avait rien compris. Peut-être que de là où il venait, il pouvait se permettre de simplement courir en ligne droite et balayer tout sur son passage. Cette fille, Inès, pouvait le blesser mais pas le stopper. Et elle non plus ne comptait pas le stopper : elle allait le repousser. Elle attendit que son bond l'emmène à quelques mètres à peine d'elle, et tendit vers elle une paume ouverte. Edwig fut plaqué contre un mur, fissurant dans son dos la pierre qu'il venait de heurter. Miranda frappa de nouveau, et le colosse s'enfonça de plusieurs centimètres dans ce mur naturel. Les attaques s’enchaînèrent ainsi, de plus en plus puissantes, si bien que le valatien parcourait l'intérieur du sous-sol à l'horizontale, écrasé par la pression imposée par l'adolescente. Tout en le maintenant d'une main, elle fit se soulever l'eau du lac en en déversa une partie dans cette galerie creusée par le corps de l'ancienne Ombre, puis reboucha le tout avec les débris concassés dont elle disposait. L'homme le plus puissant de Valato était ainsi enseveli sous plusieurs mètres de gravats de chaque côté, emprisonné dans un minuscule espace empli d'eau dans lequel il allait se noyer si ses os n'étaient pas déjà tous brisés, ce sur quoi Miranda comptait. Presque certaine qu'elle l'avait emporté et peu désireuse d'être là si jamais le guerrier parvenait à s'en tirer par un miracle quelconque, l'adolescente lévita jusqu'aux couloirs supérieurs et se mit à trottiner vers la sortie Nord.

Benjamin contesta lorsque Melody vint lui imposer le vol. Elle était trop pressée pour être lucide. Qu'avaient-ils à perdre en prenant leur temps ? Il se pouvait que rien ne se passe, ou bien que d'autres candidats s'affrontent, auquel cas ils auraient moins d'adversaires à qui faire face. Mais soit, il préférait s'assurer de son soutien quitte à faire ce genre de concessions. Cela ne l'empêchait pas de se sentir bien bête, ainsi suspendu par les aisselles, les pieds dans le vide, comme un gamin porté par son paternel. Il se couvrit tant bien que mal le visage lorsqu'elle les fit passer sous les arbres afin de se protéger des lianes et insectes qui ne manquaient pas de lui foncer dessus – stupides créatures – puis obtempéra lorsqu'elle lui demanda de mettre le feu. Du regard, il déclencha un début d'incendie aux extrémités de cette jungle imposante, et décida de ne pas mettre le feu aux quelques habitations suspendues qu'ils croisèrent. Leur apparence lui plaisait. Malgré la vitesse à laquelle ils se déplaçaient, le mutant parvint à faire en sorte de couper toute éventuelle échappatoire, formant un cercle calcinant qui se resserrait lentement à mesure que les plantes devenaient cendres.

-Bon, tu nous poses ? finit-il par demander, agacé.

Mettre le feu était une chose, mais la seule combustion des végétaux locaux ne suffirait pas à venir à bout de June. Il faudrait l'affronter directement s'ils tenaient à leur victoire.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Dim 10 Mai - 13:39

Edwig remercia le ciel de ne jamais avoir été claustrophobe, comme pouvaient l'être certains de ses défunts collègues Ombres, à force de leur entraînement. Une bonne cinquantaine de mètres le séparaient de la surface, et il n'avait plus que de l'eau autour de lui... Heureusement, il lui restait un peu d'espace pour se mouvoir, du moins suffisamment pour s'échapper de ce piège à rat. Son torse et ses bras étaient ankylosés par la violence des coups que lui avait infligé l'adolescente. Vu l'état dans lequel Miranda avait mis la grotte, il devrait faire preuve de précaution si il ne voulait pas que les fissures qui ornaient maintenant le lieu ne s'agrandissent et le bloquent complètement... Allongé sur la roche, il prit ses appuis et poussa avec la force de ses épaules sur les gravats, qui se séparèrent lentement mais sûrement. Son dur labeur -en apnée- accompli, il émergea ruisselant du trou en forme "d'Edwig" qu'avait crée la mutante, et prit une énorme inspiration. S'échouant au sol, il remarqua que cette dernière avait disparu. Ne laissant pas le temps à ses muscles meurtris de se reposer, il couru à sa poursuite. Lorsqu'il l'aperçu enfin, il déchaîna sa colère. Mobilisant toutes ses capacités de siffleur, il lâcha un terrible cri qui se répercuta dans l'ensemble de la caverne. Ne ralentissant pas sa course, il rattrapa bien vite Miranda, tandis qu'autour d'eux, la roche tremblait, visiblement soumise à un glissement de terrain... La lumière de la sortie se voila soudain, tandis que leur seul moyen connu pour s'échapper de ces grottes était recouvert d'énormes rochers La gamine, après son cri, devait être en sale état! Une cible facile, en d'autres termes. Edwig lui faucha les jambes avec son bâton. Il étais temps d'en finir!

Alors que Raphaël et le nordique tentaient de trouver un plan à suivre, deux cataclysmes subvinrent l'un après l'autre ! Tout d'abord, toute la lisière de la jungle s'embrasa comme de la paille. Quelques secondes plus tard, un tremblement secoua le sol, alors qu'une bonne partie du terrain s'affaissait, à proximité de la grotte où Gareth était apparu.

- Il y a des gens en dessous ! s'écria t-il.

Canalisant tout son pouvoir, il augmenta le poids du sol, dans la zone sinistré. Une activité pareille demandait toute sa concentration, et Gareth comptait sur la protection de Raphaël tandis qu'il investissait toute son énergie mentale pour que plus personne ne sorte des souterrains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Dim 10 Mai - 17:17

Il était pas vrai, ce type ! Enterré vif, menacé d'être noyé, il parvenait à s'échapper et à remonter assez vite pour la rattraper avant qu'elle ne puisse atteindre la sortie de la grotte, qui d'ailleurs se retrouvait bouchée. À croire que le monde lui en voulait. Miranda s'apprêtait à répliquer en utilisant un stratagème similaire, à savoir frapper sans ménagement, lorsque le colosse poussa un cri strident qu'aucune oreille humaine n'aurait pu supporter. Elle l'avait vu utiliser une technique similaire face à Inès mais avait complètement oublié cet élément. Les conseils de Yuko lui auraient sans doute été utiles, en fin de compte. Fermant les yeux sous l'effet de la douleur, l'adolescente plaqua presque malgré elle ses mains sur ses oreilles, ce qui l'empêcha d'agir à temps pour éviter l'attaque d'Edwig. Il la faucha derrière les genoux avec une telle violence qu'elle se retrouva à l'horizontale en plein air. S'il approchait d'à peine quelques centimètres de plus, il allait lui porter un coup qui la mettrait hors d'état de nuire instantanément. Même sans ses pouvoirs, la carrure de cet homme était en effet suffisante pour qu'en cas de combat à mains nues il puisse lui fendre des os. Et il était hors de question de le laisser faire. Awa disait souvent que son pouvoir manquait de précision mais bénéficiait d'une ampleur colossale ; l'onde de choc qui suivit lui donna raison. Miranda ne se retint pas. La vague télékinétique qu'elle projeta ne provint pas seulement de ses mains mais de tous les pores de sa peau, formant une sphère répulsive à l'expansion exponentielle et au déploiement presque instantané. La rocaille bouchant l'entrée de la grotte vola en éclat, tout comme la dite entrée, le sol, les galeries, les arbres ou tout autre objet ornant la surface. Edwig fut expulsé comme le reste, pour ne pas dire expédié tel une poupée de chiffon, tandis que le cratère se formait.

L'explosion invisible n'eut duré qu'une, peut-être deux secondes, et pourtant tout le Nord-Ouest du champ de bataille s'en trouvait affecté tant les ruines avaient été réduites à néant. Lévitant au centre parfait de ce gouffre d'une quarantaine de mètres de rayon, Miranda parvint à aller se poser dans l'herbe la plus proche, essoufflée, les jambes toujours endolories. Rester debout constituait un calvaire, aussi alla-t-elle s'asseoir sur le toit de l'un des rares bâtiments encore debout, où elle se massa sans grand succès les articulations mises à mal. Là où le bâton avait frappé, la chair adoptait une couleur violacée peu rassurante. Puis ce fut l'insupportable douleur aux oreilles qui lui revint. Fichu siffleur. Elle retirait ses pensées antérieurs : ce type l'énervait et elle voulait en finir au plus vite. Alors qu'il sorte. D'ici, elle le verrait, et elle ne le laisserait pas l'atteindre une fois encore. L'adolescente constata qu'à sa droite, la jungle brûlait. Melody ou Benjamin affrontaient donc June, quelque part par là, à moins qu'ils ne s'affrontent l'un l'autre. Les flammes à la fois pourpre et noires étaient quoiqu'il en fut preuve de leur présence commune sur les lieux. Une idée lui vint alors. Elle n'allait pas attendre que le titan de Valato trouve un moyen de se sortir de là, ou puisse par un procédé quelconque récupérer de ses blessures. Elle allait le tailler en pièce, le réduite en morceau. Toujours assise, les jambes dans le vide, Miranda tendit ses bras de chaque côté de son corps, inspira longuement pour permettre à ses réserves de se restructurer, puis vint faire heurter ses mains face à elle, en direction du gouffre circulaire. Les deux vagues télékinétiques déclenchée simultanément décrivirent les courbes contraires incitées par les membres supérieurs de la mutante, avec une intensité telle que l'air sembla se troubler à leur passage. Puis elles s'impactèrent. La puissance sans bornes de Miranda ne rencontrait jamais d'obstacle équivalent, mais qu'en était-il du cas où elle devait faire face à elle-même ? La réponse surpassa toutes les attentes. Il y eut tout d'abord un bruit si sourd que les oreilles de tous les candidats se mirent à siffler, puis un souffle dévastateur qui s'étendit sur l'intégralité du champ de bataille. L'incendie s'éteignit instantanément, tandis que les monts de l'Est se brisèrent net au niveau de l'onde de choc. Nombre d'arbres furent déracinés, s'envolant pour aller se heurter aux parois de l'arène heureusement protégée par les pouvoirs des guides. Le sable des dunes monta haut, si bien que le terrain fut recouvert d'un épais voile de poussière et que ds fissures s'approchant de la définition du ravin apparaissaient de toute part. Enfin, les sous-terrains, cible première, furent annihilés. Plus de galeries, plus de grottes. Miranda fut la première surprise d'un résultat aussi impressionnant, et fut une fois encore forcé de léviter, son bâtiment ayant été soufflé comme de la paille. Elle plissait à présent les yeux pour éviter d'être agressée par les grains de sables volatiles, mais souriait à pleine dents. Lilia, plus forte qu'elle ? Qu'ils étaient mignons, avec leur Archange.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Mar 12 Mai - 20:02

Raphaël avait observé faire jusqu'à ce que le souffle créé par le choc de Miranda commence à se faire entendre. Il tendit immédiatement le bras vers la menace, sa peau se recouvrant d'une couleur blanche de nacre. Ainsi, obéissant, le souffle se sépara, créant une sphère autours de lui et de Gareth. Il renforça cette dernière par de vents violents, projetant au loin les projectiles fréquents emportés dans la tempête. Quels que soient les chocs, Raphaël donna là la raison de sa présence en finale : il n'existait comme lui qu'un seul maître du vent. De son bras libre, il leva son chapeau en l'air, que je m'empressait de lui mettre en sécurité, téléporté sur la tête de Lilia !

- Il est temps de s'y mettre sérieusement, vieux. On risque une mêlée générale, là.

La seconde paire d'ailes de Raphaël surgit alors de son dos, menant le compte de celles-ci à quatre, ainsi que la teinte blanche. Il leva de nouveau la main au ciel, la crispa comme s'il accrochait une substance molle et solide, puis la tira vers le bas, semblant arracher quelque chose dans l'air, qu'il jeta vers le haut ... Le vent se leva alors sans prendre de direction réelle, avant que chacun puisse se rendre compte qu'il soufflait de façon circulaire. Les vents commencèrent à s'accélérer, et brusquement formèrent une tornade, dans un premier temps, avant que celle-ci ne se transforme en véritable cyclone de catégorie 3. Le hurlement du vent tournoyant sonnait le glas des moins aptes ...

- T'éloignes pas, lâcha-t-il.



Sous terre, June se releva péniblement. Les flammes ne l'avait pas inquiété, mais le sol s'était écroulé sous ses pieds, et deux fois de suite. Fort heureusement pour lui, ses adversaires ne l'avaient pas remarqué. Malheureusement pour eux, il était à présent pris d'une rage féroce. Il se déplaça au maximum de sa vitesse possible, faisant largement le tours du terrain, avant de retrouver celle qu'il cherchait ... Derrière Miranda, un nouveau hurlement se joint à celui du cyclone : celui d'un rayon lumineux très fin, mais d'une intensité encore jamais approchée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Mar 12 Mai - 20:37

Lilia retira machinalement le chapeau qui venait de faire irruption sur son crâne, trop ébahie pour prêter une attention particulière au vêtement où à son apparition au demeurant inexpliquée. Nathan était parvenu à lui remonter le moral, et c'était avec plaisir qu'elle avait observé ses camarades entamer cette finale tant attendue, toutefois la donne avait changé depuis quelques minutes ; car si Benjamin l'impressionnait sans pour autant la surprendre, Raphaël en était à un stade tout autre. De tout temps, il avait clamé qu'il deviendrait fort, toujours plus fort, assez pour protéger tout ceux qui lui étaient cher. Elle qui ne l'avait pas vu à l'action contre Jane découvrait la réelle ampleur de sa maîtrise de l'air, qui lui avait permis d'encaisse comme si de rien n'était l'onde de choc produite par la dernière attaque en date de Miranda. Et que penser de cette dernière ? Ils étaient devenus bien plus forts qu'elle. Dire qu'il fut un temps, l'aura violette était la chose la plus dangereuse à Cardith. Lilia retint alors son souffle au moment où June attaqua Miranda de dos. L'envie de crier à sa cadette de se retourner ne devint pas réalité que grâce à l'intervention d'Angélyna, qui par une main plaquée sur sa cuisse empêcha sa sœur de se lever subitement.

Miranda, qui lévitait encore afin de conserver un point de vue dominant au cas où Edwig jaillirait des décombres, se sentit reculer en plein air du fait des courants créés par Raphaël. S'il s'y mettait aussi, tant pis pour lui : ce serait la prochaine cible ! Quoique. Les écrans n'avaient pas encore confirmés la mort du valatien. Mieux valait terminer le boulot dans un premier temps. Ce fut au moment où elle se décidait à attaquer à l'aveugle une fois de plus que June survint. Fort heureusement, l'intensité de son rayon le trahit. Miranda peinait encore à repérer les mouvements dans son champ d'action télékinétique, mais un phénomène si imposant ne put lui échapper. Elle se retourna vivement et tendit les deux bras vers la projection, la faisant dévier de sa course pour la rediriger vers les monts où se terrait le grand frère de l'institut. Autant faire d'une pierre deux coups. Restait que June n'était pas un ennemi avec lequel elle était à l'aise. Il pouvait aisément la prendre de vitesse, ce qui impliquait que la fuite serait difficile. Peut-être y avait-il une carte à jouer avec cet ouragan qui, emportant avec lui la poussière soulevée par l'onde de choc, devenait peu à peu une tempête de sable. Il fallait se cacher. June avait beau être rapide et puissant, il ne disposait pas d'atouts lui permettant de la retrouver si elle quittait son champ visuel. La jungle semblait être la meilleure cachette à sa disposition pour l'heure, aussi entreprit-elle d'envoyer de multiples vagues télékinétiques vers June, pliant puis tendant un bras à chaque fois, et reculant elle-même à vive allure au rythme de ces attaques certes redoutables mais désuètes en comparaison des précédentes et n'ayant pour unique but que d'assurer sa retraite.

Une fine colonne de glace s'éleva sur plusieurs mètres dans ladite jungle, soulevant un arbre aux dimensions imposantes qui, déraciné, avait manqué d'écraser Melody et Benjamin. Pataud, le jeune homme se redressait en époussetant son manteau. Que venait-il de se passer ? Trente secondes plus tôt, ils refermaient leur étau sur June, puis il y avait eu deux explosions et une tornade. Ces gens-là n'avaient définitivement aucun sens de la mesure. Après avoir aidé son alliée éphémère à se redresser, le mutant posa ses mains sur ses hanches en s'étirant. Le choc l'avait bien secoué, et une partie de la forêt s'était effondrée ; sans doute car certains avaient fichu le bazar sous terre. Pas de morts annoncés, pourtant.

-Super, râla-t-il. Un plan B, capitaine ?

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Mar 12 Mai - 22:47

- Le plan est simple. On le retrouve, puis on le brûle.

Après avoir gallament accepté l'aide de Benjamin, la capitaine prit son envol, et remarqua bien vite qu'une bonne partie de la carte avait été dévasté. Etait-elle réellement une concurente face à de tels monstres? Parcourant des yeux la forêt incinérée, elle dut reconnaitre qu'elle non plus ne taillait pas vraiment dans la subtilité. Puis elle vit au loin June et Miranda, se renvoyant coup pour coup. Retournant auprès de son allié éphémère, elle déclara :

- June et la môme de votre institut se tapent méchament sur la gueule. On profite de la situation pour en achever un des deux?

Ils repartirent tout deux en direction des autres finalistes. Melody s'interrogeait néanmoins sur la cible qu'il convenait d'adopter. Entre une gamine aux pouvoirs télékinésiques sans limites et une entité non-humaine qui allait à la vitesse de la lumière, le choix n'était pas aisé. Confiante sur le choix de Benjamin, elle lui demanda qui ils devaient éliminer. Déjà, leurs ennemis étaient à portée de vue, mais surtout de flammes! Heureusement, ils n'avaient pas encore été repérés!


- Okay, on veille l'un sur l'autre, et on la joue prudent fit Gareth, confiant!


L'action suivant la parole, le nordique saisit un énorme rocher, résidu des attaques psychiques de Miranda, et le lança en direction de June, à une vitesse phénoménale. Observant la course du projectile, il fut interrompu par les toussotements d'un homme qui n'était définitivement pas Raphaël. Couvert de poussière des pieds à la tête, Edwig Luthness venait de se relever, libéré grâce à Gareth des gravats qui le bloquaient.

Sans leur laisser le temps de réagir, le colosse envoya un coup de poing au plexus solaire de son sauveur, qui pour réduire l'ampleur du choc, se laissa porter par les airs. A sa grande déconvenue, il vit que son adversaire n'était malheureusement pas seul. En face de lui se trouvait Raphaël Monier. Peut être moins tenace que Miranda, il n'en restait pas moins un sérieux concurent. Se transformant aussitôt en loup, il attrapa de ses longues griffes l'adversaire, prêt à le broyer entre ses crocs titanesques

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   Mar 12 Mai - 23:33

Aussi massif que soit Edwig, sa respiration accompagnant ce physique, Raphaël ne fut pas pris par surprise comme Gareth. Il accueillit son allié temporaire dans un confortable coussin d'air qu'il suréleva afin de le mettre hors de portée, tout en faisant face au colosse. Son sourire carnassier lui revint lorsque ses griffes se refermèrent sur lui. D'aucun auraient sans doute fui, connaissant la puissance du porteur, mais il y avait là un détail à prendre en compte. Ni l'un ni l'autre ne connaissaient la force de celui qui lui faisait face, et dans sa témérité, le gaillard de l'institut réalisait l'irréalisable. Ne sachant pas que ce fut impossible, il le fit.
Ses bras entiers s'enrobèrent dans le reinom, les plumes de ses ailes se couvrirent d'une sorte d'ombre éthérée, et il frappa droit au visage du loup, déchaînant son pouvoir.

L'outrageuse vitesse de June seule lui permit d'esquiver les coups brutaux de Miranda. Décidant de prendre un peu de distance afin de réfléchir, il remarqua au cours de son déplacement le duo flamboyant. Il se stoppa devant ceux-là, les bras tendus de chaque cotés, et leur expédia un rayon lumineux. Ne prenant pas le temps de voir s'il avait touché ses cibles, il continua son chemin à sa vitesse maximum, afin de rejoindre des hauteurs qui lui permettraient d'observer une vue d'ensemble des combats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Puis le jour se leva ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Puis le jour se leva ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quelle phrase donnera votre mois, votre jour, et la première lettre de votre prénom ? :3
» Photoshop (CS4) ne lit pas les PEF comment puis-je faire ?
» Qui fête Noël ou le jour de l'an à Disney ?
» Offre voyage-prive.com séjour à -55% dès le 22/06
» Billet 1 jour/2 parcs à 19 euros pour 5 personnes grâce à Velouté !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: Multivers :: Le tournoi du Pot :: Le grand tournoi!-
Sauter vers: