Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1165)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Vestiges.
par Jaleniel Mer 18 Juil - 5:35

» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50


Partagez | 
 

 Dernière ligne droite

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 11:46

Laly sourit devant le conseil de Nino : bien sûr qu'elle irait bien plus vite en utilisant Nigfol, mais cette idée ne l'avait même pas effleuré. Sans doute parce qu'elle était encore un peu sous le choc et qu'elle n'avait pas encore repris totalement ses esprits. Avec l'artéfact, elle arriverait bien avant ses camarades et pourrait venir en aide aux autres si les Ombres avaient bien fait leur retour, comme il en était question.

- Tu as raison, je vais accélérer un peu ... Mais, s'il te plaît, tutoie-moi. Je pourrais être ta grande sœur !

En accordant un regard furtif à Irwan, elle prit une profonde inspiration : c'était la première fois qu'elle allait utiliser un artéfact, qu'elle allait sentir ses effets. Ce moment était assez mythique, et elle comptait bien s'en souvenir. Ce questionnement intérieur fut à peine perceptible pour les camarades de la jeune femme : à partir du moment où elle commença à courir, sa vitesse devint incroyable. En à peine une seconde, la révulseuse était devenue invisible pour ses camarades, restés beaucoup plus en arrière. Un point sur l'horizon.

Même pour la nailikanne, ce changement brusque la surprit, mais c'était une sensation extrêmement plaisante. En à peine quelques secondes, elle avait parcouru bien des kilomètres et était de retour sur le lieu où ils avaient laissé leurs autres membres du groupe, devenu un véritable champ de bataille. Le sang était venu teinté le sol, les flammes se faisaient dévorantes, les corps titubaient, et surtout, cette créature immonde qui se tenait à proximité. Laly, horrifiée, jeta un regard autour d'elle : ni Zia, ni Snori n'étaient visibles. Roche non plus.

- Mais... c'est quoi ce bordel ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 12:22

L'arrivée de Laly fut pour le moins remarquée. Lorsqu'elle décéléra pour se stopper net en plein milieu du champ de bataille carbonisé, Gladys retint son souffle, puis observa son poignet. Il était muni d'un appareillage insolite, constitué d'une grande paire de griffes ainsi que d'ornements indescriptibles se rejoignant dans le creux de sa main en une sphère parfaite. Elle comprit tout de suite, en se référant aux formes Belwur, que la forme adoptée par la révulseuse n'était que la première de son artéfact. Même si elle était forte, cela ne suffirait pas pour vaincre les flammes sombres de la nailikane. Dans un mouvement presque solennel, leur regards se croisèrent, pour introduire cette confrontation d'un autre monde. Ils étaient nombreux, puissants, mais elles seules comptaient à présent. Tout le reste n'était constitué que d'insectes insignifiants.

-Alors voici donc Nigfol...

Belwur n'allait sans doute pas tarder à se manifester, avide de lancer une raillerie à l'adresse de son homologue, et cela s’avérerait sans le moindre doute hilarant. Zia, lentement, reprenait connaissance. Lorsque le pont avait été explosé, elle avait été littéralement projetée dans le fleuve. Les courants marins et le choc avaient suffit à l'assommer pour un bon moment. La première chose à laquelle elle pensa en se réveillant fut son statut au sein du groupe. Encore une fois, en à peine quelques secondes, elle confirmait son statut de boulet sur qui il fallait toujours veiller, hors cela l'insupportait. Face à son mentor, éloigné des combats par sa faute, elle avait honte, honte d'être si faible. Sous la douleur, tant physique que mentale, elle se mit à sangloter, tout en se disant qu'Alix n'aurait pas fait pire aujourd'hui. Snori posa une main sur son épaule.

-Reste là, on reviens dans cinq minutes.

À peine eut-il prononcé ces mots qu'il se lança à la suite d'Iyoh, prêt comme son rival à se débarrasser de Gladys. Puis, lorsqu'ils virent Laly, ils s'arrêtèrent en pleine course. Aucun des deux n'était impressionné par la jeune femme, ni par l'artéfact en soi, mais l'étrange mélange que cela produisait rendait la chose effarante. Comme tous les porteurs d'objets magiques, elle avait atteint un stade dépassant celui des simples humains, non pas par sa force, mais par sa condition. Les responsabilités, le respect, l'admiration, la jalousie: tout cela allait devenir son quotidien s'ils survivaient à cette ultime épreuve. Personne n'osait attaquer. Ils voulaient voir Nigfol mettre à terre la créature ailée. Gladys, elle, eut un temps d'arrêt en reconnaissant enfin sa nouvelle adversaire. Alors c'était ainsi. En la vainquant, elle ferait d'une pierre deux coups. Ses deux épées de feu changèrent de forme, devinrent de longues pointes, qu'elle lança une à une. Elles réapparaissaient sans cesse dans ses mains tandis qu'elle continuait de les jeter vers Laly. Bientôt, ce fut une véritable nuée qui menaça d'empaler la porteuse de Nigfol.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 13:44

https://www.youtube.com/watch?v=th2JAwH5jas&feature=channel_video_title

Doublement surprise par le bordel extérieur, et par les attaques de Gladys, Laly ne bougeait plus beaucoup. Oloren, aussi vite qu'elle pu, l'attrapa par la taille et lui fit esquiver les flammes. Elle remarqua Nigfol, au poignet de sa camarade. Elle s'arrêta plusieurs mètres plus loin.

- Réveilles-toi, c'est à toi de jouer, pour une fois tu va pouvoir en faire qu'à ta tête sans faire chier tout le monde ! Allez !

Sur ces mots, elle rejoint Snori auprès de Zia, à une vitesse folle. Son pantalon, s'arrêtant au dessus des chevilles, commençait à être décousu, probablement usé de la vitesse de la jeune fille. Elle regarda l'état de la rouquine, et serra la mâchoire. Elle se tourna vers le champ de bataille. Qui ici pouvait vaincre Gladys ? Laly, avec son artéfact ... Seulement elle. Les autres pouvaient dans l’extrême l'aider, ou bien mourir. Les flux Ses jambes tremblaient. Elle dépassait les limites de la vitesse supportable, même pour une fonceuse. Elle resterait là, pour protéger Zia, si elle le pouvait.

Ilyanna, discrètement, avait réussis à rejoindre Melody. Elle avait accouru lorsqu'elle avait failli. Elle la tira un peu plus loin pour l'adosser à un tronc et lui retira les écorces qui traversaient ses chaires. Elle utilisa une grosse feuille pour lui faire de l'air, tentant de la réveiller.

- Debout, ma vieille, c'est pas le moment de flancher, tu voudrais pas crever deux fois ? Si ? Tes amis ont besoin de toi. ON à besoin de toi !

Arawn accordait les derniers sacrement à ses loups, puis les laissa emportés par le courant. Fafnyr avait disparût depuis un petit moment, comme Myzraël. Erlyn aussi. Arawn se souvint alors à quel point Üdek manquait à ce groupe. Combien aurait-il donné pour un heureux évènement, un petit peu de joie dans tout ce chaos. Mais il n'y avait que la mort et la tristesse. Rien d'autre. L'un des loups avait récupéré la cape, et donc une partie des affaires d'Erlyn, et l'avait amené à son maître. Quelques fioles alchimiques, et un bout de tissu. En plus de l'arc qu'il avait laissé face au duel contre Edwig, voilà tout ce qu'il restait de lui dans les lieux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 15:18

Un terrible sentiment de déjà vu avait assailli Bartiméus lorsqu'il avait vu Gladys attaquer Melody. Il venait de la retrouver, et voilà qu'il la perdait déjà? Il traversa en hâte le champs de bataille, glissant sur le sang qui imbibait l'herbe, trébuchant sur des corps carbonisés, et protégeant son visage contre la fumée et les flammes maintenant omniprésente en ce lieu. Lorsqu'il atteint enfin la lisière de la forêt, là ou avait atterri sa supérieure, il la vit, allongée sur le dos, Illyanna à ses cotés. Dans cette position, il ne voyait pas son visage. Il fut pris d'un horrible pressentiment... Etais ce la vrai fin? Le Destin était-il si cruel, pour faire mourir son amie, alors qu'il venait de la retrouver? Roche se précipita vers le corps inanimé. Les dix secondes que prirent ce déplacement furent les dix secondes les plus longues de sa vie. S'agenouillant près de Melody, il la regarda et s'aperçu que, bien que blessée, elle souri lorsqu'elle le vit :

- Tu en as mis du temps, Tim!

Ne répondant mais souriant de toutes ses dents, Roche observa les blessures dues à l'écorce. Elles étaient largement dans ses cordes. Il remercia Illyanna de l'aide qu'elle avait apporté. Elle avait fait parti de l'armée Nailikanne, et il avait longtemps douté d'elle mais elle avait bien montré qu'elle était digne de confiance.

- Merci Illyanna! Je m'occupe d'elle. Allez aider les autres.

Utilisant son don de guérisseur sur les multiples blessures de Melody, il parvint à la remettre sur pied en peu de temps. Ils devaient retourner au combat maintenant!

Chacune des blessures qu'avait guéri Bartiméus la démangeaient énormément, mais Melody se retint de les toucher. Lorsque le guérisseur lui tendit la main pour l'aider à se mettre debout, elle la saisi, et lorsqu'elle se releva, elle étreignit son ami. C'était une première pour elle. Elle lui devait encore une fois la vie, et elle n'était pas sûre de l'avoir remercié la première fois. Etourdie de s'être relevée aussi vite, elle s'appuya sur Roche pendant quelques instants, puis dit :

- Qu'est ce qu'on attend pour descendre cette pétasse?

Puis ils se dirigèrent cote à cote vers le champs de bataille, l'épée à la main et prêts à en découdre. Lorsqu'ils virent que Laly était revenue, ce fut une source de réconfort pour eux. Enfin, le vent changeait de sens. A eux tous réunis, Melody avait la conviction qu'ils pouvaient l'emporter.

Tandis que Roche se munissait d'un arc, la survivante sortit des shuriken de sa poche, et grâce à son don de brûleuse, les chauffa à blanc. C'était une technique qu'elle avait apprise lorsqu'elle était chez les ombres. Bien qu'elle ne l'admettrait jamais en public, cette intrusion dans le cercle d'élite ennemi lui avait été très instructif, autant au niveau de l'utilisation de son pouvoir, que du maniement des armes. Se concentrant sur sa cible, elle lança les bouts de métaux en direction de son ennemie jurée!

De la bouche de Gladys sortirent ces mots, prononcés d'un ton rauque et cruel, étrangement semblable à la voix de Belwur :
- Hahaha! Nigfol! Depuis le temps que les humains te cherchaient! Tu t'amusais bien dans ton trou paumé?

L'artéfact de feu, lui aussi, avait senti que la peur changeait de camp! A vrai dire, il n'avait que faire d'être vainqueur ou perdant, mais il songea pendant un instant que le fait qu'il permette à sa porteuse de battre Nigfol ferait de lui un artéfact encore plus légendaire. Cette victoire, bien qu'éphémère, le remplirait d'orgueil! C'est pour cette raison qu'il dit à Gladys :

- Porteuse! Je te donnerai accès à vie à ma forme ultime si tu remportes la bataille contre tes ennemis! Si tu échoues, ou tu t'enfuis, sache que je m'arrangerai pour que tu meures dans d'atroces souffrances! Gardes cela à l'esprit! Puis, sur un ton de provocation, il s'adressa de nouveau à Nigfol, il dit : Voyons si ta porteuse vaut mieux que la mienne!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 17:29

Pendant quelques instants, Laly avait été figée non seulement par l'horreur de la situation, mais également par les propos assez agaçants d'Oloren. Elle savait qu'elle pouvait aller au delà de ses limites dans ce combat, de par sa volonté mais aussi accompagnée de Nigfol. D'ailleurs, à la grande surprise de la révulseuse, cette dernière s'était faite beaucoup plus discrète, ce qui était un tant soit peu reposant. Il n'y avait plus de temps à perdre : chaque seconde qui passait était des chances de plus en plus infimes de survivre. La bête parlante, dont la voix ressemblait étrangement à Belwur, était l'ennemie à abattre en premier. Pour la suite, Laly aviserait. De toute manière, elle n'avait pas de meilleur plan en tête.

Grâce à Nigfol, la jeune femme pouvait aisément éviter les pointes lancées par Gladys. A de nombreuses reprises, et certainement par manque d'entraînement, quelques-unes avaient failli la transpercer, ou du moins la blesser assez grièvement. Les frôlements laissaient des traces noirâtres sur sa tunique rouge, tandis que la fumée qui émanait des flammes troublait la vision et le souffle de la révulseuse. Heureusement, ces handicaps étaient contrebalancés par l'augmentation de sa vitesse et par ses réflexes décuplés, ainsi que cet étrange mécanisme sur sa main.

A quelques mètres de l'animal, elle envoya des pics de glace par ce cercle ancré dans sa main. Seulement, elle se rendit vite compte que tout cela était vain : en effet, le froid de ses munitions n'avaient absolument pas d'effet sur la chaleur qui englobait Gladys. Avec difficulté, elle approcha assez près de son adversaire et, grâce à ses griffes qui surplombaient sa main, entailla assez profondément son flanc gauche, et tenta de faire de même sur le reste de son corps. Des gros toussotements sortaient de la gorge de Laly, qui détourna le visage. Les yeux exorbités, elle se laissa distraire quelques instants en regardant un peu plus loin. Comment cela était-ce possible ?

- Melody ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 18:03

Laly virevoltait entre les pointes explosives, se déplaçant parfois sur un seul pied, semblant décoller de temps en temps, jouant avec en les frôlant sans jamais les laisser atteindre leur objectif. La vitesse avec laquelle tout cela se déroulait était tout simplement prodigieuse. À côté de cette chose, Oloren paraissait incroyablement lente et brute; à l'inverse, seules la grâce et l'habilité émanaient du corps de la porteuse de Nigfol. Le changement, radical, ne manque pas de surprendre Snori. Il n'avait vu son amie se battre qu'à de rares occurrences avec un niveau somme toute assez faible, mais il était évident qu'elle faisait désormais partie de la cour des grands. Gladys, agacée d'avoir manqué sa cible, préparait une attaque bien plus imposante.

-Attends un peu de voir ça! Je ne perdrais pas, Belwur!

Des tessons sombres flottaient autour d'un amas de ténèbres se formant entre les mains de l'Ombre. La forme finale de cette chose, trouble, ressemblait vaguement à un cube. L'attaque gelée de Laly vint se frotter à l'aura brûlante de la nailikane, mais n'y résista pas, prenant forme aqueuse puis gazeuse en une fraction de secondes. Alors que Gladys s’appétait à se servir du nouveau tour fraîchement préparé, le premier coup de griffe la frappa. Une lame quelconque lui aurait simplement tranché la peau de façon légère, mais l'acier de Nigfol n'était pas comparable à celui des hommes. Même sous sa première forme, le mythique bracelet ne plaisantait pas. Deux plaies béantes se formèrent sur les côtes de la jeune femme, faisant éclater sur le coup son étrange armure. Malgré le fait qu'elle ait pris de la hauteur, son adversaire l'atteignait sans peine, multipliant les attaques fulgurantes, impossibles à suivre. Puis elle ralentit enfin, et observa furtivement Jennsen. Ce fut l'erreur à ne pas commettre.

Le cube sombre, disparu, revint se placer entre les mains de Gladys. Comme tous les grands guerriers, elle avait pris soin de créer sa propre attaque finale, sa botte secrète. Elle claqua des mains, écrasant au passage le mystérieux flux énergétique, puis écarta peu à peu les bras. Cet amas sombre s'étira avec les membres de sa créatrice, pour prendre la forme parfaite d'un pic similaires à ceux que Gladys lançaient, couleur mise à part. Lorsqu'elle baissa les bras, il continua de flotter. Elle l'agrippa alors de sa main droite, le tira, et l'éleva au dessus de sa tête tel un javelot. L'arme, à l'horizontale, se trouvait à la fois devant elle et entre ses doigts: elle s'était décuplée. La première pointe vint se figer dans le sol, si profondément qu'elle n'était plus visible. Les dizaines qui suivirent, à une vitesse ahurissante, connurent le même sort, à divers endroits de leur champ de bataille. Satisfaite, elle prit de la hauteur grâce à plusieurs battements d'ailes. De là où elle se trouvait, même un marcheur n'aurait pu l'atteindre en bondissant. C'était parfait.

La dernière lance sombre. Elle la tenait bien en main, prête à la lancer. Avant cela, elle serra le poing, trois fois. Des traits sombres partirent de tous les points d'impacts de ses précédentes attaques pour rejoindre les autres, formant ainsi une forme géométrique complexe à même le sol. Cette dernière devait s'étendre sur plus de trente mètres, renfermant en son sein une grande partie des combatants encore debout, Zia étant visiblement la seule exception. Cela était satisfaisant. L'ultime javelot frappa l'un de ces traits, y mettant immédiatement le feu. Les flammes noires se propagèrent instantanément à tous les autres côtés ou diagonales de la figure, puis ce furent des colonnes de flammes qui jaillirent du sol, hautes de plus de quinze mètres, à l'intérieur des divers triangles et rectangles ainsi formés. Aucun humain ne pouvait survivre à cela. Aucun humain...

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 19:40

Pour la première fois, Melody était sous les yeux de Laly, comme une apparition. C'était un étrange sentiment qui l'habitait, d'enthousiasme, d'énervement et de culpabilité. La militaire avait été laissée pour morte, et elle se demandait vraiment de quelle manière elle avait pu s'en sortir saine et sauve. Visiblement, son adversaire avait profité de cet égarement pour enflammer la quasi totalité du champ de bataille et pour disparaître dans le ciel.

Avec Nigfol, la révulseuse avait eu le réflexe de s'éclipser hors du lieu enflammé de manière très rapide? Aussi, elle tenta tant bien que mal d'éteindre ou de réduire les flammes à l'aide de glace, mais ses efforts étaient vains : vu la taille ridicule de ses pics glacés et comparés à la hauteur du feu destructeur, il n'y avait pas grand chose à faire de ce point de vue là. Encerclée, Laly ne savait pas quoi faire. Avec l'artéfact, elle ne pouvait rien faire, que ce soit avec ses griffes ou avec ses moyens de défense. Pourtant, il était hors de question qu'elle abandonne, elle n'avait pas été élevée dans l'échec, tout comme ses camarades. Une solution existait forcément. Il y avait toujours une solution pour accomplir son devoir et pour sauver ses alliés.

Les possibilités tournaient dans l'esprit de la révulseuse, toutes plus folles et improbables les unes que les autres, sachant pertinemment qu'elle n'aboutiront à rien de concret. Laly se grattait la nuque, plongeant ses yeux dans les cieux : Gladys était bien trop loin pour tenter quoi que ce soit. Quand, tout d'un coup, elle eût une idée, certainement très idéaliste, mais envisageable. Oui, Nigfol était inutile. Mais pas son don.

De là où elle était, elle voyait la silhouette aigrie de son adversaire. Avec la révulsion, elle créa un champ magnétique dans sa direction, qui rapprochait de manière assez considérable son ennemie. Avec toute la volonté du monde, elle ne pourrait pas résister très longtemps à cette attraction, c'était certain. Tout en maintenant l'attraction, Laly s'empara de son arc et d'une flèche, toujours sur son dos, qu'elle lança vers Gladys. La pointe du trait, rapide, allait venir transpercer la porteuse de Belwur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 20:25

Nigfol. Encore et toujours Nigfol, le maudit artéfact. Voilà déjà deux fois que grâce à son aide, Laly évitait les attaques dévastatrices de son adversaire. Mais ce ne serrait pas suffisant. Certes, elle serait en vie, pourtant cela ne permettrait pas à ses camarades de s'échapper. À l'heure qu'il était, ils étaient sans doute tous morts, sans la moindre exception. C'était en pensant à cela qu'elle se sentit attirée vers le bas, d'une force largement supérieure à celle qu'un simple révulseur aurait pu déployer. Encore une fois, c'était là un des nombreux pouvoir de l'objet des anciens: il améliorait grandement le pouvoir de son détenteur. En temps normal, elle aurait largement pu résister et même aller à contre courant via quelques battements d'ailes, mais son immobilité était totale. Elle ne put rien faire lorsque la flèche se figea dans son flanc, celui-là même qui souffrait déjà des plaies de la paire de griffe acérée. Malgré sa grande puissance, elle se sentit tomber, lourdement, en perdant peu à peu conscience. Elle ne pouvait pas perdre. Pas aussi bêtement, pas à cause d'une débutante et d'un artéfact en première forme...

-Ouvre donc les yeux, crétin.

Par réflexe, juste avant que le terrain entier ne s'enflamme, Snori avait refermé ses paupières puis les avait serré aussi fort que possible. Avec cette chaleur insoutenable qui montait peu à peu ils allaient sans doute finir par étouffer dans peu de temps. Ce fut la voix d'Iyoh qui le tira de ces mauvais songes. Autour d'eux, toutes flammes noires avaient disparues, laissant place à un terrain de braise. En voyant les pointes de givre plantées dans le sol, le prince comprit ce qu'il s'était passé. En tombant, sans doute par le plus grand des hasard, sur une ligne de l'étrange figure, l'attaque de Laly avait sans doute rompu la boucle, visiblement nécessaire au fonctionnement de l'attaque. À moins que ce soit le fait qu'elle l'ai abattue d'un trait rapide qui soit à l'origine de leur survie. Dans tous les cas, grâce à ses actes fulgurants, ils n'avaient pas fini grillés aujourd'hui, et cela était pour ainsi dire une bonne nouvelle. Ce qu'il se passait était étrange. Gladys avait repris sa forme habituelle et était accroupie, titubant quand elle tentait de se relever. Belwur avait tout simplement glissé de ses mains pour tomber sur le sol carbonisé, le nacre de son tissu contrastant avec le noir des cendres.

-Haha! Tu as réussi!

Snori n'avait pu se retenir de montrer sa joie. Même si leur adversaire était encore en vie, ils avaient gagnés. Non, Laly avait gagné. À elle seule, elle avait accompli bien plus qu'eux tous réunis. Aussi loin qu'il se souvienne, le prince n'avait jamais vu Melody faire des choses aussi impressionnantes avec Belwur: la différence de niveau entre les deux artéfacts était plus que visible, et la réputation de Nigfol était dès à présent confirmée. Avant que quiconque aie le temps de faire quoi que ce soit, Iyoh s'approcha du groupe qui se formait d'un pas rageur. Gladys avait trahi son organisation et sa nation. Elle devait à tout prix périr à présent! Sa lame se mit à scintiller comme jamais, amplifiée par la rage du nailikan. La survie de ses camarades avait son importance également, mais pas pour le moment. Le seul fait d'avoir la tête de cette garce au bout d'une lance comptait bien plus. Il s’apprêtait à lui lancer son épée pour qu'elle lui transperce le torse, mais il fut stoppé en plein geste par la voix autoritaire de l'impétueuse capitaine luuwrienne. Elle réclamait le fait de pouvoir achever Gladys, sans doute une histoire d'artéfact. Presque à contre-cœur, il rangea son arme. Quelques jours auparavant, il aurait désobéi à cette femme sous laquelle il n'était en aucun cas placé pour assouvir sa vengeance, mais Iyoh avait appris qu'il fallait parfois savoir se ranger. Il lança un simple regard à Snori, lequel se demandait ce qui allait se passer à présent. Son rival allait-il attaquer dès qu'il aurait le dos tourné? Et lui, devrait-il les tuer désormais qu'ils avaient l'avantage, après tout ce que les Ombres leur avaient fait? Pour l'instant, ils allaient simplement assister au spectacle.

-Bande de...Belwur! Reviens à moi! criait Gladys, hors d'elle.

Il l'avait abandonné, de son plein gré cette fois-ci. Ils n'avaient pas gagné à cause de la puissance de Laly, mais parce que ce démon des flammes avait décidé de la laisser tomber. C'était immonde, écœurant. Enfin, Llednar et les autres arrivèrent. Ils purent tous contempler avec satisfaction leurs alliés, tous vivants, et Melody Jennsen, bel et bien vivante. La stupéfaction les gagna peu à peu devant cette scène insolite: nailikans, luuwriens et oraniens étaient réunis autour d'une même ennemie. Tout cela était pour le moins surprenants, mais l'heure des questions n'était pas arrivée. Le rôdeur, qui fermait le pas, fut le seul à s'arrêter devant Zia, allongée par terre, qui n'avait de cesse de pleurer. Les mots ne suffisaient pas pour décrire sa honte. Les guerriers étaient forts, n'avaient pas peur, n'avaient pas besoins d'être secourus sans cesse, ne pleuraient pas misérablement. L'aide ou la pitié des malfrats ne leur était pas nécessaire. Accompagné de Nino, le jeune homme s'accroupit près de la rouquine, et posa sa main sur la sienne, en lançant un regard reconnaissant à Oloren, qui avait veillé sur elle.

-Vous allez bien, Zia? demanda la fille Nezzyl, aussi soucieuse que les plus anciens membres de l'expédition.

Après tout, l'hovoïte avait son âge, et elle la trouvait fort sympathique pour le peu qu'elle connaissait d'elle.

-Laissez moi tranquille vous trois...

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 21:14

Gladys à terre, la victoire leur était acquise, et cela grâce à Laly. Melody avait appris beaucoup de choses sur la jeune femme pendant son passage chez les ombres. Elle se résolut à lui faire confiance... Provisoirement... En revenant vers eux, elle s'était pourtant promis de l'éliminer. Mais après tout, ses fautes n'étaient peut être pas de sa responsabilité...
Elle avait d'autres chats à fouetter, notamment l'usurpatrice, qui se comportait maintenant de manière pitoyable. Elle aurait mérité une mort pleine de souffrances, mais une simple décapitation de sa main lui suffirait amplement. Interrompant Iyoh dans son geste, elle eut l'agréable surprise de voir que celui ci obéissait! Ce combat les avaient peut être rapprochés les uns des autres malgré leurs différences... Ou pas... Se rapprochant de Gladys, elle la mit à terre d'un coup de botte à l'épaule et lui dit :

- Crétine! Depuis le début, tu n'as été que le pion de Belwur!

S'apprêtant à lui trancher la tête, elle s'interrompit lorsque le démon apparut, et d'un air autoritaire lui dit :

- Eloigne toi, Melody Jennsen! Cette vie m'appartient!

L'artéfact s'accroupit juste à coté de Gladys. Leurs visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Les yeux complètement noirs du démon fixaient profondément les yeux bleus apeurés de sa détentrice.

- Gladys Engels, je t'ai fait une promesse! Celle de te donner mon plus grand pouvoir pendant toute ta courte vie si tu vainquais, ou de te donner la pire des morts si tu échouais! Belwur ne reviens jamais sur ses promesses!

Puis, rapprochant son visage de sa victime, il lui donna un long et langoureux baiser, semblant étreindre sa proie. La chef des ombres se débattait, faisait tout pour résister à l'emprise du démon, mais rien n'y fit. Peu à peu son visage commençait à rougir, ainsi que toutes les parties visibles de son corps. Belwur augmentait progressivement la température du sang de Gladys. C'était la pire des souffrances qu'il pouvait apporter à un porteur. Lorsque la chaleur fut trop importante, la peau de la jeune femme fondit, laissant couler son sang vermeil tout autour du corps. A l'instant ou elle cessa de se débattre, l'Artéfact disparu, comme pour confirmer sa mort. Tous étaient restés comme pétrifiés face à la cruauté du démon. Le crâne blanchâtre de Gladys était désormais visible, avec ses yeux exorbités. Si elle avait été d'une beauté ravageuse il y a peu, elle était maintenant bien difficile à regarder, même pour des "habitués" des horreurs de la guerre comme Iyoh ou Edwig...

Se baissant sur le corps, Melody retira les gants blancs avec répugnance... Lorsqu'elle les eut observés, elle observa qu'il n'y avait nulle trace de sang dessus. Sortant de ses pensées morbides, elle remarqua que tout le groupe l'observait. Presque gênée d'avoir agie ainsi, elle se plaça en retrait vis à vis du groupe. Elle était de retour, et pourtant, elle se sentait gênée de leur dire que "Oui, elle était encore en vie, qu'elle avait survécu, et qu'elle avait du se faire passer pour morte, même auprès d'eux". Regardant ses gants, elle se demanda pourquoi elle n'était pas si heureuse que ça de les avoir retrouvés... Au lieu de s'en revêtir, elle les plaça dans son sac, chose qu'elle ne faisait jamais, auparavant. Bien des choses avaient changés, finalement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 22:03

Le corps de Gladys, inerte, était au centre du champ de bataille. Melody, quant à elle, avait repris Belwur. Rien n'avait vraiment changé chez elle : toujours aussi sûre d'elle, toujours aussi méprisante, toujours aussi insupportable. Néanmoins, la jeune femme ne comprenait toujours pas comment la militaire avait pu s'en sortir de cette manière, comment elle avait pu retourner sa veste vis à vis des Ombres et surtout, comment elle pouvait encore être en vie avec tout ce qu'il s'était passé. Au moins, elle n'était pas morte. Certes, la révulseuse ne la portait pas spécialement dans son coeur, mais tout de même, elle ne lui souhaitait pas la mort. Lorsqu'elle vit Belwur embrasser leur adversaire à pleine bouche, Laly leva les yeux au ciel : cet être était vraiment abjecte. Après tout, il avait été la source de la bagarre entre deux femmes, en jouant avec leurs vies respectives. Finalement, peut-être que Nigfol n'était pas si insupportable après tout ?

A son habitude, Irvine avait été passif. Il s'accordait à dire qu'il était prêt à mourir pour l'idéologie des Ombres et pour tout ce que lui avait enseigné son père, mais pas à perdre la vie à cause d'une survoltée qui, pour satisfaire sa soif de pouvoir et pour agrandir son égo surdimensionné, était prête à faire brûler ses ennemis, mais également ses alliés. Mine de rien, sa mort ne l'affectait pas plus que ça, au contraire, elle l'avait presque mérité. Une folie pire que celle d'Iyoh s'était imprégnée d'elle et n'avait pas été très professionnelle pour le coup. Tout comme Edwig, il regardait leur supérieure morte, désabusé. Presque inconsciemment, il tourna la tête. Elle était là. Vivante, comme par magie.

- Inès ! Inèèès !

Inès. Cela faisait bien longtemps que Laly n'avait pas été appelée par ce prénom. Elle le détestait et avait malgré elle reconnut cette voix très familière. Irvine vint à sa rencontre, et, sous les regards interloqués de ses camarades, les deux jeunes gens se regardèrent. Même si le fils de Vrag paraissait enjoué, la réaction de la jeune femme se fit nettement plus froide. Malgré tout, elle voulait garder la face encore un peu de temps.

- Vous devez très certainement me confondre avec quelqu'un d'autre...

Irvine, lui, ne comprenait plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 22:59

Le petit groupe s'était éloigné de la scène de ce massacre. D'un commun accord silencieux, ils avaient décidé de se placer un peu à l'écart, afin de ne pas voir ces cadavres baignant dans des marres de sang. Une fois que tous furent près de la lisière d'une des grande forêt de la région, chacun alla discuter avec ses amis, mais l'attention globale était tournée vers Melody ainsi que les Ombres. En tout, ils étaient encore quatre. Face à tous les effectifs de l'expédition, qui avait désormais deux artéfacts en leur possession, ils n'avaient pas la moindre chance de vaincre. Étant donné que personne ne leur en voulait également pour le moment, ils se tenaient à carreaux, ayant bien conscience que leur survie ne tenait qu'à un fil. Iyoh, les mains dans le dos, patientait. Sans un mot, il attendait la venue du reste de leur groupe, normalement à proximité. Une fois qu'ils seraient en position de force, ils pourraient alors aviser. Snori s'était dirigé vers son collègue disparue dès qu'il avait pu le faire. Il en avait des questions à lui poser, pour sûr. Ce fut un grand sourire qu'il lui adressa en posant sa main sur son épaule, heureux de la revoir enfin, se souvenant que sur le coup, cette mort lui avait semblé inconcevable.

-Comment t'es tu débrouillée pour t'en sortir, Melody? demanda-t-il sur un ton proche de celui de la boutade.

Irwan attendait la réponse autant que Snori. Avec la disparition, le retour, Belwur, la seconde forme de l'artéfact, la mort de Gladys, il y aurait de quoi écrire des histoires exceptionnelles. Lorsqu'Irvine interpella Laly, Iyoh ne put s’empêcher de réagir. La négation de cette petite peste était tout simplement insupportable, surtout en sachant qu'une bonne part des efforts qu'ils avaient fait avait comme seul but de la retrouver.

-Nous savons tous qui tu es, Inès, alors ne joue pas à la plus maligne avec nous...

Forcée par ses amis, Zia avait fini par se relever. Elle marchais lentement auprès de Nino, qui n'avait de cesse de la regarder, pour s'assurer qu'elle allait bien. Il fallait dire que de nombreuses blessures, certes secondaires mais tout de même douloureuses, parsemaient son visage ainsi que le reste de son corps. C'étaient le genre de petites intentions appréciables par tous, la rouquine en avait conscience, mais en cet instant tout particulièrement, cette sur-protection l'agaçait plus que tout: c'était l'inverse même de ce dont elle avait besoin.

-Zia...commença l'adolescente.

-Fous moi la paix toi!

Elle ne s'en était pas rendu compte, mais elle avait hurlé. Sous le coup de la surprise, Llednar s'était arrêté et observait ses deux amies. Nino, d'un geste de la main, leur demanda à lui ainsi qu'à Oloren de les laisser seules. Elle se savait parfaitement apte à arranger les choses, et avait de surcroît envie de trouver elle aussi sa place au sein de ce groupe dont les mécaniques semblaient déjà bien huilées. Avec sa voix d'une délicatesse hors du commun, accompagné d'un petit sourire presque enfantin, la jeune fille tenta de trouver les mots justes.

-Vous n'avez pas à vous énerver, vous savez. Ce serait idiot. Il me semble que ce jour est plutôt heureux pour nous tous, non?

Dans un geste d'une violence ne lui ressemblant pas, l'hovoïte agrippa son interlocutrice au col, puis la plaqua rudement sur un arbre en plongeant son regard dans le sien. Accumulée à la tristesse, sa colère était titanesque, inébranlable. Dans un geste menaçant, elle leva son poing serré. Malgré le fait que Zia soit plus petite que sa camarade, elle était bien plus impressionnante qu'elle.

-J'ai pas besoin qu'on me dise ce que je dois faire! Compris?!

Ce sourire, niais. Elle avait bien envie de lui coller sa main dans la figure pour lui faire comprendre deux trois petites choses à celle-ci. Nino fut prise d'une légère quinte de toux, puis répondit à la fille qu'elle considérait comme son amie.

-Vous n'allez pas me frapper, si?

Sa colère était inébranlable. Pourtant, cette simple question la fit voler en éclat. Elle se rendit immédiatement compte du ridicule de ses actes, surtout envers une personne aussi bienveillante que Nino. Tombant littéralement des nues, elle relâcha son emprise, avant de s'effondrer de nouveau, lamentablement, telle une enfant. Où était donc la personne brave qu'elle rêvait d'être? En cet instant, sa famille lui manquait, l'ambiance du début de voyage lui manquait, l'excitation de son passage clandestin sur le navire oranien lui manquait, Alix lui manquait. C'étaient des débris de peine qui s'accumulaient depuis bien trop longtemps, et ce furent devant une fille qu'elle ne connaissait que depuis le matin même que tout se relâcha. Nino, plutôt que de la laisser dans cet état, marcha vers le groupe, en lui demandant de la suivre. Ce n'était sans doute pas avec elle que Zia avait besoin d'être, mais plutôt avec Oloren ou Snori, alors autant l'emmener à eux. Snori avait désormais bien des priorités: entre le récit de Melody, le cas de Laly, puis désormais celui de Zia...

Ils arrivèrent alors. Dans une chevauchée impressionnante, les vingt-huit Ombres fondirent sur le groupe, l'entourant sans lui laisser la moindre échappatoire, arbalètes déployées. Deux d'entre eux mirent pied à terre avant d'aller se placer près d'Iyoh, satisfait d'avoir enfin une compagnie désirable. Ils regardèrent simplement le trancheur, et hochèrent la tête. C'était ainsi. Bien loin, au plus profond de Nailika, Henrik Engels et Kurk Turner étaient morts. C'était un plan prévu depuis longtemps. Dès que les cinq chefs suprêmes avaient été choisis, ils s'étaient mis d'accord pour reprendre le contrôle de l'organisation, en conservant Gladys comme seule et unique meneuse. En voyant son cadavre, les nouveaux arrivants avaient compris sa trahison, dont ils se doutaient depuis déjà quelques temps.

-Edwig, Irvine, nous partons.

Les membres de l’expédition observaient, dépités, cette scène, sans rien y comprendre. Devaient-ils être terrorisés, ou bien rassurés de ne pas être attaqués? Qu'est-ce qu'Iyoh préparait? Comme pour répondre à ces interrogations, le jeune homme avança d'un pas en remettant ses gants de cuir en place. Ce fut avec un mépris évident qu'il s'exprima, et cela confirma bien des doutes: ils étaient encore ennemis.

-C'en est fini de Gladys, mais pas des Ombres. Je parle au nom des quatre chefs en disant que nous vous laissons Nigfol, Belwur, et la vie. Pour le moment. Passez les frontières de ce pays, retournez vous reposer dans vos granges, mais je nous tirerons à vue la prochaine fois que nous vous verrons. Vous êtes ici dans le territoire d'Igole Vrag. Partez sur le champ.

C'était là leur récompense pour les avoir aidé à vaincre Gladys. Sans eux, ils seraient tombé dans son piège et auraient servi encore longtemps cette usurpatrice. Ceci était rêglé, mais il restait encore un cas particulier. Presque à contre-cœur, Iyoh continua:

-Inès...nous prétendrons que Gladys t'as tuée...alors fuis à présent avant que je change d'avis...




_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Sam 7 Jan - 23:45

Arawn portait sur son dos Oloren, épuisée de la chaleure et visiblement inconsciente. Ilyanna avait retirée une bonne partie de son armure pour se rafraichir, au moins un minimum, et n'en était pas déçue. Nigmaëll était tout simplement insensible à la chaleur ... Avec la jeune fille sur le dos, le maître-loup alla vers le groupe de capitaine.

- Votre quête n'est pas finie, mes amis ... Si je puis vous nommer ainsi. Vous devez encore rentrer annoncer votre victoire à Nora, et honorer votre marché avec mon maître, Erlyn. Je sais ce que vous pensez, s'il n'est pas là, soit il est mort, soit il s'est enfui, mais je vous demandes quand même de faire ça pour lui. Pour nous. Je vais vous raccompagner, je sens que la petite est hors d'état de courir, pour une fois.

Nigmaëll rejoint Ilyanna, qui elle même rejoint Melody. Sur un ton gêné, elle s'adressa à la capitaine.

- Euhm ... Jennsen, je voulais savoir si ... Euh ... S'il était possible pour moi de ... Enfin ... Bref, je voudrais rejoindre vos rangs ... Voilà ...

La nailikane avait dû ravaler toute sa fierté pour demander cela, et elle s'en était mordu les lèvres un bon nombre de fois ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Dim 8 Jan - 0:07

Melody s'apprêtait à répondre à Snori lorsqu'elle vit les ombres s'approcher. Elle avait sorti en hâte les gants de Belwur et s'apprêtait à les mettre lorsqu'elle se rendit compte que les nouveaux arrivants n'étaient pas hostiles. Ils emmenaient juste les survivants de leur groupe. A ce que la capitaine cru comprendre, les intrigues avaient la belle vie à Nailika. Les chefs des ombres avaient étés éliminés. Et Melody n'était pas sûre que ce soit une bonne nouvelle pour eux... L'avenir le leur diraient... Elle eut une certaine surprise lorsqu'elle apprit qu'Illyanna voulait rejoindre l'armée Luuwrienne. Elle avait beaucoup changé sa vision de l'ancienne capitaine lorsqu'elle s'était renseigné sur elle, dans le QG des ombres. Au final, elle la pensait digne de confiance.

- Ce n'est pas de moi que cela dépend, mais je peux essayer d'en parler à mes supérieurs... Vos compétences seraient bienvenues! Je ne peux néanmoins vous donner aucune assurance...


Se levant avec les autres, elle prit un cheval noir ébène et le mit au trot. Retournant à sa place habituelle de chef de file de la petite troupe qu'ils constituaient, elle remarqua qu'elle avait encore l'Artéfact dans les mains. Elle se demandait si elle voulait réellement le réutiliser. Il était synonyme de force, de puissance, de respect, mais elle avait aussi vu en lui la folie, sous les ordres de Gladys. La capitaine effleura l'étrange cuir du gant, puis le rangea précipitamment lorsqu'elle aperçut Snori à ses côtés. Melody ne voulait pas qu'on croit qu'elle doutait de l'Artéfact de feu... Nigfol s'était révélé tellement utile... Ils se dirigèrent silencieusement vers le sud pendant une demi-heure, puis la jeune femme se décida enfin à répondre aux interrogations muettes de Snori, ainsi que celles de Roche et d'Irwan, qui les suivaient de près, attendant son récit. Se tournant vers eux, elle dit :

"Ne m'interrompez pas, je ne raconterai ce qui m'est arrivé qu'une seule fois."

Elle marqua une pause, puis reprit :

" Comme vous le savez, lorsque nous sortions des monts pourpres, j'étais blessé, démunie. Je pensais avoir échoué dans mon rôle de porteuse de Belwur, ainsi que dans celui de co-meneuse de ce groupe. C'est dans ce sentiment de désarroi total que j'ai senti que l'Artéfact m'appelait. Il m'indiquait sa présence. Je savais que les ombres s'en étaient emparés, mais j'avais cet espoir grotesque que je pourrai le récupérer dans mon état. Mais les Ombres m'attendaient. C'était un piège, dont Belwur avait été le complice... J'ignore pourquoi il a fait ça à ce moment là. Je ne pense même pas pouvoir le comprendre un jour... Enfin, lorsque Gladys m'attaqua, je compris -un peu tard- que je n'avais aucune chance de l'emporter. C'est pourquoi, dès son premier coup, j'ai feint la mort en baissant la température de mon corps au minimum grâce à mon don de brûleuse, et réduit mon rythme cardiaque à zéro grâce à l'enseignement de l'armée. Dès qu'ils furent partis, plutôt que de revenir vers vous, j'ai voulu les suivre, afin de profiter d'un de leurs moments d'inattention pour leur dérober ce que je considérais comme être mon bien. Malheureusement, je me suis rendu compte qu'un tel moment ne viendrai jamais. Alors, j'ai décidé de prendre la place d'Astrid, une des cinq leadeuses des ombres, bien connue pour se dissimuler sous un voile... Ainsi, j'aurais la possibilité de côtoyer Gladys régulièrement. Tuer la "femme au voile" ne fut pas une mince affaire, mais au bout de quelques jours de traque, je parvins à l'éliminer. J'avais alors accès à presque tous les plans des ombres. J'ai réussi à convaincre mon ennemie qu'elle devait nous aider à l'interception de votre groupe. Avec votre soutien, la tuer fut plus facile... Voilà, c'est tout..."

Melody venait de se confier, après près de trois semaines d'une vie totalement secrète. Cela soulageait, mais désormais, elle avait peur que le reste du groupe la juge, du fait d'avoir pris les mauvaises décisions... Elle jeta un coup d'oeil à Snori, puis Irwan et Roche, puis revint à Snori, attendant que ceux-ci donnent leurs jugements.

Sentant le malaise de son amie, Roche dit simplement :

- Je suis content que tu sois de retour parmi nous Melody.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Dim 8 Jan - 0:43

Irvine regardait Inès, le sourire aux lèvres : ils l'avaient retrouvée, elle était en vie. A ce moment là, il aurait tout donné pour qu'elle les suive et qu'elle revienne à Neims avec les Ombres. Mais voilà, elle l'ignorait, elle ignorait sa patrie et ce qu'elle était au plus profond d'elle même. Oui, elle était devenue cette dite "Laly" au comportement acerbe et désabusée, cette fille qui était désormais la porteuse de Nigfol et qui n'en avait plus strictement plus rien à faire de son peuple. Lorsqu'Iyoh gracia leurs adversaires, et même la révulseuse, le fils Vrag eut envie de hurler. Toute cette aventure pour rien ? Pour repartir bredouille ? Même sans elle ? Irvine n'en revenait pas, mais il n'avait pas le moindre mot à dire.

- Je devrais peut-être te remercier, Iyoh, mais les morts ne reviennent pas à la vie.


Laly avait écouté d'une oreille distraite le récit de Melody, regardant Tzumihi et Irvine dans les yeux, chacun leur tour. Certainement comme la militaire Jennsen, ils savaient le fin mot de l'histoire et toute la vérité. Plus que jamais, ce n'était qu'une question de minutes pour qu'elle éclate au grand jour et qu'elle soit démasquée. Pourtant, la jeune nailikanne ne se sentait pas vraiment prête à avouer tout cela. Llednar le savait, Nino sans doute aussi, Melody très probablement. Il y avait déjà assez de ses camarades dans la confidence, et surtout, elle ne voulait pas parler de tout cela maintenant. L'instant sera certainement propice dans quelques temps, mais au milieu de cette terre dévastée. Elle jeta un dernier regard à Irvine, un regard qui voulait dire tout un tas de choses que seuls eux pouvaient comprendre. Une fois à califourchon sur son cheval, elle s'adressa à ses alliés, le dos tourné aux Ombres.

- Partons, nous n'avons plus rien à faire ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Dim 8 Jan - 8:30

Avec ses quelques connaissances en médecine, Irwan pouvait dire que ce qu'avait fait Melody avait été incroyablement risqué. En stoppant ainsi son cœur, les chances qu'il ne reparte pas n'étaient pas négligeables, pourtant elle avait réussi. Les réactions à la suite de ce récit auraient pu être multiples, seulement les simples mots de Bartiméus suffisaient. Il y avait à présent bien d'autres priorités, d'autant qu'ils foulaient toujours le territoire ennemi, et que si les Ombres les laissaient tranquilles, ce n'était sans doute pas le cas de l'armée nailikane, plus revancharde. Snori, satisfait d'avoir entendu cela, alla à présent répondre à Arawn, lequel les avait rappelé à l'ordre quant aux prérogatives d'Erlyn. Ce dernier avait disparu sans laisser de trace, mais nul n'était possible sur le fait que leurs chemins se croiseraient à nouveau.

-Eh bien, Arawn, votre chef nous avait demandé de l'aider à vaincre une certaine personne, hors, voyez vous, le problème est que nous ignorons totalement qui elle est. Nous aiderons Erlyn si nous le pouvons, mais pas maintenant, car nous devons tout d'abord mettre nos propres vies en sûreté.

Ils allaient vers le Sud dans tous les cas. Les possibilités étaient multiples à présent. Soit ils passaient de nouveau par Hovo pour un voyage long d'un bon mois similaire à celui de l'aller, soit ils décidaient de descendre le fleuve embarqués sur bon esquif afin de rejoindre Rednow en moins de deux semaines. Par la suite, ils auraient le loisir de regagner Nora en passant à Luuwr, sans courir le moindre danger. Cependant, la Harte était sous le joug de Nailika sur une bonne moitié de leur trajet. Cela ne représentait certes que quelques jours, et ils disposaient du soutien éphémère de leurs anciens ennemis, mais devaient-ils prendre le risque? Soucieux d'avoir l'avis de ses camarades, le prince s'adressa à eux tous.

-Écoutez! Je propose que nous trouvions un navire afin de nous rendre à Rednow, le joyaux de Luuwr. On y sera en sécurité là-bas, et les grillades locales sont tout à fait exquises...

Il ne l'admettrait pas, mais cela constituait la principale raison de sa décision. Depuis plus de six semaines, leur alimentation avait été déplorable, hors il ne cachait pas sa grande gourmandise. Pour lui qui avait toujours obtenu ce qu'il désirait d'un claquement de doigt, se priver de bonne nourriture avait sans doute été l'une des épreuves les plus difficiles à surmonter. Zia restait auprès de Llednar et Nino. Au final, grâce à elle, son sourire commençait à revenir. La joie de vivre de cette gamine malade se répandait comme des rayons de soleil autour d'elle. En à peine quelques heures, elle avait réussi à attiser la sympathie de presque tout le monde, et cela avait permis de découvrir le rôdeur sous un tout autre angle. En compagnie de sa bien aimé, même s'il ne parlait pas beaucoup plus, il lui arrivait de rire avec ses amis, d'aller vers eux de temps en temps. Il avait enfin retrouvé sa sérénité si longtemps égarée.

-Alors, à cet instant, disait Nino à l'hovoïte, ils nous ont tous empilés dans ces grandes tentes. Oh, nous ne mangions pas très bien et vivions dans le peur, mais ce n'était pas si terrible que cela. Enfin...beaucoup ont tout de même péris. Mais je suis persuadée qu'il gardait espoir. Ils trouveront un héros un jour ou l'autre. D'ailleurs, je pense que nous avons trouvé le notre.

-Ouais. Il faut laisser les plus fort d'entre nous prendre cette place. Oh, j'y pense. Dis, Laly, continua-t-elle en se tournant vers la révulseuse, toute à l'heure, Iyoh et le nabot t'ont appelés Inès. Qu'est-ce que ça signifie?

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Dim 8 Jan - 11:21

Le moment était donc venu. L'intégralité de ses camarades savait à présent que Laly cachait quelque chose et, innocemment, Zia lui demandait de quoi il s'agissait. L'adolescente ne devait certainement pas s'attendre à ce qui allait suivre, ni elle et ni une bonne partie de ses camarades. La révulseuse garda le silences quelques instants, jetant un regard amical à Llednar : lui seul avait eu les détails de cette histoire. Elle secoua des cheveux bruns et craqua son cou.

- Inès est mon vrai prénom. En fuyant Nailika, j'ai changé d'identité. Je suis donc devenue Laly Cabrera la révulseuse, la grande gueule et la méprisante. J'ai vécu à Neims toute ma vie, je viens d'une famille très aisée et imbue d'elle-même. Aussi, j'ai connu personnellement Iyoh et les grands généraux des Ombres : leur politique, leurs convictions et leurs méthodes d'action, j'ai baigné dans ce monde toute ma vie et je les connais par coeur. Quelques jours avant de vous rencontrer, je me suis enfuie de Nailika, ce qui n'a pas été chose facile : j'ai été obligée de tuer, de mentir et même de jouer des mes charmes. Je ne savais pas vraiment où aller et que faire, mais j'étais heureuse d'avoir réussi à fuir ce peuple. Puis, dans la forêt de Luuwr, j'avais installé mon campement. Je n'avais que quelques vivres, cette tunique rouge qui m'avait permise de me cacher, mon arc, des flèches et une dague. Aucune carte, aucune boussole. C'est là où j'ai rencontré Llednar. On a fait un bout de chemin ensemble, nos chemins se sont séparés et il m'a donné cette carte précise et complexe qui nous a permis de nous localiser tout le voyage. La suite, tu la connais. Je l'ai retrouvé, j'ai rencontré Snori puis toi-même. Être révulseuse était une chance inouïe pour faire partie de cette quête, et je me disais que j'aurais sans doute besoin de cet artéfact pour plus tard. Et nous voilà ...

Laly s'arrêta quelques instants, prenant le temps de regarder ses camarades et d'inspirer un grand coup. Elle se tourna vers Melody.

- Si tu as côtoyé les Ombres, tu sais probablement ce que je vais dire. Le nabot dont tu parles, Zia, c'est Irvine Vrag, le fils d'Igole Vrag. Ce jeune homme est mon frère de dix-sept ans et, lorsqu'ils se sont aperçus de mon départ, les Ombres sont plus ou moins parties à ma recherche. Voilà, vous savez tout. Je suis Inès Vrag, la propre fille du dirigeant de Nailika.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   Dim 8 Jan - 12:10

Arawn fronça un peu les sourcils, et dirigea son regard vers Ilyanna.

- Tu étais au courant, n'est-ce pas ?

- ... Je l'ai supposé un instant. Je ne l'ai réalisé que tout à l'heure, lorsque l'ombre l'a appelée par son véritable prénom.

- Ça me rassure. Nous avons donc deux figures royales dans le groupe ! Pendragon, pensez-vous qu'elle sera accueillie correctement à Nora ? Mademoiselle Vrag s'expose à de gros problèmes si son identité est dévoilée. Avec votre accord, je continuerais de vous nommer Laly.

Fafnyr et Myzraël se poursuivaient, joueurs, à côté du groupe. Les animaux ne se souciaient donc de rien ? L'ex-capitaine nailikane s'avança.

( https://www.youtube.com/watch?v=nHlnupnEUJs&feature=channel_video_title )

- Nous devrions partir, maintenant. La route sera longue, et je pense que le temps que nous ont accordé les ombres est compté. Suivons les directives du prince, nous nous réjouirons devant un bon feu.

Pour la première fois depuis qu'ils s'étaient rencontrés, Ilyanna sourit. Gladys était morte, le groupe d'expédition avait les deux artéfacts, et ils tiendraient la promesse d'aider Erlyn dans la mesure du possible ... La pluie commença alors à tomber sur eux, comme pour une fin heureuse d'un roman pour jeune fille. Il était plus que temps de commencer le voyage du retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dernière ligne droite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dernière ligne droite
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» chicane en ligne droite?????
» [Ghata, Yasmine] La dernière ligne
» Dernière ligne droite pour le choix d'une machine
» casse cardan indéfini truggy power
» King Stephen - La tour sombre - La tour sombre T7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: