Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1165)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Vestiges.
par Jaleniel Mer 18 Juil - 5:35

» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50


Partagez | 
 

 À l'aube des jours heureux.

Aller en bas 
AuteurMessage
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: À l'aube des jours heureux.   Dim 29 Jan - 16:47

Leur armée était en préparation. Ce n'était à présent qu'une question de semaines, peut-être de mois, mais une fois que tout serait prêt, ils écraseraient tout Luuwr d'une traite, en commençant par leur joyau, Rednow. Une fois cela fait, vaincre l'Oran ne sera qu'une simple formalité, même si ces insurgés se disant cultivés possédaient Belwur. La suite bâtira alors les bases d'une ère flamboyante, une ère d'égalité, de paix. Contrairement à ce que leurs bourreaux avaient fait, les nailikans ne se vengeraient pas. Ils formeront un seul état, démocratique, paisible. Tout irait bien. Mais voilà, il y avait une faille à ce plan; un doute persistant, dans l'esprit d'un homme tout particulièrement: et si cela ne fonctionnait pas? Si, plutôt que de trouver l'équilibre, ils dirigeaient leurs citoyens dans le chaos le plus total? Depuis la mort de son fils, Oswald n'avait de cesse de se poser cette question. En ce vingt-sept décembre mille neuf-cent quatre-vingt neuf, le générale écrivait une lettre, réponse à la missive reçue très récemment de la part d'Orion Délafi, dans le grand bâtiment militaire de Neims.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: À l'aube des jours heureux.   Dim 29 Jan - 17:06

https://www.youtube.com/watch?v=xUuu46i1oNU
(Désolé, je n'ai pas réussi à trouver mieux!)

Alors que tous s'agenouillaient devant lui, le leader adulé de la cause Nailikanne ne prêtait attention à personne. Traversant les salles du bâtiment militaire d'un pas rapide, il était suivi par deux gardes du corps à l'air féroce. Grand et imposant, Igole Vrarg avait des épaules carrés, une allure athlétique malgré ses cinquante ans. De nombreuses rides ornaient son visage expressif. Comme Irvine Vrarg, il avait les yeux bleus. Mais contrairement a son fils, on pouvait y voir briller une certaine froideur, et une capacité presque innée à juger les autres. Ses cheveux, coupés court, étaient les vestiges des enseignements militaires qu'il avait reçu dans sa jeunesse. Il était venu ici afin de revoir son vieil ami Oswald. Il n'avait pas du le revoir depuis le début des batailles, mais ils échangeaient beaucoup par lettres. Il avait toujours considéré le général comme un second père pour lui, mais certains de ses propos l’inquiétaient au plus haut point. Le trouvant enfin, dans le bureau qui lui avait été attribué, il se plaça derrière lui, et attendit que l'homme le remarque. Oswald était en train d'écrire une autre lettre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: À l'aube des jours heureux.   Dim 29 Jan - 17:24

Oswald souffla sur une mèche de cheveux retombant devant son visage fatigué. Dehors, le calme était absolument anormal. En entendant des pas résonner dans le couloir, se doutant de l'identité du nouvel arrivant, le général glissa sa lettre sous un morceau de papier encore vierge, et commença à écrire sur ce dernier. Lorsque le dirigeant nailikan pénétra dans la petite pièce lui servant de bureau, il lui adressa la parole, d'un air détaché:

-Monsieur Vrag. Une petite minute, permettez?

Il finit la ligne qu'il écrivait en pure improvisation, puis se leva de son siège afin de se diriger vers son vieil ami. La main sur le cœur, il tira une légère révérence, avant de lui adresser un sourire, le plus radieux possible. Tous deux partageaient une douleur similaire, mais mieux valait paraître heureux dans toute circonstance. La présence d'Igole en ce lieu n'était en aucun cas pas de bonne augure. S'il voulait lui parler, il pouvait très bien lui envoyer un message, alors pourquoi se déplacer en personne? Cela était louche.

-Qu'est-ce qu'un vieux général peut faire pour toi, camarade?

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: À l'aube des jours heureux.   Dim 29 Jan - 17:41

Le leader Nailikans regarda son ami pendant un instant, silencieux... Puis il prit la parole :

- Je viens simplement m'encquérir de ta bonne santé, mon ami! Certains parmi mes conseillers me disent que tu es en train de changer de camps. J'ai refusé de les croire, mais certains faits sont tout de même inquiétants... Notamment tes rapports avec un certain Orion Délafi... J'attend des explications...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: À l'aube des jours heureux.   Dim 29 Jan - 18:08

Igole en savait sans doute bien plus qu'il ne voulait bien le dire, mais Oswald jouerait le jeu jusqu'au bout, se défendant autant que cela serait possible. Habitué des discours en public, il s'en sortait plutôt aisément pour feindre ses émotions.

-Tu aurais plus confiance en tes conseillers qu'en ton ami, en ce général menant les troupes nailikanes depuis la première grande guerre? Enfin, tu sais bien que je te suis fidèle, comme je l'ai toujours été. Mon fils est mort au combat, et ma seule volonté est de le venger. Jamais je n'ai eu autant envie de vaincre, tu peux me croire.

Il espérait réellement que cela suffirait, mais, dans le doute, gardait une main sur ses lettres en s'appuyant sur son bureau. Il ne fallait pas qu'il puisse lire de quoi il s'agissait. En temps normal, il aurait trouvé le comportement d'Igole presque paranoïaque, seulement, en l'occurence, le dirigeant avait tout à fait raison de s'inquiéter. D'un geste machinal, Oswald tâta sa boucle d'oreille noire du bout de l'index.

-Quant à Orion, c'est effectivement un ami à moi, malgré le fait qu'il soit hovoïte. Dis moi, qu'est-ce qui te tracasse autant que cela?


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: À l'aube des jours heureux.   Lun 30 Jan - 13:08

Le leader adulé resta debout et silencieux pendant un long moment, observant son ami. Puis il s'assit et posa une main sur le bureau, l'air attristé...

- Oswald, tu le sais depuis le début. Tu as su qu'on me mentait, et bien que tu comprennes ma douleur, tu t'es tue, gardant un secret qui m'a brisé le coeur, comme tu le sais.

Ses mots ne devinrent plus qu'un murmure à peine audible :

- Cette Laly Cabrera, dont mes informateurs disent qu'elle détient Nigfol. Elle est révulseuse, comme Inès. Et elle est apparemment son portrait craché.

Puis il prit une voix de stentor, celle qu'il utilisait pour condamner leurs ennemis :

- TU M'AS MENTI, OSWALD SCHIMP! TU CONNAISSAIS LA VERITE! ET TU NE M'AS RIEN DIT! SI TU TIENS A LA VIE, EXPLIQUE TOI, MAINTENANT!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: À l'aube des jours heureux.   Lun 30 Jan - 17:26

Devant les accusations malheureusement avérées de son ami, Oswald se redressa. Igole n'était pas parmi les plus petits hommes, mais le général lui rendait tout de même quelques bons centimètres, et était bien plus large d'épaules que lui. N'importe qui aurait été intimidé face aux dires du chef nailikan, pourtant le givreur ne se laissa pas faire, répondant à son interlocuteur en tant que vieux compagnon sans le moindre lien de subordination.

-Je ne sais pas d'où tu tiens tes sources, mais elles sont faussées. Je te soutiens comme je l'ai toujours fais. J'ai moi aussi perdu mon enfant, Igole, et je sais mieux que quiconque à quel point cela est douloureux. Crois bien que si je savais quoi que ce soit, tu serais le premier au courant.

Malgré le calme dans sa voix, une pointe d'agressivité le trahissait...

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: À l'aube des jours heureux.   Lun 30 Jan - 17:35

Le ton de son ami était tel qu'Igole était presque forcé d'y croire. Oswald avait toujours été un mentor pour lui, et l'imaginer en tant que traître avait été extrêmement difficile pour le leader. Il aurait été soulagé, et aurait étreint son ami, si Schimp, en se levant, n'avait pas fait voler une des feuilles. Les deux hommes jetèrent un regard sur le bureau. Plus rapide que le général, Igole saisit la feuille et la lit à haute voix ce qu'il jugeait important :

- "...ce que l’armée nailikane prépare.""Si je me tourne vers vous, si je me risque à trahir les miens, c’est bien car les raisons sont plus que valables..."

Vrag resta silencieux pendant un instant, puis déclara d'une voix égale, et absente de tout sentiment :

- Je veux des explication! Maintenant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: À l'aube des jours heureux.   Lun 30 Jan - 18:02


L'action se passa incroyablement vite. Oswald envoya valser son tabouret d'un coup de pied, porta sa main à sa boucle d'oreille, puis une lumière bleutée envahit la pièce moins d'une seconde. Lorsqu'elle se dissipa, le sol de cette unique pièce était inondée d'une dizaine de centimètres d'eau, de laquelle un monticule aqueux se formait. Dans un léger tourbillon, une ondine en jaillit. Sa peau, violacée, était totalement dénudée, tandis que ses cheveux tombant jusqu'à son bassin ressemblaient étrangement à des nageoires. Elle possédait de longues oreilles, un visage fin, de grands yeux prune envoûtants. Le bijou d'Oswald avait pour sa part totalement disparu, laissant place, entre ses mains, à un long bâton noir se terminant à ses deux extrémités par des poids assez larges.

-Halte là! tonna une voix depuis le couloir.

Les deux gardes faisant le guet devant la porte foncèrent sans hésiter vers le général. Certes, la stupeur les envahissait, mais plus que tout ils avaient comme devoir de protéger leur chef politique. Le général fit décrire un léger arc de cercle à son arme. L'eau se souleva du sol pour suivre la même trajectoire, frappant les soldats d'un coup sec, les envoyant s'écraser sur un mur au loin. Dans la continuité de son geste, Oswald utilisa son pouvoir pour recouvrir Igole de liquide, avant de geler celui-ci presque instantanément, ne laissant qu'un léger trou au niveau de son nez et des ses oreilles, afin qu'il puisse respirer et entendre. Après avoir longuement expiré, le cinquantenaire se redressa, l'air déterminé.

-Reprend ta forme, Offtaür.

L'ondine fit un simple mouvement de tête puis disparu comme elle était venue, avant qu'un second flash illumine la pièce. Oswald n'avait a présent plus de bâton, mais sa simple boucle d'oreille. Observant son ami toujours gelé, il fit quelques pas à travers la pièce, réunissant les lettres compromettantes, puis quitta la pièce avec précipitation.

-Eh! hurla-t-il. Faites quelques chose, on a agressé Igole Vrag! Retrouvez moi cet assassin!

D'autres soldats arrivèrent en courant puis pénétrèrent dans le petit bureau du général, lequel se trouvait déjà dans les écuries, choisissant avec soin son destrier le plus rapide. Sans dire un mot à ses sous-fifres, il quitta le plus vite possible le bâtiment militaire, puis Neims. À présent, les dés étaient jetés. Il allaient se réunir à leur point culminant, à Rednow. Il espérait simplement que les autres aient la même idée que lui...

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À l'aube des jours heureux.   

Revenir en haut Aller en bas
 
À l'aube des jours heureux.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Steel Danielle - La maison des jours heureux
» Jours heureux
» Romans Historiques
» Les jours heureux.
» Les grands romans en images(Les jours heureux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: