Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1164)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50

» Les inspirations musicales de L.Hubs - Rp One Piece
par L.Hubs Mar 27 Sep - 12:53


Partagez | 
 

 Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Jeu 30 Avr - 22:48

Les troupes ennemies maintenant dans leur territoire, les paysans de la frontière nord s'étaient en majorité réfugiés dans les plus grandes villes, quand ils l'avaient pu. Une certaine misère sociale avait commencé à se développer, qu'Edward tenta de supprimer, en mettant la population en exode dans l'industrie, non sans les payer grassement. La propagande ennemie commençait à se répandre dans les quelques terres occupées, mais sans grand succès. Les dires des envahisseurs, bien que sincères, n'empêchaient pas la population de voir les premières morts dans leur camps, et d'haïr copieusement l'armée adverse. Pendant ce temps, les armées d'Edward évitait les grands affrontements, peu désireux d'engendrer des pertes dans ses rangs. Il organisa soigneusement la retraite des derniers paysans restés sur le nord du territoire, pratiquant la politique de la terre brûlée, et sépara son armée en une multitude de commandos totalement indépendants, dont le but était d'intercepter les approvisionnement des troupes adverses, ainsi que les renforts envoyés. Regardant la carte, il renforça les défenses de toutes les villes stratégiques pouvant possiblement être attaquées, s'assurant aussi qu'elles auraient les ressources nécéssaires pour survivre à un siège. L'hiver, rude, ne pouvait que bénéficier aux troupes du souverain, qui auraient le luxe de résider au chaud, tandis que les envahisseurs mourraient de froid et de faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Jeu 30 Avr - 23:02

Plusieurs facteurs entraient en compte dans la résolution d'un conflit, et l'information faisait partie des éléments les plus décisifs. Si ses armées n'étaient pas les plus puissantes qui soient, Adel disposait en revanche d'un réseau d'espionnage efficace. La population adverse était riche économiquement et culturellement. elle disposait de grands penseurs et philosophes. Personne n'aimait la guerre, et eux peut-être moins encore. Ce n'était pas par simple altruisme qu'elle se montrait généreuse envers eux. Elle savait qu'elle ne vaincrait pas par ses talents propres mais en poussant Edward à l'erreur, et elle pensait avoir réussi à le faire. Attaquer les convois de vivres avait été certes handicapant pour l'armée, mais provoquait une certaine indignation. Cet acte signait la mort de nombreux soldats justes qui ne tuaient ni ne pillaient, et interdisait au pays de l'Est de réparer les dégâts collatéraux qu'il s'efforçait de minimiser depuis le début du conflit. Le fait que nombre d'hommes dirigeant ces convois ne fussent pas des militaires mais de simples agriculteurs volontaires ou autres religieux ne faisait qu'accentuer les faits. Mais cela ne réglait pas le nouveau souci d’approvisionnement auquel devait se heurter la jeune stratège. Elle décida de faire se stopper ses troupes près des grandes villes sans mener d'attaque. Les civils voulant voyager pouvaient ainsi passer les soldats sans crainte. Les rations furent diminuées, ce qui permettrait de tenir quelques jours de plus, mais la précarité ne serait pas supportable bien plus longtemps. Conscient qu'il fallait tenir afin que les dirigeants règlent ce conflit, le prince tenta une nouvelle fois de s'adresser à son ennemi, allant jusqu'à se présenter seul et désarmé aux portes d'une cité ennemie. Il était en campagne pour se faire apprécier de tous les peuples, lui qui était destiné à régner. Ainsi tentait-il d'inciter une révolte, pointant du doigt les actes odieux des hauts gradés, rappelant les bains de sang qu'ils avaient causés et les civils qu'ils avaient exécutés.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Ven 1 Mai - 0:17

Le prince fut aussitôt fait prisonnier par Edward. Placée dans une prison luxueuse, aménagée dans l'une des demeures personnelles du roi, il fut mis sous bonne garde. Pendant ce temps, le souverain fit placarder dans toutes ses villes des écritaux indiquant qu'il ne désirait pas la moindre guerre dans son pays, où les morts se comptaient maintenant par milliers, mais qu'il était corps et âme décidé à dévouer sa vie à la protection de son peuple, ainsi qu'à son rayonnement culturel, insistant sur la puissance intellectuelle de son pays. Il s'affirmait par ailleurs désireux de signer un traité de paix avec les envahisseurs, rendant sa liberté au prince si les troupes ennemies quittaient son territoire. Il envoya des missives aux divers chefs d'états, ainsi qu'à son adversaire, portant les mêmes propos.

Dans le même temps, il lança une première bataille rangée contre une troupe adverse, libérant ainsi une de ses grande ville. Les pertes furent nombreuses, mais l'état d'épuisement des troupes ennemies fit la différence. Edward décida ensuite d'établir une commémoration de toutes les morts qu'avaient causé cette guerre, regrettant l'usage de la force, malheureusement nécéssaire, face à un ennemi qu'il décrivait implacable et qui n'hésitait pas à faire tuer ses soldats pour réaliser ses désirs d'extension. Son influence suffit à balayer les doutes chez la plupart de ses sujets, bien que certains continuaient à se plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Ven 1 Mai - 12:44

L'enthousiasme du peuple Adel se métamorphosa en une colère grondante. D'une part leurs adversaires sans pitié se permettaient de clamer à leur tour qu'ils désiraient la paix au moment où la situation leur était défavorable, mais ils se permettaient en outre de promettre la non-violence avant d'attaquer lâchement des hommes affamés et privés de leur commandant, un simple négociateur. Depuis quand capturait-on les messagers ? Ils étaient allé trop loin. Partout à l'Est, on criait que ces bourgeois soit-disant culturellement supérieurs étaient bien idiots de se faire ainsi manipuler par des dirigeants malhonnêtes ne jouant que sur une propagande faussée. Il n'était plus question de leur faire entendre raison : c'était à présent une guerre totale. Adel eut beau tenter de les raisonner, rien n'y fit, et elle-même se rendait bien compte qu'il était désormais impossible d'avoir la paix. Le peuple adverse était trop fanatique pour espérer en tirer quoi que ce soit. Cette éventualité, l'adolescente l'avait prévue. Ce n'était pas uniquement pour accumuler des ressources qu'elle avait décidé de prendre son temps en début de partie. Profitant de son accès maritime, elle avait fait embarquer depuis des semaines le plus gros de ses troupes et leur avait fait longer les côtes du continent en toute discrétion. Un état voisin à celui d'Edward avait été d'accord pour laisser les troupes passer sans intervenir, clamant leur neutralité. Ainsi, ce fut par le Sud que l'armée d'Adel se déploya, exhibant armes de siège et autres joyeusetés. En vérité, la jeune stratège commençait à paniquer. Ses regards destins à Edward se multipliaient alors qu'elle relisait sans cesse ses données, se remémorant toutes ses actions passées. Il ne lui semblait pas avoir commis de fautes. Elle avait été franche de bout en bout, avait misé sur l'engouement populaire et sur la paix sans pour autant montrer de signes de faiblesse. Ses voisins lui étaient fidèles, ceux d'Edward restaient pour la plupart neutres. Il y aurait du avoir une réaction, un soulèvement. Elle ne comprenait pas ce qu'elle avait manqué. Tout espoir n'était pas perdu, mais ses atouts se faisaient de moins en moins nombreux. Emprisonné dans sa cellule, le prince entama une grève de la faim, clamant qu'il refusait que ce conflit soit, comme ceux qui avaient secoués leurs pays par le passé, vain. Si chacun rentrait chez lui la tête basse, une paix factice s'installerait pour qu'une autre guerre éclate d'ici quelques années. Rien ne changerait, et cette idée lui était insupportable. Lui était prêt à mourir pour ses idéaux.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Ven 1 Mai - 13:22

L'invasion d'Adel prit de court Edward, qui n'avait absolument pas prévu de défendre ses côtes maritimes, dont la majoritée de la flotte était commerciale. Préparant avec les moyens du bord une défense stable, il se maudit de ne pas avoir assigné d'avantage d'espions à la surveillance du pays. De plus, l'insurrection populaire risquait à tout moment d'éclater, de par l'influence de la reine. Gardant son calme, le souverain fit le choix d'une politique particulièrement sévère, rendant possible sa victoire, mais ne l'assurant pas le moins du monde. Tous les contestataires du pouvoir furent jettés sous les verrous, certains allant même jusqu'à être exécutés. Une certaine terreur commença à reigner sur le royaume, qu'Edward orienta vers ceux qu'il faisait nommer les « traitres à leur pays » . Si certains avaient parfaitement conscience de la situation, la grande majorité cru à la propagande instigée par le souverain. Le Reydoran avait décidé de confronter la jeune prodige à un ennemi fort semblable à Igole Vrag, dont il avait étudié le style de jeu quelques années auparavant.

Il décida d'envoyer son bataillon d'élite directement dans le pays d'Adel, où celui ci pourrait débuter un véritable carnage. Dans le même temps, il fit executer publiquement le prince, en lançant par l'intermédiaire de son roi un long discours sur sa culpabilité, affirmant que les envahisseurs, par leur attaque injustifiée, « avaient son sang sur les mains ». Puisque ses forces militaires étaient majoritairement déployée sur le nord du pays, Edward lança divers assauts dans le but de d'annihiler l'armée sur place. Enfin, alors que l'automne arrivait sur le continent, Edward déploya toute l'artillerie qu'il avait pu construire en presque une année d'affrontement. Les plaçant défensivement dans toutes ses villes, il s'assurait que ces dernières ne pourraient être prises sans d'énormes pertes. Néanmoins, les économies de la couronne commmencèrent à se réduire drastiquement, et le souverain comptait énormément sur l'industrie pour le sortir de cette situation peu enviable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Ven 1 Mai - 13:37

La population de l'Est résistait à cette invasion soudaine. Militaires et civils se rejoignaient sur les champs de bataille, tentant de repousser l'envahisseur avec plus ou moins de réussite. Le moral commençait toutefois à en pâtir, du fait des saccages, des pertes humaines et de la mort de l'héritier du trône. La situation sur le front opposé ne semblait pas plus brillante. Les troupes du prince étaient en train de se faire décimer tandis que l'armée du Sud, bien que brillante, commençait à ralentir face aux canons flambant neufs qui leur faisaient face. La stratégie défensive d'Edward payait, et l'instauration d'un régime de terreur, bien que contesté, fonctionnait en temps de guerre. Restait que les voisins direct d'Adel, outrés par les massacres civils proches de chez eux, décidèrent pour certains d'entrer dans la bataille. Eux aussi étaient las de ces conflits incessants. Les troupes alliées déferlèrent ainsi dans le pays de l'Est et furent accueillies à bras ouvert. Cette coopération imprévue relança les échanges diplomatiques et économiques, tandis que des renforts marchaient en direction d'Edward. Adel supplia toutefois ses alliés de rester aux frontières et de ne pas violer le territoire adverse pour l'heure. Elle tenait à laisser une chance de reddition à son ennemi avant de ne plus faire marche arrière. Les alliés lui accordèrent deux jours. Un messager alla alors s'adresser au roi de l'Ouest, lui exposant une situation dont il avait déjà conscience, appuyant sur leurs différences d'effectif et invoquant la bienséance. Il n'y aurait pas d’exécutions, pas de chasse à la sorcière. Mais lui ne serait plus roi. C'était la dernière offre.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Ven 1 Mai - 14:29

La politique de la jeune fille se révélait excellente, et Edward, en pacifique renommé ne pouvait que l'approuver. Néanmoins, il ne voulait pas abdiquer ainsi face à la jeune fille, et désirait observer ses réactions face à un conflit généralisé. Jouant de ses relations dans les divers pays de son alliance commerciales, il argua que l'entrée en conflit ne pouvait qu'être bénéfique pour ces derniers, qui récupèreraient terres et richesses si ils étaient vainqueurs. En gage de bonne foi, il proposa à ces derniers de leur offrir la technologie de l'artillerie, qui permettrait leur suprématie. Des divers pays concernés, trois d'entre eux, dont la rivalité avec d'autres royaumes adverses était de notoriété publique, acceptèrent l'offre de leur adversaire. Quelques autres, effrayés, pronèrent la neutralité, désireux de continuer leurs échanges commerciaux avec Edward. Bien que leur aide soit toute relative, ces pays alliés forceraient leurs adversaires à protéger leurs frontières plutôt que de l'attaquer. Satisfait de ses manœuvres, le souverain affirma à ses sujets que si tous s'investissaient pour la victoire, la paix et la prospérité reviendraient bien vites. Un groupe de citoyens modèles, fanatiques inspirés des Ombres, fut crée par Edward, dont la fonction principale était de former de nouvelles recrues ne reculant devant rien pour leur patrie. Bien que peu compétents dans l'art martial, leur nombre serait bien suffisant pour représenter une réelle menace.

Par ailleurs, une partie des troupes situées au nord de la contrée fut déplacée en direction des côtes, afin de la protéger des envahisseurs. La défaite n'était pas encore à l'ordre du jour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Ven 1 Mai - 14:41

Les alliés d'Edward ne tardèrent pas à se manifester à leur tour, au grand dépit d'Adel qui en était presque venue à avoir foi en la bienséance des citoyens de l'Ouest. Mais ces gens-ci ne comprenaient que la guerre et l'argent, et elle ne comptait de son côté pas faire de compromis. Hors de question de corrompre, de trahir, de mentir. Elle fit savoir à ses alliés que la guerre aurait bien lieu, ce qui ne fut pas pour leur déplaire. Même s'ils ne l'avouaient pas publiquement, l'optique de conquérir leurs adversaires les réjouissait. Ainsi, l'armée unifiée se mit en marche. Il ne fallait pas laisser le temps à Edward de partager ses technologies avec ses équipiers, aussi la cible prioritaire fut-elle établie. Le gros des troupes se dirigea droit vers la capitale, pillant ce qu'il restait à piller avec modération, veillant ainsi à ne pas nuire trop lourdement aux civils. Les pertes furent élevées du fait de la résistance opposée par le jeune monarque, mais les assauts portaient leurs fruits. Adel continuait d'envoyer du support à ses troupes depuis son pays, tandis que ses voisins proches assuraient sa sécurité. Même s'ils avaient prêté serment, il faudrait un certain temps aux alliés d'Edward pour réagir : on ne levait pas une armée en trois jours. Ce laps de temps serait décisif.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Ven 1 Mai - 14:50

La violence des assauts subis fut telle qu'Edward fut obligé de céder petit à petit chacune de ses grandes villes, parvenant néanmoins à faire chez ses ennemis d'immenses pertes. Tandis que ses troupes au nord battaient en retraite vers le centre du pays, il ne restait de l'armée débarquée par Adèl qu'un petit bataillon, qui ne représentait plus vraiment de risque pour le souverain. Edward fit déplacer la famille royale, ainsi que tous les plus importants conseillers dans une forteresse, loin de la terrible armée unifiée. Loin de demander des renforts qui se révèleraient bien trop tardifs, il enjoigna ses alliés à envahir les pays ennemis. Bien vite, la grande coalition n'aurait plus d'autre choix que de se dispercer, ou de rester dans le royaume d'Edward, et continuer un assaut des plus efficaces, mais extrêmement couteux en hommes et en ressources.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Ven 1 Mai - 15:02

La capitale adverse tomba. Sans surprise, la famille royale n'y résidait plus, mais cette victoire redonna un souffle de motivation aux troupes pendant que, dans leur dos, les alliés d'Eward commençaient à s'en prendre aux civils. Adel comprit que cette guerre outrepassait les limites de toutes celles qu'ils avaient pu vivre sur Valato tant la morale était ignorée. Même Vrag n'avait pas agi avec une telle barbarie. L'adolescente, jusqu'à lors désemparée, comprit où son souverain voulait en venir. Il ne testait pas ses capacités en tant qu'adversaire loyal, mais cherchait à la pousser dans ses derniers retranchement, à voir comment elle réagirait lorsque la bienséance était bafouée. Esmezia avait eu raison. Mais comment sauver le plus de vies sans pour autant perdre cette guerre. Elle refusait de tomber dans la fourberie et la cruauté. Ce n'était pas ainsi qu'elle dirigeait, et plus encore, ce n'était pas ainsi qu'Edward de Reydoran dirigeait. Les troupes ayant pris possession de la capitale furent appuyées par des renforts, tant par voie terrestre que maritime. Elle ne manquait désormais ni de ressources ni d'envie, mais les hommes se faisaient rare et devaient occuper le territoire adverse tout en protégeant l'Est. Les alliés seuls ne pourraient pas assurer leur défense très longtemps. Un messager fut envoyé à la rencontre des bataillons ennemis. Il leur annonça la chute de leur capitale et la fuite de leur meneur tyranique, en demandant leur reddition.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Ven 1 Mai - 22:46

Tant d'événements à ne louper sous aucun prétexte, et une seule paire d'yeux pour les observer tous. Charlène ne parvenait pas à maintenir la cadence. Elle avait préféré abandonner l'idée pour se laisser aller à une paresse reposante. Demain, elle retournerait à Cardith. Elle retrouverait l'institut, mais plus rien ne serait jamais comme avant. Pour la première fois depuis qu'elle était toute petite, elle s'était ouverte à quelqu'un d'extérieur à son cercle proche. Ses sentiments avaient été très intenses les premières fois qu'ils s'étaient vu, ce en dépit du fait qu'elle parvenait à rester placide. Dissimuler ses sentiments derrière un blindage d'indifférence lui coûtait moins que de se mettre à nu. Mais il n'y avait plus de blindage. Elle ne se forçait plus à rester distante. L'idée que Darius s'attache à elle aussi vite la gênait, et cette gène surpassait l'affection qu'elle lui portait. Il était un garçon formidable, intéressant, pour ne pas dire fascinant, mais il ne lui correspondait pas. Leurs univers respectifs étaient trop différents pour qu'ils parviennent à se comprendre réellement, et la séparation forcée qui surviendrait après la finale n'allait pas pour arranger les choses. Il fallait qu'elle le lui dise. Pourtant trouver les mots justes n'avait jamais été de son ressort. Aussi fuyait-elle.

Elle vagabondait dans l'arène, passant des couloirs au gradins, les yeux rivés sur son caméscope. Lasse de marcher, elle s'était adossée au mur d'enceinte de la fosse puis s'était assise à même le sol en poussant un long soupir. Elle ôta l'élastique qui attachait ses cheveux et se le passa au poignet à la manière d'un bracelet avant d'ébouriffer ladite masse capillaire, laissant cette tignasse d'un blond cendré choir sur son visage. Encore une protection. Du sac à dos qui ne la quittait que rarement, elle sortit un carnet presque vierge ainsi qu'un crayon, puis se mit à dessiner ce qui lui passait par la tête, tentant de s'échapper par l'art de cette solitude qui ne lui allait pas si bien. À l'institut, elle était certes seule la plupart du temps, mais le cas de figure était différent. Elle savait qu'en cas de besoin, où à la moindre envie, quelqu'un serait là pour l'épauler. Mais la désillusion de l'embryon de relation avec Darius et le fait de savoir que Valentin partirait lui donnait le cafard. Mathilde aussi rejoindrait certainement ses parents et son frère retrouvé. Quoiqu'elle en dise, elle était sa camarade de chambrée, de classe. Son amie. Bien sûr, il y aurait encore beaucoup de monde là-bas. Lilia, Miranda, Barry, les jumeaux. Gareth et sa fille pour un temps. Angélyna et Daniel qui passaient tous les week-end. Avec un peu de chance, Raphaël resterait également, mais même cela elle en doutait. Lui qui était père maintenant souhaitait certainement offrir un peu d'intimité à sa petite famille. Elle ne pouvait l'en blâmer. Chloé ne serait donc plus de la partie, et Maya ne resterait pas, elle le savait. Ou peut-être qu'elle se trompait sur toutes la ligne, mais elle était actuellement trop déboussolée pour voir les choses sous un angle positif. En fin de compte, elle ne parvenait pas à dessiner quoi que ce soit. Les conseils avisé, ou même la seule présence d'Angélyna l'y aurait sans doute aidé. Et puis les bruits de pas de l'argousin qui la suivait -à sa demande- commençaient à l'agacer. Bien que fascinants, les myrs étaient encombrants. Charlène n'eut que le temps de se faire cette réflexion qu'arriva Darius, traînant sa silhouette filiforme tandis que son manteau pourpre rapiécé claquait au vent derrière lui. Il vint s'installer aux côtés de son amie, faisant se soulever un léger nuage de poussière lorsqu'il posa sans douceur ses fesses sur le sable. À la surprise de l'adolescente, il ne la regarda pas mais grimaça en se prenant le crâne entre les mains. L'air qu'il affichait ne ressemblait pas à l'étrange niaiserie habituelle du jeune homme.

-Euh...ça va pas ? lui demanda Charlène.

-Pas vraiment...bougonna-t-il sans bouger d'un pouce. J'ai des tas de souvenirs qui se mêlent...deux vies qui se mélangent. Ça fait un mal de crâne dingue. Tu peux imaginer ça, toi ?

Charlène répondit par une moue. Elle savait à quelle crise il faisait face. Il était un personnage à part, existant dans deux univers distinct. Sa personnalité, ses dons, ce qui faisait son être était inchangé, mais ses deux vies avaient été différentes. Dans l'une il était l'Eldarak, dirigeant militaire des troupes du royaume de la terre, tandis qu'il était dans l'autre un sourcier des plus puissants et le fils du dictateur à l'origine de tous les maux du monde. Dans les deux cas, il servait malgré lui des causes qui le dépassaient. L'on cherchait à utiliser ses pouvoirs pour des idéaux faussés que lui avait suivi aveuglément. Et il devait à présent faire un choix : retourner dans un monde ou dans l'autre. En rejoignant Taetra, peut-être pourrait-il corriger ses erreurs, vaincre son père. L'idée lui plaisait, et le conflit entre June et Kiwi l'intéressait énormément. Il y avait encore beaucoup à découvrir de ces gens, tandis que le monde des éléments lui semblait fade, flou, comme un lointain souvenir, bien que son affection pour ses compagnons de route reste inchangée. Tel était donc son dilemme : demeurer avec les seuls personnes se rapprochant à ses yeux d'amis, ou tenter de comprendre les raisons derrière les actes de son père. Son cœur commençait à pencher vers cette seconde option. Les deux jeunes gens demeurèrent ainsi l'un à côté de l'autre, silencieux, durant de longues minutes, subissant un vent battant qui faisait flotter leurs cheveux. Quelques centimètres à peine les séparaient, pourtant l'ambiance était glaciale. L'une portait de larges vêtements dépareillés mais clairs, colorés, et avait un visage poupon, de grands iris noisette. Elle était petite, un peu ronde, emportait avec elle sa caméra, ses carnets, tournait les yeux vers le moindre insecte. Lui était un grand bonhomme fin, taciturne, aux yeux d'azur perçants. Il semblait soudain bien plus sombre qu'auparavant. Il se passa une fois encore la main sur le visage puis soupira avant de reprendre la parole, d'un ton triste malgré le sourire forcé sur ses lèvres.

-Tu vas me dire qu'il vaut mieux qu'on reste loin l'un de l'autre, hein ? J'ai remarqué que tu m'esquivais.

Charlène ne répondit pas. Parler, ce n'était pas son truc. Son silence en disait de toute manière bien assez long. Elle y avait pourtant cru. Lorsqu'elle avait vu son visage souriant, lorsqu'elle avait découvert qu'un contact physique avec lui était presque agréable, elle pensait avoir déniché le grand amour. Qu'elle était niaise. Elle n'avait jamais été en couple, et voilà qu'au premier béguin elle s'emballait. Mais non. Quelque chose ne passait pas avec ce garçon. Il n'y avait pas cette entente naturelle qu'elle aimait tant entretenir avec Valentin. Or l'amour sans amitié ne valait rien.

-Alors on s'embrasse et on ne se voit plus jamais ? proposa Darius sans y croire.

L'adolescente se décala légèrement, creusant l'écart physique entre eux, et détourna le regard sans mot dire. Elle ne voulait pas lui dire non. Son mutisme serait encore plus douloureux à accepter, elle le savait, mais elle ne trouvait pas le courage d'alléger son fardeau en lui présentant un refus frontal. Repousser quelqu'un d'amoureux n'avait rien d'aisé. C'était douloureux. Elle entoura ses genoux de ses bras et rentra la tête dans le coussin ainsi formé, tentant de se fermer avec succès à tout ce qui l'entourait. Elle n'entendit ni Darius se lever pour partir, ni l'argousin sans vie chuter. Elle restait là, seule, les pages de son cahier vierge tournant d'elles-même au vent. Elle rabattit sur son crâne sa capuche aux oreilles d'ours et ferma les yeux. Étrangement, elle ne parvint pas à s'endormir. L'état d'éveil la forçait à affronter la réalité de la scène qui venait de se dérouler, et à ressasser les perspectives sombres qui l'attendaient. Si seulement quelqu'un pouvait venir. Valentin, Mathilde. Lilia, Raphaël, Angie. N'importe qui. Elle ne voulait plus être seule.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Sam 2 Mai - 10:02

Plus de la moitié des villes du souverain étaient maintenant occupées. Si la situation d'Edward était assez préocupante, il ne s'en formalisa pas. Maintenant venait justement la partie la plus intéressante de leur petit duel. La réaction de la jeune disciple promettait d'être intéressante! Les civils ayant la possibilité de se mouvoir dans tout le pays, il profita de cette opportunité pour faire migrer les fanatiques dévoués à la cause dans toutes les villes perdues. Discrets dans un premier temps, ils commencèrent bien vite à manifester leur haine pour les envahisseurs, taggant les rues, assassinant soldats et "collaborateurs" du nouveau régime mis en place, sans pitié et sans la moindre crainte pour leurs vies. Par leurs actions audacieuses, ils tentaient aussi de recruter de nouveaux membres, avides de faire couler le sang ennemi. Ces derniers faisaient régner dans certaines villes une terreur tout à fait justifiée. Edward lui même avait bien conscience qu'ils se révéleraient être un danger sans nom pour le royaume, une fois la guerre terminée. Mais profitant de la virtualité de cette guerre, il les exhorta à encore plus de violence.

Bien conscients des dangers de la coalition ennemie, ses alliés, profitant maintenant de quelques régiments d'artillerie, commencèrent l'invasion des contrées ennemies, les cannons leur donnant un avantage certain lors des sièges. Le temps des grandes forteresses était révolu.

Quelque part loin de là, une enfant, une fleur sur la tête, avait échappé à la surveillance pourtant assidue de son père. Sous chacun de ses pas, une herbe grasse et colorée d'une multitude de petites fleurs semblait apparaître. Guillerette, elle observait tout ce qui l'entourait, contente de sa soudaine libertée. Elle aperçu soudain une copine. D'un pas sautillant, elle s'en approcha, mais Charlène semblait triste. S'accrochant à son épaule, elle tenta de sortir la jeune fille de son mutisme.

- Coucou! Pourquoi t'es triste? fit-elle en étreignant la mutante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Sam 2 Mai - 11:42

Un peuple pourtant autrefois sagace, galvanisé par la folie meurtrière, en venait à commettre des atrocités sans nom. Ces gens n'avaient plus rien d'humain. Adel était désemparée. Nul ne jouait au Jeu de cette façon ; nul joueur avisé en tout cas ! En règle générale, ceux misant tout sur l'offensive étaient les débutants inconscients, et ceux-ci se faisaient aisément vaincre. Le roi du Nord, toutefois, combinait son aisance stratégique à cette absence soudaine de morale qui le rendait alors redoutable. Elle ne pourrait pas gagner en restant fidèle à elle-même. Depuis quelques manches, elle avait un avantage passager qu'Edward lui ôtait peu à peu de la sorte. Il la mettait dos au mur. Son hésitation allait lui coûter beaucoup trop cher si elle patientait n'aurait-ce été que quelques minutes de plus. Alors tant pis. Les soldats de l'Est répliquèrent sur les cibles civiles, avec ou sans preuve de leur culpabilité. Adel avait compris que si elle n'éliminait pas l'adversaire, ce serait son peuple qui serait décimé. Son choix était fait. De la capitale adverse, elle déroba les technologies dont elle se servit à son tour pour défendre les territoires conquis. L'artillerie était faite pour résister, pas pour monter au siège. Les milliers de lames de ses soldats répandirent le sang, pillèrent les villages, abandonnèrent les principes de leur prince bien aimé. Les alliés d'Adel, avides de sang, répondirent à l’invasion, envoyant leurs hommes contrer ceux des voisins d'Edward, causant des pertes maximales dans les deux camps. Il ne s'agissait plus d'une guerre mais d'un carnage. À ce rythme, ce serait la moitié du continent qui serait décimé. Mais l'adolescente n'en avait plus cure : son peuple, lui, vivrait. Bientôt, il n'y eut plus de royaume de l'Ouest. Le roi n'avait pas été retrouvé, mais que valait sa couronne sans gens sur qui régner ? Adel continuait de chasser tous ceux qui ne ployaient pas, soutenue par ses citoyens revanchards. La violence engendrait la violence. La jeune naïlikane tremblait de tout son corps, se mordant la lèvre. Cette victoire qu'elle était en phase d'acquérir était à ses yeux un lamentable échec. La mâchoire serrée, Esmezia observait Edward. Elle l'avait toujours connu avenant, pragmatique mais doux. Son sérieux, surprenant, n'était pas sans lui rappeler celui de Snori. Il n'était guère étonnant que ces ceux-là s'entendent si bien tant leurs personnalités s'accordaient. En tout cas, il ne ménageait pas la petite d'Ilawen, à raison. C'était en la confrontant à ce genre d'épreuves qu'il la ferait devenir encore meilleure.

☼☼☼

Charlène cessa de respirer durant une paire de secondes lorsqu'elle entendit la voix de Layla, dont elle n'avait pas encore remarqué la présence. Plus encore, le simple fait d'ouïr la fillette parler était inhabituel. Qu'importait. Elle n'avait pas compris ce qu'elle lui avait dit. Gareth avait beau avoir engendré une enfant adorable, elle n'en restait pas moins incapable de comprendre la crise qu'elle traversait. Quel âge avait-elle ? Huit ans, tout au plus. Comme si sa présence apportait la moindre aide. Encore que. La mutante sortit son visage d'entre ses bras pour observer les fleurs qui poussaient derrière sa cadette, subjuguée par ce spectacle insolite. Dès qu'elle était arrivée à l'institut, le jardin de celui-ci s'était considérablement embelli. Pourvu qu'elle y reste encore quelques années. Charlène soupira, lasse, mais ne repoussa pas Layla. Elle posa son menton sur ses genoux.

-Parce que...

Elle se stoppa. À quoi bon ? Qu'allait-elle bien pouvoir dire à une enfant ? Ou même à un adulte quelconque. Exprimer ses sentiments lui semblait être chose impossible. C'était pour ça que Raphaël parvenait si bien à l'aider. Il la comprenait. Il arrivait et lui exposait un bilan de ce qu'elle ressentait. Il trouvait des mots qu'elle ne dénichait pas. Sans doute faisait-ce partie du lot, lorsque l'on grandissait. Cesser d'attendre que l'aide vienne d'autrui, commencer à se prendre en main. Elle ne pourrait pas éternellement s'isoler et ignorer les problèmes dès qu'ils apparaissaient, elle le savait.

-Je me sens juste un peu seule, souffla-t-elle.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Sam 2 Mai - 12:13

Les membres de la royauté encore en cavalcade, la partie aurait pu -reprenant l'exemple de la jeunesse d'Edward- s'éterniser encore longtemps. Pourtant, le souverain abdiqua, posant ses cartes et ses ressources sur le tableau de jeu, avant de serrer la main de son adversaire. La jeune fille semblait avoir compris ses erreurs et le souverain ne s'y appesantit qu'avec une certaine gêne. La regardant dans les yeux, il prit la parole d'une voix douce et compréhensive.

- Tu es une excellente joueuse, Adel, et selon toute vraisemblance, bien meilleure que moi. J'admet ne pas être fier de moi quant aux décisions que je t'ai forcé à prendre, faisant fi de ta diplomatie particulièrement brillante. As-tu compris tes erreurs?

Layla observa sa copine bizarre comme elle avec de grands yeux. Elle ressemblait un peu à papa quand il était triste et qu'il voulait plus parler à personne. Mais avec ses fleurs et ses calins, Layla arrivait toujours à faire sourire papa, alors ce serait pareil avec Charlène!

- C'est normal ça! C'est parce que tu es toute seule. Mais maintenant, je suis là fit-elle avec un immense sourire! Tiens, regarde ce que je sais faire!

Prenant la main de la mutante, elle mit la sienne d'enfant contre celle de l'adolescente, les serrant fermement pendant quelques secondes. Lorsqu'elles se séparèrent, une fleur était apparue dans l'interstice. La rose, colorée de violet nuancé de rouge, était presque plus grande que la main de Charlène.

- C'est pour toi! Mon papa, il dit que je suis une magicienne!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Sam 2 Mai - 13:04

Edward s'adressait à elle comme si elle venait d'essuyer une lourde défaite, et Adel ne pensa pas un instant à contester ce ton. Un meneur digne de ce nom aurait trouvé un moyen de se sortir de cette situation désespérée sans renier ses principes. Elle n'avait pas été à la hauteur du roi du Nord. Qu'il lui demande de liste ses erreurs l'infantilisait mais, une fois encore, elle ne contesta pas. Cette sentence lui semblait appropriée. Lâchant vivement, gênée, la main du souverain, elle baissa les yeux avant de prendre la parole.

-Je me suis trop fiée au passif de votre peuple, récita-t-elle d'une traite. Je pensais qu'ils accepteraient une reddition si la perspective d'une unification leur semblait avantageuse sans prendre en compte la fierté qui pouvait altérer leur jugement. J'ai été naïve. Je vous demande pardon.

Elle se rendait compte que ses excuses n'avaient pas lieu d'être, pourtant rien n'aurait pu l'empêcher de les formuler. Le plus grand monarque que le Nord ait connu se déplaçait en personne pour la rencontrer, et elle n'était pas à la hauteur de ses attentes. Cette naïveté qu'elle se reprochait lui avait pourtant semblé jusqu'à lors être une qualité. Elle ne désirait pas devenir une commandante apte à écraser ses ennemis, à piétiner leur motivation jusqu'à qu'ils finissent par se révolter et qu'un nouveau conflit n'éclate. William et Kunz Pendragon savaient faire cela bien mieux qu'elle. Ce stratège qu'elle aspirait à être n'avait pas pour rôle de gagner des guerres mais d'y mettre fin, d'établir la paix véritable, celle ne pouvant être fondée sur des mensonges. Peut-être était-elle insouciante. Kellue commençait à demander aux spectateurs de quitter les lieux, ces badauds ayant suffisamment attisés leur curiosité à son sens. La porteuse d'Ohihir s'amusait en silence de l'anxiété ostensible d'Adel. Quelques années plus tôt, le jeune homme qui lui faisait face n'était pas si différent. Ils se ressemblaient tous, ces génies en devenir.


Charlène, mollassonne, laissa Layla prendre sa main pur y faire apparaître une rose qu'elle fut forcée d'admettre splendide, mais qui ne l'intéressa pas bien longtemps. Cette fillette était gentille, impossible de le nier, néanmoins ce n'était là qu'une fleur. Un être végétal sans conscience, éphémère. Du décor aux yeux de l'adolescente. Ce vieux tour ne l'impressionnait plus.

-Une magicienne ? répéta-t-elle.

Oui. Elle avait une façon de faire envoûtante. Son don était beau, utile. Qui ne l'aurait pas apprécié ? Parfois, elle se sentait si insipide à côté de tous ces gens aux pouvoirs formidables. Mais elle ne se plaignait pas de ses propres capacités. Posséder une force hors du commun recelait bien des avantages. Un nouvelle bourrasque vint soulever le sable de l'arène. Ces courants commençaient à se faire de plus en plus froid à mesure que le soleil se couchait. Charlène ôta son pull brun et le passa au cou de l'enfant, tirant la capuche aux oreilles d'ours pour la rabattre sur la tête de la toute jeune mutante. Ses cheveux sombres en dépassaient, et au milieu de son visage, un sourire d'une rare honnêteté resplendissait. Charlène étira ses jambes avant de se redresser. Peut-être bien que Layla avait raison. Rester seule ici était vain.

-On va mourir de froid. Viens, faut qu'on trouve ton papa.

Gareth était un papa-poule qui ne quittait que rarement sa progéniture des yeux. Sans doute se faisait-il déjà un sang d'encre pour rien. C'était drôle à voir, parfois, mais surtout touchant. Charlène n'avait pas eu ça. Quand elle s'était perdue, enfant, on ne l'avait même pas cherché. Même quand elle avait fini par tomber dans un orphelinat, personne n'avait cherché à la récupérer. C'était aisé à comprendre. Qui aurait voulu d'une gamine capable de faire s'effondrer sa maison ? Mais on ne pouvait pas revivre son passé, alors le ressasser était probablement vain. Elle avait une famille, maintenant. Des gens qui l'aimaient. Autant leur faire comprendre qu'elle aussi les aimait, avant qu'il ne soit trop tard et qu'elle ne pense à eux comme elle pensait actuellement à ses parents. Elle prit la main de Layla et entreprit de la ramener vers la loge de Cardith.

-Il faudra que je te montre les trucs qui vivent dans tes plantes, lui glissa-t-elle sur le chemin.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Sam 2 Mai - 14:08

Fixant avec intensité Adel, Edward regretta que la jeune fille ne remarque de ses dires que les aspects négatifs. Il s'agissait d'une qualité indéniable si elle voulait progresser, pourtant, son manque de confiance en soi dépitait le souverain, bien conscient qu'il se trouvait face à l'une des plus grandes génies de Valato.

Le sentiment de fierté a en effet joué dans cette guerre ! Mais bien plus que cela, il s'agit de la volonté d'un seul homme puissant, en l'occurence moi, à refuser la moindre concession face à son adversaire. Nombreux sont ceux qui seraient capables d'être menés à de tels extrémités, dans le milieu militaire. Et comme dans notre simulation, le peuple peut être aisément manipulé, même lorsqu'il cultivé.

Edward s'interrompit quelques instants, avant d'observer minutieusement cette jeune fille qui, dans les apparences, ne payait pas de mine.

Même si nos affrontements ont dégénérés, tu t'es sorti avec brio de cette situation. Tu es encore très jeune, et tu gagneras, avec l'âge, en maturité et en intelligence. Aimerais-tu, lorsque ce tournoi sera terminé, rejoindre ma cour en tant que conseillère ? Je suis sûre que tes habilités martiales surprenantes ne sont pas ton seul atout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Sam 2 Mai - 15:00

Nul ne pouvait prétendre entrer à la cour d'un roi du Nord sans avoir gagné sa place. Edward n'avait pas n'importe qui à ses côtés. Ses officiers supérieurs étaient parmi les plus doués et il avait choisi ses ministres au cas par cas. Il comptait parmi ses conseillers trois porteurs d'artefacts et avait pour alliés des personnage de renom tels qu'Esmezia. L'académie était une chose, mais faire partie du cercle proche du souverain en était une toute autre. Adel balbutia. Sa réponse était pourtant évidente : bien sûr qu'elle voulait en être ! Elle en avait toujours rêvé. Apprendre au plus proche les subtilités de la gestion d'un pays, être parmi les premières au courant des grandes nouvelles du continent, côtoyer les personnalités les plus éminentes encore en vie, tout cela pour servir un homme bon dont elle était éperdument amoureuse et qu'elle pourrait alors voir au quotidien. Mais l'annonce était si brusque. Quitter Ilawen, Alix, l'académie et l'ordre, tout ce qui avait jamais eu de l'importance pour elle. Elle n'était pas certaine d'être prête à tout laisser derrière elle. Esmezia vint à son secours. Elle aussi était ravie de l'offre que venait de faire Edward, mais le monarque avait peut-être tendance à oublier que son interlocutrice n'avait que quinze ans, et que malgré les capacités au demeurant imposante de son encéphale, elle demeurait une gamine. La rouquine alla passer un bras autour de ses épaules, s'immisçant en grande pompe dans leur conversation.

-Et comment qu'elle aimerait ! Tu vas te plaire là-bas, tenta-t-elle de rassurer l'adolescente. Tu vas adorer Anya, elle ressemble tellement à Snori. Et puis tu connais déjà Seth ! On sera tous là-bas pendant un bon bout de temps de toute manière...

La dernière phrase avait été prononcée d'un ton plus morne. Avec l'ambiance bon enfant du tournoi, il était difficile de se replonger dans l'optique de la guerre à venir, et il restait le deuil d'Inès à faire. Quoiqu'il en fut, Snori et le groupe d'Artésia finiraient plus que certainement dans la capitale naïlikane afin d'aider Edward à mener la contre-attaque. Ce serait une opportunité parfaite pour Adel qui pourrait alors se former tout en prenant ses aises en ce lieu, bien que retourner dans cette ville où elle avait passé les années les plus sordides de sa vie ne l'enchantait guère de prime abord.

-C'est un honneur comme jamais il ne m'en a été fait, confirma l'adolescente en s'inclinant de nouveau. Mon professeur, Elias Rhin, aura par ailleurs des découvertes à partager avec vous concernant l'usage des gemmes velniennes. Je...je possède par ailleurs le pouvoir de l'une d'entre elles en moi.

L'information n'avait réellement à voir avec le reste de leur conversation, mais Adel pensait bon de la révéler dès maintenant. Elle ne voulait pas garder secret cette particularité-ci. Elle ne voulait d'ailleurs garder aucun secret, rien qui ne puisse la rendre soupçonnable de quoi que ce soit. Edward l'acceptait à sa cour, et elle comptait bien être son sujet le plus fidèle. Il y avait toutefois fort à parier qu'Elias se soit déjà entretenu avec le roi, qu'il avait probablement eu l'occasion de croiser dans les couloirs de l'arène.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Sam 2 Mai - 20:46

Evidemment, il fallait que ce moment arrive. J'alla chercher Raphaël dès je pris conscience des évènements, et l'envoyais rejoindre Charlène. Il la croisa accompagnée de Layla. Comme à son habitude, il rajusta son chapeau. C'est vrai, en général, il trouvait les mots. D'habitude, il arrivait toujours à décrire d'une façon ou d'une autre les sentiments éprouvés par les autres, même la petite caméraman, pourtant si lunaire, du point de vue d'une personne commune. Raphaël Monier comprenait. Et c'est précisément pourquoi il ne mit pas de mot sur ce sentiment là, lorsqu'il s'arrêta devant les jeunes filles. A la place, il se contenta de leur sourire. Il n'avait pas là un sourire désolé ou compatissant, ni un sourire de joie, si simple et efficace, comme à son habitude, non ... Il les regardaient avec bienveillance. Cet air donnait l'impression d'être mis à nu, et pourtant dégageait cette sensation de réconfort dont on avait tant besoin lors de ces moments ...

Je m'inquiétait aussi du cas de Darius. J'avais longuement réfléchi à l'idée d'intimer à l'une de mes créations l'envie d'aller s'intéresser au garçon, mais aucune d'elles ne me semblait capable de cerner le dilemme qui le torturait. Aussi m'étais-je déplacé personnellement. Mais je ne pourrais lui adresser le même sourire que Raphaël offrait aux filles, il ne le comprendrait pas. Que pouvais-je bien lui dire ? Les choses étaient ainsi faites. Théo ne pouvait pas créer de Darius cardithien, car même s'il existait une troisième version de ce dernier, ce ne serait pas lui, mais un autre, et il en était de même pour Charlène. De plus, que l'un quitte son monde pour celui de l'autre semblait impossible, chacun devait rentrer chez soi. Une conviction partagée, ou une décision du Pot ? Je n'aurait su le dire. Mais il fallait dire quelque chose. J'aurais pu commencer par une présentation quelconque et aborder petit à petit le sujet, mais, avec ce garçon, tourner autours du pot - sans mauvais jeu de mot - me semblait une franche perte de temps.

- C'est dommage. C'est même assez injuste, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Sam 2 Mai - 21:20

Darius quitta le cœur de l'arène sans faire le moindre bruit. Il passa l'une de ces portes de pierre qui ne se relevaient que pour permettre aux candidats d'entrer sur le champ de bataille, puis se dirigea vers les étapes supérieurs. Là, face à une intersection, il se stoppa. À sa droite, une simple porte lui permettrait de retrouver Noatak, Violine, Pandora et Garion. C'était là le choix facile. Une prophétie dont il était l'un des deux protagonistes, des entités légendaires soucieuses de lui venir en aide, des milliers de citoyens ne demandant qu'à l'admirer, lui, l'être le plus puissant de son monde. À sa gauche, un escalier plongeait droit vers les quartiers de Maximilien. Son père. Cet homme aux motivations absurdes, à qui il ne s'était jamais intéressé jusqu'à lors. Aussi loin qu'il se souvienne, Darius n'avait été qu'un pantin à ses yeux. Mais les événements récents l'avaient changé. Il accumulait à présent l’expérience de deux vies, dont l'une où sa morale avait déjà été mise à dure épreuve. Il était prêt à présent. Ce n'était pas son père qu'il rejoindrait. Ni ses amis. Taetra était sa prochaine destination. Sur le chemin le séparant de ce groupuscule à qui il s'était déjà opposé, il ne pensa qu'à Charlène. La sortir de sa tête était pour l'heure impossible. C'est alors que l'un des créateurs apparut. Jolan. Que se passait-il ? Allait-on lui annoncer que son existence enfreignait les lois communément admises par le Pot et qu'il fallait de ce fait qu'il disparaisse ? Là où ces garçons passaient, ils ne semaient que la destruction et le chaos. Avoir affaire à eux n'était pas bon signe. Fort heureusement, il se méprit, et il comprit aisément de quoi on lui parlait. Le visage tendu, il ne sut que répondre, se contentant d'acquiescer, avant de finalement sourire. Ses yeux retrouvèrent de leur superbe, comme s'il venait d'avoir une révélation soudaine.

-Non. Non, c'est une bonne chose. Cet endroit m'a fait grandir. J'ai un pouvoir immense, il était temps que je comprenne pourquoi je devais m'en servir.

Charlène n'arrêtait pas de lui parler de tous ces gens qui l'entouraient, à l'institut. Des gens bien, prêts à faire ce qui était juste et qui, plus encore, se protégeaient les uns les autres quel qu'en soit le prix. Lui aussi voulait connaître ce sentiment, trouver enfin sa place. Il n'y avait à ses yeux plus aucun doute sur le fait que celle-ci se trouvait à Taetra. C'était dans le monde des sourciers qu'il avait été créé, aussi était-il logique qu'il finisse par y retourner. Et il n'oublierait pas ce qu'il avait appris de ces autres gens venus de tous horizons. Darius plaisanta, gêné par le court silence. Ce fut un rictus enfantin qui s'afficha sur son visage, toutes dents dehors.

-On se connaissait à peine de toute façon !

Raphaël intercepta de son côté les filles à mi-chemin. Charlène le fixa droit dans les yeux. Il n'y avait rien à dire. Elle seule pouvait réparer les dégâts qu'elle avait subi. Raphaël et les autres pouvaient seulement être là pour l'y aider, mais aucunement le faire à sa place. Et s'il savait à quel point son aide était précieuse en cet instant. Sans doute le savait-il d'ailleurs. L'adolescente tenta de rendre son sourire au porolien. Exprimer sa joie n'était pas non plus son domaine de prédilection, mais elle ne s'en sortit pas si mal que ça. Elle se retourna pour prendre Layla par les aisselles et la percher sur ses épaules comme si elle ne pesait rien, puis agrippa la main de Raphaël avant de se remettre en marche.

-Tu dois en avoir marre, non ? s'amusa-t-elle calmement alors qu'ils s'engouffraient dans les couloirs.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Sam 2 Mai - 22:54

Je souriait à Darius. Il avait raison. Son évolution au sein du multivers était incontestable. Mais mon sourire s'effaça vite. Je fit apparaître une cigarette allumée dans ma main, ayant la flemme d'en sortir une de mon paquet, et mon briquet avec.

- Ouais, c'est pas faux, mais n'empêche ... J'continue de penser que c'est un peu injuste.

Je tournais mon regard vers le bas de l'escalier.

- Taetra, hein ? J'suppose que t'y as pleinement réfléchi, mais j'sais pas si t'y trouvera c'que tu comptes y chercher. Si tu comptes faire face à ton père, là-bas, faut que tu saches deux-trois trucs. Maximillien est ma création, de même que l'univers dans lequel vivent les gens issus de celui-ci. Il est le sourcier le plus puissant de tous, il a été créé comme ça. Donc va falloir devenir encore plus fort, ou au moins l'égaler. Autrement ... Choisis bien tes alliés.


- A part me taper, m'occuper des autres, c'est l'un des rares trucs que j'sais faire, alors non. Jamais j'en aurais marre.

Il conserva son sourire tout en reprenant sa marche en sens inverse, en tenant la main de Charlène. Jamais l'un de ses sourires ne l'eut autant touché ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Dim 3 Mai - 1:02

Darius redevint sérieux lui aussi, attentif à tous les dires du créateur. Un être d'une telle importance ne prodiguait ni ses conseils tous les jours, ni à n'importe qui. Et il visait juste. Le père Maffert n'était pas un tendre. Même s'il ne doutait pas de l'importance qu'il accordait aux liens du sang, l'Eldarak était parfaitement conscient du fait que son père n'hésiterait pas à se débarrasser de lui s'il devenait encombrant. La décision qu'il allait prendre était de fait dangereuse. Mais quoi de mieux qu'un tel défi pour le motiver, lui l'éternel parieur ? Avec pour seuls alliés une bande de gamins, il s'était retourné contre le royaume de la terre avec succès dans le monde des éléments. Se révolter, c'était en quelques sortes sa spécialité. Il fourra les mains dans les poches de son manteau pourpre avant de répondre, plein d'assurance.

-Je suis incroyablement fort, et pourtant ce June m'a écrasé. Je préfère que lui et les autres de Taetra soient mes alliés plutôt que mes ennemis !

Il plaisantait, mais au fond, il se doutait que les combats à venir seraient dantesques. Il serait prêt. Il comprendrait les agissements de son père, s'intéresserait à l'état de ce monde, et deviendrait suffisamment fort pour protéger ce à quoi il tenait le moment venu. Pour une fois qu'il pouvait faire quelque chose de bien dans sa vie, ce n'était pas les éventuelles embûches sur son chemin qui allaient l'arrêter. C'était là un côté de la personnalité du jeune homme que peu décelaient au premier abord. Malgré ses passions infantiles, l'air détaché avec lequel il agissait et son excès de confiance en lui, il n'en demeurait pas moins volontaire et bienveillant. Naïf, certes, mais nul n'était parfait. Il faudrait qu'il se présente à tous ces gens qui ne le connaissaient que comme un ennemi. Leur expliquer qu'il n'était plus réellement le Darius Maffert qu'ils avaient croisé par le passé serait compliqué, et envisager une discussion raisonnable avec June tenait de l'impossible, mais les autres paraissaient enclins à l'écouter, tout du moins. Il verrait bien. L'improvisation, ça le connaissait. Et tant qu'il y pensait, il avait encore des questions à poser. Elles resteraient probablement sans réponse, mais tenter le coup ne pouvait pas lui faire de tort.

-Mon père, les sombrités...tu ne vas rien me dire de plus, n'est-ce pas ?

Charlène acquiesça. Tant mieux. Elle s'en serait voulue d'être un fardeau pour lui, de l’apitoyer tant qu'il se sente obliger de venir vers elle sans que le cœur y soit. Elle n'avait aucun doute sur la nature désintéressée des actes de Raphaël, loin de là, mais l'entendre le réaffirmer la rassurait. Demain, ce serait la finale du tournoi. Elle encouragerait Miranda comme elle l'avait encouragée lors du championnat national quelques mois plus tôt, puis ils rentreraient tous à la maison. Certains partiraient peut-être, et c'était normal. Tout le monde grandissait. La plupart seraient encore là en fin de compte. Peut-être même qu'ils auraient des nouveaux. Ce n'était pas si mal. Il ne leur fallut pas bien longtemps pour réintégrer la loge de Cardith. Benjamin discutait toujours avec Gareth et les autres, tandis que les jumeaux se chamaillaient. Awa s'occupait de Serena, répondant au moindre désir de la gamine. Lui avait prit un coup de vieux. Ces fameuses six années s'étaient inscrites sur son visage dont l'aspect creusé était amplifié par le bouc sombre qu'il portait. Sa chevelure d'ébène était toujours aussi ridiculement désordonnée, tandis que ses cernes ne le quittaient pas. Ses lèvres semblaient, comme toujours, figées sur un sourire constant. Charlène n'avait pas connu ce garçon de l'âge de Daniel. Elle savait seulement qu'il était l'un des plus anciens membres de l'institut et probablement l'un des plus sagaces. Sa bonté naturelle le poussait toujours à faire en sorte d'éviter le conflit, mais beaucoup affirmaient qu'il s'agissait plutôt là de fainéantise. Difficile d'affirmer qu'ils avaient tort. Pas étonnant que lui et le compagnon d'Angélyna s'entendent si bien tant leur ressemblance était frappante. Lars, lui, s'était arrangé. Du haut de ses vingt-cinq ans, il revêtait un costume sur mesure et avait les cheveux coupés court. Il rentrait dans le moule sans que son assurance n'en pâtisse. Et toute cette petite troupe s'entendait à merveille. Ne manquaient que Lilia et Miranda, portées disparues depuis qu'elle vagabondaient avec les valatiennes. Yuko, lui, était revenu, quelque peu bredouille, et s'était enfermé dans sa chambre. Charlène déposa Layla au sol avant de rejoindre un canapé occupé entre autre par Skyler. Étonnement, celui-ci lui adressa la parole.

-Eh, ça va ?

Charlène le dévisagea, les yeux exorbités. C'était peut-être la première fois qu'il lui parlait depuis le tournoi. Et le fait que ce ne soit pas pour l'insulter ou tenter de l’humilier s'avérait inédit. Elle ne répondit rien.

-T'as l'air zarb, se justifia Skyler d'un air indifférent. Pire que d'habitude.

-...qu'est-ce que tu fais ?

-Bah, j'te demande si ça va. Vu que tu débarques avec Raph, c'est que...

-Tu as essayé de me tuer !

Elle avait haussé le ton, et sa voix partit dans des aigus qui juraient avec les sonorités mornes que produisaient d'accoutumée ses cordes vocales mais qui pourtant lui allaient bien. Certains mirent en attente leur discussion pour tendre l'oreille, curiosité malsaine obligeant. Il fallait dire que beaucoup auraient pris plaisir à observer Skyler dans une situation délicate. Or le garçon sembla gêné. Il ne perdit pas la face pour autant et s'empressa de répondre à ce rappel des faits peu glorifiant.

-C'était pas moi, c'était cette foutue aura que je fais tout pour contrôler depuis. Mais je suis désolé d'avoir fait ça. J'essaie de changer. Lilia m'aide. Et c'est bien la seule ; bordel, je te demande juste si ça va, je t'agresse pas !

Cette fois, ce fut le silence complet dans la salle. Charlène lançait à son interlocuteur un regard qui n'était pas sans rappeler celui qu'elle avait destiné à Miranda le jour où elle avait dérobé son caméscope. Un instant, on aurait cru qu'elle allait l'attaquer. Puis chaque partie de son visage retrouva sa place habituelle, laissant apparaître un air rêveur, quelque peu étourdi. L'adolescente haussa les épaules.

-Ça va, répondit-elle simplement avec légèreté avant de retourner à sa console portable qu'elle n'avait qu'à moitié sortie de son sac.

-Ok, commenta Skyler avec le même flegme. Cool.

Et ainsi demeurèrent-ils sur le même canapé, chacun s'occupant dans son coin. Charlène ne lui en voulait pas, en fin de compte. Elle ressentait de nombreuses choses qu'elle gardait secrète, mais l'amertume ou la haine n'en faisaient pas partie. Skyler était sincère, aucun doute là-dessus à ses yeux. Du moment qu'il ne blessait plus personne, elle n'avait aucune raison de lui en vouloir, et se disait que sa réaction première était due à la fraîcheur du choc émotionnel. À moins que les mots n'aient eu besoin de sortir. Et puis après tout, elle s'en fichait. Elle se sentait mieux. C'était l'essentiel.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Dim 3 Mai - 12:05

- Tout dépend de ce que tu demandes, il y a effectivement des choses que je ne peux te confier, d'autres dont je peux te parler. Profites, c'est première fois qu'on se vois, mais c'est aussi la dernière ...

J'entrepris de m'assoir dans les escaliers. Je développait une grande sympathie pour Darius, il créait chez moi une impression de mérite qui se faisait bien rare chez mes propres créations. Il allait jouer un rôle primordial dans les jours à venir, cela ne faisait aucun doute, aussi ne voyais-je pas d'inconvénient à lui céder quelques légères parties de mon savoir sur ce monde qu'il allait rejoindre. J'avais conscience que la façon dont il m'avait posé cette question était tournée de façon à me faire parler, mais ça ne me gênait pas. Darius avait encore d'énormes progrès à faire à Taetra, et il rencontrerait d'autres sourciers d'une grande puissance, bien que June compte parmi les plus grands, et la moindre aide lui serait utile, bien que je ne puisse pas lui donner de trop grosses informations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Dim 3 Mai - 12:26

Darius ne se le ferait pas dire deux fois. Préférant rester debout pour sa part, il s'adossa au mur le plus proche et commença à énumérer les questions qui lui passaient par la tête. Certains resteraient très probablement sans réponse, mais tant pis, autant tout tenter.

-Je voudrais en savoir plus, beaucoup plus sur Taetra, sur Autrefois. Sur les sombrités en règle générale, pourquoi répondent-elles aux ordres de mon père, pourquoi évoluent-elles. Je veux savoir pourquoi mon père a chassé les sourciers, pourquoi les pouvoirs des relais comme Élise ont été massivement retirés, et ce que prévoit mon père. Et puis j'aimerais savoir s'il y a à destin auquel tu nous condamne ; si nos actes auront de réelles conséquences. Je te caches pas que ça peut jouer gros dans la balance.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Dim 3 Mai - 14:22

Un grand sourire anima le visage du souverain pendant quelques instants, avant que ne tombent à ses oreilles l'évocation des gemmes d'origineVeltienne. Si la jeune fille, en plus de se révéler une stratège hors pair, pouvait leur expliquer le fonctionnement de ces objets hors-pairs en Valato, leur situation s'améliorerait grandement. Dans sa hâte, il oublia de remercier Adel pour la partie exceptionnelle qu'ils venaient de faire, et lui de l'accompagner jusqu'à ces appartements, en compagnie de Kellue. Il lança d'ailleurs à son bras droit un regard intense, pour lui signifier l'importance de la situation. Il se déroba ainsi à la foule, en compagnie des deux femmes. D'un geste, il signifia à Esmezia que sa présence ne pouvait qu'être bénéfique dans la longue conversation qu'ils allaient entretenir.

Des années semblaient s'être écoulées depuis mon départ de ce lieu, et pourtant, seulement deux journées venaient de passer depuis que Gareth, troublé, était venu me demander aide et conseils. Même si ma place n'était pas ici, j'apparu au centre de l'arène, désormais paisible. Si l'air s'était révélé pesant lors de ma disparition, un doux parfum régnait maintenant dans cet univers étrange. Je pense que nous commençons à percevoir la fin de cet aventure, et redoublons d'efforts pour terminer cette bien longue aventure.

Les intentions d'Artémis me semblent plus qu'obscures, malgré toute l'énergie que j'ai investi en lui. Ses choix sont multiples et son avenir incertain, mais j'ai espoir que celui ci se rachète de sa conduite. Les chances sont faibles, et pourtant, je ne le vois pas s'enfermer indéfiniment dans ce rôle d'homme cruel et implacable. J'espère ne pas me tromper.

Sortant de mes pensées, je croisa Gareth, dont le regard en disait long sur ce qu'il pensait de moi. Ma décision, à ce sujet, était encore loin d'être prise, et c'est avec une certaine culpabilité que je m'addressa à lui.

Je ne peux encore te donner de réponse définitive. Mais j'aimerais prendre la bonne décision, et ne pas t'enfermer dans une de mes erreurs. D'ici peu, tu seras pleinement libéré de mes diktats ainsi que ceux du pot. Je sais que tu sauras amplement te débrouiller sans moi.

Je sentit soudain quelque chose toucher mon esprit. Le pot lui même me transmettait des messages. Je ne savais si je devais me sentir honoré de ce contact, ou vexé qu'il me considère comme l'un de ses guides. Ne prennant pas la mouche, je répétais alors simplement :

Le pot aimerait te rencontrer, Gareth. Je vais t'y mener.

Et prenant sa main, je l'envoyais à destination de cette entité toute puissante, qui n'avait jamais ne serais-ce que daignée me voir... De nouveau, je me retrouvais seul dans l'arène. D'un pas lent, je m'en éloignais, pensif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   Dim 3 Mai - 15:19

Evidemment qu'il voulait en savoir plus. Comme je le pensais, je ne pouvais répondre à nombre de ses questions sans compromettre un bon nombre de choses. Je ne répondais donc qu'aux question auxquelles je le pouvait.

- Tu te renseignera suffisamment sur Taetra lorsque tu les trouveras. Les sombrités n'évoluent pas. Elles sont classées, comme irrémédiablement vouées à être et rester ce qu'elles sont. Bêta, alpha, oméga et deus. Une sombrité bêta restera une saloperie de marionnette, point final. Un alpha se développe en lui-même, il a une conscience et peut réfléchir, il est aussi plus puissant qu'un bêta, mais dans les grandes lignes, c'est tout ce qui les différencies, en fait. Quant aux oméga et deus ... Y'en à qu'un de chaque. Et j'vais pas t'dire ce qui les différencie des autres.

Je prenait ma cigarette en main et expirait de la fumée.

- S'il y a un destin qui vous attend, c'est à vous de l'écrire, ouais, vos actes auront des conséquences. Et elles peuvent être lourdes, chaque action est à réfléchir, Darius. Je peux pas répondre à tes autres questions.

Je prenait aussi conscience à ce moment là du retour de Louis. Je me sentait un peu moins seul, suite à ce détail. Je trouvais curieux que Gareth ait été convié par le Pot, mais cela ne me dérangeait en rien. Les choses évoluaient, pour nous, comme pour eux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jour 4 : Dernier après-midi (2/2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Essais coucher de soleil, fin d'après-midi
» Amber sur M6 cet après midi
» Après midi dansant oriental samedi 30 mai 2009
» Petit repas sympa hier après midi
» Petite série de l'après-midi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: Multivers :: Le tournoi du Pot :: Le grand tournoi!-
Sauter vers: