Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1164)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50

» Les inspirations musicales de L.Hubs - Rp One Piece
par L.Hubs Mar 27 Sep - 12:53


Partagez | 
 

 Loin des conflits, proche du bonheur

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Sam 22 Nov - 16:46

L'expression seule pouvait en dire long sur ce que Cirdan avait vécu. La curiosité aurait pu le pousser à insister, mais Snori préféra se taire, jugeant que si son interlocuteur était prêt à aborder le sujet, il y reviendrait de lui-même. Le silence s'installa durant quelques secondes alors que les convives mangeaient, puis l'ancien monarque continua, puisqu'il semblait qu'on l'avait officiellement attitré à ce poste. Le peu de soutien qu'il chercha dans le regard d'Alix ne lui parvient pas. La jeune femme avait d'ailleurs bien vite terminé de manger et, non pas sans avoir au préalable saluer ses amis, s'en alla vers sa chambre où elle rejoignit sa sœur pour une discussion qui promettait d'être longue.

-Alors comme ça vous étiez à Rednow ? Vous avez vu Edwig Luthness ?

Snori ne parvenait à se souvenir que d'un homme brutal, d'imposante carrure et aux cheveux longs. Une sorte de barbare sorti des temps anciens, dont la présence physique semblait presque surréaliste. De ce qu'on lui en avait décrit, cette homme avait infiniment changé durant sa demi-décénie d'exil. Et il était intéressé par l'écoute d'un survivant lambda, et non d'un membre de l'expédition.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Sam 22 Nov - 17:52

- Je suis arrivé le jour même où elle fut détruite, c'est même ma ville natale, mais j'y accorde assez peu d'importance. Et non, je n'ai pas vu Luthness, ou bien peut-être l'ai-je croisé mais, n'ayant jamais su à quoi il ressemblait je ne saurais le dire. Je venait d'arriver quant j'ai vu tout le monde être évacué, alors j'en ai fait de même, et ne sachant où aller d'autre pour me reposer un tant soit peu, j'ai choisi l'Académie ...

Cirdan avait donc voyagé seul, de son propre chef, dans un temps peu agréable après avoir pu observer un spectacle de violence incommensurable. Jaugeant l'ancien monarque du regard, il finit par se décider à plonger ses mains dans sa sacoche. Il en sortit deux longues plus blanches et une brune, qu'il présenta à son interlocuteur.

- C'est tout ce que je garde de mes recherches sur les griffons. Ceci, et mes souvenirs.

En y regardant de plus prêt, ces plumes avait quelque chose d'extraordinaires, bien que vraisemblablement tombée de façon naturelle, elle restait emprunt d'un semblant d'une énergie mystique extraordinaire. Si il avait décidé de s'étendre sur le sujet, tant qu'on le lui demandait, il n'allait pas se priver, conscient que cela serait un bon entraînement pour sa future conférence sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Sam 22 Nov - 19:23

Tandis qu'Ilawen, peu à peu apaisée à l'entente de ce dialogue entre deux hommes dont le ton prouvait à lui seul la bonté, annonçait qu'elle allait leur préparer une boisson chaude, Snori continua d'écouter le récit de son interlocuteur, en lui glissant discrètement qu'il était navré de la destruction de Rednow. Qui n'aurait pu en être, d'ailleurs ? Cette cité était ce qu'il y avait de plus beau sur ce continent, et représentait le symbole de la paix établie. Paix qui semblait à présent bien fragile. Esmezia, plus à même qu'Oloren de comprendre de par son expérience les retors de la politique, lui avait fait part de la découverte de Solunthes au conseil. Selon lui, les deux états du Sud avaient préparés conjointement des armes à la puissance redoutable. Le tout sans qu'il ne soit jamais mis au courant. La piste de la traîtrise de Fushy se concrétisait. On changea heureusement bien vite de sujet lorsque Cirdan leur présenta les deux plumes qu'il disait appartenir à des Griffons. En observant leurs couleurs ternes et envoûtantes, la quasi perfection qui s'en dégageait et le brillant des extrémités qui témoignait de leur tranchant relatif, on ne pouvait douter de leur provenance. De tels trésors étaient effectivement rares en Valato. Tout en les détaillant sans oser les toucher, Snori reprit la parole.

-Elles sont fascinantes. Ce ne sont que des plumes, et pourtant, j'ai l'impression qu'elles sont bien plus que cela...je jalouse vos élèves qui auront l'occasion d'entendre votre exposé complet sur le sujet, professeur.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Dim 23 Nov - 4:24

- Ne les jalousez plus, Snori, car en vérité, c'est certes là l'objet d'années de recherches, mais aussi d'un pari. Un pari que j'ai tenu auprès d'Irwan Knell. Je vous passe les détails pittoresques de cette histoire, mais je lui devait l'une de ses plumes. Compte tenu de sa disparition j'ai pensé l'offrir à son successeur ... Je pense qu'elle vous revient de droit, qui plus est, j'aimerais que vous l'ayez.

Sur ces mots, Cirdan sélectionna la plume brune, la faisant tourner quelque peu entre ses doigts, elle afficha quelques reflets dorés. Il avança le bras et posa la plume auprès de l'ancien monarque dans un mouvement très simple et fluide, presque anodin. Presque. Posséder une plume de griffon n'avait rien d'anodin. Les rares personnes qui avaient pu se procurer de tels trésors pouvaient se compter sur les doigts d'une main, et l'état de l'objet se voyait toujours épouvantable.

- Avant même que vous n'ayez l'idée de refuser ce présent, sachez que je n'ai eu aucun mal à la récupérer. Beaucoup de chance, en revanche, c'est plus probable.

Cirdan se mit à sourire, riant de ses propres mésaventures, regardant tout le monde à la suite, captant passivement leur attention, conscient qu'ils l'écoutaient déjà.

- J'étais à quatre patte en train de suivre des empruntes depuis environ une dizaine de minute lorsque j'ai découvert une patte. La taille de ces bêtes est déjà impressionnante, alors de près à leurs pieds, c'est là un spectacle incroyable. Il était en train de retirer quelques plumes de sa splendide robe. Je suis resté ébahi tandis qu'il me regardait, mais lui, après m'avoir jeté un coup d’œil, à vite repris son oeuvre. Une fois une nouvelle plume dans son bec, il la cassa puis la laissa au sol. Je n'ai pu retenir un soupir de désespoir en pensant à ce que pouvait représenter ces plumes ci. Il m'a regardé de nouveau, puis il m'a confié les plumes suivantes, que voici. Je me suis retiré le moins brusquement possible et j'ai rangé les plumes dans ma sacoche, avec le reste, bien entendu les plumes étaient dans un compartiment spécial pour les préserver des choques. C'était la seule partie sympathique de ces recherches ...

Le professeur Calanor se mit à rougir un peu, il avait monopolisé la discussion avec une aisance qui ne lui était pas commune, et s'était même permis d'imposer quelque chose à autrui, bien qu'il s'agisse d'un inestimable cadeau.
Oloren regardait Snori, douteuse qu'il accepte ce présent, ainsi venu d'une personne étant encore un étranger fusse-t-il une connaissance d'Irwan Knell. Elle n'avait alors encore aucune idée du cadeau que son grand-père lui avait fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Dim 23 Nov - 14:45

Snori prit délicatement l'objet entre ses mains, caressant du bout des doigts les parties les plus douces de la plume, sans jamais en détourner les yeux. Distrait, il entendait pourtant les dires de son interlocuteur, et marqua un temps d'arrêt lorsque celui-ci évoqua Irwan. Le maître-savoir avait été admiré de tous pour ses capacités hors norme. Il fut l'un des plus grands érudits que Valato ait pu voir grandir, mais s'avéra également être un politicien hors pair. Peu le savaient mais beaucoup s'en doutaient : sans lui, l'Oran n'aurait pas tenu bien longtemps et serait devenu une simple région de Luuwr durant le règne de Kunz. Pour Snori, il avait été bien plus qu'un simple mentor. Il l'avait connu dès sa naissance, avait étudié à ses côtés, lui avait fait part de tous ses projets et ses idées, ses états d'âmes. Ce grand bonhomme filiforme avait alors toujours été là pour le rassurer, l'encourager, ou s'opposer à lui quand cela était nécessaire. Il l'avait mis sur le droit chemin, et avait été, dans sa fonction, bien plus un père que son géniteur. Qu'il ait parié avec un de ses collègues pour un sujet de recherche ne l'étonnait pas. Quand on apprenait à le connaître, Irwan était assez frivole. Le reste du récit ne fut pas perçu par l'ancien roi. Il en avait fini avec cette plume, et la reposa délicatement, proche de son possesseur.

-C'est indéniablement un beau cadeau, mais je me dois de le refuser, professeur. Vous n'avez aucun compte à me rendre.

C'était en partie pour voir ce qu'il en était de vivre comme le tout-venant que Snori avait quitté ses fonctions. Se faire servir en permanence et avoir tout ce que l'on voulait en claquant des doigts pouvait certes s'avérer reposant mais, d'une autre côté, se montrait écrasant. Lorsqu'on était un sang-bleu, bien vite, on nous ôtait toute liberté. Plus personne ne s'adressait alors à vous sans avoir en tête les rangs qui les opposaient. Et il en avait assez de tout cela. Il n'était plus roi. Et ce n'était pas au nom de ses anciennes connaissances qu'il méritait un traitement de faveur. Ici, il logeait chez une amie, pour laquelle il travaillait, et participait à tout ce qu'il était en mesure de faire. Ce n'était peut-être pas grand chose, mais il se sentait à sa place. En outre, il n'était pas enchanté à l'idée de posséder une relique qui lui rappellerait sans cesse, par jeu d’association, feu son mentor. Il plongea ses yeux dans celui de Cirdan afin de lui faire comprendre qu'il ne servait à rien d'insister.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Dim 23 Nov - 15:59

Cirdan soutint le regard de Snori, ne semblant ni déçu ni indisposé lorsqu'il refusa son présent. Une autre lueur s'anima dans les yeux du professeur. Il venait de tester l'ancien monarque. Quelle avait été l'épreuve, il serait bien facile de dire que ce fut de refuser la plume, mais avec un peu de réflexion, il était peu probable qu'un diplômé de l'Académie jauge d'une façon si simple ses interlocuteurs. Toujours en soutenant le regard de l'ancien monarque, un fin sourire aux lèvres, il s'installa confortablement sur sa chaise.

- Dis-moi, Snori. Que veux-tu réellement savoir sur les griffons ?

Il prit ensuite la plume brune, et la rangea avec les autres dans un compartiment de sa sacoche où elles ne risquaient pas d'être abîmées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Dim 23 Nov - 16:54

Le tutoiement, s'il ne gêna pas particulièrement Snori, parvint tout de même à le déconcerter pour un instant. Aussi sympathique cet homme puisse-t-il lui paraître, ils ne se connaissaient pas et une telle familiarité semblait déplacée. Il ne le lui ferait aucunement remarquer pour autant. Chercher le conflit avec un homme qu'il n'aurait probablement jamais l'occasion de revoir n'avait aucun chance. Alors autant profiter des savoirs qu'il accumulait et qu'il était prêt à partager.

-C'est une question difficile. Je pense qu'il faut partir de ce que je sais d'eux.

L'ancien roi fit alors l'inventaire de ses propres connaissances à haute voix. Il passa rapidement sur l'anatomie que tous avaient en tête, et s'attarda un peu sur leurs pouvoirs ou leur caractéristiques physiques. Les griffons pouvaient mesurer jusqu'à cinq mètres de hauteur de ce que l'on en savait, et faisaient de ce fait pâle figure en terme de gabarit face aux dragons. Pourtant ils disposaient d'une force physique autrement plus développée et bénéficiaient en outre de grands pouvoirs que même les artefacts ne pouvaient se targuer d'égaler. Ainsi, ces êtres hybrides pouvaient faire tomber la foudre et créer des courants digne des ouragans, voire pousser des cris qui à eux-seuls s'avéraient suffisamment puissants pour réduire un être humain plaqué au sol par ce biais en charpie. Ils faisaient en outre preuve d'une certaine intelligence, ayant montré qu'ils pouvaient communiquer avec les parleurs, ou même dans certains cas en s’exprimant directement via la langue commune. Le point qui demeurait alors le plus obscur était leur motivation et leur organisation. Ils semblaient veiller sur Valato d'une certaine manière, n'intervenant qu'à de rarissimes occasions, et passaient le reste de leur vie dissimulés du regard des hommes. Ce fut ce dernier point qui inspira sa première question à Snori.

-Quelle est leur longévité ? Comment s'organisent-ils? En troupeau, en petit groupe familial, en solitaire ? En somme, que sait-on de leur vie sociale...ce sont des êtres dotés d'intelligence, mais qui n'interagissent pas avec nous. Comme s'ils nous étaient supérieurs, qu'ils nous observaient d'un œil distrait.

À force de le voir constamment léger et souriant, on avait tendance à oublier que Snori pouvait garder son calme et s'avérer très sérieux si nécessaire. En occurrence, le sujet le passionnait et il buvait les mots du professeur.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Dim 23 Nov - 18:28

- Leur longévité m'est inconnue, à moi comme à n'importe qui d'autre. Vis à vis de l'organisation, les griffons jouissent d'une liberté quasi-absolue, les seules règles qu'ils respectent sont celles qu'ils se fixent eux-même. Ceux que j'ai pu étudier étaient souvent solitaires, aussi j'imagine qu'ils ne s'entretiennent que rarement. Par rapport à leur famille, il n'existe pas créature plus fidèle qu'un griffon. Quelques funeste découvertes et de longues études de reconstitution m'ont permis d'observer un fait étonnant : il n'existe pas créature plus fidèle à son amant qu'un griffon. Ils sont en couple jusqu'à la fin de leurs jours, de façon maladive, aussi respectables soient-ils. Aussi, dans le cas de la mort de l'un des deux, il y à deux cas de figures qui se présentent, ne dépendant que d'un seul facteur : les petits. Que ce soit le père ou la mère, au cas où il y a des petits, s'ils ne sont pas en âge de chasser eux-même, le parent restant s'occupera d'eux jusqu'à leur sevrage, suite à quoi il se donnera la mort. S'il n'y a pas de petit, le suicide est immédiat.

Cirdan passa une main sur son visage. Il était conscient de la chance qu'il avait eu de découvrir tant sur ces créatures, mais les quelques désastres qu'il put étudier les concernant, en terme de valeur, dépassait toujours à ses yeux la perte de Rednow. Cependant, son attention se porta de nouveau sur Snori. Reprenant un léger sourire, il termina de lui répondre.

- En outre, ils sont en terme de puissance et d'intelligence nettement supérieurs à nous. En revanche, leurs sentiments aussi sont bien supérieurs aux nôtres, comme l'amour, dont je puis évoquer en exemple ma précédente étude. Nul doute que d'autres sentiments les animent aussi avec la même puissance, ainsi la fierté devient vite de l'orgueil dans certains cas. Quant à ce qu'ils pensent de nous, peu le savent. Des rumeurs disent qu'à force de patience, un parleur serait parvenu à converser avec l'un de ces seigneurs du ciel, mais une rumeur étant ce qu'elle est, je n'en ai jamais eu la preuve, cependant, courant stupidement après mes propres chimères, moi-même je doute fortement que cela soit un jour un fait avéré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Dim 23 Nov - 18:58

Fidélité et mystère, donc. Même en ayant passé sa vie à les étudier, cet homme n'en savait au final guère plus que ceux qui avaient pu lire des ouvrages à leur sujet. Le cas de leur suicide était toutefois intéressant, et Snori aurait aimé savoir à combien s'élevait leur population totale, mais cela était sans doute impossible à évaluer. En outre le sang-bleu commençait à fatiguer. Il ne dirait pas non à une bonne nuit de sommeil, afin de prendre un peu de recul par rapport à tous les événements passés. Ilawen prit donc le relais, plus souriante qu'à l'arrivée de Cirdan.

-Je peux vous accompagner à l'hôtel si vous n'avez nulle part ou passer la nuit, proposa-t-elle. J'ai toujours des chambres disponibles en cas d'urgence !

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Dim 23 Nov - 23:32

Cirdan détacha son regard du prince lorsqu'Ilawen vint se proposer de le raccompagner, pour offrir à son hôte un sourire des plus ravi.

- J'en serait comblé, madame, dit-il en se levant. Si je puis un jour vous êtes utile de quelque façon que ce soit pour vous remercier, n'hésitez pas ! Enfin, si je suis dans les parages ...

Il passa une main sur sa nuque, un peu gêné de se proposer de façon aussi peu fiable, néanmoins il pensait réellement ce qu'il venait d'avancer.

- Il y a quelques détails que j'ai omis de préciser ce soir, je suis sûr que ces précisions pourraient vous intéresser. Au cas où vous seriez tenté, il vous suffira de demander la Nahashekir à n'importe qui. On vous guidera ainsi vers la salle des études naturelles, j'y présenterait mes découvertes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Lun 24 Nov - 18:35

Ilawen s'enroula dans son long manteau de fourrure et accompagna son invité à travers les rues de la cité, le manant jusqu'à l'hôtel où elle lui proposa l'une des chambres du second étage. Les clients les plus fortunés venaient d'accoutumée y loger mais en cette période, peu s'aventuraient jusque dans cette région reculée, aussi la plupart des lits étaient-ils libre. Elle veilla donc à ce que Cirdan trouve ses aises . Un professeur, ça ne s'accueillait pas comme le tout-venant, et puis elle avait une réputation à tenir, tout de même. Ceci étant fait, elle rentra chez elle et alla presque aussitôt se coucher tandis que Snori veilla relativement tard, demeurant éveiller afin de converser avec ses compagnons, Bartiméus plus particulièrement. Ils avaient été de bons amis et ne s'étaient croisés depuis un bout de temps, aussi auraient-ils de quoi bavasser pendant un bon moment. Le guérisseur n'était pas un orateur des plus habiles de ce que s'en souvenait l'ancien roi, toutefois son expérience en tant que barde avait du le désinhiber quelque peu. Adel se leva au petit matin, bien avant les autres, alors que le soleil était encore loin de se lever. Elle n'eut le réflexe de s'en assurer mais jaugeait qu'il devait être à peu près cinq heures. Sa sœur et elles avaient beaucoup parlé la nuit passée, et même une fois couchée, l'adolescente eut beaucoup de mal à trouver le sommeil, ne parvenant qu'à se reposer sur de courtes périodes entrecoupées de réveils difficiles et ankylosés. Au final, puisque tenter de se reposer l'épuisait, elle avait décidé de quitter la chambre pour aller s'installer dans le salon, sur l'un des canapés, presque intégralement dissimulées sous un plaide et proche d'un feu chaleureux. Elle avait un temps joué pour perfectionner sa technique à l'un de ces jeux de plateau qu'elle tentait d'expliquer à Snori quelques jours auparavant, puis s'était mise à lire un ouvrage sur les créatures mystiques, soudainement intéressée qu'elle était suite aux bribes de conversations que lui avait rapportée Alix. L'ouvrage, intitulé « À la rencontre de la faune valatienne : partie II » était exclusivement dédié à toute bête disposant caractéristiques que les lois naturalistes ne pouvaient pour l'heure expliquer, ou qui émergeaient simplement du lot parmi le nombre impressionnant d'animaux vivant sur le continent. Une quarantaine de pages traitaient le sujet des ramourgues, décrivant les expérimentations ayant été menées quant à l'empan social de leur instinct. Il avait été démontrée que ces hybrides homme-félin étaient aptes à construire des outils, à mémoriser des tâches numérales, à comprendre les ordres et à manier des objets rudimentaires. Leur tendance à se regrouper en tribus et à se livrer des semblant de guerre les rapprochait, à moindre échelle, des humains, sans pour autant qu'ils ne parviennent à définir un véritable système hiérarchique. Beaucoup supposaient alors qu'avant les hommes, et malgré leur nombre, les ramourgues n'avaient jamais été maîtres de Valato, à cause de cette incapacité à s'organiser dès que leur effectif s'accroissait trop. Allongée, se frottant machinalement le mollet dénudé via son pied opposé, le livre tendu au-dessus des yeux, Adel n'entendit pas arriver Esmezia. À son inverse elle avait particulièrement bien dormi et s'en trouvait parfaitement reposée. Un rapide passage devant la glace de la salle d'eau lui avait en outre démontrée que son état s'était considérablement amélioré, si bien qu'il aurait été impossible de dire qu'elle s'était battue la veille au soir. Bartiméus faisait vraiment des miracles. Et pourtant, ce n'était pas son simple aspect qui émerveillait la rouquine, mais bien la douleur au niveau de sa jambe. Elle ne la ressentait simplement plu. Toute gène lors des mouvements, aussi amples et vifs soient-ils, avaient totalement disparus. Ce fut un soulagement pour elle, bien plus qu'elle ne l'aurait pensée, et elle en eut presque envie de gambader dehors, en effectuant des grands sauts depuis la colline. Presque, car la neige et la buée sur la baie vitrée témoignaient d'un froid glacial. Revigorée, elle s'approcha sans un bruit d'Adel, profitant de ses talents de marcheuse pour ne pas faire grincer la moindre planche du parquet, et s’affaissa à son tour dans le canapé, faisant sursauter l'adolescente. Celle-ci replia immédiatement ses jambes et se redressa, puis marqua un temps d'arrêt en voyant le visage de l'hovoïte. La lectrice rougit cela dit, toujours peu à son aise face à l'arrivante.

-Tout a disparu...commenta-t-elle simplement, stupéfaite.

-Tim est génial, que veux-tu. Et entre nous, tu manquais d'entrain !

Adel rougit d'autant plus et détourna le regard.
-Désolée, glissa-t-elle une fois encore.

Esmezia lui répondit par un sourire et se rapprocha d'elle. Elle avait été élevée auprès de quatre frères, tous plus âgés, mais n'avait guère été chouchoutée. À l'inverse, elle faisait plutôt office de mouton noir dans sa famille. Il fallait dire qu'à Fangiel, l'éducation que l'on donnait s'avérait très traditionnelle : les garçons devenaient de forts agriculteurs qui fondaient à leur tour des familles, tandis que les femmes devaient être douces et disponibles, toujours prête à venir en aide à leurs maris ou à s'occuper des enfants. Ses parents en avaient donc vu de toutes les couleurs, et ses frères l'avaient vite considérée comme un garçon à son tour. Le cadet, un peu plus sensible et curieux, faisait parfois preuve d'un semblant de douceur à son égard, mais l'on était bien loin du schéma habituel de la petite sœur surprotégée et fragile, qui suivait l'exemple de sa mère. Adel en était déjà plus proche, mais beaucoup de ses qualités la rendaient plus appréciable encore. Elle avait une certaine force de caractère, une véritable générosité, et des capacités hors norme, pourtant elle demeurait d'apparence frêle et timide. Esmezia comprit pourquoi son amie disait tant de bien d'elle, et eut l'envie soudaine de l'adorer. Elle qui ne supportait que peu qu'on la câline et qui arborait avec fierté sa force et ses cicatrices posa sur l'avant bras de l'adolescente une main avec une douceur dont elle ne se savait pas capable. Du regard, elle décrivit son visage, s'arrêtant sur le teint de sa peau, la couleur et l'éclat malicieux de ses yeux, l'inclinaison de l'arrête de son nez et la forme arrondie de ses petites narines, ses lèvres fines et rosées, puis ses cheveux sombres en désordre. Elle n'était pas belle comme Alix ou Oloren l'étaient, mais elle avait pour elle un tout autre charme qui plaisait plus encore à Esmezia. Ce quelque chose propre aux personnes intrigantes, douées, un peu marginales.

-Arrêtes de t'excuser. C'était parfait.

Adel déglutit avec difficulté pour contenir les émotions qui la submergeaient étrangement face à cette jeune femme qu'elle ne connaissait au final que très peu, mais qu'elle commençait déjà à apprécier énormément. Celle-ci eut heureusement le bon goût de changer de sujet et de prendre un ton plus léger qui fit ralentir quelque peu les battements affolés de son cœur.

-Toi en revanche t'as pas bonne mine. J'ai jamais vu d'aussi grandes cernes.

Du bout des doigts, l'adolescente se palpa les paupières inférieures afin de vérifier les dires de son interlocutrice, et constata qu'ils étaient avérés, ce qu'elle aurait pu anticiper compte tenu de son sommeil pour le moins agité. Ce fut presque avec allégresse qu'elle répondit.

-Alix prend une place folle et n'arrête pas de remuer...

-Ça ne m'étonne pas ! Je pourrais même parier qu'elle parle en dormant.

-C'est vrai aussi !

Elles rirent ensemble avant de refaire silence, observant ensemble le feu crépitant, sourire aux lèvres. Imperceptiblement, elles se rapprochèrent l'une de l'autre et, après en avoir reçu l'accord silencieux, Adel vint poser sa tête sur les cuisses de l'épéiste, qui passa timidement une main dans ses cheveux. Elle ne savait pas comment s'y prendre, elle qui n'avait jamais eu l'occasion de prendre soin d'enfants ou même d'entretenir une véritable relation amoureuse qui ne dure plus de quelques jours. Pendant quelques dizaines de minutes, elles demeurèrent ainsi, parlant peu mais sans retenue, confirmant l'affection qu'elles se portaient. La jeune sœur d'Alix avait de tout temps eu du mal à se rapprocher d'autrui, mais elle se sentait bien à présent. Les choses étaient simples avec Esmezia. Il n'y avait pas à réfléchir à ses actes, ses dires, la façon de se présenter ou autre frivolités. On pouvait être franc et être apprécié uniquement pour ce que l'on était. Pour elle dont les anxiétés sociales allaient et venaient sans jamais disparaître totalement, c'était reposant. Elles ne quittèrent le confort de leur proximité que pour aller raviver le feu mourant, et ce fut l'occasion pour l'hovoïte d'interroger sa cadette sur le plateau et les pions déposés sur la table basse. Adel entreprit alors de lui expliquer les règles complexes du jeu qui y était associé, lui laissant une liste de celles-ci afin qu'elle puisse s'y référer au cours de la partie, puis elles s'installèrent face à face afin de commencer. Esmezia avait déjà vu ce genre de jeux à Nora, et avait cru comprendre que les nobles s'amusaient beaucoup à s'affronter ainsi, mais également qu'on se servait de ces simulations comme de tests et d’entraînements pour les stratèges en devenir. L'adolescente lui apprit que c'était à Alix qu'on l'avait remis, et qu'elle s'en tirait bien, surtout lorsqu'il s'agissait de parties en équipe, sans pour autant atteindre un niveau remarquable. Le plateau représentait la carte précise d'un monde fictif, et d'autres plateaux venaient s'y superposer lorsque l'action se déroulait dans une région précise. Quant aux différentes figurines, elles étaient sculptées de façon différentes afin de distinguer les unités diverses qui étaient disponibles et qui couvraient une large partie des corps d'armée existants. Ainsi l'on retrouvait les cavaliers, infanteries et archers, ainsi que les armes de siège ou autres éclaireurs et piquiers. Il fallait alors, tout en prenant en compte la gestion du temps, des finances et du moral, parvenir à l'emporter sur un pays adverse. Les paramètres étaient multiples et s'entrecroisaient sans cesse, ajoutant une complexité démentielle et somme toute réaliste à la chose tant le panel des combinaisons et stratagèmes s'avérait large. Une fois les confrontations engagées, chaque joueur dissimulait sa partie du plateau afin de placer ses unités en secret, puis le tout était révélé. La partie s'étala sur près de trois heures, si bien qu'Alix s'éveilla et alla les observer jouer alors qu'elles n'en étaient qu'aux deux tiers. Le dénouement ne fut surprenant. Esmezia avait réussi à regrouper une armée particulièrement compétente et gérait ses finances avec parcimonie, pourtant sa tendance à privilégier l'offensive lui avait joué des tours, et certains de ses bataillons avaient fini par déserter tandis que le Nord de son état s'était rallié au pays voisin, ne reconnaissant plus la légitimité de leur souverain. Adel l'avait écrasé à presque chaque bataille et, plus étonnant encore, était parvenue à conserver le moral de ses troupes proche du niveau maximal tout du long. Elle n'avait jamais eu à faire le moindre compromis, anticipant une immense majorité des mouvements adverses pour finalement parvenir à l'emporter malgré son fort désavantage numérique. L'hovoïte, bluffée, ne manqua pas de lui exprimer son admiration.

-Comment tu as fait pour prévoir toutes mes attaques ? Quoique je fasse tu avais toujours le contre idéal !

-C'était ta première partie, c'est normal, affirma-t-elle humblement.

-Non, non, contesta la rouquine. Il doit y avoir des dizaines, des centaines de coups à jouer à chaque tour. Mais tu étais toujours prête ! Soit tu as mémorisé toutes les particularités de chaque région, de chaque unité, de chaque action, soit tu peut lire dans mon esprit. Et dans les deux cas, c'est effarant !

-Tu n'avais pas la moindre chance, se moqua gentiment Alix en lui tapotant l'épaule. Je suis vraiment contente que vous soyez réconciliée...mais il faut quand même qu'on y aille !

Les deux joueuses acquiescèrent, rangèrent le jeu en hâte puis allèrent s'habiller. Elles se retrouvèrent toutes trois sur le perron de la porte, vêtues de leurs manteaux et bottes, capuches rabattues, et affrontèrent le blizzard pour aller jusqu'à l'académie, où Esmezia avait promis de suivre son amie. Il ne leur fallut que quelques instants pour y parvenir, le chemin depuis la demeure d'Ilawen donnant directement sur le centre-ville ou se dressait l'imposant édifice. Son enceinte regroupait une dizaine de bâtiments dont certains relevaient du génie architectural et n'avaient pas grand chose à envier aux palais. L'adolescente se sépara de ses aînées avec difficulté, pourtant elle eut le cœur plus léger que jamais. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressenti cette sérénité, cette joie, ce simple sentiment de sécurité. Lorsqu'elle rentrerait chez elle cet après-midi, il y aurait tant de gens formidables pour l'accueillir...elle avait enfin envie d'en profiter. Elle avait envie d'aller poser des centaines de questions à Oloren, au prince, et, comme le lui avait conseillé sa récente amie, de jouer contre Snori. Lui qui était un tacticien avéré ferait certainement un adversaire redoutable. Alix et Esmezia se dirigèrent quant à elle du côté d'une bâtisse d'un seul étage mais étendue, à l'allure peu aguichante mais assez jolie une fois à l'intérieur. Beaucoup saluèrent Alix sans lui demander qui l'accompagnait, et elles se dirigèrent vers l'escalier menant au sous-sol. C'était ici que l'on menait les recherches et expérimentations d'ordre militaire. Depuis quelques mois, chercheurs avaient enfin accordé à Alix le crédit suffisant pour lui permettre de lancer son premier prototype. Il était presque achevé à présent mais n'avait eu l'occasion d'être testé, et la guérison de la marcheuse tombait à pic. Elles se retrouvèrent bientôt face à un mannequin à qui l'on avait enfilé divers dispositifs maintenus par des sangles particulièrement serrées. L'hovoïte prit le temps des les examiner. Il y avait une rangée horizontale de cercles d'acier refermés par des clapets au niveau des omoplates, un sur chaque hanche, coudes, et talons, puis tout un dispositif sur la main gauche. Câbles, pièces d'armure légère, semblant de réservoirs miniatures, tout cela formait un ensemble qu'elle observa d'un œil étonné avant de se tourner vers sa camarade.

-Qu'est-ce que c'est censé être ?

Un large sourire se peignit sur les lèvres de la jeune femme, qui n'attendait que cette question pour se lancer dans les explications. Les trois garçons qui travaillaient sur la conception de la chose et qu'ils avaient croisé un instant auparavant arrivèrent à leurs tours et tendirent une oreille attentive, bien qu'ils aient déjà en tête les tenants et aboutissants de cet ingénierie.

-Une armure ! Enfin, pas vraiment une armure comme un forgeron pourrait en faire...c'est plus un complément ? Un renfort ?

Les sourcils d'Esmezia se haussèrent en signe d'incompréhension.

-Bon, d'accord, soyons plus concrets, reprit Alix. Toutes ces bidules, il faut que tu les mette par dessus ta tenue. Normalement, ça s'attache parfaitement et ça ne bougera plus, et ça te permet d'être beaucoup, beaucoup plus forte ! Si ça marche...mais regarde ! Là, si on met un tout petit peu de catalite...

Joignant le geste à la parole, Alix ouvrit l'un des clapets dorsaux en faisant pression sur un embranchement censé s'enfiler autour du majeur de la main gauche. Elle y versa alors une faible quantité de poudre, si ce n'est infime, puis referma le tout. Enfin, elle grimpa sur le piédestal à roulette sur lequel était exposé le mannequin, et fit une pression différente sur le dispositif de la main gauche. Un réaction se produisit alors là où elle avait placé la catalite, entre l'explosion et le souffle puissant. Le mannequin et son piédestal se mirent à rouler à travers la pièce, avant qu'Alix ne relâche le tout et ne mette pied à terre pour stopper son avancée. Esmezia, encore stupéfaite, commençait à comprendre où elle venait en venir.

-Tu veux que quelqu'un porte ça ?

-C'est l'idée, affirma Alix, plus sérieuse que d'accoutumée. Mais pas n'importe qui. Pour tout t'avouer c'est toi qui m'a donné l'idée, et je pense que seulement les marcheurs pourront vraiment en profiter. Tu vois, si tu actives les impulsions en plein saut, tu pourras contrôler ta chute. L'accélérer, la diriger, la ralentir. Avec les dispositifs sur les coudes et les talons, tu pourras frapper fort et vite ! Ça, c'est Oloren qui m'en a donné l'idée. Avec ces fonceurs qui accélèrent leurs mouvements. Bien sûr ce ne sera pas aussi puissant, mais tu vois l'idée !

-Et ce truc, dans la main ?

-C'est pour le contrôle ! Tu vois, tu as un lien qui rejoint un anneau à chaque doigt, et selon si tu le tend ou si tu le plie, ça active une impulsion différente. On a pas trouvé mieux pour l'instant, mais avec l'habitude, tu devrais être capable de t'en sortir.

-Attends. De m'en sortir ? Tu veux que je porte ce machin infernal ?

-Et comment ! Tu auras tes pouvoirs de marcheuse, tu pourras te déplacer comme un fonceur, et avec ça, tu pourras même faire comme les brûleurs !

Elle alla de nouveau trifouiller le dispositif manuel et fit une pression sur l'un des doigts. Le clapet dans la paume de la main s'ouvrit alors et provoqua une petite explosion d'ampleur minime mais particulièrement intense et qui n'abîma aucunement l'armure. Tout cela semblait presque irréel aux yeux d'Esmezia, mais elle ne pouvait dénier ce qu'elle voyait. Alix avait travaillé d'arrache pied à la précision chirurgicale de cette chose, et elle même se plaignait de ne pas être assez puissante pour faire une différence. Alors...pourquoi pas ? Cela valait au moins le coup d'essayer. Quelques minutes plus tard, elle se retrouvait avec tout cela par-dessus ses vêtements, et se rendit compte que le tout était particulièrement confortable. Sentir les lanières serrées donnait une impression de sécurité sans provoquer la moindre douleur, tant tout semblait avoir été fait pour être à sa mesure. Alix et ses collègues vinrent remplir ses différents réservoirs en lui expliquant que la consommation était particulièrement basse pour cette réaction qu'ils appelaient « impulsion ». Esmezia prit quelques instants pour mémoriser quel doigt agissait sur quel réacteur, puis elle fit un premier essai. Dans un premier temps, elle se contenta de se mouvoir sans utiliser l'armure, puis tenta une première impulsion au niveau de la hanche gauche. Elle se trompa néanmoins de doigt et ce fut son talon droit qui s'activa, l'emportant sans qu'elle ne l'aie prévue et la faisant tomber à la renverse. Le crâne douloureux, les cheveux en pétard, elle se redressa avec exaltation. Elle avait ressenti cette force soudaine dans sa jambe...et il était hors de question de passer à côté !

-On recommence ! lança-t-elle.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 25 Nov - 16:20

Écrasé par le poids des livres qu'il portait sur son dos et dans ses bras, un quadragénaire de petite taille au teint débraillé avançait à pas rapides dans les couloirs de l'académie, grommelant contre tous ceux qui se trouvaient alentour. Les documents entassés dans ses mains recouvertes de gants étaient d'une importance cruciale dans les recherches actuelles. Même si personne ici ne s'en rendait probablement compte, la paperasse transportée par ce chercheur bougon valait au moins son poids en or, si ce n'est plus. Perdu dans ses pensées, il faillit percuter de plein fouet la jeune adolescente se trouvant juste en face de lui.

- Dégagez de mon chemin grommela t-il avant de s'apercevoir de l'identité de son interlocutrice. Ah, c'est vous Adel? J'ignorais que vous veniez aujourd'hui! Hé bien, qu'attendez vous? Allons y!

Sans regarder la jeune apprentie qu'il avait choisi de lui même pour l'assister dans ses recherches, il détailla avec des termes résolument vagues les investigations qu'il avait mené depuis leur dernière rencontre. La jeune fille, bien que servant essentiellement de cobaye pour le chercheur, faisait preuve d'une certaine intelligence, permettant de par ses théories parfois un peu extravagantes de faire avancer la science. Leur duo de recherche marchait, il fallait le reconnaître, assez bien. Malgré son caractère pour le moins particulier, Elias appréciait Adel, même si il se gardait bien de lui montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 25 Nov - 17:00

De son coté, Cirdan écrivait une nouvelle page de son journal, racontant les événements de la veille, notant malgré son premier accueil une note spéciale pour la charité dont avait fait preuve Ilawen à son égard. Ayant vite finit, il relit quelques pages moins récentes. Fronçant les sourcils à la lecture d'une ligne, jetant un nouveau coup d'oeil à ses reproductions graphiques. Il se leva en fracas, sa conférence n'aurait lieu que le soir venu, il avait toute la journée pour lui.
Se dirigeant au travers de l'académie, d'un air déterminé, il fut fortement ralenti par chaque élève le croisant le gratifiant d'un "Bonjour professeur" dont il raffolait peu, mais pour lesquels ils ne pouvaient se résoudre à ne pas saluer à son tour, ainsi que de prendre des nouvelles. Bien que l'un des plus étranges, Cirdan était probablement l'un des professeurs les plus appréciés des élèves qui le connaissaient.
Il trouva enfin celui qu'il cherchait après quelques couloirs.

- Elias ! Vous tombez bien, mon ami, je dois vous entretenir de mes découvertes ! En privé, si possible ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 25 Nov - 18:07

Adel avait déambulé dans les couloirs, souriantes, avant de reprendre son air rêveur habituel lorsqu'elle comprit que sa joie affichée attirait les regards. Elle ne s'était jamais sentie à son aise dans la foule et faisait tout pour passer inaperçue, aussi se contenta-t-elle de marcher, le visage dissimulé derrières des mèches folles de cheveux sombres, mains gantées plongées dans les poches de son manteau. Lorsque son professeur la bouscula par inadvertance, elle n'aurait pu prétendre l'avoir vu arriver tant elle était, à son instar, distraite. Elle fut toutefois ravie de le retrouver. C'était un homme certes étrange mais intéressant à côtoyer, et redoutablement intelligent, tout comme nombre de ses collègues. Lors de sa première année à l’académie, elle avait étudié les différents pouvoirs sous sa houlette, puis avait fini par oser s'adresser directement à lui pour des questions supplémentaires. Elle était depuis devenue de façon officieuse son assistante lorsque son emploi du temps le lui permettait, et ne pas pouvoir parler des recherches qu'ils menaient actuellement était une grande source de frustration tant elles étaient intéressantes. Elle l'écouta attentivement lorsqu'elle lui décrivit ses avancées, puis intervint l'un des autres enseignants qu'Adel ne connaissait pas. Quelque peu vexée qu'on la mette à l'écart mais l'acceptant sans broncher, elle s'adressa simplement à son mentor avant de les quitter.

-Je vais au laboratoire, alors. Vous voulez que j'y porte tout ça ? demanda-t-elle en désignant la paperasse qu'il portait.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 25 Nov - 18:34

Surpris de l’apparition soudaine de Cirdan alors qu’il était en train d’exposer ses recherches à sa stagiaire, le chercheur fit un hochement de tête dubitatif à la jeune fille, convaincu qu’elle ne parviendrait pas à porter l’imposante masse de documents seule. Lui donnant simplement les feuilles reposant dans ses bras, il la remercia d’un clin d’œil peu habile, puis se tourna vers son homonyme avec intérêt.

- J’ai assisté à votre dernière conférence sur la faune Valatienne, et je dois reconnaitre que votre point de vue, bien que discutable, est fascinant Cirdan fit-il d’un ton sec mais teinté de respect.
Les connaissances qu’avait accumulé le professeur au cours de ses pérégrinations étaient en effet pour le moins impressionnantes. L’homme avait vu une multitude de lieux et de choses, de quoi s’attirer l’envie, et parfois la jalousie de nombre des enseignants de l’académie. Elias, d’avantage spécialisé dans les fonctionnements du corps humain, ne prenait pas comme un affront ce puits de savoir qu’était son collègue, mais intéressé par le sujet, il suivait assez régulièrement les cours qu’il donnait. Les sciences étaient une mine d’or que beaucoup trop ignoraient, convaincus que le fer et la forge faisait d’eux les maitres du monde. Pourtant, l’académie elle-même montrait la montée en puissance du savoir dans ce monde en définitive assez brutal. Aujourd’hui aussi somptueuse qu’un palais, elle restait ignorée par une grande partie de la population. Demain, Elias avait la conviction qu’elle serait enviée par tous les savants à la compagnie des souverains.

- De quoi vouliez-vous me parler ? déclara rudement le quadragénaire.

Malgré la dureté de son ton, il faisait preuve d’une politesse rare envers son collègue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 25 Nov - 20:44

Cirdan sourit à Elias, de façon naturelle et sincère. Il savait que derrière les airs rudes du vieillard se cachait un réel intérêt pour les sciences étudiées à l'Académie, quelles qu'elles soient, et qu'au milieu de celles-ci, ses études avaient un intérêt encore plus particulier pour son collègue. Il avait été le premier qu'il puisse considérer comme ami, malgré son caractère fort, parmi ses collègues.

- En relisant mon journal de voyage, je suis tombé sur une reproduction dessinée que j'ai faite en prenant pour modèle une vieille stèle noire. Il y avait des runes sur cette stèle, je n'y ai pas prêté grande attention au début, mais si vous regardez bien ... Voyez-par vous-même.

Il ouvrit alors son carnet présentant l'approximation graphique au professeur d'Adel.

- Voyez comme ces runes sont alignées ? Et certaines ressemblent étroitement à ce que nous avons pu reconstituer approximativement de la langue ancienne écrite. Il se pourrait que ce soit un début de piste vers une reconstitution totale de celle-ci, regardez, allongez un peu celle-ci, on obtient déjà le mot "Is", alors certes c'est très peu concret, cela demande encore du travail. Cependant, je me suis laissé rêver de traduire la langue ancienne ... J'aurais voulu votre avis, ai-je définitivement été bercé trop près du mur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 25 Nov - 21:00

Cela faisait bien trois heures qu'Esmezia effectuait divers essais pour parvenir à maîtriser cette fougueuse armures. Ces impulsions s'avéraient un véritable enfer à manipuler, puisque le moindre geste trop brusque ou mal calculé de sa main gauche pouvait les déclencher et l'envoyer virevolter ça et là. Elle commençait toutefois à trouver ses marques, à se familiariser avec la résistance de chaque activateur, à comprendre la logique du tout. Et plus elle avançait, plus elle se rendait compte qu'Alix pouvait faire preuve d'un véritable génie. La synergie des mouvements et des capacités de cette armure avec les siennes s'approchait de la perfection, sans jamais encombrer le moindre de ses mouvements. Si elle le souhaitait, elle pouvait se battre normalement tout en portant l'armure, par exemple lorsqu'elle n'avait plus de catalite dans ses réservoirs. Or une telle situation ne semblait encline à arriver ! Les réactions chimiques dépassaient de loin le champ culturel de la rouquine, mais elle pouvait dores et déjà affirmer que ce processus de réaction du minerai avait de quoi révolutionner les consommations d'énergie, du moins pour certaines applications. Lorsqu'elle essaya de se servir de son armure au corps à corps, les résultats furent bluffant. Elle enclencha un coup de pied fouetté et, au moment de détendre le mollet, activa le réacteur sur son talon. L'attaque prit immédiatement en vitesse, grimpant jusqu'à une force sans commune mesure pour un métabolisme aussi faible. Confiante, elle voulu essayer en plein air. Alix et ses assistants l'accompagnèrent jusqu'à l'immense cour de l'académie, où elle ôta son manteau afin de laisser l'armure à découvert. Elle aurait froid, mais tant pis, c'était pour la science. Quelques étudiants se regroupèrent, avides d'assister à ce test. Loin d'être gênée, Esmezia prit cela comme un défi et se promit de réussir. Elle activa premièrement son pouvoir, faisant se surélever ses pieds par rapport au sol, de quelques millimètres à peine, puis fléchit les jambes avant de faire l'un de ces bonds dont elle avait le secret. Même si elle n'avait la prétention d'être l'une des marcheuses les plus douées, elle pouvait ainsi s'élever jusqu'à une douzaine de mètres. Au pic de ce saut, elle vint toucher la première phalange de son annulaire avec son pouce gauche. L'impulsion dorsale se déclencha aussitôt, la propulsant en avant avec une force qu'elle n'avait pas anticipée et qu'elle ne parvint à endiguer qu'en activant les réacteurs de ses coudes, placés en avant. Elle se mit alors à faire des pirouettes en plein vol, conservant difficilement le contrôle. Par une énième cabriole, elle parvint toutefois à se placer convenablement pour placer ses pieds sur le toit d'un bâtiment proche et repartir de plus belle, toujours plus haut. La nouvelle impulsion dorsale fut bien mieux maîtrisée, et elle alla atterrir sans difficulté sur le toit d'en face. Euphorique, acclamée, elle leva un bras en signe de triomphe. L'adrénaline qu'elle avait senti en elle n'avait aucun équivalent. Avec cette armure, elle devenait plus mobile que n'importe qui, et plus forte que les combattants les plus robustes. Un mélange parfait entre une marcheuse et une fonceuse ! Elle vint se poser près d'Alix, qui accueillait des compliments par dizaines, et leurs regards en dirent long. Ensemble, elles allaient parvenir à tirer tout le potentiel de cet équipement.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 27 Nov - 17:20

Prenant des mains le carnet de son collègue, Elias parcouru les pages avec attention. L'écriture fine de Cirdan facilitait grandement la lecture, chose que l'on ne pouvait affirmer de tous ses collègues. Il y avait en effet dans les runes inscrites une étrange similarité avec la calligraphie actuelle, bien qu'elle ne soit guère visible en premier lieu. Tout cela était d'un grand intérêt, malheureusement, il n'était ni compétent en la matière, ni disponible pour aider le professeur. Il conservait néanmoins un assez grand intérêt en la matière. Lui qui essayait d'entrevoir le futur se devait de garder un oeil sur le passé.

Les deux comparses parlèrent ainsi pendant quelques minutes, avant qu'Elias ne le remercie d'une grande claque à l'épaule, et rejoigne son laboratoire dans sa marche pressée. Lorsqu'il ouvrit la porte, il y trouva Adel assise, avec une expression de bien être qu'il lui avait rarement vu. Éludant ce fait, le chercheur ouvrit son coffre personnel avec une clé qui ne le quittait jamais, et en ressorti trois de leurs objets d'expérimentations. Leurs effets n'étaient pas inconnus des hautes sphères de l'académie, mais restaient pour le moins obscures.

- Vous n'avez pas présenté d'effets secondaires depuis votre dernière ingestion? demanda abruptement Elias.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 27 Nov - 18:44

Adel était arrivée à leur laboratoire depuis quelques instants, et n'avait osé feuilleter les notes de son professeur, dont le comportement parfois lunatique avait de quoi en rebuter plus d'un. Elle avait simplement ôté son manteau et ses gants, et attendait désormais patiemment le retour du chercheur en scrutant la paume de sa main gauche, tirant parfois une petite grimace. Elias revint enfin et alla ouvrir le coffre dans lequel ils avaient rangé leur précieux bien, objets de leurs études quasi-secrètes. L'académie, bien que régie et créée par l'état naïlikan, demeurait particulièrement autonome et était fière d'être à la pointe de l'innovation, sur la plupart des domaines scientifiques. Tant qu'ils n'avaient pas de résultats concluants, ils se refusaient donc d'en faire part aux dirigeants politiques, même lorsque les informations apportées pouvaient être essentielles. Tel était l'état d'esprit de la directrice, et bien fou aurait été celui qui tenterait de la faire changer d'avis. À la question de son mentor, Adel reporta de nouveau son attention sur sa main, fit se plier vivement ses doigts à de multiples reprises, puis répondit d'un hochement de tête.

-Toujours rien professeur. Mais je me sens de plus en plus à l'aise avec celle-ci, fit-elle en désignant l'un des trois sacs séparés.

Il y avait quelques mois de cela, des élèves en fin de formation étaient tombés par un heureux mais funeste hasard sur un groupe d'hommes, visiblement perdus en forêt, ou du moins ce qu'il en restait : des cadavres en voie de décomposition. Ils avaient beau eu cherché à les identifier, aucun indice n'avait été récupérable sur leurs dépouilles. En revanche, ils trouvèrent en fouillant leur poches et sacoches d'étranges minerais dont ils ne connaissaient rien, ce qui intrigua notamment l'un d'eux, expert en géologie. Ils les emmenèrent donc à l'académie et les expérimentations débutèrent. Très vite, il apparut que ces pierres limpides et colorées dégageaient une forme d'énergie qui leur était étrangère, ne s'approchant pas même de celle des émeraudes de Koïden. L'un des jeunes assignés à l'assistanat du professeur Rhin chercha à en tailler des fragments et se coupa avec par mégarde, enfonçant un infime tesson du matériau dans sa chair tel une écharde. Son corps se mit alors à luire et il acquérir d'étranges pouvoirs qu'il ne parvint à manier et qui disparurent un quart d'heure plus tard. Depuis lors, on taillait ces pierres pour en comprendre les pouvoirs, et les essais se multipliaient. Il y avait déjà eu deux morts avant que l'on ne comprenne qu'il était dangereux d'ingérer à deux reprises le même minerai. La prudence était alors de mise, mais toute avancée comportait des risques dont l'académie était consciente. Quel fut donc son embarras lorsqu'elle dut annoncer les décès sans pouvoir en donner la cause, prétextant simplement des accidents comme il y en avait déjà eu. Adel, elle, avait décidé de se concentrer sur l'une de ces trois pierres précieuses en particulier, celle aux reflets verdoyants qui accordait la capacité de créer de violents courants d'air. Depuis plusieurs semaines, elle tentait ainsi sous la houlette de son supérieur de varier la fréquence des absorptions, et observait la durée ou l'intensité de leurs effets. Elle commençait à comprendre comment ce servir de ces vents redoutables et sentait l'adrénaline monter en elle à chaque fois qu'elle y avait recours. L'adolescente se dirigea vers les tables du coin de la salle, ou étaient entreposées diverses cages dans lesquelles reposaient souris et autres petits mammifères. Il semblait que leurs « diamants » n'aient aucun effet sur eux. De sa main libre, l'autre étant occupée à maintenir un épais livre contre son ventre, elle caressa le crâne de l'un des rongeurs au poil gris, et demanda à Elias, sans se retourner.

-Voulez-vous toujours que l'on tente une double insertion ?

Leurs diamants étaient rares et précieux, aussi n'avaient-ils pas encore tenté de placer deux gemmes dans l'organisme d'un même animal, et prévoyaient-ils de le faire sous peu.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 27 Nov - 19:04

Une question des plus audacieuses de la part de la jeune fille. Tenter d'utiliser deux gemmes sur un rat. Les doses utilisées sur ces créatures avaient toujours étés assez basses, et même lorsqu'elles équivalaient à celles qu'on utilisait sur l'homme, nul effet ne se manifestait. L'organisme de ces créatures étaient pourtant largement inférieure à celui d'un être humain, et si il s'était agi d'une question de taille, les bêtes auraient du être d'autant plus sensibles aux gemmes. La compatibilité de ces étranges pierres semblait n'être liée qu'à l'être humain, même si Elias était convaincu de parvenir à créer des effets chez les rongeurs, si il leur imposait une exposition très régulière. Malheureusement, ils n'avaient pas assez de ces pierres précieuses pour se permettre de tester cette théorie. Peu désireux de les gaspiller, il s'apprêta à refuser la requête de son apprentie. Pourtant, des collègues le pressaient de leur donner ses cobayes, n'ayant visiblement pas la moindre utilité. Légèrement borné, il avait refusé, convaincu que les bêtes se montreraient utiles. Même si il en doutait fortement, il hocha donc la tête, et donna à la jeune fille deux gemmes. Puis il s'éloigna de quelques pas par précaution, sans pour autant s'attendre à la moindre réaction de la part du rat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 27 Nov - 20:11

Adel acquiesça, quelque peu tendue. La mise en pratique de leurs théories la mettait toujours dans un certain état nerveux, entre l'exaltation et l'appréhension. Elle prit délicatement la bête et alla la poser dans un petit bac sur la table au centre de la pièce, récipient dont les rebords étaient trop hauts pour que le rongeur puisse s'en échapper. Quelques secondes durant, elle posa sur lui un œil attendri. Se mettre à parler à cette bête ne lui traversa pas l'esprit, elle qui trouvait ridicules ces gens qui humanisaient les bêtes voire dans les cas extrêmes les végétaux, mais cela ne lui empêchait pas de se demander s'il ressentait quelque émotion, quelque crainte quant aux manipulations dont il était sujet. Du regard, elle chercha l'appui de son dirigeant qui semblait l'inviter à effectuer elle-même la manœuvre, puis elle alla délicatement déposer deux diamants immaculés juste à côté du rat. Ils avaient préalablement fait appel aux services d'un guérisseur spécialisé dans le domaine de la douleur et qui avait, par un procédé médical complexe qui demandait d'immenses savoir et une précision chirurgicale, bloqué certains procédés nerveux du petit mammifère. Ainsi, la plaie encore entrouverte de son postérieur ne le dérangeait aucunement, puisque son organisme ne devait même pas avoir conscience que celle-ci existait. À l'aide d'une petite pince, elle l'entrouvrit, ne bronchant même pas lorsqu'un filet de sang s'en écoula ; après ce qu'elle avait vécu hier, c'était un jeu d'enfant et un spectacle pour le moins anodin. De son autre main, elle enfonça la première pierre, d'un peu plus d'un millimètre de diamètre, qui comme prévu ne se dissolut pas dans le sang. L'adolescente prit un peu de recul et regarda en alternance le cobaye puis son professeur, qui surveillait toute l'opération d'un œil avisé. Au bout d'une minute, voyant que la bête continuait d'agir comme à son habitude, Adel alla se remettre au travail. Elle entrouvrit la seconde plaie et, d'une main assurée, y plongea le second diamant, en tout point similaire au premier. Celui-ci disparut aussitôt dans l'afflux sanguin, et la première introduite préalablement en fit de même. Effarée par cette réaction imprévue, elle recula vivement pour aller se placer auprès d'Elias. Le rongeur continua de gratter nerveusement la paroi de sa petite prison, puis se stoppa sèchement. Tout son corps fut alors parcouru de spasmes violents et le rat se mit à couiner, tandis que le sang qui s'écoulait modérément devint alors un véritable gisement. À leur échelle, les couinements devinrent des cris puis la bête se cambra, avant de s'effondrer, morte. La fille adoptive d'Ilawen retourna immédiatement à la table et effleura du bout de ses doigts le corps inerte.

-Il est décédé, annonça-t-elle.

Puis elle fit face à son professeur, attendant ses conclusions sur la tournure qu'avaient pris les événements. Ils avaient prouvé jusqu'à lors qu'une pierre n'accordait aucun pouvoir aux animaux et ne disparaissait pas dans leur organisme. Deux pierres différentes en faisaient de même, et demeuraient intactes au creux des plaies. Sur un être humain, l’absorption de diamants similaires avait des effets catalyseurs puis létaux. Quant à cette bête...il semblait que cela fut été simplement létal.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 2 Déc - 18:08

Saisissant une feuille volante et une plume, Elias se pencha avec empressement sur le bureau. Sans regarder son assistante, dont l’initiative avait été encore une fois un grand avancement dans ce petit domaine de la science, il lui demanda de débuter l’autopsie de la bête. Puis il commença à rédiger sa note avec une écriture fine et pressée.

Sujet : Ratus perognathus
Âge : 1 an et demi
Antécédents : 23 absorptions de gemmes complètes à son actif, une dizaine de gemmes fragmentés. Parfaite santé.
Statut : décédée suite à l’absorption de deux gemmes consécutives.
Déduction préliminaires : Même si l’intégralité des cobayes testés semblent immunisés aux effets des gemmes, il semble que la capacité létale des échantillons soit similaire chez l’humain et chez l’animal, quel que soit sa morphologie, son poids ou son sexe. L’importance des expérimentations sur cobaye animal est donc de nouveau démontrée, elle permettra de décomposer les caractéristiques létales du produit afin d’éviter de nouvelles pertes humaines.

Une fois sa note finie, Elias se tourna vers Adel avec intérêt, se penchant sur son travail. Une fois que la jeune fille aurait fini l’autopsie, ils partiraient probablement sur une longue conversation à propos de ces récents évènements. Par un simple hasard, ils venaient de faire un bond dans la connaissance de ces joyaux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 2 Déc - 18:28

L'adolescente obtempéra sans même qu'on ait à lui formuler directement l'ordre, habituée qu'elle était de la procédure à suivre en compagnie d'Elias, maniant avec précision les instruments mis à sa disposition, tranchant ce qui devait être tranché et observant de son œil avisé les caractéristiques métaboliques de leur cobaye. Elle n'était ni biologiste ni médecine mais savait ses connaissances suffisantes pour tirer une conclusion convenable qui, pour autant, ne faisait que soulever plus de questions encore. Il n'y avait plus aucune trace des matériaux utilisés dans l'organisme du rongeur. Par acquis de conscience, elle préleva une petite dose de son sang qu'elle versa dans une épuisette vivement rebouchée, puis alla se débarrasser du corps avant d'ôter puis de jeter les gants avec lesquels elle avait pratiqué l'opération, puis de se laver méticuleusement les mains. Elle retourna auprès de son professeur qui avait dores et déjà terminé la rédaction de l'expérience. C'était avec peine qu'elle retenait un sourire jubilatoire tant ces instants de débats lui plaisaient. Prenant l’initiative, elle lança :

-Je pense qu'il n'y a plus beaucoup à tirer de la recherche sur les cobayes animaux, professeurs. Quelle que soit l'espèce ils ne montrent aucune réaction à l'ingestion des pierres.

Adel s'interrompit un instant, distraite par des éclats de voix en provenance de la cour dont elle avait une vue parfaite depuis l'une des fenêtres de leur laboratoire, mais focalisa bien vite son attention sur son propos, oubliant cet amoncellement d'étudiants enthousiastes. Son regard se durcit alors qu'elle s'apprêtait à changer le thème de la conversation. Peut-être ne faisait-elle alors pas preuve de la rigueur et de l'objectivité qu'on lui demandait, mais cette partie-ci du mystère des cristaux suscitait chez elle un intérêt particulier, du simple fait qu'elle était directement concernée.

-J'aimerais en revanche continuer à servir de sujet de test. Je me sens de plus en plus à l'aise avec ces pouvoirs et j'ai l'impression d'effleurer leur compréhension totale.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 2 Déc - 18:45

L'enthousiasme plus qu'appréciable d'Adel ne surpris même pas le chercheur. Quand bien même la jeune fille venait de voir un cobaye mourir à cause de ces gemmes, elle gardait une fascination pour ces petits joyaux aux capacités incroyables. Elias ne pouvait pas le lui reprocher... Lui aussi éprouvait ce terrible engouement, et réalisait aujourd'hui les recherches les plus fascinantes de sa vie.
Il se dut néanmoins de doucher l'exaltation de son apprentie.

- La recherche sur les animaux ne fais que commencer, ma petite. Tes exercices pratiques sont fascinants, mais ne font que peu avancer nos connaissances, désormais. Nous devons savoir ce qui cause la mort dans ces gemmes. Et nous ne pouvons vraisemblablement pas tester cela sur toi. Imagines que nous parvenions à rendre les effets de ces choses définitives?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 2 Déc - 19:00

Une moue s'installa sur le visage de la jeune fille. Il n'y avait que peu de choses qui l'insupportaient, et être impuissante en faisait partie. En règle générale, lorsqu'elle se trouvait confrontée à quelqu'un et qu'elle devait défendre son point de vue, ses opposants se retrouvaient toujours écrasés par son aisance à manier la langue et ses vastes savoir. Mais dans des cas comme celui-ci, ou l'interlocuteur se trouvait plus avisé encore, elle perdait aisément son sang-froid. Ce fut pourtant avec un entrain certain qu'elle rétorqua.

-Mais ça ne nous mène à rien ! Il nous faudra l'aval de Neims à un moment ou un autre, et l'état ne financera pas des recherches qui n'ont trait à apporter des bénéfices à échelle humaine. Je peux y arriver ! Encore quelques essais et je suis sûre que je comprendrai parfaitement comment tout cela marche. Je ne peux pas vraiment vous l'expliquer, mais lorsque je prends ces pierres, j'ai un accès momentané à une nouvelle partie de mon potentiel...comme si leur pouvoir était déjà en moi depuis toujours, que les pierres ne faisaient que l'éveiller ! Et regardez...

Se levant brusquement de son tabouret, l'adolescente alla se placer au milieu de la salle. Paume ouverte, elle tendit sa main mutilée vers son manteau, plié sur une table non loin, et contracta ses muscles. Pendant un instant rien ne se passa, puis le vêtement se déplaça de plusieurs centimètres, chutant à même le sol alors que portes et fenêtres, hermétiquement fermées, ne pouvaient laisser filtrer le moindre courant d'air. D'un geste, Adel essuya la sueur qui perlait sur son front et se retourna vers son mentor sans prendre le temps d'aller ramasser l'habit typique des adeptes.

-Vous voyez ! Je n'ai pas ingéré de cristaux depuis la dernière fois, pourtant ce pouvoir est encore en moi, même si il est terriblement affaibli. Il y a encore beaucoup à découvrir professeur.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loin des conflits, proche du bonheur
Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» LES AVENTURIERS DU TRES TRES LOIN (Tome 1) FERGUS BONHEUR de Paul Stewart et Chris Riddell
» Loin des yeux, près du coeur...
» Il est loin le temps du bonheur
» L'oiseau bleu du bonheur
» Marvin Gaye l'impossible quête du bonheur (*)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: