Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1164)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50

» Les inspirations musicales de L.Hubs - Rp One Piece
par L.Hubs Mar 27 Sep - 12:53


Partagez | 
 

 Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Dim 3 Mai - 21:45

Darius écouta attentivement, tentant d'ancrer en sa mémoire les informations les plus importantes. L'une, particulièrement, lui convint. Il était maître de sa destinée. Ses actes entraîneraient des conséquences propres. Cela lui suffisait amplement. Une fois à Taetra, il ne se souviendrait plus des créateurs, ni de ce tournoi. C'était là une décision prise par ce garçon à l'origine de son existence, et qui était commune à tous ses homologues. L'Eldarak passa devant Jolan, continuant sa route vers ses nouveaux alliés sans se retourner, et s'adressa au jeune homme tout en s'éloignant, prononçant ces quelques mots avant de disparaître de sa vue :

-Je ne me souviendrai pas de toi, mais ce que tu viens de me dire va tout changer pour moi. Merci.

Esmezia était heureuse malgré la gravité de la situation. Il n'avait finalement pas fallu longtemps pour que sa petite protégée soit acceptée par le monarque du Nord. Celui-ci demanda à l'adolescente de le suivre, ce qu'elle fit docilement, et la guerrière rousse leur emboîta le pas après avoir fait signe aux cardithiennes qu'ils avaient des affaires importantes à régler. Lilia les salua d'un simple geste de la main, se sentant soudainement minuscule face à l'ampleur des conflits que devaient régler ces gens là. Apprendre qu'une guerre continentale les touchait relativisait l'importance de sa victoire face à la mafia tout en questionnant ostensiblement la légitimité de l'orgueil qu'elle en tirait. En sortant de la salle de jeu, elle et Miranda se séparèrent, la plus jeune des deux prétextant en toute franchise un appétit grandissant. Lilia, n'ayant pas vu passer le temps, s'en étonna, et fut d'autant plus surprise de constater que la nuit tombait déjà sur l'arène. À bien y réfléchir, les trois parties successives devaient avoir duré dans les quatre heures, et l'exercice aurait pu s'éterniser bien plus encore si Yuko n'avait pas été si agressif. Vivement qu'elle raconte tout ça aux autres ! D'un pas guilleret, elle retourna à la loge où résidaient les membres de l'institut, laissant Miranda se diriger vers l'une des nombreuses cantines où elle escomptait certainement retrouver une amie quelconque. Skyler la fixa un instant lorsqu'elle entra sans qu'elle en comprenne le pourquoi. Elle n'eut pas le temps de faire deux pas vers lui que déjà les jumeaux l'interceptaient, la prenant à parti dans l'une de leurs conversations loufoques ; ce fut avec plaisir qu'elle se prêta au jeu. Une bonne heure passa, et le volume ne diminuait pas dans cet immense salon improvisé. Bien au contraire : Mathilde et Valentin s'étaient occupés de la sélection musicale tandis que les discussions se faisaient désormais à voix haute, voire s'agrémentaient d'éclats de rires et d'exclamations suite à l'ingurgitation d'alcool. Tout le monde ou presque était de la partie pour la petite fête qui se profilait et qui servait, introduction aux festivités du lendemain destinées à rendre hommage au champion du Pot. L'on s'amusait comme rarement, cependant Lilia fatiguait. Ses sourires se forçaient de plus en plus tandis que des cernes apparaissaient sous ses paupières. Ce genre de soirées, même entourée des gens qu'elle appréciait le plus, ne l'avait jamais enchanté. Elle n'oserait pas les quitter cela dit. S'esquiver aurait nécessité de trouver une excuse valable puis de mentir à tous, ce pour quoi elle était incroyablement malhabile. Ils se demanderaient si quelque chose n'allait pas, si ils lui avaient fait le moindre tort, et ils seraient très loin du compte mais elle ne trouvait pas le courage de les laisser. C'était stupide, elle en était consciente. Heureusement, Angélyna vola à son secours après que leurs regards se soient croisés au milieu de cette petite foule. Laissant à Daniel le soin de garder un œil sur sa fille – ce n'était pas tous les jours – elle sortit vers les gradins en emmenant sa cadette sous son bras.

L'instant d'après, elles se retrouvaient seules, bravant la dernière nuit tiède du multivers pour s'offrir l'un de ces moments d'intimité qu'elles chérissaient tant. Les sœurs Moscovitch étaient assises sur la rambarde, l'aînée adossée contre un mur pour se stabiliser, l'autre à califourchon, ses pauvres quarante-quatre kilogrammes donnant l'impression qu'elle aurait pu basculer dans le vide au moindre coup de vent. Lilia était affublée de sa tenue préférée, composée d'un simple short et d'un débardeur qui, couplés à ses cheveux courts et indomptables, lui donnaient de loin une silhouette d'adolescent. Armée d'un mikado qu'elle dont elle tenait fermement la partie non-enrobée entre son pouce, son index et son majeur, elle se battait contre Angélyna pareillement équipée. Les lames chocolatées se croisaient sans se toucher puis s'entrechoquaient tandis que les filles produisaient les bruitages. Aucune ne se permettait de rire ou de détourner son attention ; leurs yeux plissés ne laissaient d'ailleurs que peu de doute quant à leur état de concentration. De vraies gamines. Après un choc plus violent que les précédents, l'épée factice de la cadette se brisa. Les quatre iris azur suivirent la courbe du cadavre de biscuit tandis qu'il chutait vers l'arène vide, et Angélyna ne marqua pas la moindre surprise lorsque Lilia bascula à son tour. Son corps frêle approcha vite du sol, mais un tentacule aurique vint s'enrouler autour de la rambarde à temps. Le membre éphémère se contracta pour hisser sa maîtresse, qui retrouva sa position initiale en affichant une mine boudeuse.

-Je l'ai pas eu, marmonna-t-elle. Ça en fait déjà trois !

-Roh, bah excuses moi ; je suis gauchère, je frappe de gauche à droite. C'est quand même pas de ma faute si à droite, y'a le vide.

Ça ne prenait pas. Lilia demeurait bougonne. Anglyna soupira, avant de tendre sa propre arme vers le bec de son adversaire.

-Allez, ouvre, lui fit-elle.

Il ne fallut pas bien longtemps à cette mauvaise perdante pour s'exécuter et retrouver le sourire, ce qui ne l'empêcha pas de continuer sur les reproches.

-Tu pourras pas réparer toutes tes maladresses avec du chocolat.

-Qu'elle me dit avec ses grands yeux brillants.

Lilia fit la moue, tenta d'avaler ce qui lui restait en bouche, manqua de s'étouffer puis se joignit bientôt à Angélyna qui riait volontiers en se moquant d'elle. Fort bien; elle admettait sa défaite cette fois-ci, mais ce n'était que partie remise. La jeune mutante descendit de la rambarde et commença à grimper par-dessus les différentes rangées de sièges, jusqu'à parvenir au sommet des gradins. Là, elle s'installa à même le sol, en tailleurs, les yeux levés vers les étoiles. Angélyna se posa près d'elle quelques secondes plus tard. Elles ne se dirent rien. Elles pouvaient rester des heures ainsi, isolées, profitant avec béatitude la présence de l'autre. C'était ainsi qu'elles cultivaient cet amour platonique les unissant et qui leur permettait, de temps à autres, de faire le vide. Mais elles avaient beaucoup à discuter ce soir. La voix d'Angélyna s'éleva, perçant le silence que seuls les criquets et autres représentants de la faune locale se permettaient de violer.

-Tu te demandes où est Peter, parfois ?

Peter. Cela faisait longtemps. Même Maya n'en parlait pas, certainement car elle n'en savait pas plus qu'eux. Ce garçon avait rejoint l'institut un an après Lilia, peu après son changement de nom. Il n'était pas resté parmi eux bien longtemps, quittant le manoir Monier en même temps que son amie tzigane lorsque celle-ci avait entamé son tour du monde. Un seul d'entre eux était revenu.

-Parfois, répondit Lilia. Je ne me souviens pas bien de lui. C'est vague.

-C'était un garçon bizarre. Mais tu l'aimais bien, hein ?

Son ton se faisait insistant, comme souvent lorsqu'elle évoquait des sujets similaires à celui-ci. La vie amoureuse de sa petite sœur semblait être pour Angélyna d'un intérêt primordial, et elle en revenait souvent à ce même garçon. Peter. Oui, elle avait eu le béguin pour lui il fut un temps. Mais cette histoire datait d'il y avait quatre ans à présent. La jeune maman s'amusa de l'agacement de Lilia.

-Allez, avoues ! Je suis sûre qu'il y avait un truc. C'était ton premier amour, ou quelque chose comme ça.

-Angie, ça suffit.

-Bon, très bien ! Madame ne veut pas évoquer le sujet. Madame n'a qu'à me raconter pourquoi elle était absente toute l'après-midi, dans ce cas. Parce que ta nièce te réclamait.

Lilia ricana en imaginent Serena à sa poursuite tandis qu'Angélyna tentait sans succès de l'intéresser à autre chose. Elle adorait l'enfant qu'avait mit au monde sa sœur mais était bien contente de ne pas en être la mère. Une petite demandant autant d'attention l'aurait vite épuisée. La fatigue commençait par ailleurs à alourdir ses paupières, aussi s'allongea-t-elle en posant sa tête sur les cuisses d'Angélyna, qui ne pensa pas à protester. Elle passa une main entre les côtes et le bras de sa cadette, la posant sur le ventre trop plat de celle-ci, qui s'empressa d'agripper ces doigts intrus comme un enfant aurait agrippé sa peluche. La maman tatouée se laissa émouvoir plus qu'elle ne l'aurait cru en constatant une fois encore à quel point cette inconnue s'étant auto-proclamée Katadelyne Valpierre était différente des autres gens de leur monde. Si ce n'avait été grâce à son apparence, il aurait été impossible de lui donner un âge tant ses comportements présentaient à parts égales des traits enfantins et des éclairs de génie. Cette bizarrerie participait pourtant à la rendre attachante. Elle finirait peut-être par changer, par mieux comprendre les actes et les dires des autres humains, par rentrer dans le rang. Mais Angélyna n'y croyait pas. On ne pouvait changer quelqu'un comme elle. Lilia Hubs, en jeune femme soignée et distinguée, travaillant dans un bureau pour rentrer chez elle le soir venu et embrasser son futur mari ? Ce ne serait plus elle. Ce ne serait plus cette mystérieuse bête sauvage à moitié docile. Elle lui racontait ce qu'elle avait vu au cours de la journée, expliquait à quel point elle dont on félicitait si souvent les capacités mentales s'étaient sentie ridiculement stupide face à des gens de la trempe d'Edward et Adel. Elle lui parlait de ces filles de Valato avec qui elle s'entendait bien, de cette maison appartenant à une grosse dame dont la description lui rappelait tant l'institut, et Angélyna ne l'écoutait qu'à moitié. Le tremblement léger qui parcourut son corps suite à un sanglot la trahit. Lilia se stoppa dans son récit.

-...Angie? Qu'est-ce qu'il y a ?

Elle lâcha la main de son aînée avant de se redresser pour lui faire face, assise à son niveau. Elle avait craint de déceler une tristesse dont elle n'aurait saisi la source sur son visage, mais fut rassurée de constater la joie rayonnante d'Angélyna, qu'elle ne comprit que moins encore. Ce ne fut là que le début de sa surprise, laquelle fut immense lorsque les bras tatoués de la blonde l'étreignirent avec force. Lilia se laissa faire ; elle ne refusait jamais un contact physique bienveillant, elle qui en avait si longtemps été privée, mais c'était elle qui, la plupart du temps, allait le chercher. Les sanglots d'Angélyna ne faisaient que croître – inutile de chercher plus loin d'où Lilia tenait sa larme facile – tandis que la jeune femme, ébahie, ne savait comment réagir. Angélyna la réconfortait toujours lorsqu'elle allait mal, mais l'inverse était rarissime. Comment faisait-on, pour trouver la sources des pleurs de sa grande sœur et la tarir ? Lilia dégagea tant bien que mal ses bras pour les passer à son tour autour du dos de son interlocutrice, qui prit alors presque aussitôt la parole d'une voix étouffée.

-Quand tu es morte, j'ai fais une croix sur toi. J'essayais de continuer en t'oubliant. C'était tellement dur...je n'arrêtais pas de penser à toi, je ne dormais plus. Ma vie n'avait plus aucun sens. Et maintenant que tu es de retour, je...

Cette phrase n'eut pas droit à une fin. Ce ne fut pas nécessaire. Il y avait des milliers de façons pour Angélyna d'expliquer à sa sœur à quel point elle l'aimait, et aucune ne lui convenait mieux que ce silence. Qu'elle lui semblait loin, l'époque où elles auraient été prêtes à se battre au moindre regard de travers. Elles avaient tant partagé depuis. Daniel les avait unies de son plein gré tandis que Benjamin, sans le vouloir, avait beaucoup participé à les rapprocher. Les éloges qu'il confiait à Angélyna à propos de Lilia l'avaient aidée à changer son point de vue sur l'adolescente qu'elle était alors. Agaçante, égoïste, certes, mais munie de tant d'autres qualités, d'un si beau potentiel. Puis il y avait eu cette bataille. Elles avaient du s'occuper ensemble de Miranda, plus déprimée qu'aucun enfant ne l'avait jamais été, et gérer l'arrivée de Charlène. Ensemble, elles avaient retrouvé Mathilde. Puis à ses vingt-deux ans, quelques mois à peine après l'emménagement, Angélyna avait accouché d'une petite fille qu'elle n'avait jamais souhaité et qu'elle aimait pourtant incroyablement. C'était Lilia qui l'avait accompagnée pendant la couche. Elle avait de nouveau les cheveux très longs à l'époque, et avait prévu de se faire tatouer. Sa sœur l'en avait dissuadée. Elle était drôle. Toujours à suivre les pas de son aînée, insouciante, mais d'un tel aplomb. Angélyna n'avait pas voulu qu'elle la voie souffrir, et cela avait suffit à rendre l'accouchement indolore. En quelques minutes à peine Serena avait quitté le ventre de sa mère. Face à ce nourrisson si aisément expulsé, la jeune maman n'avait réussi qu'à éclater de rire. Ç'avait été trop facile pour être beau et le bébé était affreusement moche, alors elle riait, heureuse. Pleurer pour exprimer son bonheur lui avait toujours semblé étrange. Voilà pourtant qu'elle s'y mettait. Il y avait eu ces soirées pizza à la maison, ces passages à l'institut, ces moments d'émotions. Angélyna avait découvert qu'elle n'était pas sa sœur et avait fui. Ses amis, sa famille, tout. Il lui avait fallu quelques semaines pour se rendre compte de l'idiotie de son acte, et même dans ces moments là, alors qu'elle se sentait si stupide qu'elle en avait honte, il lui suffisait de chercher les yeux pâles de cette enfant abandonnée, sans origines, jaillie de nulle part pour s'immiscer dans sa vie. Dire que tout cela avait commencé par Jane, la forçant à venir tenter de soigner la petite princesse endormie de l'institut. Cette même inconnue qu'elle tenait dans ses bras, si mince qu'elle pouvait sentir ses os sous sa chair, et pourtant si forte. Elle était à la fois sa meilleure amie, sa confidente, et aujourd'hui plus que jamais sa petite sœur. La première personne de qui elle s'était sentie responsable. Elle lui passa une main derrière le crâne et l'embrassa sur le front avant de l'étreindre de plus belle et de lui souffler, tout bas :

-Je me rends juste compte que je n'aurais plus à parler de toi au passé.

Lilia demeurait muette, incapable de produire le moindre son intelligible. Son cœur vrombissait, battant à tout allure dans sa poitrine, à lui en faire mal et lui couper le souffle. Elle souffrait d'une torture physiologique reflétant l'état de béatitude mentale dans lequel elle se trouvait et escomptait bien rester. Elle s'enfouissait dans les bras de sa sœur en se recroquevillant le plus possible, tentant d'être toujours plus proche d'Angélyna afin de ressentir au mieux cet émoi qu'elle lui transmettait, de l'empêcher de n'être qu'éphémère. Il était si rare qu'on lui dise qu'on l'aimait. Angélyna était l'une des rares à ne jamais manquer l'occasion de le lui rappeler, et à aucune occurrence son message n'avait été clair qu'en cet instant. Lilia n'était pas dupe, elle comprenait que beaucoup comptaient à elle. L'idée même d'en douter ne lui aurait pas effleuré l'esprit. Mais Angélyna, elle, lui faisait le cadeau inestimable de le lui dire, avec ou sans mots. Il fallait qu'elle lui rende la pareille. Qu'elle fasse de même pour tous ceux à qui elle tenait. Dès maintenant ! Alors qu'elle avait encore le visage dissimulé au creux de l'épaule de la jeune maman, son aura se manifesta. Un filament violacé s'éleva de la base de sa colonne vertébrale, puis disparut aussitôt. Elle ne le sentit pas tant sa propagation avait été stoppée avec avec vivacité. La mutante finit par se dégager légèrement pour placer son visage au niveau de celui de son aînée. Du bout des doigts, elle essuya les rares larmes qui coulaient encore depuis les beaux yeux d'Angélyna, puis elles demeurèrent toute deux immobiles, tremblantes, avant d'éclater de rire ensemble. Nul besoin de se dire quoi que ce soit de plus à ce sujet. Elles ne voulaient en aucun cas atteindre un summum dans le pathos qui aurait eu un arrière-goût de fin. Le message que voulait faire passer l'aînée était tout autre ! Elles n'étaient que dans leur vingtaine, et auraient encore au moins un demi-siècle à traverses ensemble. Quelques pleurs seraient sans doute de la partie, mais les rires seraient autrement plus nombreux. Angélyna souffla un grand coup. Ça ne la rajeunissait pas, tout cela, mine de rien. Elle changea de sujet pour reprendre contenance.

-Et Skyler ? demanda-t-elle d'un ton qui trancha net avec l'émoi précédent.

-Ah, oui, Skyler.

Le revirement convenait parfaitement à la cadette, d'autant que le sujet lui semblait essentiel.

-C'est en bonne voie ! Il en a marre de se battre. Je pense qu'il ne va pas rester à l'institut, mais il s'en sortira. Il a l'air méchant, c'est vrai, mais au fond c'est quelqu'un de bien. Il est juste...maladroit.

-Tu sais de quelle fille on aurait pu faire la même description, à son âge ?

Lilia leva les yeux au ciel mais ne pouvait qu'apprécier la justesse du commentaire. Elle et Skyler se ressemblaient à bien des égards, et leur pouvoir commun n'y était certainement pas pour rien. L'aura galvanisait l'agressivité, empêchait tout discernement. Sous l'influence d'une entité telle, les sentiments d'autrui n'avaient plus leur place dans l'équation. Il fallait répondre à ses désirs les plus profonds, quels qu'ils soient, de préférence en éliminant les nuisibles sur son passage. Difficile alors de développer une personnalité respectable lorsque cette même aura tendait à prendre le dessus au quotidien, comme dans le cas de Skyler. Mais l'institut l'avait sauvé. C'était un garçon intelligent, qui saurait repartir sur des bases saines. Tout le monde avait droit à une seconde chance.

-En tout cas, oui. Skyler va bien, conclut-elle. Charlène aussi. Je voulais aller lui parler, mais Raphaël s'en est chargé. Il la comprend si bien. C'était déjà lui qui lui avait demandé de s'inscrire à ce club.

-À part lui-même, Raphaël comprend plutôt bien les gens. Enfin, maintenant qu'il est père, il a du s'assagir. Devenir parent, ça te change la vie. Mais bon, je te dis ça...si madame n'est pas prête à évoquer Peter, elle ne...

-Tu vas sérieusement recommencer ?

-Tu pensais sérieusement que j'allais m'arrêter ? rétorqua Angélyna.

Flottant dans les airs, parfaitement invisible, Nathan observait ces deux femmes. Voilà qu'elles se chamaillaient de nouveau, faisaient mines de se frapper tout en s’esclaffant. Même lui, pourtant insensible aux imperfections humaines, les trouvait touchantes. Il était intervenu quelques instants plus tôt afin d'endiguer la montée de l'aura violette. Ce pouvoir était impressionnant. Que la douleur ou l'extase soit trop grande, il tentait de reprendre le dessus sur son possesseur. Pourquoi donc le Pot s'y intéressait-il tant ? Il ne voulait pas répondre à cette question. Pas tout de suite, du moins. Pas avant qu'il ne puisse la voir de ses propres yeux. Cette gamine que lui, Nathan, avait ramené à la vie. Il n'alla pas la convoquer immédiatement malgré la demande de son supérieur : Gareth Soubresault allait rejoindre ces deux jeunes femmes, et l'aspirant archange était persuadé que, malgré son mutisme, le Pot souhaitait leur laisser le temps d'être insouciants.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 12:01

Expiration.
Inspiration.
Expiration, plus forte, mais plus calme.
Probablement un boss vaincu, du coté de Charlène.
Inspiration.
Expiration.
Skyler réfléchit trop.
Inspiration ...

Raphaël avait eut le temps de mener son pouvoir sur le vent jusqu'à une apogée que personne n'avait encore atteint dans son monde. Ressentir le souffle de chaque chose, la rencontre entre l'air et un objet solide, toute chose en contact avec l'air. C'était comme une forme très évoluée de méditation. Il ouvrit les yeux lorsque j'apparût devant lui, et auprès de tous les autres. Je n'avais rien à cacher, mais notre conversation resta entre nous.

Le Pot t'attend, bonhomme. Je t'y envoie, toi et ton chapeau. C'est une bonne question, je suppose parce que c'est avec toi que tout à commencé. Non, tu y va sans moi, mais Gareth t'y attends déjà, et Lilia va vous rejoindre. Ça, je sais pas. J'sais pas non plus ... Moi aussi. Ouais ...

J'avançais alors une main tandis qu'il avançait la sienne. Lorsqu'elles se rencontrèrent, il disparût, purement et simplement, allant là où il le devait, sous le regard des autres.

- J'espère ... soupirais-je enfin.

Je ne pris pas le temps de regarder les autres. S'ils avaient des questions, ils viendraient probablement directement me les poser, c'est l'une des raisons pour lesquelles je rejoint ma chambre, m'allongeant, épuisé, sur un long fauteuil à bascule que je venait de créer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 12:28

Les mains dans les poches, Gareth arriva au niveau d'Angie et Lilia, songeur. Elles aussi, le pot voulait les rencontrer. Et si il en croyait son créateur, Raphaël serait aussi de la partie. A sa connaissance, eux seuls avaient eu cette chance jusque là. Un fait pour le moins perturbant. Mais ils avaient encore un peu de temps avant cet entretien, et le mutant se joigna aux deux femmes, bien qu'il soit conscient qu'il serait peut être de trop dans cette discution. Il hésita à évoquer le sujet de Peter, dont il avait entendu le nom malgré lui. Il n'avait échangé avec le garçon que quelques mots, à la mort de Lilia, et celui-ci n'avait pas voulu l'écouter. Sans doute étais-ce pour cette raison qu'il n'était pas en ce lieu, avec les autres. La détentrice de l'aura, malgré sa présence ici, était réellement morte dans le coeur de l'adolescent. Epargnant aux deux soeurs ses idées noires, il se posta près d'elles, souriant de leur infantilité fraternelle.

- J'ai connu des combats plus épiques que celui-ci fit-il en tendant un bout de mikado à Lilia. J'ai entendu dire que tu t'étais lié d'amitié avec des gens de Valato? Comment sont-ils?

Gareth trouvait chez ce peuple une proximité bien plus forte qu'avec les autres mondes. Il n'arrivait pas à expliquer ce phénomène, mais ces derniers, comme eux, semblaient investis d'une aura bien plus forte que leurs autres congénères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 13:43

Les jeunes femmes se redressèrent vivement lorsque Gareth arriva à leur hauteur, cessant leur lutte infantile. Elles affichèrent un sourire trop large pour être naturel, tentant de faire bonne mine après avoir été prises en flagrant délit, et Lilia se fit le remarque qu'elle connaissait à peine le nordique malgré les deux mois qu'il avait récemment passé à l'institut. Heureuse qu'il évoque ce sujet sur lequel elle avait monologué toute à l'heure, elle lui répondit avec entrain tandis qu'Angélyna, accroupie dans son dos, entreprenait de remettre de l'ordre dans ses cheveux qu'elle avait grandement contribué à ébouriffer.

-Ils sont très civilisés pour des gens si reculés, fit-elle après avoir agrippé le biscuit que lui tendait Gareth. Enfin, reculés...moins développés technologiquement. J'en ai rencontré quatre. Il y avait Esmezia, la rousse qui a perdu au tout premier combat. Elle est à la fois rude et bienveillante. Les choses sont simples avec elle. L'autre s'appelait...Kellue. Charlène l'a combattue. Mais je ne peux pas t'en dire grand chose, elle ne parle presque pas. Mais elle fait froid dans le dos...C'est la garde du corps ou quelque chose comme ça d'un garçon qui est le roi d'un des pays de Valato. Edward. Lui, il...aïe ! Angie, qu'est-ce que tu fais ?

-Je tentais de mettre de l'ordre là-dedans mais ça semble impossible...

Abandonnant la tâche, elle finit par s'asseoir près de sa cadette et de l'écouter parler. Il était toujours surprenant de voir à quel point elle qui autrefois cherchait ses mots et peinait à aligner deux phrases s'avérait désormais à l'aise pour les logorrhées. Elle racontait bien, et sa voix aiguë mais douce était agréable à l'oreille. Peu avait ce don d'être naturellement agréables à écouter.

-Edward, donc, reprit la mutante. Enfin, Edward de Reydoran, premier du nom, souverain du Nord. Il est incroyable. Ce n'est pas du tout comme ça que j'aurais imaginé un roi. Il est doux, intelligent, calme. Je suis sûre que ses gens pourraient le suivre jusqu'au bout du monde. Là, il affrontait une fille de l'âge de Miranda qui s'appelle Adel. Esmezia m'affirmait que c'était la personne la plus intelligente qui soit, alors on a testé ça. Les guides ont créé un jeu qui nous permettait de nous départager. Adel m'a battu très facilement, puis elle a affronté Yuko. Et même lui a perdu, j'en revenais pas. Elle a fini par battre son roi aussi, et maintenant ils préparent je ne sais trop quoi pour leur guerre. Ils n'ont pas la vie facile là-bas.


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 14:08

Gareth ne pu qu'acquiescer. Malgré leurs tenues hautes en couleur, et pour la plupart, leur jovialité, ces derniers avaient du connaitre une vie bien plus difficile. Malgré la situation précaire des mutants, jamais ils n'avaient connu une longue guerre pour leur libertée et leur survie. Et pourtant, ces hommes et ces femmes leurs ressemblaient beaucoup. L'arrivée d'un homme à la taille colossale et au physique moyenageux interrompit le cours de ses pensées. Remarquant leur soudaine attention, Edwig hocha la tête en signe de salut et s'apprêta à continuer son chemin lorsque le nordique se décida à l'interpeller!

- Vous êtes de Valato, n'est ce pas, fit-il, un léger sourire malgré l'apparence impressionante et pas franchement rassurante de l'homme.

Gareth savait qu'il ne fallait pas se limiter au physique d'un homme pour le juger. Si il avait connu la réputation de l'individu en question, peut-être ne l'aurait il pas fait.

- En effet! Edwig Luthness! Et vous ...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 15:09

Si ce n'était du fait de sa participation à ce tournoi, l'identité de l'homme qui leur faisait face était parfaitement inconnue des sœurs Moscovitch. Ceux de Valato n'avaient pas parlé de colosse à Lilia, faute de temps, aussi ne savait-elle pas quel danger celui-ci pouvait représenter. Des soupçons pouvaient toutefois être émis compte tenu de la réaction de la foule lors de son affrontement avec Inès Vrag. Toujours en retrait face à des inconnus, surtout lorsque ceux-ci la dépassaient de deux têtes et pesaient le triple de son poids, la cadette laissa son aînée répondre. Angélyna s'exécuta d'un ton neutre, n'ayant encore décidé si cet homme pouvait être considéré comme amical. Du coin de l'œil, elle fixa toutefois Gareth avec insistance, l'air de lui demander pourquoi il l'avait interpellé.

-Angélyna Moscovitch, se présenta-t-elle. Et ma sœur, Lilia Hubs.

L'intéressée adressa à Edwig un timide signe de main. Elle assise en tailleurs, lui dressé de toute sa hauteur, leur différence de taille en devenait presque ridicule.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 15:15

Avec un petit signe de tête, Gareth se présenta lui aussi, sous le regard entendu d'Edwig.

- J'ai déjà entendu parler de vous. De ce que j'ai compris, vous êtes plus ou moins l'origine du pot! Vous êtes discriminés pour vos pouvoirs, dans votre monde, non?

Cette question, un peu abrupte, avait son importance pour l'Héritier. Lui même, de part ses capacités et son statut "unique" d'artefact humain, se sentait radicalement différent de tout être vivant sur terre. Leur expérience était sans doute assez similaire, bien que de ce qu'il savait, ces "mutants" vivaient plus ou moins en communauté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 15:31

Angélyna s'était énormément intéressé à la question de leur création, et de celle du Pot. Elle avait longuement discuté avec une guide, à plusieurs reprises, qui lui avait expliqué tout ce qui était explicable. Transmettre ce savoir lui semblait toutefois inutile. Ce n'était pas en sachant d'où ils venaient, qui était arrivé en premier ou toute autre futilité similaire qu'ils pourraient avancer, continuer d'exister dans leurs mondes respectifs. Partager l'histoire de Cardith avec cet homme ne la dérangeait en revanche pas le moins du monde. Elle s'empressa de lui faire noter son erreur.

-Oh, non, les mutants n'ont jamais été vraiment discriminés, répondit-elle avec légèreté. Mais les gens comme nous sont rares. Alors on essaie de se venir en aide, pour...eh bien...disons que certains pouvoirs doivent être matés.

Gareth et Lilia en étaient de parfaits exemples. Sans l'aide apportée par l'institut, les dégâts qu'ils auraient pu causer autour d'eux auraient été catastrophiques.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 19:16

- Je ne sais pas si ce sont les pouvoirs qui doivent être "matés" rétorqua Edwig. J'ai le sentiment que c'est l'ambition des hommes, le véritable danger.

L'Héritier pensait bien sur à sa propre histoire, ainsi qu'à celle de Valato. Athis lui même ne s'était jamais révélé vraiment puissant. Pourtant, grâce à son immortalité, et son intelligence hors du commun, il était parvenu à commetre massacres et domination sur l'espèce humaine pendant des centaines d'années.

- Nous parlions de nos pouvoirs en eux même, pour dire vrai. Chez vous, il n'existe pas de pouvoirs uniques, et vous êtes nombreux à en user. Chez nous, un gamin qui se retrouve avec un pouvoir destructeur peut parfois détruire tout un bâtiment sans le vouloir.

A cette évocation, Edwig songea à Miranda Hubs, dont la démonstration de puissance s'était révélée tout bonnement incroyable. Malgré sa résistance physique titanesque, l'ancien porteur d'Athis doutait de pouvoir vaincre un tel ennemi, pour peu que celle ci fasse preuve de bon sens.

- En effet, je n'avais pas vu les choses ainsi. Mais je comprends votre ressenti. J'ai moi même acquis une force que je ne pourrais affirmer contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 20:21

Bien qu'intimidant, ce colosse dégageait une aura de sérénité surprenante. Difficile d'imaginer ce qu'il avait du vivre pour acquérir une force telle que la sienne, mais il semblait à présent certain qu'une personne comme lui ne pourrait jamais retrouver une vie normale, si tant est qu'il en ait déjà eu une par le passé. Lilia l'observa, lui qui se tenait aux côtés de Gareth. Elle dévisagea tour à tour les deux hommes, et remarqua des similitudes dans leur façon d'être. Il lui fallut quelques instants avant de trouver le mot qui correspondait à ce ressenti, et elle en parvint à la conclusion que tout ou presque, dans la démarche, le ton et les actes de ces gaillards clamait leur lassitude. Peut-être se trompait-elle au sujet d'Edwig qu'elle ne connaissait que de vue et de nom, mais elle était certaine que Gareth ne faisait qu'alterner les moments de joie et les longues phases mornes. Layla devait lui donner espoir, l'empêcher de sombrer définitivement. Ce constat attrista la mutante. Elle ne s'imaginait aucunement atteindre un état semblable. Avec Angélyna et tous les autres à ses côtés, comment ne pas être heureuse ? Sa propre joie ne suffit toutefois pas à l'empêcher de ressentir de la compassion pour l'ancienne Ombre. Une victoire durant la finale du lendemain avait ses chances de lui redonner le sourire. Elle le lui souhaitait. À lui comme à Gareth, et à tant d'autres. Son seul regret était de ne pas pouvoir participer à ce grand spectacle. Un affrontement à pleine puissance contre Benjamin, par exemple, lui aurait vraiment plu. Il l'aurait laissé gagner quel que soit le cas de figure, évidemment, mais cela ne les aurait pas empêché de s'amuser. Angélyna s'apprêtait à continuer d'exposer la situation des mutants, sujets sur lequel elle était particulièrement érudite et qui semblait particulièrement intéresser la valatien, lorsque Nathan fit son apparition. Vêtu de son costume sombre habituel, il était plus tendu que les jours précédents. Ignorant sans ménagement les regards interrogateurs des quatre individus, il alla se camper à quelques mètres de Lilia, toujours assise, qu'il regardait droit dans les yeux.

-Le Pot désire te rencontrer, annonça-t-il.

-Le...Le Pot ?

Aux yeux de Lilia, le Pot n'était qu'une entité abstraite, une allégorie de Dieu sans forme physique. Une forme d'énergie, peut-être, dans laquelle puisaient les guides pour utiliser leurs formidables aptitudes. L'idée même d'une rencontre avec ce genre d'être sortait de nulle part. Pourtant, après la découverte de l'existence d'entités mythiques en provenance du monde des éléments, d'aoris à l'origine de la création des planètes et de la vie, puis des créateurs en personne, rien n'aurait du l'étonner. La jeune femme aux pieds nus se releva, comprenant qu'il ne s'agissait pas d'une demande mais d'une obligation. Elle se stoppa toutefois après avoir fais un pas vers Nathan. Cela lui semblait injuste. Pourquoi était-ce elle, et elle seule, qui avait le privilège de rencontrer leur hôte ? À moins qu'il ne s'agisse aucunement d'un privilège. À cette pensée, son visage blêmit. Aurait-elle fait la moindre erreur, aurait-elle eu le moindre comportement déplacé qui puisse forcé le Pot à revenir sur sa décision et la laisser pour morte définitivement ?

-Je...pourquoi ? demanda-t-elle.

-Je l'ignore. Tu le lui demanderas directement. Maintenant, si tu veux bien me suivre...

-Est-ce qu'ils peuvent venir aussi ?

Nathan sembla hésiter, puis haussa les épaules.

-Le Pot n'y voit pas d'objection.

Leur curiosité piquée au vif, les quatre individus emboîtèrent le pas du guide qui avait décidé de les conduire à pied. Cette soirée initialement classique prenait en définitive une drôle de tournure. Nathan les mena vers des recoins de l'arène qu'ils n'avaient jamais exploré et dont ils ne soupçonnaient pas l'existence. Ils s'enfoncèrent, empruntant des escaliers toujours plus sombres et étroits, jusqu'à se retrouver parfaitement en-dessous de la fosse où se déroulaient les combats. Dans cette grande salle circulaire ornée seulement de meubles de pierre se trouvaient les onze guides, discutant ou échangeant un repas autour d'une table. Des portes d'un bois sombre, fermées, menaient aux quartiers privés de ces êtres insolites. Lilia reconnut le grand homme à la peau sombre, qui lui adressa un sourire avenant avant de rejoindre la femme avec laquelle Angélyna s'était entretenue plus tôt. Aucun d'eux ne fut, en somme, surpris de voir débarquer des créations. Les mutantes furent en revanche étonnées de constater que Raphaël les attendait, devant une énième porte d'une teinte différente.

-Toi aussi tu as été convoqué ? lui demanda Lilia, rassurée à l'idée de ne pas devoir faire face au Pot seule.

Les guides, les aoris, les créateurs ; elle pouvait faire bonne figure face à ces gens-ci qui, d'apparence, avaient tout d'humains normaux et bienveillants. Mais ce cas-ci était tout autre. Ce qui se tenait derrière cette porte n'était autre que la représentation de l'univers. Difficile de rester insensible lorsque cette chose vous demandait en personne. Nathan posa sa main sur la poignée et leur adressa une esquisse de sourire.

-Ne vous en faites pas, tout ira bien.
https://www.youtube.com/watch?v=rlUtzev0CsM

Nathan ouvrit alors la porte et invita Lilia à entrer la première. L'endroit n'avait rien de naturel. Depuis qu'ils s'enfonçaient dans les profondeurs de l'arène, l'air se faisait plus rare, plus lourd ; ici, il semblait frais et agréable. Le sol était constitué d'herbe rase, agrémentée de fleurs multicolores et d'arbres majestueux. En levant les yeux, on pouvait discerner un ciel clair, où des oisillons virevoltaient par moments. De chaque côté, cette forêt s'étendait si loin qu'il était impossible de faire le moindre pronostic quant aux dimensions de la salle, bien que la végétation devienne si dense une fois une certaine distance passée qu'il aurait été impossible de s'y aventurer. Face à Lilia, à quelques mètres à peine, un petite clairière trônait. Un point d'eau servait de centre à cet espace magnifique que les rayons du soleil partiellement bloqués par les feuillages éclairaient d'une lumière douce. Ça et là, des pots de bois lévitaient. Crayons, feutres et autres stylos venaient y entrer et en sortaient en permanence sous l'œil avisé du seul humain en ces lieux. Il s'agissait d'un petit garçon de cinq ans tout au plus, aux cheveux châtains presque rasés. Vêtu d'un pantalon simple et d'un pull trop grand pour lui, il était allongé dans l'herbe et dessinait dans un cahier lambda, entouré de bêtes en tout genre. La faune locale n'était d'ailleurs pas en reste compte tenu des bruitages produits par les insectes, oiseaux et batraciens. Le garçon ne les vit pas arriver. Confuse, Lilia se retourna vers Nathan qui ôtait ses chaussures.

-Le Pot n'accepte que les visiteurs pieds nus dans sa chambre, expliqua l'aspirant archange.

Il intima alors aux quatre autres de l'imiter. Angélyna s'exécuta sans perdre un instant, retirant ses bottines avant de rejoindre son sœur en avance sur le reste du groupe. Elle demeura toutefois légèrement en retrait par rapport à elle. Le petit garçon ne les remarquait toujours pas, continuant de graver de grands traits de couleurs sur sa feuille de papier. Angélyna respira une grande bouffée d'air. L'endroit était agréable. Bien plus agréable que n'importe quel lieu qu'elle ait pu visiter par le passé, à bien y penser. Elle s'y sentait apaisée, reposée, emplie d'une énergie calme et douce. Du regard, elle recommanda à Lilia de faire le premier pas. Nathan vint appuyer ce conseil, aussi la jeune femme obtempéra-t-elle. L'herbe crissa sous la plante de ses pieds à chaque pas tandis qu'elle s'avançait. Lentement, elle fit le tour du point d'eau et se dressa sur la pointe des orteils pour observer le dessin de l'enfant. Les motifs représentés n'avaient rien d'un croquis moche et coloré, bien au contraire : ses lignes se croisaient et s'unissaient à la perfection, formant un objet dont Lilia ne savait rien mais qui était incroyablement beau. Sa représentation était si réalise qu'il n'aurait pas été surprenant de le voir sortir de sa feuille. Mais il n'en fut rien. Une brindille craqua sous la voûte plantaire de la mutante, ce qui ne manqua pas d'éveiller l'attention des animaux qui s'enfuirent à l'unisson tandis que le garçonnet se redressait. Un sourire serein et parfaitement adulte s'afficha alors sur son visage tandis que ses iris sombres scrutaient l'arrivante de la tête aux pieds.

-Lilia, dit-il avec émeu. Te voir de mes propres yeux est un plaisir. Assieds-toi, je t'en prie. Toi aussi, Angélyna, viens. Gareth, Raphaël, Edwig, Nathan, rejoignez-nous donc. Cette conversation n'a pas à être confidentielle.

Sa voix était bien celle d'un enfant, pourtant la sagesse se dégageant de chacune de ses intonations aurait correspondu à un vieillard. Accroupi, les mains posées sur ses cuisses, il attendit que ses invités prennent leurs aises. Lilia alla s'asseoir en tailleur face à lui, et fut bientôt rejointe par sa sœur. Nathan, lui, se plaçait plus à l'écart, et croisait les bras. Désormais, il ne quittait plus l'enfant des yeux. Une fois que tous furent prêts à l'écouter, il reprit la parole.

-Je suis le Pot. Je refuse habituellement de communiquer avec ceux vivant en mon sein, néanmoins la situation m'incite à faire une exception. Ce sera certainement la seule fois que vous aurez affaire à moi. Profitez-en ! Je suis prêt à répondre à toutes les questions que vous voudriez me poser.

Et de nouveau il attendit, scrutant tour à tour les humains avec le sourire, curieux de savoir lequel s'adresserait à lui en premier.


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 21:24

Raphaël, comme à son habitude, n'avait pas mis de chaussures depuis une éternité. Il s'avança tranquillement, les mains dans les poches. Il rajusta son chapeau en observant l'enfant. N'importe qui ce serait attendu à un être sous une forme éthérée, un oeil géant, ou un géant tout court, mais il n'y avait là qu'un enfant. C'en était presque exotique. Il sourit, tout en avançant, il était probablement le plus extraverti de ses amis, présents ici. Il s'assis à ses cotés et pris la parole sitôt qu'on le lui demanda.

- Pourquoi tu nous as fait venir, tous ? Doit bien y avoir quelque chose d'important dont tu dois nous entretenir qui va nous arriver, hm ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 21:34

Lilia acquiesça d'un hochement de tête, approuvant la question posée par Raphaël et qu'elle aurait certainement formulée à sa place si personne n'avait pris la parole. Elle s'attendait à voir le garçon prendre un air grave, leur annoncer qu'ils étaient les élus destinés à stopper une crise comme jamais le multivers n'en avait connu, mais le sourire du Pot ne fit que s'amplifier et ce fut avec un amusement certain qu'il répondit au porolien, la tête penchée sur le côté.

-Je ne vous ai pas fait venir. Seule la présence de Lilia était requise, mais puisqu'elle se sentait mal à l'aise séparée d'Angélyna, j'ai cru bon de l'autoriser à la suivre. Je n'allais alors pas laisser Edwig et Gareth derrière. Quant à toi, Raphaël, ton créateur souhaitait que tu participes. Je n'ai vu aucune raison de m'y opposer. Et non, il ne vous arrivera rien de très important. Rien que vous ne sachiez déjà en tout cas. J'en profite d'ailleurs pour vous féliciter tout trois pour votre ascension jusqu'en finale.

Le Pot continua de fixer Raphaël avec insistance, attendant de savoir si la réponse apportée lui convenait.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 23:02

- Oh ? Cool, alors, lâcha le gaillard au chapeau. Alors dis-nous, pourquoi Lilia a-t-elle été conviée, qu'on puisse l'aider dans sa tâche ... Si on peut.

Il haussa les épaules, prenant vraiment ses aises, comme s'il n'avait pas conscience de l'importance de l'entité à qui il s'adressait. Peut-être était-ce mieux ainsi, peut-être que l'impression d'être comme les autres pouvait satisfaire le Pot, maintenant personnifié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Lun 4 Mai - 23:36

- J'aurais des centaines de question à poser fit Edwig de sa voix grave, mais une seule me vient à l'esprit maintenant! Pourquoi les chaussures?

Le colosse observa pendant quelques instants ses orteils, en contact avec l'herbe grasse, avant de se tourner vers l'enfant en face de lui. Gareth esquissa un sourire face à cette petite pique de la part d'un homme qu'il connaissait à peine. Puis, comme les autres, il fixa le pot. Il avait un peu de mal à comprendre le sens de cet entretien. Il remercia néanmoins le maitre des lieux d'un hochement de tête, mais compris aussi qu'il venait uniquement grâce à la présence de Lilia lorsque l'enfant répondit à Raphaël. Quelque peu vexé, il se demanda ce qui pouvait nécéssiter une telle rencontre. Mais son léger dépit ne fut rien comparé à la réaction d'Edwig. Le colosse hésita quelques instants, avant de tourner les talons, attrapant ses bottes sur la route. Son visage ne montrait pourtant aucun signe de jalousie. En vérité, l'Héritier respectait son pacte de neutralité. Mais il n'y avait bien sur pas que cela. Le ton de leur hôte, bien que cordial, n'avait pas résonné agréablement à ses oreilles. Si ils n'étaient pas nécéssaires, pourquoi les convier, tout en leur rappelant leur inutilité. L'orgueil du colosse avait alors pris le dessus. Lui qui était habitué à faire trembler des armées à son simple nom ne pouvait supporter cela. Athis lui aurait sans doute conseillé d'accumuler les connaissances et de les utiliser à son compte, ou encore de les rapporter à Reingleff, mais sa toute récente morale l'en empêchait. Hâtant le pas, il se retrouva bien vite dans la ville, un gout amère dans la bouche.

- Qu'arrivera t-il à la fin de ce tournoi? demanda Gareth, ignorant le passage éclair d'Edwig. Bientôt, les créateurs nous laisseront à notre sort, qu'est ce que cela signifie pour nous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Mar 5 Mai - 13:02

Lilia se recroquevilla quelque peu lorsque le Pot parla d'elle, clamant avec véracité son désir, si ce n'était un besoin, de partager cet instant avec sa sœur. Elle se sentait infantilisée. Pour autant, elle demeura particulièrement attentive aux dires du Pot, et fut particulièrement surprise lorsque le valatien les quitta, si vite qu'aucun n'eut le temps de lui demander la raison de ce désistement. L'envie de le poursuivre fut toutefois passagère : Raphaël puis Gareth enchaînèrent de nouvelles questions. Ce fut au porolien que le garçonnet s'adressa en premier.

-Il n'y a pas de tâche à accomplir, juste quelque chose que je tenais à voir. Nous passerons à cela dès que vous n'aurez plus de questions. Gareth, il me semble ne pas avoir de nouvelle réponse à t'apporter. À votre instar, j'ai été créé par les créateurs. Je suis le réceptacle qui permet à ces univers d'exister, et j'en fixe les lois. Il est prévu que chacun retourne dans son monde d'origine. Les guides vous ont déjà expliqué que les morts resteront morts. Pour vous, cardithiens, cela signifie que Jane et Émilie Hubs disparaîtront. Vous n'allez pas garder souvenir de ce qu'il s'est passé ici, toutefois cette expérience pourrait vous changer. Les créateurs peuvent cependant agir, modifier les règles. Moi-même je ne peux prédire leurs décisions. En somme, n'ayez crainte. Votre vie reprendra son cours normal.

Angélyna acquiesça, satisfaite de cette nouvelle. La perte de mémoire à venir ne l'enchantait guère, mais elle avait conscience qu'il s'agissait objectivement de la meilleure des solutions. Comment, sans cela, les mondes n'auraient-ils pu être plongés dans le chaos ? Des fanatiques auraient sans doute émergés à Valato, entre autres. Des éléments lui échappaient toutefois encore. Elle se racla la gorge avant de prendre la parole à son tour.

-J'ai quelques questions moi aussi.

-Je t'écoute, Angélyna.

La jeune maman fut décontenancée par la spontanéité et la douceur des réponses de cet être à l'apparence infantile. Elle était parfois tentée, réflexe maternel obligeant, de lui parler avec simplicité de la même manière dont elle s'adressait à Serena, mais elle parvint à se retenir.

-Vous prenez les décisions, vous fixez les règles, vous êtes...Dieu ? Et, pourquoi ce tournoi ? Pourquoi nous faire nous voir, tous, si en fin de compte on va oublier ce qu'il s'est passé ?

Le Pot éclata d'un rire cristallin qui, même s'il ne dura que quelques secondes, semblait lui faire le plus grand bien.

-Je suis content, Angélya. Toi et tes amis, vous posez de bonnes questions. Les guides savent déjà tout, parler avec eux est très ennuyant.

Nathan ne broncha pas à la remarque tandis qu'Angélyna se rapprochait, prenant ses aises à l'instar de Raphaël, dont la démarche était appropriée. Il avait beau être une entité dont ils n'auraient pu imaginer l'existence, ce Pot n'en était pas moins avenant et, semblait-il, bienveillant à leur égard. Il les tutoyait, les appelait par leurs prénoms, partageait avec eux un moment simple en ce lieu magique qu'il appelait sa chambre. Nulle raison de se formaliser. L'enfant apporta une nouvelle fois ses réponses.

-Il n'y a pas de Dieu. Pas tel que vous l'entendez. Pas d'être omniscient et omnipotent à l'origine de toute chose. Les aoris ont créé trois des cinq mondes, j'ai créé les aoris, les créateurs m'ont créé, et il y a fort à parier qu'une autre espèce, une autre chose, est à l'origine des créateurs. Alors voici. Je ne suis pas Dieu. Peut-être en existe-t-il un, à un stade de ce processus infini, mais rien de tel dans votre monde. En ce qui est du tournoi, il s'agit d'un caprice de ma part. J'ai quatre ans et demi, ce qui vous semble peu, mais est, à mon échelle, un très bel âge. Je suis mourant. Je tenais à vous voir, tous ensemble, avant de partir.

-Partir ? reprit Angélyna. Mais, nous, alors ?

-Pas d'inquiétude. Regardes !

Joignant le geste à la parole, le Pot agrippa la grande feuille blanche sur laquelle il dessinait précédemment, et montra son œuvre à la petite assemblée. Sur cette feuille était représentée une sphère enfermée dans un cube. Le dessin jaillit soudainement de la feuille, formant un objet en trois dimensions qui vint léviter face à eux. Le Pot replia sa feuille et la tendit à Nathan qui alla la ranger à l'écart, puis prit l'objet entre ses mains.

-Tout mon pouvoir sera renfermé là-dedans une fois que je serai mort. Cela signifie qu'il n'y aura pas de nouveau monde. Mais les votre continueront d'exister. Les guides s'en assureront. Je leur fais confiance.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Mer 6 Mai - 0:25

Aussi étrange que cela puisse paraître, ce garçonnet souriant était beaucoup plus rassurant que des guides de l'acabit de Nathan, plus impulsifs, intransigeants. Mais il n'y avait aucune raison de ne pas s'en remettre au jugement du Pot. S'il pensait ses apôtres dignes de lui succéder pour assurer l'équilibre des cinq mondes, il ne pouvait qu'avoir raison. Angélyna avait encore bien d'autres questions. Des centaines, des milliers peut-être ! La genèse de leur univers, la présence ou non d'une forme de vie intelligente quelque part dans leur galaxie ou dans une autre, la solution aux guerres, le comment de l'évolution animale, le pourquoi des mutations humaines ; elle voulait tout savoir, sur tout. Elle décida pourtant de ne plus rien demander. Où serait le plaisir de la découverte si on lui offrait  tout ce dont elle avait besoin sur un plateau d'argent ? Certaines questions méritaient de rester sans réponses. Tant pis pour ces zones d'ombres à propos de ses parents. Il lui fallu une retenue toute particulière pour ne pas évoquer les parents de Lilia. Le sujet l'intriguait, certes, cependant une telle découverte aurait possiblement été néfaste pour sa cadette. Mieux valait ne plus rien dire. Angélyna souffla un grand coup pour se focaliser sur autre chose. Le Pot était donc mourant. Et tel un vieillard à l'agonie sur son lit de mort, il avait fait venir toute sa famille. Cette entité créatrice inspira une vague de sympathie et de pitié à la jeune femme, qui entreprit d'avancer vers lui pour l'étreindre, mais celui-ci tendit une paume vers elle, lui ordonnant par ce geste de se stopper. Sentant son incompréhension, il s'expliqua :

-Si vous me touchiez, vous mourriez en un instant. N'en faites rien, s'il vous plaît. Nul besoin de contact physique pour que je ressente votre compassion. Je t'en remercie, Angélyna. À présent, si votre curiosité est satisfaite...

Le silence eut valeur d'acquiescement. Le Pot plongea alors ses yeux sombres dans ceux de Lilia, qui déglutit avec difficulté. Elle allait enfin savoir pourquoi il avait tenu à la voir. Nathan sembla se concentrer, observant avec attention la mutante.

-J'aimerais que tu me montres ton aura, Lilia. Et ne t'en fais pas, tu ne causeras aucun dommage ici. Je vais stabiliser tes pouvoirs afin que tu en aies le contrôle total. Raphaël, Angélyna, Gareth, vous auriez bon compte de reculer. Demeurer à proximité de l'aura violette n'est pas chose agréable.

Doux euphémisme que Lilia s'empressa de supporter. D'un hochement de tête, elle demanda à sa sœur de reculer. Accompagnée des deux hommes, elle alla s'asseoir quelques mètres plus loin, mais ils purent malgré cette courte distance entendre parfaitement la conversation qui s'ensuivit tant les voix raisonnaient dans cette nature vierge.

-Donc...je commence par la bleue ? s'assura la jeune femme.

-S'il te plaît.

Soit. Elle ne comprenait pas ce qu'il y avait de si exceptionnel à voir, et le regard insistant de Nathan la gênait, mais elle obtempéra. Toujours assise en tailleurs, elle ferma les yeux et fit apparaître cette énergie fumante qui s'évaporait de tous les pores de sa peau. Bleutée, elle formait autour d'elle un halo instable de faible ampleur. Puisque le Pot lui permettait de contrôler pleinement ce flux, elle lui fit atteindre sa limite. L'aura gagna en intensité sans pour autant que la différence ne soit flagrante. Même sans le soutien du garçon, elle avait effectivement déjà la mainmise sur cette partie de son pouvoir. Lilia lança un regard interrogateur au Pot, toujours souriant, qui lui demanda d'un geste de la main de continuer. Elle n'aimait pas ça. Sa force pouvait causer des dégâts monumentaux, et savoir qu'un enfant et Nathan se situaient tout proche lui faisait peur. Et si elle les blessait par inadvertance ?

-Vous êtes sûrs ? fit-elle en se mordillant le pouce, anxieuse.

-N'aie crainte. Tu as vu ce que pouvait faire Nathan. Tu ne peux pas nous faire de mal.

La mutante tenta de se détendre. Elle connaissait à peine le Pot. Raphaël et Angélyna avaient beau lui faire confiance, elle n'était pas du genre à baisser sa garde si facilement. Mais il avait raison, Nathan pourrait probablement la stopper quel que soit le figure. Et elle n'oubliait pas les conseils prodigués par Benjamin quelques années plus tôt qui lui avaient été d'un grand secours. Plus elle craignait son pouvoir, plus celui-ci risquait de se manifester intempestivement. Une seule manière de faire s'avérait valable : l'affrontement direct. Être plus forte que son aura afin de la maîtriser. Cela avait toujours fonctionné jusqu'à lors. Autant s'y tenir. Lilia se leva cette fois-ci, et tous les muscles de son corps se contactèrent. L'aura jusqu'à lors calme gagna violemment en intensité. Elle forma un brasier d'énergie violette autour de sa maîtresse, si puissant que les courants qu'ils dégageaient faisaient ployer les arbres les plus proches. Le Pot n'avait pas menti. Il lui avait accordé la pleine maîtrise de ses capacités, et la force de l'aura était bien plus grande qu'à l'accoutumée. Le champ d'action de son pouvoir s'étendit tant qu'Angélyna fut forcée de reculer d'avantage, menaçant de se faire happer à tout moment. Raphaël ou Gareth auraient sans doute tenus le coup, mais elle ne pouvait que guérir les blessures ; et elle ne voulait pas imaginer l'état dans lequel se serait retrouvé le moindre de ses orteils une fois pris dans cette véritable déferlante. Lilia l'avait toujours impressionnée. Elle n'était pas la plus apte au combat des mutants de l'institut, mais son pouvoir était certainement le plus dangereux de tous, et il l'était aujourd'hui bien plus que jamais. Elle aurait été terrifiée si Lilia, au centre de ce tumulte mauve. Nathan et le Pot demeuraient calmes. L'aura avait beau être impressionnante, sa puissance demeurait dérisoire comparé à certains êtres vivant dans les cinq mondes. Et sa propriétaire ne voyait toujours pas où ils voulaient en venir. L'aspirant archange inspirait longuement. Il était celui qui, quatre jours plus tôt, avait ramené cette fille à la vie. Alors qu'il recréait son corps, elle était apparue face à lui, dans cet espace vierge entre les dimensions, entourée de son manteau protecteur, munie de capacités n'ayant rien à voir avec ce qu'elle montrait actuellement. Elle-même n'avait su dire ce quoi il s'agissait et Nathan n'avait pu en juger. C'était lui qui avait demandé au Pot de se pencher sur la question. C'était lui qui voulait voir cela de ses propres yeux. Le seul moyen de s'assurer qu'il ne s'agissait pas de ce à quoi il pensait était d'accorder à la mutante le contrôle total de cette capacité inédite, or seul le maître des lieux avait un tel pouvoir. Enfin, le moment de vérité. Nathan ne respirait plus. L'enfant fit de nouveau signe à Lilia.

Elle n'était pas certaine de savoir comment s'y prendre. Toute petite, elle avait pris conscience de ses capacités hors-norme. Elle avait appris à se servir de son aura bleue comme d'un outil, pour se protéger, pour bâtir autour d'elle une forteresse de solitude réconfortante. Elle avait appris à craindre l'aura violette, à ne la laisser se manifester qu'en cas de danger. Il n'y avait rien qu'elle n'aurait donné pour être née normale. Sans le moindre pouvoir, sans ces douleurs inhérentes au moindre toucher. On ne l'aurait pas abandonnée, elle aurait grandi entourée de gens bienveillant et aurait connu, dès ses premiers jours, le bonheur qu'elle vivait à l'institut aujourd'hui. Regretter n'était toutefois pas un luxe qu'elle se permettait. Puisqu'il était impossible de changer qui l'on était, elle avait appris à vivre avec l'aura, à la canaliser au quotidien, à la galvaniser lorsqu'elle avait besoin de sa force. Ce n'était pas une amie agréable, mais Lilia avait fini par la comprendre. Ce troisième stade, en revanche, était nouveau. Elle ne savait comment l'atteindre, encore moins comment s'en servir. Elle tenta de déployer plus de force encore, de se concentrer en trouvant l'harmonie, de se mettre en colère : rien n'y fit. L'aura violette continuait de produire ses courants infernaux. Elle chercha dans les yeux du Pot une aide qu'elle ne trouva pas. La voilà qui échouait. Désespérée, elle se tourna vers sa sœur, qui n'était en rien émerveillée ou enthousiaste devant tant de puissance. Elle était anxieuse, effrayée. Lilia comprit. La force qu'elle tentait d'atteindre en surpassant celle déjà acquise n'était pas mesurable par ces échelles auxquelles elle se référait habituellement. Rien ne servait de viser toujours plus haut lorsque le stade idéal était déjà atteint. La seule métaphore qui lui vint à l'esprit pour se représenter la situation fut gastronomique. Elle adorait les desserts. Elle aurait pu se nourrir exclusivement de pâtisseries. Mais c'était en étant rassasiée et non pas en s'empiffrant jusqu'à ne plus pouvoir avaler une miette qu'elle en profitait au mieux. Les bonnes choses étaient rendues meilleurs par leur rareté. Plutôt que de tenter en vain d'augmenter encore et toujours l'intensité de son aura, Lilia se détendit. Tout en conservant ses teintes violacées, l'énergie retrouva un volume semblable à celui de l'aura bleue. Puis elle disparut dans un flash. Lilia, dressée face au Pot, resplendissait par sa simplicité. Une jeune femme de petite taille, vêtue de beige et de blanc, les cheveux d'un blond clair dressés sur le crâne. Il n'y avait plus la moindre étincelle aurique autour d'elle, mais une légère lumière auréolait l'intégralité de son corps. De rares filaments immaculés s'évaporaient parfois de ses poignets, de ses tibias ou encore de ses hanches, flottant jusqu'au-dessus de son crâne avant de disparaître. Ses iris bleu-gris semblaient plus pâles qu'à l'accoutumée. Elle leva sa main pour en observer minutieusement le dos, puis la paume. La force de son pouvoir ne se manifestait plus comme auparavant, et pourtant, elle sentit qu'elle avait atteint un stade bien supérieur au précédent. Nathan, lui, se redressa en silence. Les poings serrés, il passa entre Lilia et le Pot, agrippa ses chaussures déposées près de la sortie, puis claqua la porte derrière lui. Il ne voulait pas croire ce qu'il venait de voir. Lilia le regarda sortir, confuse, avant de se tourner vers l'enfant.

-J'étais déjà comme ça quand je suis revenue à la vie. Je croyais que c'était un autre niveau de mon aura. Mais c'est un pouvoir différent, n'est-ce pas ?

Angélyna se rapprocha, tournant lentement autour de sa cadette pour tenter de déceler le moindre changement. Elle remarqua qu'une douce chaleur émanait de son corps et que des courants ascendant l'entouraient, ce qui expliquait l'état actuel de ses cheveux plus hérissés encore qu'au quotidien, mais en dépit de cela, elle n'était que la Lilia qu'ils connaissaient tous. Le Pot répondit avec légèreté mais sérieux.

-En effet. Les doutes de Nathan étaient fondés. Tu as acquis le statut d'Archange.

L'enfant, s'attendant à des faces ébahies, sembla déçu de ne rencontrer que l'incompréhension.

-D'Archange ? reprit Lilia. Qu'est-ce que ça veut dire ?

Le Pot soupira.

-Aucun guide ne vous en a parlé, bien sûr. Il s'agit de légendes. Même pour moi. Il est dit que parmi les guides, un être peut s'élever et acquérir des pouvoirs si grands que ceux-ci outrepasseraient la limite de mon propre champ d'action. Il ne peut en exister qu'un à la fois, ce qui explique la frustration de Nathan. Mais tu n'es pas une guide, Lilia. Tu ne devrais pas être l'Archange.

Elle, un être élu par la légende ? Qu'était-ce là que ce charabia ? Pourquoi, alors même qu'elle ne répondait pas aux critères, avait-elle acquis ce nouveau pouvoir ? Et s'il ne s'agissait pas du Pot, qui, alors, le lui avait accordé ? Son créateur était parti, et les autres ne pouvaient pas influer sur ce qu'elle était. Elle fit se dissiper cet état, retrouvant son statut normal, avant de faire réapparaître cette lumière. Elle en avait le contrôle. Maintenant qu'elle avait trouvé comment acquérir cette force, l'utiliser ne lui semblait pas compliqué. Elle l'appellerait « aura blanche », tant pis si elle était en tort.

-Alors...alors quoi ? Qu'est-ce que je fais de ce pouvoir ?

-Je l'ignore, Lilia. Aucun humain ne devrait le posséder. Il ne vous est pas destiné.

-Reprenez le dans ce cas. Donnez le à Nathan. Je n'en ai pas besoin.

Le garçonnet hocha la tête.

-Je ne peux pas, Lilia. Ces pouvoirs me dépassent. Rien dans le multivers ne saurait me blesser, ne serait-ce que légèrement, mais toi, tu pourrais me tuer d'un geste.

Lilia resta dubitative. Son expérience avec les pouvoirs immenses dont elle n'entrevoyait pas les limites lui avait laissé un arrière-goût amer par le passé. Elle ne sentait pas en l'aura blanche la même dangerosité que chez son prédécesseur, mais tenait à s'en assurer, à apprendre à la maîtriser.

-Est-ce que...je peux l'essayer ? risqua-t-elle.

-Non. Les guides ne pourront réparer les dégâts que tu causeras avec ce pouvoir. Il n'est pas de mon ressort.

La mutante ne répondit pas. Elle n'avait jamais voulu devenir plus puissante que n'importe qui. Sa seule ambition était de vivre paisiblement, entourée des gens qu'elle aimait, de pouvoir s'épanouir en toute tranquillité. De maintenir, en somme, le statut-quo à l'institut. Les responsabilités n'étaient pas sa tasse de thé. Mais le Pot l'avait dit, elle n'était pas censée être l'Archange. Celui-ci ne pouvait être qu'un guide. Alors peut-être que ce pouvoir était différent. Peut-être que, puisqu'elle n'était pas une Archange normale, la loi de l'être unique de s'appliquait pas. Peut-être que ce n'était pas un hasard, si Angélyna, Raphaël et Gareth étaient présent ici également. Elle se tourna vers eux, espérant de tout son cœur qu'ils aient eux aussi atteint cet état supérieur. Non pas car elle s'en voulait d'avoir soudainement acquis cette aura blanche, mais car l'idée de devoir supporter seule une telle charge lui était insupportable.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Mer 6 Mai - 5:24

Lilia l'Archange.

Quelle ironie amusante. Non, en fait, c'était carrément hilarant. Se moquer du malheur des autres n'était pas dans mes habitudes, mais Nathan m'inspirait une certaine antipathie depuis un certain moment, et ressentir jusqu'ici sa frustration suite à ce coup du destin me comblait malgré moi. Lui qui n'avait toujours oeuvré que pour ce but-ci, il regardait à présent la jeune fille comme s'il s'agissait de son futur volé.

- Et face à un créateur, ça irait ? demanda Raphaël au Pot.

Petit connard.

Ceci dit la question restait bonne, et s'il l'avait posée, c'était probablement parce qu'il était né quelque part en moi l'envie de voir l'étendue des pouvoirs de Lilia. J'attendais néanmoins la réponse du Pot, mieux valait ne pas se risquer de façon inconsidérée, si nous, créateurs, étions des adversaires suffisamment puissants pour faire face à un archange, au moins ici, elle voudrait probablement essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Mer 6 Mai - 12:07

Comme souvent lorsqu'il s'agissait de ces êtres, le Pot n'avait pas la réponse. À sa connaissance, les créateurs n'étaient en aucun cas des entités taillées pour le combat, toutefois leurs caractéristiques pouvaient probablement varier de façon drastique selon l'individu. Une seule chose était certaine : ils ne pouvaient intervenir dans cet univers que tant que lui, le Pot, était en vie. Mais les conclusions qu'il pouvait en tirer n'étaient en vérité que suppositions.

-C'est possible. Mais je vous conjure toutefois de faire preuve de la plus grande des prudences.

Lilia était désemparée. Malgré ce statut d'Archange, l'impression qu'on la maternait persistait. Elle ne voulait pas se battre. Peu lui importait de connaître l'étendue de ses nouveaux pouvoirs, à quoi auraient-ils bien pu lui servir de toute manière, elle qui à Cardith était déjà l'une des mutantes les plus redoutables ? Ceux qui la surpassaient étaient en outre pour la plupart ses amis proches, alors à quoi bon? Il fallait pourtant qu'elle se résigne à en apprendre plus, faute de quoi sa seule présence représentait un risque considérable pour n'importe qui. L'idée même qu'en cas de dérapage, une personne qu'elle tuerait ne puisse être ramenée à la vie la tétanisait. Peut-être n'avait-elle pas besoin de porter la moindre attaque. Oui, elle se contenterait de demander à quelqu'un de l'attaquer et tenterait de se défendre. Dans le pire des cas, puisque ses blessures auraient été causées par un hôte du Pot, les guérir serait chose aisée pour les guides. L'enfant ne semblait toutefois pas du même avis. En dépit de sa prudence, lui aussi était curieux.

-Je viens d'appeler Ariane. Je vais lui demander de préparer une salle de grande envergure. Jolan ?

Le Pot avait prononcé le prénom du créateur qui, bien qu'absent physiquement, les écoutait depuis que la conversation était engagée; il se doutait qu'il était probablement celui des deux garçons restant le plus à même de servir d'adversaire à la toute récente Archange.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Mer 6 Mai - 13:37

- Oh que ouais !

Ils entendirent ma voix raisonner comme celle d'un démon alors qu'un pentacle rouge apparût au dessus de l'herbe verte. Quelques éclairs noirs se soulevèrent au dessus de ces lignes tandis que j'en sortait, les yeux jaunes et la peau rouge, avec ... Finalement, je fit disparaître le portail maléfique ainsi que la coloration de ma peau et de mes yeux, ainsi que mes chaussures avant de me poser sur l'herbe verte.

- Ça va, si on peut plus rigoler ...

J'observait Lilia Hubs en souriant. Elle qui avait déjà son charme en temps normal était devenue une réelle beauté, en l'espace d'un flash.

- Lilia l'archange, alors ? Encore plus belle qu'avant. A moins qu'il ne soit à l'origine du dérèglement qui fait que tu en est arrivé là, il doit être sacrément fier de toi. Moi aussi j'voudrais connaître l'étendue de nos pouvoirs en tant que créateurs, ça te tente ?

En vérité, je commençais déjà à ressentir l'excitation de l'affrontement à venir. Lilia était à présent au moins aussi puissante que le Pot, et en tant que créateur, je doutais encore que la limite de nos capacités ne soit autre que notre imagination. Pour peu qu'elle accepte, nous allions offrir un sacré spectacle ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Mer 6 Mai - 14:39

Sous le regard muet de Gareth, le pot révéla l'étendue des pouvoirs de Lilia, mais aussi ses responsabilités. Gérer une multitude d'univers, une tâche qui ne laisserait probablement aucun loisir à la jeune fille. Ses objectifs lui semblèrent soudainement désuets. Pourtant, il savait qu'il n'était pas de taille pour une telle responsabilité. Pour autant, le regard presque supliant de la mutante lui donna presque envie de renoncer à ses plans pour aider la jeune fille. Malheureusement, il n'y avait en lui aucun pouvoir équivalent à celui de l'adolescente, il en avait conscience. Ne sachant trop que dire, il félicita Lilia pour son rôle, regardant alternativement l'enfant, et son sucesseur. Au moins, Nathan ne règnerait pas sur leurs mondes. Son attitude méprisante et hautaine n'aurait surement rien donné de bon en tant qu'archange.

Ariane apparut à leurs côtés. La guide s'inclina devant le pot, puis devant la future archange, avec une certaine déférence. L'être presque omnipotent était bien sur déçue que son ami ne puisse réaliser son ambition de toujours. Pourtant, Lilia lui semblait être le bon choix de succession. Avec un terrible sérieux, la jeune femme lança un regard au pot, puis à Gareth, un peu hésitante. Le pouvoir de la mutante était confirmé, mais un des autres sujets "d'observation" semblait faire preuve du même genre d'aptitude.

- Monsieur, fit elle en s'addressant au pot, je crois que la jeune Layla fais preuve de capacités bien similaires à celles de notre amie ici présente. De part son âge, ils sont certes bien moins développés. Mais il ne fais aucun doute qu'à l'âge adulte, son don sera similaire à celui de notre invitée de marque.

Livide, Gareth observa successivement ses compagnons, en proie à d'immenses doutes. Cela signifiait-il que sa fille allait lui être enlevée? La peur lui serra le coeur. Layla n'avait pas dix ans, et étais incapable de se détacher de lui. Lui même en était incapable, il en avait conscience.

- Il doit y avoir une erreur bafouilla t-il. Vous devez vous tromper...

Une épée de Damoclès reposait au dessus de sa tête, tandis qu'il se raccrochait aux lèvres d'Ariane, dans le fol espoir que celle ci se trompe.

- Je suis formelle déclara t-elle, désolée. Je l'ai observée pendant toute une journée. Son pouvoir affecte la structure même de ce monde. Elle devrait en être incapable.

L'enfant était en effet capable de faire pousser des fleurs sur les pavés de la ville. Après une multitude d'essais, la guide avait du admettre qu'elle était incapable d'altérer les créations de la mutante, ou même de réparer le sol endommagé...Les plantes, pourtant inofensives, lui étaient hors d'atteinte. Elle avait depuis lors essayé d'endiguer son pouvoir, avec plus ou moins de succès. Face à la détresse de Gareth, elle ajouta néanoins :

- Nous n'allons pas vous prendre votre fille, monsieur Soubresault. Sachez juste qu'elle pourrait un jour avoir des responsabilités ici.

Sa déclaration rassura un peu le nordique, mais le regard qu'elle avait lancé au pot avant d'affirmer que Layla ne serait pas "kidnappée" déclenchait en lui une énorme détresse. La guide pouvait bien affirmer ce qu'elle voulait, c'était l'enfant qui prennait les décisions, ici... Et même si elle ne mentait pas, Gareth devait se faire à l'idée qu'un jour, sa fille partirait définitivement pour "veiller sur lui". Blême, il s'addressa au pot :

- Que va t-il se passer, alors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Mer 6 Mai - 15:37

Layla aussi. Lilia poussa un grand soupire, rassurée. Elle n'était pas seule. Qu'importe qu'il s'agisse d'une enfant, savoir que quelqu'un partagerait ces dons inédits avec elle fut salvateur. Du moins pour un bref instant. Car en fin de compte, son âge comptait énormément. Cette guide, Ariane, venait de leur apprendre que la fille de Gareth n'avait accès qu'à une infime partie de ses pouvoirs pour l'heure. Ceux-ci grandiraient en même temps que la petite fille, qui viendrai alors chercher conseil chez sa seule aînée en date. Il fallait qu'elle soit prête ! Il fallait qu'elle cerne les limites et le fonctionnement des capacités d'Archange avant qu'elles ne se manifestent chez Layla ! Savoir qu'elles étaient deux n'avait plus rien de rassurant, bien au contraire : elle sentait son fardeau s’alourdir. Et voilà qu'ils convergeaient autour d'elle, parlant de sujets qu'elle ne comprenait pas, la poussant à se battre tout en lui rappelant les risques encourus. Elle reconnut le créateur qu'elle avait déjà aperçu le premier jour lors du tirage au sort, un garçon auquel elle n'avait jamais adressé la parole et qui faisait preuve d'une familiarité déroutante à son égard. Le pot répondait à Gareth. Il lui affirmait que cette découverte n'allait pas affecter leur quotidien si les univers ne se croisaient plus. Oui, Layla demeurerait à Cardith. Non, elle ne saurait pas ce qu'elle était, et croirait à une mutation particulièrement développée. Peut-être feraient-ils appel à elle à l'avenir. Rien n'était certain. Le Pot ne pouvait prédire les événements futurs. Elle irait bien. Puisque ses dons allaient croître avec elle, sans doute n'aurait-elle pas de problème à les cerner. Plus tôt l'on apprenait, plus il était facile d'apprendre. Il était en revanche question de mettre à profit les dons pleinement maturés de Lilia. Elle aurait le pouvoir de créer après la disparition du Pot. Sa collaboration avec les guides permettrait au multivers de continuer de s’entendre. Mais la principale intéressée ne comprenait pas ce qui se disait sur elle. Ses jambes se raidirent avant de lui faire défaut. L'aura blanche se dissipa tandis qu'elle prenait appui sur l'épaule d'Angélyna, puis elle ferma les yeux avant de s'effondrer.

-Lilia ? Oh, Lilia ! la secoua Angélyna.

-Elle s'est évanouie, nota le Pot. Ariane, pourrais-tu la remettre sur pied ?

Bien qu'elle fusse un Archange, rien n’empêchait les pouvoirs des guides de s'appliquer à elle. Quel que soit la nature du choc ayant causé cette perte de conscience, un être aussi compétent qu'Ariane serait largement en mesure de guérir la mutante. Angélyna, qui avait accompagné sa chute pour s'accroupir auprès d'elle, serra alors sa sœur contre elle pour les protéger de ces rapaces.

-Non ! Laissez la respirer un peu, bon Dieu ! Je me fiche qu'elle soit votre Archange et que vous soyez mourant, que vous ayez besoin d'elle ou je ne sais quoi. Ce n'est pas un guide ! C'est juste Lilia. Juste ma petite sœur immature et fragile.

Elle tenta de capter le regard de Gareth, cherchant un soutien qu'elle pensait pouvoir obtenir de la part du nordique qui était, semblait-il, soucieux de garder sa fille à l'écart de ces machinations.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Mer 6 Mai - 15:55

La gorge sèche, Gareth regarda Lilia tomber au sol sans qu'il ait le temps de la rattraper. Cette réunion commençait à sérieusement dégénérer. Quand il pensait que son sujet de préocupation, il y a quelques minutes, était l'étrange départ d'Edwig Luthness. Beaucoup de choses étaient arrivées bien trop vite à ses yeux. Il remarquait chez Angie la même détresse qui l'animait. La peur de perdre quelqu'un de proche, à cause d'une destinée que personne n'avait demandé. Malgré sa profonde tristesse, que le pot et la guide n'avait pas rassuré, Gareth se pencha auprès de Lilia, observant son état. Il n'avait pas la moindre idée de ce qui avait pu causer cet évanouissement, mais cela avait sans le moindre doute un lien avec l'utilisation de son pouvoir. Son regard passa d'Angie à Ariane, et il constata que les deux femmes semblaient sérieusement inquiètes pour le bien être de la future archange. Il posa sa main sur l'épaule de la soeur infortunée et dit d'une voix douce :

- Laisses au moins Ariane la soigner. Il faut vérifier qu'elle n'ait rien... Mais aussi la laisser se reposer déclara t-il d'un ton plus dur à l'adresse de l'enfant en face de lui.

Ariane, immobile, observa l'un après l'autre les membres de la petite troupe, s'attardant sur Lilia, Jolan et le pot. Sans demander de permission à qui que ce soit, elle vérifia mentalement l'état de l'archange. Etant donné son statut, elle ignorait si elle serait capable de la rescusciter, et elle avait entendu trop d'histoires d'hommes et de femmes morts parce que leurs proches refusaient de voir le danger. Lilia semblait en toute relative bonne forme, même si l'annonce de sa toute nouvelle fonction semblait l'avoir profondément choquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Jeu 7 Mai - 14:40

Le pot observa le petit groupe, un sourire au coin des lèvres. Alors qu'on leur annonçait que deux d'entre eux disposaient d'un pouvoir immense outrepassant tout ce qu'ils avaient pu imaginer, eux continuaient de veiller les uns sur les autres. Ils faisaient passer leur bien-être avant leur curiosité. Il consulta Ariane pour la forme, puis le garçon acquiesça.

-Vous avez raison. Reposez vous pour demain. Gareth, Angélyna, Raphaël, j'ai été ravi de vous rencontrer. Nous ne nous reverrons plus, et vous m'oublierez, mais vous voir fut un soulagement. Prenez soin de vous.

Sans leur laisser le temps de rétorquer, il les téléporta devant l'entrée de la loge de Cardith. Angélyna souffla un grand coup. Quelle histoire. Peut-être que Lilia et ce créateur s'affronteraient demain, en fin de compte. Tout dépendrait d'elle. Elle passa le bras de sa sœur par-dessus son épaule tandis que celle-ci commençait à reprendre ses esprit. Sans attendre, elle l'emmena jusque dans sa chambre. Il était tard et tout le monde semblait dormir – il fallait dire qu'elles avaient toutes les deux passées trois bonnes heures à bavarder dans les gradins – aussi la mutante se fit-elle la plus discrète possible. Miranda se redressa toutefois presque aussitôt, se frottant les yeux pour tenter d'identifier les deux intruses. Son envie première fut de se moquer de la démarche incertaine de Lilia, mais elle s'abstint en distinguant son visage dans la pénombre. Elle n'était pas alcoolisée mais en état de choc.

-Qu'est-ce qui se passe ? demanda l'adolescente.

-C'est compliqué, lui répondit Angélyna. Dors, on t'expliquera demain.

Miranda fit la moue. S'il y avait bien une chose qu'elle ne supportait pas, c'était qu'on la mette à l'écart. Elle se rallongea toutefois sans fermer les yeux, attendant que Lilia s'installe, ce qui prit un temps fou. La jeune femme commença par s'asseoir sur son lit, puis Angélyna s'assura de son état une bonne dizaine de fois avant de la laisser. Lilia se glissa sous ses couvertures et s'y recroquevilla au moment où la lumière s'éteignit. Miranda laissa une demi-minute passer avant de l'interpeller, en murmurant aussi fort qu'elle le put.

-Lilia ! Oh, Lilia !

-Hum ? lui répondit la voix étouffée de la jeune femme.

-Alors, qu'est-ce qui s'est passé ?

-Humpf...

-Allez, sérieux, dis moi !

Pour toute réponse, le corps de la mutante se mit à produire une faible lumière, accompagnée des volutes immaculés et de la douce chaleur dégagée par l'aura blanche. Éblouie par cette clarté soudaine, Miranda plissa les yeux. Reprenant ses murmures, elle demanda :

-Quoi ? Tu peux briller ? C'est un genre de nouveau pouvoir ?

-Hum. Pas que. Le Pot dit que c'est méga-balèze.

-Hein ? Le Pot ?

-Long à expliquer...

-Ok, ça pas grave. Mais le pouvoir. C'est quoi ?

-Je sais pas. Je suis nulle avec mes pouvoirs. Celui-là est cent fois plus fort que le tien. J'ai peur de merder.

-N'importe quoi. C'est mon pouvoir, le plus fort.

Un nouveau silence s'installa. Miranda savait quand sa sœur d'adoption plaisantait et quand elle ne plaisantait pas. Si elle affirmait l'avoir surpassée, elle la croyait. Malheureusement, elle la croyait également lorsqu'elle affirmait les craindre. Mais elle ne répondit rien, la fatigue et le manque d'informations l'empêchant d'y voir clair. Quelques minutes passèrent. Lilia pleurait en silence, tentant de se faire la plus discrète possible. Sans doute la nuit la faisait-elle dramatiser, pourtant plus elle y pensait, moins ce statut d'Archange semblait être un cadeau. D'autres auraient certainement été ravis de l'obtenir, mais elle n'en voulait pas. Un force si parfaite ne pouvait toutefois pas être si nocive. Elle devait se faire des idées. S'inquiéter pour rien. Mieux valait ça qu'être insouciante, après tout. Demain, il faudrait qu'elle retourne voir les guides, à défaut de pouvoir s'entretenir avec le Pot. Il fallait qu'elle essaie son don avec Jolan. Il faudrait aussi qu'elle aille voir Layla. Tout ça après la finale. La journée serait chargée. Une bonne nuit allait être nécessaire pour l'aborder dans les meilleurs conditions, or elle ne se sentait pas de dormir. Elle était trop à découvert, trop esseulée, exposée au danger dans ce lit. Ce fut elle qui brisa le silence.

-Mira ?

-Ouais ?

-Je peux venir ?

-Venir ? Genre squatter mon lit ?

-S'il te plaît.

-Prends ton oreiller alors. J'en ai qu'un.

Il ne fallut pas trois secondes à la jeune femme pour se retrouver aux côtés de l'adolescente. Ce n'était pas la première fois que cela arrivait. À presque chaque chagrin, elles dormaient ensemble. Miranda s'était questionnée – et avait questionné Lilia – sur la bienséance de la chose. La question posée avait été de l'ordre du « sérieux, t'as vraiment vingt piges ? ». Mais Lilia était tout à fait sérieuse. Elle se rendait bien compte que certains l'auraient regardés avec un air surpris et dépité s'ils avaient appris qu'il lui arrivait de partager, sans raison apparente, son lit avec sa cadette. Et grand bien leur fasse ; elle n'arrêterait pas pour autant. Elle aimait sentir Miranda près d'elle quand elle se sentait mal ; elle aimait ajouter, à ces occasions spontanées, une proximité physique à leur complicité. Miranda chérissait ses instants, même si elle faisait toujours mine de contester. C'était pour cette incongruité apaisante qu'elle adorait Lilia, elle qui assumait tout, n'avait pas peur d'être qui elle était. Une rebelle malgré elle contre les dictas d'une société de paraître, qui restait douce et souriante. Sa méthode était tellement plus efficace que la provocation. Angélyna, trois chambres plus loin, s'allongeait enfin aux côtés de son futur mari. Elle venait de se rendre compte qu'il avait été vain d'annoncer la nouvelle à Lilia, puisqu'elle oublierait leurs fiançailles sitôt qu'ils retourneraient dans leur monde. Tant pis ! Daniel, interpellé par l'air soucieux de sa femme, lui demande s'il s'était passé quelque chose. Avant de s'endormir, Angélyna lui répondit, presque gênée :

-J'ai plus ou moins engueulé Dieu.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Essais coucher de soleil, fin d'après-midi
» Amber sur M6 cet après midi
» Après midi dansant oriental samedi 30 mai 2009
» Petit repas sympa hier après midi
» Petite série de l'après-midi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: Multivers :: Le tournoi du Pot :: Le grand tournoi!-
Sauter vers: