Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1164)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50

» Les inspirations musicales de L.Hubs - Rp One Piece
par L.Hubs Mar 27 Sep - 12:53


Partagez | 
 

 Düïrhir le puissant.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 13:03

L'officier n'avait pas compris ce qui venait de lui arriver, ou n'y avait plutôt pas cru. Alors que lui et ses hommes filaient droit vers Neims, une bête gigantesque avait fendu le ciel pour déverser sur eux un torrent de flammes. Un dragon d'ébène. La menace était réelle, pourtant elle parut risible comparée à ce qui vint ensuite. Fait inconcevable, un homme descendit de la créature tandis qu'elle se posait au sol en portant sur son dos une seconde silhouette. Feintes, pouvoir, maîtrise des armes : rien n'y fit. Le colosse au crâne rasé les malmena, essentiellement à mains nues, sans éprouver la moindre difficulté. Les pointes des lances semblaient glisser sur sa peau sans l'entailler, et il ne ressentait pas les rares coups parvenant à l'atteindre. En un instant, il les mit presque tous à terre. Ne restait que le leader de cette petite troupe, à terre, gémissant. Sans pouvoir réagir, il sentait leur assaillant le charger sur son épaule, et perdit connaissance à cet instant. Lorsqu'il se réveilla, aux abords de Neims, il ne se souvenait pas de l'attaque. Ni de ses subalternes. Il était le seul éclaireur envoyé par l'arme naïlikane pour informer le roi Edward de la nature de la menace hovoïte. Reprenant sans attendre sa mission de la plus haute importance, il pénétra dans la cité.

À quelques dizaines de kilomètres derrière lui, Esemezia chevauchait sans répit. Elle avait quitté les villages montagnards quelques heures après les fonceurs, convaincue qu'aucun de ces messagers ne s'en sortiraient et qu'il serait bon qu'elle livre elle-même le message. Mais il s'agissait de plus que d'un acquis de conscience. Elle tenait à retourner à Neims elle-même. Cela s'avérait nécessaire, pour s'assurer que tout se déroule pour le mieux. Un colonel avait été laissé en charge du reste des troupes et de l'exécution des créatures restantes. Compte tenu des effectifs respectifs, il y aurait des pertes, mais les hommes l'emporteraient certainement. Peu avant de partir, elle et tous ses hommes avaient vu l'un des dragons prendre son envol, ce qui les rassura quelque peu. Si en vaincre un restait compliqué, devoir affronter les deux aurait tenu du miracle. Ainsi, rassurée quant aux forces en présence, l'épéiste avait pu quitter son poste le cœur plus léger. Afin d'optimiser la vivacité de son retour à Naïlika, elle avait changé de monture à mi-chemin. D'aucuns se seraient offusqués à l'idée même de troquer un équipé de si belle race, mais Esmezia ne s'attachait guère à ces bêtes abruties par l'homme. Elles ne servaient jamais qu'à galoper, alors peu lui importait qu'il soit blanc, noir, mâle ou femelle. Quelques heures après l'officier, elle parvint aux portes de la capitale du Nord, et se rendit directement au palais. On l'y laissa entrer sans broncher, et le même ministre vint l'accueillir. Drôle de manie pour un homme d'état à priori occupé que de venir lui servir de guide à chaque occurrence, mais qu'importait pour l'heure.

-Je dois m'adresser à Kellue Dovlass sur le champ ! l'informa la jeune femme.

Son interlocuteur prit soin de la dévisager, constatant non sans agacement son état actuel. Elle n'avait pas du se laver depuis plus d'une semaine, se présentait avec des bottes couvertes de boue, un grossier bandage au bras, les cheveux en vrac. Ce n'était pas convenable pour un palais royal. Naïlika avait beau être une terre de guerriers, ils n'en conservaient pas moins des manières et une certaine élégance. Le ministre soupira avec dédain, comme à son habitude. Ces paysans d'hovoïtes se pensaient vraiment tout permis.

-Dame Dovlass est, après notre glorieux monarque, la personne la plus respectée et la plus importante de notre pays. Avez-vous réellement la décence de lui demander audience à l'improviste.

Esmezia le fixa, bouche entrouverte, sourcils froncés, se frottant nerveusement la tempe du bout des doigts pour conserver contenance et s’empêcher de lui hurler dessus. Ce qui ne fonctionna guère.

-Évidemment que j'en ai la décence ! Aucun éclaireur n'est donc parvenu jusqu'ici ?

-Il semblerait que non, rétorqua-t-il, imperturbable.

Cette fois, elle fut réellement surprise. Bien qu'elle ait eu la sensation qu'un funeste destin les attendait, elle avait toutefois gardé espoir. Mais ils avaient réellement tous péri. L'enquête devrait être menée, ultérieurement. Pour l'heure, le fait que la nouvelle ne soit pas encore parvenue jusqu'aux oreilles de la royauté ne faisait qu’aggraver l'urgence de la situation. Ce triste constat avait au moins eu le mérite de calmer la rouquine, dont l'envie de plaquer ce politicien cynique sur un mur venait de passer. Elle tenta, à la place, d'expliquer calmement la situation.

-J'ai des nouvelles concernant les artefacts, des nouvelles capitales. Guidez-moi à Kellue, je vous en prie, ça ne peut attendre !

Le ministre leva les yeux au ciel, les écarquilla, et inspira longuement avant de faire une moue qu'il ne prit pas soin de dissimuler.

-Soit, lâcha-t-il avec flegme. Si vous voulez bien me suivre.

-Merci, fit-elle, agacée.

Dans un silence religieux et à pas lents, ils traversèrent quelques couloirs avant qu'on indique enfin une porte à la benjamine des Fambriel. Sans demander son reste, elle s'y engouffra. Il s'agissait d'un salon luxueux, dont une série de portes coulissantes donnaient sur des jardins intérieurs. Kellue s'y trouvait comme prévu, assise dans un fauteuil pourpre, jambes croisées. En face d'elle lévitait Ohihir, dressé de toute sa hauteur, dégageant comme toujours une chaleur rassurante par la simple expression de son regard. Les revoir conforta Esmezia. C'était bien à eux qu'elle devait s'adresser dans un premier temps, et non pas au roi Edward. En matière d'artefacts, l'autorité du conseil passait avant celle de tout monarque que ce soit. La parleuse interrogea silencieusement la nouvelle arrivante sur la raison de sa présence, elle qui était censée se trouver à l'Est en ce moment même. Celle-ci referma la porte derrière elle et alla se placer près des deux compagnons.

-J'ai découvert ce qui a causé l’affolement des bêtes aux sommets du Nord, commença-t-elle.

-Et pourquoi ne pas en informer les généraux ou le roi ? répondit Kellue, sur le ton de l'évidence.

-Non, c'est à vous que je dois en parler. Cela concerne un artefact dangereux.

Kellue se leva à son tour, ne supportant guère de se retrouver en position inférieure à son interlocutrice. Son insubordination commençait en outre à lui taper sur les nerfs.

-Encore une fois, il me semble essentiel d'en informer le roi avant...

-Non !

Esmezia avait haussé le ton bien plus qu'elle ne l'aurait voulu, et se prit immédiatement la tête entre les mains, tentant de reprendre son calme. Elle ne se sentait pas bien, pas bien du tout. La présence de Solunthes avait eu des effets néfastes sur son esprit. À long terme, si elle ne parvenait pas à gérer ce flot d'informations continues, il lui en coûterait sa santé mentale.

-Kellue, Ohihir, je vous en supplie, écoutez moi, ne serait-ce que quelques minutes.

Les susnommés se concertèrent du regard, puis finirent par acquiescer. La conversation qui s'ensuivit dura plus de deux heures, au terme desquelles Kellue sortit du salon, seule. La jeune rouquine avait fini par s'endormir, ce qui ne pouvait lui faire que du bien. Avoir réussi à pénétrer l'esprit de Solunthes sans périr constituait dores et déjà un exploit considérable. Maintenant que son nom avait été évoqué, Ohihir se souvenait de lui. Il n'avait que des bribes, comme des apparitions, mais tout lui semblait évident. Presque chaque fois qu'il avait affronté Athis, Solunthes se tenait à ses côtés. Un être bien mystérieux que ce maître des illusions. Jamais ses intentions n'avaient été claires, jusqu'à maintenant. Kellue pénétra dans la salle du trône sans y être invitée, interrompant une séance de doléance à laquelle se prêtait Edward.

-Faites sortir tout le monde, capitaine, ordonna-t-elle.

Le soldat en question fut quelque peu étonné de cette soudaine intervention, mais ne se risqua pas à la moindre remarque. Il consulta simplement le roi du regard, qui confirma qu'il pouvait s'exécuter. Rares étaient les occasions où la porteuse d'Ohihir faisait preuve d'une telle autorité : cela ne pouvait être qu'important. Une fois que seuls le souverain et les quelques gardes furent encore présents, la jeune femme s'adressa à son ami.

-Esmezia Fambriel est revenue. Elle a trouvé la source des dérèglements. Il s'agissait de Solunthes, un artefact oublié, mais il n'est que la face cachée de l'iceberg. Solunthes s'est enfui et cherche à retrouver Düïrhir.

-Düïrhir, continua Ohihir, compte parmi les plus puissants d'entre nous. Il nous faut le retrouver avant lui. Sire, je recommande une réunion au plus vite avec les dirigeants de Luuwr et de l'Oran.


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 13:37

Voilà près de trois heures qu'Edward s'échinait à rendre justice à son peuple, et son crâne commençait à exploser d'informations inutiles.  Même si il savait n'avoir aucune obligation pour ces doléances, c'est une action qu'il tenait absolument à faire de lui même, afin de conserver une certaine proximité avec ses sujets. Certaines affaires, impossibles à résoudre de manière "juste" impliquaient qu'il fasse preuve de sa royale générositée afin d'aider celles et ceux que le destin avait touché de manière cruelle. Le jeune roi s'apprêtait à faire une pause lorsque Kellue débarquat de manière cavalière dans la salle. En vu du visage de sa plus chère conseillère, de nouveaux problèmes arrivaient... Et pas des petits...

Se levant, l'enfant de sang royal lança un regard interrogateur à la nouvelle arrivante. Il avait un vague souvenir d'une situation inquiétante en Hovo, mais avec tous les problèmes qu'il devait gérer chaque jour, il ne parvenait plus à se rappeler des enjeux de celui ci. Quelque chose qui pouvait être en rapport avec l'artefact Athis, si il se souvenait bien...

Une migraine commençait à le faire souffrir tout à l'heure, et il avait le pressentiment que cela n'allait pas tarder à s'empirer...


- Mesures immédiates fit le Reydoran, reprenant les expressions qu'il utilisait lors de ses doléances. Scribe, préparez une missive adressée au conseil, ainsi qu'à Snori Pendragon et au troufion qui remplace Omer Gueldre! Utilisez le code prévu à cet effet, afin que l'information ne soit utile à personne si elle est interceptée, et citez le nom de la jeune Esmezia Fambriel afin d'affirmer la fiabilité de nos informations. Kellue, laissez moi le temps d'embrasser ma femme, et nous partons sur le champs pour Rednow. Vous m'expliquerez tout ce que vous savez sur cette nouvelle menace. Le temps ne joue pas en notre faveur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 14:55

Snori sortait d'une longue réunion avec l'ensemble de son personnel, et était tout simplement épuisé. Il ne rêvait plus que de son lit, gigantesque, d'un confort exquis. D'accoutumée, il aurait eu mauvaise conscience d'être béat devant tant de luxe, mais pas ce soir. Pas dans un tel état de fatigue. Et puis après tout, autant profiter des quelques avantages liés à la fonction. Certes, beaucoup auraient juger puéril de compter le mobilier de chambre parmi les privilèges, mais peu lui importait à cet instant. Dormir, dormir, et dormir, pendant de longues heures. Nul ne viendrait l’importuner, qu'importe s'il devait louper le conseil de la salle des mots demain. Ce fut au moment où il allait pénétrer avec allégresse dans ses quartiers qu'on le rattrapa. Il sentit la main familière de Llednar se poser sur son épaule pour le faire s'arrêter. Il l'observait de son air sombre, lui tendant simplement ce qui semblait être une missive sans mot dire. Snori soupira, déconfit. Les messages qui passaient par Llednar et, par extension, Lev, étaient tous d'une importance capitale. Sans réelle conviction, il agrippa le parchemin et le déroula. Petit à petit, ses yeux s'écarquillèrent.

-De quoi s'agit-il ? l'interrogea le rôdeur.

-Quelque chose d'assez difficile à croire au premier abord. Ça vient d'Edward. Ils ont découvert un nouvel artefact, que même Ohihir ne connaît pas. Oh !

-Quoi encore ?

-Zia les a aidé sur ce coup, et l'info vient d'elle.

Cela faisait longtemps que la jeune marcheuse n'avait pas résidé au palais. La dernière fois devait remonter à plus d'une année, à présent. Chacun de ses passages étaient ponctuées d'affectueuses embrassades et d'un vent d'euphorie à la cour, mais elle ne restait malheureusement jamais bien longtemps, occupée qu'elle était à entretenir sa réputation. Il avait déjà entendu parler d'elle, quelque jours auparavant. On disait qu'elle avait exécuté un dragon, rien que ça. Et la voilà qui découvrait un nouvel artefact. Au moins, on ne pouvait pas dire qu'elle perdait son temps.

-Que propose le roi de Naïlika ? demanda Llednar.

Tiré de ses pensées, Snori continua la lecture de la missive, interrompue durant quelques secondes. Tout le conseil ainsi que les dirigeants des trois grandes nations étaient conviés à Rednow dans les jours à venir. Pour sûr, cela allait leur rappeler des souvenirs. Pas uniquement des bons, malheureusement. C'était dans la cité fluviale qu'ils avaient perdu Nigfol, Omer Gueldre et Irwan Knell. Tous, à Nora, respectaient la mémoire de l'ancien maître-savoir, lui qui avait, dans l'ombre de Kunz Pendragon, dirigé d'une main bienveillante et avisée le royaume de l'Est pendant des années. Sans lui jamais ils ne seraient parvenu à trouver Nigfol, et jamais ils n'auraient pu emporter cette guerre. La paix dans laquelle Valato baignait aujourd'hui était en partie de son fait. Beaucoup des grandes figures de ce conflit avaient été élevées au rang de héros, mais ceux ayant péri étaient devenus de véritables icônes. Omer, Irwan, Erlyn. Tous les enfants du continent connaissaient leurs noms.

-Edward veut que nous nous réunissions à Rednow. M'est d'avis que c'est une bonne idée. Tu veux venir ?

-À quoi bon ?

-On pourrait revoir tout le monde !

-Et c'est tout ce que tu as en tête ?

-Non, non. Je mesure la gravité de la situation. Simplement ça ne m’empêche pas d'en voir les bons côtés. Allez, viens ! Ils seront contents de te revoir.

Ça, le rôdeur n'en était pas certain. Il ne s'était jamais senti complètement à son aise dans le groupe de l'expédition, sans doute car il n'avait fait aucun effort pour s'y intégrer. Des liens avaient fini par se créer, mais il demeurait assez à l'écart parmi eux. Il ne l'avouerait jamais publiquement, mais cela avait tendance à lui déplaire. Enfin, il ne pouvait quoiqu'il en soit pas se permettre d’abandonner son poste. Les traqueurs avaient besoin de lui.

-Mon unité, commença-t-il...

-Sera chargée de ma protection personnelle ! Affaire réglée. Fushy tiendra les rênes à Nora pendant notre absence. Allez, bonne nuit !

Et la nuit fut, effectivement, des plus délectables. Le roi qui n'avait en tête que les soucis d'ordre politiques rêvassa, pour la première fois depuis trop longtemps, à des visages amicaux. Couplée à sa fatigue, sa bonne humeur lui permit de sombrer rapidement dans un sommeil réparateur, dont il émergea finalement relativement tôt, avec une idée précise en tête. Quitte à retourner à Rednow, autant faire profiter tout le monde de cette opportunité. Après s'être habillé, il s'engouffra directement dans les rues de Nora, en glissant à ses ministres qu'ils pouvaient se débrouiller sans lui ce matin. Ceux-ci avaient pris connaissance de la missive naïlikane et se préparaient de toute manière à assurer la régence durant l'absence du roi. Snori marchait à vive allure, sachant parfaitement où se rendre, et ce fut sans surprise qu'il vit l'armurerie ouverte. Elle avait une certaine fréquentation, du fait de la relative célébrité de la propriétaire et de son visage charmant. Le souverain s'approcha du comptoir et salua Ilyanna d'un grand sourire.

-Chère citoyenne, je suis à la recherche de votre belle-sœur. Et je tenais aussi à vous féliciter avec un certain retard pour ce bienheureux événement...

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 16:28

- Ah, salut, ça va ?

Ilyanna avait toujours été ainsi : elle ne reconnaissait nul seigneur et nul maître, aussi Snori était à ses yeux un bon ami à qui l'on donnait un coup de poings dans l'épaule histoire de le taquiner. Ce qu'elle fit, d'ailleurs !

- Merci, t'as qu'à entrer, Ol' doit être en train de dormir, la petite à probablement disparût, Ralën s'offre une petite pause, Arawn et Nigmaëll se préparent pour je ne sais quoi, et euh, par contre, y'a Bëo, aussi, essaie de ne pas te froisser avec elle, elle est d'une humeur exécrable ces derniers temps.

Elle apporta tout en disant cela une somptueuse claymore à un client, ainsi qu'un fourreau finement ouvragé par le tanneur qui se trouvait juste en face. A eux-deux, au débuts concurrents, ils faisaient désormais affaire ensemble : Ilyanna ne vendait ni tenue de cuir ni fourreau de même matériaux, et en face, il ne vendait ni arme ni armure de métal. Les affaires filaient vite.

- Et surtout, fait comme chez toi !

La jeune mère s'affaira à ses préoccupations marchandes plutôt qu'au roi, mais, les choses étaient ainsi. Pour ceux qui côtoyaient la famille Ehlkäyd d'une façon où d'une autre, on ne se surprenait plus à les voir agir de façon ... Très marginale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 16:37

Snori acquiesça avec félicité, bien qu'un peu surpris que son interlocutrice ne se montre pas plus curieuse. Ce n'était quand même pas tous les jours qu'il venait en personne pour leur rendre visite. Enfin, il n'y avait guère de temps à perdre. Nora était, des trois capitales, celle située la plus loin de Rednow. Le trajet maritime leur permettait de rattraper quelque peu leur retard géographique, mais il faudrait toutefois veiller à partie au plus vite pour ne pas faire attendre les autres dirigeants ; qu'on ne vienne pas médire de lui. Le souverain entra dans la demeure des Ehlkaÿd, y croisant les deux gardiens d'Erlyn, leur adressant simplement un geste de la main sans pour autant s'arrêter. Ils n'avaient jamais été réellement proches et ne comptait, à vrai dire, pas sur leur présence. Filant droit vers la chambre d'Oloren, il la trouva, comme prévu, assoupie. Douce vengeance. Elle qui s'était si souvent levé à l'aube pour venir lui causer quelque souci serait forcée de sortir de son doux sommeil. Il lui appuya d'abord délicatement le bout de l'index sur la joue, puis s'y reprit à plusieurs reprises, de plus en plus puissamment.

-Eh, debout sale larve. Faut qu'on se bouge !


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 16:46

Oloren sourit d'abord avec un air un peu débile puis ouvrit un oeil étant poussé de plus en plus fort. Elle finit par attraper machinalement le doigt dans sa bouche, avant de remarquer que c'était Snori, de qui elle venait tout juste de rêver, qui tentait de la réveiller. Elle sentit le sang lui monter aux joues en imaginant à quel point la situation semblait tendancieuse, puis recracha le doigt en se redressant.

- Mais qu'est-que quoi que HO ! Sno ! Qu'est-ce tu fous là ? Qui qui te que ... Hein ?

Elle ne portait que sa chemise si peu épaisse qu'elle en était transparente, mais pour une fois, elle fit nombre d'efforts pour rassembler sa couverture afin de se couvrir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 16:57

Le roi avait froncé les sourcils et écarquillé les yeux, plus surpris que gêné de la réaction pour le moins étrange de son amie, puis s'était empressé d'essuyer tant bien que mal son doigt sur son pantalon. Il pouvait facilement comprendre son incompréhension, et était à vrai dire désolé d'en arriver là . Si cela s'était avéré possible, il aurait préféré qu'elle ne soit aucunement surprise de sa présence. Impossible pour autant d'être plus présent pour elle qu'il ne l'était déjà si ce n'était dans une fort moindre mesure. Après avoir sans hésité détourné les yeux tandis qu'elle se recouvrait, il s'adressa à elle, quelque peu railleur.

-Moi aussi je suis content de te voir ! Bon, comment te dire ça...

Les informations apportées par Edward étaient du domaine du secret d'état, aussi ne pouvait-il le révéler directement à Oloren, encore moins avec les oreilles peu éloignées des membres de sa famille. Autant aller droit à l'essentiel et la convaincre en toute simplicité.

-Je dois aller à Nora, avec Llednar. Un conseil, rébarbatif, comme d'habitude. On y retrouvera Edward, Zia, peut-être Laly. Kellue et les autres porteurs d'artefact également. Je me suis dit que, peut-être, à tout hasard, ça pourrait t'intéresser de venir.

Il se doutait bien de sa réponse, mais sentait tout de même une infime once d'anxiété monter en lui. Et si jamais elle refusait ? Aucune raison ne lui semblait valable, quoique. Elle n'avait pas revu la plupart des gens cités depuis des années, et avait beaucoup changée depuis. Les liens qu'ils avaient pu créer s'étaient peut-être simplement estompés jusqu'à disparaître.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 17:17

Elle prit une mine désolée, se calmant un peu par la même occasion.

- Oh, Sno', désolée mais en fait, en ce moment JE SUIS COMPLETEMENT LIBRE, hurla-t-elle en reprenant son radieux sourire, ON PART QUAND ? Attend, j'suis déjà prête ! Ah non pas du tout, mais presque, laisse-moi m'habiller ! Sort ! Non, reste ! Si tu veux voir ! Euh non sort plutôt !

Ne respectant pas du tout ce qu'elle lançait sous l'excitation, elle s'habilla en un temps record, et s'équipa de son matériel désormais mis à jour. Rien que de la voir en tenue, elle semblait bien plus redoutable qu'autrefois. Sa façon de se tenir avait quelque chose d'héroïque qui caractérisait son frère lorsqu'il était en vie.

- Je viens.

Arawn était entré à son tour, suivit de près par Ralën. Le maître-loup se devait de suivre sa nouvelle maîtresse, après-tout ... Bien qu'en vérité, il pensait surtout à revoir Kellue et Ohihir, qu'il considérait comme le père de toute les meutes. Quelles que soit ses raisons, son regard d'acier ne laissait guère de choix envisageable autre que d'accepter son offre.

- Je garde Nigmaëll ici, déclara Ralën. Ilyanna et moi nous occuperons d'elle, mais Arawn viendra avec vous. De toute façon, même si vous n'êtes pas d'accord, il finira bien par vous suivre, alors autant l'emmener.

Le sénéchal n'avait pas tort : il était presque impossible de semer Arawn, à moins d'emprunter la voie des airs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 17:22

Soudain apparut Edwig à la fenêtre, chevauchant son énorme dragon!

- Try to follow me, BIIIITCH...

Puis la bête majestueuse s'envola dans le ciel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 17:32

Snori détourna une fois encore les yeux afin de ne pas mettre son amie dans l'embarras. Elle eut toutefois le bon goût de sa hâter, aussi la gène ne put-elle s'installer. Arawn entra peu de temps après. Le perspective que lui et Rälen aient écouté la conversation depuis le début fit sourire le souverain, qui, initialement réticent, accepta finalement sans trop hésiter la décision du maître-loup. On le disait impossible à semer, et il voulait bien le croire. N'ayant en aucun cas de reproches à lui adresser, il ne pouvait, au final, trouver aucune raison valable de le laisser en arrière s'il exprimait la volonté de les accompagner. Les dés étaient jetés !

-Bien, puisque vous semblez prêts, suivez moi. Il ne nous reste plus qu'à aller au port et embarquer, à vrai dire. Tout est déjà préparé depuis hier.

Fushy ayant prit connaissance de la missive en fin de soirée, il avait fait amarrer le plus beau navire de la flotte de l'Oran. Ils seraient à Rednow en deux jours à peine si rien ne venait se mettre sur leur chemin, qu'il s'agisse d'un quelconque monstre marin ou d'une véritable tempête. Mais sur un point comme sur l'autre, les auspices leur étaient favorables. Llednar avait décidé de n'emporter avec lui qu'une partie des traqueurs, dont Wahlo, qui était évidemment convié au conseil. L'homme des îles avait rangé son élégant costume de majordome quelques mois après la mort de Kunz Pendragon pour devenir un guerrier accompli. Arborant désormais non sans fierté la tenue de son unité, il accompagnait régulièrement son supérieur, lequel prenait son travail très au sérieux. Droit comme un i, il patientait sur la jetée, bras croisés, l'œil vif. À tout instant, il était prêt à se mettre en mouvement pour dégainer une lame et étriper quiconque s'approcherait trop près de Snori. Qu'on l'ait chargé de sa sécurité comme prétexte, soit, mais il ferait au moins mine de s'y tenir. Au final, la perspective de revoir Laly le réjouissait quelque peu. Jadis, elle l'avait beaucoup aidée, alors qu'il était prêt à se laisser mourir en territoire naïlikan. Il était peut-être temps qu'il lui rende la pareille, elle qui avait longtemps été sa seule véritable amie. Le roi arriva bientôt, accompagné d'Oloren et, étonnement, d'Arawn. Llednar lança à la jeune femme un regard dans lequel on pouvait lire un certain dédain, ou un air de défi.

-Tiens-toi à carreau, lui glissa-t-il.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 17:40

Oloren haussa simplement les sourcils en esquissant un sourire, derrière elle, Arawn lui lança un regard fou, comme pris d'une rage sauvage. Myzraël, le loup noir d'Oloren, ainsi que Savil et Riha lui lancèrent le même regard.

- Premièrement, tu n'as aucun ordre à me donner, deuxièmement, lorsque l'on s'adresse à une dame, on reste poli, il se pourrait que celle-ci soit bien accompagnée.

Elle se contenta de poursuivre Snori plus en avant, tandis qu'Arawn souffla des narines, bien écartées : ce n'était pas là un regard de défi, mais clairement une menace, et les loups géants semblaient du même avis. Il rejoint Oloren une fois le message envoyé, n'ayant nul doute qu'il soit reçu clairement, tandis que la jeune fille saluait chaleureusement Fushy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 17:51

Capuchonnée jusqu'au nez, Melody Jennsen tentait tant bien que mal de progresser dans la foule bondée de Rednow, sa vision pour le moins réduite. L'héroïne de la ville longeait les murs, silencieuse comme la faucheuse... Personne ne devait ne serais-ce qu'entre-apercevoir son visage. C'était une question de vie ou de mort... Evitant avec raideur un chariot traversant la rue, la capitaine la plus connue du monde militaire fut obligée d'attendre quelques instants avant de pouvoir reprendre sa marche rapide vers sa maison à Rednow. Lançant des regards discrets aux alentours, elle eut la satisfaction de voir que personne ne l'avait remarquée jusque là. Cela lui rappela avec satisfaction une autre mission à laquelle elle avait participée il y avait quelques temps de cela. Devant traquer des détrousseurs de grands-chemins réfugiés dans la ville d'Abrial, elle s'était équipée d'une fausse barbe et enduit le visage de suie, afin de ne pas être reconnue. Leur objectif avait été un franc succès, et les bandits pourrissaient désormais en prison. Qu'aurait elle donnée pour avoir une pilosité factice aujourd'hui? Elle ne s'était pas du tout préparée à cette sortie. Mais tout semblait se passer parfaitement, jusque là, et elle s'en réjouissait. Il ne restait plus que quelques centaines de mètres avant son objectif. Melody se gratifia d'un sourire. Elle était d'une efficacité redoutable...

- CAPITAINE JENNSEN, CAPITAINE JENNSEN, ATTENDEZ MOI!!!

Se prenant la tête dans les mains quelques secondes, elle hésita à continuer de marcher, ignorant l'homme la suivant. Mais il semblait évident qu'elle ne pourrait plus jamais faire d'escapades en dehors du palais ou de la caserne sans se faire harceller par la foule... Retirant sa capuche, elle attendit son interlocuteur pendant une bonne minute, créant un attroupement autour d'elle. Melody n'avait même plus envie de sourire face à tant d'admiration. L'ancienne porteuse de Belwur ne supportait plus cette attention constante de la part de ses contemporains. Alors que la foule l'acclamait, la dévisageait, ou pour les plus fanatiques, poussait des cris hystériques, la jeune femme tira une tête déconfite. L'homme, qui semblait être un messager, venait de rallonger son temps de retour à la maison d'un bon quart d'heure... Presque effrayé, le postier eut un mouvement de recul lorsque Melody prit la lettre qu'il tenait dans la main. Le regard assassin de la capitaine avait souvent cet effet sur les gens ne la connaissant pas. Sans demander son reste, le jeune homme s'engouffra dans la foule, la laissant seule, entourée d'une bande d'admirateurs abrutis...

Que n'aurait-elle pas donnée pour avoir les capacités de Llednar? Ainsi, sautant de toits en toits, elle n'aurait jamais eu ces problèmes... Lisant la missive rapidement, elle regretta aussitôt de l'avoir ouverte dans un lieu public. Plaçant la lettre dans sa poche, elle se dirigea vers le sud de la ville, en direction du Conseil. Cette affaire était des plus urgentes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 18:36

Tout le monde était enfin à bord du navire en partance pour Rednow. Fushy avait effectivement préparé le plus beau des navires, mais ce n'était certainement pas le roi qui allait l'emprunter. Ladite embarcation était déjà partie une heure plus tôt, afin de servir d’appât si une quelconque embuscade visait à attenter à la vie du régent. Le second bateau était celui sur lequel Snori et ses amis venaient de grimper, puis, encore une heure plus tard, un troisième partirait. On était jamais trop prudent lorsqu'il s'agissait de sécurité, surtout lorsque la situation politique était aussi particulière. Si la paix régnait et que la relative amitié des différents dirigeants était de notoriété publique, nul n'oubliait pour autant le traumatisme de l'attaque surprise naïlikane lors de l'aube pourpre. Une guerre ne pouvait se prévoir, et un assassinat constituait un acte assez grave pour en déclencher une. Le maître-savoir de Nora accueillit un à un les passagers, dont Llednar fut le dernier. Impassible, il n'avait pas bronché lors de la brève altercation. Quand bien même la peur ne lui faisait pas défaut, il avait appris que la montrer ne pourrait lui apporter le moindre bénéfice. En règle générale, ceux ayant recours à l'intimidation se trouvaient déboussolés face à un mur de passivité. Cela valait-il pour Arawn ? Rien de moins sûr. Mieux valait, en outre, ne pas le considérer comme l'ennemi qu'il n'était en aucun cas. Ce parleur protégeait Oloren, Oloren était du côté de Snori, donc ce parleur était du côté de Snori.

-Messires, mademoiselle, je vous souhaite bon voyage, annonça Fushy en s'inclinant. Veuillez croire que je prendrai soin du royaume en votre brève absence, jeune roi.

-Je vous fait pleinement confiance, maître ! Conviez donc William dès que possible, il adore apprendre.

Le vieillard acquiesça. Bien qu'il n'en avait réellement le temps, il lui arrivait souvent de servir de tuteur avisé pour le jeune prince. Ce dernier faisait preuve d'une étonnante maturité et d'une vaste érudition qui le destinaient à de hautes fonction s'il s'y tenait, mais ce n'était toutefois pas uniquement pour parfaire son apprentissage qu'il était resté à Nora. Premièrement, il ne se sentait pas proche des membres de l'expédition, Alix mise à part ; or celle-ci était, depuis longtemps, partie avec sa nouvelle famille adoptive, constituée d'Ilawen et Adel. Nul ne savait réellement où ils logeaient, puisque l'imposante femme possédait des demeures et auberges un peu partout sur Valato, mais elles avaient paru heureuses de quitter les grandes villes, et au vu de la force de caractère de la veuve malheureuse, il n'y avait pas matière à se faire du souci pour leur état. Ensuite, plus important encore, il s'agissait d'une question de lignée. De telles dispositions pouvaient s'apparenter à une paranoïa, mais la crainte d'un attentat envers Snori se faisait de plus en plus sentir. Le roi semblait trop pur, trop doux pour ne pas se faire poignarder dans le dos. Il ne fallait en aucun cas que les deux Pendragon périssent ensemble. De fait, lors des voyages, ils demeuraient séparés. William était toutefois venu assister au départ de son frère, à qui il alla adresser quelques mots avant que l'ancre soit levée.

-J'ai cru comprendre que tu sais qui vivait à Rednow. Tu le sais aussi, non ?

Snori se surprit à sourire bêtement, quelque peu gêné. Il s'assura d'un rapide coup d'œil que personne ne pouvait les entendre. Llednar veillait, de loin, mais se contentait d'observer. Il répondit après un petit rire.

-Oh, il est possible que je sois au courant, oui...

-Tente ta chance.

Pour sûr, l'idée s'avérait alléchante. Il l'avait d'abord trouvée charmante, puis avait appris à l'apprécier au cours de leur voyage. À partir du retour, il avait commencé à l'aimer, puis ce sentiment n'avait fait que grandir du fait de l'éloignement. Sur le papier, William avait raison. Il n'avait que la vie pour se décider, et ne comptait pas faire le premier pas lorsqu'il ne pourrait plus que mouvoir péniblement un corps trop âgé. La perspective de l'aborder demeurait néanmoins intimidante, surtout au vu de son tempérament. Elle n'était pas le genre de femmes à se complaire des sérénades.

-Écoute petit frère, sans vouloir te vexer...

-Je te coupe tout de suite. Tu as certainement plus d'expérience que moi en la matière. Pourtant tu sais que j'ai raison.

Un bref silence s'ensuivit, et bien que l'un des deux soit atteint de cécité, il comprit que leurs regards complices s'échangeaient en cet instant. Gratifiant son aîné d'une brève tape sur l'épaule, il alla ensuite, pour la forme, souhaiter un bon voyage aux différents acteurs de cette traversée, à savoir les deux traqueurs, Oloren et son garde du corps. De nez, il apprit qu'une bande de bêtes sauvages les accompagnaient, mais cela ne l'étonna guère. On lui avait déjà glissé quelques mots sur les parleurs qui, bien que rares, se faisaient de plus en plus nombreux. Peut-être cessaient-ils simplement de se cacher. L'histoire avait démontré à de nombreuses reprises l'agressivité dont les humains lambda avaient fait preuve à l'encontre des loups-garous. Pas étonnant que la population des parleurs ait drastiquement chuté par le passé ! Après être redescendu sur le quai en compagnie de Fushy, il adressa un signe de main approximatif dans la direction du bâtiment, puis repartit vers le palais, escorté en bonne et due forme. Bientôt, le navire disparut dans la brume. Snori, avant de se diriger vers sa cabine pour commencer à préparer le débat auxquels ils ne pourraient couper, lança un regard gêné vers Oloren. Une discussion pour le moins émouvante était survenue la dernière fois qu'ils s'étaient retrouvés sur le même bateau. Une discussion qui avait, entre eux, changé beaucoup de choses.


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Lun 22 Sep - 19:04

Au regard gêné, la jeune fille aux cheveux neige sourit de façon simple, depuis le temps, elle avait appris à assumer complètement son passé, et ce jusque dans les moindre détails. Comme par nostalgie, elle monta immédiatement au nid-de-pie, et tâcha de s'y endormir, confortablement installée.

Lorsque William les salua, Arawn posa son front sur celui du petit frère du roi.

- Vydess ulka. Yeux aveugles, esprit clairvoyant, lui dit-il simplement avant de monter a bord.

Myzraël en profita pour passer sa langue sur sa joue avant de suivre ses maîtres. Trois loups géants, un soit disant parleur et la petite soeur d'une légende à bord du même navire qu'un fantôme et un roi. Le bon vieux temps sonnait comme une cloche aux oreilles d'Oloren.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mar 23 Sep - 18:44

Orion avait, comme tous ceux conviés au joyau de Luuwr, reçu la missive du seigneur du Nord. Le conseil devait se réunir dans les semaines à venir pour un bilan de routine, toutefois cette soudaine avancée n'augurait rien de bon. Si seulement ce message n'était pas codé. L'hovoïte n'était pas militaire et ne parvenait, de fait, à comprendre en détail ce dont il était question. Nigdaoz l'aurait peut-être aidée en d'autres circonstances, mais pour l'heure, la belliqueuse adolescente faisait mine de bouder. Le président vint toutefois le visiter peu après la réception de ces informations, avec la traduction de ce charabia griffonné sur un bout de papier. Ainsi, il s'agissait d'un nouvel artefact, du nom de Düïrhir. Cette histoire concernait également un certain Solunthes. Bien que le premier n'évoque rien au trancheur, son alliée avait déjà eu vent de quelques rumeurs quant au second. Un maître de l'illusion, peu dangereux mais ayant prouvé son allégeance à Athis par le passé. L'ancienne protégée de la royauté oranienne aurait réussi à s'infiltrer dans son esprit. Mieux valait prendre le tout avec des pincettes pour l'heure et aller simplement voir sur place ce qu'il en était. Soit ! Il ferait donc le trajet avec Kesron. La voiture présidentielle serait, à n'en pas douter, plus confortable qu'un destrier lambda.

Inès, à l'autre bout du continent, s'était vue informer par Kellue en personne. Pour une raison qui échappait à la révulseuse, sa présence était requise à presque chaque conseil. Elle n'avait pourtant rien à leur apporter. Quelle expérience pouvait-elle faire partager alors qu'elle n'avait porté Nigfol que quelques mois ? Qui pouvait elle prétendre être, sa vie reposant sur la gloire d'actions passées dont elle ne fut que l'instrument, face à l'immensité de la sagacité de toutes ces grandes figures ? Impassible, elle était restée assise, observant sans émotion l'activité fourmillante de Neims depuis sa fenêtre. Tel était son quotidien. Morne, agrémentée de pensées mélancoliques et délétères. Le dos droit, la cheveux de jais parfaitement coiffés en un élégant chignon, elle avait fini par rejoindre sans mot dire le palais. Dans les rues, rares furent ceux qui parvinrent à reconnaître la libératrice de Rednow. Sa peau, autrefois légèrement hâlée à force d'exposition au soleil, était devenue d'une pâleur fantomatique. Avec ce teint et cette robe luxueuse, elle faisait pourtant se retourner nombre d'hommes qui voyaient en elle une jeune femme ravissante, à raison. Une beauté froide, comme auraient dit certains. Elle parvint à la demeure du roi et, avant de grimper les marches menant au grand hall, se stoppa. L'envie de retourner s'enfermer chez elle se faisait fortement sentir, pourtant il lui fallait passer à autre chose. Jamais elle ne pourrait avancer si elle continuait de se morfondre. Mais nul ne comprenait ce qu'elle ressentait. Nul n'était apte à saisir l'ampleur de son deuil. Les porteurs avaient tenté d'expliquer ce phénomène, stipulant que les artefacts créaient une dépendance, d'autant plus profonde que l'être était puissant. Ils l'avaient rangée dans la catégorie des drogués en manque, ni plus ni moins. Allez ! Avez un peu de chance, revoir ses amis lui changerait les idées. En toute objectivité, elle n'avait rien de mieux à faire de toute manière. Résignée, elle entra et fut, presque aussitôt, interpellée. Cette voix était familière à ses oreilles. Cette tignasse rousse aussi. Mais cela mis à part, Esmezia avait énormément changé. Elle était femme à présent, ce qui jurait considérablement avec l'adolescente immature de jadis.

-Laly !

Elle vint lui déposer un baiser sur la joue pour la saluer, et l'observa sous toutes les coutures avant de lui sourire, à la fois heureuse et tout à coup quelque peu inquiète.

-Waow, tu as...hum...pas vraiment bonne mine. Tu es magnifique, là n'est pas la question ! Mais...souris pour voir ?

Laly. On ne l'avait pas appelé ainsi depuis bien longtemps. Ce pseudonyme faisait remonter en elle toute une série de souvenirs, qu'elle chassa immédiatement. Sourire ? Elle aurait voulu, mais elle avait oublié comment faire. Ses lèvres se déformèrent, formant plus une moue qu'un rictus. Génée, son interlocutrice eut l'audace de la prendre dans ses bras. Qui sait, cela pourrait lui faire du bien, et vu son état, elle n'avait pas du être proche de quiconque depuis un bon bout de temps. L'épéiste fit néanmoins face à un refus des plus explicites. Inès avait placé ses mains sur ses épaules et l'avait repoussée sans ménagement. Elle se sentit aussitôt rougir et détourna le regard, craignait de croiser celui empli d'incompréhension de son ancienne camarade.

-Pardon, s'excusa-t-elle d'une voix fébrile. Je préfère éviter les effusions d'affection.

-Pas de souci, l'assura Esmezia, quelque peu refroidie. Je suppose qu'on devrait rejoindre les autres.

Inès acquiesça et, ensemble, elles se rendirent dans ce même salon où Kellue avait accueilli l'hovoïte l'avant-veille. La parleuse s'y trouvait déjà, accompagnée de l'ancien général et gardien d'Offtaür. Oswald Schimp. Lui était un homme difficile à saisir. Ancien ami proche d'Igole Vrag, il avait commencé à se détourner de lui après la mort de son fils au combat. Trahissant le camp naïlikan pour se ranger du côté d'Orion Délafi, il avait aidé à vaincre sa contrée et était entré dans les bonnes grâces du nouveau pouvoir en place. Trahir sa contrée pour mieux la servir. Le givreur vieillissant était un véritable patriote. Il cherchait à présent un remplaçant. Le nom de Nigmaëll lui était déjà parvenu jusqu'aux oreilles, mais il s'était vite avéré que cette femme n'était pas à même d'assumer une telle responsabilité. Tant pis ! S'il mourrait avant de dénicher un successeur, le conseil garderait Offtaür en attendant qu'un givreur digne de confiance ne se présente. Il n’empêcherait que l'ondine se sentirait bien seule durant cette période, elle qui côtoyait les humains au quotidien depuis de nombreuses décennies. Bientôt, le quatuor fut rejoint par le jeune roi, son général en chef et le ministre à la fonction encore vague avec lequel Esmezia était entrée en esquisse de conflit. Ils empruntèrent plusieurs chariots, accompagnés de soldat d'élite pour assurer leur protection, et les deux anciennes membres de l'expédition furent placées ensemble, en compagnie d'Oswald Schimp. En somme, civils et représentants étaient séparés. Un silence de plomb régna dans le véhicule avant qu'Oswald perce l'abcès, s'adressant d'une voix calme et chaleureuse à Inès.

-Je sais que retourner à Rednow doit être difficile pur toi, et je te remercie pour ce courage.

L'intéressée se contenta de hocher poliment la tête, puis retourna à ses sombres pensées. Oswald, pas vraiment à son aise, se tourna vers la seconde jeune femme. Ils n'avaient jamais eu l'occasion de discuter calmement, or la providence voulait qu'ils doivent passer un certain temps ensemble.

On passe en mode théâtre pour la discussion qui va suivre, ça me semblait plus approprié.



Oswald: Esmezia Fambriel, si je ne m'abuse.

Esmezia: Tout juste, général Schimp.

Oswald: Général ? J'ai pris ma retraite, vous savez.

Esmezia: Soit ! J'enlève la particule, du moins tant que vous ne m'appelez pas « dame ».

Oswald: Ça me convient.

-Court silence, ils se regardent sans savoir que dire-


Oswald: Je me souviens de vous, vous savez.

Esmezia: Oh ? Il est vrai que nous nous sommes croisés.

Oswald: Je me souviens de votre bravoure au combat, alors que vous étiez encore une enfant.

Esmezia: Je me souviens surtout des défaites, à cette époque.

Oswald: Défaites qu'on serait sot de vous reprocher, vous étiez inexpérimentée. Mais voilà que vous êtes une chevalière accomplie. Vous avez beaucoup fait ces dernières années. C'est admirable de votre part.

Esmezia: Merci, général. Monsieur. Mais à vrai dire, je ne suis pas annoblie.

Oswald: Ce n'est guère un titre mais bien vos actes qui vous confèrent votre noblesse, chère demoiselle.

Esmezia: Demoiselle ?

Oswald: Y aurait-il un interdit sur ce terme également ?

Esmezia: Eh bien...je préfère déjà ça à « dame ». Vos propos auraient en tout cas titillé la sensibilité d'un de mes amis ! Tu étais au courant, Laly ? Llednar a été nommé chevalier, en bonne et due forme.

Inès, se tournant enfin vers eux : Llednar ? J'ai du mal à me l'imaginer en chevalier.

Oswald: Et pourtant, tu le verrais ! Il est fier. Oh, tu le connais ,il ne le montre pas ouvertement, mais il n'en pense pas moins.

-Esmezia imite approximativement la voix de Llednar



Esmezia: Je suis un chevalier de l'Oran, je dois accomplir mon devoir. Tremblez face à ma totale absence de sentiments.

Laly, sérieuse: Llednar n'est pas exempt de sentiments.

Esmezia, reprenant sa voix habituelle: Oui, je sais. J'ai appris à le connaître à force, même si c'était pas toujours simple.

Laly : L'as-tu souvent vu ?

Esmezia : Régulièrement. J'ai passé beaucoup de temps sur les routes, et quand j'avais envie de me reposer, j'allais à Nora. C'est agréable de vivre dans un palais, tu sais.

Laly, un brin guillerette: Et de vivre auprès de Snori, je présume.

Esmezia : Je ne l'aime pas tant que ça, tu sais.

Laly : Vraiment ?

Esmezia : Pas de la façon dont tu aimes Llednar, en tout cas !

Laly, rougissant: Où vas-tu chercher ça ?

Esmezia : Pas bien loin. Sur ton visage.

Laly : Je l'aimais. Mais je ne l'ai pas vu depuis des années. Mes sentiments sont...étouffés.

Esmezia : Eh bah voilà ; vous faites la paire comme ça.

-Silence durant lequel les regards évitent de se croiser-


Laly : Désolée de t'avoir repoussée, tout à l'heure.

Esmezia : C'est pardonné ! Je te saute dans les bras maintenant ?

Laly : Même pas en rêve.

Esmezia : Là je te retrouve !
-Esmezia va se blottir sans ménagement contre elle, elles se chamaillent-

Laly, parvenant à maîtriser Esmezia: Au fait, c'est quoi cette histoire d'artefact ?

Esmezia , affichant une expression douloureuse: Solunthes ? Pour dire vrai, je n'en sais pas grand chose.

-La boucle d'oreille d'Oswald scintille brièvement et Offtaür apparaît, à la surprise des deux jeunes femmes -


Offtaür: Je me suis entretenue avec Ohihir à son sujet, et je dois te remercier, Esmezia Fambriel. Ta découverte a réveillé chez nous une mémoire latente, assoupie. Nous n'avons encore que de très vagues souvenirs, mais je peux vous dire ce dont je me rappelle. Soluthes manipule les esprits. Il est un piètre combattant mais s'avère dangereux tant qu'il agit dans l'ombre. Ayant moi-même quelques faculté mentales, je suis admirative de ta résistance à ses pouvoirs psychiques.

Esmezia : J'ai surtout eu de la chance. Nakaën, son porteur, était encore présent. C'est lui qui a empêché Solunthes de me contrôler. C'est lui qui m'a permis de fouiller son esprit.

Offtaür: Ce garçon nous a très certainement épargné bien des désagréments en ce cas.

Laly: Alors tu as vu ce que ça faisait d'avoir un artefact dans la tête.

Esmezia : C'était...terrifiant et exaltant à la fois. Ce l'est encore, d'ailleurs.

Offtaür : Nigfol était encore jeune, ce qui explique qu'elle n'aie pu contrôler le flot d'essence qu'elle déversait en toi, Inès Vrag. La cohabitation se passe d'accoutumée plus sereinement.

Oswald : Mis à part pour ceux qui envahissent volontairement leur porteur.

Offtaür : Exact. Athis et Solunthes sont de ceux-ci.

Esmezia : Et Belwur ?

Offtaür : Il semble plutôt se plaire à observer les hommes en leur laissant le libre-arbitre, avide de voir ce qu'ils vont faire de son pouvoir.

Laly: ...et l'autre. Düïrhir ?

Offtaür : De lui, je ne sais rien.

-Les regards se tournent vers Esmezia-


Esmezia: Tout ce que je sais, c'est qu'il est puissant, très puissant, et que si Solunthes met la main dessus, on est mal barrés. De ce que j'en ai compris, il est destiné aux fonceurs, et je sais à peu près où il se situe...mais nous verrons tout cela en détail à Rednow!

On retourne à la prose.



[justify]Le voyage du groupe naïlikan ne fut ponctué que de brèves pauses destinées à laisser l'effectif se dégourdir les jambes et satisfaire leurs besoins naturels, mais se déroula sans encombre. Relativement proches de Rednow comparé à leurs alliés oraniens, ils arrivèrent les seconds, peu après Talir Kesron et Orion Délafi. Edward et sa suite foulèrent le sol de la cité fluviale en son centre, dans le quartier des officiels, devant l'ambassade naïlikane. Esmezia n'avait pas encore décidé où elle comptait loger. Accompagnant le jeune Reydoran, elle aurait logiquement du le suivre, mais elle se sentait oranienne de cœur. Personne n'avait pensé, évidemment, à ériger l’ambassade hovoïte ! La plainte aurait tout de moins été justifiables quelques mois auparavant. Depuis, l'essor économique de la contrée rurale avait abouti à l'établissement d'un tel projet de construction. Alors qu'elle réfléchissait encore à la question, une silhouette familière attira son attention. Et, tandis qu'elle criait son prénom, Esmezia lui fit de grands signes.

-Melody ![ /justify]

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mar 23 Sep - 19:25

Plus ils approchaient, plus Arawn fronçait les sourcils. Elle avait aussi consulté l'air satisfait de Myzraël. Ces deux là ne réagissaient ensemble de cette manière que lorsqu'il sentaient dans l'air la présence d'une connaissance proche. Et Oloren, qui courait comme une demeurée sur l'eau, ne pensait qu'à une personne à ce moment précis : elle n'envisageait personne d'autre. Elle monta alors sur la terre ferme.

Elles avaient changées, mais elle la reconnue sur le champs, sans même prendre la peine de vérifier son hypothèse, elle courut vers elle et hurla de toutes ses forces, sa voix se voyant déformée, au point d'en être presque un hurlement animal hors de contrôle. Oloren, quoi.

- ZZZZZZZZZZZZZZZUUUUUIIIIIIIIIIIIIIIEEEEEEEEEEEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH

Zia. Hurlé. Probablement entendu dans la moitié du quartier. Les autres arriveraient sûrement plus tard, mais pour le moment, la jeune fille aux cheveux de neige n'en avait rien à secouer. Elle était en mission. Objectif : câlin de retrouvailles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mar 23 Sep - 20:27

L’œil à l'affut des nouveaux arrivants, Melody attendait patiemment devant l'ambassade naïlikanne. La place, imposante, était le noyau central du joyaux cosmopolite qu'était Rednow. Toutes les artères principales de la ville menaient à ce lieu, qui, à l'heure actuelle, était fortement gardé. L'élite de tout Valato allait bientôt se trouver ici, et bien que la jeune femme ait considéré cela comme une perte de temps, le président Kesron avait insisté pour que ce lieu soit spécialement décoré pour l'occasion. La vigne vierge rampant sur chacun des murs des différents batiments avait reçue une attention toute particulière, taillée finement et dans le plus pur respect des traditions Luuwriennes. Une multitude de drapeaux avaient étés placés pour l'occasion sur l'ensemble de la place. La fontaine, détruite lors du dernier conflit, avait été restaurée à la perfection. Il s'agissait de la représentation d'une femme portant en son sein un nourrisson, et portant à son bras tendu une coupe raffinée, dont jaillissait l'eau. La statue avait été lustrée pour l'occasion, et brillait de milles flammes... Comme si il n'y avait pas assez d'eau ici, songea Melody, insensible à la magnificence de l'oeuvre d'art. Sur les pavés, d'imposantes briques de marbre blanc et rouge alternées donnaient une nuance saisissante avec la multitude de pétales de roses qui avaient étés disséminés de manière purement artificielle sur la place pour l'occasion. Près de trois cents soldats Luuwrien avaient été réquisitionnés pour l'occasion, en plus des gardes occupant leur poste aux différents ponts. Au garde à vous depuis midi, les pauvres officiers suaient à grosses goûtes devant tout le gratin de Valato.

Melody se réjouit d'ailleurs d'être une ancienne porteuse et d'être destituée de cette horrible tâche. Néanmoins, la jeune femme gardait un certain nombre de responsabilités en ce lieu, et pas des moindres. Elle ne savait presque rien sur ce nouvel artefact, et n'aurait probablement pas de nouvelles informations avant le début du conseil en huit-clos. Elle devait donc parader ainsi, saluer respectueusement les rois et porteurs d'artefact. Il était d'ailleurs amusant de voir l'attitude que portaient les politiques vis à vis des individus les plus puissants de Valato. Edward de Reydoran et Snori étaient bien sur très à l'aise avec eux puisque en ayant fréquenté plusieurs de manière régulière. Mais ce n'était pas quelque chose dont pouvaient se vanter nombre de ministres ainsi que le président Kesron. Le conseil, si éloigné d'eux, leur semblait être une sorte de secte complotiste à traiter avec angoisse et déférence. Ils étaient craint, et avec raison. En cas de conflit, le Conseil n'hésitais jamais à mettre les mains à la pâte et aujourd'hui, si les dirigeants étaient conviés, c'était parce qu'ils le voulaient bien. Bien sur, il aurait été une hérésie que de ne pas les inviter pour un problème aussi important que celui là. Mais Melody aimais voir cette assemblée atypique et constituée de membres de tous les pays comme une sorte de justice impartiale, crée pour faire respecter l'ordre.

C'est alors qu'arrivèrent la suite d'Edward de Reydoran. Le jeune homme avançait fièrement vers l'ambassade Naïlikanne, un sourire au lèvre, saluant militaires et politiques de tout bord. Melody portait un grand respect pour le roi, un homme qui semblait être de confiance et plein de bonne volonté, bien qu'encore quelque peu expérimenté. La jeune femme n'aurait pu complimenter autant la personne se trouvant à sa droite... Kellue Dovlass ... Il était de notoriété publique que les deux femmes ne s'appréciaient guère. Melody lui reprochait d'agir de manière orgueilleuse et prétentieuse, distribuant des ordres sans cesses, et n'acceptant aucune critique. La grimace qu'elle tira en apercevant la porteuse d'Ohihir disparu pourtant à l'instant même où elle aperçut Zia. La jeune Fambrielle avait tellement gagné en maturité au cours de ces cinq années. Pourtant formellement opposée à l'idée que la gamine les accompagnent dans la quête de Nigfol, elle devait bien admettre s'être trompée sur la jeune femme. Zia était une héroïne, au même titre que Snori, Erlyn ou elle même. Et son modèle de vie, chevalière solitaire, était un exemple que Melody hésitait parfois à suivre. Ravie, la militaire se dirigea vers la nouvelle arrivante, prête à la saluer, lorsqu'un cri terrible résonna dans tout le quartier. Reconnaissant aisément la voix d'Oloren, la jeune femme se demanda comment une chose aussi petite pouvait créer un écho aussi fort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mar 23 Sep - 20:49

Ça y est. Après l'avoir appelée trois fois, Melody l'avait enfin repérée, elle et le reste de la troupe naïlikane. Impossible de lui reprocher ce léger temps de réaction ; la faute incombait plutôt à ces gaillards en uniformes qui n'avaient pu s'empêcher de souffler dans leurs trompettes. Les formalités l'obligeaient. Il aurait été indécent d'accueillir un roi comme un visiteur lambda. Mais l'attention ne resta pas bien longtemps focalisée sur le jeune Edward. Un cri strident surpassa la mélodie cacophonique. Beaucoup firent une drôle de mine, tentant en vain de comprendre la signification de ce qu'ils venaient d'entendre, et ce ne fut qu'en apercevant la jeune fonceuse lui arriver droit dessus que l'hovoïte comprit de qui il s'agissait. De loin, elle ne l'avait pas reconnue avec ses cheveux blancs. Lorsqu'ils s'étaient vus, deux ans plus tôt, sa tignasse arborait encore un rose des plus insolites. Pourtant, le doute n'avait pas sa place : elle seule pouvait se targuer d'utiliser son pouvoir avec une telle efficacité. Avec barbarisme et de manière irréfléchie, soit, mais on ne pouvait nier que cela fonctionnait. Esmezia eut le malheureux réflexe de s'avancer elle aussi vers son amie, bras tendus. Elle fut littéralement happée et projetée en arrière, la jeune femme entre les bras, souffle coupé. Bras en croix, yeux légèrement révulsés, elle se permit tout de même un sourire.

-Y'a des trucs pour lesquels t'as pas changé, glissa-t-elle.

Snori et le reste de la troupe avaient abordé à leur tour, non loin du quartier richement rénové pour l'occasion. Luuwr avait de l'argent à dépenser pour se permettre de telles fioritures. Suivi de loin de Llednar, qui préférait rester constamment dans le dos de son ami, le roi avança à pas rapide en direction des groupes qui semblaient se réunir. Tout le monde était présent ! Tout le monde, plus une invitée surprise. Il en avait parlé avec William à l'embarcation, mais jamais il n'aurait pensé que Melody soit réellement ici. Évidemment, il savait qu'elle vivait à Rednow, mais de là à imaginer qu'elle puisse se joindre à eux, de sa propre volonté, il y avait une marge. Ce fut sans hésiter vers elle qu'il se dirigea en premier. Quelques années auparavant, il y serait sans doute allé mains dans les poches, avec flegme et décontraction. Mais le protocole lui avait inculqué une élégance qui ne faisait que l'embellir. Droit, éclatant d'une lumière cristalline dans sa tenue nacrée, il faisait tourner des têtes mais n'avait d'yeux que pour elle.

-Capitaine Jennsen. À moins que vous n'ayez bénéficié d'une promotion bien méritée ?

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mar 23 Sep - 21:01

Toujours pleine d'énergie, Oloren soulevait Zia tout en la serrant contre elle. Elle avait dosé son freinage et dérapé jusqu'à la percussion, et ne la lâchait plus depuis. Les loups suivirent rapidement pour pouvoir rester assis plus longtemps, pendant que les retrouvailles se firent. La jeune femme aux cheveux de neige rejoint rapidement Melody ensuite.
-Je crois que je vous ai coupées, nan ?

Arawn avança d'un pas direct vers Kellue. Il dégageait une assurance et une détermination au travers de son habituel regard d'acier implacable. Une fois suffisamment proche de celle-ci, il attrapa avec douceur une de ses mèches de cheveux, la huma comme un homme hume le parfum d'une dame au niveau de la clavicule, et avec la même tendresse. Il ouvrit alors ses yeux, plongés directement dans ceux de son interlocutrice, et lui offrit un sincère sourire, comme ravi, mieux, comblé.

- Tu sens le loup.

Il était commun qu'Arawn n'était pas très éloquent, mais cette phrase lui donnait un charisme puissant, son attitude calme et décidée lui conférait une classe irréfutable, ses yeux transmettait tant de nostalgie que son sourire la joie qui l'animait à présent. Toujours calmement, il laissa filer entre ses doigts les cheveux de Kellue, sans retirer son regard du sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mar 23 Sep - 21:23

L'arrivée d'Oloren avait crée un certain chaos dans toute cette mécanique bien huilée qu'était l'armée Luuwrienne. Tout le monde, Melody comprise observait cette intriguante jeune fille qui venait de sauter sur l'héroïne Hovoïte. Cette apparition soudaine avait presque éclipsée l'arrivée du roi Oran. Encore plus surprise par la présence de Snori à quelques mètres d'elle que par le cri d'Oloren, la militaire se tourna tout sourire vers l'Oranien. Certains officiers remarquèrent avec surprise la présence de ce rictus pour le moins peu familier sur le visage de la capitaine, et commencèrent dès ce moment à s'interroger sur sa signification. Melody, ne prêtant pas attention aux regards observa son interlocuteur. Snori avait au final beaucoup changé depuis la dernière fois qu'elle l'avait vu, trois ans auparavant. Il semblait illuminé d'une aura de confiance nonchalante. Resplendissant dans sa tenue, Snori avait sans aucun doute assumé pleinement ses responsabilités de souverains, qui le faisaient tant peiner il y a quelques années. La manière dont il la fixait sans prêter nulle attention au reste du monde la ravissait, mais la gênait aussi beaucoup.

- Excusez moi, messire, je ne crois pas avoir retenu votre nom...

De l'humour? Là, les militaires assistants à la rencontre étaient bouche bée. Oloren vint soudain rejoindre les deux héros de la dernière guerre.

- Oh, bonjour Oloren! Très belle coupe de cheveux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mar 23 Sep - 21:56

D'accoutumée concentrée, Kellue semblait dans un état second. Ce qui allait se décider à ce conseil aurait d'importantes compétences, surpassant largement celles de tous les petites problèmes des états concernés. Il faudrait pourtant tous les convaincre, les unir, pour pouvoir les faire marcher sur une seule ligne directive. Edward serait certainement d'accord pour laisser Düïrhir à la charge d'Orion, mais l'autorité de ce-dernier était de plus en plus discutée. On le disait trop impulsif, trop rigide. Faire preuve de fermeté était la qualité première d'un leader, à partir du moment où cela ne l'empêchait d'avoir l'esprit ouvert. Avec cela, le nouveau présent luuwrien voudrait certainement asseoir son autorité, lui qui était l'ôte de cette réunion et qui se trouvait, malgré la puissance de son état, avec un prestige moindre comparé à celui de ses deux homologues. Parvenir à ramener un artefact, supposément puissant, lui ferait gagner des points pour une réélection qui ne tarderait pas à intervenir. Telle était la difficulté lorsque le poids d'un seul pesait lourd dans la balance. Les participants avaient, sans exceptions, des caractères bien définis. Et elle devait continuer à penser cela, prévoir des parades et des arguments, tout en gardant un œil constant vers Edward. Soudain, un inconnu vint l'effleurer. Elle crut d'abord à une bousculade involontaire et ne comptait y prêter d'attention, mais il s'agissait d'une toute autre chose. Un homme lui caressait...reniflait ses cheveux ? Pas n'importe quel homme, d'ailleurs. Ce loup-garou. Elle l'avait déjà croisé, au palais de Nora. Il continua son petit manège, quelques secondes, face à une Kellue aussi imperturbable qu'à l'habitude. Son regard s'était toutefois durci. D'une poigne de fer, elle agrippa l'avant bras du parleur. Le mouvement avait été fulgurant, amplifié par les capacités inhérentes d'Ohihir. Jouant sur son terrain, elle approcha plus encore son visage, mâchoire serrée, et lui murmura :

-Ne faites plus jamais ça.

Suite à quoi elle le rejeta sans ménagement avant de rejoindre Edward qui, bon gré mal gré, saluait formellement tous ceux qui se présentaient à lui. Elle s'autorisa à le conseiller.

-Nous ferions bien de rentrer, majesté. Il vous faut être en pleine possession de vos moyens ce soir.

Ainsi s'adressait-elle à lui en public. Leur complicité n'était réellement un secret, que Kellue considérait comme une chance, mais elle n'oubliait pas qui elle était. Une simple fille des rues. Une orpheline sans éducation, sans destin, sans espoir. Ohihir avait été un premier rebondissement heureux dans son existence, cela dit, sans le support des Reydoran, jamais elle n'aurait pu devenir la femme qu'elle était. Elle leur devait tout, et était leur, jusqu'à son dernier souffle. À quelques dizaines de mètres de là, Llednar faisait son apparition sur la place, passant parfaitement inaperçu. Sans son uniforme de rôdeur, il était nettement moins impressionnant. Grand, fin, les cheveux noirs en vrac et la barbe naissante, il aurait presque eu l'air sympathique sans ses sourcils constamment froncés et ses yeux à l'affût. Cet homme était un prédateur dont la vigilance ne se relâchait jamais. Esmezia, malgré son envie d'aller rejoindre Snori, préféra s'avancer vers lui en premier en constatant que son mentor était déjà fort occupé. La rouquine se retrouva bientôt à la hauteur du rôdeur. Elle croisa les bras, amusée, alors qu'il l'observait sans émoi.

-Je me jette dans tes bras ? railla la plus jeune des deux.

Étonnement, la remarque lui tira un sourire.

-La seule fois où je t'ai eu dans mes bras, on était sur le point de se faire tuer tous les deux. Je crois qu'on va y aller mollo là-dessus.

-Une manière polie de m'envoyer balader ?

-Quoi, tu comptais vraiment faire câlin-câlin ?

-Pour sûr que non ! Ce serait sympa, je présume, mais ce serait pas toi.

-Content d'apprendre que t'es moins bête que la dernière fois qu'on s'est vu. J'ai entendu parler de tes exploits. Bien joué.

Mains sur les hanches, elle aurait presque pu s'enorgueillir d'entendre les compliments pleuvoir, mais hors de question de montrer la moindre reconnaissance. C'était bien plus drôle de le taquiner.

-À l'inverse, je n'ai strictement eu aucun écho de tes faits d'armes. Te laisserai-tu aller à l'oisiveté, cher ami ?

-En fait, fillette, si tu n'en entends pas parler, c'est que je fais bien mon boulot.

Inès, jusqu'à lors en retrait, ne savait trop où se placer. Tous ces visages souriants lui inspiraient une certaine sympathie, pour sûr, mais elle n'était pas certaine qu'eux aient réellement envie de la voir. Elle noircissait le tableau, comme tous ceux qui, à son instar, souffraient d'insomnie, de dépressions, et d'une multitude de complexes qu'il serait impossible de lister. Sa solitude au milieu de ces conversations fleurissantes devenant trop pesante, elle finit toutefois par se joindre, discrètement, au duo qui s'était formé entre Esmezia et Llednar. Elle adressa, timidement, un signe de main à ce dernier, doublé d'un « salut » prononcé si bas qu'il en était devenu soupir. Llednar la dévisagea, incrédule. Elle avait changé. Pas seulement d'apparence. Il se dégageait d'elle une aura incroyablement sombre, et pourtant lumineuse en son centre. Il restait de l'espoir pour elle. Malgré lui, il sentit le rose lui monter aux joues. Des mots comme ceux-ci, il n'en avait prononcé que pour Nino, avec tout autant de maladresse.

-Laly...tu es magnifique. Tu l'as toujours été, ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit, mais...

Il demeura bouche entrouverte un court instant, cherchant des mots qu'il ne pourrait, il le savait, jamais trouver. Puis, oubliant tout ce qui se trouvait autour de lui, oubliant son devoir et son roi, il la prit entre ses bras. D'abord surprise, elle s'accommoda vite de la situation et blottit sans réfléchir contre lui. Ils se revoyaient pour la première fois depuis longtemps, mais n'avaient jamais été séparés. Esmezia, loin de toute jalousie et profondément heureuse de voir cette scène prendre enfin forme concrète, ne put pour autant s'empêcher de glisser son grain de sel.

-D'accord, donc moi je suis moche et je reste toute seule, c'est ça ?

Snori, toujours en compagnie de Melody, fut interrompu par l'intervention d'Oloren, dont la présence ne le dérangeait aucunement. Son affection pour elle n'avait fait que croître ces derniers jours, et il n'avait, de toute manière, absolument rien à lui cacher. Répondant à la militaire, il fit un pas en arrière en esquissant une révérence.

-Il doit s'agir d'une erreur en ce cas. Mes profondes excuses pour vous avoir importuné.

Sur ces mots, il fit volte face et entama quelques pas vers ses autres camarades, avant de faire un théâtral demi-tour et de venir se replacer à l'exacte position qu'il avait quitté.

-Quoiqu'il me plaît beaucoup de vous importuner. Aurais-je l'honneur de vous demander de me raconter, sans omettre le moindre détail, ce qui vous est arrivé durant ces cinq dernières années ? J'ai justement une amie qui nous a délaissé depuis ce temps, et le parallèle me semble des plus intéressant à faire.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mar 23 Sep - 22:37

Cet air taquin qui avait tant donné envie à Melody d'étrangler le roi en devenir il y a cinq longues années la ravit pourtant aujourd'hui. On aurait eu du mal à croire qu'avec ce genre d'accroches, cet homme était un souverain et guerrier aguerri. Prennant son air le plus sérieux, ce qui paradoxalement ne fut pas si aisé que cela, la militaire déclara :

- Je suis sûre que votre amie avait, tout comme vous, de nombreuses obligations à remplir, et qu'elle vous portait pourtant dans son coeur. Pour ma part, je serais ravi de vous compter fleurette, mais je suis malheureusement en service à l'heure actuelle. Que diriez vous de reporter cette conv...

S'interrompant soudainement, Melody venait de remarquer une silhouette des plus familières. Elegament habillée dans une robe de pourpoint rouge se marriant parfaitement avec des gants blancs ornés d'une multitude de coutures, la diplomate Raëllve Orumi se rapprochait d'eux avec grâce.

- Laissez moi vous présenter, seigneur Pendragon, ma remplaçante dans le rôle de porteuse de Belwur, la diplomate Raëllve Orumi.

Se courbant élégament devant le roi, la jeune femme se releva, le sourire aux lèvres puis serra la main à Melody. Depuis qu'elle avait renoncé à l'artefact, la militaire s'était efforcée d'aider au mieux la jeune femme à comprendre comment fonctionnait Belwur. Et même si le démon lui refusait encore la seconde forme, les progrès de la jeune femme étaient impressionnants. Tentant de ne laisser aucun silence gênant, Melody enchaina :

- Vous l'avez probablement déjà rencontrée. Mademoiselle Orumi voyage énormément dans tout Valato.

Dans une volute de fumées des plus spectaculaires, Belwur apparut soudainement, interrompant Melody. Avec un rire gutural, le démon regarda le roi d'un air condescendant :

- Salut gamin! T'es devenu roi, il parait?

L'artefact ne broncha pas sous le regard assassin de Raëllve.

- Belwur! Souviens toi de notre accord. Excusez moi, messire...

Le démon disparut dans un rôt sonore... Décidément, l'humour de mauvais goût était une passion chez cette créature...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mer 24 Sep - 11:13

- Euh, à part ça, nous aussi on existe, hein ... C'est limite si Belwur est plus cordial ... Salut, Bel', au fait.

Oloren se sentait terriblement ignorée. Un simple regard, pas même un bonjour, juste un regard lui aurait suffit à se savoir, au moins, considérée. Et ne pas la considérer revenait à nier jusqu'à tout ce qu'elle était, passé, présent, et futur, elle considérait, bien que reconnaissant un certain égoïsme, la pensée suivante : J'en ai pas chié autant pour être invisible. Quand bien même elle avait été snobée de la façon la plus méprisable, elle s'avérait toujours originale pour lancer des pics bien précis, pour imposer sa touche d'existence. Et extravertie comme elle l'était, saluer le plus traître des artéfacts comme un vieux pote lui semblait être l'occasion idéale d'énerver sa porteuse, après tout, avec Oloren, s'il n'était pas possible d'être son amie, l'on devenait alors son adversaire, voire son ennemie.

Arawn sourit malgré le rejet de Kellue. Elle était ainsi : il ne l'aurait probablement jamais, mais peu lui importait. C'était elle, et personne d'autre, quand bien même il devrait ne faire que jouer toute sa vie sans que cela ne mène à rien ... Et pour un lycanthrope, la vie est d'une durée bien épuisante. Il rejoint d'un pas tranquille le groupe de loup qui s'étaient allongés les uns sur les autres et les imitèrent. Il attendrait là que les choses évoluent ... Lorsqu'il renifla une odeur familière. Il observa dans une direction, imité par les trois loups. C'était partit. Il devrait en parler au roi, éventuellement. Les ennuis commençaient déjà...


Elle avait vu sa cible, et l'avait confirmée. Plutôt mignonne. De son goût. Oh, quel triste sort elle allait connaître bientôt, et quelle horreur serait sa découverte au petit matin, et surtout, dans quel état ... Hir Embra se prépara à entrer en action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mer 24 Sep - 12:55

Belwur. Pouvait-on vraiment lui faire confiance. À de nombreuses reprises, il avait prouvé sa tendance à passer d'un camp à l'autre sans état d'âme. En tant qu'artefact, on ne pouvait évidemment pas lui demander de choisir précisément un parti, mais il n’empêchait que la décision de le convier à ces conseils était douteuse. Peut-être les autres préféraient-ils l'avoir sous la main dans les deux cas, ce qui semblait logique. En tout cas, sa porteuse était une femme plus enjouée que son prédécesseur. Avait-elle la force de caractère nécessaire pour s'en sortir avec le démon des flammes ? Melody était assez confiante ; et contrairement à ce qu'elle paraissait croire, ils ne s'étaient jusqu'à lors jamais rencontré. Il s'inclina devant elle comme de coutume, et, charmeur qu'il était, ne pu s’empêcher d’emprunter une voix suave.

-Ne vous en faites pas, mademoiselle Orumi. J'ai suffisamment côtoyé Belwur pour m'être accommodé à sa façon d'être. Oh, je resterai bien discuter, mais il semblerait que votre président me demande. Nous nous revoyons ce soir. Mademoiselle Jennsen, ou qui que vous soyez, notez que je prend votre proposition au pied de la lettre. Cette conversation aura bien lieu, ultérieurement. Nous aurons tant à nous dire, j'en suis certain !

Le roi partit aussitôt en direction de Kesron, qui le fixait avec insistance, requérant sa présence. Ils échangèrent une poignée de main si chaleureuse qu'elle semblait forcée. Edward aurait probablement pu se joindre à eux même si le bref échange n'était que formel, mais il semblerait que le jeune souverain soit déjà entré dans l'ambassade naïlikane. Ce manquement aux coutumes aurait pu être mal interprétée et, vu l'expression du président luuwrien, l'était. Une fois encore, Esmezia avait regardé Snori s'éloigner, en préférant se contenter de hausser les épaules. Ils auraient bien le temps de se voir sous peu, et elle avait de toute manière d'autres sujets en tête. La gravité de la situation dépassait l'importance de ses sentiments pour l'heure. Ce malgré l'envie qu'elle avait de passer du temps avec Oloren. L'hovoïte croisa les yeux de Kellue, juste avant qu'elle ne rentre à son tour dans le bâtiment qui leur était assigné. Toutes deux savaient, plus que quiconque, ce que représentait cette nouvelle menace. Mais il valait mieux décompresser avant ce soir. Se rapprochant de la benjamine de la fratrie Ehlkaÿd, elle lui passa un bras par-dessus les épaules.

-On va toutes les deux squatter l'ambassade oranienne, à ce que j'ai compris !

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    Mer 24 Sep - 13:26

La nuit tombait lorsque les différents acteurs de la réunion se réunirent devant le petit bâtiment raffiné qui servait aux porteurs à se retrouver pour d'interminables débats, presque tous les mois. Constitué de quatre étages, la maison était constitué de briques rouges modestes ainsi que quelques étroites fenêtres, rajoutant du mystère à la vieille batisse. Cet ensemble jurait énormément avec les différentes ambassades, spacieuses au possible, et ornés d'une multitude de fioriture. En choisissant ce lieu, le conseil avait fait preuve d'une orgueuilleuse modestie, rabaissant les batiments voisins à des établissemnets clinquants et superficiels. Etant donné l'importance de la réunion, une multitude de gardes effectuaient des rondes régulières, afin d'empêcher toutes oreilles indiscrètes. Une fois l'élite de Valato entrée, l'équipe d'entretien de la maison avait reçu l'ordre de "prendre un jour de congé". Melody, Raëllve et le président Kesron se trouvaient devant le lieu, attendant patiemment que les autres dirigeants ne se présentent. Une conversation politique avait été engagée entre le dirigeant Luuwrien et la diplomate, autant dire que l'ennui de Melody était profond. Même si l'enjeu était d'une importance capitale, la jeune femme avait hâte que toute cette histoire soit résolue. Elle pourrait bientôt profiter d'un d'une permission prolongée, et irait sans doute voyager en Oran et à Naïlika pour l'occasion.

C'est à ce moment qu'Edward de Reydoran se présenta devant le président Kesron, le dos droit et un air formel que Melody ne lui connaissait que peu. Le jeune homme était suivi de près par Kellue.

- Président Kesron, l'acceuil que Rednow nous a préparé est des plus apréciable! Je regrette de ne pas pouvoir autant en profiter que je ne le voudrais.

- Je vous remercie, Edward fit Kesron en lui serrant la main. Nous n'attendrons plus longtemps maintenant. Je tenais à vous remercier pour les informations que vous nous avez fourni. Vous n'avez pas failli à votre devoir en nous avertissant du danger.

L'étrange formulation qu'avait utilisé le président fit froncer les sourcils du jeune roi, mais il ne l'interrogea pas sur la signification. Un incident diplomatique avant même que la réunion n'ait commencé aurait été de mauvaise augure. Se contentant d'acquiescer, Edward sourit aimablement.

- L'entente entre nos deux pays est d'une importance capitale pour moi, président.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Düïrhir le puissant.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Düïrhir le puissant.
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: