Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1164)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50

» Les inspirations musicales de L.Hubs - Rp One Piece
par L.Hubs Mar 27 Sep - 12:53


Partagez | 
 

 Carte du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Carte du monde   Sam 16 Juin - 21:00

[ Faites avec Paint, j'me suis fait chier quand même ^^ ]



SIGGAN comporte donc deux pays, Desar et Mesath.

Mesath : Avant la dictature, ce pays était le plus riche au monde, ainsi que le plus puissant. Sa capitale, Neris, étant la ville la plus grande. Depuis que la dictature c'est installée, la situation générale du pays s'est fortement dégradée, hors mis pour quelques quartiers très riche, à présent simplement aisés. C'est dans ce pays qu'est installé Taetra, l'organisation contre-dictature. [Ce pays correspondrait à un pays français, anglais, américain ...]

Desar : Avant la dictature, ce pays était le plus sauvage, après le Santri. Sa capitale, Tzuhad, est une ville-marchande. [Ce pays correspondrait à un pays arabe]

SANTRI comporte un unique pays, qui porte le même nom.

Santri : Une île, plus qu'un pays, mystérieux, la seule ville connue est Autrefois, la seule preuve de son existence est une lettre, envoyée depuis cette agglomération. [Ce pays reste un mystère]

PRIGGAN comporte un unique pays, nommé Thoem.

Thoem : Avant ou après la dictature, ce pays est surnommé "Lieux maudits", à cause des nombreux accidents causés par les nombreux volcans qui y ont fait irruption. Les cendres recouvrent une bonne partie du pays, en revanche, les bords de mer sont très chauds et le paysage y est très visible, c'est pourquoi les villes y sont installées. Il est surprenant pour un étranger d'observer une sorte de mur de cendre laissant pour unique lieu de vie les territoires où sont installés les villes. Sa capitale, Kathe, détiens le plus grand port du monde. [Ce pays correspondrait à un pays africain, rapport aux bords de mer.]

TRIGGAN comporte de nombreuses îles.

Izala : Izala est le nom donné à cet ensemble d'îles, mais avant la dictature, toutes ces îles avaient leur propre dirigeant. Sa capitale, Senta, est d'une aiguë difficulté à atteindre, car entre les îles, l'eau est principalement marécageuse. [Ces îles correspondrait à un pays asiatique.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Carte du monde   Jeu 28 Juin - 20:04

Santri, précisions.


Santri est une île, dont la seule ville est Autrefois, car elle as été rebâtie sur et à partir de ruines rocailleuses déjà présentes sur place. De 10 colombs arrivés sur les lieux avant la guerre et l'installation de la dictature, est née une population d'à présent 22 habitants, et la population ne cesse de croître, les enfants étant arrivés à maturité. Autrefois, si elle était connue du monde, serait la plus belle ville de nos jours. L'île étant complètement coupée du monde externe, les gens y vivent en paix et vivent de leur agriculture, ainsi que de leurs élevages.

Le gouvernement de l'île est, étrangement, le même que l'organisation Taetra. Un chef est élu, et il élit son conseiller, ainsi qu'un archiviste, lui aussi capable de donner des conseils. Le chef tient son rôle jusqu'à sa mort ou jusqu'à ce que l'on veuille qu'il laisse sa place, suite à quoi un autre chef est élu, et ainsi de suite. Au départ, les changements furent nombreux, puis un chef fût élu durablement, à présent, âgé de 70 ans, il est l'homme le plus respecté de l'île.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Le Grand Admin
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Carte du monde   Mar 11 Sep - 17:35

[De L.Hubs, merci]

Desar



I/Histoire et culture
À en croire ses vestiges historiques abondants, Desar est le plus vieux pays au monde: beaucoup d'historiens ayant révélés les traces de civilisations anciennes estiment que celle-ci datent d'à peu près un millier d'année. Situé au Sud de Mesath, le pays n'a jamais été aussi avancé technologiquement que son voisin, avec lequel les conflits ont été nombreux. Peu avant que la menace des sombrités ne soit révélée, une guerre était encore en cours entre les deux nations. Aussi loin que l'on puisse remonter, Desar a toujours été enclin à la démocratie et à l'athéisme. La philosophie et les sciences y tiennent en revanche une place primordiale. Dans le cadre familial, les valeurs morales transmises sont le respect d'autrui et le mérite. De ce fait, les taux de criminalité de cet état sont les moins élevés du globe. Le seul clivage notable est celui entre les salunites et les tzuhadistes. Les deux cités sont rivales depuis des temps ancestraux, bien avant d'avoir été intégrées au sein du même état; il est encore possible de s'en rendre compte au cours des diverses rencontres sportives ou en observant le faible taux de mariages entre citoyens de ces villes, la distance amplifiant ce phénomène. Le commerce est une valeur essentielle pour tout desarien, aussi trouve-t-on des marchands ambulants partout dans le pays, même au plus profond du désert. Si le respect est de mise, l'entraide demeure faible: tout se paie. Le tourisme participe grandement à la prospérité du pays. Le président actuel se nomme Enrike Deönir, élu suite à des élections dites truquées; il s'agit d'un homme totalement gangrené par le régime de Maximilian Maffert.


II/Le territoire
Étendu, le territoire desarien est principalement désertique. Des amateurs venus du monde entier tentent de le traverser, considérant qu'il s'agit de l'étape ultime pour tout bon randonneur. Des accidents arrivent toutefois chaque jour, ce principalement à cause de nombre décroissant de points d'eau. La chaleur est globalement très élevée au centre du pays, avoisinant les 45° de moyenne en hiver pour plus de 65° lors des saisons estivales. La côte Est profite en revanche d'un climat agréable se mariant parfaitement avec les immenses plages dites paradisiaques, tandis que des vents violents frappent la côte Ouest, où d'imposantes falaises interdisent l'accès à l'Océan. La quasi-totalité du territoire Sud-Ouest est d'ailleurs totalement délaissée. Globalement, les citoyens se regroupent dans les quatre cités principales ou dans les communautés de communes du désert. Une légende populaire raconte qu'une titanesque cité erre à travers tout le pays, n'ouvrant ses portes qu'à de rares élus. Même via satellites, jamais cette ville n'a été aperçue, aussi est-elle restée une simple légende. Le pays compte 7 millions d'habitants, dont les trois quarts vivent à Tzuhad ou Salum.

III/Les villes principales

-Tzuhad: Grand foyer de population, la capitale desarienne est une ville relativement récente. Son essor économique est considéré par beaucoup comme un miracle compte tenu de sa situation géographique dont elle a su bénéficier: le tourisme balnéaire s'y marie à merveille avec les trafics de contrefaçons en tout genre. Le pays bénéficiant de fiscalités et de lois très tolérantes, les produits de grandes marques peuvent en effet s'y acheter à prix cassés. À cela, tout un culte du luxe s'ajoute. On trouve en effet un quartier entier rempli d'hôtels splendides, de restaurants réputés, de salles de loisirs en tout genre et même du plus grand parc d'attraction au monde, le tout pour des prix exorbitants. À Tzuhad, la corruption est omniprésente! Qu'il s'agisse de la police ou des clubs sportifs, on peut payer n'importe quoi pour peu d'en avoir les moyens. La dictature n'a pas encore su y imposer d'autres mesures que le fameux couvre-feu nocturne, lequel n'est que très rarement respecté.

-Salun: Historiquement la cité rivale de la capitale. Toutes deux sont effectivement entrées en conflit à de nombreuses reprises avant la création de l'état, il y a de cela près de mille ans. Depuis, même si le cadre s'avère plus pacifique, des piques sont envoyées des deux côtés et les habitants se vouent une haine mutuelle. La ville en soi est relativement traditionnelle: bâtiments bas, grandes places, nombreuses fontaines, énormément d'espace piétons. Le climat étant moins aride dans cette région que dans le reste du pays, on trouve y trouve de grandes exploitations agricoles. Son positionnement en fait d'ailleurs l'un des premiers exportateurs d'agro-alimentaire à travers le monde.

-Kin: Située proche de la frontière mesathienne, Kin est la plus vieille cité de Desar, voire du monde. On y trouve nombre de vestiges culturels, qu'il s'agisse d'anciens bâtiments en ruines ou d'ouvrages millénaires. La culture et la recherche y prennent une place très important; on l'associe d'ailleurs souvent à la création de sciences telles que les mathématiques, la médecine ou l'astrologie. La cité n'est pas parmi les plus riches de Desar mais reste très peuplée, notamment par des jeunes venus du continent entier. C'est en effet à Kin que l'on trouve le plus d'universités de renom, ce qui en fait la seconde ville étudiante au monde après Néris. Beaucoup d'hommes importants prennent leur retraire ici. C'est un des endroits sur le globe où les confrontations entres les forces de l'ordre et les citoyens sont les plus fréquents, les jeunes gens en devenir ne supportant pas de vivre dans un cadre dictatorial.

-Aldrik: La ville la plus représentative de son pays. Ce lieu a su profiter des nouvelles technologies sans pour autant perdre de son authenticité, du moins jusqu'à l'instauration de la dictature. Dès lors, nombre de gratte-ciel ont poussé. Lors de la guerre contre les sombrités, les sourciers "héros" ont fait une apparition très marquée ici pour aider une population particulièrement brave. Malheureusement, le peuple est aujourd'hui réduit à un silence tombal. Aldrik est l'exemple même de la déchéance. Les répressions y sont légion, les maladies également, les habitants perdent tous leurs droits et les élus trop marginaux sont souvent assassinés. Le dernier maire fut porté disparu après avoir annoncé un lever définitif du couvre feu dans le centre-ville il y a de cela à peine quelques mois. La misère touche Aldrik de plein fouet, emmenant avec elle nombre de sans domiciles. Des bidons-ville forment désormais la banlieue de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepotacrayon.conceptforum.net
Le Grand Admin
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Carte du monde   Mar 11 Sep - 17:36

THOEM

I. Histoire et culture

Unique pays du continent nommé Priggan, Thoem était autrefois un havre de paix, où il faisait bon vivre. Les nombreuses côtes maritimes offraient aux habitants, comme aux touristes, un petit lieu de paradis. Les nombreux paysages verdoyants permettaient aux visiteurs d’utiliser leurs appareils photos numériques, de même que les volcans endormis permettaient aux plus aventureux d’assouvir leur soif de sensations fortes: les escalades étaient nombreuses, de même que les sorties en deltaplane.
La population de Thoem, autrefois libre de toute entrave, entretenait avec soin les traditions des anciens. Il n’était pas rare de découvrir, une nuit, au bord d’une plage, des Thoemiens à moitié dénudés, dansant autour d’un brasero incandescent. Les chants Thoem résonnaient longuement dans l’obscurité, tels des appels lancinants destinés aux Dieux.
Ces derniers étaient au nombre de trois, et chacun possédait un pouvoir particulier. Il y avait Belsambar, le Dieu d’une chose qui pourrait être aujourd’hui traduite par « sérénité toute puissante »; Polgaran, la déesse de la fertilité et de la prospérité, et enfin Acharak, qui possédait, lui, le don de contrôler sur l’Autre Monde, ce que nous nommons communément la mort.
Cette atmosphère de paix prospéra de longues années sur Thoem, jusqu’à ce qu’une violente éruption volcanique ne transforme ce lieu paradisiaque en enfer. Les légendes Thoemiennes racontent qu’une guerre opposa Acharak à son frère et à sa sœur, et qu’il fit se courber le sol sous le pied des habitants de l’île, que les volcans crachèrent leur sang rougeâtre sur eux, et que le ciel devint noir. Un violent tsunami, provoqué par l’éruption, projeta sa langue mortelle sur les terres de Thoem, arrachant sur son passage d’innombrables foyers. Un tiers de la population fut ainsi décimée, dans ce que les géologues d’aujourd’hui décrivirent comme un tremblement de terre de 8 sur l’échelle de Richter. Dès lors, Thoem, la belle, la vaillante, la paisible, devint un véritable enfer.

Depuis ce jour fatidique, la culture Thoemienne a totalement disparue, et les touristes se font rares. La situation économique du pays serait critique mais, par chance, le réseau portuaire de Kathe offre des ressources inépuisables.

L’actuel président de Thoem se nomme Ibrahim Mourhâ. Héritier d’une riche famille de cultivateurs d’avant l’éruption, il accéda à ce poste presque par hasard. S’il n’est pas un mauvais dirigeant, il a commis l’erreur de favoriser la croissance des grandes villes, telles que Kath ou New Salun, oubliant ainsi les petites communautés ethniques disséminées un peu partout, aux bordures du mur de cendre. Les riches s’enrichissent donc un peu plus tous les jours, tandis que les familles défavorisées par ce brusque essor industriel peinent à nourrir leurs enfants à la fin du mois. Pourtant, Ibrahim Mourhâ ne semble pas prêter oreille attentive aux plans de Maximilian Maffert, jouant à ce que l’on appelle « le jeu de la chaise vide », ce qui est toujours favorable pour les civils.



II. Le territoire

Depuis l’éruption volcanique, la géographie de Thoem s’est totalement modifiée: les vastes terres vallonnées qui existaient auparavant ont fini englouties sous des tonnes de lave en fusion, ne laissant derrière elles qu’un terrain aride et stérile. Les volcans endormis, autrefois verdoyants, propices aux visites touristiques, ne sont plus que de funestes montagnes à moitié éboulées, mais toujours fumante. Cette fumée âcre empêche le soleil de filtrer à travers cet épais manteau noir, empêchant d’avantage la flore de reprendre ses droits. Le tsunami, en se retirant, emporta avec lui une portion gigantesque des forêts. Auparavant, des dizaines de petits villages florissaient ça et là, mais tous ont disparu. Seules cinq grandes villes subsistent aujourd’hui, et toutes sont proches des côtes, là où les ravages sont moins visibles. Un impressionnant mur de cendre, haut de plusieurs dizaines de mètres, délimite les terres fertiles de celles qui sont désormais considérées comme un « no man’s land », où il est déconseillé de s’aventurer: en effet, des geysers de feu sortant du sol à intervalles irréguliers rendent les promenades difficiles.
Terminée, Thoem la grande, magnifique. A présent, Thoem est synonyme de mort et de décadence: les habitants des autres pays la surnomment communément « Thoem l’Agonie », en référence aux soubresauts volcaniques qui apparaissent parfois, bien qu’en moindre intensité, et qui font penser aux battements erratiques d’un cœur agonisant. Il faut dire que ces étrangers ont bien raison. Thoem n’est plus qu’une ombre.



III. Les villes principales

- Kathe
En tant que capitale de ce pays atrophié, Kathe accueille un flot amoindri d’étrangers, qui débarquent en grande majorité dans son port. Celui-ci est le plus grand de tous les continents, et il s’y déverse tous les jours une multitude de passagers, ou de marchandises. Paquebots de croisière (bien que très rares dans ce pays que l’on dit maudit), péniches industrielles ou encore voiliers se croisent sans aucune distinction, donnant ainsi lieu à un capharnaüm indescriptible.
En vérité, c’est bien ce port qui fait la notoriété de la capitale: le reste de la cité ne comporte pas d’intérêt particulier, au contraire: les lignes ont été tracées sans aucun soucis d’esthétique, si bien que les maisons sont alignées de manière rectiligne, à la façon de logements militaires. Les pavés noirs et sales, de même que les murs gris, n’améliorent en aucun cas le charme de cette cité, qui est un peu devenue la capitale « par défaut »: avant l’éruption volcanique, la principale ville était Aliquante, mais fut engloutie lors du tsunami. Les survivants du cataclysme n’ont guère tenté d’améliorer la situation de Kathe, qui était jusqu’ici une cité portuaire conçue pour être fonctionnelle, et non pour être jolie à regarder.

- New Salun
Située proche de Kathe, cette ville possède un important quartier d’affaires, et accueille chaque jour des dizaines de traders et autres comptables. A l’inverse de Salun, qui est l’une des grandes villes agricoles de Desar, New Salun n’est en aucun cas vouée à l’agriculture. La majorité des habitants est constituée d’hommes d’affaires travaillant dans les importants bureaux. Ces hommes ont toujours le nez fourré dans leurs dossiers, les yeux posés sur leur montre, ou bien l’attention occupée par leur conversation téléphonique, si bien que, tout comme Kathe, New Salun ne représente pas vraiment d’intérêt particulier, hormis un réseau marchand développé à l’est de la ville. Quelques touristes amateurs de shopping prennent plaisir à parcourir ses galeries, visitant boutiques et autres magasins industriels. L’artisanat est depuis longtemps mort dans cette région de Thoem.

- Avri & Trenn
Ces deux villes fonctionnent en binôme: en effet, elles sont toutes les deux portuaires (bien que de moindre importance que Kathe) et comptent énormément de pêcheurs. Les quais débordent régulièrement d’étales de poissons, que les revendeurs viennent contempler quelques instants avant d’acquérir, et de revendre à l’importante foire de Séquizana, un peu plus à l’est.
L’intérieur de ces deux villes est presque semblable: de petites rues pavées -mais propres-, tortueuses, dans lesquelles il est ardu de se repérer.

- Séquizana
Cette petite ville de caractère est néanmoins l’une des plus importantes de Thoem, puisqu’elle accueille chaque semaine la grande foire du pays. S’y marchandent poissons, racines -les légumes sont difficiles à cultiver en grande quantité, étant donné l’état des sols carbonisés-, bières et textiles artisanaux. Les rebords des fenêtres sont habillés de jardinières, dans lesquelles poussent des dizaines de fleurs multicolores. Séquizana est probablement la plus belle des villes de Thoem. Sa population est en grande partie constituée de personnes âgées ou, au contraire, de jeunes couples. Ses maisons de chaume blanches attirent de plus en plus de touristes, et il se pourrait bien que cette petite cité deviennent bientôt l’épicentre touristique de Thoem.

- Lointain-Horizon
Lointain-Horizon est, comme son nom l’indique, la ville la plus éloignée du centre d’activité du pays. C’est là que sont cultivés les quelques parcelles de légumineuses, et où poussent les quelques arbres fruitiers. Si la ville en elle-même tient plus du village que de la cité à proprement parler, elle est connue pour l’unique raison que c’est là que l’agriculture reste présente. La trentaine de huttes abrite les familles des paysans qui, appauvris, peinent à subvenir à leurs besoins. La route est loin jusqu’à la foire de Séquizana, pourtant ils s’obligent à effectuer ce voyage le plus souvent possible pour écouler leurs récoltes.
Lointain-Horizon est l’un des derniers villages. Tous les autres sont tombés dans l’anonymat depuis l’essor portuaire de Kath, ou celui, plus récent, de New Salun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepotacrayon.conceptforum.net
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 22
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Carte du monde   Jeu 13 Sep - 19:20

Mesath

-1- Histoire et culture :

Depuis toujours, Mesath est le pays dominant du monde. Il à toujours eu de l'avance sur tous les pays dans le domaine de l'armement, de la science ( santé, hygiène ... ) de l'agriculture et de l'industrie, ce qui explique que les conflits avec Desar ayant amené à combattre contre ce dernier aient été remportées chaque fois. Même la mode évolue sans cesse à Mesath. Quelques journaux satiriques disent qu'elle change toute les semaines ! Depuis la première pierre de Mesath en ce qui est maintenant l'an -1412, les croyants du pays sont monothéistes, ils croient en la Déesse unique, qui créé la vie et accueille dans la mort, pour donner une nouvelle existence à l'âme. Ainsi, la vie n'est qu'un passage pour se rendre dans une autre, qui mènera elle-même à une autre vie, et ainsi de suite. La religion a de moins en moins d'importance au fil du temps, depuis l'apparition des Sourciers. Néanmoins, les chercheurs libres ( qui, donc, ne sont pas sous le joug de Maximillian Maffert ) ont découvert que la Déesse était très proche de la Source, de par sa mythologie et ses figures emblématiques. On suppose, suite à cela, que les Sourciers existaient déjà il y à plus de mille ans, ce qui rapproche les historiens et archivistes de l'origine de la Source, si mystérieuse et attrayante à leurs yeux.


-2- Le territoire :


Avant la dictature, le territoire de Mesath se divisait en trois parties : Urbaine, agricole et déserte. La partie urbaine s'étendait de Narwal à Nahem, enveloppant Vlatan et Néris. Le territoire agricole, lui, entourais Pabarce et Ayers, mais coupé par la partie déserte.

La partie urbaine de Mesath était une gigantesque agglomération qui ressemble à une seule et unique cité, dans le passé comme aujourd'hui, les villes de cette partie sont reliées par des bidonvilles. Les centre-villes en revanche étaient des quartiers calme et prospères, où fleurissait commerce, cinémas, parcs et autres lieux où il faisait bon vivre, et où les maisons restaient dominants face aux immeubles et appartements.
Aujourd'hui, l'agglomération ressemble à une usine géante, plus de maison, peu de végétation, du béton et du fer partout, les parcs sont vides et gris, les plantes ont fanées faute d'entretient, les commerces sont en faillite, les cinémas fermés, et le bon-vivre à donc disparût.

La partie agricole près de Pabarce était aussi parsemée de cultures telles que céréales que de champs entiers de fleurs en tout genre, c'est d'ailleurs pour la beauté des lieux que de nombreux couples se rendaient sur les lieux pour faire leur demande en mariage ou nuit de noce.
Maintenant la dictature installée, toute l'agriculture et la floraison des lieux ont laissés place à l'industrie, aussi au lieu de faire pousser des fleurs, on fait construire des armes, au lieu de céréales, on fait des pneus etc. Aujourd'hui, la partie agricole se rabat entièrement sur Ayers, mais après les champs fertiles autours de cette cité, un problème s'impose.

La partie déserte est en fait une gigantesque étendue de pierre. Une montagne plate, qui sépare pabarce et ayers, ainsi que l'agglomération. Aujourd'hui, elle est parsemée de mines et d'excavations, car ces lieux sont très riches en minerais, métaux, pierres précieuses, et surtout, pétrole.

-3- Les villes :

Néris : Capitale du pays, elle est la plus représentative de ce dernier, située dans l'agglomération, elle est poluée, bruyante, et les problèmes y sont de masse. Pourtant, il est encore possible de s'y trouver à l'aise !! En général, ce sont surtout les adolescents et jeunes adultes qui vivent là-bas, car on y trouve aussi un bon nombre de boites de nuit.

Narwal : Le port commerçant du pays, une bonne partie de la mafia y est aussi installée, en général, on ne conseille à personne de s'y rendre, car le crime y est commun.

Vlatan : Vlatan est une véritable cité-souvenir, le centre-ville est en effet positionné dans une citadelle médiévale qui donne un contraste particulier avec l'agglomération, semblant rappeler une phrase générique dans la bouche de nombreux citoyens : C'était mieux avant.

Ayers : La ville agricole, aujourd'hui, des plantes sont même cultivées dans les caniveaux de la ville, des fleurs sont accrochées à chaque poignée de porte, de fenêtre etc. Très proche de Lointain-horizon et pourtant à des milliers de kilomètres, elle aurait pu être la ville la plus agréable à vivre si seulement le soleil acceptait de montrer le bout de son nez un jour sur 365.

Nahem : La ville des chercheurs. On sait que Nahem était une cité-bibliothèque, c'est là que l'on trouvait le plus grand nombre de livre au monde, et tout autant de sages, chercheurs, scientifiques, etc. Les murs des maisons, en extérieur, étaient souvent pourvus de nombreuses étagères sur lesquelles reposaient des livres que les voisins mettaient à dispositions des autres, aussi, aucun livre n'appartenait à qui que ce soit, car tout livre emprunté était remplacé par un autre. Les citoyens se déplaçaient généralement avec un livre sous le bras, et étaient donc facilement reconnaissable, à cause de leur toge noire et blanche. Etaient. On n'a plus aucune nouvelle de la ville érudite depuis la dictature.

Pabarce : Cette ville est un havre de paix, même sous la dictature, les citoyens ont fait en sorte de garder un calme très sérieux afin de continuer à profiter de leur vie, malgré les nombreuses usines et centre commerciaux qui ont fait surgir une énorme zone industrielle. Bon nombre de retraités se rendent là bas pour finir leurs vieux jours, la côte étant parsemées de maisons à louer à des prix peu élevés, ainsi que de maisons de retraites. Jusqu'à aujourd'hui, c'était Joseph Mayer qui profitait de la plus belle vue sur la mer de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/jaleniel
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carte du monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carte du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA CARTE DU MONDE (Membres de SSMD)
» La carte du monde : Venez vous y inscrire !
» carte du monde et ses animaux
» Carte du Monde
» Carte Du Monde des membres du Forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: Tout ce qu'il y a à savoir!-
Sauter vers: