Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1165)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Vestiges.
par Jaleniel Aujourd'hui à 5:35

» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50


Partagez | 
 

 Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Sam 18 Oct - 20:44

Deux jours avant l'arrivée de l'expédition à Véonde


Snori avait vogué sans parvenir à fermer l'œil. Des faucons arrivaient souvent de la capitale, apportant plus de nouvelles et de détails sur l'état de la cité après les actes de terrorisme auxquels elle avait du faire face. Le bilan, pour l'heure, s'avérait catastrophique : une grande partie des quartiers populaires avait été incendiée, les meurtres se comptaient par centaines, les vols étaient légions, et pire encore, tous les prisonniers de la Cage avaient pu s'échapper, Iyoh y compris. Il semblait même qu'il soit à l'origine de cette escapade, ayant atteint un nouveau stade dans ses pouvoirs de trancheur lui permettant d'acquérir pendant quelques instants une puissance s'approchant de celle des artefacts ; force avec laquelle il avait détruit la porte Ouest. Certains témoins reportaient la présence de dragons sur place. Mais parmi toutes ces informations, une, plus que les autres, maintenait constante la colère du monarque : le coupable de l'assassinat de son frère n'avait pas été retrouvé. Pire encore, ces mécréants ne s'étaient pas arrêtés là, allant jusqu'à prendre pour cible ses parents. Son père, seul, avait survécu, secouru de justesse par un officier n'ayant pu que mettre en fuite les responsables. Depuis, il avait été placé au palais sous haute protection, mais le mal était déjà fait et le peuple grondait. Fushy semblait avoir la situation en main, du moins dans une certaine mesure, cependant la présence du roi s'avérait nécessaire, n'aurait-ce été que pour les prises de décision et les apparitions publiques. Il y avait des milliers de gens à rassurer...lui le premier. Lorsque le navire accosta, Snori fut le premier à en descendre et marcha à longues enjambées vers son palais, distançant les gardes censés assurer sa protection. La foule venue l'accueillir était majoritairement satisfaite de son retour, pourtant des grognements s'élevaient. Il n'avait aucune responsabilité dans ce qu'il s'était passé, toutefois son absence durant ces événements funestes n'avaient pas bénéficié à sa popularité déjà quelque peu en baisse ces derniers mois. Fushy l'attendait avec l'intégralité des ministres, dans la salle des mots, pourtant ce fut d'abord vers son père que le souverain ses dirigea, aux étages. Dès lors qu'il eut ouvert la porte de la chambre lui ayant été accordée, son géniteur lui sauta au coup et le serra contre lui, les larmes aux yeux. Son fils ressentait sa peine, comprenait son soulagement, le partageait, mais ne se permettrai de pleurer que lorsque cette affaire serai résolue.

-Père, vous n'avez rien ?

Walhart acquiesça avec ferveur tandis que sa progéniture le dévisageait. C'était un homme aux traits vieillissants, dans la cinquantaine. Il portait de longs cheveux grisonnants légèrement ondulés, avait un long nez fin et crochu, et était globalement d'apparence squelettique, ayant pour ainsi dire la carrure d'un gringalet. Pourtant il fut forgeron dans sa jeunesse, puis avait décidé de se reconvertir dans l'élevage des destriers. Enfin, il fallait dire que la rencontre avec Luciane Pendragon avait arrangé sa situation, lui permettant d'atteindre la noblesse grâce à la naissance de Snori. Malgré cela, il avait continué de s'occuper des bêtes à qui il portait une certaine affection, peut être plus qu'à sa famille. Il n'en demeurait pas moins un homme bienveillant, simple mais intelligent, de bon conseil. Aucunement le genre d'homme à mériter un tel acharnement du sort.

-Je vous jure que je vais retrouver ceux qui ont fait ça, père. Je vais leur faire payer.

Le cinquantenaire prit le visage de son rejeton entre ses mains en hochant la tête en signe de négation.

-Non, Snori. Ne fais pas de ça ton affaire. Tu as un peuple qui compte sur toi. Venger ta mère, venger ton frère ne t'apportera rien.

Le roi serra les paupières aussi fort qu'il le put pour retenir la larme gouttant au coin de son œil droit, et agrippa les poignets de son père, qu'il repoussa avec douceur. Une rage sans nom se lisait sur son visage chargé d'émotion, si bien que sa voix en tremblait.
-Oh que si. Cela m'apportera plus de satisfaction que tout ce que j'ai pu faire au cours de ma vie. Je ne suis peut-être plus aussi fort que je l'étais, mais j'ai passé des années à m'entraîner au maniement de la lame. Celui qui a eu la lâcheté de poignarder un aveugle dans le dos, je m'occuperai de son cas moi même.

-Snori, je t'en prie...

-Désolé, père.

Son fils quitta la pièce, se hâtant de rejoindre la salle des mots. Sans s'en rendre compte, il avait posé sa main et serré la poignée de la lame accrochée à sa ceinture et ne la lâchait plus. L'envie irrépressible de détruire quelque chose se faisait ressentir, comme à l'instant où il s'en était pris à Melody. L'instant où il lui était venu l'idée stupide de quitter Rednow sans prévenir qui que ce soit, sans en parler à Kesron et Edward, sans consulter Esmezia ou Llednar, sans glisser un mot à Oloren qu'il avait emmenée là-bas. Et il s'en contrefichait. Ceux-là n'avaient aucune importance tant que sa marche vengeresse ne toucherait pas à sa fin. Alderon était assis en bout de table dans la salle des mots, à la place habituelle du roi. Comme les autres, il se leva à l'instant même où celui-ci entra, et se dirigea aussitôt vers lui.

-Mon seigneur, mon seigneur ! Vous retrouver en pleine santé est une bénédiction. Si vous le voulez bien, il nous faudrait commencer aussitôt cette réunion.

-Non. Pas de réunion pour l'heure. Je veux savoir qui a décimé ma famille.

-J'ai bien peur que nous ne disposions que de très peu d'informations, fit Fushy en grimaçant.

Snori s'installa sur la première chaise qu'il entrevit et croisa les mains devant son visage, avant de les poser sur la table et de la tapoter nerveusement.

-Donnez les moi.

Fushy acquiesça et fit signe aux autres de se réinstaller. Certains ministres grommelèrent, et tous semblèrent se consulter avec une certaine gène que Snori ne remarqua pas, et qu'il n'aurait de toute manière pas relevé. Le maître-savoir reprit aussitôt la parole.

-Les assassins utilisaient des dagues, ne portaient jamais la même tenue, n'avaient aucun signe distinctif. Ils ont tous fui dans des directions différentes, et n'ont jamais pris la parole pour revendiquer quoi que ce soit. Il y a toutefois fort à parier qu'il s'agisse d'un groupuscule ayant un lien avec la destruction de la Cage, aussi avons nous supposés qu'ils étaient liés d'une manière ou d'une autre à Iyoh Tzumihi. Les Ombres restantes pourraient s'être réunies pour libérer leur ancien dirigeant et se venger de ceux qui les ont vaincu, il y a cinq ans. Vous en tête, mon seigneur.

-Ça ne fait pas sens. Les Ombres ont été décimées, et le sont encore chaque jour. Les traqueurs s'en chargeaient, et même des citoyens lambda s'en chargeaient. Une amie à moi s'en chargeait. Quand auront lieu les funérailles ?

Quelque peu déconcerté par le changement soudain de sujet, Fushy répondit sur un ton quelque peu réservé.

-Nous vous attendions, aussi auront-elle lieu dès que vous le souhaiterez, mon seigneur.

-Bien. Faisons ça immédiatement.
-Immédiatement ? s'offusqua un ministre. Mon seigneur, il faut que les dirigeants du monde puissent venir assister à l'enterrement du prince !

Snori se releva en faisant tomber sa chaise, qu'il hésita à ramasser avant de l'envoyer valser d'un grand coup de pied. Puis il se retourna de nouveau et frappa du poing sur la table, avec une fureur incommensurable.

-Mon frère et ma mère ne seront pas enterrés. Nous élèverons un bûcher. Et les dirigeants du monde ne sont pas conviés. Vous l'êtes, Alderon Fushy, car vous connaissiez William. Ses amis le seront. Les amis de ma mère le seront. Ma famille y sera. Mais ceux qui n'ont rien à y faire ne seront pas les bienvenus. Ce ne sont pas des outils diplomatiques, ce sont mes proches.

Il s'en alla sur ces mots, laissant un silence glacial dans la salle des mots. Aucun geste ne fut échangé, si ce ne fut un sourire de la part du maître-savoir envers les hommes d'état qui plaçaient à présent en lui toute leur confiance. Il fallait qu'il agisse pour ramener le roi à la raison, et savait parfaitement comment s'y prendre. Ç'avait été l'un de ses principaux sujets de réflexion, ces derniers jours. Peut-être même ces derniers mois. Le bûcher se dressa en périphérie de la ville, le soir même. Des officiers avaient insisté pour tenir compagnie au roi et son père, afin d'assurer leur protection, mais ils furent repoussés par le monarque dont l'état effrayait ses proches, lesquels s'étaient réunis pour la crémation. Jamais autant de bois n'avait brûlé d'un seul feu. Alderon, à la seule lueur des flammes crépitantes, s'était joint aux proches des défunts et se tenait droit, fixant le brasier avec émotion, observant de temps à autres l'homme qu'il était censé épauler. Ce dernier était à l'écart, esseulé, ne laissant paraître qu'une détermination de fer qui ne lui ressemblait pas. Le maître-savoir alla se placer à ses côtés.

-Mon seigneur, je me dois de vous informer d'une décision à laquelle nous avons mûrement réfléchi et qui à, à l'unanimité, été acceptée.

-Venez en au fait.

Fushy s'assura que personne ne pouvait les entendre là où ils se trouvaient, mais la distance était suffisante et les crépitements du feu couvrait une partie du volume sonore. Parfait. Il pourrait faire cela dans les règles de l'art. Le vieillard s'avança pour se retrouver face à son interlocuteur, forçant ainsi les regards à se rencontrer.

-Nous pensons qu'il serait temps que vous abdiquiez.

La détermination de Snori s'envola soudainement. Non pas du fait des mots employés par son fidèle conseiller, mais à cause du ton sur lequel ils avaient été prononcés. Fushy ne lui avait pas dit cela comme une recommandation, motivée par son bien-être et le maintien de l'ordre au sein du royaume. Il s'agissait de quelque chose de bien plus fort. Il s'agissait d'une menace. Avant que le roi n'ait le temps de rétorquer, Fushy enchaîna.

-Votre incompétence force nos décisions à passer par nombre de protocoles contraignants, et vos idéaux ne nous convainquent plus. Soyons clair, jeune roi, il s'agit là d'un coup d'état, et je ne disposa pas d'armée pour le mener à bien mais de savoir. Rappelez-moi, Snori Pendragon, qui était l'héritier légitime du trône de l'Oran à la mort de votre oncle ?

Snori avait pâli. Jamais il n'aurait envisagé une trahison de la part de l'un de ses plus précieux alliés, et plus encore, jamais il ne l'aurait pensé aussi menaçant. À cet instant, un couteau placé sous sa gorge aurait représenté un danger bien moins important que les dires acérés de l'expulseur. Pourtant il fallait rentrer dans son jeu.
-Mon frère. William, cracha-t-il.

-Inexact, jeune roi. Il passait avant vous sur l'ordre de succession car, ais-je besoin de le rappeler, vous êtes le bâtard de Luciane Pendragon.

Ce fait n'avait pas été évoqué par les rares membres de la cour ayant eu vent de l'affaire depuis Irwan, et ce toujours en privé. Luciane Pendragon, la sœur cadette de Kunz, avait épousée Gaïus Lissyl, devenu Pendragon. Puis Snori était né d'un autre père. William était le seul fils légitime de Luciane, et de fait le seul héritier de Kunz au trône. Cela dit, du fait de son jeune âge et de la mort précoce de Gaïus, on lui avait préféré son demi-frère. Ce secret, lourd à porter pour le roi actuel, n'était en outre que la face cachée de l'iceberg.

-Je n'ai pas besoin, non plus, de vous détailler la légitimité de votre oncle, continua Fushy. Et vous voilà, neveu bâtard d'un fils bâtard, sur le trône de Nora. Regardez ce que votre pays est devenu.

Snori tenta d'imposer sa parole mais fut interrompu par Fushy, bien décidé à poser toutes les cartes.

-Lorsque Edward de Reydoran est venu proposer son offre à Irwan Knell, il a apporté avec lui une preuve de sa bonne foi. L'unique héritière légitime du trône sur lequel vous vous asseyez au quotidien. Le saviez-vous, jeune roi ? Les Pendragon n'ont pas reçu ce nom au hasard. Vous êtes d'une grande lignée de parleurs, dont les plus anciens étaient si puissants que certains montaient à dos de ces mythiques créatures, comme le fait aujourd'hui Solunthes. Et la véritable reine de l'Oran est une parleuse, jeune roi.

L'épéiste serrait les dents, écoutant avec embarras cette histoire qu'il connaissait déjà. Le demi-frère cadet de Kunz, premier fils légitime de William Pendragon, avait été écarté du trône par Kunz et Irwan, qui avaient de grands projets pour le royaume. Il avait alors été s'exiler en Naïlika et avait mené une vie de roturier au Nord, perpétuant la lignée des Pendragon dans l'anonymat le plus total. Quand Edward était venu à Nora, sa proposition était simple. S'ils lui rendaient sa couronne une fois la guerre terminée, les deux pays connaîtraient la paix. Et pour gagner la confiance d'Irwan, il avait promis de conserver secrète l'identité de Kellue Dovlass, qui avait depuis longtemps renoncé à toute ambition politique. Les faits étaient là : entre le fils d'Anya et la porteuse d'Ohihir, les Pendragon étaient désormais nordiques.

-Je vous laisse jusqu'à demain pour y réfléchir, jeune roi, conclut-il sur un ton dévastateur.

Il disparut rapidement dans les ténèbres de la nuit noire tandis que ce qu'il restait du monde de Snori s'écroulait devant les flammes chatoyantes.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Sam 18 Oct - 23:46

Ayant eu vent de la nouvelle, Ralën, Ilyanna et sa fille Kaïjy, ainsi que Nigmaëll et Beörielle étaient venus assister au bûcher. Les corps, atrocement beaux, pâles, et bien vêtus allongés sur ces bûches dans un confort immoral, étaient peu à peu léchés et détruit par les flammes. Il ne resterait plus tard que des cendres. C'était ainsi que se faisaient les funérailles royales. C'était ainsi qu'un dernier hommage leur était porté. Nigmaëll avait porté ses mains sur son visage, signe qu'elle était triste. Dans sa folie, elle était surtout touchée de voir Ilyanna verser une larme pour le jeune prince. Kaïjy dormait, la petite était bien trop jeune encore pour comprendre ce qui se passait, et même si elle l'avait su, elle ne connaissait pas celui qu'elle aurait regardé brûler, aussi avait-elle décidé qu'il était temps pour elle de s'assoupir. Beörielle, comme a son habitude, arborait un air taciturne, froid, lointain. Compte tenu de la situation, elle ne se fit pas trop remarquer, pour une fois, malgré ses cheveux blancs éclatants.
Puis, il y avait Ralën. Droit, dans son armure, sa masse d'arme en main, saluant le départ d'un membre de la famille royale. Si ses cheveux mi-longs et son imposante barbe semblait lui donner un air paisible, on lisait dans la pupilles de ses yeux aux iris blancs une rage infernale. Si la colère qu'il éprouvait avait pu être entendue, il aurait semblé être un séisme. Il y avait différentes choses qui poussaient le Sénéchal à être dans un tel état : Aucune nouvelle de sa petite fille, qui n'était pas rentrée avec Snori, sa ville était saccagée, et l'on avait tué un enfant. Il y à cinq ans, le doyen du clan n'aurait jamais songé à être perturbé par de tels détails, mais depuis qu'il élevait sa petite fille, son bien-être était un facteur qu'il avait appris à assimiler, et il avait appris à voir les amis de sa petite comme ses propres enfants.
Ainsi il se dirigea d'un pas lourd jusqu'à Snori, déposant sa lourde main gantelée de plaque sur son épaule.

- Je vous interdit d'obtempérer à la demande de cette langue de vipère. Je vous interdit de vous débiner de vos responsabilités. Et je vous interdit de refuser mes interdictions ! Jeune homme, je ne suis pas qu'un vieillard dont l'existence ne concerne que le passé, je compte bien mettre de l'ordre dans cette ville, vu ce qu'elle est devenue à présent, et je compte bien le faire avec ou sans votre aide, et je compte bien le faire en votre nom, et en celui de votre frère, que vous soyez d'accord ou pas. Je compte bien aussi retrouver et punir ceux qui sont responsables de cela, et je sais, rien qu'en lisant dans vos yeux que c'est aussi votre ambition.

Ralën referma les poings, le temps de prendre un peu de souffle.

- Vous en avez envie, je le sais. Alors pour une fois depuis que vous êtes roi, cédez à votre envie. Ces langues de vipères et ces traîtres de politiques attendront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Dim 19 Oct - 18:16

Snori, encore sonné, dévisageait le grand-père de son amie tandis qu'il lui adressait la parole, sans que ses mots ne l'atteignent réellement. Ce qu'il disait faisait sens, évidemment, et il aurait été enclin à bénir toute assistance en ce qui concernait sa vengeance. La trahison de Fushy était des plus évidents, pourtant l'idée d'abdiquer ne lui était pas si désagréable. Il n'avait jamais voulu être roi. Toute sa jeunesse, il n'avait passée à s'entraîner, à faire la cour aux dames qui lui plaisaient, à participer à ses tournois idiots. Il avait été une figure populaire utilisée sans vergogne par Kunz et Irwan. Les quelques mois passés, par la suite, en compagnie de l'expédition avaient alors été les plus heureux de sa vie. Il avait compris ce qu'était l'amitié, avait vécu des choses qu'il n'aurait jamais imaginé, avait participé à une aventure digne des plus grands récits. Impossible de compter le nombre de gens rencontrés au cours de cette épopée pour lesquels il s'était pris d'une affection grandissante. En comparaison à ce souvenir, rester dans cette cité lui semblait inconcevable. Si Ralën avait des plans pour s'en occuper, après tout. Il repoussa avec fermeté la main qu'il avait posé sur son épaule.

-Maître Fushy a entièrement raison. Je ne suis pas plus roi qu'Erlyn n'était le démon qu'on décrivait. Si vous tenez à agir pour cette ville, faites. Je vous cède les plein pouvoirs demain. Les Ehlkaÿd méritent leur heure de gloire.

Cela, il le pensait réellement. Durant la troisième grande guerre, la lignée des maîtres du temps avait bien plus agi que celle des Pendragon. Sans Erlyn, jamais ils n'auraient pu survivre, ce dès leur premier combat contre les Ombres. Lui n'avait fait que jouer aux apprentis leaders, laissant Melody et Irwan endosser toutes les responsabilités. Laissant des alliés mourir à sa place. Le grand bûcher rappelait irrémédiablement celui dressé en l'honneur du frère d'Oloren, peu après sa mort déconcertante face à Igole Vrag. C'était certain, il n'avait plus la moindre envie de rester ici. Il lui fallait passer à tout autre chose, mener une vie simple, comme l'avait fait son grand-père en laissant Kunz accéder au trône. Mais il se vengerait dans un premier lieu. Et maintenant qu'il connaissait ce sentiment de haine profonde, il comptait bien rejoindre une proche amie afin de lui porter assistance avant d'accomplir sa quête. L'image d'Oloren revint alors au monarque. Elle l'avait suivie à Rednow, et il l'avait faite s'engager dans une mission des plus périlleuses. En informer sa famille était la moindre des choses. Faisant signe à Ralën de le suivre, il se dirigea vers Beörielle et les autres. Ils devaient tous s'inquiéter, mais ce fut à sa sœur qu'il s'adressa. Jamais il ne l'avait côtoyée, et elle était pour le moins distante, mais il ne fallait se fier aux apparences. Si elle était venue vivre à Nora, ce ne pouvait être que pour s'occuper de sa cadette.

-Je ne peux pas vous communiquer tous les détails, mais Oloren est actuellement en mission. Arawn et d'autres personnes des plus qualifiées l'accompagnent, mais les risques restent réels. C'est moi qui ait insisté pour qu'elle soit désignée. S'il lui arrivait quelque chose, je ne me le pardonnerais pas et je m'en porterai pleinement responsable. Je tenais simplement à ce que vous le sachiez.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Dim 19 Oct - 18:38

En premier lieu, le Sénéchal n'en cru pas ses oreilles. Le jeune homme avait ouvertement outrepassé les interdictions imposées par le vieillard, et qui plus est, il était prêt à lui abandonner la ville ... Il sortit une pièce de sa bourse et la donna à Ilyanna, puis grogna un peu ...

- Une fois que tu aura filé les pouvoirs aux vieux, passe à l'armurerie. On à un cadeau pour toi, déclara cette dernière. Beö et Nig t'accompagneront. Tu va aller rejoindre tes amis et profiter de ta vie, p'tit gars. Et puis, si un jour tu t'en sent les épaules, au cas où, tu saura qu'la place est bien gardée, mais pour le moment, c'est pas l'projet, pas vrai ?

Elle sourit. En vérité, elle et Ralën avaient parlé de la volonté de Snori à gouverner bon nombre de fois. Ils avaient même fait un pari ... Pari que Ralën, dans sa foi inébranlable des pendragon, venait de perdre.
Si les Ehlkaÿd avaient réputation de n'en faire qu'à leur tête, en temps de crise, ils restaient des alliés fiables. Plus encore, Ralën profitait de sa propre réputation : il était un chef à la poigne de fer, et lorsque cela s'avérait officiel, oser s'opposer à lui signifiait plus qu'un risque, cela signifiait un danger. Il soupira en regardant les flammes continuer à dévorer les membres de la famille royale ... Il espérait de tout coeur qu'un héritier de Snori puisse prendre le trône à sa place, et ce surtout avant ses propres héritières ! Le vieil homme prendrait le trône. Pour les Pendragon qu'il avait si longtemps servit, et qu'il continuait à servir. Pour cet enfant qui avait été assassiné ... Et surtout pour son enfant, qui était désormais non pas un héros, mais une légende. En vérité, l'heure de gloire de sa famille avait sonné depuis déjà bien longtemps, mais les échos allaient à présent être entendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mar 21 Oct - 11:32

A quelques mètres de là, un jeune homme observait le corps de son cousin disparaitre dans un foyer pour le moins impressionnant. Seth avait toujours apprécié William, et la mort de l'aveugle avait été un choc pour lui. Le jeune épéiste se souvenait d'une enfance heureuse, où le frère du roi et lui n'avaient cessé de s'amuser ensemble. La maîtrise de son corps malgré sa cécité avait toujours impressionné Seth, qui avait trouvé en William une figure masculine rassurante et pleine de sagesse malgré son jeune âge. Âgé de quelques années de plus que lui, il avait toujours été un parangon de savoir, dès son plus jeune âge, et la manière dont il avait été tué était intolérable. Assassiné par des tueurs apathiques qui avaient mis la ville à feu et à sang. Simplement intolérable. Le désir de vengeance, mais aussi de compréhension qu'un tel acte ait pu être fait dans la calme capitale d'Oran poussait le jeune homme à une multitude de questions. Qui avait été le commanditaire? Dans quel but? Et pourquoi avoir tué l'inoffensif William? Ce mystère était intolérable.

Se tournant alentour, Seth aperçu Snori, non loin. Loin de l'impression qu'il lui avait fait pendant toute sa jeunesse, le roi semblait consumé par la rage et un désir de meurtre. Très loin de l'image que le jeune homme avait toujours eu du souverain d'Oran. Sa nonchalance habituelle l'avait totalement abandonné, faisant place à une fureur intérieure. Impulsif, il avait souhaité inhumer le corps de William et de sa mère aussitôt qu'il était revenu. Anya, sa sœur, n'aurait donc pas la chance de dire un dernier aurevoir à son jeune cousin, qu'elle appréciait pourtant comme lui énormément. Si Seth avait la moindre chance de parler à Snori, il n'hésiterais pas à lui faire remarquer cela. Lui avait eu la chance d'être dénué de toute responsabilité envers Naïlika, et s'était rendu à Nora dès qu'il avait eu la nouvelle. Anya, elle, ne pouvait laisser son peuple d'adoption seul alors que son beau frère était parti à Luuwr, pour régler on ne sait quelle intrigue politique...

N'osant pas aller vers son cousin pour le moment, Seth resta silencieux quelques instants comme le reste de la foule, tandis que les dernières flammes du bûcher commençaient lentement à disparaître dans la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mar 21 Oct - 12:19

Snori pensa à refuser avec fermeté l'offre d'Ilyanna, puis se ravisa. Être entouré de compagnons de route ne lui déplaisait pas, ceci étant il lui faudrait les prévenir que ce qu'il entreprenait risquait d'être dangereux. Il comptait les visiter avant de repartir de toute manière, n'aurait-ce été que pour les informer des décisions qu'il prendrait et dont il n'était d'ailleurs pas encore certain. Le monarque alla se replacer à l'écart et regarda les multiples bûches se consume à une allure folle, ce jusqu'à que la dernière flamme s'éteigne et que la nuit ne soit éclairée que par des braises. Il s'approcha alors des cendres, regarda une dernière fois ce qu'il restait des corps, et s'en détourna définitivement. Son deuil l'avait empli d'une haine dont il comptait bien se servir. Encore fallait-il, comme le voulait l'étiquette, aller saluer et remercier tous ceux ayant fait le déplacement. Ce fut avec sincérité qu'il le fit, saluant la vitesse avec laquelle le clan Pendragon s'était réuni à Nora. Il y avait là des oncles, des cousins depuis longtemps oublié et dont il n'avait pu mémoriser le nom. Par quelque hasard, ce fut Seth qui fut le dernier à être salué par son aîné.

-Je ne pensais pas que tu pourrais te déplacer, avec les obligations qui te lient à ta sœur...merci d'être venu, je sais que William tenait beaucoup à toi.

Seth avait toujours été quelque peu particulier. Enfant, il passait beaucoup de temps avec William et tous deux se collaient à lui en permanence lorsqu'il en avait l'occasion, ce qui avait rapidement fini par le lasser. Depuis son accession au trône, il ne l'avait revu qu'une seule fois, lors du mariage d'Anya. Ç'avait été une fête des plus joyeuses tant le jeune naïlikan était apprécié de tous, bien qu'attisant encore la méfiance de certains au Sud. Mais leur union avait été un puissant symbole de réunification. Quant à Seth, tout ce qu'en savait Snori, c'était qu'il avait accompagné la nouvelle reine pour veiller sur elle, grand protecteur héroïque qu'il était, ou du moins qu'il prétendait être. Les histoires de chevalier et ce qui s'ensuivait, il les adorait à l'époque. Et force était de reconnaître que son apparence était somme toute chevaleresque à présent. Étrangement, ce jeune homme en devenir lui rappelait d'heureux souvenirs. Il ne réprima pas l'envie de lui parler plus cordialement, sa colère ayant quelque fini par s’atténuer avec la fatigue.

-Tu te plais, là haut ? J'ai toujours entendu dire qu'il y faisait un froid glacial...et le peu de temps que j'y ai passé me l'a confirmé.

L'accueil qu'on lui avait été réservé n'avait pas non plus été des plus chaleureux, et cela jouait certainement sur l'image qu'il gardait de cette rude contrée.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mar 21 Oct - 13:29

Pendant un instant, Seth cru que Snori allait oublier de le remercier d'être venu. Après tout, il avait beaucoup changé depuis la dernière fois qu'ils s'étaient rencontrés... Lorsque le roi se dirigea vers lui, son ravissement -malgré les circonstances- fut complet.

- Naïlika est glaciale, il est vrai... Mais à force d'entrainement, on finit par s'y habituer, je suppose... L'ennui qu'on y vie est par contre terrible...

Seth s'interrompit un instant, regardant son idole avec gravité. Le crime auquel ils étaient confrontés lui donnait un sentiment d'impuissance terrible...


- Je m'en serais voulu de ne pas avoir pu faire un dernier adieu à William fit le jeune homme un peu d'amertume dans la voix. Me promets tu de tout faire pour venger sa mort?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mar 21 Oct - 17:44

Une promesse. L'envie de l'exprimer et de tout faire pour la tenir était grande, pourtant, savoir que l'on comptait sur lui pour qu'il accomplisse un acte particulier ne l'enchantait guère. En tant qu'héritier royal, toute sa vie n'avait été que responsabilités, finalement synonymes de promesses. Il avait envie de se venger, bien sûr, et comptait bien faire tout ce qu'il pouvait pour retrouver les responsables, mais le bon sens tendait à le rappeler. Il n'avait aucun indice quant à l'identité des meurtriers. Le seul à pouvoir éventuellement en disposer était Fushy, qui ne semblait guère enclin à lui partager ses secrets. Son seul objectif sur le court terme était de quitter Nora. L'idée de rejoindre Esmezia pour la suivre dans ses prochains voyages lui avait traversé l'esprit puis en avait été chassée pour un autre possible, plus attrayant en l’occurrence : retrouver Habeth. Si quelqu'un s'y connaissait en vengeance, c'était elle, et elle pourrait peut-être l'aider à retrouver la paix. Et puis, ce serait l'occasion de revoir de vieux visages amicaux. Snori répondit à son interlocuteur, pensif.

-Non. Je ne veux rien promettre, mais j'ai envie d'essayer. Je tiens à savoir qui a fait ça. À comprendre pourquoi. Je pars demain, de toute manière.

Attendre plus longtemps n'aurait servi à rien et aurait même pu s'avérer dangereux. Le peuple, furieux de sa démission, aurait pu déclencher une émeute et tenter de s'en prendre à lui. Qui plus est, il tenait absolument à se faire discret. On parlerait sans doute bien vite du roi disparu, mais plus long serait son délai, mieux cela vaudrait.

-Ne dis pas ça à ta mère surtout. Elle serait capable d'essayer de m'en dissuader.

Même s'ils ne partageaient pas de liens du sang, la tante par alliance du roi avait effectivement toujours été affectueuse et protectrice envers lui et tous ses autres filleuls. Rien n'aurait servi de lui causer quelque inquiétude.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mar 21 Oct - 17:54

Le visage surpris de Seth face à cette déclaration se transforma très vite en un étrange sourire. Le roi abandonnait son trône pour une quête vengeresse! Nul doute que les bardes parleraient bien vite de cette histoire. Fushy s'occuperait probablement de toutes ses responsabilités pendant son absence.

- N'ai aucune crainte pour ma mère. Ne rien lui dire a toujours été le meilleur moyen de la préserver des ennuis!

Une idée folle vint à l'esprit de Seth... Il y avait bien peu de chances pour que sa requête soit accepté, mais si il la formulait correctement, il restait une infime probabilité pour que Snori s'en arrange.

- Snori, j'ai une confession à te faire... Depuis toujours, j'admire tes dons de duelliste, ton sang froid, et toutes les légendes entourant ton nom. Déjà enfant, je voulais te ressembler. J'aimerais beaucoup partir avec toi, apprendre sur de ton expérience. Et si grâce à cela, je peux venger William qui était comme un frère pour moi... Je me doute que tu vas probablement refuser, mais je me devais d'essayer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mar 21 Oct - 18:01

Snori poussa un long soupir en se pinçant le nez. Il le savait, pourtant. Jamais il n'aurait du en parler à Seth. Au final, ce garçon n'avait pas changé du tout. Que ce soit pour aller écraser des insectes dans le jardin, partir en forêt ou entreprendre un long voyage, il le collait en permanence. À dire vrai, il aurait pu être touché par se surplus d'affection et de confiance, mais les enjeux étaient grands en cette occasion. Ce fut avec une certaine rudesse qu'il répondit.

-Non. C'est simplement hors de question.

Il n'y avait pas grand chose de plus à dire. Peut-être Seth savait-il se servir d'une lame, mais tout dans son attitude clamait qu'il était surtout un fanfaron. S'il l'accompagnait, il allait mourir. Ni plus ni moins. Or il était hors de question de perdre un autre membre de sa famille. Avec Oloren, il avait déjà mis suffisamment de gens à qui il tenait en danger. Edward lui en voudrait énormément si Seth périssait, sans parler d'Anya, et moins encore de lui-même. Pire encore, si l'on excluait tout risque, son cousin serait à n'en pas douter un véritable fardeau, insupportable à la longue, dont il n'aurait pour seule idée que de se débarrasser. Le choix, si tant est qu'il y en ai réellement eu un, était fait.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mar 21 Oct - 18:10

Pas dépité pour autant, Seth hocha la tête avec compréhension. Du moins il en donnait l'apparence. Dans sa tête s'échafaudait une multitude de plans afin de passer outre l'interdiction du roi. Avec une petite tape sur l'épaule, il déclara :

- Je comprends Snori. Ce sera une expédition dangereuse. Je te souhaite un bon voyage.

Puis il s'éclipsa de la vue de son cousin, s'enfonçant dans l'obscurité de la nuit. Le jeune homme avait une multitude de moyens pour berner Snori, et il n'hésiterais pas à s'en servir. Il préférait néanmoins éviter de se servir de son propre bateau, qui en mer serait facilement repérable. Un sourire aux lèvres, il se dirigea vers sa chambre au palais. L'interdiction rendait au final les choses bien plus amusantes!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mar 21 Oct - 19:42

La nuit avait été étonnamment reposante pour Snori. De retour au palais, il y savoura pour la dernière fois le confort des matelas parmi les plus coûteux de Valato, dans un silence parfait, entouré d'oreillers moelleux, dans de chaudes couvertures. Un sentiment sécurisant et apaisant qui lui fit profiter d'un sommeil sans rêve. Au matin, l'esprit clair, il alla se débarbouiller et passa dans sa salle d'arme tout en réfléchissant une dernière fois à ce qu'il allait faire. Abandonner son trône sous la pression de Fushy pouvait s'avérer dangereux, pourtant il ne regrettait pas d'avoir pris cette décision. Ses pensées, sans cesse ailleurs, ne l'y trompaient d'ailleurs pas : ce n'était guère à Nora qu'il voulait vieillir. Deux choix demeuraient difficiles. Premièrement, l'endroit où il partirait. Car s'il savait que Habeth résidait principalement en Naïlika, elle n'en demeurait pas moins nomade. Ils avaient entretenu une correspondance par faucons, ces dernières années. Les précédents hivers, elle les avait tous passé, sans exception, à Gotor. Autant commencer là-bas. S'il en avait l'occasion, il passerait à Neims pour visiter sa cousine et Edward, ainsi que Laly si elle s'y trouvait. Peut-être ferait-il un crochet par Artesia, où résidait Ilawen. Cette femme s'était toujours montré particulièrement sympathique et riante, si bien qu'on ne s'ennuyait guère avec elle. Finalement, la perspective de toutes ces rencontres lui redonnait presque le sourire. Du moins jusqu'à que son deuxième doute lui revienne. Qui choisir comme successeur ? Le trône de l'Oran n'était pas un simple siège dont on pouvait se débarrasser dans un vide-grenier. Il s'agissait de désigner une nouvelle dynastie. Si Fushy avait été si prompt à le faire quitter sa fonction, nul doute qu'il comptait demeurer à un poste décisionnel, sans quoi il continuerait de faire pression sur lui et révélerait tout de ses origines, semant un trouble sans pareil au sein de l'état. Il était de toute manière un maître-savoir des plus compétents qui agissait pour le bien de son pays, et l'écarter des sphères décisionnelles aurait été une décision stupide. Mais qui, alors ? Ralën avait été ravi, la veille, sans comprendre qu'il s'agissait d'un semi-sarcasme. Il avait certes une renommée, mais était bien trop vieux pour accéder au poste. Il fallait quelqu'un de plus jeune, dynamique, proche du peuple. Quelqu'un d'apprécié, quelqu'un qui était déjà proche du pouvoir et que beaucoup admiraient. Une personne intelligente et instruite, qui saurait faire la part des choses entre l'image publique et le devoir. Snori se surprit à lever les yeux au ciel. Finalement, même si la couronne le contrariait, il prenait soin de passer le relais en bonne et due forme. Llednar aurait été un candidat potentiel, mais jamais il n'infligerait cela à son ami. En outre, en tant que centraliste d'origine, il tenait plus du nordiste que de l'oranien. Son profil ne collait pas, et une dynastie de roi sans noms n'aurait pas convaincu. Si seulement Erlyn avait été encore en vie...lui aurait fait un monarque parfait, charismatique, assez distant pour susciter l'admiration. Et pourquoi pas Bartiméus ? C'était un homme fiable, intelligent, intègre, et introuvable. Le peuple l'aurait aimé, et Fushy aurait été bien embêté. Mais la blague aurait été de mauvais goût. Edward. Voilà qui semblait parfait. Un roi adoré de tous, uni à la lignée des Pendragon, jeune, beau garçon, de grande culture. Le symbole même de la réunification ! Qu'il était dommage que ces trop nombreux kilomètres les sépare. C'en était désespérant. À peu de choses près, il aurait posé les fesses de Seth sur ce fichu siège.

Arrivé dans la salle d'arme, Snori examina les différents objets accrochés aux murs ou rangés dans les présentoirs. Si l'Oran n'avait jamais brillé par la force de son armée, elle avait en revanche toujours été réputée pour ses grands tacticiens, son grand-père en tête, et ses forges de qualité. Ce n'était pas pour rien que tous les meilleurs bretteurs venaient passer commande ici, à Nora. Si se battre ne l'enchantait guère, le souverain avait toutefois une vague idée de ce qui l'attendait et savait que malgré la paix ambiante, voyager avec un équipement conséquent s'avérait prudent, voire nécessaire. Pour l'armure, il était fixé et se contenterait d'un pantalon de toile renforcé de vêtements en cuir souple, suffisamment résistants pour encaisser de petits chocs et lui laissant une totale liberté de mouvement. Il prit l'une de ces tenues et l'enfila aussitôt, constatant qu'elle lui seyait à merveille ; c'en était à croire que tout ici avait été conçu pour qu'il puisse s'en servir de manière optimale. Venait ensuite le choix de l'arme. L'épée semblait toute destinée, cela dit il alla essayer plusieurs masses, par curiosité, avant de s'arrêter longuement devant un naginata. Son long manche le rangeait plutôt dans la catégorie des lances, mais la lame, basse, devait compter pour un tiers de la taille totale. Cet outil de mort était bâtard à bien des égards, mais il s'avéra bien vite que le manipuler sans entraînement adéquat relevait de l'impossible, aussi revint-il à ses équipements de prédilection. Divers sabres recourbés et katanas retinrent son attention, avant qu'il ne tombe sur un yatagan dont il ignorait l'existence. Esmezia en utilisait un quasi identique. Il le prit en main, et la répartition du poids de la chose l'étonna. Par quel genre de pirouette rendait-on un tel appareillage efficace ? La lame était bien trop fragile pour supporter des impacts puissants. Il fallait être doté d'une grande agilité et tout miser sur l'esquive. Un pari quelque peu risqué. Réaliste quant à ses capacités actuelles, il préféra passer son tour et se rabattre sur une lame mi-longue relativement large au manche léger et sans fioriture. Parfois, le plus simple était le mieux ! Il attacha par deux sangles le fourreau dans son dos afin de s'assurer de sa parfaite stabilité, puis passa avec nostalgie devant son ancien kunaï à chaîne. Ça, c'était certain, il ne savait plus s'en servir...mais il n'avait rien à perdre à essayer. S'assurant presque par pudeur que nul ne l'observait, il emprunta l'objet, le fit tournoyer autour de son index, puis tenta un jet, trop faible, qui emprunta une courbe pour le moins étrange. En tirant sur la chaîne, il ne parvint en outre pas à le ramener complètement à lui. Non, définitivement, cela ne valait pas le coup. Autant suivre ses vieux rêves : prouver que l'épée seule pouvait terrasser n'importe quel adversaire. De toute manière, il lui restait à voir la surprise réservée par les Ehlkaÿd. Mais avant cela, passage obligatoire par la salle des mots. Fushy et ses ministres l'y attendaient. Sur son passage, les employés du palais s'inclinaient bas, et il s'arrêta devant chacun d'eux pour les remercier et leur demander de se redresser. Enfin, il traversa le jardin intérieur, jetant par réflexe un regard sur les toits pour s'assurer qu'Oloren ne lui tendrait pas une embuscade, puis entra dans la pièce. Alderon l'attendait, en bout de table, devant un papier qui ne demandait visiblement plus qu'un nom et une signature. C'était le moment de faire le choix fatidique. Sans adresser mot à celui l'ayant trahi, Snori empoigna une plume mise en évidence, la trempa dans l'encre, puis hésita un instant.

Alors, qui ? Ralën, Edward, Llednar, Bartiméus ? Fushy aurait pu y tenir, mais il n'avait pas de descendance, ce qui rendait sa nomination impossible, son statut de maître-savoir lui interdisant de se marier quel que soit son age. N'aurait-ce été que pour l'agacer, il aurait volontiers inscrit le nom de son père, mais il était hors de question de le jeter en pâture à ces politiciens. Avant de prendre une décision, le roi sans devenir lut le document dans son intégralité. Comme prévu, une majeure partie de la fortune des Pendragon revenait à l'état, ce qui lui laissait tout de même de quoi vivre dans l’opulence sur plusieurs générations. Il était également stipulé que l'actuel second conserverait son poste, et qu'une résidence serait fournie à Snori, ainsi que des terres. Voilà qui était merveilleux. En toute objectivité, le contrat semblait honnête. Eh bien soit, voilà qui serait délectable. L'idée d'une réunification avait de nombreuses fois été évoquée au cours de l'histoire, autant rendre cela officiel. Le bâtard en deuil inscrivit le nom de Talir Kesron sur le document, puis signa, devant les ministres qui ratifièrent à leur tour et l'air déconfit de Fushy, avant de quitter la pièce sans attendre leur réaction, plutôt fier de son coup. En passant dans le grand hall, il prit le temps de s'observer une dernière fois dans les miroirs de ce palais où il ne remettrai plus les pieds. Avec sa barbe naissante et ses cheveux qu'il avait fait couper court, il avait l'air bien plus mature et cela lui plaisait. Écartant avec énergie les battants de la grande porte, Snori fila droit vers l'échoppe des Ehlkaÿd, la détermination dans le regard et le sourire aux lèvres. C'était une belle journée pour commencer une nouvelle vie.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mar 21 Oct - 23:02

- Ah, te voilà enfin ! Les filles sont déjà prêtes, viens, que je t'offre ton petit cadeau !

Pour une femme qui avait si longtemps été réputée comme l'une des plus dangereuse épéistes de son pays, la maternité convenait étrangement à merveille à Ilyanna. Son sourire, radieux, et ses yeux pétillants d'intelligence évoquaient le soleil, un soleil qui aurait pu éblouir en plein milieu de la nuit. Sa fille entre les bras - qui tendait les bras pour essayer d'attraper le nez de l'ancien roi - elle avança vers la forge. Nigmaëll était assise à table, calme, le regard droit dans le vide, aussi cinglée que d'habitude. Beörielle sortit de sa chambre avec sa nouvelle armure, qui couvrait correctement la moindre partie de son corps, de façon quelque peu moulante. Certaines parties étaient en plaque de mithril noirci, léger, et réputé résistant à n'importe quel acier, tandis que d'autres, facilitant le mouvement, étaient faites d'un cuir de couleur abysse, bien que le déplacement ne soit pas le problème premier des Ehlkaÿd, il fallait avouer un fabuleux travail, de Ralën, sur ladite armure. Elle posa son hallebarde sur son épaule, là encore, un chef-d'oeuvre martiale tel qu'un forgeron n'en fabrique qu'une fois par dynastie.

- Prête, annonça la guerrière noire.

Nigmaëll se contenta de sourire bêtement, signe qu'elle était aussi apte à partir. Ilyanna toqua à la porte, puis s'en écarta vivement, car celle-ci s'ouvrit avec fracas. Fracas qui ne sembla pas perturber l'allure paisible de la jeune mère, malgré le hurlement du vieillard qui l'ouvrit.

- QUOI ?

- Snori est là.

- AH ! s'écria Ralën. PARFAIT ! BOUGES-PAS J'AI CE QU'IL TE FAUT !

Se fit entendre un fracas, étonnamment plus bruyant que les hurlements du vieux. Visiblement, la capacité à faire du bruit était aussi héréditaire que leur pouvoir, chez les Ehlkaÿd. Après un foutoir notable ayant attiré l'oeil des passants, avant que ceux-ci ne soient peu cordialement invités à "foutre le camp et s'occuper de leur cul", le sénéchal sortit enfin de sa forge.
Il se présenta avec dans les mains une épée à la lame noire.

- Voilà. C'est la deuxième meilleur lame que j'ai forgé de toute ma vie. Je craint qu'elle te serve, là où tu ira. Pour les précisions, la lame est noire à cause de son métal. La plupart des gens appellent ça du sombracier, mais ce sont des idiots, et les forgerons ont oublié depuis longtemps comment faire fondre ce petit bijou. Ceci, gamin, est une épée en buredo. Les deux épées que j'ai forgé à partir de ce métal sont les dernières preuves que ce métal ait un jour existé. On dit qu'il peut trancher du mithril, mais vu à quel point ce dernier est précieux, je ne me suis pas risqué à essayer. Et puis j'en doute, surtout. Elle est légère ... Et elle est lourde. Son poids est terriblement idéal, de même que sa taille est parfaitement adapté à celle de ton bras, j'y ai veillé personnellement.

Le vieillard marqua une pause un instant, le sourire aux lèvres, puis rangea l'épée dans un fourreau très sobre, bien que d'un beau cuir brun assez peu voyant.

- Si un jour tu as du temps à perdre, tu n'as qu'à retrouver la grande soeur de cette épée.

Sans plus de cérémonie, et considérant qu'un cadeau ne se refuse pas, il mis l'épée dans les pattes de Snori, avant de retourner à sa forge dans un rire tonitruant ... Décidément dans la demeure d'une famille de fous, le sourire calme et maternel d'Ilyanna était alors fort réconfortant. Peut-être serait-il bon de s'en imprégner avant de subir celui d'une cinglée et l'air blasé de l'aînée Ehlkaÿd...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Mer 22 Oct - 9:33

Snori, bon gré mal gré, agrippa la lame sombre que le vieux forgeron lui tendait. Il ne lui serait pas venue à l'idée de la refuser de toute manière, mais restait à voir si elle lui convenait ; car même si Ralën avait sa petite réputation, il n'avait jamais vu combattre le fils de Luciane. Adapter dans ce cas l'arme à l'épéiste semblait relever de l'impossible. Pourtant, la première prise en main lui fit raviser son jugement. Le poids du manche, comme l'avait décrit l'artisan, compensait à merveille celui de la lame. D'apparence, elle aurait pu être comparée à un parfait compromis entre le glaive et le sabre. Mi-large, assez longue pour disposer d'une allonge convenable sans perdre en équilibre, empruntant une courbe presque imperceptible mais parfaite pour des parades offensives. On lui avait vanté les mérites des forges du palais et il avait pu en constater la véracité, et le talent du doyen des Ehlkaÿd surpassait encore, de bien loin, ces métallurgistes experts. Snori fit quelques moulinets, testant différentes positions parmi les plus basiques afin de s'habituer à la répartition de la masse, puis rengaina et plaça le fourreau dans son dos, au niveau de son omoplate libre. Cela lui procura une sensation étrangement agréable. Il comprenait à présent pourquoi Llednar affectionnait tant porter plusieurs lames. On se sentait puissant, ainsi équipé.Il constata avec déception que l'homme venant de lui faire ce présent ne pourrait être remercié, étant déjà reparti. Le cœur y était, mais soit. Restait à régler le cas de ces deux jeunes femmes. S'il connaissait vaguement Nigmaël, rien, en revanche, ne le liait à Bëorielle. Et même la première ne lui inspirait pas nécessairement confiance, elle qui devait constamment être sous surveillance de ses alliés. Entre celle-ci et Üdek, l'ancienne troupe d'Erlyn fut définitivement constitué de membre bien étranges. Bras croisés, le petit blond se tourna vers elles.

-Je suis navré, mais je refuse de vous emmener avec moi. C'est un périple qui pourrait s'avérer dangereux, et Oloren aura certainement besoin de vous à son retour.

Puis il fit volte face et sortit à son tour de la forge, regagnant les rues où on le reconnut guère. Il préférait repartir avant que la sœur de son amie ne commence à tenter de le convaincre ou de lui faire comprendre qu'elle viendrait dans tous les cas. D'autant que la seconde option impliquait qu'elle finirait par le rattraper de toute manière, alors autant ne pas perdre de temps. Depuis les hautes tours du palais, des rapaces prenaient leur envol vers l'Ouest et le Nord, emmenant la nouvelle du couronnement prochain du président luuwrien. Nombre d'oraniens seraient ravi de l'apprendre, eux qui rêvaient d'un monde uni, mais beaucoup d'autres n'hésiteraient pas à exprimer leur colère. Le port finirait par être bloqué, comme toujours lorsqu'il s'exprimait de manifester le mécontentement. Or il lui fallait un navire, alors autant ne pas traîner. Passant par chez lui une dernière fois, Snori laissa simplement un mot à l'adresse de son père et emporta avec lui suffisamment d'or pour s'assurer un voyage confortable. Arrivé aux docks, il acquit un petit esquif suffisant pour gagner Hovo, d'où il avancerait à pied ou à cheval. Rednow aurait également constituée une première escale idéale, néanmoins le roi fraîchement destitué ne se voyait pas y retourner pour l'heure, soucieux de rester éloigné des affaires politiques un certain temps. Le navire contenait une cabine, une petite cale et la barre se trouvait en extérieur, ce qui serait peu commode par mauvais temps. Le tout constituait un bâtiment long d'une dizaine de mètres tout au plus, qui avait déjà servi par le passé. Nul se douterai de l'identité de son capitaine. Snori déposa ses affaires dans la cabine puis s'étira longuement sur le pont, lançant un dernier regard à sa cité lorsqu'un aigle imposant vint se poser sur la rambarde. Il reconnut aussitôt Lev, qui l'observait fixement, tête penchée sur le côté. Et il soupira.

-Quoi, toi aussi, tu veux m'accompagner ? Tu me diras, toi au moins, tu sais garder ta langue dans ta poche...

Pour toute réponse, le rapace poussa un cri strident.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Jeu 23 Oct - 20:35

Caché au fond de la cale, équipé uniquement de ses habits habituels et de son arme, Seth était un peu à l'étroit... N'ayant pas pu se permettre de prendre une valise, le jeune homme avait profité que Snori aille s'occuper du ravitaillement pour s'introduire discrètement dans le navire. Le suivre sans se faire repérer n'avait pas été évident, d'autant que l'épéiste adorait attirer l'attention sur lui, et commençait à être connu dans la capitale Oranienne. Pendant un moment, il avait bien cru que Snori ne ressortirait jamais de la forge des Ehlkaÿd. Bienheureusement, il avait fini par apparaître à l'entrée, une épée flambant neuve à son dos. La lame, même vue de loin, semblait d'une qualité incomparable. Lorsqu'il en aurait l'opportunité, Seth la lui emprunterait. En attendant ce jour probablement lointain, il se retrouvait bloqué dans un espace confiné. De l'eau de mer commençait à infiltrer ses vêtements et sa cape, pour son plus grand désagrément... Bientôt, le jeune homme sentit le bateau se détacher de son point d'ancrage et se diriger vers ce qu'il supposa être le nord. L'aventure commençait enfin. Pour passer le temps, Seth s'amusait à faire flotter dans les airs une sphère métallique finement sculpté par un expert Luuwrien. Objet qui n'avait d'utilité que pour les expulseurs suffisamment fortunés pour faire une telle dépense. A partir d'une certaine vitesse, la sphère déployait des lames affûtées qui pouvaient blesser, voire tuer à quelques dizaines de mètres de distance. Seth était bien conscient que cela relevait d'avantage du gadget que d'une véritable arme. Mais il se plaisait tout de même à l'utiliser. Lorsqu'une dizaine d'heures eurent passés, il jugea qu'il était enfin temps pour lui de signaler sa présence à son cousin. Avec plus de difficultés qu'il ne l'aurait voulu, le jeune homme ouvrit la porte minuscule menant au pont. Il tentait déjà d'imaginer la tête que ferait Snori lorsqu'il le verrait... Il ne faisait aucun doute que personne n'était jamais entré en douce dans un bateau où le roi voyageait!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Jeu 23 Oct - 20:53

Snori avait emporté le strict nécessaire pour maintenir une alimentation convenable pendant les deux jours à venir. Il avait ensuite rangé ses deux lames dans sa cabine, non pas sans les observer longuement, le cadeau de Ralën tout particulièrement. Il espérait ne pas avoir à s'en servir, mais cette épée l'intriguait. Et qu'avait dit le vieillard, déjà ? Quelque chose du style « il y a une lame jumelle que tu dois retrouver ». Pour sûr, l'acier noir, ça ne courrait pas les rues, mais il lui semblait avoir déjà vu Oloren porter une arme similaire à celle-ci. Peut-être que c'était à sa petite fille que le forgeron avait fait allusion. Enfin, il n'en saurait rien avant un bout de temps. Son navire n'avançait pas bien vite, et bientôt la nuit tomberait, mais cette petite traversée au calme lui plaisait, malgré l'odeur de l'air saturé d'iode qui ne l'enchantait guère. Il eut un petit pincement au cœur en laissant son regard se poser sur l'horizon, à l'Ouest, mais n'y revint pas et continua de filer droit, direction Eszial. Il comptait refaire une partie du chemin qu'ils avaient pris lors de l'expédition pour trouver Nigfol, à savoir Wuhm, les monts pourpres, puis Gotor. Cela prendrait peut-être deux semaines, voire plus s'il décidait de traîner en route ; ce n'était pas comme si Habeth l'attendait. Alors que le soleil commençait à s'abaisser, la porte de la cale s'ouvrit dans son dos. L'épéiste se retourna, lâchant la barre pour placer ses mains sur ses hanches, et laissa un léger sourire venir illuminer momentanément son visage, avant qu'il ne se ressaisisse et y plaque une expression ferme. Il lui avait dit qu'il ne voulait pas qu'il l'accompagne.

-Ça y est, tu te décides à sortir ?

Il avait effectivement vu entrer Seth sur l'embarcation, à Nora. Vu sa renommée, il fallait vraiment être stupide qu'il quitterait l'esquif de l'œil avant d'y grimper ; on n'était jamais trop prudent, surtout un jour pareil. Lev, perché sur la cabine, poussa un hurlement menaçant vers l'intrus, sans pour autant daigner faire le moindre mouvement qui aurait pu attester de son agressivité. Llednar l'avait bien dressé, et il n'attaquait que lorsque son maître le lui ordonnait. En l’occurrence, jusqu'à qu'il retrouve son vieil ami, ce serait Snori qu'il considérerait comme tel. Ce dernier, même s'il s'avérait intérieurement heureux, devait faire mine d'être mécontent et savait qu'il aurait du l'être. Seth avait des responsabilités vis à vis de Naïlika et de sa sœur, dont il avait juré d'assurer la protection. On ne faisait pas de telles promesses en vain lorsqu'il s'agissait d'une reine, encore moins lorsqu'il s'agissait de quelqu'un dont on était proche. Et le fait qu'on l'ait suivi n'était pas de bonne augure. À n'en pas douter, les membres du clan Ehlkaÿd ne tarderaient pas à surgir de nulle part, bornées qu'elles étaient. Pour le voyage en solitaire, c'était quelque peu compromis. Snori retourna à sa barre, tournant le dos à son cousin.

-Je t'avais demandé de ne pas venir. Je ne vais pas simplement faire une longue promenade dans un coin reculé, et tu n'es pas apte à t'en sortir là-bas.



_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Jeu 23 Oct - 21:07

Un grand sourire anima le visage de Seth, bien qu'il fut un peu déçu du peu d'étonnement qu'il avait procuré chez son cousin... Son contentement se trouva très diminué lorsque l'énorme rapace qui l'accompagnait fit preuve d'hostilité en son égard. Malgré la beauté de la bête, quelle mouche avait piqué Snori pour emmener un volatile aussi encombrant dans un tel voyage? Le jeune homme faillit le faire remarquer à son cousin lorsqu'il comprit que cette remarque pouvait très bien s'appliquer à lui... Pas décontenancé pour autant, Seth se plaça à côté de l'ancien roi d'Oran.

- Je pense, Seigneur Pendragon, que vous sous-estimez grandement mes capacités! Je n'ai certes pas d'aussi belles épées que vous, mais je suis réputé pour être la plus fine lame de tout Naïlika!

Le vouvoiement, bien que non nécessaire pour s'adresser à son cousin amusait beaucoup Seth. Il donnait un air bien plus "noble" a une conversation, selon lui. Pourtant, il repassa au tutoiement, avec un ton aussitôt plus sérieux.

- Et je sais que si je ne suis pas aussi expérimenté que toi, j'ai tout autant le droit que toi de venger William. Je sais que tu comprends...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Jeu 23 Oct - 21:24

Ne voyant plus d'importance à se cacher, elle décida de se montrer, se relevant lourdement, elle entrepris de se montrer, sortant du même endroit que le cousin du roi. Si Seth n'avait pu surprendre son idole, il était évident que la grande soeur d'Oloren savait se faire bien plus discrète.

- Il comprends que dalle, et toi non plus. Les gamins entravent jamais rien. Et vous comprendrez pas jusqu'à ce que votre objectif soit accompli. La vengeance, ça implique beaucoup de chose. Est-ce que vous avez déjà tué quelqu'un, l'un comme l'autre ? Franchement ... J'en ai pas l'impression.

Ses longs cheveux blancs au vents contrastant avec son ensemble noir parfait imposait une présence difficile à ignorer ... Cependant sans Nigmaëll. Beörielle s'était introduite seule. Son visage n'affichait plus un air blasé mais était parcouru d'un regard lourd de reproches, sévère et intimidant. Du blanc des yeux à l'iris jusqu'au plus profond de ses pupilles, ce regard n'avait appartenu qu'à une seule personne auparavant. Un regard que, sur l'instant, seul Snori aurait pu reconnaître.
Elle avait les mêmes yeux qu'Erlyn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Ven 24 Oct - 16:10

Snori aurait eu bien des choses à dire à son cousin pour tenter de lui faire comprendre une fois encore qu'on ne pouvait réduire ses sentiments actuels à un simple désir de vengeance, mais l'attention fut reportée sur Bëorielle, qui était à son tour sortie de la cale. Il était impensable de croire qu'elle et Seth aient pu y cohabiter sans se remarquer, pourtant le frère d'Anya paraissait plus étonné que l'ancien roi. Celui ci l'observa avec un certaine froideur, puis avec un dédain plus qu'évident lorsqu'elle eu finit de les sermonner. Elle avait une prestance certaine et savait manier les mots, mais les gens qui s'en remettaient trop à l'apparat était, bien souvent, beaucoup moins forts qu'ils ne tenaient à le faire croire. Ceux qui possédaient un réel pouvoir n'avait aucunement besoin de le rappeler à ceux qui l'entouraient.

-Je n'ai jamais parlé de tuer qui que ce soit, répondit-il avec froideur. Et je t'avais demandé de ne pas venir.

L'idée qu'elle puisse continuer de leur emboîter le pas malgré leur consentement agaçait fortement l'épéiste, qui préféra en retourner à quelque réflexion sur les paroles celui qui partageait son sang. Ainsi s'auto proclamait-il plus fine lame de Naïlka ? En voilà un qui n'avait jamais croisé le chemin des Ombres, mais force était d'admettre qu'il n'était pas apte à un juger, ne l'ayant jamais vu combattre. Et l'occasion qui se présentait serait peut-être un moyen de vérifier s'il n'était pas trop rouillé. Le combat à l'épée était constituée d'une multitude de techniques différentes, dont l'alchimie complexe permettait à tout guerrier de créer un style unique pour peu qu'il aie dans un premier temps appris à maîtriser les bases. Certains tiraient profit de leur force physique, comme Bartiméus ; d'autres de leur agilité, comme Esmezia ; et d'autres encore sélectionnaient les assauts les plus à mêmes de se marier à leurs pouvoirs, comme Erlyn. Snori, lui, s'était toujours basé sur son sens de l'observation et son empathie qui étaient ses deux plus grandes qualité. Deviner l’intention d'un adversaire n'était pas si compliqué que cela une fois que l'on avait appris à déchiffrer les gestes, les mimiques, les expressions communes à tout être humain. Bien sûr, voir venir une attaque ne signifiait pas qu'il était possible de l'esquiver ou de la parer pour autant, mais en couplant cet infime temps d'avance à une bonne maîtrise de l'arme, cela permettait de se sortir de la plupart des situations dangereuses. Au cours de ces cinq années, il avait côtoyé nombre de politiques, de prisonniers, d'hommes influents et dangereux dont il avait du déjouer les stratagèmes au plus vite afin de rester particulièrement puissant. En cela, il n'avait pas cessé de s'entraîner. Peut-être ne serait-il pas aussi bon qu'il avait pu l'être, mais il espérait ne pas trop avoir perdu grâce à cela. Après tout, la science des armes, ça ne s'oubliait pas.

-Très bien, Seth. Si tu me bats, ou même simplement si tu me prouves que tu t'en sors bien, je te garde avec moi. Prépares toi.

Snori passa par sa cabine rapidement, ne prenant avec lui que l'épée du palais, préférant garder la lame noire de Ralën pour les véritables combats si ceux-ci étaient à venir. Il plaqua le fourreau dans son dos, au niveau de l'omoplate gauche, et le sangla rapidement avant de dégainer la lame à deux mains. Il se mit de trois quart, lame légèrement inclinée vers Seth.

-À toi l'honneur ! Quant à vous Bëorielle, libre à vous de nous juger s'il vous en prend l'envie.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Ven 24 Oct - 19:17

- Se venger sans tuer qui que ce soit ? demanda-t-elle en haussant les sourcils, reprenant son air blasé. Je crois que je commence à comprendre ce qu'elle te trouve ... Petit détail cependant : je n'ai aucun ordre à recevoir de toi, t'as jamais été mon chef et tu ne le sera jamais, considère-moi comme une amie, une alliée, au moins. Quel que soient tes objectifs, le mien est de retrouver ma petite soeur, ensuite, j'aviserait.

Sur ces mots elle haussa les épaules, voyant Snori prêt à affronter son cousin, elle se plaça un peu à l'écart, dans le soucis de ne pas vouloir les gêner.

- Tu veux que j'fasse l'arbitre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Sam 25 Oct - 19:29

Snori baissa son arme en entendant Bëorielle leur présenter son objectif. Ses muscles se détendirent et se redressa se tournant légèrement vers la petite-fille de Ralën. Les Ehlkaÿd étaient une famille quelque peu complexe, qui semblait receler de nombreux secrets. De fait, Snori pouvait simplement avoir loupé un chapitre, mais il lui semblait bien que, jusqu'à dernière nouvelle, la seule sœur dont cette femme pouvait actuellement parler était celle qu'il connaissait, qu'il avait longuement côtoyé.

-Oloren est sans doute à Rednow, lui dit-il. On va à Eszial.

Il lui paraissait bon de l'en informer...


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Dim 26 Oct - 17:52

Un défi! Voilà qui plaisait au jeune Seth. Lui qui avait toujours rêvé de battre son cousin en duel, voilà qu'il pouvait réaliser son rêve. Sortant vivement son katana du fourreau, le jeune noble le saisit à deux mains, un air de défi sur le visage. Qu'importe qu'une autre passagère clandestine se soit introduite dans le navire. Si elle voulait être l'amie de Snori, grand bien lui en fasse! Seth, lui, serait l'adversaire victorieux que personne n'anticipait! L'épéiste de génie qui vaincrait la légende vivante qu'étais son cousin. Son excitation était telle que ses mains tremblaient. Se ressaisissant un peu, le jeune homme tapa du pied, avant de lancer un terrible assaut... Qui s'avéra être une splendide feinte. Le saut qu'il avait effectué lui avait permis de franchir la distance de sécurité qui les séparaient. Mais plutôt que d'attaquer, Seth préféra se placer en position défensive, et faire un pas de côté, avant d'effectuer une terrible attaque sur ce qu'il considérait être la zone de faiblesse de Snori, c'est à dire sa jambe gauche, peu protégée par la garde qu'avait adopté son cousin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Dim 26 Oct - 18:05

Surpris alors qu'il attendait la réponse de Bëorielle, Snori fut force de reculer de trois pas à la première attaque de son adversaire. Son attitude ne s'avérait pas des plus nobles, mais il avait somme toute parfaitement raison de ne pas attendre qu'il soit prêt. Lors d'un véritable combat, à moins d'être suffisamment idiot pour placer son honneur dans la balance, on ne laissait aucune chance à l'homme qu'on souhaitait vaincre. Étonnamment, suite à cet assaut maladroit mais audacieux, le frère d'Anya conserva une position défensive que Snori se permit de jauger. On était loin de la perfection, mais il fallait lui reconnaître une certaine lucidité. L'épéiste ne chercha pas à s'engouffrer dans les quelques failles qu'il voyait, préférant attendre de voir par ce que tenterait Seth à présent. Et il fut déçu. Il se contenta de pivoter pour changer de profil et alla faire rencontrer sa lame avec celle du passager clandestin, dont la position ne pouvait permettre le maintien d'un réel équilibre. C'était pourtant une règle essentielle de toute forme de combat : ne jamais se retrouver sous son ennemi. Tenter une attaque basse alors qu'ils étaient tous deux debout, lames hautes l'instant d'avant, relevait de l'absurde. L'acier entre en contact et Snori fit glisser son arme le long de sa rivale, faisant fuser sa pointe avant de la stopper tout proche du flanc de Seth, à qui il se asséna un grand coup de son pied droit.

-Si tu tiens à attaquer une jambe, attaque la jambe d'appui, commenta-t-il.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Dim 26 Oct - 18:17

- Tout cela faisait bien sur parti de mon plan, hahaha! déclara le jeune Oranien, transpirant déjà à grosses gouttes.

L'efficacité de Snori l'avait surpris, mais il ne s'avouait pas vaincu. Ses conseils lui étaient précieux, et il les analyseraient plus tard, mais maintenant qu'il était à terre avec son adversaire déconcentré, il était temps d'en profiter. D'une habile glissade, Seth faucha les jambes de son adversaire, le faisant tomber au sol. Profitant de cette chute, l'épéiste s'éloigna de son adversaire d'une roulade, et se remit sur ses pieds, puis retourna à l'assaut de son cousin. Snori s'était déjà relevé, et l'attendait avec assurance. Par trois fois, leurs lames s'entrechoquèrent, enchaînant attaques et contre-attaques. Si les gestes de Snori étaient vifs, Seth parvint à les contrer sans beaucoup de mal. Mais il ne parvenait pas non plus à prendre l'avantage sur son cousin. Reculant d'un bond, le jeune homme essuya la sueur sur son visage avant de repartir à l'assaut!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   Dim 26 Oct - 18:27

Beörielle haussa les sourcils lorsque l'échange commença enfin. Jaugeant les capacités de Seth, elle se demanda si Snori, pour peu qu'il ne la regarde pas, pourrait continuer à lui parler tout en continuant le cours qu'il venait de commencer à l'attention de son cousin.

- Tu sais, la tête pensante de la fratrie c'était Erlyn, alors mon plan est pas des plus malins mais c'est encore le moins stupide de ceux que j'ai trouvés. Oloren est actuellement à Rednow, soit. Qui sait combien de temps elle restera là-bas ? Elle n'a besoin de personne pour aller où elle veut, et puis, je sais deux ou trois choses sur ma petite soeur dont tu dois te douter sans y avoir vraiment réfléchi ...

Elle chassa de sa joue une mèche qui la chatouillait.

- Par exemple, pourquoi penses-tu qu'elle soit restée 5 ans à Nora, sans visiter ou même tenter de retrouver une seule fois ses amis, genre Inès ou Alix ? Pour la famille ? Un petit mois à voyager pour retrouver des gens, c'est pas une grosse épreuve, même pour le petit flocon. La réponse est assez simple, malgré son age, c'est une gamine, et pire encore : une gamine amoureuse. Et si ses sentiments envers toi ne sont pas trop émoussés, elle finira bien par te retrouver, ou bien essayer, à un moment ou un autre. Ce qui veut dire que ma meilleur chance de revoir ma frangine, c'est encore de rester à tes côtés.

S'asseyant, elle posa son hallebarde sur ses genoux, faisant preuve d'une grâce voluptueuse et très féminine.

- Ne t'en fait pas, je suis moins bruyante qu'elle, je me ferais discrète. Et si tu as l'impression que je fais la gueule, il faudra excuser mon incapacité physique à sourire, lâcha-t-elle en haussant les épaules.

Bien que son visage ne s'y prête pas, le ton de sa voix était effectivement assez léger, presque aimable, malgré la volonté de le faire paraître indifférent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le jeu des thrônes (référence culturelle requise)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» minute culturelle
» Conservation-restauration et médiation culturelle, JOURNEE D’ETUDE Mercredi 23 mars 2011, MUba Eugène Leroy l Tourcoing
» commission culturelle?????
» Collectivisme culturel vs Propriété culturelle
» Journée culturelle chinoise le 19 mai 2012 à la MPT de Calais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: