Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1165)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Vestiges.
par Jaleniel Mer 18 Juil - 5:35

» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50


Partagez | 
 

 Un joyau rayé

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Un joyau rayé   Mer 21 Mar - 15:53

Oloren n'entendais plus que le cor, dont le son se répétait dans sa tête. Elle avait trouvé une rue sombre où elle s'était recroquevillée et cachée. Les mains sur la tête, elle attendais que l'attaque passe, ou qu'un immeuble lui tombe dessus ... Mais sentait le regard de son défunt frère sur elle. Elle devait aller se battre, combattre auprès de ses amis. Elle devait y aller. Mais ses jambes ne bougeaient pas. Elle tremblait de tout son corps ...


Arawn entendit le cor de son oreille restante et entra dans la chambre de son élève sans pré-avis. Il l'attrapa par l'épaule et l'emmena, laissant Laly seule dans la pièce. Elle avait un niveau suffisant pour se débrouiller ... Le jeune homme n'était pas encore formé. Vu la bataille qui s'annonçait, il n'avait pas le choix. Il le formerait durant le combat. Ilyanna était déjà, avec son unité, sur le chemin du combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Margogotte
Prince de Porol
avatar

Messages : 267
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 24
Localisation : Brocéliande, au pays de Merlin l'Enchanteur

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Mer 21 Mar - 17:09

Lorsque Zia l'avait quittée pour rejoindre Snori et les autres, Habeth avait décidé de la suivre. Elle avait laissé l'adolescente la devancer d'une centaine de mètres, et la vit de loin se faire interpeller par Melody. Lorsque le son du cor avait retenti, Habeth était arrivée à la hauteur de Snori et des inconnus aux cheveux aussi roux que les siens et ceux de Zia. Aussitôt, tout le monde commença à s'organiser avec efficacité, et la jeune femme craignit un instant, un bref instant d'être perdue par les évènements. Mais elle se reprit vite, et passa une main dans son dos. Ses doigts rencontrèrent le bois de son arc, ce qui l'apaisa. Tant qu'elle avait son arme, rien de fâcheux ne pouvait lui arriver.
Toutefois, Habeth n'avait pas l'habitude des combats lorsqu'on ne lui donnait aucun ordre. Elle connaissait ses capacités, tout autant que ses limites. La prise du palais d'Igole Vrag s'était déroulée comme convenu, et elle avait alors eu une tache à effectuer. Or, personne ne lui avait donné de directive cette fois-ci: l'attaque des Nailikans aurait du se produire demain. On lui aurait probablement dit quoi faire plus tard. Elle vit des gens apeurés fermer les volets de leurs maisons, croisa le regard d'enfants terrorisés. Au loin, elle cru reconnaître le prince Snori, et couru dans sa direction. Bousculée par la population qui remontait vers le centre de la ville, elle avisa Zia, quelque-part sur sa droite: Snori ne devait pas être bien loin. Elle finit par parvenir à leur hauteur et, happant le bras de Snori avant qu'il n'ait eu le temps de s'en aller, elle le fixa dans les yeux, l'air grave, et demanda:

"Qu'est-ce que je dois faire ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ze-grabouilleuse.eklablog.com
Apocax
Critérium
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 17/01/2012
Age : 21
Localisation : Là où il y a à manger. (Et du rhum!)

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Mer 21 Mar - 17:49

Au moment où Arawn l'emmena, Feldryn réussit de justesse à attraper son sac.
Il glissa ce dernier sous son bras et en sortit ses griffes mécaniques et une des créations qui faisait sa fierté. Il venait de terminer cette derniére et songea que ce serait l'occasion de la tester. Il enfila ses griffes et placa un carquois sur sa hanche. Il en sortît un carreau qu'il posa sur sa nouvelle création. Une arbalète. Mais pas n'importe quelle arbalète, une arbalète à trois coups. Il suffisait de tourner une petite manivelle située sur la crosse, derrière la gachette, pour placer le carreau suivant. Pour la première fois depuis des années, un sourire plein d'assurance apparût sur sont visage, tandis qu'il suivait Arawn. Il était temps pour lui d'apprendre à se battre plus efficacement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Mer 21 Mar - 18:27

Même si une bonne partie des citoyens avaient décidés de quitter la ville il y avait déjà plusieurs jours, certains préférèrent rester jusqu’au dernier moment, avant de partir la veille de l’attaque. Ceux ayant choisit cette possibilité furent prit totalement au dépourvu. Personne n’avait pu prévoir l’arrivée des troupes adverses. Se déplaçant dans la pénombre dans une furtivité paraissant irréaliste, ils s’étaient glissés depuis Nailika en un éclair. Sur les multiples ponts traversant le lac pour arriver aux portes de la cité fluviale, des soldats de la légion avançaient, arme à la main, en poussant des cris de guerre déchirants le silence nocturne. Parmi eux, on pouvait voir de temps à autre un automate à la démarche incertaine, ses bras flasques s’entortillant de chaque côté son corps déformé. À première vue, malgré le caractère surprenant de l’attaque, leur armée ne semblait en tout cas pas jouir d’un effectif si élevé que ça. Ils devaient sans doute être à peu près à nombre égal, sans compter l’appui des artéfacts. Les choses pourraient assez bien se dérouler finalement. Snori, qui commençait déjà à lancer des ordres à tue-tête aux soldats de toutes les nations, fut interrompu par Habeth alors qu'il s'apprêtait à interpeller Walho. Un instant, il fixa le regard de la jeune femme, et une multitude de pensées lui traversèrent l'esprit. Il y avait bien des possibilités, et sa plus grande crainte aurait été de voir ses amis mourir. Ils devaient à tout prix rester ensemble.

-Reste avec nous et essaie de couvrir nos arrières! lui cria-t-il pour couvrir le son crescendo de la cacophonie. Zia, Llednar, Laly, venez aussi!

Il voulut un instant demander à Melody et Bartiméus de les rejoindre également, mais leurs destin était entre les mains des militaires luuwriens, pas des siennes. Une fois que tous cinq furent réunis, le prince évalua rapidement la situation. Ils étaient trois à se battre à l'épée, une archère, et une porteuse d'artéfact. Compte tenu des capacités offensives de chacun, l'idéal serait de placer Laly au centre pour la protéger avant qu'elle n'utilise Nigfol. Snori et Zia, tous deux ayant une grande maîtrise des armes blanches, pourraient se positionner sur les flancs pour former un bon rempart. Habeth serait parfaite à l'arrière avec son arme à distance. Quant à Llednar, il ne lui restait plus qu'à ouvrir la marche. Des cinq, il était indéniablement celui en meilleure condition physique, et le plus apte à effectuer des percées dans les lignes adverses. Il ne s'agissait plus de rester en position défensive ou de se cacher: il faudrait attaquer. Après avoir rapidement expliqué la situation à ses camarades, il tourna de nouveau la tête vers Walho, mais le majordome s'était volatilisé, ainsi que tous les autres porteurs d'artéfacts. Eux aussi savaient sans doute ce qu'ils avaient à faire. Irwan, de son côté, se lançait déjà dans de grandes discussions stratégiques avec les généraux alliés. Même dans l'urgence, on pouvait lui faire confiance, il trouverait sans doute une stratégie les menant à la victoire. Animés d'un entrain invraisemblable, les Fambriel se dispersaient, se tenant près des entrées de la ville. Quelques uns tiraient de vieilles lames, d'autres des haches de bûcherons, et certains de simples gourdins.

-Zut, où est Oloren? Vous ne l'avez pas vue? demanda Snori, se rendant compte de l'absence de l'adolescente.

-Elle s'en sortira sans problème, il y a plus important. Il faut mettre les habitants en sécurité. Désolé, mais je vais m'occuper d'eux plutôt que de vous accompagner pour le moment.

Le jeune homme, les mains fourrés dans les poches, s'apprêtait déjà à repartir à grands pas vers les ruelles pour tenter d'aider les civils encore sur place, mais Snori le rattrapa en lui agrippant le bras comme Habeth l'avait fait quelques minutes auparavant. Un instant, Llednar crût qu'on allait lui passer un savon, mais son ami se contenta de lui dire, en lui accordant une tape sur l'épaule:

-Alors on se retrouve après la bataille. Et ça, c'est un ordre.

Tous deux s'observèrent droit dans les yeux un instant. Ils ne se parlaient pas beaucoup, mais se comprenaient parfaitement. Même si le rôdeur semblait toujours froid, presque de nature, il tenait en réalité énormément à eux. D'un geste solennel, il hocha la tête, puis, furtivement, leur adressa un petit sourire en coin, avant de disparaître dans la foule. Ilawen, au même moment, sortait de son auberge, une impressionnante massue à la main. S'il fallait se battre, elle serait bien évidemment de la partie! Adel, à l'étage, s'était assise sur son lit en lançant en l'air le collier d'Alix avant de le rattraper, machinalement. Elle n'était pas seule dans cette chambre. Il y avait plusieurs autres enfants, tous à peu près de son âge, dont les parents pensaient qu'il valait mieux les mettre en sécurité. Ils avaient été clair: aucun d'eux ne devait sortir de cette pièce avant que tout ne soit terminé. Un des enfants se démarquait des autres. Assez petit, les cheveux châtains emplis d'épis, il était adossé au mur et regardait par le fenêtre avec un air de parfaite indifférence. Adel lui lança un regard en coin, mais il ne sembla pas le remarquer.

-Ce sera lui. Il n'y a plus grand chose à voir ici, rentrons, Kay.

La jeune femme en blanc venait d'adresser ces quelques mots à ses deux compagnons, observant avec elle la scène du haut de leur falaise. Lorsqu'elle prononça son nom, le garçon aux cheveux bleus hérissés eut un grand sourire. L'autre type au costume noir semblait tout aussi satisfait.

-Alors ça signifie que tu n'as vraiment plus aucun espoir... murmura-t-il.

Son interlocutrice se leva, se révélant assez grande, et lança un regard dur à l'homme au bouc.

-Nous savions tous ce qui allait se passer ici. Tu penses pouvoir me battre, alors jouons au dernier des jeux.

-Oh...ça deviens très intéressant, affirma-t-il, avec un sourire carnassier.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Jeu 22 Mar - 19:44

Arawn commençait à courir à quatre pattes, mais ralenti a cause de Feldryn. Il sentait le loup à plein nez, il avait déjà subit une transformation, mais ne s'était jamais manifesté en forme lupine. En course, il hurla ses ordre au jeune homme.

- Je sais que tu te poses des questions ! Alors arrête ! Cesse de penser en homme ! DEVIENS le Loup !

Sa voix était celle d'une bête. Tout chez Arawn, hors mis son pantalon large, était bestial. Si le jeune garçon possédait un pouvoir semblable au sien, celui de Feldryn serait facilement dévoilé, et si blocage il y a, cette barrière deviendrait elle aussi évidente.


Mal cachée derrière deux tonneaux, Oloren avait cru entendre Snori non loin, ainsi que Llednar. Elle restait néanmoins dans son petit trou sombre, bien trop effrayée pour tenter quoi que ce soit. Les mais sur la tête, elle se recroquevillait sur elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Apocax
Critérium
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 17/01/2012
Age : 21
Localisation : Là où il y a à manger. (Et du rhum!)

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Jeu 22 Mar - 20:43

Feldryn réagit instantanément et essaya de penser en Loup. Il ne percevait rien. Pourquoi? Il était forcément un loup-garou! Après tout ce qui lui était arrivé, le massacre, la grotte, son œil... Son œil... D'un coup, la réponse s'imposa à lui. Il savait comment utiliser ses nouvelles aptitudes. Mais, il ne pouvait pas se permettre de perdre le contrôle une nouvelle fois. À moins d'être en mauvaise posture, il se battrait sans la bête qui sommeillait en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Ven 23 Mar - 10:02

Les cors de bataille résonnaient encore dans les oreilles de Melody lorsqu'elle prit une fois encore la forme finale de Belwur. Le démon, qui s'était fait de plus en plus absent au fil du temps, jubilait de l'intérieur. Aujourd'hui, l'histoire s'écrirait avec lui! Survolté, il donna à sa détentrice l'intégralité de ses pouvoirs. La jeune femme sentit ses forces se décupler. L'exo-armure qui la recouvrait semblait plus solide, plus résistante, mais il y n'y avait pas que cela. Une étrange aura noir entourait l'ensemble de son corps, troublant même parfois son champs de vision. Ces particules noires étaient en réalité l'essence même de l'artéfact, qu'il peinait à transmettre dans son intégralité à Melody. En quelques secondes, l'aura noir avait été entièrement absorbée par la capitaine. Prenant alors son envol, elle fut surprise par sa force nouvellement acquise. En trois coups d'aile, elle se retrouvait déjà à une bonne centaine de mètres du sol. Planant jusqu'au groupe de Snori, elle décida que la protection d'Inès était sans doute son objectif principal. Suivant rapidement le groupe, elle en profitait pour lancer des boules de flammes ravageuses en direction de l'armée Nailikanne qui se massait aux portes de Rednow. Elle doutait que cela suffise pour tous les arrêter, mais ceux qui étaient touchés par le feu noir ne se relèveraient pas!

https://www.youtube.com/watch?v=RVkcmx2l3WA&feature=related

Edwig avait attendu son heure, à l'intérieur même de la ville. A l'aide d'Athis, il n'avait eu aucun mal à s'infiltrer, avec le chaos que créait la débandade de citoyens qui fuyaient la ville. Leur objectif principal, leur plus grande menace, était aujourd'hui les porteurs d'artéfacts présent dans la ville. C'est eux qu'il fallait viser en priorité. Mais pour cela, le plus efficace était sans doute de créer une diversion. S'approchant de la porte est de la ville, il observa les soldats chargés de la protection de la porte. Ils devaient être une bonne cinquantaine. D'un coup sec, Edwig fit apparaître son bâton et attaqua les Luuwriens, qui avaient commis l'imprudence de lui tourner le dos. Comme l'éclair, il fonça sur sa première cible, un énorme officier aux couleurs Oraniennes. Ne lui laissant pas le temps de réagir, d'un coup de bâton, il lui faucha les jambes, qui se cassèrent dans un craquement sinistre. Laissant l'homme agoniser, il passa directement à sa cible suivante. Précis, chacun de ses coups détruisait des lames et brisait des nuques. Bien vite, il se retrouva couvert de sang. Se servant de son don de siffleur, il projetait les soldats de l'autre côté des fortifications. Les malheureux étaient alors accueillis avec plaisir par les Nailikans, qui les achevaient lorsque c'était nécessaire. Lorsque tous ses ennemis furent passé de l'autre coté du voile, le Hurleur donna de violent coups sur les verrous de l'imposante porte. En quelques minutes, une première brèche apparaissait sur la porte. Déjà, de l'autre côté de la porte, des canons s'armaient pour prêter main forte à l'Ombre.

Le fléau de la guerre commençait déjà. Edward voulait faire bonne figure devant ses hommes, mais en réalité, il était terrifié. Il se trouvait au sommet du temple de Rednow. De là, il avait sans doute la meilleure vision possible de la bataille. Ses hommes s'étaient placés sur les remparts et harcelaient l'ennemi avec des balles, des flèches et des bombes. Malgré les renforts Hovoïtes et Nailikan, le prince commençait à douter sérieusement d'une possible victoire. Un imposant groupe d'automates semblait arriver au loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margogotte
Prince de Porol
avatar

Messages : 267
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 24
Localisation : Brocéliande, au pays de Merlin l'Enchanteur

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Ven 23 Mar - 14:51

La foule se massait toujours autour d'eux, dense, et il était impossible de rester longtemps côté à côté dans cette cohue. Désespérée, Habeth courait derrière Laly, laquelle était elle-même entourée de Zia et Snori: pourtant, la jeune femme savait que cette formation aurait du mal à tenir. La population prise au dépourvu par la soudaine attaque Nailikanne ne les laisserait pas poursuivre ainsi, et finirait par entraver leurs mouvements.
Elle rentra dans un homme imposant, immense, même, mais qui pourtant ne se retourna pas: son visage était hanté par la terreur. Habeth eut alors une idée: c'était une idée barbare, certes, mais la réussite de cette bataille dépendrait surement de l'issue de la guerre. Mieux valait prendre toutes les décisions qui s'imposaient.
Se déportant sur la gauche, elle fondit en direction d'une façade à colombages: saisissant un battant de bois, elle se hissa souplement jusqu'au deuxième étage, puis le troisième, jusqu'à atteindre le toit. Là, elle tira un briquet d'une sacoche suspendue à sa ceinture, une flèche de son carquois, et alluma la hampe de celle-ci. Les plumes pourpres s'embrasèrent aussitôt. D'un geste preste, elle plaça le trait dans son arc, banda la corde jusqu'à ce qu'elle frôle sa joue, puis relâcha celle-ci. La flèche décrivit un gracieux arc de cercle dans le ciel, puis se ficha dans sa cible: le grenier d'une maison. A travers la fenêtre ouverte, une fumée âcre, noire, sortit et se mélangea en volute à l'air chargé d'électricité. Il fallut à peine quelques secondes de plus pour que la paille du grenier s'embrase tout à fait, et que les flammes commencent à lécher le mur extérieur, grandir vers le toit. La maison fut bientôt un immense brasier, et de nombreuses personnes s'arrêtèrent, tétanisée, croyant probablement que l'ennemi avait commencé à incendier la ville. Habeth, criant pour couvrir les hurlements des gens effrayés, se grandit de toute sa hauteur -ce qui ne faisait pas une grande différence- et désigna un point vers le centre de la ville:

"L'ambassade! Réfugiez-vous dans l'ambassade!"

Sans attendre de vérifier si son ordre avait été entendu, ou même suivi, elle détala sur le toit. Tenant fermement son arc dans ses mains, elle encocha une flèche et se mit en chasse de Snori: elle finit par le repérer, tâche blanche dans la masse sombre. Maintenant que les rues se vidaient petit à petit, il lui était plus facile de suivre son groupe. Un archer au sol ne vaut pas grand chose contre des ennemis proches. En revanche, Habeth avait reçu un entraînement spécialisé de la part de son mentor: elle avait été l'une des meilleures archères de sa promotion, et avait pris l'habitude de combattre en hauteur, afin de surplomber le champ de bataille et repérer aisément ses ennemis. Les risques de toucher un allié étaient également amoindris. Il n'y avait pas de raison d'avoir peur, se rasséréna Habeth. En hauteur, personne ne pouvait échapper à ses flèches. C'était au moins une chose en laquelle elle pouvait être porter foi et confiance...
La jeune femme crut entendre un vrombissement, et elle ne put s'empêcher de courber l'échine sans s'arrêter de courir. En levant furtivement les yeux, elle vit Melody, auréolée d'un feu d'ébène, parcourir le ciel au-dessus du groupe. Un vague sourire étira ses lèvres, plissant ses joues couvertes de taches de rousseur. Si la capitaine entrait dans la danse, les choses étaient gagnées d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ze-grabouilleuse.eklablog.com
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Ven 23 Mar - 17:21

Arawn remarqua aisément que ce bandeau sur son œil empêchait ses instincts primaires de se réveiller. Tant pis. Il se mis à courir pour aller au front et laissa littéralement le jeune homme sur place. S'il ne laissait pas le Loup l'envahir pour se battre, qu'il reste dans sa condition pour toujours. La vitesse prise par le maître-loup était considérable, étonnante. En courant sur les toits, il avait l'air d'une ombre cauchemardesque ... Mais le vrai cauchemar commença lorsqu'il tua sa première victime. Un coup de poing puissant avait suffit à fortement abimer les mailles du soldat, et un coup de griffes lui arracha tripes et foi devant ses camarades. Ils avaient des armes faites d'acier. Pauvres petit soldats ... Il délogeait les archers de leur toits avec une efficacité extrême, mais parfois, les jetais simplement dans le vide et se délectait d'entendre leurs os se briser sur le sol une fois ce dernier atteint.


Oloren était toujours derrière ses deux tonneaux. Trois soldats l'avaient trouvés, et l'un d'entre eux brandissait déjà son arme. Il n'eut pas le temps de l'abattre sur la jeune fille, sa nuque étant brisée par un lingot d'acier. Le second n'eut pas le temps d'être étonné, un énorme marteau vint lui briser le crâne, au travers de son casque, inefficace. Le dernier riposta par deux fois, mais son épée fut parée et paralysée, suite à quoi le forgeron lança son lingot en plein visage de son adversaire. Sans lui demander son avis, il attrapa la jeune fille aux cheveux roses par la taille, la chargea sur son épaule et couru vers l'ambassade. Le marteau du forgeron n'en était pas un. Il s'agissait d'une masse de bataille décorée et indécemment somptueuse. Il portait aussi une armure raffinée qui avait servit dans d'ancien temps, mais furieusement fiable. Mithril. Au total cinq soldats y passèrent sous les coup du grand barbu. Une fois l'ambassade atteinte, il la laissa dans emportée par la foule et retourna au front. Ce gros et grand forgeron bien barbu avait retiré son chapeau. Sous ses cheveux blancs, il dissimulait une fine mèche rose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Ven 23 Mar - 17:36

La bataille avait commencé depuis déjà une dizaine de minutes. Snori, bien décidé à ne pas flancher, prit très vite les choses en main. Tout en protégeant Laly et en gardant un œil sur Zia, il lançait des ordres à tue-tête. Il fut dans un premier temps mécontent de l'initiative d'Habeth, mais ne put réprimer un sourire lorsqu'une flèche de son amie vint se figer dans le corps d'un adversaire prêt à les attaquer. D'autres officiers compétents s'occupaient sans doute d'organiser la défense dans diverses parties de la ville, mais la grande rue lui revenait. Observant rapidement la nature du terrain, il conclut judicieusement que les archers ennemis ne pourraient pas se glisser parmi les soldats. Le combat aurait donc lieu au corps à corps sur ce front-ci.

-Écartez vous les uns des autres! criait-il à ses nombreux alliés. Gardez assez d'espace pour esquiver! N'attaquez pas! Attendez, parez, et contrez! Nous avons l'avantage, alors ne prenez aucun risque, chaque vie est précieuse! Ils n'auront pas Rednow!

Bien que doué d'une certaine aptitude à diriger, Snori restait souvent assez calme. Néanmoins, la vue de ces centaines d'hommes prêt à le suivre lui donnait une énergie insoupçonnable. Avec un plaisir à peine dissimulé, il commandait à ses camarades en attendant que la première vague déferle sur leurs défenses. Cette dernière ne se fit pas prier longtemps. Après avoir poussé un grand hurlement de guerre, un nailikan fonça sur eux, une impressionnante hache à la main. Plusieurs de ses compagnons le suivirent, et bientôt les automates comprirent à leur tour qu'il fallait tuer. Le choc fut terrible. Jamais on eut entendu autant de cliquetis d'acier résonner simultanément. Il y eut un temps de flottement, durant lequel chacun cessa de faire chuinter sa lame contre celle de son adversaire, puis la mêlée s'engagea. Zia évita habilement une attaque de l'homme à la hache, qui perdit son équilibre et ne put éviter d'être tranché par le katana orné de la rouquine. À ses côtés se tenait son frère aîné, lequel semblait prit d'une grande ardeur, compensant son manque de technique par son énergie à rompre le souffle. Chacun faisait preuve de qualité différentes, à des niveaux variables, mais nul ne pouvait nier que Snori brillait au milieu du combat. Là où les autres peinaient, lui enchaînait les adversaires sans le moindre répit. Ses mouvements, relativement lents, faisaient en revanche preuve d'une fluidité inébranlable et d'une précision meurtrière. Avec lui, son apprentie, Habeth postée sur les toits et Melody en surplomb, Inès de craignait pas grand chose.

-Tenez bon! Si nous gardons ce rythme, ils n'ont aucune chance!

C'était bel et bien le cas. Les pertes du côté nailikan s'avéraient bien plus conséquentes que celle des luuwriens et de leurs alliés pour le moment. Toutefois, le prince se trompait. Leurs assaillants avaient encore toutes leurs chances de l'emporter. Premièrement, Edwig commençait à massacrer ses ennemis à l'intérieur de la cité, mais cela n'était pas le plus important. Edward s'en était déjà rendu compte. Au loin, des automates arrivaient. Tout avait été planifié. Les hommes devaient distraire l'armée luuwrienne, pour laisser le temps à leurs véritables troupes d'arriver. Et elles étaient en marche. Des machines, par milliers, avançant toutes au même rythme, faisant gigoter de façon irrégulière leurs bras ballants, parfois pris par des spasmes incongrus. Il y avait là une quantité d'adversaire tout bonnement incommensurable. Contre eux, aucune armée humaine ne pourrait rien faire. Mais un porteur d'artéfact était-il encore totalement humain?

-Vous n'irez pas plus loin.

En une fraction de seconde, l'intégralité des automates se stoppèrent, levant leurs têtes sans visage vers leurs premières proies. Quatre, à se dresser devant des milliers. Orion Délafi, le premier, avait entre les mains une lame étincelante formée d'énergie électrique pure. Nigdaoz se dressait à ses côtés, l'air impétueuse. Tout près, Oswald Schimp tenait fermement le bâton d'Offtaür dans les mains. Situé plusieurs mètres en arrière, Walho, droit comme un I, encochait déjà une flèche à son arme magique. Enfin, arrivant par le flanc, Danathor avait négligement posé une imposante hache rouillée sur son épaulière. Torse-nu, revêtant son ancien uniforme de soldat, il portait sur son crâne le vieux casque à brosse. Demi-portion. Il était temps de se battre. Kellue, bien loin de là, était tout aussi déterminée. Les poings serrés sur les gantelets à pointe de la première forme d'Ohihir, elle fusillait son adversaire du regard. Edwig Luthness.

-Alors gros tas, tu es prêt à mourir?

Les gens courraient, hurlaient. Les flammes s'intensifiaient partout, certains mourraient. Mais lui, assis sur son banc, les coudes sur les genoux et les yeux baissés, attendait son heure. Ses cheveux noirs cachaient son beau visage, mais son foulard blanc ne laissait aucun doute sur son identité. Iyoh patientait simplement. Le prédateur n'attaquerait que lorsque sa proie préférée serait de retour. Pour le moment, observer suffirait.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Ven 23 Mar - 20:18

Se joignant de nul part au champ de bataille, le massif forgeron s'occupait lui aussi d'ennemis, mais de manière qui n'avait rien de rudimentaire. Avec un contingent réduit de l'armée, il faisait face dans une rue commerciale, d'où les soldats arrivaient en masse. Ils avaient beaucoup avancé, désormais, ils reculaient. Lors de l'unique instant de calme, qui était en fait le moment ou le doute traversait les nailikans, le forgeron barbu planta un étendard dans le corps d'un de leurs camarades. Sur cet étendard, le symbole du Luuwr, et à sa droite, prenant l'autre moitié du drap, des rouages dorés. Un étendard bien particulier puisque le nom de son propriétaire était marqué sur le drapeau et provoquait facilement la redoute chez les ennemis. Ralën Ehlkaÿd, sénéchal Luuwrien. Il avait voulu se faire oublier suite à une altercation avec l'un de ses rares supérieurs, bien qu'il soit resté en bons termes avec les autres, et aussi pour s'occuper de sa famille. Il était impressionnant de voir une personne qui avait l'air aussi âgé, et pourtant aussi forte.

Aujourd'hui, Ralën ne se battait pas que pour son pays.

- Vous allez regretter d'avoir mené l'assaut sur Rednow, Nailikans ! Votre maître est mort avec mon petit-fils, voyons qui contient le plus de colère !

Les combats reprirent. Provoqués par le sénéchal, les assaillants cessèrent de reculer ... Mais n'avancèrent pas pour autant. D'un coup de masse, Ralën arrachait la plupart du temps une ou deux têtes, sauf quand il devait transpercer le bouclier de récalcitrants ! Il se battait comme une bête. Une bête qui avait toujours été emprisonné, et qui venait d'être relâché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Ven 23 Mar - 21:20

Les alentours devenaient un gigantesque brasier aux flammes dévorantes et à la fumée noirâtre. Laly, protégée par un bon nombre de ses amis lors de ce qu'il semblait dégénérer en un combat sanglant, baissait la tête à intervalles réguliers. Elle avait toujours été sensible aux fumées de toutes sortes et aux effusions de sang, même si tuer ne lui avait jamais causé des gros cas de conscience. L'ambiance de Rednow demeurait pesante, étouffante, voire dévastatrice, et des nuages de plus en plus chargés venaient embrumer l'horizon. Lorsqu'elle leva les yeux au ciel, l'apparence de Melody lui fit un sacré choc. Bien sûr, elle était habituée à voir la militaire sous cette forme, non seulement parce qu'elle était une porteuse de renom, mais surtout parce que les secondes formes étaient absolument fascinantes. Tout en faisant attention aux moindres gestes louches, elle imaginait quelle pouvait bien-être celle de Nigfol. Captant certainement les pensées de la jeune femme, l'enfant aux cheveux bleus apparut, l'air dépité.

- Sois patiente ... Tu l'auras au moment propice. De toute manière, te la filer maintenant ne te servira à rien ! Prouve-moi donc que tu la mérites, au lieu de rester plantée là comme une godiche !


Tandis que la révulseuse se trouvait sur le point de répondre par une phrase cinglante, l'avatar disparut aussi vite qu'il était venu, dans un halo de lumière légèrement bleuté. Comme un réflexe, elle posa sa main sur son épaule, à la recherche de son arc et de ses flèches, vainement. Qu'étaient-ils devenus déjà ? Les avait-elle oubliés au palais ou lors d'une bataille quelconque ? Elle n'arrivait plus à se souvenir. En fait, elle n'avait l'impression de ne se souvenir de rien. Sa première rencontre avec Llednar était trouble, tout comme les enfantillages avec Melody. Le visage tantôt meurtri, tantôt heureux de son père, son teint cadavérique lorsqu'il fut tué, les moments passés avec Irvine ... Cette période de son existence se floutait peu à peu, pour une raison qu'elle ignorait : après tout, peut-être sentait-elle sa fin approcher à grands pas ... A l'heure actuelle, il n'y avait qu'une chose qui comptait ; sauver Rednow.

- Vous ne pouvez pas assurer ma protection constamment ! Allez donc vous battre, ils vont avoir besoin de vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Sam 24 Mar - 19:31

La porte principale céda sous les yeux du démon qu'était devenu Melody. La capitaine se maudit de s'être concentrée sur les renforts Nailikans, et de laisser ainsi un bélier démolir l'entrée. Tandis que les troupes entraient en rangs ordonnés dans la ville, les archers, arbalétriers et fusiliers les assaillaient du haut des toits leurs envahisseurs. Comprenant qu'elle risquait de blesser ses alliés, et même de détruire un pan de la ville si elle utilisait le feu destructeur de Belwur, elle redescendit à terre et fit apparaitre une lame longue de deux mètres et large d'une quinzaine de centimètres, dont le tranchant acéré était habité de petites flamiches noires et rouges. Chargeant ses ennemis avec furie, elle amplifia la vitesse de ses mouvements en battant des ailes à la verticale. En quelques secondes, elle avait déjà pénétré la ligne adverse ennemie d'une quinzaine de mètres, embrochant les soudards de sa lame. Dès que la jeune femme était encerclée, elle reprenait son envol et réitérait sa charge. Très vite, elle se retrouva couverte de la tête aux pieds d'un sang collant et poisseux. La bataille finale avait bel et bien commencé...

De son côté, Edwig scrutait son adversaire, pensif. Tournant l'un autour de l'autre, chacun était prêt à passer à l'attaque, et pourtant, tout deux se scrutaient de manière intense. Athis apparut aux cotés du Hurleur, comme pour le pousser à attaquer, pourtant, celui ci attendait. Il se savait d'un niveau équivalent à Kellue, mais il devait vaincre si il voulait intercepter Nigfol, qui était, comme lui avait dit son artéfact, le seul véritable danger pour l'armée Nailikanne. Il amorça un geste, son bâton à la main...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Dim 25 Mar - 8:24

Il était facile de reconnaître chez Ralën une maîtrise de l'arme et de soi même frôlant la perfection, maîtrises déjà visible chez Erlyn. L'élève n'avait cependant pas dépassé le maître, et cela se vérifiait au sang qui coulait de l'armure du forgeron ... Qui n'était pas le sien. Le front adverse avait tenté d'avancer, mais s'était écrasé sur un mur de volonté. Ce combat était terminé, mais la bataille ne faisait qu'entamer sa fin dramatique. Ralën entendait déjà les automates a forte proximité de la ville. Il observa les soldats qui avaient combattus à ses côtés. Il en restait environ onze ... Sur trente au début de la confrontation. Ils seraient tous vétérans de cette guerre, mais tuer un homme n'avait rien de glorieux. Le forgeron l'avait compris bien avant cet instant, mais il était là pour défendre les valeurs qu'il jugeait juste. Il se rendit compte qu'un soldat sur les onze était considérablement blessé. Il bouchait une artère de la main, mais son regard demandait une fin rapide, tant la douleur l'accablait.

En bon paladin, Ralën exécuta les dernières prières à Danna. Il ferma les yeux du guerrier agonisant, et abrégea ses souffrances d'un coup de masse au cœur. Les dix soldats restants nettoyèrent déjà leurs lame sur les défunts ennemis. Le forgeron en fit de même, adressant une expression désolée aux camarades de la victime qu'il venait de faire. Ceux-ci ne leur retournèrent qu'une regard déterminé. Ceux qui devaient mourir mourraient, voilà tout. Aux yeux d'un combattant, c'était un comportement très noble, mais aux yeux de Ralën, c'était là la preuve d'une force insoupçonnable. Même s'ils mourraient, ils auraient combattu jusqu'au bout. Comportement stupide, mais courageux. Quoi qu'un peu des deux soit plus juste. Le paladin se mit en marche vers la grande porte. Il venait de l'entendre céder, il était temps de retourner au combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Dim 25 Mar - 10:09

Quatre silhouettes se dressant face à une armée. La scène semblait figée. Aucun des porteurs d'artéfacts, bien que tous transis par la peur, ne pouvait se permettre de trembler. Aujourd'hui, ils ferraient ce pour quoi ils existaient. Aujourd'hui, ils combattraient pour Luuwr, pour la paix, pour eux. Orion, en chef avisé, avait depuis longtemps prévu un petit discours pour l'occasion, mais ses compagnons lui firent comprendre à leur manière qu'il ne valait mieux pas gaspiller son énergie en parlant. Étonnamment, Walho attaqua le premier. En un éclair, il banda son arc et laissa fuser une flèche vers les lignes adverses. Celle-ci, au contact d'un des nombreux automates, créa une impressionnante onde de choc, expulsant au loin toute chose avoisinante. Danathor, arrivant sur le flanc, souleva lentement sa grand hache au dessus de sa tête. Pendant quelques secondes, des volutes étincelants s'élevèrent du corps du brûleur, allant s'entourer autour de la lame de son arme. Une fois que cette-dernière sembla entièrement emplie d'énergie flamboyante, le vieux soldat s'en servit pour frapper le sol en poussant un cri barbare. La terre se craquela, laissant apparaître une lumière rougeâtre qui avança rapidement vers les machines avançant vers leur nouvel adversaire. Arrivée sous leurs semblants de pieds, la lumière se fit plus intense, puis se répandit d'un seul coup, emmenant avec elle un véritable torrent de flammes. Oswald, avec un léger sourire, avait observé cette démonstration de force.

-Eh bien, dit-il a l'adresse d'Orion, il semblerait que demi-portion ne soit pas n'importe qui...

Pour toute réponse, le trancheur fonça vers ses adversaires, et entama son carnage. Il y avait bien des épéistes plus doués que lui, mais le pouvoir de Nigdaoz le rendait particulièrement redoutable. Ne se souciant guère de la précision, il frappait presque au hasard, taillant en morceau les adversaires toujours plus nombreux. Le général nailikan, après avoir longuement étiré son dos, poussa un grand soupir désabusé et alla rejoindre son camarade, se battant farouchement à l'aide de la masse aqueuse suivant les mouvements habiles de son bâton. De temps à autre, il gelait plusieurs automates à la fois, provoquait des vagues plus puissantes les unes que les autres. Pour le moment, aucun d'eux ne se faisait toucher, néanmoins l'armée adverse comportait des milliers de soldats, et tous fonçaient droit sur eux. À ce rythme-ci, ils ne pourraient pas gagner, mais au moins, ils pourraient remplir leur objectif: faire gagner suffisamment de temps à leurs alliés à l'intérieur de la ville. Il fallait surtout que Kellue ait le temps d'affronter Edwig Luthness sans être gênée par d'autres figures secondaires insignifiantes. De temps à autre, certains robots tentaient de s'enfuir vers la cité fluviale, mais Walho parvenait constamment à les abattre à distance. Au bout de plusieurs minutes de combat néanmoins, chacun commençait à fatiguer. L'air inquiet, plusieurs avatars jaillissaient du néant pour prodiguer conseils à leurs compagnons.

-Aucun de vous ne possède la forme finale? demanda Nahaow à ses homologues.

Demi-Portion fit non de la tête, tandis qu'Offtaür faisait une moue indescriptible. Elle semblait réfléchir intensément, puis, au bout de quelques secondes, elle tourna les yeux vers Nigdaoz. Celle-ci les observait tous avec un sourire narquois.

-Ce n'est pas un jeu! cria l'ondine, indignée. Donne tout de suite ta force à Orion!

-Pas la peine. Tu sais de quoi je veux parler, hein? répondait-elle, visiblement énervée.

-Arrête de te comporter comme une enfant! Il y a trop de vies à sauver!

-Et les nôtres?!

Nahaow et Demi-Portion, impuissants, observaient la dispute sans pouvoir dire quoi que ce soit. Les différents porteurs d'artéfacts, trop occupés à survivre, ne pouvaient pour leur part pas percevoir le moindre mot cette altercation. L'avatar de l'expulseur, cependant, savait parfaitement de quoi ses amies parlaient, et restait partagé. Certes, ils devaient servir leurs maîtres car cela était profondément juste, cependant, il comprenait parfaitement la réaction de Nigdaoz sans pour autant la cautionner. Ne sachant que penser, il observa avec attention la bataille. Pour le moment, ils s'en sortaient bien. Des dizaines de corps inanimés reposaient déjà au sol, et aucune goutte de sang n'avait coulé. Le bilan était bien moins reluisant à l'intérieur de la ville. Autour de Snori, les deux camps s'amenuisaient, pourtant ils devaient tenir la position, protéger Inès jusqu'à qu'elle parvienne à obtenir le pouvoir ultime. Lorsque cette dernière leur demanda d'aller se battre plutôt que d'assurer sa sécurité, le prince baissa sa garde un instant pour réfléchir à la situation. Si cela pouvait mettre Laly dans des conditions optimales à l'obtention de la seconde forme de Nigfol, il fallait lui obéir.

-D'accord. Je vais rejoindre les autres près de la grande porte. Zia, tu restes avec Laly jusqu'à que tout soit prêt. Tu ne le lâche pas d'une semelle, compris?

Cet ordre constitua un léger choc dans l'esprit de l'adolescente. Si son mentor lui confiait une tâche aussi important, c'était qu'il lui accordait son entière confiance. Il ne faudrait pas le décevoir. Après avoir déglutit avec difficulté, la rouquine hocha simplement la tête en signe d'approbation.

-Si les choses tournent mal, continua-t-il, on se retrouve à Wuhm. N'hésitez pas à fuit si nécessaire. Quoiqu'il se passe, on se retrouve plus tard.

L'air tout à fait sérieux, voire tendu, Snori se mit alors à courir en direction de l'entrée principale, en faisant signe à Habeth, située sur les toits, de le suivre. Il mit plusieurs minutes à y arriver, et put constater sur le chemin l'étendue des dégâts. Il y avait plusieurs personnes à moitié mourantes adossées aux murs ensanglantés des bâtiments. On voyait parfois des enfants pleurer, des citoyens mutilés, des soldats amputés. La puanteur de la mort se répandait partout, mêlée à celle du feu pour créer un résultat tout bonnement nauséabond. Devant la grande porte, la situation s’amorçait mal: des dizaines d'automates venaient de la traverser. Dès les premières secondes, le prince comprit que les luuwriens ne pouvaient faire face à ces monstres dont ils ignoraient tout. Au milieu du champ de bataille, un homme imposant tenant fermement une masse de guerre semblait tout de même s'en sortir avec brio, mais il était sans doute une rare exception.

-En ligne! Reformez vos rangs!

Avec son statut, Snori n'avait légitimement aucune autorité sur les troupes, pourtant chacun obéit, par respect et admiration pour l’épéiste. Celui-ci se plaça face à un automate, qui l'attaqua immédiatement, à plusieurs reprises. Leurs forces étaient bien plus grandes que celle d'un être humain. Parer ne servait donc pas à grand chose. Ce genre de situation, Snori l'avait déjà vécu à plusieurs reprises, face à Iyoh Tzumihi. Il savait parfaitement comment s'y prendre.

-Attendez qu'ils attaquent! Esquivez le premier coup! Transpercez leur cœur!

Plusieurs voix s'élevèrent alors, répétant une à une les ordres édictés par leur leader. En suivant la stratégie ainsi établie, les homme se mouvèrent à l'unisson, dans une grâce presque esthétique, et les résultats ne se firent pas attendre. Même si certains mourraient à chaque vague, l'espoir grandissait petit à petit. Cependant, ce combat n'avait que peu d'importance. Ils pourraient stopper des milliers d'automates, cela ne servirait à rien. Celui qu'il fallait vaincre se situait à l'opposée, devant une autre entrée de la ville, face à Kellue Dovlass. La parleuse, faisant jouer son agilité animale, évitait de justesse chaque attaque puis frappait, souvent du pied, sans occasionner beaucoup de dommages. À un niveau équivalent, mieux valait jouer le grand jeu tout de suite. Ohihir n'était pas présent, mais la jeune femme l’imagina, les bras croisés, hochant la tête en signe d'approbation. Il était d'accord. Après un roulé-boulé, elle s'accroupit, et son corps commença à changer, à une vitesse hallucinante. Malgré bien des similitudes, le lycanthrope ayant pris sa place ne ressemblait pas à Arawn. Sa morphologie tenait plus de celle d'un être humain incroyablement velu avec une tête de loup et une musculature invraisemblable. Kellue ne devenait pas un loup-garou, elle n'y était jamais parvenue. Avec sa seconde forme, elle se transformait simplement en Ohihir. La bête fit un pas en avant, et la puissance se dégageant de ce simple geste rappela l'aura incroyable de Melody utilisant toute la puissance de Belwur. La parleuse ainsi changée croisa les bras, et parla, avec la voix de son artéfact:

-Je te laisse une dernière chance, Athis. Abandonne ce combat. Dépose l'artéfact au sol et cours, fuis le plus loin possible avant que je ne change d'avis. Si tu n'obéis pas, alors prépare toi à affronter la puissance du doyen des artéfacts. Tu ne verra pas de flammes ou de givres entre mes mains, mais seulement la promesse de ta mort douloureuse.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Dim 25 Mar - 11:40

C'est au milieu du combat contre les automates que Ralën pu voir pour la première fois le prince Snori Pendragon. Il ne s'intéressait que guère à la politique et donc ne connaissait pas leur visage, mais il savait que c'était lui. Il le reconnaissait même sans l'avoir jamais vu. Les deux mèches roses qui touchaient presque la barbe du vieux paladin ne laisserait pas non plus de doute possible à Snori quant à son identité. Il ne pouvait s'empêcher de le trouver gringalet, néanmoins, il était bon épéiste et les hommes avaient confiance en lui. Le sénéchal leva sa masse pour l'encastrer dans un automate. Un seul coup. Il avait fait mouche, et en un seul coup, avait réduit une machine de guerre en sculpture métallique inutile. Ils étaient solide, mais comme tout adversaire, le point faible ne laissait aucune chance.


Arawn, qui avait fini de jeter les archers et autres artilleurs du haut des toits, avait senti une odeur bien trop familière. Kellue. Kellue sentait le Loup. Beaucoup plus qu'autrefois. Il arracha une dernière jugulaire avant de courir vers ce qu'il appelait sa "meute".


Oloren s'était retrouvé dans sa chambre. Elle observait le combat du haut de son balcon. Sur le dos, son sac était déjà prêt. Si la situation s'envenimait, elle s'en irait. Elle prendrais trois jours de voyage, dû à sa vitesse, et rejoindrait Nora pour annoncer la défaite de Rednow. Ce qu'elle était bien, entre ses deux tonneaux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Dim 25 Mar - 17:33

- Est ce une blague? demanda Athis, le plus sérieusement du monde. Il faut parfois savoir laisser la place aux jeunes générations. Et ce n'est pas parce qu'Ohihir est le doyen qu'il va gagner!

Alors qu'il disait ces mots, Edwig fonçait avec énergie vers Kellue avec rage. Une fine exoarmure était en train de se matérialiser autour de lui. Le Hurleur fit déchaîner son don sur la porteuse adverse. Un ennemi normal se serait envolé au loin. Kellue, elle, réagit comme si on venait de lui jeter du sable dans les yeux. Malgré le peu d'effet de son attaque, Edwig continua son assaut, tournant autour de sa proie, et lui assainnant une multitude de petits coups précis. Grâce aux connaissances que lui avait prodigué Athis, il savait exactement quelles étaient les failles dans les armures des porteurs et faisait ainsi un maximum de dégâts. Néanmoins, sa situation était précaire. Si pendant une seconde, la force brute d'Ohihir le touchait, il ne se faisait pas d'illusion sur ses chances de survie...

Au loin, Edward assistait aux deux combats les plus importants, c'est à dire ceux où étaient présents les porteurs d'artéfacts. Ses yeux passaient de Kellue, au combat contre les automates... Sans conteste, l'affrontement le plus impressionnant était celui où se trouvait le général Oswald Schimp. Pourtant, celui qui attirait le plus l'attention d'Edward était le combat de sa protectrice. A chaque échange de coup, il redoutait de la voir tomber face au géant. Il avait demandé à un fonçeur de prévenir le prince Pendragon de la situation. Il craignait plus que tout que sa seule amie décède sur le champs de combat. Il la savait forte et pourtant... Le prétendant au trône Nailikan faisait peine à voir. Triturant ses mains, il semblait aux proies d'un malaise profond. Soudain il gémit. L'Ombre avait, d'un violent coup à la nuque, mis à terre Kellue, qui semblait peiner à se relever. Edward avait cru voir du sang jaillir de la tête de son amie, mais à cette distance, il était difficile de le distinguer.

Bartiméus, qu'on savait relativement proche de Snori, avait été interpellé par le messager d'Edward. Ils s'étaient convenu ensemble de se séparer pour retrouver le prince plus vite. Concentré sur son objectif, le soigneur évitait au maximum les troupes Nailikannes, se contentant de contrer, et de déborder les défenses de l'ennemi, quand il tenait véritablement à l'affronter. Depuis le début des hostilités, Roche avait écopé d'un bon nombre de blessures d'une gravité plus ou moins importante, mais il les avaient ignorés pour se concentrer sur celles de ses camarades, parfois bien mal en point... Il trouva enfin Snori, et l'interpella.

- La porte ouest a cédé, et des troupes vont bientôt s'y introduire! Et Kellue a besoin d'aide pour tous les retenir!

Sitôt, il se précipita à la suite du prince, qui se dirigeait vers l'ouest de la ville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Dim 25 Mar - 18:49

Une attaque surprenante d’Edwig plaqua soin adversaire et sol et fi s’élever un nuage de fumée des dalles brisées. Un homme normalement constitué se serait satisfait d’une mort rapide, mais Kellue ne comptait pas abandonner pour si peu. À travers la poussière, on pouvait distinguer les deux yeux jaunes brillants de la bête. L’heure des sentences était passée. Elle avait accordé sa chance à Athis de se repentir une dernière fois, mais cet inconscient avait préféré attaquer, sans prendre la peine d’accorder sa forme ultime à son porteur. Il le regretterait amèrement. L'énorme main d'Ohihir s'abattit rapidement sur l'épaule du hurleur, la serra d'une poigne d'acier, puis souleva le colosse comme s'il avait été aussi léger qu'un enfant. D'un geste puissant, elle l'envoya ensuite valser à travers le mur d'une habitation non loin. Edwig n'eut pas le temps de se relever. Le loup-garou avait fait un bond d'une dizaine de mètre pour le rejoindre, l'avait de nouveau agrippé, puis l'avait traîné jusqu'à la grande rue. À peine l'eut-il lâché qu'il abattit son énorme poing sur le torse du porteur d'Athis. Sous le dos de ce-dernier, le sol se fissura, laissant les cours d'eau bordant les rues s'y engouffrer. Ce fut à cet instant que Snori arriva sur place, l'épée à la main. Il avait donné de dernières directives à ses hommes à la grande porte et était persuadé que ceux-ci s'en sortiraient très bien. En voyant le lycanthrope, debout par dessus le hurleur visiblement amoché, il ne put retenir un sourire.

-Bartiméus? Je croyais que Kellue avait besoin d'aide.

Mais ils n'avaient pas le temps de se réjouir. L'entrée Ouest venait à son tour de céder, laissant apparaître...une petite vingtaine de soldats. C'en était dérisoire. Ils étaient sans doute des centaines de chaque côté, mais une simple poignée venait les affronter. Avec l'aide des autres luuwriens, ils n'auraient pas le moindre mal à s'en débarrasser. Ne se souciant même plus de ses arrières, le prince avança vers ses adversaires. Il lança son étoile de jet rétractable d'un revers de la main gauche. L'arme s'enfonça presque tranquillement dans le torse d'un homme, qui ne s'avoue pas vaincu pour autant. Décidé à se venger, il fonça vers son adversaire, la lame toujours plantée dans le corps. Il leva le bras pour amorcer un coup vertical de son épée courte, mais se stoppa en plein geste. Dans la douleur, il avait sans doute oublié un détail important. Une chaîne reliait l'étoile et la main de Snori. Le petit blond tira d'un coup sec, faisant jaillir un flot de sang de la plaie béante, puis donna un coup de katana avec sa main libre. Il s’apprêtait à affronter un autre nailikan, lorsqu'il vit au loin le flot d'automates fourmillant. Dès lors, il comprit la raison de leur supériorité numérique. Les autres retenaient l'armée adverse. Ils leurs faisaient gagner du temps, pour que Laly puisse utiliser Nigfol. Le temps leur était donc compté, car si ces renforts arrivaient jusqu'à la cité fluviale, c'en était fini.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Dim 25 Mar - 21:00

Les secondes défilaient. Inexorablement. La seconde forme de Nigfol se faisait de plus en plus nécessaire. Une fois de plus, la gamine à la chevelure électrique jouait avec les nerfs de la révulseuse, mais surtout avec les vies de tous les gens qu'elle aimait, à croire qu'elle attendait de Laly une action particulière. Cependant, à cet instant et plus qu'à n'importe quel autre, s'énerver n'allait rien faire avancer du tout. La grande brune se trouvait au pied du mur, n'osant strictement rien faire. Utiliser la première forme de l'artéfact aurait été une forme de suicide, focalisant l'attention des ennemis sur elle et Zia, et avec un moyen d'action bien plus réduit par rapport aux autres. Après tout, peut-être que la solution était là : agir, les repousser du mieux qu'elle pouvait ... Peut-être. L'orpheline Vrag hésitait, perdue : la demoiselle déterminée et réactive commençait doucement à faner.

- Nigfol, aide-moi ... S'il te plaît ... Ils ont besoin de nous, murmura-t-elle, faisant de son mieux pour ne pas hurler l'urgence de la situation.

Les yeux d'Inès avaient suivi Snori jusqu'à sa disparition, à la fois soulagée et angoissée qu'il lui fasse à ce point confiance. Pour l'instant, aucune attaque spécifique n'avait été à combattre. Zia aussi était là. Les deux jeunes femmes ne parlaient pas, se contentant d'être aux aguets à la moindre tentative d'agression. Soudain, la révulseuse sursauta en sentant une lame froide sur son avant-bras : une dague au manche argenté venait de finir sa chute aux pieds de la jeune femme. Oscillant le regard entre l'arme, la plaie peu profonde sur son bras et les alentours, elle chuchota à la rouquine :

- Tiens-toi prête. Cette dague n'est pas arrivée là par hasard ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Dim 25 Mar - 22:17

A la porte ouest, les soldats finirent par entrer ... Il faisait déjà sombre dans les rues. Ces rues si calmes. Si paisibles. Ils sentirent de suite un danger. Un danger qu'ils ne connaissaient pas encore. Une ombre passa au milieu des renforts ennemis, trop rapide pour être vue distinctement. Deux morts. Leurs torses étaient décorés de deux trous béants qui offrait une vue imprenable sur la pierre de la route qui s'imprégnait de sang. Le capitaine n'eut pas le temps d'ordonner une position défensive. Sa tête partagea le sort des bustes de ses camarades. Ils finirent par détecter la source des assauts, dans une ruelle si sombre qu'elle en paraissait noire, plongée dans les ténèbres. Deux yeux jaunes s'ouvrirent dans ce chaos. Il était déjà trop tard pour eux. En quelques bonds, Arawn tua trois soldats, pris un des cadavres et le jeta sur un autre. Attrapant une hallebarde, il transperça deux d'entre eux. Déjà huit morts. Il grogna sur le plus proche. Son erreur fût d'être impressionné. Les crocs du maître loup étaient déjà plantés dans sa gorge. Il lança l'épée du nouveau défunt pour qu'elle se retrouve dans la tête d'un imprudent. Et de dix. Il venait de faire la moitié du travail sans vraiment se battre. Les soldats se ressaisirent et tentèrent de le prendre des deux cotés. Il lui suffit de bondir pour leur permettre de se couper la tête mutuellement. et de douze. Prenant une hache dans chaque main, il continua le massacre. Trois autres ennemis rencontrèrent la mort dans cet affrontement. Un jeune guerrier réussit à planter sa hallebarde dans l'épaule d'Arawn, le plaquant contre le mur. Ils n'étaient plus que cinq, mais le maître-loup avait déjà bien combattu. Son souffle, lourd et lent, était une preuve plus que rare d'un épuisement encore incertain.

Un soldat leva son arme pour achever sa cible. Il tomba sur lui même à cet instant, tout comme l'homme le plus proche de lui. dix-sept. Lorsqu'ils tombèrent, Oloren fût dévoilée derrière eux. Avant même de chercher qui avait fait le coup, un ennemi avait engagé un coup horizontal pour s'occuper de la jeune fille. Elle disparût avant que la lame n'ait eu le temps de la toucher. Un retentissement, et un second s'écroulait. Un horrible craquement, et le dix-neuvième tombait à son tour, le torse creusé jusqu'aux os. Elle ne bougea pas lorsque le dernier soldat restant retenta son attaque. Il fut arrêté par une énorme main noire et poilue, qui brisa rapidement son poignet.

- Seul de l'argent pur peut blesser ou tuer un lycanthrope. Dommage que tu ne puisses plus prévenir tes amis à ce sujet là.

Sa nuque rencontra le destin de son bras. Arawn semblait ne jamais avoir été touché ... Bien que son pantalon large trahisse cette prétendue indemnité.


Ralën continuait de se battre. S'il pouvait gagner du temps, les porteurs feraient leur travail. Jusque là, il ne fallait pas faiblir. Brandissant de nouveau son étendard, il relança l'assaut pour repousser les ennemis hors des murs de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Lun 26 Mar - 19:39

Il fallut plusieurs minutes à Edwig pour reprendre conscience. Grâce à la chance, sans doute, il n'avait que des blessures superficielles, mais il s'en était fallu de peu. Dès qu'il ouvrit les yeux, Athis l'exhorta à s'enfuir au plus vite. L'ennemi avait commis une erreur en le laissant en vie, il était temps d'en profiter. Malgré les entraves qu'avaient placé sur lui les autres artéfacts, Athis avait eu le temps de percevoir la présence de Nigfol et de sa porteuse, et il était temps d'en finir avec eux. Tandis que l'attention était tournée vers les quelques rares soldats, destinés à mourir, qui se trouvaient face au groupe du Prince, le Hurleur s'évapora tel un éclair. Ses pas le conduisirent vers la plus grande menace qui existe pour Nailika. Inès Vrag, la fille du défunt général... Alors qu'il fusionnait totalement avec Athis, il fonça vers Laly et Zia. Dans les yeux d'Edwig, rien ne brillait, si ce n'est la détermination. D'un coup de poing, il repoussa l'Hovoïte, avant de focaliser son attention sur Nigfol!

- Ce sera un plaisir de t'affronter en combat singulier, petite fille aux cheveux bleus dit Athis à travers la bouche d'Edwig. Sa voix était empreinte d'énergie. Elle évoquait à la fois un défi de la part de l'homme lion, et un certain honneur d'affronter une des plus puissante d'entre eux.

D'énormes griffes acérées sortirent des pattes du Hurleur. Poussant un cri impressionnant en direction du ciel, il fonça vers Inès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margogotte
Prince de Porol
avatar

Messages : 267
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 24
Localisation : Brocéliande, au pays de Merlin l'Enchanteur

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Mar 27 Mar - 13:13

Habeth avait suivit obéit à Snori lorsqu'ils avaient pris le palais d'Igole Vrag. Obéit encore lorsqu'il lui avait ordonné de le protéger, lui, Zia, Llednar et Laly tandis qu'ils se frayaient un chemin dans la cohue. Obéit toujours quand il avait signifié d'un geste péremptoire de le suivre. A présent, la jeune femme se battait avec toute la dextérité dont elle était capable, visant en priorité les archers ennemis postés à l'arrière de l'armée des oppresseurs. Ses flèches manquaient rarement leurs cibles.
Plusieurs traits l'avaient atteinte, mais la jeune femme ne prêtait aucune attention à ces blessures bénignes: seule importaient les vies de ses compatriotes. Bondissant, esquivant, glissant, volant presque sur la muraille, elle évitait les flèches adverses tout en lançant les siennes. Dans son dos, le brasier qu'elle avait créé prenait de l'ampleur, ravageant une bonne partie de la ville. A travers les cris des soldats, elle percevait les craquements sinistres du bois qui se fend sous la chaleur, puis finit par s'embraser. Une pensée lui traversa l'esprit, et lui tira un bref sourire: Si ça continuait, elle était encore bonne pour emprunter de l'argent à Snori pour rembourser les dégâts causés. Ç’avait été une bonne idée, mais nul doute ne faisait qu'une fois la guerre terminée, il y aurait bien quelqu'un pour lui reprocher ce geste héroïque.

"La rançon de la gloire" siffla Habeth entre ses dents tout en relâchant une flèche. De l'autre côté des rangs, un officier Nailikan s'effondra, la gorge transpercée. En menant sa main dans son carquois, ses doigts palpèrent du vide. Tétanisée, elle s’aplatit au sol pour éviter de se faire toucher par les flèches ennemies, et desserra les courroies maintenant son carquois dans son dos. Vide. Il était vide.
"Oh, bah mince."
Se mordant la lèvre inférieure, Habeth coula un regard sur les deux armées qui s'affrontaient à ses pieds. Depuis combien de temps tirait-elle sans relâche ? Oh, et puis ce n'était pas la question. Il lui fallait des flèches, et vite. Qu'est-ce qu'elle était, sans arc ? Pas grand chose. Sa réserve se trouvait à l'ambassade, or faire l'allée et retour suffisamment rapidement était complètement inenvisageable, sans compter les habitants qui ne manqueraient pas de la ralentir. Où trouver des flèches ? Où est-ce qu'il y en avait ?
En fouillant le lieu du combat des yeux, elle comprit qu'il y avait un moyen lorsque sa vue se posa sur un groupe d'archers ennemis, à quelques centaines de mètres. Or de portée.
Sans se relever, elle coula son regard à gauche, là où quelques arbres majestueux poussaient de part et d'autres. Une idée commençait à germer dans son esprit. Quelques secondes plus tard, Habeth délaissait son carquois, tirait sa dague de sa ceinture et la plaçait dans sa botte, d'où il lui serait plus aisé de la retirer en cas de besoin. Avisant une flèche ennemie à quelques pas, elle s'en munit et la glissa sur la corde de son arme. Puis, elle marcha librement vers le premier arbre à sa portée, bondit sur une branche, qui bougea à peine sous son poids. Sa main caressa l'écorce, effleura les feuilles, et un sourire sincère étira sa bouche. Bondir dans les arbres, tirer à l'arc. Comme à la maison.

Il ne lui fallut que très peu de temps pour atteindre un des derniers arbres. Les archers ennemis la repérèrent au moment où elle bondissait dans leur direction. Une flèche effleura sa joue, une autre la courbe de son ventre, et elle effectua une rotation, afin de retomber sur les mains. Celles-ci la propulsèrent à nouveau alors qu'un essaim de traits se fichait là où elles s'étaient posées. Un des talons de la jeune femme perfora la clavicule d'un archer, qui tomba au sol, inerte.

"Mais c'est quoi, ça ?" cria un autre, lâchant son arme en voyant Habeth tirer sa dague de sa botte. Il n'eut pas le temps de terminer son cri d'agonie car la lame se ficha dans sa trachée, d'où sortit un flot de sang pourpre.
Sans s'arrêter, Habeth effectua un salto, cambra son dos pour éviter une flèche mortelle, et atterrit derrière un archer imprudent: de la pointe de son unique flèche, elle lui trancha la gorge. Il ne restait plus que deux hommes à présent. Ils bandèrent leurs arcs, et Habeth fit de même avec son dernier trait: il fusa au-dessus d'un archer et se perdit derrière lui.
Un rire victorieux s'échappa de la gorge de celui-ci. Il n'aurait pas du. La flèche percuta le tronc d'un arbre, ricocha, et alla se ficher dans son dos. Le corps s'effondra en même temps que celui qu'Habeth venait d'égorger. Elle était seule. Replaçant sa dague dans sa botte, elle ramassa les nombreuses flèches échouées, et grimpa dans un arbre pour prendre de la hauteur.
L'affrontement n'avait pas duré plus de trente secondes.

Et cela se serait terminé ainsi si, dissimulé derrière un tronc, n'était pas sorti un soldat Nailikan. Habeth fut averti de sa présence lorsque son pied brisa une brindille en deux. Elle eut juste le temps de décocher une flèche. Mais cela ne fut pas assez rapide. Avec effroi, elle porta la main à son ventre, et la retira couverte de sang. Une vague de terreur s'empara d'elle, contrairement à ce qu'elle avait assuré à Zia l'autre jour. Elle avait peur. Alors qu'une vague de froid recouvrait ses sens et floutait sa vue, elle voulut crier, un dernier appel à l'aide. Ce fut un gémissement de terreur qui sortit de sa bouche rougie:

"Snori..."

Et puis, tout devint noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ze-grabouilleuse.eklablog.com
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Mar 27 Mar - 17:06

Un temps de repos fut offert à Ralën, de la part des soldats. Non loin, il avait remarqué les efforts de guerre d'une jeune fille à l'arc. Elle était doué, mais venait d'être blessé, de manière plutôt inquiétante, par un soldat embusqué. Les yeux du paladin s'écarquillèrent. Attrapant sa masse de bataille, il se mit à courir dans la direction de la jeune fille. La petite venait de gémir quelque chose lorsque le guerrier ennemi levait une nouvelle fois son arme pour finir son travail. Le forgeron hurla et lui mis sa masse en plein en ventre avant qu'il n'ait pu accomplir son action. L'épée vola néanmoins vers la jeune fille ... Puis s'arrêta, en plein air. Ralën s'en empara et coupa la tête de son adversaire avec sa propre épée. Il souffla. Sa maîtrise du don des temps lui était toujours aussi parfaite. Il planta l'épée dans le corps sans vie du décapité, et chargea la fille sur son épaule, gardant la masse dans sa main forte. Il se dirigea immédiatement vers l'ambassade. Compte tenu des habitants qui faisaient foule, il emprunta un chemin plus dégagé, et déposa la jeune fille directement dans l'infirmerie. Il resta à ses cotés le temps de reprendre un peu de force.


Oloren était resté auprès d'Arawn. Tous deux reprirent leur course vers la porteuse d'Ohihir. Il avaient un peu de temps, la charge lancée par le gros paladin avait fait fortement reculé l'assaut ennemi... Mais peut-être pas pour longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Mar 27 Mar - 17:47

Sans jamais faiblir, les porteurs d'artéfact continuaient à se battre. Grâce à leur force brute et à la couverture de Walho, aucun automate ne pouvait atteindre les murs de Rednow. Eux quatre ne le savaient pas encore, mais le bilan s'avérait tout aussi positif à l'intérieur des murs d'enceinte. Malgré les blessés, la coalition orano-hovo-luuwrienne était en phase de gagner cette grande bataille. Offtaür, restant comme à son habitude consciencieuse, remarqua tout de même le déclenchement successif de plusieurs secondes formes. Visiblement, Ohihir avait gagné son premier combat contre Athis sans pour autant parvenir à le tuer. À présent, leur principal ennemi s'en prenait à celle qu'ils devaient à tout prix protéger. Tandis qu'Oswlad commençait à fatiguer du fait de son âge avancé, l'ondine entra en communication avec le loup-garou millénaire, et lui demanda d'aller immédiatement protéger Inès. La parleuse, dans son état fusionnel avec son compagnon, perçut également le message. Elle qui s'apprêtait à rejoindre ses camarades sur le champ de bataille changea alors brusquement de direction, fonçant droit vers l'endroit ou se trouvait sa cible. Afin de ne pas envoyer valser les citoyens sur son passage, la parleuse décida de passer par les toits, en prenant bien soi d'éviter ceux se consumant. Cette opération de sabotage menée par l'un de leurs archers dont elle ignorait l'identité constituait un indéniable succès, pourtant ces flammes grandissantes créèrent un véritable chaos. Partout, des badauds pestaient en mémoire de leurs effets personnels, ce à quoi les soldats répondaient d'un ton bourru que c'était soit cela, soit leur vie. Après plusieurs sauts de bâtiment en bâtiment, Kellue se stoppa pour retrouver la trace de l'odeur d'Athis, brouillée par celle du sang s'écoulant dans les eaux de Rednow. L'être hybride sembla peiner un instant, puis se tourna légèrement et fonça droit devant lui. Il y serait dans une poignée de secondes.

Sur place, Zia se redressait non sans peine. Le coup porté par ce nouvel adversaire était d'une puissance démentiel. Elle avait heureusement eu le réflexe de placer ses bras entre le poing d'Edwig et son corps, mais savait qu'elle aurait au moins quelques os de brisés. Malgré la douleur grandissante, l'adolescente serra sa poigne sur le manche de son épée, qu'elle n'avait pas lâché. Il ne fallait jamais abandonner son arme. Un rapide regard circulaire lui indiqua que le hurleur n'était pas leur seul adversaire. D'autres nailikans, sans doute ceux ayant lancés la dague vers Laly, apparaissaient peu à peu. On lui avait demandé de protéger son amie. Même face à tant d'adversaire, elle ne comptait pas flancher. Parvenant finalement à se lever au prix d'un effort de volonté considérable, elle se plaça d'un pas aérien entre la révulseuse et l'intégralité de leurs adversaires, dans une garde relativement instable. Elle tenait son katana dans sa seule main valide, tandis que son bras gauche pendait le long de son flanc, visiblement inerte. Malgré la détermination lisible dans son regard, ses jambes tremblaient légèrement. Aujourd'hui, ils auraient tous leur moment de gloire. Hors de question de ne pas y avoir droit elle aussi. Un premier soldat, bien plus grand qu'elle et sûr de lui face à une simple gamine, s'avança pour lui donner un coup circulaire du plat de sa lance. Faisant preuve de cette vivacité la caractérisant, l'hovoïte se glissa au corps à corps en enfonçant sa propre arme dans l'abdomen de son ennemi jusqu'à la garde, ne lui laissant même pas le temps d'entamer son attaque. Un second puis un troisième périrent à leur tour avant qu'ils ne comprennent qu'ils ne pourraient pas gagner en affrontant Zia en un contre un. Ils se mirent alors à lui lancer toute sorte de projectile, la touchant à plusieurs reprises. Plusieurs blessures apparaissaient, dont certaines sur son bras aux os émiettés. Une première fois, elle tomba au sol, mais elle se redressa bien vite. Le sourire sur ses lèvres jurait avec l'expression de désespoir de son visage.

-Vous ne toucherez pas à Laly...

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Un joyau rayé   Mar 27 Mar - 19:50

- Alors c'est toute la noblesse dont Nailika est capable ? Plusieurs contre une jeune fille ? Vous n'avez même pas la décence de vous battre à la loyale ! Pourquoi devrions-nous être loyaux, alors ?

Dans un fin écran de fumée, Oloren venait d'apparaître auprès de Zia, laissant tomber au sol les quelques projectiles qu'elle avait enfin fait cesser de pleuvoir. Les cheveux roses de la jeune fille n'échappèrent pas aux soldats, mais cet instant appartenait à Zia, et elle lui servirait de tremplin. Elle sourit à la jeune fille.

- Zia, il est plus que temps de prouver que tu es la plus grande épéiste d'Hovo ! Qu'en dis-tu ?

Elle attendit la réponse de sa jeune camarade sans quitter les adversaires du regard. La mort n'était pas aux portes de la ville, mais à l'intérieur. La mort, c'était celle des Nailikans. Et le petit groupe d'expédition, sa représentation.


Arawn attendait sur un toit suffisamment haut pour apercevoir Kellue. Il n'interviendrait qu'en cas de force majeur, mais pour le moment, il laissait les évènements se dérouler.



Ralën avait finalement rejoint le champ de bataille. Dès son arrivée, les ennemis furent repoussés plus vite. Bientôt, la bataille se passa à quelques mètres en extérieur de la ville. En plus des morts faits par le paladin, c'était surtout ses cris de guerre qui galvanisait les Orano-Luuwriens, ainsi que les Hovoïtes. Le sénéchal avait toujours été un grand meneur de bataille, mais il se surprenait lui-même d'avoir conservé son efficacité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un joyau rayé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un joyau rayé
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ce doux joyau!
» Cinéma "Le Garçon au pyjama rayé" (2008)
» Maillot jaune rayé noir
» écran rayé mais toujours sous garantie astuce pour le faire remplacer ?
» Chemise Rayée ou pas?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: