Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1164)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50

» Les inspirations musicales de L.Hubs - Rp One Piece
par L.Hubs Mar 27 Sep - 12:53


Partagez | 
 

 Loin des conflits, proche du bonheur

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Loin des conflits, proche du bonheur   Dim 9 Nov - 22:46

Esmezia avait grimpé sur le dos du loup d'Oloren quatre jours auparavant. La jeune hovoïte avait eu pour première idée de profiter de leur court voyage, de le faire durer le plus longtemps possible afin de se créer quelques souvenirs communs dont elles pourraient, dans un futur lointain, parler avec nostalgie. Puis le froid l'avait fait changer d'avis. Malgré la beauté des paysages, malgré l'intention de se changer les idées, elles seraient bien plus à l'aise dans ce doux foyer qu'était celui d'Ilawen. Au cours des années précédentes, elle s'y était rendue à trois reprises. Elle n'y était restée que pour la nuit les deux premières fois, puis y avait passé plusieurs jours d'affilée il y avait de cela deux ans. C'était à cette période qu'Adel avait intégré l'ordre des adeptes, aussi ne s'étaient-elles pas croisées à cet instant, mais Alix lui avait alors beaucoup parlé d'elle, voire exclusivement parlé d'elle. Il fallait dire que pour elle, la jeune naïlikane était devenu une véritable sœur dont elle se souciait plus que quiconque. Cela avait fait longuement réfléchir Esmezia. Les liens de fraternité étaient parmi les plus forts qui existent, pourtant elle ne s'était jamais sentie à son aise au sein des Fambriel, trop conservateurs à son goût. Elle n'avait pas eu la chance d'être témoin, au cours de son enfance à Fangiel, d'un élan d'affection quelconque de la part de ses quatre frères. Pourtant elle aurait apprécié faire partie de la tribu ; faire partie de n'importe quelle tribu. Souvent, elle s'endormait en pensant à cela, lovée entre Oloren et sa monture, en constatant quelque chose qu'elle avait toujours su. Ceux de qui elle se sentait le plus proche, c'étaient eux, ses amis, avec qui elle avait partagé les plus beaux instants de sa vie, et qu'elle était heureuse de pouvoir côtoyer une fois encore. Les deux amies atteignirent Artesia en fin de matinée. La ville n'était pas particulièrement étendue et aucunement fortifiée, mais bénéficiait d'une certaine affluence du fait de la réputation grandissante de beaucoup de ses commerces. On disait ainsi de cette cité qu'elle était, à l'instar de Nora, un lieu de culture et de luxe, réputation due en grande partie à la présence de l'académie locale, particulièrement prisée.

Le comptoir des trois filles faisait donc tâche au milieu de ces rues parfaitement pavées, de ces bâtiments aux façades travaillées, de ces riverains richement vêtus. Pourtant, à n'en pas douter, l'établissement tenait debout depuis des années déjà, et les clients qui s'y accumulaient ne pouvaient que témoigner d'un succès certain. Aujourd'hui, Ilawen tenait le bar en compagnie de son gérant habituel. La voyageuse luuwrienne possédait l'enseigne ainsi que l'hôtel du centre-ville, autrement plus luxueux et particulièrement prisé. Elle aimait varier les plaisirs et travailler à l'un ou à l'autre, selon son humeur, et laisser ses employés se charger du reste. Il était toutefois évident aux yeux des habitués et de quiconque la connaissant qu'elle préférait de loin l'ambiance du bistrot, où ses filles venaient souvent donner un coup de main. On les appréciait particulièrement, elles qui mettaient du cœur à l'ouvrage et souriaient constamment, remettant du baume au cœur des clients dont la vie n'était pas toujours aisée. Les termes étaient en revanche très clairs, et Ilawen n'avait guère eu besoin de les répéter : on ne touchait pas à ses filles. Ceux qui se risquaient à la moindre remarque ou pire, au moindre geste déplacé, s'étaient fait jeter dehors sans vergogne. Ce genre d'incidents avait toutefois bien vite disparu, la clientèle étant désormais constituée principalement de groupes réguliers qui se connaissaient, à force, entre eux. Le tout instaurait une ambiance chaleureuse au sein de la salle et au comptoir, ou une certaine familiarité avait pris le pied. Et en cette fin de matinée, les serveurs étaient encore plus nombreux que d'accoutumée. Alix n'escomptait pas se rendre à l'académie avant la fin de l'après-midi, Adel ne reprenait ses propres leçons que d'ici la semaine à venir, et Snori s'était joint à elles. Cela faisait deux jours déjà que lui et ses compagnons de route étaient arrivés à Artesia. Ilawen les avait accueilli avec la plus grande hospitalité, affirmant à raison qu'elle avait plus de chambres que nécessaire pour accueillir trois fois plus de monde qu'eux, et bien assez de ressources pour les nourrir allègrement. Elle ne se voyait en outre pas refuser ce service à l'homme qui avait, cinq ans auparavant, financé intégralement les rénovations de sa taverne de Rednow. De toute manière, c'était avant tout un ami proche qui venait passer du temps avec eux, et ses amis étaient également bienvenus.

Alix avait retrouvé l'ancien roi de l'Oran avec allégresse. En cinq ans, la petite tapissière avait beaucoup changé. Physiquement, de prime abord : elle était désormais une jeune femme ayant conservé un visage au joues rondes, ce qui lui donnait parfois un air naïf assez charmant qui se couplait à son côté tête en l'air. Elle faisait toutefois preuve d'une créativité et d'une honnêteté envers les autres et elle-même particulièrement remarquable, et était devenue une personne soucieuse de son entourage, consciente de ses responsabilités et des subtilités de la vie adulte. Son parcours a l'académie avait beaucoup joué dans sa maturation, d'autant plus qu'elle étudiait l'ingénierie et ses applications civiles ou militaires. Il lui était même arriver de travailler sur des prototypes sous la houlette de chercheurs renommés, voire d'en imaginer certains, bien qu'elle n'aie jamais eu l'assurance nécessaire pur présenter ses idées. En cet instant, elle prenait une pause. D'ici peu, beaucoup de clients afflueraient pour le repas du midi et il faudrait qu'elle tienne la cadence, aussi profitait-elle du petit temps mort pour se détendre avant l'instant fatidique, certainement le plus intense dans la journée d'un restaurateur. Elle en profitait également pour grignoter un morceau, ce qu'elle appréciait de faire en plein air, elle qui ne craignait aucunement le froid et, au contraire, l'appréciait. Ce fut avec un pétillement presque enfantin dans les yeux qu'elle leva la tête pour observer les premiers flocons tomber...avant de pousser un cri de stupeur lorsqu'un loup imposant apparut, tout près d'elle, sur la placette où elle se tenait. Ce fut au son de sa voix, qu'elle appréciait grandement, qu'Esmezia reconnut son amie dans un premier temps. Elle descendit alors de la monture qu'elle partageait avec Oloren.

-Alix ! Je savais que tu m'avais manquée, mais maintenant que je te vois, j'en suis sûre, tu m'avais beaucoup manqué ! dit-elle, appuyant les derniers mots.

Plongée dans l'étreinte soudaine de la rouquine, Alix était partagée entre la stupéfaction et le ravissement, lorsqu'elle Oloren et que ses yeux s'illuminèrent plus encore.

-C'est vraiment toi ?

Elle avait beaucoup changé, et ses cheveux avaient changé de couleur mais ça ne pouvait être qu'elle. L'une des amies les plus proches qu'elle n'aie jamais eu, et qui réapparaissait, accompagné d'Esmezia. Peut-être qu'elle rêvait.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Dim 9 Nov - 23:02

Myzraël s'écrasa au sol sans ménagement, après tout ce trajet, seule l'ambition d'aller se placer devant un bon feu aurait pu le faire bouger. Oloren en profita pour mettre pied à terre. Un silence s'installa pendant qu'elle détaillait Alix sous toutes les coutures. Elle l'avait reconnu à son petit cri d'étonnement, puis à ses joues d'enfants, à présent, elle la reconnaissait complètement. Cinq années étaient passées sans qu'elles ne se soient vues une seule fois, et à présent, les choses semblaient bien différentes : Alix servait dans une taverne, tandis qu'Oloren s'était démarquée comme une redoutable guerrière, comme tout le reste de sa famille. La main posée sur le pommeau de l'épée qui prenait place sur sa hanche, elle regarda encore une fois Alix de haut en bas avant de répondre.

- Woh, Alix, t'es tellement belle que je pourrais t'épouser, je crois ... Euh ... J'ai dit ça à voix haute ? Enfin bref, pour répondre à ta question ... A peu de choses près, c'est vraiment moi, Oloren.

Elle se contenta d'attendre ainsi. Elle ne pouvait relever son regarde d'Alix, mais s'approcher pour la prendre dans ses bras lui semblait impossible, autant que d'attraper une étoile. Bientôt, elle l'observa avec les bras ballants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Lun 10 Nov - 19:02

Ce n'était pas tous les jours qu'on la complimentait sur son physique, aussi Alix sentit-elle presque gênée de l'intervention d'Oloren et lui répondit, presque du tac-au-tac.

-Toi aussi ! Et j'adore tes nouveaux cheveux !

Voilà qui n'aurait pu être plus vrai. Elle avait toujours trouvé le rose trop tape à l'œil à son goût, et pas particulièrement esthétique. D'ailleurs, longtemps, elle avait pensé qu'il s'agissait d'une coloration et non pas de la véritable apparence capillaire de son amie. Mais finalement, la voilà qui arborait les mêmes teintes que son frère, et cela lui allait pour ainsi dire à merveille, mettant en valeur son visage adolescent. De là à parler de mariage...Esmezia se laissa aller à un sourire amusé. On lui avait fait le même coup à Rednow, lorsqu'ils s'étaient tous retrouvés. Llednar n'avait pas attendu un instant avant de clamer la beauté d'Inès, compliments certes mérités mais qui la laissaient, comme aujourd'hui, sur le banc de touche. Elle aurait presque pu finir par s'en vexer et pour tout dire l'était un peu, même si ces considérations étaient loin d'être essentielles à ses yeux. Rien ne l'empêcha pourtant de prendre la parole, taquine comme souvent.

-Et moi je suis affreusement laide, c'est ça ?

-Ce sont tes cheveux qui posent problème, répondit Alix, tout à fait sérieuse.

Esmezia s'étonna quelque peu du ton presque grave avec lequel son amie lui avait répondu. Elle savait pourtant qu'Alix était relativement coquette et passait un certain temps à se pouponner, prenant particulièrement soin de ses vêtements et de sa coiffure, mais elle n'aurait guère imaginé recevoir des conseils de sa part. En outre, elle ne voyait pas ce qui allait de travers avec sa propre chevelure. Le roux pouvait sembler un peu marginal, certes, cela dit elle trouvait qu'il s'accordait relativement bien avec son teint de peau. Cette pensée fit s'élargir son sourire, moqueur, destiné à sa propre personne. La voilà qui se mettait à se poser de réelles questions sur son apparence. On voulait qu'elle prenne des vacances, qu'elle se change les idées ? Parfait, elle ne ferait pas les choses à moitié. Sortis de sa bouche, les mots sonnaient faux, cependant elle tenta d'y mettre le plus d'authenticité possible :

-Qu'est-ce que tu me conseilles, alors ?

-Coupes les courts, au carré, avec un peu de volume ! Ça mettra ton visage en valeur, et ça va bien aux gens de petit gabarit. En plus tu as des yeux clairs, et un nez adorable, alors profites en !

Voilà qu'elle lui rappelait sa petite taille, maintenant, comme si ça ne la complexait pas assez comme ça. Mettre son visage en valeur, pourquoi pas...cela impliquait aussi la cicatrice infligée par Iyoh, mais elle voulait bien s'y essayer. À voir, plus tard. Elle avait des tas de sujets sur lesquels converser avec son amie, et nul doute qu'à elles trois, elles ne trouveraient pas le temps de s'ennuyer, mais Alix reprit bientôt la parole, posant une question qui lui était immédiatement venue à l'esprit lorsqu'elle elle les avait vu.

-Vous avez fait exprès d'arriver juste après Snori ? C'était une surprise, c'est ça ?

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Lun 10 Nov - 19:22

- Mes nouveaux cheveux ? Ils ont juste changé de couleur, mais c'est toujours les mêmes !

Elle se mit à détailler Zia en même temps qu'Alix. Il fallait admettre que, outre le style vestimentaire adapté à leur vie respective, Oloren et Alix se démarquait beaucoup plus qu'elle... Elle continua d'admirer l'ancienne tapissière pendant un moment, elle avait changé, elle aussi, elle était beaucoup plus sûre d'elle, et semblait bien moins malhabile de ses dix doigts. Lorsque vint la question de Snori, elle écarquilla les yeux et se pencha un peu vers Alix.

- Snori est là ? C'était pas spécialement prévu, non, mais pour la surprise, on peut toujours préparer un "coucou" en évitant de les prévenir, remarque ...

Haussant les épaules, elle passa la main sur son visage. Que pouvait bien faire Snori ici ? Dans sa quête de vengeance, il était étonnant qu'il n'ait pas commencé par examiner la scène du crime, ni questionner tout individu possible. Et si c'était toujours le motif de son départ, cela ne pouvait en être la raison véritable, elle le connaissait trop bien pour admettre que cela puisse être vrai, et se posait donc la question de savoir quel était le vrai but de son voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Lun 10 Nov - 19:48

Snori et ses amis qui rencontraient Adel par hasard près de Gotor, puis Oloren et Esmezia qui débarquaient à l'improviste, sans que cela n'ait été prévu de quelque façon que ce soit ? C'en était presque trop beau pour être vrai. Si ça continuait ainsi, Bartiméus allait bientôt venir leur passer le bonjour à son tour ! Alix en était si retournée qu'elle peinait à dissimuler son excitation et sa hâte de réunir tout ce beau monde. Tant pis pour sa pause, il fallait qu'ils filent droit à la taverne ! Oloren serait d'autant plus surprise de revoir sa sœur. Ah, pour sûr, ces retrouvailles allaient être intéressantes.

-Oui ! Il est arrivé il y a deux jours, venez !

Elle les mena ainsi à travers les rues de la ville, au grand bonheur d'Esmezia qui n'était pas certaine de pouvoir s'y retrouver seule. Les grandes cités, elle en avait visité un sacré paquet et en venait souvent à confondre leurs structures parfois relativement similaires. Le sens de l'orientation, très peu pour elle. Apprendre que son mentor était déjà sur place la ravissait, et surtout soulevait nombre de questionnements. Elle s'était doutée que, s'il avait abandonné la régence de l'Oran, son seul objectif n'avait pu être que de se lancer dans une quête solitaire. Quelque chose avait du mal tourner à un moment où un autre, à moins qu'il ne se soit simplement décidé à venir vivre ici. Lunatique comme il était, ça n'aurait presque pas été étonnant, quoiqu'elle l'imaginait difficilement abandonner ses responsabilités sans raison valable. Ils allaient pouvoir discuter de tout cela, et elle verrait s'il s'était remis de la mort de son frère par l'occasion. Alix ouvrait la marche, guillerette, avançant à si vive allure qu'elle devait parfois se retourner pour les attendre. Si elle avait eu l'autorité nécessaire, elle les aurait presque fait courir. Bientôt, ils arrivèrent à la porte de derrière du comptoir des trois filles, qui menait aux cuisines. Ilawen qui s'y trouvait, faisant bénéficier ses employés de ses propres talents de cuisinière, se stoppa immédiatement en voyant le trio d'amies s'approcher et vint étreindre Esmezia avec tant d'entrain qu'elle menaçait de la faire suffoquer. L'hovoïte pensa à se débattre les premières secondes, puis se ravisa bien vite. Ilawen était comme ça, ce n'était pas aujourd'hui qu'elle allait la changer. Quand elle ne la lâcha, ce fut uniquement pour lui plaquer deux mains puissantes sur les épaules.

-Tu nous a manqué ma chérie ! Et tu m'as l'air épuisée, alors ne dis rien ; tu fais partie de la famille, et tu es ici chez toi ! Quant à toi...hum...

La gérante du bar prit le temps de dévisager Oloren sous toutes les coutures, faisant le lien avec les descriptions que ses filles avaient faites de leurs différents amis. Cheveux blancs, air désinvolte, et cet énorme loup...pour sûr, ça ne pouvait être que la sœur de Bëorielle. Elle ne se souvenait en revanche aucunement de son prénom.

-Tu es cette petite Ehlkaÿd ! Alors mettons les choses au clair. À moins que tu me donnes une bonne raison de vouloir te tuer...considères que tu peux aussi te sentir ici chez toi ! Mais pas de bains de sang ou de drôles d'expériences, hein ?

La réputation d'Erlyn lui collait à la peau et déteignait nécessairement sur celle des rares membres de sa famille encore en vie. Parmi ses tristes faits d'arme accordés à tort, son plus célèbre et terrible demeurait celui qui lui avait valu le titre d'alchimiste. Une cité entière, plongée dans le chaos à cause de ses expérimentations douteuses dont personne n'avait vraiment compris les sources. Sur un continent comme Valato où les conflits armés étaient légions et n'avaient pas réellement cessés depuis l'émergence des tribus, peu de choses pouvaient susciter la peur. L'alchimie, science imprévisible et incompréhensible de l'immense majorité, faisait partie de ces rares tabous.

-Maman, râla Alix, Oloren n'est pas comme son frère.

Ayant quitté bien plus tôt que ses amis l’expédition sensée retrouver Nigfol, Alix n'avait jamais été réellement mise au courant des intentions et de l'histoire d'Erlyn. La rumeur avait circulé rapidement, tendant à l'innocenter, toutefois il demeurait à ses yeux un homme mystérieux et effrayant, au passé obscur et loin d'être digne de confiance.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Lun 10 Nov - 21:36

Oloren prit une inspiration difficile lorsqu'Ilawen évoqua son frère. Pendant ces cinq dernières années, on avait pris bien soin de ne pas prononcer son nom, ni même de l'insinuer dans une conversation, tant pour elle que pour Ilyanna. Elles l'avaient incinéré puis dispersé au vent. C'était toujours aussi difficile de se souvenir de lui, après tout ce temps, c'était une plaie toujours aussi ouverte. Une inconnue qui parlait mal de lui, encore. Encore quelqu'un qui ignorait la vérité. Encore quelqu'un qui ne tenait pas compte de tout ses efforts faits pour se repentir. Encore et toujours la même chose, toujours aussi injuste. Oloren connaissait la vérité. Avec Ilyanna, elle était la seule à savoir le véritable fin mot de l'histoire. Pourtant, un seul fait se précisait. Erlyn avait tout donné pour les autres, jusqu'à sa vie, il avait connu une gloire post-mortem qui n'avait fait que grandir sa légende, car Erlyn était une Légende. Tout cela pour rien. Erlyn n'avait existé pour rien. Il serait toujours, au fond, un individu sombre et mystérieux qui aurait été l'ennemi de tout un monde. Oloren considéra une nouvelle injustice : Erlyn était bien plus réputé en tant qu'ennemi dangereux qu'Edwig ne l'avait jamais été, et ce serait peut-être encore le cas malgré les événements récents. C'était plus que probable.

Oloren reprit une inspiration avant de répondre.

- Je vous remercie infiniment de votre hospitalité, et je suis ravie de savoir qu'Alix est entre les mains d'une personne qui semble aussi attentionnée que vous, cependant je ne vous permet pas de parler de mon frère, que ce soit les faits qui l'ont rendu tristement célèbre comme de ceux qui l'ont innocenté, j'ose vous rappeler que sans lui et ses précieuses interventions, moi, comme Alix, Zia, et probablement Snori, et tous ceux qui ont fait partie de l'expédition d'il y à cinq ans, le continent serait à feu et à sang, ce qui inclus que vous auriez probablement été carbonisé vous comme tous ceux qui vous tiennent à coeur, car c'est grâce à lui que nous avons pu parvenir jusqu'à notre but, afin de lutter à armes égales contre Gladys Engels. Je ne vous permet pas non plus de me définir par mon nom de famille, c'est insultant, j'ai l'impression d'être défini uniquement par les faits d'autres personnes de ma famille, et avec tout l'amour que je leur porte, je ne suis pas ma famille. Je suis Oloren Ehlkaÿd. Je suis moi. Et je me démarque par MA personnalité et MES actes.

Les larmes au bords des yeux, elle avait haussé le ton sur ces trois dernières phrases ... Elle reprit son calme avant de prendre congé.]

- Sur ce, je ne serait pas un parasite plus longtemps.

Elle alla rejoindre Myzraël, qu'elle avait laissé un peu plus loin de la porte d'entrée. Beörielle ayant entendu une voix familière les rejoint alors, la mine sombre ...

- Je suis vraiment désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Lun 10 Nov - 22:05

Le monologue d'Oloren fit s'abattre un silence de plomb dans la cuisine, tous tendant une oreille attentive à ce haussement de ton, Ilawen la première. Elle écouta le tout, sourcils haussés, ne comprenant pas vraiment la réaction de cette jeune femme qui tentait de lui prouver quelque chose. Sans doute que cet Erlyn n'était pas le monstre que l'on avait décrit par le passé, mais cela ne valait à son sens pas la peine de s'emporter ainsi. Elle n'avait pour sûr pas le tempérament de sa sœur aînée, qui était aussitôt venue s'excuser de ce qu'il venait de se passer. Esmezia observa tour à tour leur hôte et son amie, puis alla rapidement rejoindre cette dernière, faisant signe à Alix qu'elle revenait sous peu. Un parasite. Quel drôle d'idée. À aucun moment elle ne se serait doutée qu'Oloren puisse penser cela d'elle ou se vexer si aisément, s'il s'agissait bien de cela. Elle qui avait un si fort caractère, qui était indépendante, à l'épreuve de toutes les blessures, de tous les coups durs. Finalement, ces vacances imposées leur seraient bénéfiques à toutes les deux. C'était peut-être l'occasion pour elle de trouver une sérénité qui semblait lui être inconnue. L'hovoïte alla caresser machinalement le pelage de la louve, la remerciant au passage pour ces quelques jours qu'elle avait passé sur son dos, quelque peu embarrassée. Elle n'avait que rarement adopté ce rôle d'amie confidente, de personne apte à remonter le moral de ses compagnons. C'était une cavalière solitaire, pas une meneuse charismatique. Oloren en avait toutefois beaucoup fait pour elle depuis qu'elles s'étaient rencontrées, à Nora, aussi pouvait-elle au moins essayer.

-Ça va ? J'ignorais que tu en avais si gros sur le cœur.

Esmezia n'avait jamais réellement su que penser d'Erlyn. Il leur était venu en aide, mais ses actes n'avaient semblé être motivés que par la sécurité de sa petite sœur. L'impliquer dans ces conflits avait pour autant été une drôle de manière de s'en assurer. Enfin, Oloren avait certainement raison en vantant ses mérites. Il les avait sauvés, à Wuhm, et sans son intervention, ils auraient certainement péri également face au dragon-chiroptère qu'avaient déchaîné Iyoh Tzumihi et Edwig Luthness. Ces deux-là, qui déjà à l'époque, leur causaient tant de tort. La rouquine se gratta nerveusement la joue, tentant de chasser ces pensées. Elle en avait assez de penser constamment à ce passé qu'ils avaient autrefois partagé. La seule chose à en regretter était la bande d'amis qu'ils formaient, or voici qu'ils se réunissaient petit à petit, pour un avenir proche qui paraissait empli de joie.

-Tu sais, je compte rester quelque temps ici et...si en plus on a Snori et ta sœur...je sais pas, ça m'attristerais vraiment de ne pas te voir heureuse avec nous...


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Lun 10 Nov - 23:26

- Evidemment que j'en ai gros sur le coeur. Tu imagines passer ta vie désignée par des "Oh la petite Ehlkaÿd", "Oh la petite soeur de", "Votre frère était" ! Ca va, ouais ! Quand est-ce que les gens vont se rendre compte que y'a pas qu'un nom de famille sur nos gueules ? Et puis évidemment que j'en ai gros sur le coeur, c'était mon frère, Zia, t'en as pas douze, des frères, surtout quelqu'un comme Erlyn. Alors oui, quand on connait rien de lui et qu'on amalgame sur le champs, ça me rend triste, et je m'énerve parce que je suis nerveuse, j'l'ai toujours été jusqu'à maintenant ça n'a étonné personne. Imagines si on disait à Sno' que William était qu'un péteux bouquineur, tu pense qu'il serait dans quel état ? Mon frère était un putain de héros qu'on le veuille ou non, autant que Will' était un garçon adorable, mais je suis pas mon frère, alors je vois pas pourquoi on se permet la moindre insinuation entre lui et moi.

Essuyant ses joues d'une main, elle resserrait de l'autre son emprise sur les longs poils de Myzraël, qui baissa une oreille, sentant la différence de force.
Dans l'auberge, Beörielle, plus ampathique qu'elle ne pouvait le prouver, s'efforçait d'expliquer à quel point Erlyn avait pu troubler Oloren, et à quel point sa morte l'avait touchée, entre deux excuses, elle proposa aussi que l'on ne cite plus l'aîné de la fratrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 0:01

Esmezia comprenait la souffrance de son amie, parvenait à ressentir suffisamment d'empathie pour partager une partie de l'émotion que pouvaient susciter chacune de ces parcelles de douleur qu'elle lui exposait, mais ressentait toutefois une pointe de déception. Non pas envers la réaction de la jeune femme, parfaitement compréhensible, mais du fait qu'elle semblait rediriger sa colère contre elle alors qu'elle ne cherchait qu'à lui venir en aide. Elle aussi avait longtemps vécu dans l'ombre de sa famille. Sa renommée n'avait rien à voir avec celle des Ehlkaÿd, mais le nom des Fambriel demeurait connu à Hovo, si bien qu'on l'associait constamment à sa lignée buissonnante, dans laquelle aucun mouton noir n'était toléré. Ainsi en était-il : les hovoïtes de Fangiel étaient de braves agriculteurs, qui ne reconnaissaient la violence et se complaisaient de leur désintérêt envers les affaires du monde. Elle avait du exercer sa passion en secret, s'enfuir, rejoindre Snori, alors inconnu à ses yeux, en prenant des risques inconsidérés pour ce faire. Puis elle l'avait suivi jusqu'au bout du monde et avait fini par s'isoler afin de se faire un nom. Tout ça, elle ne l'avait pas faite car elle en avait l'obligation, mais parce qu'elle tenait plus que tout à se forger une identité dont elle pourrait être fière. Et aujourd'hui, peu lui importait ce que pouvaient en dire les tout-venants, elle savait qui elle était.

-Si on disait cela à Snori...je pense qu'il répondrait par un simple sourire. Comme toujours. Il se ficherait bien de ce que peuvent dire les médisants. Toi qui l'apprécie tant tu devrais le savoir.

La jeune épéiste s'approcha de sa camarade, suffisamment proche pour qu'elle puisse sentir sa présence sans pour autant engager de contact physique. Oloren n'avait pas besoin qu'on la dorlote et qu'on la câline, il lui fallait dans un premier temps cicatriser une plaie purement psychique. Elle poussa un long soupir. Les soucis de son amie ne dataient pas d'aujourd'hui, et quitte à que quelque chose se rompe entre elles, l'évoquer ne pourrait qu'aller dans son sens.

-C'est vrai que tu as toujours été nerveuse, et c'est pas un mal de laisser parler ses émotions. Mais tu devrais aussi apprendre à...te modérer ? Prendre le temps de ne rien faire, tu sais ! Sans penser aux conséquences...aux gens...Bon, pour sûr, vu ce qu'il se passe dans le monde, c'est pas le moment idéal, mais...on peut essayer, non ?

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 0:14

- Ah mais on peut essayer tout ce que tu veux du moment qu'on vient pas me causer d'Erlyn ... Et la modération, j't'en foutrait d'la modération, non mais sérieux, "pas de bains de sang ou de drôle d'expérience" ! Ben dit tout de suite que j'suis une putain de meurtrière sans état d'âme, tant qu't'y est ! Pourquoi est-ce qu'on peut pas nous voir tels qu'on est ? Qu'est-ce que j'ai fait pour qu'on me juge sur des choses pour lesquelles je suis même pas impliquée : j'était même pas née à ce moment là !

Elle soupira lourdement, relâchant sa prise sur la fourrure de Myzraël, qui se rallongea au sol. Elle avait peut-être effectivement besoin de parler, mais les choses étaient allées si bien depuis qu'ils s'étaient séparés des autres qu'elle avait pris un choc sous les mots d'Ilawen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 0:23

Alors c'était simplement cette petite remarque qui l'avait mise dans un était pareil ? Finalement, ce n'était peut-être pas si grave qu'il n'y paraissait. Ilawen n'était pas la plus fine des femmes, bien au contraire, la franchise et tous les aspects traditionnellement masculins des relations humaines lui plaisaient bien plus que les conversations mièvres des jeunes filles. Esmezia la connaissait et s'était faite à ses quelques maladresses, mais si une chose était certaine, c'est qu'elle ne pensait aucunement à mal, pas plus en cette occurrence que d'accoutumée. Voire moins ! Ses filles étaient les choses auxquelles elle tenait le plus au monde, et les amies de ces deux-là faisaient toujours l'objet d'attentions particulières de sa part. Elle-même en était la première bénéficiaire. Elle sourit à Oloren.

-Tu peux être sure qu'il s'agissait d'une simple boutade. Pas des plus habiles, ça je te l'accorde, mais rien de plus.

L'hovoïte s'était accroupie au moment où la louve s'était baissée. Presque imperceptiblement, elle s'était appuyée sur elle alors qu'elle conversait avec son amie, compensant ainsi la faiblesse de sa jambe gauche. Elle ne supportait pas encore de la laisser tendue bien longtemps, sentant le peu d'énergie qui y circulait la quitter. Même si elle savait ce handicap passager, cela la faisait se sentir incroyablement vieille. Du contrebas, elle lança un regard compatissant envers Oloren.

-Allez, on va pas faire attendre Snori ! Et puis, tu sais, si tu as tant de choses qui bouillonnent en toi, hésites pas à m'en faire part. On est amies.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 0:30

- Je sais bien qu'on est amies, seulement je veux pas qu'on parle de mon frère. Je veux pas non plus qu'on l'insinue dans une conversation, c'est un truc intégré depuis cinq ans, c'est encore vif, de mon coté, tu vois ... Et puis me parle pas de me modérer quand elle fait une "boutade" en me désignant comme ennemie numéro 1 potentielle, sérieux, ça la fous mal. Et Snori pourrait bien attendre dehors sous la neige avec un vent fort que j'me presserait pas plus pour lui : j'me suis déjà trop fait d'mal pour c'bonhomme, si tu vois ce que je veux dire.

Oloren mis pied à terre, puis passa les bras de Zia autours de ses épaules, attrapant ses cuisses pour la soulever assez facilement.

- J'vais encore avoir l'air maligne, à revenir alors que j'l'ai envoyé s'faire foutre ... Signé Olo', hüni de service.

Elle se mit en marche en portant Esmezia, retournant sur ses pas pour rejoindre Alix et Ilawen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 20:48

Esmezia ricana lorsqu'Oloren entreprit de la porter. Elle en faisait trop, comme toujours, mais c'était un des traits qui rendait son caractère attachant. De retour à la porte du bar, elle fit simplement signe à Ilawen que tout allait bien et salua brièvement Bëorielle, qu'elle connaissait simplement de nom et de visage. L'hovoïte remit pied à terre et observa leur hôte qui était aller s'adresser au gérant de l'établissement. Pour aujourd'hui, hors de question de travailler une minute de plus ! Elle-même, ainsi que ses filles et Snori rentraient immédiatement. Une telle débandade eu avant le coup de feu aurait pu être préjudiciable s'ils ne croulaient pas sous les concurrences au poste ; ils disposaient donc d'une liste des plus exhaustives de jeunes prêts à jouer les serveurs pour une après-midi, et qui seraient disponible dans l'immédiat. Travailler au bar n'était évidemment pas une fin en soi, mais se faire remarquer pour son assiduité par la propriétaire de l'hôtel le plus luxueux et réputé de la région pouvait avoir ses avantages. Ainsi, les invitées surprises allaient pouvoir se rendre directement chez Ilawen, dans cette immense demeure qu'Esmezia affectionnait particulièrement. Elle les y mena, entamant une logorrhée incessante incluant un nombre hallucinant de questions, allant jusqu'à oublier de mentionner le cas des deux absents. Ce ne fut que lorsqu'on le lui rappela qu'elle informa les filles que Snori et Adel prenaient leur pause et les attendaient déjà sur place. Alix s'était placée sur le second flanc de l'ancienne disciple du sang-bleu, soutenant son second bras pour l'aider à marcher. Sa blessure aurait pu récupérer plus rapidement si elle n'avait pas ainsi chevauchée durant les quatre derniers jours, mais les choses iraient mieux à présent. Et puis, même si elle acceptait l'aide de ses camarades, elle ne voulait pas devenir un poids mort pour autant. Elle se savait svelte et basse de taille, mais s'en serait voulue de laisser Oloren la porter, d'autant qu'il y avait un peu de chemin. La maison de famille des Fabbs était en effet située en périphérie de la ville, partiellement dissimulée derrière une petite étendue boisée qui ne laissait filtrer aucun vis-à-vis. Ilawen y avait vécu avec son mari et son seul véritable enfant, bien des années auparavant, puis s'était efforcée de rénover l'endroit. Il fallait suivre un sentier pour s'y rendre, mais le jeu en valait la chandelle. Il s'agissait d'un chalet aux impressionnantes dimensions, joignant l'esthétique extérieure du bois à des murs de pierre isolant parfaitement la chaleur par temps froid, et aux multiples cheminées. Ce premier élément rendait dores et déjà l'habitation attrayante : on n'y avait jamais froid. Et si ce n'était que ça. Le hall était également une pièce à vivre étendue, dont l'un des murs était une baie vitrée donnant sur un paysage plongeant particulièrement beau sous la neige. Cuisine, multiples canapés, couvertures, bibliothèques, jeux multiples ; il y avait dans ce seul lieu le nécessaire pour passer de nombreuses journées sans s'ennuyer un seul instant et sans même avoir à se déplacer. Une fois avancés depuis l'entrée, ils pouvaient monter quelques marches pour arriver au corridor menant sur les différentes chambres, dont le nombre s'élevait à sept. Enfin, dans un coin, un escalier menait au véritable rez-de-chaussée, qui faisait à la fois office d’entrepôt, de garage, d'atelier ou de gymnase. Il était impossible, compte tenu de la masse d'objets accumulés depuis toutes ces années, le confort et la place disponible, de ne trouver en ce lieu chaussure à son pied. Encore fallait-il, évidemment, apprécier de vivre en petite communauté, mais n'était-ce pas pour cela que tant adoraient venir ici en vacances ?

La jeune rouquine se souvenait parfaitement de la dernière semaine qu'elle avait passé dans cette demeure. Jamais de sa vie elle n'avait aussi bien dormi que dans les lit large et chaud de la chambre qui semblait lui être attitrée, et elle avait découvert sur ces étagères des ouvrages qu'elle n'aurait jamais espéré croiser dans les bibliothèques des plus grands palais de Valato. Pour sûr, ils n'avaient rien de recueils philosophiques ou de traités militaires, mais ces romans valaient le détour. Et puis, il y avait ces soirées passés au coin du feu à discuter avec son amie, une boisson chaude à la main, emmitouflée dans des plaides dont elle n'aurait pu imaginer la douceur avant de les essayer. Snori était pour sa part déjà assis sur l'un des canapés, en face d'Adel, les deux n'était séparés que par une table basse sur laquelle un plateau en bois était déposé, et des figurines taillées éparpillées. Visiblement, l'adolescente était en pleine explication des règles d'un jeu qui était en phase de passionner l'ancien monarque, et il fut presque navrant de devoir ainsi les interrompre tant tout deux faisaient preuve de concentration. Un large sourire se peignit toutefois sur le visage d'Esmezia lorsqu'elle découvrit celui de son mentor. Il allait bien mieux qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Ses traits affichaient la même joie de vivre qu'à l'accoutumée, ou plutôt qu'auparavant. Il rayonnait effectivement de la même aura charmante qu'avant son entrée en fonction et le stress que cela avait du impliquer. Elle avait hâte de savoir ce qu'il avait traversé depuis, et pourquoi il se retrouvait ici, mais elle était ravie de le retrouver dans ces conditions. Elle remarqua alors la troisième personne les accompagnant. C'était un jeune garçon d'assez grande taille, les cheveux sombres, indéniablement beau et charismatique, bien que d'apparence enclin à la fanfaronnade. Elle n'avait souvenir de l'avoir déjà rencontré, pourtant il était certain qu'il ne lui était pas inconnu. La question ne la trotta toutefois pas bien longtemps, Snori s'étant avancé vers eux pour venir les accueillir tandis qu'Ilawen refermait la porte derrière elle. Son sourire disparut aussitôt qu'il vit la mine tirée de sa protégée, et elle s'empressa de le rassurer.

-Rien de grave, te fais pas de mouron. Je suis là pour récupérer.

-Alors compte sur moi pour te couver ! Si vous êtes là c'est qu'il a du se passer tout un tas de choses !

-Ça, t'imagines même pas...on va tout te raconter ; mais tu vas devoir nous dire ce que t'as fais toi aussi. Je trouvais que la couronne t’allait bien.

Ils retournèrent tous s'installer, non pas sans qu'il eut d'abord embrassé affectueusement les deux nouvelles arrivantes. Adel avait profité de leur petite discussion pour ranger ce qu'elle avait commencé à installer et s'éclipser, blême. Esmezia avait craint ce genre de réaction et l'avait regardé s'éloigner, dubitative. Elle irait sans doute lui parler ultérieurement, afin qu'enfin la rancœur tenace qu'on nourrissait à son égard puisse s'assainir. Avant qu'ils ne commencent leurs récits respectifs, Snori se tourna vers son cousin.

-Je vous présente Seth ! Le frère d'Anya, que vous connaissez déjà. Le beau-frère du roi, donc. Seth, ce sont Oloren et Zia.

Esmezia s'inclina bas devant lui, s'amusant du fait qu'elle n'avait désormais plus à respecter envers Snori une étiquette qu'elle n'avait de toute manière jamais réellement prise en considération. Le sang-bleu, lui, voyait des bénéfices à leur rencontre. Seth avait déjà formulé le désir de devenir un épéiste d'une qualité rare, et il lui semblait lui avoir enseigné tout ce qu'il pouvait, en sa propre qualité. Après tout, même s'il avait à une époque été un combattant compétent, il était loin d'avoir ne serait-ce qu'effleuré le niveau véritable des plus grandes escrimeurs. Le doute n'était en revanche pas permis quant au fait que son ancienne disciple l'avait de loin surpassé. Si Seth tenait réellement à se perfectionner auprès d'un professeur compétent, il n'avait plus qu'à regarder devant lui.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 21:16

Deux jeunes femmes venaient d'arriver dans le chalet. L'une était vraisemblablement la soeur de Bëorielle, tandis que l'autre était sans aucun doute Esmezia Fambriell, épéiste de renom ayant participé à l'expédition de Snori il y a quelques années. Leurs beautés, bien que très différentes, étaient sans pareil. Quelle chance avait Seth que de voyager avec son cousin. Il croisait ainsi toutes les personnes qu'il admirait depuis bien longtemps sans jamais avoir pu les rencontrer.
Il fut néanmoins assez surpris lorsque la rouquine s'inclina devant lui avec une certaine maladresse, il fallait le dire. Même si cela ne faisait que quelques semaines qu'ils étaient parti de Nora, Seth avait oublié toutes les manières de la cour. Sa vie était bien plus intense maintenant. Pourtant, si l'épéiste jouait ce jeu, pourquoi ne pas lui rendre la pareille?

Lorsque la jeune femme eut cessé de cambrer le dos, Seth fit lui même la révérence, agrementant le mouvement par un moulinet du poignet, puis fit le baise-main aux deux demoiselles avec un sourire respectueux mais quelque peu ironique.

- Mesdames, je suis enchanté de vous rencontrer! Les légendes qui me parviennent à votre sujet sont fascinantes!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 21:24

Oloren avait choisi de faire mine basse, compte tenu de son comportement envers Ilawen, même si elle se doutait que celle-ci ne lui en tiendrait pas rigueur bien longtemps. Probablement supposerait-elle un manque de repos, ou trouverait-elle une autre raison de classer cela dans un acte banal sans grand intérêt. Beörielle avait un peu rassurée sa soeur, lui informant de tout ce qui c'était passé depuis son départ, bientôt, toutes deux n'eurent plus de secret quant aux derniers événements. Une fois arrivée sur place, la cadette Ehlkaÿd fut présentée à un espèce de môme un peu trop sur de lui, peut-être même un peu prétentieux. Elle s'en amusa, car elle avait à peu de chose près le portrait de ce qu'elle était lorsqu'elle avait rejoint la première expédition. Cependant, lui était capable de compliments !

- Yo. répondit-elle simplement.

Son regard s'évada un peu sur la fille avec qui Snori parlait au départ. Elle s'était éclipsée sans faire de bruit, et semblait un assez déçue. Fidèle à son comportement, elle disparût sans un bruit de la même manière que Beörielle quelques jours avant ça, la rejoignant en douceur après être réapparue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 22:13

Adel s'étonna de voir la jeune femme apparaître devant elle, alors qu'elle était sur le point de rentrer dans sa chambre. Elle était pourtant persuadée que personne ne l'avait suivi, et il n'y avait guère d'autre entrée possible que la porte où les fenêtres. Et quand bien même, elle l'avait vu pénétrer dans la demeure en compagnie des autres ! À moins que, de loin, elle ne l'aie confondu avec sa sœur...mais ça ne tenait aucunement la route. Rien de toute cela ne tenait la route quoiqu'il en soit ! Tentant de conserver un calme qu'elle aimait à afficher, elle adressa un timide sourire à la fonceuse, dont elle connaissait le nom. Elle était après tout l'une des amies chères de sa sœur d'adoption, aussi avait-elle fini par l'identifier bien qu'elle ne l'aie jamais vu auparavant. Le lien physique avec Bëoriele, plus qu'évident, avait fait le reste.

-Oloren ? Comment avez-vous fait ça ?

À quelques mètres de là, Esmezia avait levé les yeux au ciel lorsque le cousin de son mentor avait déposé ses lèvres sur le dos de sa main. Sa première impression avait été la bonne : il s'agissait là d'un drôle d'énergumène. Même dans les milieux les plus nobles, on ne pratiquait plus le baise-main depuis des décennies. Elle ne lui en tint toutefois pas rigueur et fut au contraire amusée par ce brin d'extraversion volontairement marginale, se mettant à la place de ce jeune homme qui devait nécessairement ressentir un semblant de gêne face à ces inconnues qui formaient avec la plupart des personnes ici présentes un groupe déjà uni. La vanter sur ses exploits aurait pu la flatter si le monde entier ne le faisait pas déjà, mais elle ne s'en formalisa pas et alla s'installer sur un sofa en poussant un soupir de soulagement. Une louve géante, c'était une chose, mais ça ne valait pas le confort d'un véritable mobilier d'intérieur. Elle remarqua alors qu'Oloren avait disparu, mais, ne pouvant de toute manière pas contrôler l'impulsivité de son amie, décida de ne pas aller à sa poursuite ou même de savoir ce qu'il en était. En cet instant, plus rien d'autre que Snori ne comptait réellement à ses yeux tant elle était avide d'écouter son histoire. Alix et Ilawen ne tardèrent pas à les rejoindre, curieuses d'avoir le point de vue d'une personne proche du pouvoir quant au déroulement de cette fameuse quête de Düïrhir, et peut-être sauraient-ils enfin la vérité sur la destruction de Rednow. Seules des rumeurs s'étaient ébruitées, le peuple ne comprenant pour l'heure pas réellement de quoi il avait pu s'agir. On parlait ça et là d'un incident technologique, cependant rien n'était sûr. Consciente de ses responsabilités et du poids que ses paroles pouvaient avoir, la jeune épéiste informa dans un premier temps ses camarades de la nature confidentielle de son récit, qui ne tarderait certainement pas à venir.

-Je veux bien tout vous raconter, mais je vous fais confiance pour ne répéter ça à personne, hein ?

Les deux femmes acquiescèrent aussitôt. Comment aurait-il pu en être autrement. Pour sûr, elles étaient prêtes à garder le silence, mais hors de question de ne pas étancher leur curiosité. Esmezia, certaine qu'elles tiendraient cette promesse, se retourna vers son mentor qui commença alors à narrer les récents événements. Il n'évoqua que peu son abdication, ne parlant que d'un désir de vengeance en obscurcissant le pression imposée par Fushy. Son amie savait évidemment ce qu'il en était de ses origines, cela dit il ne tenait pas à ce que l'information se répande outre son cercle relationnel le plus proche. Vint ensuite le « recrutement » douteux de ses deux compagnons d'aventure, puis le détail de leur trajet. La partie la plus intéressante concerna nécessairement Habeth et leur brève excursion, ainsi que la prise de conscience à laquelle il fut sujet à ce moment. La rencontre fortuite avec Adel les avait par la suite guidé jusqu'ici. Esmezia, qui n'avait eu aucune nouvelle d'Habeth depuis la fin de la guerre, s'étonna quelque peu d'apprendre à quel genre d'activités sanglantes elle s'était adonnée, mais ne fut pas estomaquée pour autant, n'ayant jamais été très proche de la soldate. L'abandon de l'idée de vengeance pour Snori l'enchantait en tout cas. Il semblait avoir fait son deuil, pour le mieux. L'ancien roi évoqua ensuite avec amusement la disparition soudaine de Lev quelques jours auparavant, ce qui amusa la rouquine, l'ayant depuis retrouvé. Elle se promit d'évoquer ce point lorsque le moment propice serait venu, soit vers la fin de l'histoire qu'elle avait à narrer. Tous étaient désormais pendus à ses lèvres. Elle ne se complaisait guère dans son rôle de narratrice, n'ayant un parler très soutenu, mais fit abstraction de cela et se lança.

Il lui fallut une bonne demi-heure pour en venir à bout, pourtant personne ne l'avait interrompu. Elle avait décidé de tout faire dans l'ordre, à commencer par sa rencontre avec Solunthes, puis la transmission de son stratagème à Kellue et Ohihir. Vint ensuite la formation de l'expédition pour la recherche du faux artefact, puis le voyage en soi. Ils s'étaient longtemps perdus dans cette forêt sans fin, abattus par la pluie incessante, puis avaient du affronter ces autochtones dont nul ne connaissait l'existence, ainsi que leurs redoutables reptiles à moitié domptés. Ceux-ci furent des adversaires de poids dont ils n'auraient certainement pu se défaire sans les pouvoirs formidables de Wahlo, métamorphosé grâce à Nahaow. Ressentant enfin l'appel, Oloren les avait comme prévu guidé vers Véonde, d'où ils s'étaient tirés non sans dommage. Elle s'attarda longuement sur son combat contre Iyoh et son semblant de mort. Sans l'intervention rapide de Solunthes, elle n'y aurait pas survécu. Voyant la curiosité dans le regard de ses auditeurs, elle souleva son haut pour leur présenter la plaie au-dessus de son nombril. Elle était parfaitement cicatrisée mais n'avait pas belle allure, et resterait probablement à vie. Quoiqu'il en fut, ils perdirent l'un des leurs à cet instant et fuirent à dos de dragon. Une drôle d'expérience, que peu pouvaient se targuer d'avoir vécus. Le reste, même pour eux, avait été particulièrement rapide. Kesron avait bêtement envoyé ses troupes au suicide, et Edwig avait attaqué Rednow. Elle ne savait pas précisément comment la cité avait été détruite mais soupçonnait l'ancienne Ombre de l'avoir faite exploser. Le déferlement de nouvelles laissa Snori pensif. Il fallait d'abord se remettre de tout cela et tirer les choses au clair. Ainsi, il y avait un artefact du nom de Solunthes qui était désormais leur allié, face à Edwig, possédant les pouvoirs réunis d'Athis et Ohihir. Au moins, il était rassurant de savoir qu'Edward avait la situation en main.

-Edwig, intervint Alix, c'est le type qui accompagnait Iyoh, il y a cinq ans ?

-C'est bien lui, confirma Esmezia. Le grand balèze.

-Et...si j'ai bien compris...il est impossible à arrêter et peut détruire n'importe quelle ville ? On est donc en sécurité nulle part ?

-Dis comme ça, c'est effrayant, mais...oui. Tant que ce qu'il reste du conseil et Solunthes n'ont pas conçu ce dont ils avaient besoin, il peut possiblement nous tomber dessus à chaque instant.

L'annonce jeta comme un froid, qui n'atteignit pourtant pas Snori, car un élément en particulier l'avait marqué. Melody avait de nouveau disparu.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 22:28

Oloren s'accroupi pour se mettre à la taille d'Adel, et aussi parce que ses jambes commençaient à la lancer un peu, après toute cette marche et cette monte.

- Tout dépends de quoi tu parles. Comment j'ai fait pour arriver ici, en ce lieu ? Ou ici devant toi ? Comment j'ai fait pour qu'on ne me vois pas, ou comment j'ai fait pour faire qu'on ne me vois pas ?

On lui parlait peu souvent de ses capacités, principalement à cause du fait qu'on lui parlait surtout de sa famille et de la renommée de celle-ci, alors pour une fois que l'on s'intéressait à autre chose que ces deux précédents sujets, elle ne manquerait pas d'en parler sur commande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 22:53

Adel répondit premièrement par un froncement de sourcil face au niveau relativement douteux du sarcasme de son interlocutrice, toutefois le sujet l'intéressait réellement. Elle étudiait les différents pouvoirs de Valato auprès de certains spécialistes de l'université, or celui des Ehlkaÿd faisait office d'exception tant ses limites demeuraient floues au yeux des savants les plus érudits. Comprenant qu'elles allaient possiblement se lancer dans une conversation susceptible de durer, l'adolescente ôta son long manteau et le replia, le laissant pendre sur son bras droit replié sur son abdomen. La tenue dans laquelle elle se retrouva alors, couplée à ses traits encore juvéniles, pouvait susciter l'étonnement. Elle était frêle, portait un pantalon bouffant serré à partir des genoux, de hautes bottes sombres et un chemisier aux manches longues, dont l'extrémité étaient surmontées par les gants noirs qu'elle ne quittait que rarement. L'air à la fois malicieux et studieux sur son visage complétait le tout en lui accordant un charme étrange. On ne croisait que peu de gens de son âge avec un tel maintien et une certaine élégance, quand bien même elle n'était aucunement issue d'un milieu noble. Adel constituait, en somme, un contraste à elle seule. Contraste avec ses origines, son âge, son comportement. Il n'était guère possible de rester indifférent face à elle. Ce fut sur un ton qu'auraient employés des chercheurs professionnels qu'elle répondit finalement.

-Très précisément, je me demande comment vous avez pu parcourir une telle distance en si peu de temps. Je sais que les fonceurs en sont capables, mais ce n'était pas ce pouvoir qui a été utilisé, il laisse toujours derrière lui une aura visible et produit un son distinct. Quant aux capacités de votre famille, j'ai cru comprendre qu'elles permettaient de ralentir le temps dans une moindre mesure et une moindre zone, et que cela avait un coût sur votre longévité, alors il ne correspond pas non plus à ce que je viens de constater.

Tout du long, elle l'avait fixé droit dans les yeux, sans cligner les siens.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Mar 11 Nov - 23:08

Oloren ricana en se redressant. Elle avait à faire à une personne bien trop intelligente et ne se sentait pas de rentrer dans les termes techniques, surtout pour quelque chose d'aussi particulier que son pouvoir. Elle répondit simplement, de façon aimable et gentille.

- On a pensé que j'étais fonceuse, autrefois. C'est pas le cas. Ça ne l'as jamais été. Comment je suis arrivée ici aussi vite ? Je l'ai voulu. Alors je l'ai fait. Et quant aux particularité du don de ma famille et à ses coûts, tu n'es pas tout à fait exacte. Mais c'est un bon début.

La jeune fille aux cheveux blancs sourit. Sa grande soeur la surveillait, et elle savait pourquoi. Le don des Ehlkaÿd était un trésor familial dont les spécificités n'étaient expliquées qu'aux membres du clan, cependant, elle jugeait intéressant d'intriguer une personne telle qu'Adel. Elle s'imaginait que l'ancien maître savoir qu'elle avait connu cinq ans auparavant devait être à peu de chose près identique, dans sa jeunesse.
Elle fit un pas en avant. Pendant un instant, elle sembla apparaître à trois endroits différents, l'espace d'une fraction de seconde, avant de n'être plus qu'une, marchant vers les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 13 Nov - 15:37

Adel resta pensive un instant face à cette petite démonstration. Elle était déçue qu'on ne lui donne pas plus d'informations quant à ce spectacle dont elle venait d'être témoin mais pouvait comprendre que les Ehlkaÿd veuillent conserver certains de leurs secrets. Elle reviendrait bien vite à la charge de toute manière. L'après-midi passa assez vite, et Alix décida de rester avec ses amis plutôt que de rejoindre l'université. Sécher ainsi ses enseignements lui posait un cas de conscience, ceci étant elle ne se l'était jamais permis jusqu'à lors, aussi cela lui semblait-elle raisonnable. Elle discuta beaucoup avec ses deux amies retrouvées, évoquant parfois les tristes événements concernant des personnes qu'elles appréciaient communément, mais ne s'y attarda jamais, soucieuse de ne pas remuer le couteau dans une plaie encore ouverte. L'ancienne tapissière s'occupa comme elle en avait eu l'idée des cheveux d'Esmezia, les coupant court en un carré qui s'arrêtait au niveau de sa nuque. Snori ne manqua pas de s'amuser de sa nouvelle tête. Eux deux avaient toujours porté les cheveux particulièrement longs compte tenu de la norme de leur genre respectif, et les avaient désormais plus écourtés que jamais. À l'un ou à l'autre, cela n'allait pas si mal, et leur donnait un air plus âgé, plus mûr. Malgré le temps d'acceptation, l'hovoïte finit par se faire à cette apparence et se fit la remarque qu'il serait favorable pour les combats à venir de ne plus être dérangée par quelque rébellion capillaire. En outre, Alix avait eu raison : cela mettait en valeur yeux. L'étonnement quant aux compétences multiples de sa coiffeuse improvisée ne décroissait pour sa part aucunement. Il fallait croire qu'en cinq ans, Alix avait appris à tout faire, avec plus ou moins de brio. Sa maladresse d'autrefois n'était bien due qu'à un manque d'éducation et d'instruction, qui s'étaient compensés petit à petit sans pour autant atteindre sa personnalité.

Lorsque vint le soir, ils décidèrent de dîner ensemble, afin d'inaugurer le début de leur cohabitation. Ilawen était soucieuse du bien-être de chacun et ne voulait aucunement leur imposer son mode de vie. Tout avait été dit clairement : cette demeure lui appartenait, mais ils y étaient chez eux autant qu'elle. Ainsi, elle n'insisterais jamais pour instaurer un rythme quelconque, à n'importe quel niveau, alimentaire compris. Ils s'attableraient ensemble aujourd'hui mais chacun ferait à l'avenir comme bon lui semblait. Alix leur apprit qu'Adel ne souhaitait pas se joindre à eux, ce qui contraria Ilawen. Elle souhaita aller l'en convaincre, voire l'y forcer, mais Esmezia finit par l'en dissuader. Snori, qui habitait ici depuis quelques jours désormais, s'étonnait de voir ce revirement soudain du comportement de l'adolescente. Elle était certes introvertie, mais se montrait constamment souriante, accueillante. Depuis l'arrivée des deux invitées surprise, toutefois, elle se refermait sur elle-même et ne se gênait pas pour leur faire comprendre qu'elle ne souhaitait en aucun cas leur adresser la parole. De ce que lui en avait dit Alix, c'était sa disciple qui était à l'origine de ce revirement soudain, aussi lui fit-il part de ses questionnements sans détour, tandis qu'ils installaient la table.

-Qu'est-ce qu'il se passe, avec elle ?

Il n'y eut pas besoin de mettre un nom sur la personne désignée, tout deux sachant parfaitement de qui il s'agissait. Esmezia sembla pensive un instant, et tira un air morose tout en répartissant les assiettes.

-Tu te souviens de cette Ombre, à Gotor, la première fois qu'on y est allé ?

Le sang-bleu lui fit signe que oui. On ne pouvait guère oublier ce genre de moments. Ils s'étaient rendus à Gotor afin d'empoisonner les réserves alimentaires de l'armée naïlikane, mais n'étaient parvenus à s'enfuir suite à leur sabotage. Lui et Bartiméus avaient été sauvés in-extremis par Erlyn et ses gardiens alors qu'on menaçait de les pendre, et ce fut à cette occasion que Snori aperçut pour la première fois un automate de guerre. Il leur fallut fuir, face aux troupes de réserves locales et aux quelques Ombres affectées à leur poursuite.

-Celui avec l'arbalète ? demanda-t-il.

-C'est ça. C'était son frère.

-Oh...

Leurs regards se croisèrent tandis qu'un silence gêné se profilait, aussi se remirent-ils à l’élaboration du plan de table afin de ne s'attarder longtemps sur le sujet. Esmezia n'était pas fautive dans cette affaire, ceci étant, lorsque Snori tentait de se mettre à la place de l'adolescente, il ne pouvait que comprendre sa réaction et entrevoir ses sentiments contraires. Il faudrait crever l'abcès d'une manière ou d'une autre à un moment. Peut-être tenterait-il d'en parler directement à Adel lorsqu'il la reverrait, puisqu'elle semblait l'apprécier. Les convives finirent par s'attabler et l'hovoïte, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, s'adressa à Seth.

-Compte tenu de la situation, ça m'étonne que tu ne rentres pas à Neims, auprès de ta sœur. Enfin, de votre sœur. Excusez mon impudence, mon prince.

Ses dernières paroles étaient prononcées sur le ton de la raillerie. Seth ne semblait guère être le genre de nobles à cheval sur l'étiquette, mais elle se plaisait beaucoup à taquiner les Pendragon.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 13 Nov - 16:11

Oloren avait principalement écouté Alix parlé lors de leur discussion. Elle n'avait dit un mot durant le moment pendant lequel Alix avait coiffé Zia, et s'était bien gardée de le faire ensuite. Plus elle regardait l'ancienne tapissière, plus elle l'admirait. Au final, elle n'avait hérité que d'un don exceptionnel et avait appris à se battre, ce qui ne laissait guère beaucoup d'option dans sa vie, en terme de projet de vie. Alix, en revanche, avait appris à faire à peu près tout et n'importe quoi, et tout cela sans un faux pas, sans rien faire de travers. Elle n'était plus cette petit blonde maladroite qu'elle avait connue. Plus tard, elle s'éclipsa discrètement pour aller exercer une sorte de méditation dont les siens avaient le secret. Allongée sur le sol, les paumes vers le ciel, les yeux fermés, à première vue, on aurait supposé qu'elle fasse une sieste, mais en y regardant de plus près, ses doigts se pliaient et se dépliaient dans un ordre précis et respecté scrupuleusement.

Puissance. Amour. Courage.

Elle avait appris à écouter tranquillement cette voix. Elle ne répondait plus, elle se contentait d'écouter et d'apprendre, car c'est ce qu'elle faisait. Elle apprenait. Prenant son temps, ainsi couchée dans l'herbe, bien à l'abri des regards, elle écoutait et apprenait.

Yra fut la première. Elle eut deux prétendants. Mais Yra n'aimait pas choisir. Faire un choix lui demandait de réfléchir. Et Yra n'aimait pas réfléchir. La réflexion demande du temps. Alors elle en demanda aux deux prétendants.

Oloren arrêta de plier et déplier ses doigts. Des images lui vinrent en tête. Elle voyait une belle femme aux cheveux noirs. Vêtue de longs linges blancs légers qui laissaient brièvement voir de splendides formes et une belle peau mate sans défauts. Ses yeux étaient d'une couleur noisette, prenant parfois des reflets verts, au soleil.

Ils revinrent le lendemain. Le premier n'ayant rien ramené, elle le rejeta. Le second lui ramena un splendide sablier. "Ainsi, vous ne manquerez plus jamais de temps", annonça-t-il. "Mais le sablier peut s'arrêter de couler", répondit-elle. Le premier revint alors. "Vous avez besoin de temps, alors prenez le mien, il ne vaut rien si je ne puis le partager avec vous".

Cette fois, la jeune fille aux cheveux blancs eut dans la tête l'image d'un mariage. Un mariage entre une femme aux cheveux noirs, et un bel homme aux cheveux d'un blanc les plus purs. Oloren rouvrit les yeux, se relevant. Elle rentra immédiatement après s'être époussetée, puis se mit à table sans faire de bruit, son silence mortel couvert par la discussion de l'hovoïte avec ses interlocuteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 13 Nov - 19:36

Au loin de l'animation de la cour Naïlikanne, Seth se sentait reposée comme jamais. Cette atmosphère nouvelle lui permettait d'abandonner son attitude provocatrice habituelle pour se comporter d'une manière presque "normale". Il y a quelques semaines, le jeune homme aurait presque senti l'obligation de lancer innombrables duels, dans le simple but d'entretenir son apparence de jeune prince fougueux. Aujourd'hui, bien qu'il affronte régulièrement son cousin, il avait quelque peu abandonné son air prétentieux et son sourire goguenard. Le prince était heureux, et ses inéluctables défaites contre Snori, loin d'entamer son moral, lui permettaient d'être encore plus conscient de ses capacités et ses défaites.
La famille qui l'hébergeait était de plus des plus sympathique. Sans rien savoir de lui, ils l'avait hébergé sans rien lui demander, et lui en retour offrait ses services -certes limités- dans l'entretien de la maison. Cela devait être la première fois qu'il mettait lui même la table, ou qu'il préparais la nourriture qu'il mangeait, et Seth s'aperçut très vite qu'elle avait un goût différent, même si les aliments étaient d'une qualité assez semblable. Elle semblait bien meilleure. En toute chose, ce style de vie lui plaisait, et c'est pour cela qu'il répondit à Zia avec un grand sourire :

- Je ne saurais être ailleurs en ce moment, ma dame. Imaginez, fréquenter autant de légendes de Valato!

Le jeu des codes de la noblesse ne semblaient pas cesser entre les deux jeunes gens, et Seth s'en réjouissait! Il avait compris qu'il s'agissait au final d'une auto-critique de son comportement habituel, et s'en amusait beaucoup. Néanmoins, le prince compris un peu tard que la "situation" évoquée par Zia était la destruction par Edwig Luthness de Rednow. Cette histoire, même si il ne l'avait pas constatée de ses propres yeux, donnait des sueurs froides. Comment un homme pouvait il à lui seul détruire une ville...?

- Je m'inquiète beaucoup pour Anya, c'est vrai... Mais je sais que je ne servirais pas à grand chose si ce monstre venait les attaquer à Naïlika. Edward a beau être surchargé, je sais qu'il donne tout ce qui est en son pouvoir pour la protéger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 13 Nov - 21:09

Esmezia discuta avec Seth une bonne partie de la soirée, découvrant un jeune garçon plus sympathique et intéressant qu'il n'y paraissait. Il faudrait du temps avant qu'elle n'en vienne à le considérer comme un ami, mais elle prenait plaisir à le côtoyer, ce qui était un bon début. La fatigue l'assaillit relativement tôt, et elle alla retrouver avec bonheur un lit qu'elle connaissait bien. Puisqu'ils étaient huit pour sept chambres, il avait été convenu que les sœurs Ehlkaÿd partageraient la leur. Malgré les quelques tourments qui torturaient son esprit ces derniers temps, l'hovoïte s'endormit rapidement. Elle passa les deux journées suivantes sans bouger de la maison d'Ilawen, dormant énormément, puis passant beaucoup de temps à lire ou à s'exercer afin de rééduquer sa jambe blessée. Solunthes était certainement ce qui se faisait de mieux en terme de soins, pourtant même lui n'avait pas pu miraculeusement la guérir, comme si les dommages infligés n'étaient pas seulement physiques. Pour le peu qu'on en savait à l'heure actuelle, il était incohérent de considérer Edwig en fonction des lois qui s'appliquaient aux êtres de l'échelle humaine. Peut-être une partie de ses pouvoirs empêchait-elle aux muscles de se réhabituer convenablement aux mouvements du membres inférieur, ou peut-être avait-il simplement visé à la perfection. Quoiqu'il en fut, Esmezia parvenait à marcher convenablement sur de courtes distance, n'ayant besoin que de moins en moins souvent de l'appui d'une béquille ou, occasionnellement, de ses amis. Faire des efforts démesurés était toutefois encore en dehors de ses compétences, et prendre un appui trop brutal la déséquilibrait, en plus de provoquer une douleur lancinante. Tout cela, elle s'y était cependant attendue. Il lui faudrait du temps, or elle en disposait. Peu après le déjeuner, elle se retrouvait esseulée et s'essayait à la peinture, dont Alix lui avait montré les rudiments. L'art l'avait toujours fascinée sans qu'elle parvienne pour autant à faire quoi que ce soit de décent elle-même, mais l'occasion de s'y essayer se présentait. À son grand dam, le résultat demeurait piteux. Agacée par cet échec et aillant bien envie d'un peu de compagnie, elle décida de se diriger vers l'auberge, ou Snori et Alix travaillaient en ce moment même. C'était une journée froide et particulièrement calme, il n'y aurait probablement que peu de clients aussi ne les dérangerait-elle pas en passant leur faire un petit bonjour. Et puis, Ilawen était toujours ravie de pouvoir clamer qu'elle connaissait une Fambriel. Tout était bon pour sa réputation. Elle lui devait bien ça.

La mi-Novembre était à présent dépassée, les neiges se faisaient abondantes en cette région du Nord. Le paysage tout entier se retrouvait recouvert d'un manteau blanc particulièrement lumineux qui l’embellissait considérablement, et qu'Esmezia appréciait. Emmitouflée dans des vêtements chauds, elle fit le chemin en s'aidant d'une canne, ce qui avait le don de l'exaspérer et lui donnait l'impression d'avoir pris cinquante ans. Arrivée sur place, elle alla rejoindre ses deux camarades, qui discutaient à l'extérieur, prenant une petite pause. Eux deux s'entendaient relativement bien, faisant collégialement fi d'une culture étendue et d'une ouverture d'esprit plus que certaine qui leur permettaient de débattre d'à peu près n'importe quel sujet. Snori se laissait pousser une barbe claire qui lui allait bien, couplée à ses cheveux en désordre. Au milieu de ces poils blonds et de cette neige blanche, ses yeux ressortaient à merveille, si lumineux qu'ils semblaient presque luisants. Ces iris bleus avaient toujours été beaux. Leur porteur et son amie étaient en train de s'interroger sur des questions culinaires, souffrant, semblait-il, d'un dilemme sur la cuisson d'une viande quelconque. La rouquine savait son ancien maître fin gourmet et glouton. Il avait appris à prendre soin de sa ligne, afin de maintenir sa forme physique, mais pouvait réellement manger sans jamais s'arrêter si le cœur lui en disait. Travailler dans un établissement comme celui-ci n'était pas forcément bon pour son embonpoint, qu'il devrait veiller à ne pas laisser réapparaître. Alix lui fit des grands signes lorsqu'elle l’aperçut, et elle s'empressa – dans la mesure de ses capacités – d'aller les rejoindre.

-Tu as réussi à venir jusqu'ici ! s’exclama-t-elle. Bravo !

Esmezia eut un rire gêné.

-Arrêtes, c'est presque vexant...

-Allez, t'en fais pas. Tout le monde a ses petits coups de mou, la rassura Snori, un brin moqueur.

Elle prit la boutade bien plus mal qu'elle ne l'aurait pensé. La remarque n'avait pas caractère à la déranger outre mesure, évidemment, mais elle lui renvoyait ses erreurs et défaites du passé. Dont l'une était encore toute fraîche. Elle demeura pour autant souriante.

-Je le sais bien. Enfin, à force, c'est frustrant. Les seules fois où j'arrive à faire quelque chose de mes dix doigts, c'est quand vous n'êtes pas à proximité !

-Ça aussi, c'est presque vexant, fit remarquer Alix sur un ton léger.

-Et c'est en outre assez faux, s'excusa son amie. Mais face à des monstres comme Edwig...ou même des gens du calibre d'Iyoh, je me sens complètement dépassée.

L'air d'Alix devint alors d'un sérieux qu'on ne lui connaissait pas, et qui ne manqua pas d'étonner ses compagnons. Elle fut en proie à d'intenses réflexions le temps d'un instant, puis fixa Esmezia, l'air déterminée.

-Tu devrais venir à l'académie avec moi alors, demain. J'ai quelque chose à te montrer.

Quelque chose qui pouvait avoir un rapport avec ses compétences au combat, de la part d'Alix ? À part si elle dissimulait un artefact dédié aux marcheurs, difficile d'imaginer de quoi il pouvait s'agir, mais elle ne perdait rien à l'accompagner. De plus, elle avait toujours voulu voir à quoi ressemblait ce lieu dont elle entendait tant parler. Nulle part ailleurs en Valato une université n'était aussi réputée, cela valait forcément le détour. Sans cesser de fixer Alix, elle hausse les sourcils afin de l'inciter à lui en dire plus, mais le sourire malicieux qui se peignit sur le visage de son amie fut équivoque. Elle ne lui gâcherait pas la surprise ! Un cuisinier, depuis la porte entrouverte, demanda alors à Snori de venir lui filer un coup de main afin de servir un groupe de clients qui venaient d'arriver. Le trio rentra donc dans l'établissement où les deux filles s'installèrent, autour d'une table un peu à l'écart, pour continuer de discuter.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 13 Nov - 23:02

Tandis que Beörielle faisait son maximum pour porter assistance à Ilawen, ayant quitté temporairement son armure noire pour une tenue plus appropriée à la tâche, qui ne retirait rien à son charme, Oloren avait pris pour habitude ses petites excursions, qui étaient devenues de véritables journées entières passées à l'extérieur à méditer, et secrètement, à apprendre, à écouter. Pas bien à l'aise avec le concept de partager leur couche, les deux sœurs s'étaient mise d'accord pour acheter un hamac, dans lequel l'aînée avait décidé de passer ses nuits, et ce, soit disant définitivement. Ainsi, Beörielle se retrouvait perchée, Oloren dans un lit, et Myzraël sur le tapis. Si elle avait bonne mine et un teint de peau valorisant, son éternel sourire semblait s'être effacé depuis son arrivée. Plus elle écoutait, plus elle apprenait, moins elle partageait la joie des autres, si bien qu'on aurait presque plus facilement deviné un sourire chez l'aînée, pourtant physiquement incapable d'exécuter l'exercice, que chez elle.

Après une énième méditation, qui occupait la quasi totalité de son temps durant les derniers jours, elle rejoint ses amis à table, où Beörielle était déjà installée, et semblait plongée dans une réflexion particulièrement profonde. Elle remarqua Alix et Zia un peu plus loin, en bout de table, comparé aux autres, à une distance relativement respectable. Oloren se rapprocha de Snori.

- T'as une idée de ce qu'elles bricolent ?

Elle ne remarqua pas sa grande soeur qui avait essayé d'attirer son attention, mais qui s'était vite ravisée, craignant soudainement de gêner. Si physiquement leur ressemblance était impossible à remettre en question, la différence d'éducation entre les deux femmes s'avérait évidente en vue de leur caractère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   Jeu 13 Nov - 23:18

Bëorielle s'était jointe aux deux jeunes femmes, qui l'avaient accueillies avec la sourire mais ne s'étaient interrompues pour autant, l'aînée de la fratrie Ehlkaÿde n'était visiblement pas encline à prendre quelque initiative vocale que ce soit. Oloren entra à son tour dans le bar quelques instants plus tard, et alla s'adresser à Snori. Esmezia se demandait ce qu'elle bricolait de ses journées solitaires, mais s'était promise de ne pas chercher à s'immiscer là-dedans. Elle considérait que son amie avait le droit de garder ses petits secrets et qu'elle finirait bien par les partager avec elle si cela s'avérait nécessaire. C'était là d'une des qualités que la jeune hovoïte avait prise de son maître escrimeur : parvenir à faire passer le bien-être des autres avant sa curiosité. S'abstenir de poser les questions qui la titillaient pouvait être frustrant, mais cela n'était que pour le mieux. Comme souvent lorsqu'elles se retrouvaient toutes les deux, Alix et sa confidente parlaient de leurs aventures passées. Elles s'interrogeaient sur l'état de Melody, se faisant du souci quant à sa position pour l'heure inconnue. Restait à espérer qu'Edward et les siens l'aient finalement retrouvée et qu'elle se porte bien. Snori, à quelques mètres de là, peinait à prendre le coup de main. Aussi adroit était-il une lame entre les mains, des assiettes et des verres n'étaient pas la même chose. Heureusement que l'établissement ne manquait pas d'effectif, ce qui l’empêchait d'avoir à courir en permanence. Il jeta un bref coup d'œil en direction des deux jeunes femmes lorsqu'Oloren vint lui adresser la parole et répondit en haussant les épaules.

-Je crois qu'elles parlaient d'un truc à voir, à l'académie. Mais ce sont de vraies commères de toute façon !

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loin des conflits, proche du bonheur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loin des conflits, proche du bonheur
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» LES AVENTURIERS DU TRES TRES LOIN (Tome 1) FERGUS BONHEUR de Paul Stewart et Chris Riddell
» Loin des yeux, près du coeur...
» Il est loin le temps du bonheur
» L'oiseau bleu du bonheur
» Marvin Gaye l'impossible quête du bonheur (*)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: