Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1165)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Vestiges.
par Jaleniel Mer 18 Juil - 5:35

» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50


Partagez | 
 

 Némésis

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Némésis   Ven 2 Mar - 19:52

Une semaine. Certains avaient voyagé sans rencontré d'embûche, mais d'autres avaient agis dans la plus grande discrétion en réalisant un exploit sans pareil. Ceux-ci étaient deux, et répondaient aux noms d'Orion Délafi et Oswald Schimp. Ensemble, ils avaient observé les Ombres pendant des semaines. Deux jours auparavant, ils trouvèrent enfin leur cachette. Apprenant qu'Iyoh Tzumihi et ses sbires les plus éminents ne se trouvaient pas sur place, ils tentèrent leur chance en s'introduisant dans l'imposant bâtiment souterrain. Dissimulé, renfermant une somme incommensurable d'ouvrages culturels, il possédait l'avantage de se situer dans une zone où personne n'aurait eu l'idée de venir le chercher. Un inconvénient de taille fut néanmoins exploité par les porteurs d'artéfact. En effet, tous les meubles ou presque avaient été construits en bois. Il ne fallut qu'un instant aux grandes salles pour brûler intégralement, puis les combattants firent le reste. Ils éliminèrent une bonne vingtaine des membres de l'organisation anciennement nailikane, ce qui représentait au moins deux tiers de l'ensemble de leur effectif. Avec une marge d'erreur moindre, on pouvait alors affirmer que c'était la fin des Ombres. Il restait cependant à éliminer le chef. Dans cette optique, les deux camarades se dirigeaient vers la demeure de Loan Koondril. À part le fameux trio présent sur place, seuls cinq Ombres avaient survécus. Il s'agissait d'un groupe envoyé en mission, composé de deux femmes et trois hommes, dont Irvine Vrag. Bientôt, ils découvriraient leur repaire totalement carbonisés.

-Et nous y voilà...

Snori Pendragon venait de poser pied à terre dans une grande plaine. Au loin, on pouvait apercevoir les lumières jaillissant des fenêtres du grand bâtiment visiblement rénové depuis peu. Ils n'avaient rencontré aucune difficulté durant leur traversée du territoire luuwrien. Cette fois-ci, le fait de se trouver tout le long en terre alliée leur permit de se déplacer sur les grands axes, bien plus adaptés à leurs montures. Ils avaient donc été bien plus vite que prévu. Les difficultés surviendraient bientôt. Ils savaient que Laly et Zia se trouvaient dans cette maison aux allures de château, mais ne savaient rien du degré de protection de cette prison. Il y avait fort à parier qu'ils se retrouvent face aux hommes les ayant attaqué, hors s'ils avaient été capable d'enlever une porteuse d'artéfact, une élève de Snori, de vaincre le second ainsi que la fratrie Ehlkaÿd, ils ne devaient pas être des amateurs. Le prince comptait sur un détail assez instable. La voix lui avait précisé qu'ils retrouveraient deux alliés inattendus sur place, dont Bartiméus Roche. La présence du soldat avait manqué à bien des membres du groupe durant ces dernières semaines. Le retrouver dans de telles circonstances serait certes réjouissant, mais chacun aurait préféré qu'il en soit autrement. Llednar jubilait d'impatiente. À ses yeux, il ne fallait pas attendre une seconde de plus. Ce ne serait pas la force qui leur permettrait de l'emporter, mais bien la vitesse. En prenant de court leurs éventuels adversaires, ceux-ci ne pourraient rien faire. Il fallait donc attaquer maintenant, sans sommations.

-On ne sait pas ce qui nous attend là-bas. Si vous voulez renoncer, il n'est pas trop tard, personne ne vous en voudra. Je compte sur vous pour...

Kellue était déjà partie, revêtant la première forme d'Ohihir, lequel ne semblait pas vouloir apparaître. Llednar, une paire de seconde après, était sur ses traces. En excluant les artéfacts ou les pouvoirs divers, le jeune homme était sans doute le plus rapide d'entre eux. Pourtant, avec Oloren comme fonceuse, Arawn en loup-garou et Kellue équipée de son mythique objet, il ne tenait plus la distance. Dégainant l'un de ses deux katanas, il pénétra dans la cour du bâtiment, parsemée de petits galets blancs. Snori, souriant face à l'insubordination de ses compagnons mais tout de même tendu, le suivit, sans vérifier si les autres arrivaient. Deux hommes armés de hallebardes vinrent à leur rencontre, sans doute des gardes. Avant qu'ils n'aient pu réagir, la parleuse était sur eux. Elle donna un grand coup de poing dans le torse du premier adversaire, transperçant son armure d'acier puis sans doute une partie de sa cage thoracique, avant de se tourner vers le second. Il tenta de crier à l'aide, mais Kellue lui claqua la mâchoire inférieur contre la supérieure. Dans un bruit abominable, toutes ses dents se brisèrent, tandis qu'un coup de pied au visage le fit tomber à terre. Ne se rendant pas compte de ce qui était en train de lui arriver ou comment un être humain pouvait frapper si vite et si fort, il reçut un coup de talon en plein dans la nique. On entendit quelques os craquer, puis plus rien. Iyoh, assis sur un confortable fauteuil près d'Edwig, se rendit compte d'un changement dans l'expression d'Athis. L'artéfact, jusqu'à lors toujours calme, semblait légèrement confus.

-Quelque chose ne va pas? demanda le trancheur d'un ton irrité. Il n'appréciait pas l'autorité croissante du compagnon intangible du hurleur.

Depuis des semaines, Offtaür se forçait de bloquer les perceptions extrasensorielles d'Athis. Ohihir étant tout prêt, l'artéfact à la tête de félin venait sans doute de ressentir sa présence d'un seul coup.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Némésis   Ven 2 Mar - 21:20

https://www.youtube.com/watch?v=txlXcJDtDwM
Ces jours passés en rétention avaient été un enfer pour les trois prisonnières. Si Zia n'avait pas été trop violentée par les gardes, Melody subissait chaque jour les tortures de professionnels, désireux de lui faire cracher des informations sur les artéfacts, et sur l'armée adverse, et Inès devait chaque jour supportait la présence de son père à ses cotés, essayant de lui édicter les "valeurs de la famille". Grâce à Bartiméus, les lésions que la porteuse de Belwur subissait étaient vite soignées, néanmoins, sa souffrance était bien réelle. Au bout d'une semaine, ils n'avaient rien réussi à tirer d'elle. Comprenant que ses nerfs ne lâcheraient pas, ils avaient décidés de l’exécuter. En effet, plus le temps passait, plus les chances qu'elle s'évade avec ses amies était grande. Trois jours auparavant, elle avait utilisé ses dons de brûleuse pour faire fondre l'acier de sa cage. Si la patrouille n'était pas passé à cet instant précis, il y aurait fort à parier qu'elles seraient déjà toutes les trois très loin.

Une dizaine de gardes arrivèrent devant la prisonnière, et la tirant par les nombreux liens qui l'entravaient. Melody comprit aussitôt qu'un nombre aussi élevé de soudards signifiait sa mise à mort. Jetant un regard sur ses amies, dans les cages voisines, elle devina que Laly et Zia n'avaient pas fait le lien entre ce groupe et sa mise à mort. Il semblait bien inutile de les prévenir... Marchant aussi droit que lui permettaient les liens, elle ignora les insultes des gardes, même lorsque l'un d'entre eux cracha à ses pieds. Bartiméus ne faisait pas parti d'entre eux, il n'y avait aucun échappatoire. Cette fois ci, elle ne pourrait pas feindre la mort. Poussée jusqu'à une cour annexe, elle fut éblouie par la lumière, qu'elle n'avait plus vue depuis près d'une semaine. Sinistre, elle se dit que c'était sans doute aussi la dernière fois qu'elle la verrait ...

https://www.youtube.com/watch?v=IsLnioY3FVY&feature=related

Roche n'avait aucune idée de la situation de la capitaine. Voyant toute l'équipe arriver, il se dit qu'il était tant d'intervenir! Fonçant vers l'entrée principale, il tua par surprise un serpent qui lui tournait le dos, pour tourner la manivelle du pont-levis. Il n'avait pas de temps à perdre en combat régulier. Tandis qu'il s'acharnait autour de l'imposante manette, il fut interrompu par un couteau, qui alla se ficher juste derrière lui. S'arrêtant net, il jeta un coup d'oeil vers le pont-levis. A moitié ouvert... Ce n'était pas suffisant pour faire rentrer ses amis... Dégainant son arme, il se jeta sur ses ennemis, un cri guerrier aux lèvres. Il dut pourtant vite battre en retraite. Les deux serpents ne plaisantaient pas. Coordinant leurs gestes avec une précision effarante, ils obligeaient leur adversaire à esquiver, feinter, et reculer sans cesse. Sortant son poignard avec sa main gauche, il comprit qu'il ne pourrait pas tenir longtemps face à des adversaires de ce genre si il ne les surprenaient pas. Tandis que les serpents l'attaquaient avec une technique des plus développées, il semblaient très statiques, ne bougeant que lorsque Bartiméus reculait. Profitant de cette faille, il fit quelques pas latéraux, et dès que le plus proche de lui lança une attaque latérale, un simple croc en jambe suffit à le désarçonner et l'égorger d'un coup de couteau. Son dernier adversaire, furieux, lui fonça dessus comme une torpille. Le guérisseur se trouva très vite acculé contre le mur, bloqué de toute retraite par l'imposante manivelle et le serpent de la nuit. Bloqué dans ses mouvements, il vit son épée s'envoler et s'attacher au mur en bois. Se sentant condamné, il chercha un dernier moyen d'aider ses amis. Tandis que son ennemi levait le bras pour en finir, il repéra une corde, qui devait sans doute servir à retenir un poids, lié au pont-levis. Dans un lancé désespéré, il toucha la corde, mais ne fit que la couper à moitié. Le serpent s'interrompit, et rit presque de cette tentative obsolète.

- Inutile pauvre crétin! Maintenant tu vas payer.

C'est à cet instant précis, alors que la lame se rapprochait inexorablement de la gorge de Bartiméus, que la corde rompit totalement, ouvrant l'imposante porte du château, mais aussi faisant tourner à une vitesse ahurissante la manivelle placée juste à cotée d'eux. En quelques secondes, l'homme en face de lui eut les genoux brisés, puis la tête explosée par une des barres de l'imposante machine. Sans faire attention au cadavre, qui l'avait recouvert de la tête aux pieds de sang, il fonça dans la mêlée à l'extérieure du château, sans arme... Se rendant compte un peu tard de son oubli, il tua à main nu un soldat qui avait l'infortune de lui tourner le dos, ramassa son arme, et rejoignit ses amis, tout en trucidant les malheureux qui croisaient son chemin.

Ignorant totalement le trancheur, Athis lança un regard interrogateur à Belwur.

- Tu le sens?

- Et comment! ça faisait longtemps que j'avais pas vu le vieux! Je pense que la confrontation est inévitable...

Ignorant les interrogations des humains, et notamment d'Edwig, Athis réfléchit quelques instants. La fuite était elle envisageable? Il avait été berné, par l'alliance de plusieurs artéfacts. Alors visiblement, ils connaîtraient leur position quoi qu'il arrive.

- Tu as raison, on a pas le choix! Vrag! Il faut des renforts immédiatement, un porteur d'artéfact, ainsi qu'une petite escorte les accompagnent. Si nous triomphons, ce sera une importante menace d'éliminée pour l'empire Nailikan! Vous trois! Préparez vous à un terrible combat, nous sommes face à un grand adversaire, mais nous sommes en supériorité numérique! Sortez tous dehors, ils sont dans la cour!

Les trois ombres se précipitèrent en dehors de la salle, leurs deux artéfacts les suivant. Pendant ce temps, Igole, que l'arrogance d'Athis commençait à exaspérer, obéit tout de même, et envoya une vingtaine de serpents de sa garde rapprochée aider les Ombres... Il sortit Nigfol de sa poche. Peut être que la jeune fille aux cheveux bleus accepterait de lui parler une nouvelle fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Némésis   Ven 2 Mar - 22:32


Alors que le petit groupe s’apprêtait à chercher une entrée, un homme apparut dans leur dos après être passé par un des passages secrets du château. Lentement, le chef de l'expédition se retourna. Il était de retour. Celui qui, depuis trop longtemps, se mettait en travers de son chemin. Le seul a avoir pu prétendre le vaincre à plusieurs reprises. Grâce à lui, il avait pu progresser, se rendre compte de ses erreurs, mais également souffrir, craindre la mort plus que jamais. Tous deux se battaient pour leur bonheur, mais aussi pour le plaisir de prouver leur supériorité par rapport à l'autre. Snori Pendragon dégaina son Katana orné, tandis que son adversaire s'approchait de lui, une lame étincelante à la main. Tous deux souriaient, l'un comme s'il venait de retrouver un vieil ami, le second avec une pointe d'arrogance. Leur regards en disaient long: ils ne se tueraient pas cette fois-ci, mais ils comptaient se battre sans être interrompus. D'abord d'un pas lent puis en courant, ils s'approchèrent l'un de l'autre. Le premier choc fut terrible. Les deux lames s'entrechoquèrent en créant une légère onde de choc bleutée due au pouvoir d'Iyoh, lequel fronça les sourcils. Normalement, il aurait du couper en deux l'épée de son adversaire.

-Mithril, annonça le prince. Koïden réserve toujours des bonnes surprises.

Cette résistance de la part de son éternel némesis ne fit qu'accentuer l'engouement du chef des Ombres. S'ils se battaient à armes égales, leur combat n'en serait que plus beau! Dès les premières secondes, le talent sans borne des deux épéistes fut démontré. Ils virevoltaient tels des feu follets, créant des étincelles à chaque choc, hors ceux-ci semblaient être légion. Malgré la liberté d'action de tous les compagnons de Snori, aucun n'intervint, ayant bien conscience que ce duel au sommet leur appartenait. Tous deux étaient parfaitement confiants, ne pensant pas une seule seconde pouvoir perdre. Iyoh, décidé à ne pas gaspiller inutilement son énergie, avait ôté de son épée l'aura étincelante, révélant pour la première fois son arme sous sa vraie forme. Il s'agissait en réalité d'une rapière, longue de plus d'un mètre dix, à la lame fine. Une arme noble et raffinée pour un jeune homme de toute élégance. Oui, malgré sa folie apparente, le trancheur conservait un certain maintien de soi, inspirant même le respect à son ennemi. Ce dernier tenta un coup d'estoc, mais Iyoh l'évita sans la moindre peine, avant de donner un impressionant revers dans le vide. Snori était déjà derrière lui, prêt à baisser son arme. Le nailikan, jugeant qu'il était trop tard pour esquiver, agrippa le poignet du prince pour interrompre son mouvement. C'eut l'effet escompté, mais l'épéiste parvint à se dégager d'un coup de pied circulaire, faisant saigner son rival du nez. Celui-ci s'essuya du revers de sa manche, tout en lançant un regard plein d'entrain vers l'oranien.

-Magnifique! J'avais peur d'être bien trop fort pour toi. J'espérais que tu puisses m'offrir un combat digne de ce nom. Pimentons un peu les choses! Si tu me bat, je t'aiderais à délivrer la gamine. Si tu perd, bien qu'Igole veuille la garder en vie, je la tuerais.

Snori aurait pu l'interrompre pour le prendre en traître durant son petit discours, mais le respect d'autrui lui avait été enseigné dès son plus jeune âge. Qui plus est, la proposition était alléchante. Avoir un allié comme Iyoh renforcerait considérablement leur potentiel. Loin d'être sûr de l'emporter, il hocha tout de même la tête en signe d'approbation.

-Dans les deux cas, je sais que tu tiendra ta parole, se permit-il de commenter.

Iyoh sourit à pleine dents, puis repris son assaut, avec encore plus de fureur. Durant ces dernières semaines, Snori avait développé une flopée de techniques défensives. Il avait toujours cru que face à des trancheurs, cela ne lui serait d'aucun secours, mais la découverte du mithril avait considérablement chamboulé ses plans. Reprenant certaines bases de l'Ohi-Kinoï, il restait stable, ne bougeant que les épaules et les poignets, déviant sans cesse la lame adjacente avant de glisser la sienne dans les failles occasionnées par ces parades. Contre beaucoup d'adversaire, cette méthode basée sur la contre-attaque parfaite aurait fonctionné. Mais voilà, le chef des Ombres n'était pas n'importe qui. S'il était assigné à la garde d'Inès Vrag en personne, c'était bien que les plus hautes sphères lui vouaient une confiance aveugle. Même s'il ne dura pas plus de cinq minutes, leur affrontement parut incroyablement long. L'hériter du trône oranien fut blessé le premier, au visage, de l'arcade droite jusqu'à la joue opposée. Par chance, le tranchant de la main de son adversaire ne lui avait pas touché l'œil. Il fut également coupé au niveau de l'abdomen, à un degré inférieur. Il n'avait aucune connaissance en médecine, mais le premier trait sanglant lui laisserait une surement une balafre à vie. Iyoh, visiblement fier de lui, s’apprêtait à donner un coup plus puissant que les autres. Son impatiente causa sa perte. Snori ne possédait ni la force d'Edwig, ni la vitesse d'Oloren, ni l'agilité de Llednar ou l'ingéniosité d'Erlyn. Il avait, en revanche, un sens inné de l'observation à toute épreuve, amplifié par le nombre incalculables d'heures passées à s'entraîner. La moindre faille devenait à ses yeux un ravin, dans lequel s'engouffrer était un jeu d'enfant. Déviant l'arme de son rival, il pointa la sienne vers son torse. Le trancheur, au ralentit, vit la pointe d'acier foncer vers son corps...et s'y arrêter à une paire de centimètres. Snori lui adressait un sourire radieux. Le trancheur l'observa un instant, l'air enragé, puis serra les poings en lui rendant son rictus.

-Bien. J'ai donc une promesse à tenir. Jennsen va être exécutée. Va rejoindre tes amis, sauve la. Je m'occupe des deux autres.

Snori lança un regard vers la cour. Le pont levis était baissé, et plus personne du groupe n'était là. Ils avaient visiblement tous foncés dans le château, et étaient face à des adversaires nombreux.

-Et si les autres te découvrent? Je ne pense pas qu'Athis te pardonne facilement.

Le jeune homme fut surpris que son rival aie conscience de l'existence de cet artéfact, mais ne lui posa pas la moindre question. Comme lui, il devait sans doute avoir ses sources secrètes, acquises par des moyens pas très recommandables. Il n'avait pas pensé à Edwig. Le hurleur tenterait de le tuer si jamais il découvrait sa trahison. Il se souvint alors de la discussion entre Athis et Belwur quelques minutes auparavant.

-Il avait peur de quelqu'un. Vous avez un artéfact dans votre groupe, je me trompe? Dans ce cas, reprit-il après avoir eu la confirmation de l'épéiste, débrouillez vous pour couvrir mes arrières. On se retrouvera bientôt, Snori Pendragon...

Sur ces mots, il disparût par l'entrée secrète. Snori, pour sa part, fonça à l'intérieur du bâtiment. Un nombre incalculable de serpents de la nuit étaient présents dans le titanesque hall d'entrée. Llednar se tenait près de Bartiméus, lui offrant tout son soutien en se battant comme un tigre. Il avait déjà vaincu deux adversaires, et en achevait un troisième. Kellue, pour sa part, avait totalement disparu. Sans doute était-elle allée à la rencontre de ce fameux artéfact ennemi dont la voix lui avait parlé. Au milieu du carnage, un personnage se dégageait. Il n'avait à priori rien d'exceptionnel, mais tenait dans ses mains une arme bien connue des membres de l'expédition. Il s'agissait de Belwur, sous la forme de longs bolas enflammés. Il fallait absolument sauver Melody, qui, selon Iyoh, allait être exécutée. Il n'avait donc pas de temps à perdre avec ce type-ci.

Non! Tu as encore le temps. Il faut se débarrasser de ce brûleur avant que Belwur ne décide de lui accorder sa forme finale. Crois moi.

D'accord, répondit-il dans cette conversation interne, faisant absolument confiance aux conseils de son amie invisible.

Zia jubilait. Tous les gardes étaient en alerte, signe que quelque chose d'intéressant se passait. Ils avaient vu Melody partir tout à l'heure. Elle avait sans doute réussie à s'échapper, et massacrait à présent tous ces méprisables serpents de la nuit! Leur libération serait imminente dans ce cas. La rouquine déchanta très vite. Tzumihi venait de descendre les marches de l'escalier en pierre menant aux prisons. D'accoutumée, il n'avait pas l'air très aguichant, mais cette fois-ci, une expression sans nom déformait son visage. Lentement, il s'approcha des trois geôliers, lesquels lui demandèrent presque à l’unisson ce qu'ils faisaient ici. Il y eut trois chuintements infâmes. Le trancheur venait de mettre fin aux jours des nailikans sans le moindre scrupule, en un laps de temps infime. Il dévisagea tour à tour les deux prisonnières, puis s'approcha de la cage de l'hovoïte, sa lame étincelante à la main. Zia recula le plus possible, observant le jeune homme dans les yeux, l'air paniquée. Pour une fois, elle ne cherchait pas à dissimuler sa peur.

-Attends, qu'est-ce que tu comptes faire? Tu n'as pas le droit de nous tuer! Tu ne peux pas faire ça, tu...je t'en prie...arrête!

Iyoh leva le bras. L'adolescente ferma les yeux, s'attendant au choc en espérant que son agonie soit des plus rapides. Il y eut toute une série de coup, mais aucune douleur. Lorsqu'elle rouvrit timidement une paupière, elle s’aperçut avec stupéfaction que les deux prisons venaient d'être taillées en pièce, laissant Inès et elle-même libres.

-Prenez leurs armes et suivez moi sans poser de questions, cracha le jeune homme.

Zia, étonnement obéissante, alla ramasser deux épées. Elle en envoya une à Laly, puis emboîta le pas du trancheur, lequel marchait à un rythme élevé, sa lame scintillant toujours dans sa main, comme s'il s'apprêtait à mener un autre combat. Il avait également été intelligent de rester prudent. Au bout du seul couloir leur permettant de sortir du château se tenait Edwig, accompagné de l'avatar d'Athis. Tous deux lançaient un regard inquisiteur vers le trancheur, qui ne put s’empêcher de pester. Il aurait du fuir, laisser les deux filles seules pour sauver sa vie, mais voilà: il avait fait une promesse à son rival. Son pire ennemi, mais pas seulement. Il était également le seul homme pour qui il ressentait autre chose que du mépris ou de la haine. À ses côtés, ou plutôt face à lui, il se sentait vivre. Un sourire se peignit sur le visage parsemé de sueur du jeune homme. Il passa rapidement une main dans ses cheveux noirs mi-longs, les repoussant en arrière, dévoilant un peu plus un visage qui, malgré les cernes apparentes, restait d'une grande beauté. Lentement, il déboutonna son long manteau de noble puis le jeta au sol, ainsi que son foulard blanc. Restant en pantalon de toile et en chemise noire, il fit un léger signe aux filles de se reculer. Zia, sans comprendre les retors de la situation, fit quelques pas en arrière, en tirant au passage le bras de Laly. Même si elle le détestait, elle aurait voulu venir en aide à Iyoh, mais il fallait se rendre à l'évidence: elle ne ferait que le gêner vu la situation. Un combat de titans allait bientôt débuter...et il n'avait aucune chance de l'emporter.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Némésis   Ven 2 Mar - 23:17

https://www.youtube.com/watch?v=ETwoZ7ta4OA

Les chocs sourds des épées s'entrechoquant résonnaient dans les couloirs du château. Face à la supériorité numérique, les attaquants devaient se serrer les coudes. Roche se battait avec Llednar, essayant d'être le plus longtemps possible dos à dos, couvrant chacun leurs arrières respectivement. Lorsque l'un d'eux faiblissait, l'autre intervenait très vite afin qu'ils abattent à deux le serpent les menaçant. Les attaques fulgurantes de Llednar impressionnaient au plus haut point Bartiméus. Tandis que lui se chargeait plus de contrer et repousser les ennemis, le rôdeur les achevait d'un simple coup fatal. Mais bien vite, les deux amis s'aperçurent qu'une menace prédominait sur les autres, et qu'elle avait pour nom Belwur. Son détenteur jetait des boules de flammes à tout va, forçant Roche et Llednar à se séparer. Se plaçant autour de lui, ils tentèrent de nombreux coups, esquivés facilement par le porteur, qui bénéficiait des atouts non négligeables de l'amélioration physique de Belwur. Un des bolas enflammés brûla profondément Bartiméus, qui dût reculer un instant pour se soigner. D'autres serpents de la nuit arrivaient... Ils étaient en très mauvaise situation. Mais par comparaison, ils étaient sans doute bien plus en sécurité que Iyoh Tzumihi.

Les yeux brûlants de haine, Athis regardait Iyoh avec une colère démente. Il savait depuis le début qu'il faudrait, à un moment où un autre, tuer cet abruti, et apparemment, le moment était venu. Il n'avait rien fait contre eux, mais il avait désobéi. Et ce crime était impardonnable.

-Meurs Tzumihi! dit l'artéfact dans un rugissement.

Edwig, bien qu'il n'ait pas spécialement de raisons pour tuer son chef se décida au moins de le neutraliser. Il cria, et projeta son ennemi contre le mur en pierre juste derrière lui. Tandis qu'il peinait à se relever, le Hurleur bondissait dans sa direction, son bâton aux reflets violets dirigé vers le trancheur. Le premier coup fut arrêté, à la grande surprise de l'artéfact et de son possesseur. Un certain nombre de coups violents s'échangèrent, et peu à peu, comme cela était prévisible, Edwig prit le dessus. Après un violent coup de pied dans le tibia, il donna une volée de coups de poings au trancheur, afin de simplement le mettre KO. Le souffle coupé, l'homme qui l'avait tyrannisé pendant des mois en mission était maintenant dans un état des plus pitoyables. Se refusant de l'achever, Edwig s'apprêtait à repartir en direction des autres artéfacts, lorsqu'Athis toujours furieux lui ordonna :

- Finis le travail!

Se retournant, le Hurleur dit simplement : "Non". Il s'attendait à ce que l'homme à la tête de lionne insiste, mais étrangement, l'artéfact se tourna vers le couloir de droite et cria un "Attention", avant de disparaitre complètement. Tandis qu'une sorte d'éclair sautait sur Edwig, le géant sentit une certaine chaleur se répandre tout autour de son corps, comme un voile translucide. Il ne le comprit pas tout de suite, mais Athis venait de le sauver d'une mort terrible...

https://www.youtube.com/watch?v=N5w_eBFjZL4
Devenue sourde à un moment où elle se sentait si proche de la mort, Melody avança sans rien percevoir d'autre que la corde qui se balançait au vent. Aucune attente n'avait été pire que celle ci. Le cœur de la jeune femme battait à tout rompre. Des images jaillissaient à ses yeux, souvenirs de ce qu'avait été sa vie. La vie dans l'orphelinat, l'entrainement pour devenir soldate. Le regard des autres, toujours plein de crainte et de haine. Melody tomba à terre lorsqu'un soudard la poussa, et peina à se relever. Elle observa ses mains. Une multitude de petites pierres s'étaient incrustées sur ses paumes, et du sang coulait jusque dans ses manches. La douleur ne semblait plus l'atteindre, et elle mis un certain temps avant de comprendre comment elle s'était faite ces blessures. De nouveau tirée comme un animal de foire par les soldats, elle se laissa trainer pendant quelques mètres avant d'arriver face aux marches en bois de la potence. Elle vit apparaitre le cadavre de la première personne qu'elle avait tué. Ce corps qui l'avait hanté de nombreuses nuits durant, et qu'elle croyait avoir fini par oublier. Essayant de rester droite en montant les quelques marches qui la séparaient de la potence, elle se mordit nerveusement les lèvres jusqu'au sang. On la tourna face à la cour. Un homme la regardait, et prononçait une suite de mots incompréhensibles. Elle reconnut néanmoins dans ce récital son prénom. Orpheline, elle avait été nommée ainsi car avait été retrouvée dans un temple lors d'une chorale. Dans son esprit trouble, la jeune femme se dit qu'elle n'avait finalement rien fait d'important dans sa vie, qu'elle avait encore tant de chose à réaliser, et pourtant, le destin en avait décidé autrement. Ignorant le soldat, apparemment très impliqué à faire passer cette exécution pour un jugement, Melody se brûla les pupilles en fixant la torche qu'il tenait à la main. Belwur sembla apparaitre face à elle, avec son sourire retord et son regard pervers. Le démon n'avait été synonyme que de problèmes pour elle... L'homme s'arrêta soudain, et la jeune femme sentit une corde s'enrouler autour de son cou. Se rappelant de la première exécution publique à laquelle elle avait assisté, elle se demanda si, avec un peu de chance, sa nuque craquerait directement, et elle n'aurait pas le martyr de l'étouffement à subir. Elle perdit soudain contact avec le sol et sentit la corde resserrer d'avantage la pression autour de son cou. Pendant ce qui sembla être des heures, Melody remua au long de la corde, suffoquant. Elle poussa quelques légers râles, cligna des paupières plusieurs fois, avant de fermer définitivement les yeux. Il lui semblait avoir vu Snori, les cheveux au vent, mais ce n'était sans doute encore qu'un produit de son imagination...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 1:57

https://www.youtube.com/watch?v=Ek1nVfao8Z0

[Si j'ai bien compris on est chez vrag et on fous la merde ... Bon bah ok alors]

Erlyn avait gardé les bras croisés dans son dos quand ils étaient arrivés dans la cour. Une seconde laissa les gardes perplexes. L'autre terrifiés de découvrir un loup garou leur sautant dessus, accompagné d'une d'autres loups. Nigmaëll utilisait de puissants vents pour protéger le groupe, en envoyant certains s'écraser sur les murs. Erlyn sortit finalement sa grossière épée et mena un duo parfait au corps à corps, avec Ilyanna. Oloren enchaînait des petits coups rapides mais efficaces. Il lui fallait simplement le temps de poser la paume sur un ennemi pour qu'il soit percé de ses aiguilles. Déjà par deux fois, elle sentit de lourds frappes sur son dos. Le mithril lui avait sauvé la vie, et gardait son efficacité, mais mieux valait faire attention dès maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Apocax
Critérium
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 17/01/2012
Age : 20
Localisation : Là où il y a à manger. (Et du rhum!)

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 7:53


Feldryn inspira un grand coup et tira sur le ficelles qui dépassait des boitiers qu'il avait gardé sur ses avants-bras. Des lames en jaillirent, dévoilant ce qu'il appelait ses "griffes mécaniques". Elles lui permettaient d'adopter un style de combat basée sur la rapidité et l'agilité, un style un peu bestial.
Il se lança dans le sillage de son maître, tuant d'un simple coup de griffe à la trachée quelques rares gardes qui ne pouvait pas réagir, paralysés de terreur en voyant Arawn qui décimait leurs rangs. Le jeune apprenti s'en sortit plutôt bien, jusqu'au moment où un garde plus vif que les autres l'attaqua par derrière.
Il serait sûrement mort si le garde n'avait pas commis l'erreur d'accompagner son coup d'un cri. Il détourna le coup en frappant avec ses griffes sur le poignet de l'attaquant et para ou esquiva ainsi une demi-douzaine de coups avant de réussir à frapper dans la trachée. Après avoir constaté qu'il avait une légère blessure au bras, il rajusta son bandeau et se mît alors à sprinter pour rattraper son maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 13:22

La plupart, téméraires, étaient moins effrayés que les "bleus" par le loup-garou. Un rugissement de la part du parleur suffisait de temps en temps à les faire douter ... Surtout quand celui-ci était accompagné d'un coup de griffe en plein visage. Dans sa course meurtrière, il se retrouva face à un mur. Il y contempla une statue grande comme un homme, faite de marbre et représentant un guerrier. Quand il se retourna, il était encerclé. Quelques uns purent esquisser un sourire, la victoire à porté de lame. Sourire lentement rendu par Arawn. Sourire carnassier, terrible. Il attrapa la statue, et, l'arrachant à son socle, la jeta sur les soldats. Il attrapa le bras de la statue et s'en servit comme d'une énorme masse. Élimination multipliées pour le lupin. Il reprit une course meurtrière au milieu des gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 13:53

Il n'avait pas fallu longtemps à Kellue pour examiner la situation une fois entrée dans le château. Les ennemis arrivant vers eux furent nombreux, néanmoins la jeune femme jugea que ses compagnons étaient aptes à s'en débarrasser sans elle, car une menace autrement plus grande viendrait à leur faire face. Mieux valait prendre les devants et aller s'en débarrasser tout de suite. Telle une furie, elle passa à travers les divers couloirs du bâtiment, se dirigeant vers sa prochaine cible: Athis. Elle pouvait sentir sa puanteur sans même le voir. Accélérant au fur et à mesure de sa course effrénée, elle finit par apercevoir le hurleur, accompagné de son artéfact. Sans demander son reste, elle lui sauta dessus en lui assénant un coup de poing semblable à celui ayant perforé l'armure du soldat gardant la porte d'entrée. Avec de la chance, elle le tuerait en un coup. L'aura se rependant autour de l'Ombre lui permit de garder la vie sauve, agissant comme un bouclier magique. Visiblement, des pouvoirs encore insoupçonnés se révélaient peu à peu. Tant pis, elle n'y irait pas de main morte! L'ai rageur, maintenant Edwig au sol, elle leva le poing une seconde fois, puis une troisième, puis se défoula ainsi durant une bonne trentaine de secondes. Même avec tous les artéfacts possibles et imaginables, personne ne pouvait sortir indemne d'un tel déferlement meurtrier. Lentement, la trentenaire se releva en lançant un regard à son ennemi. Celui-ci gisait au sol, inconscient. Peut-être était-il encore en vie, mais il ne poserait pas de problème pour le moment. Se tenant plus droite que jamais, avec un air sérieux inébranlable sur le visage, Kellue tourna ensuite la tête vers Iyoh.

-À ton tour maintenant, dit-elle en faisant craquer ses jointures.

Le trancheur avait fait tout son possible mais n'avait pu vaincre son ancien compagnon, sans la moindre surprise. Ses attaques ne l'atteignaient même pas. Il le surpassait sur absolument tous les domaines, sauf un: l'art de réfléchir. Savoir retourner sa veste lorsqu'il le fallait pour avoir les bons amis au bon moment. Edwig demeurait trop simple, trop droit, trop juste. Si on voulait s'en sortir, il fallait toujours recourir aux coups dans le dos. Le jeune homme suivait cette philosophie à la lettre, pourtant, lorsqu'il vit la parleuse s'approcher lentement, il ne put s’empêcher de pester. Il avait sauvé les deux idiotes, cela ne méritait-il pas un répit, au moins aujourd'hui? Face au regard déterminé de son interlocutrice, il s’apprêtait à se défendre, malgré ses blessures multiples. Il n'était pourtant pas en état de tenir une arme. En effet, son bras droit inutilisable le faisait immensément souffrir. Il compressait la plaie de sa main gauche, respirait difficilement, perdait du sang. Pour une raison inconnue, Edwig avait cru bon de l'épargner, mais il n'en aurait pas pour longtemps à vivre sans soins. Il ne comptait pas là dessus, mais Zia vint le sauver des griffes de la garde du corps d'Edward, en se plaçant devant lui, les bras en croix.

-Non! Il nous a libéré, ne lui faites pas de mal!

-Ne dis pas de bêtises, cette pourriture comptait sans doute vous kidnapper pour vous infliger je ne sais quelle torture. C'est un monstre, on ne peut pas lui faire confiance. Écarte toi de là petite.

-Non. Il faudra me tuer d'abord si vous comptez vous débarrasser de celui qui nous a sauvé.

Iyoh en restait bouche bée. Pour la première fois, il ressentait un semblant de reconnaissance pour quelqu'un. Il avait envie de lui accorder un triste sourire, en la remerciant platement, mais il ne savait pas comment s'y prendre pour ce genre de choses. Cette situation lui semblait tellement improbable. Une gamine, qu'il avait cherché à tuer, le protégeait, semblait même lui vouer une certaine admiration. En temps normal, devoir s'en remettre à quelqu'un d'autre que lui-même lui aurait inspiré un profond dégoût, d'autant plus qu'elle était une fille, et pourtant il ne parvenait pas à ressentir autre chose qu'un léger pincement au cœur. Il ne fallait pas qu'elle meure, pas d'une façon si idiote. Kellue ne flancha pourtant pas. Elle adressait à Zia un regard sévère, empli d'une détermination sanglante.

-Si tu y tiens.

Elle avança d'un pas, prête à exterminer ces deux avortons d'un seul coup. La parleuse avait conscience que Snori et les autres tenaient à récupérer la rouquine vivante, mais pour elle, Laly valait bien plus. Tuer le chef des Ombres représenterait également une victoire écrasante. Ne pouvant pas comprendre que l'on puisse défendre son pire ennemi, elle serra le poing droit, laissant apparaître les petites pointes de son gantelet. Sa force physique, améliorée par l'utilisation d'Ohihir, lui permettait de massacrer ses cibles sans le moindre soucis. Elle leva le poing, prête à prendre ses responsabilités, quand une sorte de râle attira son attention. Derrière eux, Edwig se relevait lentement. Agacée, Kellue se retourna vers lui, mais haussa les sourcils. Quelque chose semblait avoir changé chez ce siffleur.

Cinq minutes avant l'exécution de Melody

Jamais la demeure de Loan n'avait été si endommagée. Penché à son balcon, il observait la scène, la bouche bée, les yeux écarquillés. Le rez de chaussée était absolument ravagé. Arawn, tout particulièrement, participait à cette destruction, en arrachant des pans de mur pour les envoyer sur les serpents de la nuit, lesquels peinaient. Bientôt, il n'en resterait plus aucun. Heureusement, au milieu du carnage, Darwin parvenait à rehausser le niveau de ses alliés. En tant normal, il se battait déjà remarquablement bien, faisant preuve d'un grand esprit tactique. Accompagné de Belwur, il faisait preuve d'une puissance plus grand. Faisant face à Llednar et Roche, il leur envoyait de grands coups de bolas, créant des arcs de cercle brûlant difficilement évitables par leurs courbes inattendues. Lorsqu'enfin le rôdeur parvint à se glisser entre les enchaînements du jongleur et tenta de lui donner un coup conjugué de ses deux épées, il ne put retenir un léger soubresaut sous le coup de la surprise. Les bolas avaient disparus pour laisser place à une épée enflammée, semblable à celles utilisées jadis par Gladys.

-Surprise! tonna le jeune homme, avant d'envoyer valser son assaillant.

D'un geste presque machinal, il saisit l'une de ses pointes explosives et l'envoya s'écraser sur ses deux ennemis. Snori intervint alors. Il attaque Darwin par le flanc droit, parvenant à le toucher au niveau de l'épaule. Cela ne suffit toutefois pas à le mettre hors combat. Reculant de quelques pas, il se plaça face à ses trois adversaires. Le ton était donné: un porteur d'artéfact contre trois minables. Non, en y réfléchissant, ils étaient loin d'être faibles. Tous trois avaient entretenu bien des on-dit ces derniers temps. Mieux valait ne pas prendre de risques.

-Belwur! Accorde moi ta puissance!!

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 15:23

Rouge... Sa vision était totalement rouge. Pris par surprise par Kellue, il avait reçu un nombre incalculable de coups, d'une puissance inouïe. La douleur était bien réelle, pourtant il était encore en vie. Il percevait confusément son entourage, encore abruti par la violence de l'attaque. Il avait été laissé pour mort. Se relevant lentement, il observa sa main. En plus d'être teintée d'un rouge malsain, elle semblait avoir doublé de volume, ce qui n'était pas peu dire étant donné la taille du Hurleur. Lorsqu'il s'appuya dessus pour se lever, un horrible grincement résonna dans toute le couloir. Le marbre était parti comme du beurre sous les ongles d'Edwig. Désormais debout, sa tête ne se trouvait pas loin du plafond. Il observa quelques instants Kellue, qui semblait bien plus petite qu'auparavant, puis s'adressa à Zia et Iyoh :

- Si vous tenez à la vie, cassez vous!

Sa voix était extrêmement rauque, presque semblable au rugissement d'un lion. Sans même se préoccuper de ce qu'avaient décidés de faire la rouquine et le chef des ombres, le Hurleur empoigna celle qui venait de tenter de le tuer. Les jambes ballantes, la jeune femme était à sa merci. Au plus profond de lui même, Edwig entendit Athis dire :

- L'heure de la vengeance a sonné, Ohihir!

Le hurleur comprit qu'encore une fois, il était sous l'influence de l'artéfact. Presque impulsivement, il plaqua Kellue contre le mur, et de sa main, ou plutôt de sa patte libre, il lui donna un formidable revers, qui aurait sans doute été fatale pour toute personne n'ayant pas l'appui d'un artéfact. Enchaînant les coups violent, il s'arrêta un instant, recula, tenant toujours son ennemie à la main, puis la lança comme si elle n'avait été qu'une poupée faite de chiffons. La porteuse d'Ohihir traversa le mur, qui s'écroula. Edwig couru à sa suite, et presque instinctivement, mis les quatre pattes pour se déplacer plus rapidement. Ils étaient désormais en plein air. D'un bond, le Hurleur franchit les douves pour rejoindre Kellue, de l'autre bout de la rive. Observant son reflet dans l'eau, il aperçu une créature énorme, semblable à un lion, dont les yeux reflétaient une lueur rouge malsaine. Il compris qu'il s'agissait de lui. Atterrissant souplement sur l'herbe, il chargea son adversaire avec rage. Il semblait peu probable qu'elle survive...

De son côté, Belwur se grattait la tête, pendant que serpents et Luuwriens s’entretuaient. Le gamin ne manquait pas de toupet de demander aussi facilement sa forme finale! Il était loin d'être aussi talentueux que Melody ou Gladys.

- Je suis dans un jour de bonté, je t'offre une petite protection pour la vie de tous les jours. Mais ne t'attend pas à mieux de ma part!

Aussitôt, Darwin fut recouvert de l'armure rouge et noire devenue habituelle chez Melody. Les ailes et le pouvoir de téléportation ne lui étaient néanmoins pas accordées! Il regrettait déjà son acte, mais sans cela, l'homme mourrait trop vite, et Belwur n'en tirerait aucune satisfaction. Ricanant, il se demanda comment l'Ombre allait mourir...

Les ennemis arrivaient en trop grand nombre. Il était impossible de les arrêter tous. De plus l'emplacement dans lequel ils se trouvaient était loin d'être idéal pour le combat dans lequel ils s'étaient engagés contre le porteur de Belwur. Tandis que Snori et Llednar attaquaient Darwin, Bartiméus repoussait tant bien que mal les hommes qui les attaquaient à revers. Une montagne de cadavre avait élu résidence dans les couloirs, ce qui entravait grandement les mouvements des nouveaux arrivants. Face à trois serpents, il contrait, bottait, faisait preuve d'un maximum d'ingéniosité pour vaincre. A la main droite, il tenait son épée. A la gauche, il avait ramassé une torche et repoussait ses ennemis du mieux qu'il pouvait. Néanmoins, cette technique ne portait pas ses fruits. Montant sur un bureau dévasté, Roche s'en servit de tremplin pour donner un violent coup de pied à un de ses adversaires. Pendant que ce dernier se retrouvait à terre, profitant de l'effet de surprise, le Guérisseur envoya la torche au visage de l'homme à sa gauche, et embrocha le serpent à sa droite. A bout de souffle, il s'assit quelques instants, avant de revenir vers Darwin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 16:11

Ilyanna avait rompu son duo avec Erlyn, qui se débrouillait bien seul, pour rejoindre Bartiméus. Elle y parvint en quelques passes, non sans difficulté, néanmoins, l'humour de la capitaine était toujours de mise.

- Coucou mon mignon, tu m'as terriblement manqué, tu sais ?

Elle l'aida au possible à repousser les hommes qui les acculaient. Erlyn était déjà sortit de tout les combats, et se promenait maintenant dans les couloirs à la recherche de Laly et Zia. Oloren restait dans le combat, et, jambes fléchies, était à première vue invisible pour les soldats présents. Elle profitait de sa taille peu élevée pour trancher quelques genoux ou chevilles, ayant l'effet d'une véritable attaque souterraine.


Arawn s'arrêta au milieu de sa course, tout comme ses ennemis arrêtèrent de crier. l'un d'entre eux tenta une attaque de flanc. Le maître loup lui arracha le bras d'un coup de mâchoire, et le recracha immédiatement. Sa course changeait de direction. Fonçant à quatre pattes, sa vitesse était encore décuplée, n'hésitant pas à courir sur les murs pour contourner le combat. Kellue. Son odeur s'amoindrissait. Sans trop savoir pourquoi, il était inadmissible pour le gardien qu'elle ne meure ou soit grièvement blessée. Guidé par l'Odeur du Loup, il s'en allait la rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 18:12

Athis, l'artéfact au visage félin. Rusé, puissant, il inspirait à ses homologues une certaine crainte, totalement justifiée. À de nombreuses reprises par les siècles passés, beaucoup avaient vu en lui un personnage héroïque. Ce n'était pas le cas. Ce manipulateur grossier embrouillait les esprits, charmait ses détenteurs jusqu'à que ceux-ci soient réduits à l'état de pantins. Nigdaoz aussi aurait pu être traitée de quémandeuse, mais les hommes utilisant ses pouvoirs lui obéissaient par amour, non par contrainte. Qui plus est, elle n'avait au final aucune intention quelconque, se laissant oisivement faire lorsque les réelles responsabilité arrivaient. Ohihir ne jugeait pas ses compagnons, les laissant agir comme bon leur semblait, mais après tout ce temps, il fallait mettre fin aux agissement de leur adversaire, maintenant. Kellue, malgré ses blessures, se releva lentement, serrant les dents. Elle ne franchirait pas contre un homme aussi vulgaire. Un homme? Non, cette Ombre avait désormais tout du félin, avec de surcroît une musculature impressionnante. Le loup garou jaillit de son artéfact, l'air déterminé.

-Il est temps de passer au niveau supérieur, petite fille, conseilla-t-il à sa porteuse.

La parleuse approuva puis se prépara à la métamorphose fusionnelle, lorsqu'une explosion titanesque retentit. Belwur n'avait peut-être pas accordé tous ses pouvoirs à Darwin, mais la force de ses attaques pyrotechniques en furent tout de même améliorées. Ce fut un monstrueux souffle qui fit voler en éclat les étages du château, créant cette fois ci la chute d'une tour complète. En tombant, elle fit s'envoler un nuage épais de poussière, laquelle recouvra bientôt l'intégralité des combatants, rendant la lutte impossible. Le jeune homme équipé de l'artéfact millénaire continuait néanmoins de fouetter l'air de son épée enflammée, en ayant parfaitement conscience de ce qu'il faisait. La plupart de ses coups atteignirent effectivement leur cible. Snori et Llednar, côte à côte, avaient de plus en plus de mal à s'en sortir. Cela faisait déjà trop longtemps qu'ils se battaient ainsi. Si le duel traînait, Melody allait sans doute mourir. Même s'il vouait une confiance sans borne à la voix, le prince décida d'aller aider son amie plutôt que de gêner ses compagnons. Il ferma les yeux un instant, toussa bruyamment, puis dit, en se couvrant le visage pour ne plus y recevoir de poussière:

-Je reviens tout de suite! Je dois absolument retrouver Melody. Vous, occupez vous de ce type!

Il y eut alors un bruit sec, un cri horrible, puis le son d'un corps s'écrasant sur le sol. Ne comprenant pas ce qu'il venait de se passer, le prince fronça les sourcils, l'air abasourdi. Il distingua alors clairement deux formes blanches lancée vers lui: Belwur. Il les attrapa d'une main, tandis que l'écran de fumée se dissipait peu à peu. Il y avait deux corps au sol: celui d'un soldat, et celui de Darwin. Llednar, parfaitement debout, essuyait sur les vêtements des défunts le sang sur sa lame. Lorsque l'Ombre avait voulu l'attaquer, il s'était servi du corps inerte de l'un de ses alliés nailikans pour que sa lame s'y plante. Il avait alors eu assez de temps pour trancher les mains de son adversaire, puis en arracher l'artéfact.

-Dépêches toi! lui ordonna le rôdeur, tout en se lançant à son tour dans les couloirs.

Snori resta immobile une paire de secondes, ne comprenant toujours pas, puis fonça vers la cour intérieure. La potence s'y trouvait. Malgré l'effondrement de la tour, l'exécution avait bien lieu. De loin, l'épéiste vit son amie suspendue au bout d'une corde, en bon état mais suffoquant. Il fonça vers elle sans réfléchir, envoyant au passage son étoile de jet rétractable s'enfoncer dans le visage d'un homme, puis son épée dans le torse d'un autre. Sortant un couteau de sa ceinture, il s'en servit pour trancher la corde d'un coup sec, laissant Melody s'écraser à terre. "Merde, j'ai raté la réception" pensa-t-il. Les deux gardes restant se dirigèrent vers lui, mais ne firent pas long feu. Snori les mis hors de combat à mains nues en quelques secondes, puis alla ôter le restant de corde du cou de la capitaine, avant de couper les liens retenant ses mains. Il hésita alors à poser une main sur son épaule, mais l'entoura finalement de ses bras quelques instants, en sentant son cœur faire des bonds dans sa poitrine. S'il l'avait perdue aujourd'hui, il ne se le serait jamais pardonné.

-Désolé, s'excusa-t-il avec un sourire, les vrais héros sont toujours un peu en retard. Oh, tiens, c'est à toi.

Après l'avoir relâchée, il lui tendit la paire de gants aux motifs pourpre. La vraie porteuse de Belwur devait reprendre du service!

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 18:38

Même s'il appréhendait Iyoh, Erlyn ne put s'empêcher de sourire en voyant enfin Zia et Laly. Il s'avança vers le petit groupe, essuyant le sang de sa lame avec un tissu rouge ... Qui ne l'était pas d'origine.

- Vous voilà enfin. On en à pas encore fini ici, il faut qu'on récupère Nigfol, dit-il en se tournant vers le chef des Ombres. J'aimerais ton aide pour cette tâche, Iyoh. S'il te plait, demanda-t-il avec son habituelle cérémonie, la main sur le torse, et un peu incliné.

Erlyn avait eu vent des origines du garçon, quelqu'un comme lui ne pouvait ignorer ô combien ce geste était valorisant et honorifique. Même s'il n'avait pas l'intention de poser problème au jeune homme, l'homme aux six titres comptait bien jouer sur la vanité de ce dernier afin d'obtenir un coup de main.


Arawn avait en vue Kellue au moment où le sol se dérobait sous lui. Il utilisa ses compétences accrues au maximum dès le premier craquement. Courant sur les murs, évitant les poutres qui s'affalaient au dessus de lui, il parvint à attraper la parleuse juste à temps. Courant à trois pattes, la tenant par un bras il lui permit de voir les décombres leur tomber dessus. Par chance, ils avaient atteint un lieu peu endommagé. Il relâcha enfin Kellue, une fois sûr que rien d'autre ne leur tomberait dessus. Il avait perdu une oreille. Et pourtant, il souriait à sa semblable. Arawn était un véritable loup. Il n'avait pas abandonné ce qu'il considérait comme sa meute. Son regard jaune était presque brillant lorsqu'il se planta dans celui de la porteuse.

- Tu sens le Loup.

Il passa par une fenêtre et rejoint la cour. Il se replongea dans le combat, Feldryn avait beau se battre convenablement, il se battait contre des pros, et il avait besoin d'aide. Le massacre reprenait. Oloren s'était, en combattant, rapproché de l'élève d'Arawn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Apocax
Critérium
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 17/01/2012
Age : 20
Localisation : Là où il y a à manger. (Et du rhum!)

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 18:58

Feldryn se glissa derrière Oloren en restant dos à elle:

-Est-ce que ça va? En tout cas, je protège tes arrières!

Malgré le fait qu'il n'ait pas été touché à cet endroit, il commençait à ressentir une douleur à l’œil droit. Il poursuivît malgré tout le combat. Il devait se montrer à la hauteur de ses compagnons d'armes, même si il savait au fond de lui que c'était impossible, et que ça le resterait sûrement longtemps. Il commençait à s'épuiser, mais il lui restait assez d'énergie pour tenir encore un petit bout de temps. Et puis, il avait dis à Oloren qu'il protégerait ses arrières, il ne pouvait pas se défiler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 19:25

Laly avait vécu la semaine passée dans d'atroces souffrances, non seulement physique, mais également psychologiques. En tout et pour tout, elle avait du s'assoupir à peine une heure : des poches immenses et des cernes violacées entouraient ses yeux noirs. L'air absent, elle avait écouté les discours insensés de son père sans jamais réagir, l'interrompre ou une quelconque autre forme de communication primaire. Elle s'était contentée de tourner la tête vers le mur humide en pavés, les yeux vides et le corps glacial : l'air cadavérique qu'elle arborait bien malgré elle avait totalement changé son allure déterminée et sa vitalité. Elle n'espérait plus rien de personne, ni de Tim, ni des autres, s'enfermant dans un pessimisme et une tristesse qui ne lui ressemblaient pas. Cependant, une lueur d'espoir est apparue. Une lueur d'espoir de la dernière personne qu'elle aurait pu imaginé.

Sous les yeux ébahis de Zia et d'elle-même, Iyoh était venu les sauver. Avait-il été contraint ? Était-ce un piège ou un kidnapping ? Le chef des Ombres était-il devenu, comme par enchantement, un homme épris à une quelconque forme d'humanité ? Certainement pas, mais la révulseuse voyait en lui le seul échappatoire de ce cachot à l'odeur morbide et aigre. Difficilement, elle se leva, attrapa l'arme que sa coéquipière lui envoya, enjamba les corps sans vie des soldats nailikans et suivit tant bien que mal Tzumihi. Par fierté ou par idiotie, elle accéléra la cadence, et ce malgré son genou douloureux. A chaque pas qu'elle faisait, à chaque mètre parcouru, elle sentait l'articulation bouger dans tous les sens, prête à se tordre au moindre mouvement brusque. Non, il ne fallait pas faire transparaître la douleur, c'était un acte de faible. Elle se refusait d'être faible. Plus maintenant.

Dehors, dans la lumière vivifiante, les yeux de la jeune femme se fermèrent malgré elle, sous les rayons éblouissants. Plus les secondes passèrent et plus Iyoh paraissait fou et ne semblait plus épris à la même folie. Bien sûr, il n'avait aucun geste amical, n'aspirait certainement à aucune forme de solidarité ou de fraternité envers elles, mais il avait quelque chose de changé. Quelques jours auparavant, il n'aurait certainement eu aucune pitié à les tuer sauvagement, mais là ... elles étaient en vie. La révulseuse, muette, contentait de l'observer sans pouvoir détacher le regard, attrapant instinctivement le bras de Zia. La volonté de Kellue d'assassiner leur sauveur avait fait écho dans le coeur des deux jeunes filles, même si la rouquine avait eu la présence d'esprit de le défendre. Oui, le regard d'Inès avait profondément changé sur le chef des Ombres. Elle le détestait toujours autant, n'avait pas spécialement pitié pour lui et ne partageait aucunement ses opinions dévastatrices mais elle se sentait redevable envers cet homme. La voix d'Erlyn la fit redescendre du ciel et de ses étranges pensées, puis posa une main sur l'épaule de l'homme aux six titres.

- Nigfol ... Dans la poche. Dans la poche d'Igole.


Justement, après avoir laissé poireauter le dirigeant nailikan quelques longues minutes, l'avatar de la jeune fille aux cheveux bleus sortit, l'air narquois.

- Plait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 21:09

Pendant un instant, elle avait cru mourir. L'oxygène arrivant de manière insuffisante à son cerveau, elle avait perdu connaissance. Reprenant peu à peu ses esprits, Melody sentit qu'elle était au sol, mais ne se souvenait plus être tombée. La gorge en feu, elle inspira de longues bouffées d'airs, qu'elle recracha très vite, tant sa gorge était douloureuse. Elle avait l'impression La lumière des torches, transperçant ses paupières fermées l'empêchèrent de retomber dans le sommeil. Ouvrant un oeil, puis l'autre, elle aperçut Snori, penché vers elle et en train de la libérer de ses liens. Leurs regards se croisèrent un instant, avant que l'épéiste n'ouvre la bouche. La jeune femme ne comprit pas un seul traître mot de ce que le prince de Nora lui dit, mais elle se jeta dans ses bras par automatisme. Après un tel traumatisme, même elle avait besoin de réconfort. Des larmes coulaient de ses yeux verts d'habitude si secs. Son esprit émergeant peu à peu, elle réussit à articuler plus ou moins deux simples mots.

- Merci Snori dit elle en resserrant son étreinte sur le prince.

Dans les gestes brusques qu'avait effectué Melody à son réveil, les deux gants blancs étaient tombés sur l'estrade, et complètement délaissés par sa détentrice. A l'intérieur, Belwur fulminait. Si il avait su, il aurait donné sa forme final à ce crétin de Darwin, mort bien trop vite à son goût!

- Je sais exactement où se trouve Nigfol! Suivez moi! cria Bartiméus, dans le tumulte des combats.

Courant, il emprunta un nombre incalculable d'escalier, de couloirs et passa même par un passage secret, l'arme à la main, se retournant parfois pour vérifier que ses amis le suivaient bien.

Igole, enfin confronté à l'adolescente, ne savait pas quoi dire. Il rencontrait le même problème avec cet objet qu'avec sa fille.

- M'accordes tu ton soutien, Nigfol hasarda t-il.

Mais tandis qu'il prononçait ces mots déboulèrent dans la salle Inès et la petite Fambriel, Erlyn Elkhaid, ainsi qu'un homme habillé en serpent de la nuit, mais qui avait tout du traître... Il était seul contre au moins trois combattants, quatre si l'on comptait sa fille, mais il ne s'avouerait pas vaincu sans avoir dégainé. Il sortit de son fourreau une arme gravée, héritage de famille offert par Auguste de Reydoran à son trisaïeul, Ildor Vrag, ornementée avec goût, mais au tranchant redoutable!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 21:46

À la question d'Erlyn, Iyoh avait répondu par un simple sourire carnassier. Se battre, pour lui, un homme dont il ne savait rien? Hors de question. Même s'il l'avait voulu, son état le lui interdisait de toute manière. Après avoir lancé un dernier regard à Zia, il fit demi tour puis s'éloigna d'un pas lent, non pas sans pousser sans écarter Laly de son chemin sans ménagement. Dos à ses adversaires. Jamais un vrai combattant ne se serait permis cela, mais voilà: il leur faisait confiance. S'ils lui avaient demandé de l'aide, il devait surement en être de même. Pendant une infime seconde, une idée folâtre traversa l'esprit du trancheur, avant de se dissiper, emportée par le courant incessant de ses pensées blafardes. S'allier à eux...comme si c'était envisageable. L'air piteux, il s'éloigna, puis disparut totalement en empruntant les escaliers. La rouquine en resta chamboulée pendant un instant, mais fut tirée de ses rêveries par l'appel de Bartiméus. Si tout le monde sa battait, elle voulait en être! Serrant l'épée du garde nailikan, elle courut à la suite du soldat luuwrien. Bientôt, à quatre, ils entrèrent dans une salle aux tapisseries luxueuses. Igole Vrag s'y trouvait. Loan, jusqu'à lors dissimulé dans un coin de la pièce, tira à son tour une épée, et vint se placer près de son compatriote.

-Sortez de chez moi tout de suite! tonna-t-il. Je vous préviens, vous allez le regretter!

Il parlait avec assurance, mais ne se faisait pas d'illusion. Il était trop vieux pour se battre convenablement. Il ne connaissait rien des capacités du serpent renégat, mais avait déjà entendu parler d'Erlyn Ehlkaÿd. Quant à la petite, elle avait fait une démonstration de ses talents lors de sa prise en otage fulgurante du père d'Inès. Quant à cette dernière, elle avait hérité du don de révulseuse. Il n'avaient pas la moindre chance, à deux contre quatre. Avec Darwin mort et Iyoh partit, il ne restait plus aucune défense conséquente aux soldats du château. Seul Edwig, sous sa forme bestiale, semblait se battre aussi assidûment qu'à l'accoutumée. Kellue remercia rapidement Arawn, mais celui-ci disparut une fraction de secondes plus tard. Même sans artéfact, il était meilleure qu'elle sous la première forme. Elle était à couvert. Il était temps de passer au niveau supérieur, puis elle pourrait aller mettre une bonne raclée à Athis. Lentement, Ohihir commença à se fondre en elle...

-Non. Il y a eu assez de morts comme ça, mademoiselle Dovlass.

La parleuse tourna la tête. Derrière elle se trouvaient Orion et Oswald, l'un sérieux, l'autre souriant. Nigdaoz et Offtaür faisaient également acte de présence, et ne semblaient pas résignées à s'adresser la parole. Sans même se demander comment ils s'étaient retrouvés là -de leur part, rien n'était étonnant- Kellue observa les décombres du château. Dix, cinquante, cent? Ils avaient raison. Trop de gens avaient péris en pensant agir pour le bien. Déçue mais résignée, elle laissa ses bras se balancer, tandis que son artéfact redevenait une simple ceinture.

-Rien ne sert d'aller chercher Athis, continua Schimp. Sans les Ombres, il n'a plus aucun pouvoir. Tu auras ton combat, mais une autre fois. Allons chercher vos amis. Je suis sûr que nous aurons beaucoup de choses à nous dire.

Une dizaine de minutes plus tard, Snori sortait du château, bras dessus-dessous avec Melody pour l'aider à marcher. Llednar, aux aguets, les escortait, mais cela était totalement inutile: avec trois porteurs d'artéfact autour d'eux, ils ne craignaient absolument rien. Les derniers serpents de la nuit se rendaient, agenouillés, sous la surveillance constante du groupe oranien. Tous, sans exception, avaient fait un travail exceptionnel. Après avoir allongé son amie dans l'herbe au dehors, le prince se dépêcha d'aller à la rencontre des gardiens d'Erlyn, d'Oloren, d'Habeth et de Feldryn. Ils semblaient amochés, mais pas vraiment blessés. L'épéiste ne put que s'en réjouir: ils n'avaient aucun mort à déplorer. Il s'approcha d'eux, les bras ouvert, étincelant de joie.

-Vous avez été formidables! On a gagné, de loin! L'un de vous saurait où se trouvent Zia et Laly?

Kellue leur avait affirmé que tout allait bien, et la présence d'Erlyn sur place rassurait d'autant plus Snori, mais il était pressé de revoir ses camarades! Dehors, Oswald, bien que peu qualifié, prenait le poux de la capitaine Jennsen, vérifiant son état de santé pendant qu'Offtaür virevoltait à ses côtés, l'air soucieuse. Sa nature la poussait à s'en faire pour n'importe qui.

-Vous nous avez fait une sacré frayeur, Melody, finit par dire le général. Oh, excusez moi, j'en oublie de me présenter. Oswald Schimp. Ravi de vous rencontrer enfin.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 22:15

Oloren sourit quand Feldryn lui affirma protéger ses arrières. Qui protégeait l'arrière de qui ? Dos à dos, le débat pouvait être long.

- Tu parles trop ! lui dit-elle. Mais c'est mignon !

Son sourire s'effaça lorsqu'un adversaire bien plus grand et musclé que les autres vint prendre part au combat, une zweihander à la main. Ces épées, épaisses et grandes, étaient plus formées pour détruire des tours d'assaut que des ennemis. Ils allaient être écrabouillés. La jeune fille aux cheveux roses, profitant de sa vitesse, plongea sur le garçon, évitant qu'ils soient brisés en deux par le coup horizontale que venait de porter le guerrier. Ce dernier fut assailli de crocs et de griffes par les six loups restants d'Arawn. Des créatures aussi naturelles auraient dû être tuées rapidement, mais seul 4 étaient mortes.

[ https://www.youtube.com/watch?v=Ym-Ad6I5R9U&feature=channel ]

Parmi les loups mourants, Myzraël. Oloren ne pris pas le temps de vérifier l'état de Feldryn, dont le visage avait été écrasé par sa poitrine, et courut vers son loup. Arawn arriva près d'elle. Les combats avaient cessés. La cadette Ehlkaÿd caressait lentement l'énorme loup noir, les larmes aux yeux, comme pour l'apaiser. Quand le maître-loup arriva, le loup émis quelques gémissements.

- Il ne veux pas que tu pleures. Il à aimé vivre avec toi durant ces quelques mois. Il t'aime beaucoup et veux que tu continues de mener la vie comme tu l'a toujours fait : Selon tes désirs. Il te remercie d'avoir été là pour lui.

Le gardien posa sa patte sur l'épaule d'Oloren. Il leva la tête et poussa un hurlement lupin magnifique, grisant. Les six loups en firent de même. Quatre fois de suite, pour chacun des loups. Et une cinquième pour Myzraël. Oloren s'écroula en pleurs sur la dépouille de la bête. Arawn renifla l'air. Il n'y avait pas que Myzraël à déplorer, en plus des trois autres loups. Il renifla plusieurs fois et trouva enfin, sous d'autres corps, Nigmaëll. La givreuse avait aussi rendu l'âme. Arawn la porta jusqu'auprès d'Oloren, alignant tous les morts alliés. Arawn laissa couler une larme pour son amie. Une larme d'argent. Pure. Le seul élément qui puisse blesser un loup-garou. Il passa la main sur sa joue, créant un superbe dégradé sur son pelage. Laissant la fonceuse et son apprentis auprès des défunts, il continua pour rejoindre Erlyn, Kellue, et les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 22:53

Nigfol fit l'esquisse d'un sourire.

- Tu auras mon aide que si tu me convaincs que tu la mérites, dit-elle en jetant un regard à son ancienne porteuse et à ses amis. Et, si tu veux un conseil d'ami, tu ferais mieux de te dépêcher ...

Le visage de Laly, creusé par la fatigue et le choc qu'elle venait de vivre, arborait une expression presque tendre face à son père. Elle ne lui avait accordé aucune chance jusqu'à présent et pensait, à juste titre, qu'ils pourraient tous les deux repartir sur de bonnes bases. Oublier ces combats, son absence, son irrationalité. Apprendre à se découvrir et à communiquer. Elle avait eu le temps de réfléchir ces derniers jours, comprenant peu à peu que la vie était bien trop courte pour être gaspillée de cette manière. Pourtant, elle ne croyait qu'à moitié à ce revirement de situation, sachant pertinemment qu'Igole Vrag ne renoncerait jamais à cette soif de pouvoir qui l'habitait. Pourtant, l'espace d'une minute, elle avait décidé de lui accorder une seule et unique chance de se repentir et d'agir convenablement.

- Parlons peu, parlons bien. J'ai mille raisons de t'en vouloir, des raisons politiques, éthiques, mais aussi pour des raisons personnelles qui ne regardent que toi et moi dans cette pièce. Je t'en veux pour nous avoir enfermé dans ce trou à rat pendant une semaine, pour tes traitrises et ton hypocrisie. Mais voilà, tu restes mon père. Je n'ai aucune envie de me battre contre toi, non pas que tu me fasses peur, entendons-nous bien. Tu as dit que tu voulais tout faire pour que nos relations s'arrangent, tu as ici un parfait moyen d'exécuter cette volonté. Rends-moi Nigfol. Rends-nous Nigfol. Tu as volé ta propre fille, et d'après le carnage qui s'est produit, tu es à présent seul contre nous tous. Pour une fois dans ta vie, accepte la défaite. Nigfol te prendra la tête en deux secondes, jouera avec toi et te rendra la vie infernale. Enfin, il est évident que je parle à un mur, à quelqu'un de bien trop fier pour renoncer. Si c'est ce que tu souhaites, nous nous battrons. Mais à présent, tu es prévenu : si c'est ce que tu souhaites, il n'y aura plus aucune pitié. Plus aucune pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apocax
Critérium
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 17/01/2012
Age : 20
Localisation : Là où il y a à manger. (Et du rhum!)

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 23:04

Le visage de Feldryn, rouge pivoine depuis qu'Oloren l'avait sauvé en lui sautant dessus, palît d'un coup en voyant les adieux déchirants et les cadavres. Quand les loups hurlérent, il sentît quelque chose se déchirer en lui et une larme coula de son œil "valide". Il se leva et voulût réconforter Oloren, mais ne trouvant pas les mots, il s'assît simplement à côté d'elle et lui posa une main sur l'épaule, espèrant lui faire comprendre qu'il était là pour elle si elle avait besoin de lui. Il ne connaissait pas encore bien la jeune femme mais il l'appréciait déjà et avait peur qu'elle ne se renferme sur elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Némésis   Sam 3 Mar - 23:05

Comme pour appuyer Laly Cabrera, ou plutôt Inès Vrag, Erlyn dégaina sa lame noire, et Arawn fit son apparition. L'apparence de ce dernier valait bien les réputations et les titres d'Erlyn. Sans compter que d'autres porteurs étaient présents, un prince, une princesse, et une apprentie zélée. Cela commençait à faire beaucoup, même pour Igole Vrag, qui menait la guerre depuis si longtemps. Il était temps d'en finir. Dans l'encre ou dans le sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Némésis   Dim 4 Mar - 0:46

S'aidant de Snori pour ne pas tomber, Melody serra la main du général, qu'elle aurait pu considérer, quelques mois auparavant, comme un redoutable ennemi.

- Votre réputation vous précède, général Schimp! Merci d'être venu à notre secours! Je me remettrai, je pense affirma t-elle en essayant de sourire.

Une trace violette subsistait sur son cou, là ou la corde l'avait étranglé. Avec l'aide de Bartiméus, nul doute que cette blessure disparaîtrai bien vite. Les gants de Belwur avaient retrouvés leur place, c'est à dire sur les mains de la capitaine. Le calme était enfin revenu sur le champs de bataille. Si Melody en avait eu la force, elle aurait rasé ce maudit bâtiment grâce à Belwur. Heureusement, à l'heure qu'il était, elle ne souhaitait qu'une chose, dormir...

Igole Vrag jeta un regard plein de mépris à Erlyn Elkhayd et son accoylyte. Si ils croyaient vraiment l'impressionner, ils se trompaient totalement. Retirant le bracelet, il dévisagea toute l'assemblée, jaugeant chacun des individus.

- Pendant des années, le peuple Nailikan a été opprimé par les Luuwriens, qui ont voulu tout régir, imposer leur système politique, leurs valeurs, martyrisant et exploitant. Nos armées marchent pour sa libération. C'est cela, Inès, que dans ta naïveté tu n'as pas compris. Si nous perdons cette guerre, le gentil gouvernement Luuwrien, qui te semble si bienveillant, instaurera de nouveau la tyrannie dans notre pays. Je ne te reproche pas de t'être fait berner par ces politiques. Même notre prince a cru à leurs mensonges. Mais il y a une chose que tu ne peux me reprocher. Jamais je ne t'ai menti! J'ai toujours été fidèle à mes principes, et aujourd'hui encore, je le serai!

Lançant son bien à sa fille, il se mit ensuite en position défensive, prêt à résister à l'attaque imminente de ses ennemis.

- Bien lâche sont ceux qui attaquent leur ennemi à huit contre un! Je mourrai plutôt que de me rendre! Inès, tu es ma fille, et quoi qu'il se soit passé entre nous, je t'aime du plus profond de mon âme. J'espère qu'un jour, tu comprendras pourquoi je me sacrifie ainsi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Némésis   Dim 4 Mar - 15:55

Laly attrapa le bracelet rayé au vol, soulagée de le tenir une nouvelle fois entre ses mains. Elle caressa les gravures du bout de ses doigts frêles, le coeur noué.

- Par ta politique dictatoriale, tu ne peux pas nier que Nailika se meurt peu à peu. Nous avons besoin d'échanges avec les autres contrées de Valato sans forcément se jeter la pierre ou jouer au plus fort, c'est indéniable. En vivant en autarcie, nous n'inspirons que le mépris et la violence, la preuve est devant tes yeux même aujourd'hui. Pourquoi cette fierté mal placée de tous les dirigeants ? Valato est empli de richesses que nous devrions partager au lieu de se les disputer et où chacun devrait avoir le loisir de s'exprimer comme bon lui semble. Toi et ce cercle dans lequel tu t'es enfermé musèlent la liberté et croît en un énième tourbillon violent, l'étouffe et la détruit. Tu vaux bien mieux que ça.

Gardant l'artéfact contre son coeur, elle jeta son épée à ses pieds.

- Comme je te l'ai déjà dit, je n'ai pas envie de me battre contre toi. Trop de vies ont été enlevées aujourd'hui, et une énième effusion de sang ne commencera pas avec moi. Tu as été loyal en me rendant Nigfol, et même si nos avis divergent, je suis en voie de te pardonner, et j'espère que tu feras de même avec moi. En ce qui me concerne, ta vie est sauve. Partons à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Némésis   Lun 5 Mar - 6:45

Un instant de silence suivit le discours de la jeune fille. Silence que les bruits de pas d'Erlyn rompirent.

- Je suis navré, mais vous allez devoir venir avec nous, Igole. Au nom de l'alliance Orano-Luuwrienne, je vous arrête et vous emmène à Nora, où vous serez jugé par les chefs de nation.

Il avait reçu cette demande des dirigeants et avait accepté d'agir. C'était la véritable raison pour laquelle il avait dégainé. Si Vrag ne se laissait pas capturer, il faudrait combattre, quitte à éliminer ce dernier. Arawn se mit à quatre patte, toujours aussi imposant.

C'est appuyé contre Feldryn que les pleurs d'Oloren se calmèrent. Elle s'était endormit, épuisée. Elle offrait son visage enfantin, visage d'ange, commun à ses instants de sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Margogotte
Prince de Porol
avatar

Messages : 267
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 24
Localisation : Brocéliande, au pays de Merlin l'Enchanteur

MessageSujet: Re: Némésis   Lun 5 Mar - 9:27

Une brise étouffante secouait la tresse d'Habeth tandis qu'elle voyait Snori et Melody s'approcher. Quelques autres membres de leur groupe étaient sortis du palais en même temps qu'elle, et elle attendait patiemment la suite des évènements.
La jeune femme se rappela la réflexion qu'elle s'était faite en partant de Nora: elle se souvenait avoir été soulagée que Melody ne les accompagne pas. La raison de son absence était aujourd'hui évidente.
Durant l'attaque du domaine de Vrag, Habeth était aussitôt montée sur les toits, arc bandé. La cour grouillait d'ennemis, et elle savait que ses compagnons auraient besoin de se frayer un chemin rapidement pour retrouver Zia et Laly. Comme elle connaissait ses minces capacités au combat rapproché, elle avait jugé plus utile de rester en hauteur, dégageant la voie pour ses alliés, rendant leur avancée plus aisée. Au bout de la cour, elle avait aperçu une potence, et une jeune femme se faire passer la corde au cou. Atteindre cette dernière serait difficile, certes, mais pas impossible, même à cette distance. Elle avait commencé à viser et s'apprêtait à relâcher la flèche lorsque Snori avait déboulé et tranché la corde qui étouffait la prisonnière. C'était seulement à cet instant qu'Habeth avait reconnu Melody.
Les autres étaient rentrés à l'intérieur des bâtiments, et Habeth avait couru sur le toit, jusqu'à apercevoir Zia et Laly, qui sortaient de ce qui semblait être des cachots, escortées par un inconnu au visage sinueux, qui n'inspirait à rien d'autre qu'à de la méfiance. Il aurait été aisé de rejoindre les deux rechapées, toutefois Habeth avait reçu une consigne claire: empêcher leurs ennemis de quitter l'enceinte du domaine. Ainsi, elle avait froidement abattu les quelques lâches qui, terrorisés devant les épéistes qui les submergeaient par vagues, préféraient prendre la fuite. C'était un travail sale, un travail d'archer, et Habeth en avait l'habitude. Toutefois, elle n'avait pas quitté du coin de l'oeil Zia et Laly. Elles étaient entrées dans un bâtiment en courant, accompagnées d'un homme immense revêtant le costume des serpents, ce qui l'avait tout d'abord inquiétée. Mais il semblait aborder une attitude prévenante à l'égard des deux jeunes femmes.
Habeth avait été rappelée à l'ordre lorsqu'une douleur fulgurante avait écorché son bras. Poussant un cri de surprise, elle tituba et perdit l'équilibre. Profitant de la situation, elle plongea en avant, roula boula dans la poussière de la cour, et aperçu un arbalétrier sur le toit d'en face. Bientôt, une autre flèche fusa dans sa direction, et elle du bondir pour l'éviter. Dans sa chute, elle avait lâché son arc, qui gisait à quelques mètres de là. Hors d'atteinte.
La cour grouillait de soldats, serpents ou ombres, Habeth n'en savait rien. Minuscule point roux dans cette marée noire, elle passa inaperçue, slaloma rapidement, tandis que les traits continuaient de fuser sur ses talons. Avisant une poulie à laquelle était suspendue une palette pleine de foin, elle agrippa la corde puis trancha celle portant la palette avec la dague qu'elle venait de tirer de sa botte. Elle monta à une vitesse ahurissante, et la corde lui brûlait les doigts. Au moment où l'arbalétrier s'apprêtait à tirer une nouvelle fois, Habeth lâcha la corde, et fila dans sa direction sans qu'il n'ait le temps de faire quoique-ce soit. Son corps tomba sur les tuiles, puis glissa sur le toit en pente, tomba dans la poussière quelques mètres plus bas. Habeth essuya sa dague ensanglantée dans sa tunique, et jeta un oeil à son bras qui saignait abondamment: ce n'était pas joli-joli. S'autorisant enfin à respirer, elle déchira un morceau de son vêtement et l' enroula autour son bras blessé. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas bougé de la sorte, et la jeune femme ne put s'empêcher, malgré les circonstances, de se réjouir de retrouver la pleine possession de ses facultés physique. Son corps, laissé en jachère à Nora, retrouvait enfin ses réflexes.
Habeth avait dédaigné l'arbalète, jugeant cette armé barbare trop peu précise, et descendit du toit. Ce fut seulement à ce moment qu'elle vit que la cour s'était vidée. Elle récupéra son arc, et rejoignit les autres.

Snori était arrivé auprès d'eux, à présent, soutenant Melody. Habeth songea que la jeune femme n'avait plus l'air aussi féroce que d'habitude.
Puis, le prince demanda où étaient Zia et Laly, ce qui tira Habeth de ses pensées.

"Dans le bâtiment là-bas", indiqua-t-elle avec son bras valide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ze-grabouilleuse.eklablog.com
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Némésis   Lun 5 Mar - 10:15

- Il n'y a pas de justice pour les ennemis de votre pays! Tout ce qui m'attend là bas, c'est une estrade et une corde! cria Vrag face à la réaction prévisible d'Erlyn Elkhaid. Il ajouta : "Croyez moi, malgré mon âge, j'ai encore de bonnes surprises à vous réserver".

Seul le loup-garou et Erlyn se montraient menaçants. Il avait peut être une chance de vaincre, finalement! . Plaquant le plat de sa lame contre son front pendant quelques instants il murmura : "Je me bats pour la liberté aujourd'hui". Se plaçant en position d'Ohi-Kinoï, il s'apprêta à affronter la menace!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Némésis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Némésis
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: