Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1165)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Vestiges.
par Jaleniel Aujourd'hui à 5:35

» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50


Partagez | 
 

 Le plus puissant d'entre tous

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Le plus puissant d'entre tous   Ven 14 Nov - 22:56

La caravane menée par Edward avait fini par se disloquer au fur et à mesure que les citoyens accompagnant le roi du Nord retournaient dans leurs régions d'origines. La communication avec Kesron avait été fondamentale, et la plupart des habitants de Rednow avaient pu grâce à la collaboration des deux états ennemis retourner auprès de leurs familles en toute sécurité, les troupes naïlikanes n'hésitant pas à faire office d'escorte. Edwig Luthness demeurait introuvable, tout comme Melody Jennsen. Il semblait que suite à leur brève confrontation à Véonde, ils se soient éclipsés. Plusieurs témoins attestaient toutefois de leur survie qui ne faisait désormais plus aucun doute, et qui suffisait à insuffler un vent de panique au sein du peuple. Cet homme avait à lui seul vaincu Oswald Schimp et Orion Délafi, réputés pour former un duo de porteurs d'artefact travaillant main dans la main depuis plus d'une décennie. Belwur avait lui aussi était balayé, ainsi qu'Esmezia Fambriel, puis était venu le tour du griffon. La défaite de l'un de ces êtres mythiques constituait une première, de mémoire d'homme, dans l'histoire de Valato. Et plus encore, la disparition de Rednow dans les flots générait une crainte des plus rationnelle. La cité, de par son histoire, avait atteint un statut allégorique, représentant à elle seule la paix fraîchement installée, que tous espéraient durable. Ce fut quatre jour après ce tragique événement que la troupe fut enfin de retour à Neims, et Solunthes se mit aussitôt au travail. Soucieux de garder un œil sur ce manipulateur avéré, Oswald le suivait de près, Offtaür constamment à ses côtés. Elle seule pouvait prétendre posséder des capacités psychiques suffisantes pour passer outre les éventuelles illusions que l'ancien allié d'Athis pouvait provoquer. Comme convenu, on lui fournit toute la catalite dont il avait besoin, mais il ne pouvait encore passer à la mécanique pure. Il lui fallait dans un premier temps reproduire en détail les plans des machines bâties par Athis. Au cours de leurs retrouvailles dans les monts du Nord, il avait eu l'occasion de scruter l'esprit de son ami, mais avait veillé à prendre le moins de risques possibles et ne s'était donc pas permis de creuser profondément en sa mémoire afin que son intrusion ne soit remarquée. À Véonde, il avait eu l'occasion d'observer plus longuement ces chefs d'œuvres de l'ingénierie et avait assimilé leur fonctionnement, mais, toujours dans l'optique de n'éveiller les soupçons, fut forcé de ne les examiner qu'avec parcimonie. Ainsi, et ce malgré sa base solide de connaissances, il lui fallait improviser. Athis fut un premier sujet d'expérience, un essaie infructueux. Il pensait pouvoir corriger le tir s'il parvenait à isoler plus précisément les différentes composantes de l'essence des artefacts et avait, afin d'en affiner sa compréhension, emprunté Nigfol à son ancienne porteuse. Pour l'heure, il n'avait toutefois eu le temps d'y toucher, trop occupé à concevoir la base de ses prototypes.

Plusieurs questions avaient été soulevées en parallèle par les autorités naïlikanes. La plupart des ministres d'Edward avaient manifestés leurs réserves quant à la coopération totale avec Luuwr suite à la révélation de leur plan d'armement secrets. Le traité de paix signé suite à la troisième grande guerre avait pourtant été des plus clairs au sujet des technologies militaires, qui devaient être partagées dès les premières étapes de leur conception. Soucieuse de respecter ses engagements, la monarchie avait même stoppé la création d'automates de combat et avaient commencé à en démanteler d'autre afin de prouver leur bonne foi. Si l'on ne pouvait encore parler de trahison, ces mesquineries de Kesron n'allaient pas dans le sens d'une entente cordiale. S'était ensuite présenté le cas de Nahaow. Leur réserves d'artefact diminuant drastiquement, il leur fallait trouver des personnes compétentes, aptes à utiliser à bon escient les pouvoirs de ceux dont ils disposaient encore. Or nul candidat ne semblait convenir. Trouver un expulseur n'était déjà pas chose aisée, en trouver un proche du pouvoir l'était moins, et encore fallait-il que celui-ci se montre efficace et volontaire. On ne pouvait guère imposer une telle responsabilité à une personne ne la souhaitant pas, et il était plus que compréhensible que certains se montrent réticents, se disant que les porteurs seraient des cibles privilégies dont l'espérance de vie laissait à désirer. Puis était arrivée la missive d'Edwig Luthness. La lettre évoquait de prime abord les regrets de leur auteur quant à l'escalade récente de violence, mais peu étaient dupes. Si cet être se clamant immortel était si puissant qu'il l'affirmait, il aurait pu prouver sa bienveillance autrement qu'en les décimant sans vergogne. Les deux autres points laissaient en revanche place à d'intenses réflexions. Premièrement quant à Alderon Fushy, accusé unanimement par Edwig et Solunthes. Mieux valait, cela dit, laisser Luuwr régler cette affaire en interne, l'Oran n'était désormais plus qu'une région du grand était du Sud. La vérité éclaterait certainement sous peu, bien qu'il soit étonnant de penser qu'un homme d'une telle sagacité et si longtemps allié de la maison Pendragon puisse s'avérer être un traître. Venait pour finir le cas de Solunthes et de ses ambitions. La question de la confiance accordée à cet artefact n'ayant pas encore été résolue, cela permettait de relancer le débat. Un point noir venait en outre attiser la méfiance envers le destructeur de cités : l'absence totale d'évocation du cas de Melody Jennsen, portée disparue. Ayant eu vent de cette missive par l'intermédiaire d'Oswald, Nakaën avait donc demandé audience au roi de Naïlika et pénétrait en ce moment même dans la salle du trône. Depuis quelques jours, il semblait que le jeune hovoïte se faisait plus discret, moins bavard. Il s'automatisait, au grand dam de Solunthes, qui avait expliqué aux deux survivants du conseil qu'il lui était impossible, compte tenu de sa nature et de celles de ses pouvoirs, de contrôler pleinement l'essence qui se déversait petit à petit dans ce garçon. Tel était ainsi le destin de son porteur : ne devenir plus qu'un vassal dont la conscience s'éteignait progressivement. Un sacrifice pour sauver tant d'autres vies. Apparaissant aux côtés du guérisseur, l'avatar s'adressa directement à Edward.

-Petit roi, je souhaitais évoquer avec vous les propos tenus par Edwig Luthness.

Le véritable enjeu de cette conversation n'était pour l'heure pas les stratégies à mettre en place pour vaincre cet ennemi commun. Suite à sa démonstration de puissance, il avait été convenu que l'humanité n'avait guère d'autre choix que de s'en remette à Solunthes pour le détruire définitivement. La suite des événements, en revanche, demeurait incertaine, et l'illusioniste tenait à défendre son point de vue quant à l'annihilation de la totalité des artefacts, lui y compris. Peut-être aurait-il été avisé d'attendre que ce conflit prenne fin avant d'évoquer l'avenir, toutefois il lui semblait qu'à l'inverse, une réponse devait être apportée dès à présent ; sans quoi ces hommes craintifs l'emprisonneraient après la mort d'Edwig, trop couards pour assumer de prendre une décision lourde de sens, quand bien même elle irait dans leur unique sens.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Sam 15 Nov - 23:20

Depuis le retour d'Edward à son palais, le centre décisionnel Naïlikan était en pleine ébullition. Le jeune souverain était assailli par une multitude de conseillers, désireux d'avoir ses instructions dans une multitude de domaines. Les mesures de sécurité avaient été grandement renforcés, et les gardes scrutaient chaque habitant avec attention. Un climat de crainte s'était installé en ville, qu'Edward tentait tant bien que mal de dissiper. Et ce n'était pas là la première priorité du jeune homme. Il avait sur son bureau un traité ratifiant la réactivation des automates de la dernière guerre, une centaine de rapports affirmant la présence du plus grand ennemi dans les endroits les plus improbables de Valato ainsi que la lettre de leur unique adversaire. La situation chaotique dans laquelle la destruction de Rednow les avaient plongés créait aussi un vent de crainte politique hors du commun. Nombre de représentants du peuple, peu désireux de se faire remarquer, avaient quittés leurs fonctions afin de fuir la menace. Et si seul ces pleutres avaient disparus...

Un exode massif vers les campagnes avait commencé dans toutes les grandes villes, et la police peinait à maintenir l'ordre. Malgré tout cela, Edward avait insisté pour donner un discours dans la capitale afin de rassurer son peuple. Toutes les mesures avaient été prises pour supprimer la menace, et le souverain promettait un retour rapide de la paix. Si ces déclarations apaisaient quelques uns, une grande minorité était convaincu de l'imminence de la destruction d'Abrial, au grand damn d'Edward.

Et si cela l'attristait énormément, la disparition de Kellue était le point d'orgue de cette déchéance. Rester dans l'ignorance face au sort de son amie minait réellement le moral du souverain, qui ne pouvait plus compter sur son réconfort constant... Malgré cela, Anya, pleine de ferveur, tentait de soulager sa peine du mieux qu'elle pouvait...

Ployé sous cette masse imposante de responsabilité, le roi ne fut pas ravi de voir arriver Solunthes, désireux visiblement de redorer son blason face à la lettre de celui qui se faisait désormais appeler l'Héritier... Ses incriminations envers Fushy n'avaient fait que rajouter du travail au pauvre Edward, qui avait décidé de reléguer au second plan le complot du maître savoir. Quant à ses faibles défenses vis à vis de ses actes, elles en devenaient presque risibles... Comment faire confiance à un homme qui avait sans froncer les sourcils détruit une ville de ses mains? Pourtant, si Solunthes se montrait inefficace, ils n'auraient peut être pas d'autres choix que de céder à sa requête, en espérant sa sincérité... Mais ils étaient encore très loin de renoncer ainsi...

Avec un froncement de sourcils imposant face à ce qualificatif de "petit roi" que l'artefact lui attribuait sans cesse, Edward répondit séchement :

- Il est tristement peu surprenant que vous soyez au courant de cette lettre, pourtant confidentielle, mais je vous écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Dim 16 Nov - 16:32

Bien qu'il demeura stoïque, Solunthes eut envie de sourire en entendant la remarque du roi du Nord. Ainsi faisait-il toujours preuve de la même animosité à son égard. Sans doute pouvait-on la justifier par ses actes passés et la façon dont il avait manipulé la coalition afin de parvenir à ses objectifs, mais il en demeurait certain : s'il avait réussi à éliminer définitivement Athis dans tout ce qu'il était, pouvoirs y compris, on l'aurait alors considéré comme un héros. Telle était la triste vérité qu'il constatait chaque jour au sein de l'espèce humaine. L'on jugeait sans comprendre, sans se soucier de ce qui était réellement, sans jamais faire preuve de ce qu'ils nommaient objectivité. Objectivité...voilà un drôle de concept qu'ils exhibaient tel un étendard dont ils ne respectaient jamais les couleurs. La nature même de leur esprit leur empêchait d'atteindre cet idéal philosophique. Mais il ne pouvait guère leur en vouloir, et s'amusait de constater que le manque d'honnêteté qu'il leur reprochait était ce qui l'avait longtemps caractérisé lui-même. Pour ce qui était de la confidentialité de cette lettre, elle était toute relative. Hommes d'états et hauts-gradés militaires en avaient d'abord été informés ainsi que, à n'en pas douter, leurs proches, nul ne pouvant garder pour lui une information aussi palpitante. Puis, à leur tour, les proches de ces proches. Ce qui était confidentiel ne l'était jamais bien longtemps pour peu que beaucoup soient, dès le départ, au courant. C'était en l'occurrence Oswald qui avait fait part de la nouvelle à son collaborateur, pensant que le roi l'avait déjà informé. Une petite bourde qui ne pesait pas bien lourd dans la balance car, même s'ils étaient ses alliés à présent, Solunthes continuait d'épier dans une moindre mesure les pensées de ceux qui l'entouraient. Cela aurait pu lui causer un cas de conscience, mais cette impossibilité pour eux de mentir ne pouvait apporter que du bon et être bénéfique à leur efficacité. Sous sa forme originelle, celle d'un être d'ombre, l'avatar avança jusqu'au roi, se retrouvant à quelques mètres de lui.

-Edwig Luthness affirme que je souhaite détruire les artefacts et, face à vous, Edward, je réitère cette dite affirmation, et me permettant de vous détailler le fond de mon propos. Nous autres artefacts ne vivons que par un biais : le parasitage. Il s'exécute à différentes vitesse et apparaît de façon différente selon l'individu, mais toujours en est-il que la nature du symptôme est la même. Nos porteurs perdent peu à peu ce qui fait d'eux un être à part entière afin de ne devenir qu'une incarnation physique de notre essence. Observez le jeune Nakaën, que j'ai pourtant préservé de mon mieux.

Droit comme un i, le visage fermé, bras le long du corps, le guérisseur était effectivement inexpressif et ne réagissait que lorsqu'on l'évoquait. En entendant les propos de son camarade, il se mit à sourire et se tourna vers le roi.

-C'était un sacrifice que j'étais prêt à faire depuis le début, entonna-t-il, sans conviction.

-D'ici quelques jours, reprit Soluthes, il ne sera plus qu'un pantin que je ferai se mouvoir. Il en fut de même pour tous. Edwig Luthness, une âme brisée dès son enfance, qu'Athis a pu façonner. Inès Vrag, qui, en n'ayant qu'une fois ressenti l'énergie de Nigfol déferler en elle, sombra dans une profonde dépression durant plus de cinq années. Et Ohihir, petit roi, ne déroge pas à la règle. Malgré l'affection que vous portez à Kellue Dovlass, sachez que vous ne l'avez jamais connue, que vous n'avez rencontré que la façade d'elle qu'Ohihir avait développé. Et vous serez à présent curieux de voir ce qu'elle pourrait devenir.

Conscient que ses paroles susciteraient une réaction probablement forte chez son interlocuteur, Soluthes continua sa logorrhée afin de ne le laisser l'interrompre.

-Mais l'impact que nous avons sur nos porteurs ne sont pas notre seul caractère néfaste. Constatez ces guerres qui furent enclenchées pour nous. Que nous avons parfois enclenchées. Pouvez-vous nier que nos pouvoirs n'ont pour finalité que la destruction de la vie humaine ? Regrettez-vous alors des êtres comme Nigfol, capables à eux seuls de vaincre une armée ? Ne seriez-vous plus à votre aise en sachant Belwur disparu à jamais ? En me sachant disparu à jamais ? La seule période de paix que Valato n'aie connue, petit roi, ne s'étendit que sur une période de cinq ans, durant laquelle les autorités de ce monde se sont alliées afin de créer le conseil, notre première prison. Par ce biais, niez-vous que vous pouviez alors garder sous surveillance constante mes semblable ? Qu'étaient-ils alors de plus pour vous que des reliques du passé dont vous ne saviez que faire, et que vous craigniez ?

Malgré l'intensité de son propos, la voix de Solunthes demeurait monocorde, calme. Il ne souhaitait se laisser emporter à quelque émotion et avait encore beaucoup à dire, mais il lui fallait à présent l'avis de son interlocuteur sur ces sujets avant d'en arriver à la suite, aussi se stoppa-t-il suite à cet enchaînement de questions, qui suscitait chez les quelques spectateurs une certaine réflexion.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Dim 16 Nov - 19:23

Edward fut surpris d'être d'accord avec l'artefact. Étrangement, ses arguments faisaient sens dans la vision qu'il avait des choses. La quasi-totalité des porteurs qu'il avait connu dans sa courte vie étaient irrémédiablement marqués par les stigmates de leurs artefacts. De Gladys Engels jusqu'à Nakaën, tous avaient étés touchés par l'influence mentale des semblables de Solunthes. Kellue ne pouvait être exclue du lot, elle qui l'avait abandonné en cette difficile période, après lui avoir demandé de le tuer. Ces êtres mystérieux étaient définitivement néfastes pour les Hommes les possédant. Il s'agissait d'un fait acquis depuis des centaines d'années, et pourtant le fait de l'entendre dire par le Maître des soigneurs rendait la chose d'autant plus réelle. Le jeune souverain n'avait rien pour contredire l'argumentaire de son interlocuteur. Mais il pouvait s'en extraire.

- Vos dires sont d'une grande justesse, mais j'aimerais revenir sur un point précis, afin de défendre l'honneur de mon amie et espérer vous apporter ma modeste expérience. Il est vrai que Kellue Dovlass aurait été une toute autre personne sans l'influence d'Ohihir. Et pourtant, il s'agit de la personne la plus exceptionnelle que je connaisse, dévouée à la paix, et son absence m'est terrible. L'artefact des parleurs l'a élevée comme un père. Son association avec lui a fait d'elle une femme de bien. Mais cela n'est pas si différent de l'éducation qu'un homme peut donner à son fils, même si dans une relation probablement plus fusionnelle. Imaginez un instant que j'ai été éduqué par mon propre père. Je descends d'une lignée sanguinaire et vindicative. Je serais probablement devenu comme le reste de ma défunte famille, désireux de dominer Valato. Mais le destin s'est montré d'une ironique clémence envers moi, me forçant à mériter le trône sur lequel je suis assis aujourd'hui. Mon point est le suivant : oui, vos semblables peuvent se révéler d'une grande nocivité pour leurs porteurs, mais il en est de même dans chaque famille... Vous n'avez jamais connu la misère humaine Solunthes, vous n'avez pas vu ce que j'ai vu, ou peut être ne l'avez vous pas compris. Certains hommes, tout comme certains artefacts ont de mauvaises influences sur l'espèce humaine. Mais la bonté et la dévotion est présente chez d'autres, une sorte de compensation face à la malfaisance des premiers. Tout comme on ne peut exécuter toute l'humanité, on ne peut détruire les artefacts sans distinction.

Le souverain s'interrompit une dizaine de secondes pour observer le regard placide de son interlocuteur. Ne parvenant pas à dormir la nuit, il avait quelque peu réfléchi à la question, et avait trouvé un consensus qui permettrait de satisfaire les différentes forces impliquées tout en -il l'espérait du moins- rendre l'humanité meilleure.

- Si nous parvenons à vaincre la menace que représente Edwig Luthness, j'ai songé à un tribunal qui permettrais de juger l'influence des artefacts sur Valato, et les verdicts rendus par cette cour d'hommes déciderait ainsi de l'emploi ou non de l'arme que vous allez nous fournir. Ce n'est qu'un semblant d'idée pour l'instant, qui devra être ratifié par toutes les autorités, Hovoïtes compris avant d'être appliquée. Et j'espère que vous y donnerez un avis favorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Dim 16 Nov - 20:09

Où que l'on aille sur Valato, certains noms revenaient fréquemment lorsqu'on demandait qui, parmi les hommes, étaient ceux de grande valeur. Celui d'Edward en faisait partie. Du Nord au Sud, nombre s'accordaient pour clamer ses louanges, pour dresser de lui un portrait idyllique qui le faisait presque passer pour une déité. Solunthes l'avait pour la première fois entrevu dans l'esprit d'Esmezia Fambriel lorsqu'elle l'eut trouvé, et avait été heureux de pouvoir le rencontrer malgré les circonstances, à Rednow. Les premiers mots qu'ils échangèrent alors confirmèrent à l'artefact que la personne qui lui faisait face méritait la réputation le précédant. Encore aujourd'hui, il prouvait que son intellect surpassait ceux de beaucoup, du simple fait qu'il osait s'opposer à lui, mais pas seulement. Ses idées étaient fonctionnelles, pouvaient constituer une réelle alternative, peut-être même la meilleure ; pourtant, elle découlait d'un jugement corrompu par la compassion et l'affection qu'avait pu porter le souverain au défunt Ohihir. Il était vrai que les hommes pouvaient être suffisamment mauvais pour menacer leur propre espèce. Les ancêtres d'Edward l'avaient prouvés, ainsi que bien d'autres chefs militaires avant eux. Mais ils ne pouvaient, à eux seuls, susciter suffisamment de convoitise et accorder un pouvoir tel que leur existence même soit dévouée à ce cycle de violence. Un artefact pouvait n'être néfaste, si ce n'était pour son porteur ? Qu'était-il d'autre en ce cas ? Qu'avait-il alors à apporter à ses maîtres ? Une fois que le petit roi aurait sélectionné ceux à qui la tête revenait, les rangerait-il alors dans un coffre jusqu'à la fin des temps ? Non, ce monde ne fonctionnait ainsi. Aussi longtemps que ces reliques seraient à portée de main, certains tenteraient de s'en emparer afin de monter au pouvoir.

-Ainsi, ce tribunal déciderait quelle lame serait rangée sur son présentoir au lieu d'être fondue ? Peu importent ses gravures, la forme de sa garde ou la couleur de son manche, une arme demeure une arme, petit roi. Conçue pour tuer. La conserveriez vous sous prétexte qu'elle peut être utilisée afin de découper votre viande ? Non. Votre tribunal est un idylle. Son fonctionnement serait détraqué par l'avidité de vos sujets ; et pourrait également l'être par notre puissance. Voyez comme le dernier jugement auquel nous avons siégé communément s'est déroulé. À ma guise, j'aurais alors pu manipuler toute personne présente. Petit roi, sachez que j'éprouve pour vous un respect que peu peuvent se targuer de recevoir de ma part, mais soyez certains que votre cognition humaine ne vous permet de juger avec parcimonie ce cas de figure. Aussi vais-je vous demander de considérer vos intérêts et eux seuls, sans chercher à voir en nous des êtres dotés de cet instinct de survie qu'est le votre. La mort n'est guère pour nous ce qu'elle est pour vous. Jusqu'à peu, elle n'était pas même une possibilité.

En cela, le fait qu'Edwig se désigne comme immortel laissait d'ailleurs le maître illusionniste perplexe. Qu'était-donc sa définition de ce mot ? Peut-être supposait-il que son organisme ne pouvait vieillir, à l'instar de celui des artefacts, mais ceci était faux. Leur longévité était immense, cela dit des modifications physiologiques avaient été notables sur leurs avatars au fil des siècles. Eux se pensaient en outre indestructible, mais Solunthes et son ancien ami avaient démontré l'inexactitude de cette affirmation.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Dim 16 Nov - 20:36

Même si le discours de Solunthes était plus qu'intéressant, il semblait au final entièrement étanche à certains faits pourtant essentiels selon Edward. Le plus conséquent était qu'il ne considérait pas les artefacts uniquement comme des armes, mais aussi comme des êtres, certes très différents des humains sur beaucoup de points, mais néanmoins doués de conscience. La peine capitale n'était pas une décision aisée, encore moins lorsqu'il s'agissait de telles créatures insondables... Et ces "armes" pouvaient faire le choix de ne pas donner leurs pouvoirs selon leur convenance. Ainsi, plutôt que de juger leurs pouvoirs offensifs, peut être fallait il juger leur sagesse. Et en plus de cela, il ne fallait pas oublier que c'était en grande partie grâce à eux, Nigfol plus particulièrement, qu'ils avaient obtenu ce semblant de paix...

- Solunthes, ne voyez vous pas que les artefacts ont connu en cette décennie leur âge d'or? Nigfol, gardienne de la paix, Edwig Luthness, fléau de Rednow. Hélas, ou peut être heureusement pour vous, une fois cette dernière menace disparue, l'humanité dépassera de loin le pouvoir nocif dont sont dotés les artefacts. Le sbire d'Athis n'est pas responsable de la destruction de la capitale culturelle de Luuwr. L'Homme l'est. En quelques années, nous avons confectionné des armes dont la nuisance commence timidement à dépasser celle de vos semblables. D'ici une centaine d'années, vous serez relégués à l'état de trophées pour des hommes de pouvoirs avides et plus aux artefacts tout puissants qui permettent de changer l'issue d'une guerre ou d'en créer. La machinerie que vous confectionnez elle même n'en est-elle pas la preuve? Un jour, des hommes avides parviendront peut être à créer eux même la source de votre pouvoir. Nous avons collaboré avec vous pendant des millénaires, en temps de paix ainsi qu'en tant de guerre. Même si je refuse de vous considérer comme une arme, si l'on suit votre avis, une épée peut aussi bien être responsable d'un meurtre que de la victoire de la paix. Il suffit juste de s'assurer que l'épée ne se retournera pas contre vous...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Dim 16 Nov - 20:53

Solunthes se mit alors à sourire, si tant est que ce rictus puisse être appelé ainsi. Le petit roi marquait un bon point : oui, le pouvoir de l'homme dépasserait, à terme, celui des artefacts. Tout du moins s'ils s'effaçaient. Des êtres tels que Belwur ne laisseraient certainement pas les valatiens devenir assez puissants pour ne plus les considérer comme leurs supérieurs. Les yeux des deux orateurs se croisèrent. L’illusionniste en avait encore beaucoup sous le pied, mais se confrontait à une conviction évidente de la part de son interlocuteur. Il était borné...ce qui dans son cas précis se révélait être une qualité. Alors soit. Un compromis lui semblait un bon début, mais il n'hésiterait pas à revenir à la charge ultérieurement, car lui aussi était prêt à se battre pour ses convictions. Pourtant, un sentiment étrange s'immisçait en lui. Pour des raisons qui à l'heure actuelle lui échappaient encore, une part de lui souhaitait survivre. Il y avait des choses, des gens qui le retenaient ici. À force de s'unir à eux, ses hôtes semblaient avoir fini par lui transmettre des bribes de leurs émotions, des tessons suffisants pour qu'il les laisse se développer en son sein. Et à présent, face à ce garçon pour qui il pensait ne rien éprouver, Solunthes se laissait aller à quelque allégresse. Leurs confrontations pacifiques lui plaisaient énormément.

-Que l'épée ne se retourne pas contre vous... ? dit-il, presque sarcastique.

Cette dernière partie du discours d'Edward pouvait être maladroite tant que l'on considérait leur situation au sein de cette métaphore filée. Dans cette logique de raisonnement, le roi du Nord stipulait donc ouvertement qu'il jugeait bon de laisser vivre les artefacts tant qu'il pouvait les manipuler, à sa manière. Tant qu'ils étaient, donc, les alliés de l'humanité. Ce n'était guère de l'altruisme dont il faisait preuve, mais réellement d'une pragmatisme sombre. Deux faces d'une même pièce. On ne pouvait être bon pour les uns sans être perçu comme mauvais par les autres. Mais il ne relancerait pas le débat à ce sujet. Tirer ainsi sur la corde aurait été puéril et contre-productif.

-Bien. S'il en est ainsi, alors vous aurez mon entière collaboration pour votre projet, petit roi. Il me semble à présent essentiel de vous rappeler le second point sur lequel Edwig Luthness et moi-même sommes tombés d'accord. Je ne sais quels sont les objectifs d'Alderon Fushy, mais vous recommande fortement de vous assurer de sa dangerosité potentielle.

Rompant leur accord passé, ce vieil homme avait mis sa propre cité à feu et à sang, avait fait libérer les prisonniers du centre d'incarcération le plus important du continent, et continuait de mener sa barque sans conséquences. Même lui, apte à sonder les esprits, n'avait eu l'occasion de comprendre le but de ces manœuvres au demeurant dangereuses, mais une chose était certaine : s'il avait eu le cran de s'opposer à deux artefacts, son pouvoir devait s'avérer grand.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Mer 19 Nov - 19:22

Fushy... Cet intriguant avait pourtant su s'attirer la sympathie de tous, à Valato. Découvrir en lui un traitre peinait réellement le jeune roi, qui l'avait toujours considéré comme un fidèle de la paix... Mais Edward avait espoir que la situation ne durerait pas longtemps. Malgré tous les évènements, le peuple d'Oran aimait sincèrement le système monarchique, ainsi que son ancien roi Snori Pendragon. Ce dernier avait d'ailleurs disparu depuis quelques temps, au grand damn de son compère Naïlikan... L'inquiétude d'Anya elle même s'était transmise en lui, de par la disparition de son frère Seth par la même occasion. Fougueux qu'il était, le jeune homme était sans doute parti accompagner son cousin dans on ne sait quelle péripétie. Sans qu'il ait pu en vérifier la véracité, on signalait le roi déchu à l'est de la contrée. Il faudrait, à un moment ou un autre, que Snori et lui aient une discussion à propos de William Pendragon. Mais pour le moment, il respectait l’ermitage que s'était visiblement imposé le sang-bleu.

- A ce sujet, j'ai lancé quelques hommes compétent en Oran pour comprendre précisément ce qu'il en étais... Et nous sommes actuellement à la poursuite de Iyoh Tzumihi. Les informations qu'il pourrait fournir nous seraient utiles... Même si vous ne savez rien sur les motivations du maitre-savoir, quel est votre avis sur l'affaire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Mer 19 Nov - 20:05

L'artefact ne quittait pas le souverain des yeux, constatant son état d'anxiété, qu'il avait du mal à dissimuler. Il n'était encore qu'un tout jeune homme et portait sur ses épaules de lourdes charges qu'il ne pouvait indéfiniment assumer seul. Tôt ou tard, il lui faudrait accepter de ne pouvoir être constamment sur tous les fronts. Mais pour l'heure il devait maintenir sa ténacité.

-Je n'en ai guère, répondit Solunthes du tac au tac. Les informations dont je dispose actuellement ne me permettent aucunement de donner une dimension logique à un tel sabotage, si tant est que sa culpabilité soit bien prouvée. Je puis toutefois vous transmettre tout ce que je sais.

Solunthes n'était arrivée que tardivement auprès d'Athis. Si celui-ci avait un plan, il semblait que les paramètres concernant Alderon Fushy furent fixés avant que l’illusionniste de rejoigne son ami. Ainsi, son point de départ ne pouvait être que le suivant : le maître-savoir du roi de l'Oran était prêt à livrer à un artefact qu'il savait dangereux l'un des plus grands assassins de cette époque. Dès lors, la trahison était évidente. L'extraction ne s'était toutefois pas déroulée comme prévue, et la ville avait été mise à feu et à sang. Toute coïncidence était à écarter. Un temps, Solunthes pensa que Fushy avait tenté de leur tendre un piège, et qu'une mutinerie au sein de ses troupes ou tout autre incident de cet ordre avait emmené au sac de sa cité. Pourtant cette hypothèse ne tint la route, puisqu'une fois le danger que représentaient les deux artefacts rendu public, le régent ne s'était exprimé ou défendu. La version officielle était une révolte, ou une attaque de dissident. L’illusionniste avait également entendu qu'on l'accusait de cela, et l'information s'avérait plus intéressante que les précédents. Faisant part de ces pensées au petit roi, Solunthes conclut ainsi :

-Si nous sommes jusqu'à lors d'accord pour m'innocenter dans cette affaire, cela pourrait signifier qu'Alderon Fushy cherchait à saccager Nora tout en en conservant le contrôle.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Lun 24 Nov - 18:34

Plus Edward parlait à Solunthes, plus il avait le sentiment que son interlocuteur était un automate dont le seul objectif était d'éliminer tous ses semblables. Bien qu'il montre de l'empathie envers les humains, on se demandait parfois si celle ci n'était pas qu'un masque permettant à Solunthes d'accomplir son objectif. Chez lui, on ne retrouvais pas les caractéristiques communes aux autres artefacts. Athis, dans sa quête de pouvoir, Belwur dans sa sexualité dévergondée, ou même Ohihir dans son désir paternaliste envers l'humanité. Tous trois avaient une personnalité et des réflexions intellectuelles qui semblaient presque accessibles à l'Homme. Quand il s'agissait de Solunthes, tout semblait bien plus obscur.

Il s'agissait d'un artefact unique en son genre. Pour preuve, il s'agissait probablement du premier de ses semblables à être jugé par les hommes. Peut être étais-ce le début d'une nouvelle ère pour la cohabitation de ce qu'Edward aurait appelé deux espèces. Quant aux informations de Fushy, elles ne l'aidaient guère. D'un geste las, il remercia son interlocuteur pour les informations données, puis demanda à être seul. D'ici une dizaine de minutes, il devrait négocier avec un comité de commerçants qui défendraient bec et ongles leur territoire, même si cela signifiait probablement la mort pour eux si Edwig Luthness attaquait la ville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Lun 24 Nov - 19:38

Solunthes remercia Edwar d'un hochement de tête, puis quitta la pièce à sa demande. Il lui fallait retourner travailler sur ses recherches immédiatement, au vu de l'urgence de la situation. Il croisa en chemin un groupe de marchands qui attendaient dans le hall, mais ne leur adressa pas le moindre mot. Il s'entretint en revanche avec Oswald sur qui il tomba au hasard et à qui il avait justement un mot à dire, puisque lui et Offtaür constituaient des alliés essentiels. Il remarqua au passage que l'ancien général ne portait pas son artefact aujourd'hui, ce qui sembla sage au maître des illusions. Laisser le temps à son organisme et son esprit pour se reposer de leur influence ne pouvait être que bénéfique. Le naïlikan pénétrait à son tour dans la salle du trône quelques minutes plus tard, devançant les marchands qui y avaient rendez-vous pour une affaire urgente. Vêtu de sa tunique à manche amples, il s'approcha lentement du jeune roi, serein comme à son habitude. Il jeta sur son souverain un regard presque paternaliste.

-Mon roi, je tenais à vous exprimer mon soutien complet. Je sais que la perte de Kellue vous est difficile, mais si vous avez besoin d'un conseiller, sachez que je serai ravi de vous porter assistance.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Mar 25 Nov - 15:35

La sollicitude d'Oswald, bien que touchante, ne fit que rappeler à Edward l'absence terrible de Kellue. Bien qu'il savait qu'Arawn veillerait sur elle, il était en souffrance du fait qu'ils n'aient jamais été aussi longtemps séparés depuis sa naissance... Il aspira soudainement à une grande solitude, mais n'en fit rien. La maladresse du vieux général ne pouvait être que bienveillante, et Edward appréciait sa compagnie. De plus, cet homme, pourtant ami d'Igole Vrarg, avait toujours fais preuve d'une dévotion totale envers lui, mais surtout envers le peuple Naïlikan, ce qui était selon le jeune souverain, une qualité bien plus appréciable que celle de suivre un roi aveuglément par simple fidélité. Hochant la tête avec un sourire forcé, il répondit :

- Sa présence et ses conseils me manquent en effet... Je vous remercie pour vos paroles Oswald, et votre avis m'a toujours été précieux. Votre assistance est la bienvenue.

Le souverain réfléchit quelque secondes avant de reprendre.

- Solunthes vient de me consulter à propos d'Edwig Luthness... Que pouvez vous me dire sur notre "captif"?

Par cette question, il désirait connaitre les avancements de l'artefact, tout autant que son comportement. La méfiance était de mise avec un être pareil, malgré sa bonne foi apparente. L'avis d'Oswald lui permettrais de comprendre d'avantage l'artefact, et malgré les nombreux rapports qui ornaient son bureau à ce sujet, Edward avait toujours préféré des rapports oraux, souvent remplis de détails intéressants...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Mar 25 Nov - 18:01

Oswald, sans quitter son monarque, répondit sur le ton placide et serein qu'on lui connaissait, ce sans la moindre hésitation préalable. Les idées étaient claires dans son esprit.

-Solunthes montre quelques signes d'hostilité, messire. Il conserve le secret quand à ses recherches et ne souhaite que nous nous y immiscions. Il est notamment un point sur lequel je ne saurais être en accord avec lui.

Machinalement, le vieillard effleura du bout des doigts la boucle d'oreille sombre qu'il portait actuellement. Il fit l'inventaire silencieux des forces en présence. Deux gardes à la porte, deux autres à quelques mètres du trône. Soit quatre soldats en tout, et à en juger par leur dégaine, pas des plus compétents. Affublé de ces recrues, le souverain du Nord ne pouvait réellement prétendre être à l'abri en cas d'urgence, or une situation inattendue survenait si vite. Oswald posa une main sur l'épaule de son supérieur et figea ses yeux dans le sien, comme pour préparer le terrain avant de terminer son dialogue. Et ce fut avec un ton sec qui n'était pas le sien qu'il conclut.

-Le caractère essentiel de votre survie.

Le bras libre du viellard se mouva alors avec une rapidité insensée pour un homme d'une soixantaine d'années. De la manche ample jaillit un poignard qu'il agrippa et qui se dirigea directement vers la gorge d'Edward.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Mar 25 Nov - 18:52

La promptitude à laquelle le général attaqua Edward ainsi que l’incohérence totale de cet acte abasourdi les gardes présents. Le visage décomposé, ils assistèrent au geste terrible sans avoir le temps ni les capacités de réagir. Tandis que la lame tranchait la gorge du roi avec ce qui semblait être une lenteur infinie, un flot de sang, propulsé par son cœur affolé allait maculer le sol de marbre de la salle. Avec des réflexes formidables pour quelqu'un de la carrure et la force du jeune homme, Edward parvint à repousser tant bien que mal le bras traitre qui tranchait ses chairs avec vigueur. Une vivacité que l’on pouvait attribuer à l’instinct de survie mais qui ne serait probablement pas suffisante pour sauver le souverain. Le sang s’écoulant de la gorge d’Edward quittait son corps avec lenteur désormais alors que les battements de son cœur diminuaient peu à peu. La surprise était lisible dans son regard.

-Pourquoi… ? bafouilla-t-il avec difficulté tandis que son corps s’affaissait lentement sur son siège.
Les gardes avaient finalement commencé à réagir face à la menace que représentait Oswald, et tandis qu’un d’eux s’était précipité en dehors de la salle pour demander avec insistance un Guérisseur, les trois autres s’étaient saisi du régicide et l’avaient mis brutalement à terre, l’éloignant de leur souverain aimé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Mar 25 Nov - 20:15

Concentré sur sa tache rendue plus difficile par la résistance inattendue d'Edward, l'assassin ne vit pas arriver les trois gardes qui parvinrent, par surprise, à le mettre à terre. D'un roulé-boulé, il se dégagea pourtant de leur étreinte et asséna au plus proche un terrible coup de pied en plein visage alors qu'il était toujours à terre. D'une roulade arrière, il se releva en hâte et jeta sa lame vers le dernier de ses opposants qui avait fui pour chercher assistance, en vain : il avait déjà quitté la pièce. Oswald ne disposait donc que de très peu de temps. Un mouvement sec fit jaillir un second couteau de sa manche gauche, et il le planta aussitôt dans la chair d'un soldat tentant de le ceinturer. La sang chaud s'écoula abondamment de la plaie béante laissée en pleine poitrine, tandis que le vieillard effectuait un saut vif et puissant qui se conclut par l'impact de son genou dressé sur le visage du troisième ennemi. Le premier, encore en état de se battre, alla se placer entre le doyen du conseil et le jeune souverain, puis dégaina son épée qu'il tint fermement entre ses deux mains.

-Plus un pas ! tonna-t-il. Au nom du Nord je vous demande de vous rendre sur le champ !

Oswald le toisa du regard, souriant d'un rictus arrogant. Il joua un instant avec la courte dague qu'il tenait entre ses doigts, tout en avançant avec le grâce et l'énergie d'un jeune homme.

-Vous êtes presque mignon.

Hors de lui et en proie à la panique, le garde attaqua. Son coup, vertical et quelque peu maladroit, fut aisément esquivé par le général qui se baissa rapidement et lui trancha les mollets alors qu'ils se croisaient, emportés par leurs élans respectifs. Chutant lourdement au sol, le naïlikan fut incapable de se relever et gémit de douleur tout en demandant un renfort qui ne tarderait pas à arriver. Mais auraient ils le temps...Oswald était de nouveau tout près d'Edward, et redevint sérieux, voire grave.

-Navré, roi Edward. Vous semblez être un homme de bien mais votre mort est nécessaire.

Il aurait certainement mérité qu'on lui en dise plus, de partir en sachant au nom de quelle cause on lui avait ôté son avenir. Malheureusement, de par sa maladresse, l'assassin n'avait pu vaincre les quatre gardes avant qu'ils n’alertent le reste du palais, et il lui fallait désormais abréger les souffrances du garçon. À l'heure qu'il était, sa femme était probablement déjà morte aussi, mais il n'aurait servi à rien de le lui dire. La cruauté était prohibée. Une ultime fois, la dague se leva. Puis l'air de la salle s'emplit soudainement d'une brume bleutée. En un laps de temps trop court pour le définir, des particules de givres flottèrent tandis que la silhouette du régicide en devenir se retrouvait emprisonnée dans un imposant cercueil de glace. Une bête aux longs bras ballants et au visage plat et étendu, faite intégralement de gel, pénétra dans la salle du trône en flottant, laissant derrière elle des courants froids. Arrivée près du souverain, l'insolite créature disparut pour laisser place à Oswald, essoufflé, qui dut s'appuyer sur l'accoudoir du prestigieux siège afin de ne pas tomber de fatigue. Nakaën ne tarda pas à faire son apparition à son tour et se précipita sans mot dire sur Edward. Il plaqua sa main sur la gorge blessée et la lueur apparut, commençant à revigorer le blessé qui avait frôlé la mort. Stupéfait, Oswald observait l'homme, emprisonné dans le givre, qui aurait pu être son frère jumeau.

-Quelle sorcellerie est-ce donc ?

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Jeu 27 Nov - 18:44

Tandis que Solunthes était penché sur Edward déployant son art à sauver la vie du souverain, une quinzaine de gardes lourdement armés ainsi que deux guérisseurs débarquèrent dans la salle du trône. Surpris de la situation, mais réagissant vivement, ils poussèrent sans ménagement Nakaën du corps du roi, et entourèrent les deux Oswald avec méfiance, interrompant ainsi les soins d'Edward, heureusement presque terminés. Les deux guérisseurs se chargèrent de la fin des soins, alors que l'officier en chef observait les intrus avec colère.

- J'exige des explications. TOUT DE SUITE! grinça t-il, menaçant.

Mais alors que le gradé posait sa question de manière autoritaire, Edward se releva tant bien que mal, avec l'aide des deux hommes chargés de ces soins.

- Solunthes vient de me sauver la vie, laissez le sortir du cercle fit il faiblement.

La déclaration du souverain fut si basse que l'officier ne la comprit pas aussitôt. Les soins d'Edward continuaient alors qu'il se tenait debout, bien que cela ne fut que peu conseillé après une telle blessure. Solunthes ne pouvait être accusé d'un tel acte, même si il semblait être un coupable idéal. A moins que tout ce qui l'ensemble ne soit une illusion -auquel cas Edward ne pouvait rien faire- il n'y avait d'autres choix que de l'innocenter. Celle des deux Oswald se trouvant au centre des militaire était quant à elle plus difficile à démontrer.

- Prouvez votre identité, Oswald Schimp déclara plus fermement Edward.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Jeu 27 Nov - 18:59

Oswald ne retint pas un mouvement de surprise, presque offensé qu'il était d'être ainsi la cible des suspicion de son roi, qu'il venait d'aider à sauver. Cette brève indignation passée, il s’exécuta tout de même en demandant silencieusement à sa camarade d'apparaître. Jaillissant du néant, Offtaür apparut. La plupart des gardes, ne l'ayant encore jamais vu, furent interloqués d'observer son corps gracieux et envoûtant, entre l'humain et l'animal, stupéfait qu'ils étaient par sa peau bleuté et ses yeux d'une profondeur infinie. L'ondine se tourna immédiatement vers le jeune roi blessé.

-Il s'agit bien de mon porteur, seigneur Reydoran.

Sa parole était alors indiscutable, compte tenu du fait qu'elle était parmi les artefacts fiables celle dont les pouvoirs psychiques étaient les plus développés et la seule qui ne pouvait être sujette aux illusions de Solunthes. S'il avait été capable de la manipuler elle, alors il ne servait plus à rien d'émettre le moindre raisonnement tant la sécurité de leurs esprits aurait été remise en question. Llednar arriva en hâte dans la salle avant que la marche à suivre ne soit dictée par le dirigeant du Nord, et l'un des gardes lui expliqua la situation ou du moins ce qu'il en avait compris. Il adressa directement la parole à Edward.

-La reine va bien, affirma le rôdeur. Inès est avec elle mais nous n'avons pu capturer l'assassin.

Trois soldats entrèrent alors à leur tour, portant le cadavre de l'homme ayant tenté d’assassiner la reine. Son sauvetage avait tenu du miracle : Inès était au palais au bon moment. En voyant cet homme armé fuser vers la souveraine, elle n'avait pas hésité et avait utilisé un arc qu'elle avait pris sans ménagement des mains d'un garde royal qui n'avait rien demandé. Ses anciens réflexes avaient alors fait des miracles, voire trop. D'un trait dans le cœur, elle avait mis fin aux jours de l'intrus. On déposa le corps au milieu de la salle du trône et un lancier tendit à son capitaine une petite sacoche, annonçant que c'était tout ce qu'ils avaient trouvé sur lui qui méritait attention.


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Lun 1 Déc - 17:29

Tandis que les couleurs revenaient peu à peu sur le visage du souverain, un regard furieux apparut sur ses yeux d'émeraude, passant de l'un à l'autre des deux assassins. Il accorda néanmoins un signe de tête qui se voulait reconnaissant envers ses deux sauveurs, mais qui sous la colère d'Edward aurait pu être mal interprété. D'un geste, il chargea ses officiers de renforcer la sécurité au palais, puis exigea à ses messagers de confiance qu'ils partent sur le champs prévenir les plus hautes autorités Naïlikannes des dangers qu'ils courraient, tout en leur enjoignant à la plus grande discrétion. Cet homme -portrait craché d'Oswald- avait de par un pouvoir qui lui était inconnu tenté de l'assassiner. Il devait absolument en savoir plus sur ce régicide, et ne pouvait vraisemblablement accorder sa confiance qu'à quelques rares connaissances dont il se serait assuré au préalable l'identité.

- Solunthes, je vous détourne pour le moment de votre première responsabilité. Vous devez savoir qui est cet homme, et je tiens à être présent. A moins que vous n'ayez les capacités de me dire tout de lui alors qu'il se trouve en ce lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Lun 1 Déc - 18:06

Gratifiant le jeune souverain d'un regard qu'il voulait reconnaissant, Solunthes dirigea son porteur vers l'imposante sculpture gelée qu'avait formée son homologue quelques instants auparavant. Offtaür avait beau ne pas être taillée pour le combat, ses compétences n'en demeuraient pas moins impressionnantes. Si ce n'était elle-même ou les flammes de Belwur, nul doute que personne n'aurait été en mesure de faire fondre ce givre. Il faudrait pourtant bien s'y atteler, puisque le second assaillant étant mort sur le coup, ils n'avaient plus que le régicide raté à interroger. Comprenant qu'il n'y couperait pas, Oswald emprunta tant bien que mal la seconde forme de son artefact une fois encore, ce malgré son état de fatigue, et parvint à faire s'évaporer cette eau frigorifiée, ne laissant aucune trace derrière lui. L'opération lui prit quelques secondes, durant lesquelles les gardes pointèrent leur lances vers l'ennemi supposé qui n'avait été qu'immobilisé et qui pourrait à priori toujours agir. Nakaën se tenait prêt lui aussi, serrant dans le creux de sa main le médaillon de son pendentif. L'homme ayant emprunté les traits du général naïlikan tomba lourdement sur le sol, à genoux, et jaugea les alentours d'un œil vif qui témoignait de sa compétence. Llednar comprit qu'il allait agir et enclencha une course brusque afin de bondir sur lui et de lui interdire l'usage de ses bras, mais tout se déroula bien trop vite pour que l'on puisse l'en empêcher. Avec force, l'homme avait frappé de sa paume sur sa poitrine. Une gemme, dissimulée dans l'un des pans de sa tunique et en contact direct avec sa peau, s'enfonça alors dans le muscle pectoral. Llednar stoppa à temps son mouvement pour esquiver le coup puissant d'une bête semblable à un ours, aux bras musculeux et aux dimensions inconcevables. Avec ses deux mètres au garrot et le double de long, elle surpassait de loin toutes les espèces d'ursidés recensées en Valato. Toute griffes dehors, la bête alla se jeter vers le roi, comme pour terminer le travail accompli quelques instants auparavant. Solunthes, bien que souvent déboussolé lorsque la situation lui échappait, fit preuve du sang froid qu'on lui connaissait et s'immisça aussitôt dans l'ombre de l'animal, l'immobilisant totalement tandis que les gardes vinrent commencer à piquer ses flancs. L'ours titanesque disparut alors soudainement, répandant une stupeur sans pareille parmi les spectateurs. Ce fut Llednar, dont les yeux voyaient mieux grâce à son pouvoir, qui aperçut leur ennemi et le pointa du doigt.

-Là ! cria-t-il à ses alliés.

Un nuisible à l'apparence de cafard rampait énergiquement jusqu'au trône, jouant de sa furtivité pour aller accomplir son devoir. Solunthes tenta une fois encore de l'immobiliser, mais leur adversaire changea de nouveau d'apparence, devenant une primate aux avants-bras ballants. Son poing puissant vint rencontrer le visage de Nakaën, qui tomba à la renverse. Llednar dégaina les deux lames courtes qui reposaient constamment à sa ceinture et alla vivement trancher la chair des mollets de la bête, qui, bien qu'incroyablement forte, manquait de précision. En se baissant vivement puis en contre-attaquant avec soin, le rôdeur parvint à lui tenir tête durant une dizaine de secondes, le détournant de son objectif et permettant au jeune hovoïte d'immobiliser leur ennemi. Les soldats furent prompts à venir flanquer des coups de lances, faisant s'écouler le sang. Puis ce fut le cauchemar. S'étant répartis dans la pièce en anticipant une nouvelle métamorphose, les gardes royaux furent prit à court lorsque l'assassin prit pour forme celle d'un dragon-chiroptère. Déjà, ils s'imaginaient calcinés, brûlant de douleur dans les flammes noirs de la bête du diable. Mais leur bourreau n'eut le temps d'esquisser le moindre jet de feu. Se tordant en tout sens, convulsant, il redevint homme et se roula en boule, avant de ne plus se mouvoir du tout. Prudemment, Nakaën alla confirmer leur crainte : il était mort, emportant avec lui toute possible information. Malgré la préparation mentale des soldats pour parer à tout événement, ils demeuraient abasourdis et ce fut Solunthes, impuissant l'instant d'avant, qui prit la parole.

-Je n'avais jamais vu quelque chose de ce ordre...constata-t-il amèrement.

Avec la permission de l'officier, il prit la sacoche emplie de ces minuscules gemmes et les observa longuement, ne comprenant pas de quoi il s'agissait. Il en tendit une à Edward.

-Cela vous est-il familier, petit roi ?

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Jeu 4 Déc - 18:00

Le jeune roi avait été poussé en dehors de la salle par les guérisseurs avec une réactivité des plus appréciables. Pourtant, nul ne pouvait anticiper les dangers face auxquels les gardes avaient été confrontés... L'assassin ne venait-il pas de se transformer en dragon? Un tel pouvoir impliquait un danger immense. Tout ceci devait très probablement impliquer les machinations d'Athis et d'Edwig Luthness. Qui d'autre aurait eu un tel génie pour créer des armes de morts comme celle ci? Se rapprochant du défunt, il observa avec attention son corps inanimé. Une fois sa réelle apparence revenue, il ressemblait à un homme lambda. Les cheveux courts et roux, une barbe de quelques jours ainsi que des vêtements de l'aristocratie Naïlikanne. Rien ne le distinguait d'une personne "hors-norme"... Ce qui le rendait étrangement encore plus dangereux. Il se tourna ensuite vers Solunthes, qui lui montrait ces étranges joyaux contenus dans la sacoche du moribond.

- J'ignore tout de cela...

Puis se tournant vers sa garde personnelle, il leur demanda de garder la porte de la salle, et de s'assurer qu'Anya fut en sécurité. Puis, s'asseyant sur son trône avec amertume, il regarda l'un après l'autre Oswald, Solunthes et Llednar, inquiet...

- Pouvez vous donner la moindre signification à ce qu'il vient de se passer ici?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Jeu 4 Déc - 18:45

Oswald s' était permis de prendre à son tour l'une de ces minuscules gemmes, l'observant sous toutes les coutures. Dans la petite sacoche, on en trouvait de trois couleurs différentes, et celles partageant cette similitude visuelle ne souffraient d'aucune autre différence. Ne s'attardant toutefois pas sur ces objets dont il n'avait idée de l’origine, il rangea la bille opaque dans son contenant de cuir fin et tendit ce-dernier à Llednar, qui procéda de façon presque similaire avant de continuer de faire passer la chose de main en main. Beaucoup tiraient cette même mine dubitative, et le reste étaient encore en état de choc suite à l'apparition brusque de ce simili de dragon-chiroptère. Eux n’avaient jamais vu la bête du diable de leurs propres yeux et avaient constaté avec effroi sa beauté sauvage dont on leur avait souvent parlé. L'animal n'était pas bien haut en comparaison avec ses congénères puisqu'il ne dépassait pas les quatre mètres de hauteur, et il s'avérait bien plus fin. À la base de sa nuque, une imposante toison sombre s'élançait de toute part, recouvrant ses épaules et une partie de son torse. On retrouvait une pilosité similaire sur son crâne et à l’extrémité de sa queue effilée, juste avant le redoutable dard apte à percer bien des armures. Sa mâchoire large laissait présager des braises sombres et délétères, tandis que ses membranes faisant office d'ailes déployaient une puissance musculaire incomparable. Pendant quelques secondes, c'étaient la mort que les gardes avaient entrevu. Solunthes rejoignit le roi, quelque peu penaud. Lui qui était un être de savoir et d'ingéniosité n'aimait pas quand la situation lui échappait ainsi, or l'instant précédent, il s'était retrouvé démuni face à un adversaire vif et créatif.

-Il semblerait que ces gemmes renferment un pouvoir de métamorphose très puissant, et qu'un mauvais contrôle de celui-ci ait été létal à cet homme, résuma l'artefact. Mais rien ne semble en mesure de nous indiquer l'identité des commanditaires de cet acte et d'en tirer plus d'informations. Si vous le permettez, petit roi, j'aimerai me pencher sur la question une fois ma première tâche achevée.

Le sujet l'intéressait grandement, mais Solunthes se devait de rester focalisé sur l'essentiel. Pour l'heure, seul Edwig Luthess représentait un danger pour sa personne ; il lui fallait donc faire en sorte de pouvoir l'arrêter au plus vite. Pour autant, il en demeurait déstabilisé. Aucune piste ne lui permettait de trouver un élément de réponse, et la mort malencontreuse mais certainement préméditée des assassins lui posait problème. Ce fut à cet instant qu'Inès pénétra dans la salle, constatant avec soulagement que ses alliés étaient en bon état, malgré la blessure dont souffrait encore leur souverain. Elle alla se placer aux côtés de Llednar et s'adressa à Solunthes après qu'elle et son amie aient échangé un regard.

-J'ai vu cet homme s'enfoncer quelque chose sous la peau ! intervint-elle, ayant entendue le début de conversation. Probablement l'une de ces pierres dont vous parlez.

Guidant par sa volonté les pas de Nakaën, l’illusionniste alla relever le chemisier de l'un des assaillants et remarqua effectivement une plaie au niveau du muscle pectoral. Prenant aussitôt sa seconde forme, il écarta du bout des doigts les pans de chair afin de pouvoir plaquer sa paume dans le sang encore tiède. Au sein de l'organisme, il rechercha la moindre anomalie, le moindre signe témoignant d'une activité hors-norme récente, mais il ne trouva rien. Dépité par ce nouvel échec, il se redressa en faisant de la tête un signe négatif. Oswald reprit la parole.

-Nous devrions faire part de tout cela à l'académie, mon seigneur. Non que je ne fasse confiance en notre ami, mais les chercheurs d'Artesia seront plus avisés.

-C'est une décision que j'approuve, vint le soutenir Offtaür, qui flottait toujours derrière son gardien.

Elle ne le dirait qu'à demi-mot, mais elle ne pouvait croire aveuglément en l'ancien allié d'Athis et préférait éloigner de lui toute source de pouvoir incontrôlable pour l'heure.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Sam 6 Déc - 21:19

Toutes ces informations nouvelle, ce nouveau facteur dans la crise qu'ils traversaient emplit la tête d'Edward d'une multitude de questions sans réponses. Il approuvait sans aucun doute les suggestions de ses conseillers. Il y avait lui même pensé, mais n'aimait guère la politique assez individualiste de l'académie. Naïlika donnait de nombreuses subventions à celle ci, et l'établissement gardait généralement ses découvertes pour elle même à moins qu'elle n'y soit forcée. Pourtant, vu l'ampleur des derniers événements, nul doute que ces derniers feraient tout leur possible pour transmettre les données relatives à ces étranges gemmes.

- Solunthes, lorsque vos recherches seront achevées, même si je ne peux vous accorder l'exclusivité quant aux travaux sur ces gemmes, j'aimerais que vous y soyez consultant. Votre expérience serait sans aucun doute profitable.

Cette décision semblait probablement osée d'accorder une nouvelle fois sa confiance à l'artefact misanthrope , mais il s'agissait d'un cas de force majeur. Dans le cas peu probable mais néanmoins envisageable où Solunthes serait lié à cette affaire, ils pourraient au moins avoir un oeil sur lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Dim 7 Déc - 16:22

L'attaque du couple royal fut étouffé afin d'empêcher qu'on les dise fébriles en cette période de trouble, durant laquelle tout signe de faiblesse pouvait jouer en leur défaveur. Les autorités tenaient en outre à en savoir plus avant d'alerter le Sud, tant sur les commanditaires de l'assassinat que sur la nature de ces gemmes. Celles-ci avaient été envoyées à l'académie d'Artesia, établissement relativement récent dont Solunthes ne savait pas grand chose et dont on évitait visiblement de lui parler, sans doute par peur qu'il se disperse. Dit sans y mettre de pincettes, on le cantonnait à son rôle établi par peur qu'il ne procède encore à quelque fourbe machination. Il aurait pu s'en vexer, mais il savait parfaitement ce pourquoi il était là et savait que la meilleure façon de gagner la confiance des humains était d'accomplir son travail, aussi s'était-il dévoué corps et âme à la construction d'une copie de la machine d'Athis une fois les plans terminés. On lui avait fourni toute la catalite dont il avait besoin, la ressource ne manquant pas grâce à la relative proximité des mines hovoïtes particulièrement productives. À défaut de penchant pour le raffinement ou la culture, il fallait bien reconnaître au vieux peuple qu'il mettait le cœur à l'ouvrage. Grâce à cet approvisionnement abondant, l'illusioniste avait bâti un système moins encombrant que celui de son ami, qui souffrait toutefois du même inconvénient : il faudrait dans un premier temps pouvoir immobiliser leur adversaire. Suite à cela, il n'aurait qu'à s'immiscer dans son esprit pour le forcer à laisser s'écouler son essence qui, sans réceptacle, ne pourrait survivre. Plusieurs scénarios étaient alors à prévoir. Dans le meilleur des cas, Edwig Luthness perdrait tous ses pouvoirs et n'aurait plus qu'à être exécuté, ou fait prisonnier ; il laisserait cette décision à la juridiction humaine. Il y avait également une chance que son essence, dispersée, se sépare de nouveau en trois pour reformer les êtres distincts qu'ils étaient auparavant et faire ainsi revenir à la vie les rivaux éternels. Enfin, il se pouvait simplement que l'un des deux artefacts survivent. Compte tenu de leurs antécédents limités pour ce qui était de ce genre d'expérimentations, ils ne pouvaient être sûrs du résultat et ne pourraient que s'en remettre au destin le moment venu. La question se posait alors de savoir comment ils pourraient stopper le colosse qui était leur ennemi, et, en bon stratège qu'il était, Solunthes avait évoqué l'idée de lui tendre un piège en feignant une résolution pacifique du conflit ; Rien n'était encore décidé, mais les opinions convergeaient petit à petit vers cette optique.

-Nakaën ?

L'artefact se tourna vers Inès, qui venait de le surprendre en arrivant dans son dos alors qu'il était penché sur ses plans, dans un bureau sombre ou les parchemins s'entassaient. Malgré le nom qu'ils utilisaient, les alliés du roi avaient tous compris que ce grand garçon maladroit qu'ils avaient entrevus les premiers jours n'existait plus. Comme l'avait prédit Solunthes, ce n'était guère désormais plus qu'un réceptacle, un hôte. La révulseuse s'avança vers lui, et ce fut l'occasion pour l'être immortel de la dévisager. À travers l'esprit d'Esmezia Fambriel, il avait entrevu une jeune femme sombre, renfermée sur elle-même, apathique et profondément dépressive. Rien de tout cela ne semblait pouvoir correspondre à la Inès Vrag qu'il avait en face de lui en cet instant. Drôle de chose que cet amour, si important aux yeux des êtres de chair, qui avait le pouvoir de leur faire retrouver le bonheur en si peu de temps. Du regard, il l'interrogea sur la raison de sa présence ici.

-Cela fait trois jours que tu n'a pas dormi. Tu tiens le coup ?

-Nous ne dormons jamais, répondit-il d'un ton neutre.

-C'est vrai qu'elle ne dormait jamais non plus...

Inès effleura le bracelet à son poignet, le scruta puis, pour la première fois depuis le tragique événement, l'ôta. Elle avait toujours eu espoir de percevoir Nigfol, d'une manière ou d'une autre, de la voir se réveiller soudainement, même si ç'avait été fébrile. Elle avait alors craint de ne pas être là à ce moment donné, de louper l'occasion de revoir sa comparse. Elle était à vrai dire bien plus que cela pour elle. La relation entre un gardien et son artefact ne pouvait s'expliquer en des termes du langage commun. Ils formaient un tandem soudé, qui se comprenait immédiatement. Ils partageaient nombre d'émotions, et ne pouvaient rien se cacher. L'une ne pouvait même pas exister sans l'autre. Cependant il fallait finir par accepter la vérité. Cet objet aux teintes grises et bleuâtres n'était plus qu'un ornement. Elle le tendit à Solunthes, déterminée.

-Je suis venue vous la remettre, comme vous me l'aviez demandé.

-Es tu sûre ?

-Oui. Nigfol est morte. Il est grand temps que je passe à autre chose.

-Merci. J'espère que...

Solunthes avait tendu la main de Nakaën pour agripper l'objet tandis qu'il commençait sa phrase, et l'avait cessée à l'instant ou ses doigts s'étaient refermés dessus. Le maître des illusions était un vieil artefact. Athis et Ohihir étaient certes ses aînés, et il semblait que Belwur soit apparu quelques années à peine après lui, mais tous les autres n'étaient encore que de jeunes êtres par rapport à lui. Il avait eu le temps de s'opposer et de s'allier à la plupart d'entre eux, et les avait tous touché à un moment ou un autre. Le contact avec l'un de ses congénères, pour lui dont les capacités perceptives étaient fort développées, impliquait constamment le ressenti de leur aura, de leur énergie. Il se sentait assagi quand Athis était proche de lui, galvanisé par la présence d'Ohihir, et pouvait avec une certaine simplicité jauger leur force et leur potentiel par ce procédé. Lors de sa disparition, un siècle plus tôt, Nigfol n'existait pas encore en Valato. C'était aujourd'hui la première fois qu'il rencontrait enfin celle qu'on prétendait si redoutable. Un frisson parcourut ses doigts, puis se répandait à travers tout son corps, toute son âme, aussi violent qu'une déferlante. Les humains n'avaient pas menti. Cet artefact était le plus puissant d'entre tous. En revanche, les humains s'étaient profondément fourvoyés.

-Elle n'est pas morte, annonça Solunthes, placide.

Les yeux d'Inès s’écarquillèrent aussitôt tandis que cette seule nouvelle suffisait à la faire trembler, alors qu'elle n'en savait pas plus. Elle voulut le questionner, mais il reprit sans lui laisser le temps de prononcer le moindre mot.

-Elle s'est endormie, à mon instar, de manière involontaire dans son cas. Je peine à croire qu'Offtaür n'aie pu le sentir.

-Vous pouvez la réveiller ?!

Inès venait de plaquer avec entrain ses mains sur ses épaules, le secouant sans s'en rendre compte comme un prunier. Aux diables ces belles paroles sur le fait d'avancer dans la vie et de tirer un trait sur son passé, Nigfol était vivante ! Solunthes la repoussa avec fermeté, tentant de la calmer. Cela dit, même lui qui se targuait de n'être aussi impulsif et bêtes que les hommes se surprit à sourire. La joie soudaine de cette jeune noble était d'autant plus contagieuse du fait que la réponse allait la satisfaire.

-Ça ne me prendra que quelques secondes.

Le grand blond repassa le bracelet autour du poignet de son interlocutrice et y déposa sa main, fermant les yeux. Son état de concentration ne dura qu'une vingtaine de secondes, au terme desquelles Inès ressentit une vague de chaleur familière et reconnaissable entre mille. Elle retira vivement son bras des pattes de Solunthes et s'écria, à haute voix :

-Nigfol ! Nigfol ! Réveilles toi !

Le crescendo aigu caractéristique de son apparition se fit entendre, et l'avatar prit forme. Son physique avait quelque peu changé. Les cheveux cyan, autrefois courts, lui tombaient désormais jusqu'en bas du dos, tandis qu'une épaulette d'acier portait une cape immaculée qui recouvrait intégralement son bras gauche. Elle semblait d'ailleurs plus grande et élancée, adoptant une silhouette de fin d'adolescence, en opposition avec ses airs enfantins d'autrefois. De même, l'air arrogant qui la caractérisait avait laissé place à un visage plus aguichant, et ses lèvres bleues formaient un large sourire. Inès hésitait entre les pleurs ou l'euphorie, mais opta finalement pour un air assuré et engageant, presque teinté d'arrogance, qu'on lui connaissait. Ceux qui l'avaient connue cinq ans auparavant auraient été unanimes : elle ressemblait enfin de nouveau à la jeune femme qu'elle était vraiment.

-Cinq ans ! T'as passé cinq années à pioncer !

-Et toi t'as attendu cinq ans avant de me réveiller ! Raaaah, j'ai du louper plein de trucs ! Bon, on a gagné, au moins ?

-Et comment ! Par Reingleff, j'aurais envie de t'embrasser si c'était possible...il faut que j'aille prévenir Llednar ! Et le conseil. Et Edward ! Il faut qu'on aille revoir tout le monde !

-Ça te dérangerait de d'abord me faire un résumé de la situation ?

-Si tu permets, glissa Solunthes.

Il tendait vers elle deux doigts, en observant son homologue d'un air intéressé. Nigfol interrogea Inès du regard, et celle-ci lui confirma qu'elle pouvait se fier à cet artefact, dont elle lui apprit silencieusement le nom. Vu ce qu'il venait de faire, elle ne pouvait plus que lui faire confiance. En un instant, Solunthes partagea avec sa consœur toutes les informations dont il disposait, puis se plaça un peu en retrait pour laisser les retrouvailles joyeuses avoir lieu. Il les jalousait presque, elles qui échangeait une relation si unique. Peut-être avaient elles eu du mal à se l'exprimer par le passé, mais l'affection mutuelle qu'elles se portaient et leur alliance en faisait un duo formidable. Mais plus encore, c'étaient les capacités de Nigfol qui intriguaient l’illusionniste. Du coin de l'œil, il observa le prototype de sa machine, puis recentra son attention sur le bracelet. Edwig était affreusement puissant, certes, mais cette petite était, parmi les artefacts, un véritable monstre. Avec un peu de chance, ils n'auraient même pas besoin de retourner ses inventions contre lui.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Mar 9 Déc - 20:19

Inès, encore chamboulée, n'avait que pris le temps d'aller retrouver Llednar pour lui annoncer la nouvelle, euphorique, avant de repartir si vite que le rôdeur et l'artefact n'avaient pu échanger le moindre mot. La fille d'Igole aimait plus que tout son ami de cœur, là n'était pas la question, mais elle n'avait qu'une envie, qu'elle sentait en outre partagée : aller se dégourdir. Faire enfin se mouvoir ce muscle depuis trop longtemps ankylosé. Aussi fila-t-elle droit vers la salle du trône en cette matinée. Cela faisait deux jours que la tentative d'assassinat avait été déjouée à présent, et les gemmes allaient certainement arriver à Artesia sous peu, avec message qui y était joint. Le roi avait pris la décision de faire venir des spécialistes directement à la capitale, demandant à la directrice de lui envoyer ses hommes les plus compétents dès qu'ils auraient commencé à comprendre le fonctionnement de ces gemmes. Eh bien voilà qui constituait un défi parfait : rattraper le messager et arriver avant lui sur place. Elle allait pouvoir retrouver Oloren et Esmezia pour leur annoncer la nouvelle, à elles aussi. Déjà fallait-il prévenir le souverain ! Inès demanda en silence à sa camarade de se dissimuler et entra en trombe dans la pièce où Edward conversait visiblement avec quelque homme dont elle ignorait et se fichait de l'identité. Elle alla les interrompre sans vergogne, essayant à peine de dissimuler sa félicité.

-Mon seigneur ! Il y a quelque chose que vous devez absolument, absolument voir ! Et si je ne m'abuse une réponse à beaucoup de nos problèmes !

Sans plus de fioriture, elle libéra son artefact qui prit la forme d'une longue paire de griffes accrochée à son poing, doublé d'un dispositif sur sa paume, apte à catalyser ses dons de révulseuse et lui permettre de tirer des projectiles gelés. Elle se sentait déjà beaucoup plus vive. Incroyablement vive, même. Et elle le savait, ce n'était que le début. Nigfol apparut à son tour, un air malicieux sur le visage. Avec l'âge et sa nouvelle tenue, elle aurait presque pu ressembler à une noble de la cour, si ce n'étaient ses cheveux bleus extrêmement longs et sa peau parfaitement blanche.

-Prête à reprendre du service ! Et désolée d'avoir détruit tous vos jouets, la dernière fois. Ça n'arrivera plus !

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   Mar 16 Déc - 18:58

Edward était plongé dans une âpre discussion avec son ami Arse de Sayne. L'homme, un quadragénaire aux tempes blanchissantes occupait le poste de diplomate Naïlikan à Rednow. Depuis la destruction de la ville, il n'avait cessé de voyager entre les deux pays afin de comprendre en profondeur l'influence des derniers évènements sur Valato. L'aristocratie Luuwrienne se trouvait dans un état de panique pour le moins inquiétant. La perte de leur capitale économique avait bouleversé leurs habitudes et rares étaient les optimistes quant à l'avenir du pays. Un deuil national avait débuté et où qu'on aille à Luuwr, on remarquait une imposante majorité d'hommes et de femmes vêtues de noir. Le président Kesron ne savait plus où donner de la tête, et bien qu'il donnât tout son être à l'avenir du pays, un mur de pessimisme infranchissable lui faisait obstacle. De ce fait, il négligeait énormément la gestion de l'Oran, qu'il avait du céder sans le moindre plaisir à Fushy.

Mais ce qui outrais le plus Arse était sans nul doute le projet secret de canons Luuwrien. Assez rancunier, il n'appréciait guère ce secret et avait bien peur qu'il soit oublié avec les récents évènements. Même si Edward comprenait la colère de son ami, il ne pouvait pour le moment se résoudre à remettre sur la table cet argument. Ils se devaient, aujourd'hui, de s'unir afin de s'occuper de la menace actuelle. Et ils ne pouvaient se permettre de se quereller à ce sujet.

L'arrivée inopinée d'Inès surprit quelque peu le jeune souverain. La jeune femme avait tellement changée, depuis quelques temps. Elle était aujourd'hui extatique, pour une raison inconnue. Il se tourna vers elle avec intérêt, mais aussi un peu d'irritation. Il devait chaque jour prendre en compte un nombre incalculable d'informations, et briser ainsi la conversation l'empêchait bien souvent d'avoir une vision globale de leurs problèmes.

Lorsque Nigfol apparut, une puissante décharge d'adrénaline se répandit dans tout le corps d'Edward, et il ne put s'empêcher de faire un bond de sa chaise. Le sang affluant dans ses tempes sembla résonner dans l'ensemble de son crâne, et un étrange rictus qui s'apparentait probablement à un sourire apparut sur son visage. Après quelques secondes d'hébètement total, le souverain se reprit et fit un faible hochement de tête.

-Nnn... Nigfol? Je ne m'attendais pas à une aussi bonne nouvelle... Quel est le sens de tout cela?

Avec une excitation mal contenue, Edward se rassit, pour se relever aussitôt et se rapprocher de l'avatar qu'il croyait disparu à tout jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le plus puissant d'entre tous   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le plus puissant d'entre tous
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gorath
» DarkDingo
» FEVRIER entre tous les mois, le plus court et le moins courtois.
» Débat: Saga ou Shaka, Le plus puissant??
» Vous préfèrer qui entre Sasori et Kankuro et le plus fort?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: