Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2046)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1164)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50

» Les inspirations musicales de L.Hubs - Rp One Piece
par L.Hubs Mar 27 Sep - 12:53

» Gareth Soubresault
par Louis Mar 20 Sep - 19:35


Partagez | 
 

 Juste avant qu'on en finisse, juste avant de laisser une fois pour toute Lilia, Snori et les autres derrière moi, et même s'il nous reste encore un tout petit bout de chemin à parcourir...Je tenais à écrire ceci.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre


Messages : 2046
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22

MessageSujet: Juste avant qu'on en finisse, juste avant de laisser une fois pour toute Lilia, Snori et les autres derrière moi, et même s'il nous reste encore un tout petit bout de chemin à parcourir...Je tenais à écrire ceci.   Dim 25 Jan - 23:27

Eh bien voilà, on dirait que le temps est venu. Peut-être serons nous amenés à écrire ensemble à l'avenir, mais une chose est certaine, du moins pour moi : ce ne sera plus ici. Le Rp fut une expérience extrême qui me laissera à jamais des souvenirs douloureux et d'autres idylliques. Une expérience qui en somme m'a forgé, a façonné mon imaginaire et mon écrit, et qui fut le support de bien des amitiés. Si une chose est certaine, c'est qu'à aucun moment, en retournant jeter un œil ici, je ne pourrais éprouver de regret. Alors aujourd'hui, puisqu'il nous faut tourner la page, j'avais pour idée de rédiger ce petit texte, afin de vous raconter cette aventure que j'ai vécu à vos côtés, ici. Sans doute ne suis-je pas le mieux placé pour rendre hommage à ce forum, moi qui l'ai déjà quitté par le passé, mais je vais le faire quand même.

Vous souvenez-vous de la façon dont tout à commencé ? Si vous êtes quelqu'un d'autre que Damien et que la réponse qui vous est venue à l'esprit est «oui », eh bien sachez que vous avez faux. Car vous le savez, le Pot est né des cendres de la Flamme Blanche. Mais saviez vous qu'il fallait remonter encore plus loin, jusqu'à l'ancêtre dudit brasier immaculé ? Un autre forum, un Xooit de surcroît, blasphème ! Et celui-ci date de 2009. Six ans déjà. Un camarade de classe en troisième me présente Danck, sur Dofus. Je rejoint vite sa guilde, Etoile-Noir. Il n'y a pas grand chose à retenir de cette brève aventure commune dans les contrées d'Amakna, mais c'est sur le forum de guilde, créé le 30 décembre 2009, que je montrais pour la première fois des écrits à d'autres personnes que mon vieux mentor de Rp, Pierre, lui aussi rencontré sur ce même jeu. Jeu grâce auquel j'ai par ailleurs tissé un lien avec Louis au tout début. Bien joué le jeu, bien joué. Mais je m'égare. Je fais donc du Rp sur le forum de guilde, dans laquelle nous retrouvons un petit bonhomme que vous avez par le futur côtoyé, et qui se faisait connaître sous le pseudonyme suivant : Us. Son rôle par la suite sera important, voire essentiel.

Quelques mois plus tard, Damien vient me parler du projet de Us via Msn (nostalgie, nostalgie). Il voulait créer un forum dédié au partage d'art, et faisait appel à moi pour que je me charge de la section Rp. Et évidemment, j'ai accepté sans hésiter. Pour la première fois, je me retrouvais donc à la tête d'un véritable Rp qui comptait plus que deux membres, sur un forum aux membres sympathiques et actifs. Le premier Rp était minable, bien sûr, mais on s'en contentait, on s'amusait. Je jouais Snori Pendragon à l'époque, et le fit mourir afin de le remplacer par Marc Leprêtre. Eh oui, ces personnages existent depuis déjà un petit bout de temps ! À ces premiers écrits participèrent Zaraki et Mephisto-Art, qui créèrent respectivement Awa Saïd et Aron Ralston. Mais bon, la Flamme était surtout un espace de partages pour adolescents paumés, et je n'y suis pas resté plus de quelques mois. Puis, un jour que je relisais de vieux topics en constatant l'inactivité morbide de mes anciens camarades, je me décida à poster de nouveau. Désireux d'enfin me lancer dans un projet d'envergure, je proposais le subtilement nommé RP3 -il y avait eu un RP2 en mon absence- et fut motivé par l'arrivée de Jolan, premier rôliste disposant d'un minimum d'expérience sur le forum. Ça va paraître puéril et ce l'était évidemment, mais je voulais faire comprendre à ce nouvel arrivant que j'étais meilleur que lui ; et de cette compétition, fut-elle réciproque ou non, naquit l'énergie nécessaire pour donner vie à l'institut. Ma découverte parallèle de Laurine me poussa à lui faire connaître, à elle puis à Louis, cet univers qui me faisait tant rêver. Lier ainsi ma passion à mes sentiments me causa bien du tort par la suite, mais me permit également de créer une amitié sans laquelle je me sentirai bien démuni aujourd'hui. Merci d'avoir posé les yeux sur nos écrits à ce moments là et d'être entré dans notre monde, mon grand.

Je ne reviendrai pas sur le déroulement du RP3 en soi, car je présume que chacun en garde un souvenir propre. Il est simplement certain pour ma part qu'il a marqué un véritable tournant dans mon adolescence et, à n'en pas douter, dans ma vie. Mais vous le savez, les choses ne se passèrent pas à merveille. Je connus pour la première et la dernière fois à ce jour ce sentiment abject qu'est la haine. Mes conflits récurrents avec Arthur, mon mécène virtuel, comptèrent parmi les moments les plus éprouvants de ma vie d'internaute et menèrent à la fin prévisible de l'existence du forum, tout ça parce que quelqu'un était dans le refus. Je me souviens particulièrement d'une de nos dernières interactions, où il me demandait finalement de laisser tomber. Je lui répondit qu'il était hors de question que je lâche le morceau, ce à quoi il rétorqua qu'il s'était mal exprimé, et qu'il voulait plutôt dire « je laisse tomber ». Un délai de vingt-quatre heures nous fut accordé pour sauver ce qu'il y avait à sauver, et, fièrement, j'affichais pour avatar un phénix, symbole de renaissance. À peine quelques heures plus tard, le Pot émergeait, et nous autres rescapés vinrent nous y réfugier. D'autres, venus d'ailleurs, y firent un saut également, et de tous, ce fut Margaux qui me marqua le plus.

Ses premiers écrits publiés ici me rappelèrent un fait que j'avais souvent tendance à oublier : je n'étais personne. Dans ce vaste monde de l'imaginaire, parmi tous ces talentueux auteurs, je n'étais rien. Fini le temps où je voulais, par orgueil, être simplement le meilleur. Se tenait désormais face à moi quelqu'un d'autrement plus talentueux, au phrasé plus soigné, au style plus appliqué. Tout ce que je savais faire, elle le faisait mieux. Et je n'en ai certainement pas fini avec les remerciements, mais celui-ci, tout particulier, t'es destiné ma vieille. Sans cette claque que tu m'as mis à ce moment, jamais je ne serai parvenu à progresser, jamais je n'aurai eu la motivation de devenir enfin un écrivain en herbe décent. Le Rp3 se termina, et peu de temps après, nous en démarions un nouveau, de plus grande ampleur. Une œuvre véritable dont la qualité objective dépasse de loin tout ce que nous avons pu faire à l'avenir, mais aussi une source immense de frustrations en tout genres. C'est de Valato que sont nés des désaccords, et c'est en l'écrivant que certains d'entre nous se sont démotivés, moi le premier par moment. Je ne réalisai pas, durant le début de son développement, ce que signifiait réellement être un MJ. Savoir fédérer ses joueurs, bien sûr, parvenir à conserver leur motivation intacte, mais ne jamais oublier qui ils sont, leur parcours, leur personnalité. Je pense que personne ne pourra le contester, je manquais d'empathie. Furieux lorsque vous ne répondiez pas à mes attentes, j'ai souvent été atteint d'accès de colère qui m'ont poussé à commettre des erreurs, mais qui m'ont également beaucoup appris sur moi-même. La première conclusion du Rp4 ne fut pas satisfaisante et j'en gardai un arrière-goût amer, qui me poussa à m'écarter de vous quelques temps. Vous avez donc commencé à monter un nouveau Rp dont Jolan fut chargé, et je me joignit finalement à vous en tant que simple joueur. Cet essai-ci ne fut pas concluant non plus, tout comme les deux suivants. Le Rp6 tout d'abord, exclusif à Margaux et moi-même, puis le Rp7 et ses quelques pauvres posts. Tout cela me décida à enfin tenter quelque chose, seul. Quelque chose dont je parlais depuis le tout début : le Rp3, en roman.

Cela se passa il y a deux ans. J'entamai la réécriture de la chose, modifiant nombre de ses aspects, retravaillant ses personnages, rendant l'intrigue cohérente et renforçant le contexte. Et bien qu'objectivement meilleure, cette nouvelle version ne parvint pas à me satisfaire. Plus j'avançai, plus un fait indéniable me revenait en tête : cette œuvre n'était qu'un plagiat. Un plagiat camouflé certes, peut-être même un plagiat de très bonne qualité, mais un plagiat tout de même. Si un jour j'en venais à être reconnu, je ne voulais pas que l'on dise de moi que tout avait commencé par, au risque de me répéter, un plagiat. Et ce n'était pas tout. Ce qui avait fait l'âme du Rp3, ce qui avait fait vivre ses personnages et les avait rendu si puissants, si forts dans les émotions qu'ils transmettaient, était l'esprit de groupe qui nous habitait nous, joueurs. Un sentiment qu'aucun de mes mots ne pouvait reproduire. Alors je relis parfois mes écrits solitaires, appréciait mon travail minutieux, tout en gardant en tête que ce manuscrit n'est pas le Rp3. La réalisation de cet échec, lié à un autre facteur déterminant, me poussa quoiqu'il en fut dans une longue déprime et une lassitude profonde. À la recherche d'une petite étincelle de vie dans ce décor monotone qu'était mon absurde quotidien, je cherchai à renouer avec mes racines artistiques et à me relancer dans le Rp. Je proposai donc à Louis un projet neuf, Scami.

Et ce fut un nouvel échec. Malgré les joueurs de qualité qui nous rejoignirent, dont Margaux et Damien, le projet ne put être mené à terme, faute de motivation de la part de mon acolyte principal, que j'avais eu le tort de spoiler sans hésitation. Mais encore une fois, une nouvelle rencontre changea la donne. Un nouvel ami inattendu fit son apparition à la fac, et nous apporta son expérience de rôliste, tout à fait différente de la notre. Ensemble, nous fondèrent Ubhara, un projet ambitieux dont la conception prit plus d'un mois et dont le résultat final était grandement satisfaisant. Mais un nouvel abandon causa une déception comme jamais je n'en avais connu et me renforça dans ma solitude. Moi qui avait été si heureux pendant l'année suivant la fin du Rp4 me retrouvait au plus profond de ma peine. L'été 2014, je le voulais sous le signe de la transition. Je trouvai le réconfort dans la joie de vivre de ma petite cousine, et parvint à renouveler ma plume en me penchant sur une fanfiction de Pokémon. Oui, c'est pas terrible, mais ça a marché. Du moins pour la durée des vacances. Rentré chez moi, j'étais terrifié à l'idée de remettre les pieds à la fac, où j'avais vu mon monde s'écrouler. Mon projet tombé à l'eau, mon amour brisé, mon nouvel ami disparu. Tout cela me restait en travers de la gorge, et je ne pouvais envisager la perspective d'enfiler mon sac et de prendre le train en direction du campus sans en avoir l'estomac noué. J'aurais voulu pouvoir oublier cet endroit, tout recommencer, ailleurs. Et pour rester dans le domaine enfantin, sachez que c'est une chanson Disney qui m'a donné un brin de courage. Une chanson proposé par mon ex de surcroît, comme quoi le salut n'est pas toujours là où on l'attend.

En fin de compte, j'envisageai vaguement d'écrire le Rp4, sans conviction, mais Louis me sortit définitivement la tête de l'eau en me proposant simplement d'en écrire la suite ensemble. La machine était enfin repartie. Cette suite n'aboutit pas non plus, mais qu'importait, j'avais enfin gagné suffisamment de maturité et de recul pour comprendre ce qui me passait sous le nez depuis des mois. L'adolescence, c'est fini. Étoile-Noir, puis la Flamme, et enfin le Pot, furent les réceptacles de mon être et de ma créativité durant toutes ces années, et vient un moment où il faut savoir avancer, tourner la page. Ce tournoi me permet d'enfin clore ce que j'aurais du clore depuis déjà plus de deux ans, de faire aboutir ces personnages que j'ai tant aimé, et de mettre en mots comme je le fais actuellement ce vécu, ce ressenti. Ce qui ne devait être qu'un au revoir au forum prend finalement des allures auto-biographique, mais cela ne m'étonne pas, car l'histoire du Pot et la mienne, à l'instar des vôtres, sont liées. J'ai enfin compris que si le Rp m'a aidé à me développer, il doit désormais faire partie de mon passé, et c'est pour cela que jamais plus je ne participerai à un projet de ce genre. Je vais me concentrer sur les Jdr et sur l'écriture solitaire, deux catégories dans lesquelles j'ai déjà des projets bien à moi, emprunts de mon identité, où je pourrais finalement m'épanouir. Alors oui, nous n'en avons pas tout à fait terminé, et il nous faut mettre un point final à notre œuvre commune ultime, mais je tenais avant cela à écrire pour vous ce message, que vous le voyiez demain ou dans quelques mois, en passant par hasard sur le forum. On parle souvent de famille de sang et de famille de cœur, et bien que vous ne fassiez partie de la première et que la seconde me semble trop vague pour y intégrer définitivement qui que ce soit, sachez que vous avez tous une place immuable dans mes souvenirs, et que vous avez tous joué un rôle déterminant dans le développement de la personne que je suis. Même toi Arthur, beau salopard. Jugez cela ringard, ridicule, absurde, mais les faits sont là, vous êtes et serez à jamais ma famille de crayon.

Arthur, Éline, Pierre, Damien, Jolan, Laurine, Louis, Juliette, Margaux.

Du fait des personnes que vous avez été, que vous êtes aujourd'hui, des circonstances qui ont mené à nos rencontres et la motivation qui vous a poussé à me suivre dans cette longue aventure, celle-ci a pu avoir lieu. Certains n'ont été que de passage dans ma vie, surtout les trois premiers ainsi que Laurine et Juliette. Un autre a toujours été là, sans jamais être prépondérant, mais son soutien et son volontarisme presque constant m'ont tant rassuré. L'une a su, comme je l'ai dit, m’époustoufler, et fut la dernière fondation qui me maintint debout au moment où tout le reste s'écroulait. Le Jal m'en a fait voir de toutes la couleur et a été la source de bien des dépits, mais également de tellement de moments mémorables. Tu le disais toi même, on ne lâche rien, sur ce point, on se ressemble. Et les petits conflits qu'on peut avoir de temps en temps m'ont été, je crois, bénéfique. Il fallait bien que quelqu'un ose me tenir tête ! Et puis bien sûr, toi, mon ami. J'apprécie l'aisance avec laquelle je parle, moi qui étais autrefois d'une timidité aberrante, mais puisque c'est par l'écrit que nous nous sommes réellement connus, autant que ce soit par l'écrit que je te rende cet hommage. Toi mon meilleur acolyte. Tu es le majeur de ma main droite. Je pourrais continuer de tenir mon crayon sans ton soutien, mais mon écriture en serait affectée. J'ai longtemps été tourmenté par ce souvenir de mon groupe d'amis du lycée, si bien que je ne savais plus à qui je pouvais accorder ce titre, puisque je ne retrouvai plus rien de semblable. Mais l'évidence est souvent difficile à voir, hein ? Tous les moments les plus forts de ma vie sentimentale et artistique, je les ai partagé avec toi. Dans mon petit monde où tout me semblait volatile, tu étais la seule variable constante. Avec les défauts qu'on te connaît évidemment, ce serait d'un chiant si tu étais parfait. Mais les faits sont là. Tu as été un précieux ami par le passé, et tu l'es aujourd'hui plus que jamais. La perspective de notre avenir qui tend à se croiser encore me réjouit. Alors à vous tous, camarades, s'il ne s'agit pas d'un au-revoir, laissez moi au moins vous dire merci. Vous avez sans cesse entretenu ma passion et m'avez permis, aujourd'hui, d'enfin entrevoir un futur où l'artiste que je souhaite être peut s'épanouir.

Jolan, Louis, apportons enfin sa touche finale au Pot. Délectons nous de tous ces personnages, faisons en sorte de ne pouvoir qu'avoir un large sourire en se retournant pour les regarder. À défaut d'un verre de champagne, je vous lève ma tasse de thé. Et même si cela n'a aucun sens, je tiens à conclure tout cela par le maître-mot.

Post.

_________________
Time to tip the scales!


Dernière édition par L.Hubs le Lun 26 Jan - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre


Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Juste avant qu'on en finisse, juste avant de laisser une fois pour toute Lilia, Snori et les autres derrière moi, et même s'il nous reste encore un tout petit bout de chemin à parcourir...Je tenais à écrire ceci.   Lun 26 Jan - 10:40

https://www.youtube.com/watch?v=mmCnQDUSO4I (je voulais à la base mettre la musique "le bilan" d'Usul, mais celle ci me semble plus appropriée pour exprimer le temps qui passe passe)

Fut un temps ou cet energumène de L.Hubs n'était pour moi qu'un joueur hard-core de Dofus dont le père était équipé d'une dizaine de guitare. Notre rencontre ne fut elle même qu'un énorme hasard, mais après quelques temps, il me poussa, avec son accolyte passée, à me lancer dans le RP. Je n'étais à l'époque qu'un gamin qui se vantait de réussir parfaitement ses expressions écrites, alors que les résultats n'étaient clairement pas à la hauteur de ses prétentions. Je mis beaucoup de temps avant de me lancer dans cet exercice perilleux, qui je le savais déjà, révélais énormément de l'homme qui tenais la plume. Je me suis pourtant laissé séduire, et nous formèrent un joyeux trio qui ne redevint que plus tard un simple duo. Je connus quelques frustrations et insatisfactions, mais dans ce genre de projets, je doute qu'il ne puisse pas y en avoir. Qu'importe, j'ai continué à écrire, cherchant dans nombre de mes écrits la reconnaissance du tout puissant. Ainsi motivé, j'ai progressé plus que je n'aurais jamais pu le penser dans l'écriture, et même si je perçois nombre d'erreurs réminiscentes, je reste très satisfait du travail accompli jusque là.

Le RP, c'est cette discipline qui te permet de te découvrir sous un autre angle, celui de l'imaginaire, de par ces personnages à qui tu affliges une personnalité, un physique et des aventures qu'ils n'ont pas forcément demandés. Et pourtant, bien loin d'être une activité aussi solitaire que l'écriture d'un roman, elle permet aux créations de se rencontrer entre elles, et de par leurs regards d'élaborer quelque chose de bien plus perfectionné. 1 + 1 = 3 ?

Cet hommage vibrant que tu me fais, ainsi qu'à beaucoup d'autres (mais surtout à moi, parce que je suis narcissique ainsi qu'un énorme majeur dans vos faces, BITCHES) me fais prendre conscience d'un fait qui a son importance pour moi. Le RP m'a permis d'avoir un niveau correct en écriture. Et dès lors, j'attirais inextricablement nombre d'écrivains en devenir, à qui je tentais de transmettre l'héritage que tu m'as donné en me conviant à ce projet, Théo. Je pourrais faire une liste, mais m'est avis que, aussi improbable que cela soit, si ils devaient un jour arriver ici, ils se reconnaitraient aisément. Et avec toutes ces personnes me demandant conseil, j'ai commencé à me considérer comme une Muse. Oui, ma prétention n'a aucune borne, pourtant je ne pouvais que constater que tous ces hommes et femmes que je tentais d'inspirer, aux prétentions bien plus grandes que moi dans ce domaine, et dont l'imagination était sans doute bien plus développée que la mienne ont progressé sous mon regard presque toujours bienveillant.

Et j'apprends, Oh stupeur, que j'étais ta muse à toi aussi, Théo (still no for the handjob). T'aider à t'épanouir dans l'écriture, y participer avec toi, et te voir ainsi progresser me ravis (NO! I won't suck you, motherfucker). Peu importe l'endroit où nous avons écrit, où nous écrivons et écrirons, tu resteras toi aussi une variable stable dans le bon gros bordel sentimental qu'est ma vie, et cela est plaisant à voir (j'avais même fais un schéma de mes amitiés à l'époque, où j'avais déjà constaté cela).

Bon, je parle trop de toi, du coup, je vais parler de Gareth. L'autre jour, j'étais dans le métro, et j'aperçois dans le reflet des vitres un regard douloureux, avec des sourcils froncés et des yeux à la perfection sans pareil. Déjà, je comprends qu'il s'agit de mes yeux (suis pas con à ce point), mais je fais aussitôt le rapport avec ce nordique aux yeux que j'imagine si similaires et qui, peut être, est le personnage qui m'a le plus ressemblé, bien que représentant mes débuts dans le RP. Ce grand gaillard tourmenté est pourtant maintenant bien loin de celui que je suis, et je devrais bientôt, comme beaucoups d'autres, le laisser partir. J'en serais presque triste, moi qui ne l'ai retrouvé que très récement. Il restera bien sur dans ma tête, comme Lilia, Erlyn, Snori, (Angie?), Raphaël, Ethan, Melody et bien d'autres. Mais tous ces joyeux compagnons m'ont procurés un soutien sans failles au moment où j'en avais besoin.

Honneur à eux, à tous ceux avec qui j'ai écris, que j'ai conseillé, même si certains furent éphémères, vous m'avez tous apporté une grande satisfaction. Honneur à toi, L. Hubs, qui m'a énormément influencé, et cela depuis au moins 5 ans, si ce n'est 6. Si je peux me rengorger de savoir écrire convenablement, d'avoir vécu des épopées fantastiques -et cela même si certaines d'entre elles ne trouvèrent jamais leur fin-, c'est sans aucun doute grâce à toi.

Jolan, Théo, nous avons beaucoup vécu sur ce forum! Donnons lui une fin honorable.

PS : Serrez les fesses, Gareth incomin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre


Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 21
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Juste avant qu'on en finisse, juste avant de laisser une fois pour toute Lilia, Snori et les autres derrière moi, et même s'il nous reste encore un tout petit bout de chemin à parcourir...Je tenais à écrire ceci.   Lun 26 Jan - 15:42

La Flamme Blanche ... Voilà un nom qui raisonne d'une douloureuse nostalgie à mes oreilles. J'étais alors un amalgame de différents clichés : Le métalleux, j'attachais alors mes longs cheveux en écoutant cette musique brutale qui me plaît toujours autant, et ne m'habillait que de noir. Le faux-souriant, affichant un certain bien-être, alors que je souffrais, car en vérité trop sensible. J'ai très vite perdu ce premier aspect, bien que j'ai longtemps après gardé mes cheveux longs, car je me suis intéressé à d'autres styles de musique, quant au second point, je compte bien m'en débarrasser aussi un jour.

Cependant, c'est bel et bien cette souffrance interne qui au départ me poussa à pratiquer le rôleplay. Sur les MMO, d'abord. Enfin, sur WoW, devrais-je dire, 10 ans de jeu achevés il y a peu. Je pratiquais alors le rp comme une libération de moi-même, là était tout l'intérêt : Ce n'était pas moi, c'était donc forcément mieux, car je voulais être mieux que ce que j'étais, misérable. C'est la rencontre sur ce jeu d'une personne, qui aujourd'hui encore m'est très chère, bien que la distance nous sépare, qui me permit de sortir de cet état d'esprit, si je ne cite pas son nom, c'est parce qu'il se reconnaîtra. Je découvrait alors que le rp était devenue une véritable passion, et il devint alors un loisir plaisant, plutôt qu'un refuge. Bien vite, il compta à mes yeux comme un frère.

Pendant ce temps, à Paris, je faisais la rencontre de Pierre-Louis, bien vite surnommé Pilou. Quelqu'un qu'on ne peut mieux qualifié de "opé". Il s'avéra être d'abord sympathique, puis un bon ami, si j'ai bien un regret le concernant, c'est de n'avoir pris plus de nouvelle. Un jour, il m'invita à manger asiatique avec lui et quelques amis, ce que j'acceptais prestement, bien plus que ce que j'aurais voulu. Durant ce repas, j'ai intercepté une discussion qui allait me faire découvrir un nouvel univers, car cette discussion, plus importante qu'il n'y paraît, tournait autours de ce fameux forum, La Flamme Blanche. Je découvrais alors l'univers de Cardith, sous un contexte alors bien peu étoffé, mais qui se compléta grandement plus tard, et proposais, à peine inscrit, le premier personnage que je puis qualifier de complet, car il est comme je me voyais alors, mais en mieux, et lui donnait le nom de mon grand frère, Raphaël. Là encore, je recherchait quelque chose de meilleur, dans sa conception, son nom n'était qu'une marque affective que mon fraternel ne verrait jamais.

S'en suivit l'une des meilleures période de ma vie, bien que souvent je rencontrait des difficultés dans ma vie de tous les jours, je vivais souffrant, mais en voie de guérison. Je deviens "Le Jal'", figure suprêmement prétentieuse, incarnation de soit-disant puissance, dont nous rions en fait beaucoup. Nous avions d'ailleurs fait une rencontre, réelle, où tous les membres, ou presque, de la flamme blanche s'étaient retrouvés. J'avais filmé avec mon téléphone ces moments que je regardent parfois encore, et qui me manquent. Puis, sans prévenir, vint le moment où Us, Arthur, décida de fermer le forum. Je l'appris bien tard, mais, à mon grand soulagement, toi, Théo, était déjà sur le coup, en train de sauvegarder tout ce qui aurait pu l'être, et je crois me souvenir que Laurine participa à réunir ces longues pages. Cet événement a réveillé en moi un sentiment qui avait guidé ma vie et que j'avais refoulé depuis longtemps alors : la rage. Une bête immonde qui sommeille encore dans mon coeur, prête à se réveiller à la moindre occasion. Je me souviens de notre haine commune le concernant alors, dont aucun acte ne ressortira réellement, fort heureusement.

C'est donc sur le Pot à Crayons que nous somme revenu de nos cendres, et c'est donc tout naturellement que ton avatar de l'époque est à présent celui de ce compte commun, "Le Grand Admin", soit un phénix, oiseau de feu éternel, en qui le cycle de la vie se fait individuellement. C'est ici que nous avons pu mettre fin au RP3. J'en fus personnellement satisfait, mais je dois bien avouer que cet univers me manqua très vite. Je retournais donc sur WoW, l'origine de cette passion.

Puis naquit le RP4.
Comme une prophétie, un univers fit son apparition, bien différent en surface autant qu'en profondeur à celui de Cardith, un univers ou je me sentais bien plus à l'aise, car plutôt digne de romans heroic-fantasy, dans lesquels je baignait depuis si longtemps. Je créait alors des personnages emblématiques, tel qu'Oloren et Erlyn, bien que la plupart retinrent le grand frère plus que sa sœur, mais les gardiens étaient eux-même bien achevés, en vérité. J'élaborait une histoire sur eux, sur cette famille, assez approfondie, qui auraient pu mener à une trame scénaristique assez épique, mais j'ai aussi satisfaction à ce que cela reste secret, car il ne m'importe réellement que qu'ils soient marquants. Durant ce RP4, je rompait la distance avec mon "frère" de WoW. 4 heures de train plus tard, je rencontrait l'une des personnes les plus importantes qui soient à mes yeux.

J'étais heureux. Je regardais défiler le temps avec tranquillité, bien peu inquiet de ce qui pourrait arriver. Je vis aussi une relation avec Laurine, qui dure près de deux ans, durant lesquels mon bonheur se verra grandissant jusqu'au moment ou les choses se sont ternies. Je ne regrette cependant aucune de ces deux années passées. La reprise du RP4 se fera quelques courts mois plus tard, et me redonne un peu de baume au coeur, un peu d'énergie, bien que je traverse à ce moment là une phase de déprime, minant mon moral lourdement. Je me sort de ce passage difficile de ma vie quand la reprise se voit finalement avortée, et laisse place au Tournoi du pot. L'occasion pour moi de ressortir tous mes personnages favoris qui ont vu le jour sur forum. Je démarre alors une autre relation de couple qui, pour l'heure, me convient, et débute une reprise de Dofus qui me mène au delà du niveau 100 aujourd'hui, ce dont je n'ai jamais eu le courage d'atteindre seul.

Voilà. A présent, si j'ai bien compris une chose dans le rôleplay, c'est que ces personnages que j'ai créé, ils ne sont en fait qu'une seule personne. Ils sont moi. Ils sont des aspects de ma personnalité, tous différents et semblables. Mais ils sont aussi eux, car indépendamment de ma volonté, ils se sont démarqués sans que je ne contrôle trop ce que je faisais d'eux. Pierre Bottero, qui pour nombre d'entre nous est un exemple, écrivait à la fin de la quête d'Ewilan, avant sa biographie, dans le tôme 3 : l'île du destin "Ne l'oublions pas, les auteurs n'inventent pas les personnages, ils les invitent simplement dans leurs livres". Après tout ce temps passé à écrire, je commence enfin à comprendre ces mots.

L'on me pardonnera de ne retenir que quelques noms, car les autres ont une signification bien moindre dans cette histoire, et que l'on me permette de retenir le nom de mon frère distant, car il est si lourd de sens et d'émotion que je veux à présent le prononcer avec précaution.
Ce fut un long voyage. Pour rien au monde je n'aurais voulu le faire avec d'autres.

Théo, Laurine, Louis, et toi, vieux frère.
Merci.

-Jolan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juste avant qu'on en finisse, juste avant de laisser une fois pour toute Lilia, Snori et les autres derrière moi, et même s'il nous reste encore un tout petit bout de chemin à parcourir...Je tenais à écrire ceci.   Aujourd'hui à 7:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Juste avant qu'on en finisse, juste avant de laisser une fois pour toute Lilia, Snori et les autres derrière moi, et même s'il nous reste encore un tout petit bout de chemin à parcourir...Je tenais à écrire ceci.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» buste : quelques remarques avant que je la finisse ?
» CSI NY- L'amour au bout du chemin -Don/Danny-tout public
» Le bonheur au bout du chemin
» [Koening, Laird] La petite fille au bout du chemin
» La lumiere est au bout du chemin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: Communauté :: Flood-
Sauter vers: