Le pot à crayon

Avec un crayon, on peut écrire dessiner, faire de la musique en tapant partout avec. On peut créer avec un crayon.Alors imaginez ce qu'on peut faire avec un pot à crayon!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Meilleurs posteurs
L.Hubs (2051)
 
Louis (1316)
 
Jaleniel (1165)
 
Pomme (687)
 
Margogotte (267)
 
Juliayte (145)
 
Apocax (99)
 
Gaï Mulkairn (89)
 
Nanasen (67)
 
Danck (64)
 
Derniers sujets
» Vestiges.
par Jaleniel Mer 18 Juil - 5:35

» Gallerie d'image des personnages déjà apparus ou non
par L.Hubs Mer 15 Mar - 18:18

» Topic 2 - Rêve Grand
par L.Hubs Mar 15 Nov - 18:52

» Mon top 20 des personnages du Pot [Pavé]
par L.Hubs Jeu 3 Nov - 2:52

» Focus: Igole Vrag
par Louis Lun 24 Oct - 9:22

» PNJ d'à travers le monde
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:14

» Nouveaux lieux
par L.Hubs Mer 5 Oct - 17:06

» Aron Ralston et son équipage - Cléome Apanine, Peter Crowe
par L.Hubs Mer 28 Sep - 21:09

» Topic 1 - Les pirates de North Blue
par Louis Mer 28 Sep - 16:50


Partagez | 
 

 Au nord des monts pourpres...

Aller en bas 
AuteurMessage
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Au nord des monts pourpres...   Ven 9 Déc - 18:14

Plus ils avançaient en direction du nord, plus la température remontait. Ils n'avaient plus de problèmes avec la neige, et Elevir avait réussi à récupérer de la nourriture à Jihit. Selon ses dires, il avait croisé un des Ombres à leur poursuite, mais maîtrisant à la perfection l'art du déguisement, il avait réussi à passer inaperçu. Les denrées qu'il avait ramené leur avait été d'une grande utilité, bien qu'elle ait considérablement alourdi leurs sacs. Elevir n'avait malheureusement pas eu le temps d'acheter des chevaux, car c'est à ce moment là qu'il s'était retrouvé face à face avec le Goliath des Ombres, qui heureusement regardait ailleurs. En ce moment même, alors que le soleil atteignait son zénith, ils dégustaient un poulet dont le prix avait fait bondir Irwan. En effet, "Geralt" faisait les courses avec l'argent du quinquagénaire , et grappillait au maximum la somme impressionnante que possédait le bibliothécaire. C'est donc sous son regard noir qu'Elevir mangeait avec énergie la cuisse d'un infortuné poulet.

Entrant dans le vieux bâtiment, en marge de Jihit, la femme au voile semblait arriver en conquérante. Ses recrues la suivaient, effacés et silencieux, bien qu'extrêmement compétents. Avec une femme tel que celle là, aussi imposante et sévère, il ne pouvait en être autrement. Elle avait entendu des rumeurs selon lesquelles le groupe de Iyoh, et Gladys elle même seraient ici. Parcourant les salles, elle tomba nez à nez avec le chef du groupe d'élite des ombres.

-Bonjour Iyoh, comment allez vous? dit la femme avec une voix gutturale et moqueuse. Elle avait entendu des rumeurs selon lesquelles la dernière mission de l'ombre avait été un véritable échec. Evidemment, elle se doutait qu'il ne lui dirait rien à ce sujet, tout comme elle ne dirais rien sur sa présence ici. Ainsi allaient les ombres, secrets, et pourtant à l’affût du moindre détail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Ven 9 Déc - 23:28

Gladys. Iyoh. Son propre père. Irvine avait toujours été entouré de fortes personnalités, de grandes figures militaires et politiques. Aujourd'hui, c'était la mythique la femme au voile qui lui faisait face. S'incliner ? Se taire ? Poser des questions ? Exprimer toute l'admiration qu'il avait pour elle ? Le jeune homme ne savait pas quoi faire, soufflé par l'honneur de sa rencontre, mais à la fois tétanisé par la peur. Oui, la doyenne des Ombres dégageait une certaine antipathie et un certain magnétisme. Irvine s'approcha, et d'une voix contrôlée, se présenta.

- Chère Madame, je suis honorée de vous rencontrer. Laissez-moi me présenter, Irvine Vrag, fils du dictateur Igole Vrag.

Laly continua à regarder Llednar dans les yeux. Au départ, elle hésita à baisser son regard, pour une simple et bonne raison : le rôdeur entraînait comme un malaise, et personne n'avait vraiment envie de se mettre sur son chemin. La révulseuse contempla quelques secondes Lev, toujours posé sur l'épaule de son maître. Mine de rien, ces deux là se ressemblaient : aussi froids et distants l'un que l'autre.

- Je te regarde, c'est tout. J'imagine la personne que tu pourrais être en fin de compte, car je sais que tu n'es pas totalement sincère, comme moi, comme nous tous. Tu peux faire autant de fois ta tête de blasé, de mec imperturbable, je sais que tu n'es pas qu'un cœur froid et dur. Tu ne parles à personne, personne ne te parle ou tu les envoies sur les roses, mais tu n'es pas totalement indifférent à nos vies. Enfin, pas aux vies de tout le monde. Cesse de voir l'agressivité ou le dédain lorsque quelqu'un te regarde, car ce n'est rien d'autre que de la curiosité et de l'intérêt à ton égard.

La jeune fille accompagna son petit discours d'une esquisse de sourire, puis rejoignit Elevir. Elle avait refusé le moindre contact avec lui depuis qu'il lui avait volé sa carte. Elle lui tapota sur l'épaule, et demanda d'une voix neutre :

- Je peux avoir ... une pomme ?

Marcher, sans son cheval nain. A présent, Alix se fatiguait relativement vite : sans destrier, ses petites jambes arrivaient difficilement à suivre la dextérité et la rapidité du groupe. Même si elle paraissait niaise, elle savait pertinemment que ses camarades n'allaient pas ralentir la cadence pour ses beaux yeux. Au bout de quelques minutes d'essoufflement, elle s'approcha de Roche. Le pauvre soldat n'avait vraiment pas l'air dans son assiette, malgré les jours qui l'éloignaient du souvenir de la mort de Melody. La mort. La tapissière ne s'était jamais vraiment attardée sur la question, oubliant presque que c'était une fatalité pour chaque être humain. Elle lui prit la main, à la fois pour la consoler et pour se sentir protégée : elle le considérait comme son grand frère, finalement. Pour une fois, la jeune fille se tut. A cet instant, elle était persuadée que le soutien et l'amour se transmettaient mieux par un geste comme celui-ci que par une association de mots sans grand intérêt. Et elle avait bien raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Sam 10 Déc - 17:29

Le voyage continuait, dans un cadre tantôt paisible, tantôt plus que tendu. Malgré les efforts de chacun et la bonne humeur de Snori, personne ne pouvait oublier ce qui était arrivé à leurs deux amies, dont les corps avaient tout simplement disparus. Le prince se surprenait souvent à espérer qu’Erlyn se soit occupée d’elle aussi, qu’il ait pu la sauver par quelque procédé, mais il n’y croyait vraiment pas. Il en aurait presque eu envie de rencontrer Iyoh de nouveau pour lui demander s’il était pour quelque chose dans tout cela, ce qui était fort probable. Le groupe faisait une petite pause au cours de laquelle tous étaient invités à se rassasier, mais, encore une fois, maître et élève s’entrainaient.

Les lames s’entrechoquaient souvent sans que jamais il n’y ait la moindre once de violence. Les gestes, malgré les impacts, étaient fluides, précis, à un tel point que leurs armes semblaient être le prolongement de leurs corps. Coordonnés, en harmonie, Zia et Snori dansaient ensemble, échangeant parfois au cours de leurs accolades mortelles des regards concentrés. Lorsque l’un rompait le pas en attaquant, l’autre trouvait toujours une faille, parait, et relançait le rythme. Aucun ne se battait avec le maximum de ses capacités, afin que l’autre puisse oser, serein : ils progressaient à grande vitesse, s’aidant l’un l’autre, atteignant des niveaux dont ils ne soupçonnaient l’existence, et devenant peu à peu les mêmes. Pourtant, l’un était indéniablement meilleur que l’autre.

Cela faisait déjà dix bonnes minutes qu’ils avaient entamés cette séance. Snori se déplaçait aisément, tandis que Zia, transpirante, commençait à haleter. Dans cet état de fatigue, elle se risqua à un coup d’estoc maladroit. Le prince contra sa lame, la déstabilisant, et lui faucha les jambes, la faisant tomber à la renverse. L’adolescente d’Hovo se retrouva sur le dos, les bras en croix, à regarder le ciel comme une idiote : elle n’avait rien vu venir.

-Et encore un pour moi !

-C’est…pas juste…tu es plus grand…

Snori fut pris d’un rire sincère, presque affectueux. Il se rendait compte peu à peu, principalement ces derniers jours, qu’il considérait Zia comme la petite sœur qu’il aurait aimé avoir. Ils se ressemblaient sur beaucoup de point, mais avaient assez de différences pour s’apprécier à leur valeur propre. Il lui tendit une main chaleureuse pour l’aider à se relever, main qu’elle apprécia de bonne grâce, avec un certain détachement qu’elle appréciait vraiment. Au départ, avant de le connaître, elle était vraiment amoureuse, mais désormais, les choses avaient bien changées. Elle l’adorait plus que tout, mais n’avait pas cette gêne qui existait auparavant. Ce qu’il se passait entre eux, de leurs avis partagés, s’approchait de la perfection.

Le discours de Laly avait fait le fruit de l’attention de chacun. Entrecoupé entre le reproche et l’espoir, ce dernier laissait un goût amer dans l’esprit de Llednar. La révulseuse était l’une des seules personnes qu’il appréciait dans ce groupe, de par son caractère qui s’assimilait autrefois au sien, mais elle avait changé. Depuis la mort de Melody, elle gardait son fort caractère, mais devenait plus ouverte, presque sympathique envers tout le monde, et le jeune homme prenait cela comme une véritable trahison, qui le blessait. Il s’approcha d’elle, et, dans un murmure, lui glissa :

-Je n’ai jamais prétendu que je ne vous appréciais pas.

À un tout autre endroit, près de Jihit. Cette femme qui ne montrait jamais son visage avait eu l'audace de tenter de ridiculiser Iyoh, devant ses deux sous-fifres. En temps normal, elle aurait été tranchée en deux par un élan de colère du jeune homme. Mais, le fait est qu'elle n'était pas n'importe qui. Au sein des Ombres, elle avait le même rang que lui, et le code d'honneur, qu'il respectait à la lettre, lui interdisait d'attaquer ses semblables. Plutôt que de chercher le conflit, il répondit donc avec la même prétention que son interlocutrice.

-Il est bien présomptueux de votre part de venir nous narguer, nous qui avons retrouvés l'artéfact dérobé, mystérieuse arrogante. Irvine, redresse toi. Il y a bien assez d'hommes et de femmes qui méritent que l'on s'incline devant eux sans que l'on ai besoin d'en faire de même pour les faibles. Je vous souhaite dans tous les cas un excellent séjour ici...

Ces derniers mots avaient été prononcés avec un sourire machiavélique, presque malsain, et une certaine once de folie dans ses yeux. Qu'elle ne cherche pas les problèmes, sinon il se ferait un plaisir de convoquer un tribunal spécial des Ombres, et se porterait volontaire pour être son bourreau. Il replaça son foulard blanc, et s'éloigna à pas rapide, les mains dans le dos, avant de se retourner à moitié pour demander:

-Avez vous honte de votre laideur pour la dissimuler ainsi, chère amie?

_________________
Time to tip the scales!


Dernière édition par L.Hubs le Sam 10 Déc - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Sam 10 Déc - 18:07

- Je sais, et je n'en doute pas une seule seconde. Je crois que tu sais que je t'apprécie, et avec ce qu'il se passe en ce moment, les disparitions ... bref, il valait mieux que tu le saches.

L'optimisme, ce n'était pas vraiment le point fort de Laly. De l'extérieur, elle paraissait être une femme forte et arrogante, pleine de suffisances. Bien sûr, une grande partie de sa personnalité était comme telle, refusant le point de vue d'autrui et persuadée que sa mentalité était la meilleure qu'il puisse exister. Mais au fond, la mort lui faisait peur, ce cercle infini et déterminé et cette fatalité l'empoisonnaient. Pourtant, personne n'aurait pu qualifier la révulseuse comme pusillanime, bien au contraire. Mais la course contre le temps, sentir cette épée de Damoclès au-dessus de son crâne, constante et interchangeable vouaient la jeune femme à une certaine faiblesse.
Les yeux baissés, elle chuchota :

- Tout sera bientôt terminé, vous finirez par savoir. Et je serai en paix avec Reingleff.

Comme une gamine, Laly ne put s'empêcher de désarmer Zia avec son don de révulseur. L'épée de l'adolescente atterrit à quelques mètres. Elle allait certainement s'énerver, hurler une insulte dans son patois, et la révulseuse s'en délectait d'avance. Pendant une seconde, elle avait oublié que Llednar était à côté d'elle.

Alix, quant à elle, s'ennuyait ferme. Maître Sushi, avec qui elle essayait de dialoguer depuis une bonne heure, semblait être entré dans une sorte de transe et se taisait. Bien sûr, la tapissière n'avait pas imaginé une seule seconde qu'il n'avait peut-être simplement pas envie de parler. Les bras croisés, elle regardait les alentours. Puis, elle ouvrit de grands yeux et s'exclama :

- Ooooh ! Une coliore ! Trop génial !

L'adolescente, inconsciente des risques que cela pouvait représenté, se mit à courir après ce petit serpent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Sam 10 Déc - 18:58

La coliore, agacée par les vibrations que créaient la jeune tapissière se retourna en sifflant. Sa mémoire n'était pas suffisante pour retenir la source de sa colère, mais lui permettait tout de même de se souvenir qu'un élément hostile était proche d'elle. De ses petits yeux vitreux, elle observait la forme vague d'Alix, se référant surtout aux "séismes" qu'elle percevait avec le déplacement de la jeune fille. Tel un ressort, elle sauta dans cette direction...

Elevir avait observé le comportement d'Alix, inquiet. Dans un milieu aussi hostile, une aussi jeune fille n'avait pas sa place... Il la suivit de près, et se rendit compte au dernier moment qu'elle suivait une coliore, et qu'elle avait apparemment réussi à l'énerver. Prenant sa canne à deux mains, une longue et solide branche d'un chêne centenaire qu'il avait pris le temps de sculpter, il se prépara à repousser la bête. Lorsque le serpent sauta en direction de la gorge d'Alix, il lui donna un fort coup de canne en pleine figure (de la bête, pas d'Alix!), ce qui la fit voler sur une bonne centaine de mètres. Assez fier de lui, le voleur s'écria : "Hors Limite", tel le sportif qu'il avait été dans sa jeunesse.

La femme au voile regarda Iyoh s'éloigner, réfléchissant à la manière dont elle pourrait comploter pour qu'il perde toute dignité et tout pouvoir parmi les ombres. Souriant sous les tissus qui cachaient sa tête, elle dit à haute voix : "Ma tête n'est peut être pas aussi belle que la vôtre Iyoh, mais je suis sur qu'elle restera sur mes épaules plus longtemps que vous". Recherchant Gladys pour lui faire son rapport de la dernière mission effectuée, elle bouscula Irvine sans ménagement. Un garçon aussi obséquieux ne méritait pas son attention, qui que soit son géniteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Sam 10 Déc - 23:23

Alix s'était approchée dangereusement de la coliore, son visage étant de plus en plus près de l'animal. Bien entendu, elle n'avait aucune idée de la dangerosité de son geste. Si l'animal se sentait agressé, il ne faisait aucun doute qu'il mordrait la tapissière, morsure qui s'avérait mortelle. Ignorant cette éventualité, elle approcha ses mains vers le petit serpent.

- Coucou toi ...

Un geste brusque. Un mouvement bref. Le corps de l'animal se raidit puis sauta au cou d'Alix. Cette dernière, dans un mouvement de frayeur, perdit l'équilibre. Pendant ces quelques secondes, l'esprit de l'adolescente s'était éteint. Il aurait été impossible pour elle de dire ce à quoi elle pensait à ce moment précis. Elle ne comprenait et de mesurait pas l'étendue de ce jeu mortel auquel elle s'était prêtée.

Ce fut Geralt, et le cadavre de la coliore qui la sortirent de ce moment d'absence. Elle y avait vraiment échappée belle, cette fois-ci. Toujours à terre, Alix regardait ce qu'il restait de l'animal : un corps visqueux et inerte. Tentant stupidement de ravaler un sanglot due au contre-coup, elle essuya ses mains sales sur ses haillons puis se releva. Les bras croisés, la tête baissée et honteuse, les cheveux ébouriffés, elle s'adressa à Geralt.

- Merci.

Un seul mot. Sincère et gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 0:06

Le cri d'Alix avait mit fin à l'entraînement de Zia et du prince, pour le plus grand plaisir de l'adolescente, qui n'en pouvait plus, et qui alla se désaltérer goulûment au ruisseau près duquel ils avaient établis leur campement de fortune. L'intervention de Geralt quant à la coliore était plus que bien perçue: sans lui, il ne faisait aucun doute que la tapissière aurait été en bien mauvais état. Fushy, avec sa connaissance de ces venins, aurait peut-être pu la sauver, mais cela aurait laissé des séquelles, et ce n'était pas du tout le moment pour qu'un des membres de l'expédition devienne un poids. Snori, après avoir jeté son épée près de son sac, alla s'accroupir aux côtés d'Alix, qui se remettait peu à peu de la grosse frayeur qu'elle venait de vivre. Il posa une main sur son bras, et la regarda, l'œil rassurant.

-Nous sommes là Alix, tout va bien...

Irwan observait la petite scène, l'air détaché, en griffonnant sur l'un de ses innombrables carnets, en tirant lui aussi sur une pipe, à l'instar de Geralt. Depuis le départ visiblement volontaire de Belwur, l'historien s'ennuyait ferme. Même si cela n'apportait jamais rien de bien constructif, les longues discutions avec l'avatar de ce dernier avaient au moins le mérite d'être distrayantes. Sa présence n'étaient pas comblée par les autres, ces jeunes, qui n'avaient pas d'attention à porter à un vieux rat de bibliothèque. Lorsque Melody était encore en vie, il n'était pas rare qu'elle vienne lui demander conseil, et cela lui manquait également. C'était là sa fonction principale, conseiller, ce qu'il faisait excellemment aux côtés de Kunz, poste qu'il aurait bien aimé occuper de nouveau. Savoir ce qu'il se passait à l'extérieur de cet endroit perdu, retourner aux affaires internationales. Oui, il avait plus d'ambition que celle de narrer les histoires d'une bande de jeunes, mais voilà, il était le prince, et, tout comme au roi, il lui avait prêté serment; et il devait veiller sur lui, ce gamin si imprévisible...

Zia profitait de ce petit moment de solitude près du ruisseau pour observer le paysage calmement, chose qu'elle ne s'était jamais essayée à faire. Certains y voyaient là un moyen comme un autre de faire le vide, de se ressourcer. Il ne lui fallut pas plus de quelques secondes pour se faire un avis: cela était fort ennuyant! Elle n'était pas le genre de fille à apprécier la passivité. Il fallait que ça bouge, quitte à agacer pas mal de monde. Rencontrer quelque bête à pourfendre, ça, pour sûr, elle aurait apprécié! Sa lame n'avait pas fait couler assez de sang depuis le début de ce voyage. À vrai dire, elle n'avait rien fait couler du tout. Lorsqu'elle revint au camp et qu'elle vit Snori près d'Alix, elle en fut presque jalouse, d'autant que c'étaient Geralt et Llednar qui s'étaient occupés d'elle lors de sa blessure dans les Monts Pourpres. Presque, car elle connaissait bien Snori, et qu'elle était sûre de compter plus que son amie à ses yeux.

Llednar...elle se souvint de cet instant, à Wuhm, où il lui avait sauvé la mise. Elle avait perçu dans son regard autre chose que de l'indifférence ou du dédain lors de cette altercation avec les Ombres. Il avait pris un risque en se rapprochant d'Éléonore, avait risqué sa vie d'une façon visiblement inutile, alors qu'il était d'habitude très prudent, mais ce qui la troublait le plus, c'était le bien-être qu'elle avait pu ressentir dans ses bras. Il était sans aucun doute du à un concours de circonstances, bien entendu, mais elle savait qu'il y avait également autre chose. Il fallait qu'elle le découvre un peu plus, même si cela ne lui plairait pas. Elle s'approcha de lui en flottant, et lui adressa encore une fois son sourire le plus charmant, qu'il regarda d'un œil étonné. Elle était mignonne, c'en était presque touchant.

-Dis, tu me racontes ton histoire?

-Non.

Une fois de plus, sa voix avait été sans appel. Ce ne serait pas aujourd'hui qu'elle découvrirait ses secrets, mais cela viendrait, elle en était persuadée. Elle fit mine de bouder, et lui tourna le dos en soufflant avec dédain.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 9:51

La performance d'Elevir n'avait pas passé inaperçu. En effet, perchés en haut des arbres ou cachés derrière les taillis, une vingtaine d'yeux l'observaient. Ces yeux étaient ceux d'un groupe de brigands qui dévalisaient tous les voyageurs passant dans ce coin de la forêt. Ils avaient de plus, une excellente raison d'attaquer ce groupe ci. En effet, Elevir, connu ici sous le nom de Ärne, avait roulé plusieurs fois dans la farine le chef des bandits, et ils en gardaient une énorme rancœur. En plus d'avoir dérobé l'ensemble de la nourriture et de l'or que détenait le groupe, Elevir était parti avec la femme du chef, et ceci en laissant comme ultime provocation un mot sur le lit du conjoint abandonné, insultant sa virilité défaillante. On comprend ainsi mieux la haine à l'égard de "Ärne"...

Zia, isolée comme elle était, était une cible de choix. Les bandits ne cherchaient pas à tuer le groupe, car ils pourraient surement en obtenir un bon prix au marché des esclaves de Nailika, c'est pourquoi l'un d'eux sauta sur la rouquine, et l'écrasant de tout son poids, hurla : "TOUT LE MONDE POSE SES ARMES, ON NE JOUE PAS LES HEROS". Pendant ce temps, le reste des assassins sortaient de leurs cachettes, leurs arcs pointés sur le reste du groupe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 13:37

En voyant cette armée de bandits, Alix, qui n'était pas encore remise de sa frayeur, s'accrocha à la jambe de Snori. Ces hommes avaient une mine patibulaire et semblaient prêts à tout pour les dépouiller du peu de richesse que le groupe possédait. Après quelques secondes de réflexion, Alix se rendit compte que ses compagnons et elle-même n'avaient aucune richesse particulière ... mis à part leurs vies.

On va mourir ... Ils vont me kidnapper et m'enfermer dans une cave, me donnant exclusivement des cacahuètes et des betteraves à manger ! En plus, je déteste les betteraves. Et si les autres mourraient ? Je veux pas qu'ils meurent moi, j'ai déjà perdu mon cheval nain, pas besoin d'allonger la liste des victimes de cette violence. Ils nous arrivent vraiment toutes les catastrophes imaginables, c'est pas croyable ... Et si c'était moi qui portait le poisse ? Je suis un boulet !

Laly, bien qu'elle soit surprise, ne se laissait pas déconfire devant ces bandits de contrebande. Elle avait de la présence d'esprit, il s'agissait maintenant de l'utiliser à bon escient. Si elle s'armait de son arc et de ses flèches, les risques que le groupe de fasse tuer dans les cinq secondes étaient hautement probables.

- Mais ... Pourquoi en venir tout de suite à la force ? Vous ne voulez pas discuter un peu avant de faire quelque chose que vous pourriez regretter ?


Devant les visages blasés et arrogants de leurs adversaires, la réponse était clairement négative. Grâce à son pouvoir de révulseuse, Laly tenta de les désarmer de leurs arcs, ce à quoi elle s'était entraînée quelques minutes auparavant sur Zia. A présent, sur une vingtaine d'hommes, la majorité était dépourvue d'armes, ces dernières étant tombées à leurs pieds. Le risque était grand, mais rester les bras ballants devenait de plus en plsu dangereux. La jeune femme se saisit d'un arc, qu'elle pointa vers les brigands.

- Je vous préviens immédiatement : tuer des hommes ne m'a jamais posée le moindre problème et, en toute modestie, je suis bien meilleure archère que vous tous réunis. Toujours prêts au combat ?

- Chut, tu vas les énerver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 13:56

Une révulseuse: c'était là un élément totalement fortuit dans ce petit larcin organisé. À la seconde près où Laly avait désarmé quelques uns de leurs ennemis, des centaines de solutions étaient apparues dans l'esprit de Llednar, et la plus évidente était la fuite. S'il courait maintenant, il avait toutes ses chances de s'en sortir, pourrait éventuellement dérober un cheval, et on ne l'embêterai plus jusqu'à Nailika. Après tout, c'était aux autres qu'on en voulait: un prince, une révulseuse, tant de gens rares qui avaient une certaine valeur, mais lui, en revanche, ne valait absolument rien. Il se décida, entama un pas rapide, et fut arrêté sur le champ par une flèche passant à quelques centimètres de sa tête. L'un des grands brigands, celui qui pointait une lame sous la gorge de Zia, leur dit d'une voix menaçante:

-On pose ses armes! À la première flèche que tu tirera, dix autres te transperceront, alors tu la ferme et tu poses ton putain d'arc! Baldin! Va chercher cet arc!

Le dénommé Baldin se dirigea vers Laly, avec un grand sourire. Elle semblait vouloir résister, mais il lui pointa du doigt son chef, qui était prêt à égorger la gamine à la seconde où elle ferait l'idiote. Ce bandit, plutôt fin pour un type de son espèce, avait un certain charme avec ses longs cheveux blonds plaqués en arrière et sa démarche assurée. Il posa tranquillement sa main sur l'arme de la révulseuse, et lui fit un "non" du doigt. Ce n'était même pas la peine de tenter quoi que ce soit. Snori, à l'affût de la moindre erreur de leur part, avait obéit, et avait lâché toutes ses lames. Il fallait agir, mais Zia était en danger. Ils trouveraient une solution plus tard. Cela lui faisait mal de l'avouer, mais ils étaient perdants pour le moment.

-C'est bon, nous nous rendons. Obéissez leur, de toute façon, nous n'avons pas le choix. Vous là, lâchez la.

Tous les hommes récupérèrent leurs arcs et mirent les membres de l'expédition en rang, pointant vers eux des traits mortels qui seraient lâchés au moindre faux pas. Celui qui était visiblement le chef lança la rouquine parmi ses amis après moult précautions. Elle tomba misérablement sur le ventre, et se dépêcha de se relever, furieuse.

-Je te préviens hülye, à la première occasion, je te coupe les...

-La ferme, abrutie, la coupa Llednar.

-Écoute donc les bons conseil de ton ami si tu veux rester en vie, fit remarquer Baldin.

Le brigand s'approcha de Zia, colla presque son visage au sien en lui serrant la mâchoire de sa main droite, et lui murmura, acerbe: "Sans quoi je me ferais un plaisir de te couper en tranches, compris?". Il la repoussa, et elle ne dut qu'à l'appui de Snori de ne pas tomber une fois de plus. Baldin se tourna vers Laly, l'air menaçant.

-Et ça vaut aussi pour toi, alors ne fais pas la maligne!

Un des brigands qui fouillait Geralt tira de sa poche une émeraude d'une taille considérable, l'air ébahi. Ça, c'était le type d'objets qui valaient une fortune à eux seuls.

-On dirait qu'Ärne ne revient pas les mains vide, regardez ça les gars!


_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis
Marchombre
avatar

Messages : 1316
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 14:30

Prenant spontanément la parole, Elevir anonça : "Oui, c'est heu... Un cadeau pour me faire pardonner... Pour Jack, en fait!". Il essaya de faire son plus grand sourire. D'ailleurs, j'aurai un marché à lui proposer... Tu es là, Jack?". L'homme, borgne et grand, n'avait pas un physique très sympathique. Il faisait un sourire carnassier à Elevir.

-Un marché, vraiment? Mais tu es sur qu'il vaut plus que ta gemme et la fille réunis? Je suis sur que Nailika donnerait énormément pour une révulseuse. Quant à la pierre, je n'en ai vu qu'une de semblable, et elle appartenait à un ombre. Auriez vous un rapport avec notre récent et merveilleux empire?

Donnant un coup de pied à Roche, mis à terre par deux bandits, il lui demanda : "Et toi, tu viens d'où? Et tu fais quoi ici, en pleine cambrousse?"

- Timothé Lars! Je fais parti du convoi marchand d'Ärne. On allait acheter de la soie et du coton pour le revendre dans Hovo.

- Tu sembles bien lourdement armé, pour un marchand, Timothé! fit un bandit, qui n'avait pas été abusé par le mensonge de Roche

- Les temps sont durs... répondit le soldat.
Ils étaient dans une très mauvaise situation... Si jamais ces kidnappeurs les emmenaient à Nailika, on saurait très vite qui ils étaient, et ils auraient alors droit à une execution sommaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 15:52

Alix, morte de peur, avait lâché la jambe du Prince et s'était recroquevillée. Parfois, elle ouvrait timidement un œil, et observait la scène qui se déroulait sous ses yeux, tout tremblotante, les mains moites.

Quant à Laly, elle lança d'abord un regard surpris et d'incompréhension, en direction de Snori. Abandonner ? Se rendre ? La révulseuse était abasourdie. Il ne faisait aucun doute que, s'ils ne combattaient pas, les bandits profiteront de la situation. Elle avait pour premier objectif de désobéir au Prince, de lancer une flèche meurtrière. Se laisser marcher sur les pieds, ce n'avait jamais été son style. Elle banda donc son arc dérobé vers celui qui lui faisait face, prête à le tuer et à déclencher un combat. Puis, elle se ravisa et abaissa son arme. Agir à chaud n'était pas l'idéal et faire courir à risque aux adolescents ou à n'importe qui d'autre n'était pas envisageable. Jetant violemment l'arme aux pieds de Baldin, elle répondit :

- Tiens, la voilà ton arme. Ah, il est hors de question que je serve d'appât ou de marchandise, je ne suis ni une bête de foire, ni à vendre. Foutez-moi la paix, bande de vautours.


La révulseuse n'était pas crédule au point de penser que cette simple phrase pouvait décourager les brigands. Mais, il fallait se rendre à l'évidence : si elle retournait à Nailika ou si elle faisait face aux Ombres, sa vie et sa liberté ne seraient qu'un triste souvenir. Revenir dans cette contrée dirigée par un dictateur comme Vrag, il en était hors de question. Cet homme était un malade, un fou furieux de la pire espèce qui n'avait aucun scrupule. La communauté des Ombres en était la preuve vivante.

Elle tourna ses yeux vers Geralt. Cela ne faisait plus aucun doute : il s'était joué d'eux. Elle n'aurait jamais du lui faire confiance ou changer d'opinion à son égard. Au final, elle se sentait stupide de s'être attachée à des gens qui n'en valaient certainement pas le peine. Lançant un regard noir au dit Ärne, elle soupira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 16:58

Leur camp se situait au Nord, à quelques heures de marche. Ils étaient venus ici en sachant qu'ils avaient beaucoup de chances d'y trouver quelque passant à dépouiller, et il s'agissait désormais d'aller montrer ce magnifique butin au reste des hommes. Là-bas, ils étaient plus de cinquante, tous prêts à recevoir une petite part du magot que leur tirerait cette dizaine de voyageurs. Il ne leur restait plus tant de temps que ça avant la tombée de la nuit, et il fallait donc se dépêcher désormais.

-Avancez!

Les brigands donnaient des légers coups à leurs prisonniers, qui n'avaient d'autres choix que de suivre les directives de leurs ennemis et de suivre leur rythme. Irwan, dernier de la file, releva Alix, toute tremblante, en la tirant par le bras. Son état lui faisait presque pitié tant elle semblait déboussolée. Plus que jamais, elle avait l'air d'un oisillon tombé du nid, et leurs agresseurs devaient sans aucun doute se demander ce qu'elle faisait ici, parmi une troupe si bien armée.

-Allez, lève toi gamine. Je ne sais pas encore comment tout cela va finir, mais ce n'est pas en restant par terre que les choses vont s'arranger.

Baldin, qui était visiblement l'un de ceux qui avaient le plus d'autorité, était en train de fouiller dans le sac de l'historien, et y découvrit avec surprise quelques carnets remplis. Avec curiosité, il y jeta un œil, et tomba très vite sur son véritable nom. Irwan Knell. Même si peu connaissaient son visage, tout le monde à Valato savait qui il était. Le second du roi Kunz Pendragon en personne, surement l'un des hommes les plus important de l'état le plus riche de ce monde. Il y avait là bien plus qu'un simple touriste. Contre sa vie, la rançon qu'ils pourraient demander valait bien plus que l’émeraude d'Ärne. La vérité était bien autre. Ce bijou qu'Elevir avait dérobé aux Ombres venait tout droit de l’île de Koïden, et était une source d'énergie quasi-inépuisable. Entre les mains des plus grands savants de cette ère ou de ceux qui se disaient alchimistes, une pierre d'une telle valeur pouvait être à l'origine de véritables miracles.

-Les gars! Vous savez qui est ce type barbu? Le grand Irwan Knell en personne! Je crois qu'on a tiré le gros lot aujourd'hui!

L'annonce fut accompagnée de quelques hurlements de joie, mais la plupart restaient bien concentrés sur leurs prisonniers. Ärne pouvait représenter une menace, ainsi que la révulseuse et leur chef, le petit blond. Ils ne se doutaient en aucun cas que Roche et Zia pourraient eux aussi leur causer bien des problèmes. Ce manque d'attention de la part des bandits, Snori l'avait immédiatement remarqué. Il s’apprêtait à faire discrètement signe aux deux principaux intéressés, mais une voix résonante dans son esprit l'en dissuada.

Ce n'est pas encore le bon moment, Snori.

Elle était cette fois ci bien plus claire que la dernière fois. Ce n'avait plus rien d'un murmure, et il s'agissait très clairement d'un timbre féminin. Le prince resta immobile quelques secondes, presque bouche bée, avant qu'on ne le rappelle à l'ordre par un petit coup derrière le crâne. Sans qu'il ne puisse s'expliquer pourquoi, il sentait qu'il devait obéir à cette voix qu'il venait d'entendre. Totalement abasourdi, il se remit à marcher au rythme du rang, et, au bout de quelques seconde, tenta de répondre à cette mystérieuse et invisible interlocutrice, dans le plus grand des silences.

Qui êtes vous?

C'était prévisible, mais il ne reçut pas de réponse. Cela faisait désormais deux heures qu'ils marchaient sans cesse, tandis que d'autres chevauchaient au pas à côté d'eux. Ils portaient tous les mêmes armures de fourrure, et portaient de longs sabres recourbés similaires à ceux de Melody. Sans doute les avaient-ils trouvés après avoir tué quelques soldats de l'armée luuwrienne. Baldin, qui venait de faire le tour des effectifs, alla s'adresser à Jack, avec une certaine indifférence.

-Dites, chef, les hommes n'ont pas vu de femmes depuis bien des semaines. Peut-être serait-il bon de...enfin, vous voyez...

Il n'y avait aucune honte ou gène dans ce qu'il proposait. Pour eux tous, le viol n'était pas si rare que ça.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 19:09

Devant cette demande, Jack regarda Baldin d'un air amusé. Le chef sortit derechef une cigarette, qu'il alluma gracieusement, puis en tira quelques bouffées. Imaginer ses hommes, à l'œil lubrique et au comportement jugé indécent, prendre du plaisir avec de telles jeunes femmes ne pouvait qu'être bénéfique à leur bien-être et à l'avancée du groupe. Il posa une main sur l'épaule de son acolyte, et lui adressa un clin d'œil

- Faites comme bon vous semble, et surtout, faites vous plaisir. Ne soyez juste pas trop violents avec elles : ces putains pourraient nous êtres utiles pour plus tard.

Alix, silencieuse, marchait aux côtés d'Irwan. La tête baissée, les yeux au bord des larmes, elle regardait inlassablement ses chausses. Elle les portait depuis des années, étaient trop petites et usées jusqu'à la corde. Ses parents n'avaient jamais voulu lui repayer une paire, jugeant cet investissement inutile. Au fond, peut-être qu'ils n'avaient pas tort. Elle aurait aimé posé des milliers de questions à l'historien : sur la vie, sur le passé, sur ce qu'il allait advenir d'eux. L'homme ne semblait pas être tactile, au contraire, c'était une personne assez renfermée. Plus Alix y réfléchissait, et plus elle avait l'impression qu'il n'était vraiment heureux de faire partie de cette quête. Pourtant, et en connaissance de causes, la tapissière s'osa à prendre la main de l'historien et à lui demander :

- Monsieur Irwan, vous avez peur de la mort ?

Laly, elle, rageait en silence. Elle sentait bien qu'ils étaient tombés dans un sacré traquenard. Elle ne cessait de regarder Geralt, pestant intérieurement contre lui, et réfléchissant à un moyen de ne pas l'encastrer dans un arbre. Son regard dévia vers ses autres camarades. Llednar, bien que fidèle à lui-même, avait une pointe de terreur dans ses yeux. Quant à Zia et Snori, ils semblaient inquiets. Finalement, à mieux les regarder, la révulseuse se rendit compte d'une chose terrifiante : il n'y avait qu'elle qui n'arrivait pas à garder la tête froide, et son comportement était clairement un frein pour se sortir d'une telle impasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 19:36

L'un des bandits se mit à approcher d'Alix, probablement déterminé à lui faire subir ses sombres envies ... Sa course fut extrêmement accélérée, et déviée, lorsqu'il reçut un coup de poing venu de nul part. Le responsable apparût environ une seconde après. Une telle tignasse épaisse et rose ne pouvait être qu'Oloren, visiblement plus furieuse que jamais. Leur vitesse de déplacement était bien supérieur à celle du groupe d'expédition, grâce aux loups d'Arawn, et ils n'eurent aucune difficultés à les rattraper.
- LE PROCHAIN QUI OSE SEULEMENT S'APPROCHER D'EUX, JE LE PULVÉRISE !

Erlyn arrivait tranquillement, soupirant.

- J'avais dit qu'il ne fallait pas foncer dans le tas, Oloren, tu n'écoutes jamais ?

- Qu'importe, maître, tout ce qui compte maintenant c'est la vie de ses amis ...

C'était difficile à croire, mais celle qui se tenait devant le groupe d'expédition entier, pour le défendre, était la plus fragile et peureuse d'entre eux. Malgré qu'Erlyn et ses gardiens arrivaient eux aussi, c'était elle qui était là pour faire face, avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 20:20

Irwan jaugea la gamine du regard, ayant vraiment pitié pour elle, qui était si fragile en cet instant. Ne serait-ce que pour la sortir de ce mauvais pas, il aurait fait bien des efforts, mais il attendait un signal de la part de Snori ou de Roche. Ils étaient actuellement les deux seuls à pouvoir définir le moment opportun, et tous les autres risquaient de commettre de graves erreurs. Il fallait pour le moment s'en remettre à eux, et espérer qu'ils agissent au plus vite. L'historien, en attendant, pouvait au moins engager la conversation avec Alix, ce qui aurait sans aucun doute le mérite de la faire penser à autre chose. Il s'éclaircit la voix, et fut pris d'une légère quinte de toux, avant de répondre:

-La question n'est pas de savoir ce que je crains ou pas. Nous allons tous mourir un jour, c'est un fait qu'il faut accepter, mais le plus important, c'est de savoir ce que l'on fait de son vivant. Alix, si jamais tu...

Il fut interrompu par un cri perçant de Jin. L'un des bandits venait de la plaquer au sol, et observait les lignes de son corps, l'œil vitreux. Vu la situation, la beauté naturelle de la danseuse et sa tenue un tant soit peu indécente n'avaient pas aidé les choses: ce fut presque naturellement que plusieurs hommes s'étaient dirigés vers elle quand Jack leur avait donné l'autorisation d'assouvir leurs désirs refoulés depuis bien trop longtemps. Zia, sur le qui-vive, avait réagit au quart de tour, et avait donné un grand coup de poing à celui qui était sur le point de violer leur amie, qui s'était débattue tant bien que mal. Sous l'impact, le balourd vacilla, mais se releva immédiatement pour rendre la pareille à l'adolescente; hors leur différence de gabarre ne lui donnait aucune chance en temps normal. Sauf qu'elle s'était entraîné pendant des années, encore plus intensément durant le voyage, et ce n'était surement pas pour perdre en un contre un face à ce lascar ridicule. Se servant de la force de son adversaire, elle pivota sur le côté et le fit chuter en lui tirant le bras et en lui infligeant une balayette sommaire. Dans la continuité, elle tenta de s'emparer de la lame qui pendait à la ceinture du vaincu, mais ses alliés vinrent lui prêter main forte. Elle reçut un grand coup de pied en plein estomac, ce qui eut pour effet de lui couper sèchement le souffle, la laissant à genoux, les yeux écarquillés.

-Zia!

Snori tenta de se dégager, mais nombre d'arcs lui rappelèrent qu'il était actuellement prisonnier. Encore une fois, la fougue de son élève l'avait menée à sa perte. Elle était bien trop sûre d'elle, incapable de garder son sang froid, et ne s'était même pas rendu compte qu'elle n'avait pas qu'un seul ennemi à vaincre. Si elle n'était pas intervenue, elle aurait peut-être eu la chance de passer innaperçu, mais désormais, sa situation était des plus inconfortables. Un autre type s'approchait dangereusement d'Alix. Au final, Laly était la seule qui allait s'en tirer indemne si les choses continuaient ainsi. Zia était désormais plaquée au sol par deux colosses pointant vers elle des dagues rouillées et accédées, oscillantes entre le gris et le brun. Entre deux éclats de rire malsains, ils se glissaient des remarques comme quoi ils allaient bien prendre soin d'elle, tout en lui affligeant de grandes gifles quand elle se débâtait trop.

-Ne me touchez pas! Ne me touchez pas! répétait-elle, au bord des larmes.

-Lâchez les! Lâchez les sinon...

-Sinon quoi? demanda une de ces brutes, moqueuse. Tu va nous frapper de tes mains nues, nabot?

La flèche de l'arc était presque tendue sur sa tempe. Cela le dégoûtait, mais il ne pouvait absolument rien faire. D'un rapide coup d'œil, il se rendit compte qu'il en était de même pour absolument tous ses compagnons. Allaient-ils donc assister à cette scène sordide, sans rien pouvoir faire? Et où était-elle, cette femme qui lui parlait, pour lui dire ce qu'il devait faire ou pas dans ce genre de moments? Il était plus impuissant que jamais. Lui qui était le prince de l'Oran, lui qui se pensait puissant, qui avait remporté tant de combats, ne faisait que cumuler les échecs depuis que ce voyage avait commencé, et il allait se terminer ainsi. Des bandits, des simples bandits, allaient les vendre après avoir violé leurs amies. C'était bien plus qu'il ne pouvait en supporter, mais il n'avait pas le choix. Il tomba à genoux, en larme les dents serrées. Il ne voulait pas voir ce qui allait se passer. Llednar avait observé Snori tomber petit à petit. Si même leur leader perdait espoir, alors ce n'était même plus la peine de continuer à y croire. Tout était perdu. Lev était toujours quelque part, dans les cieux, mais que pouvait un si petit aigle contre vingt hommes armés jusqu'aux dents? Rien.

Lorsque Zia et Alix commençaient à être dévêtues, Jin était déjà presque morte. Ils avaient été quatre à trouver là leur affaire. Les nombreux pans de son corps laissés à nus présentaient une chair bleuâtre, totalement anéantie par le froid mordant du sol forestier. Elle avait résisté pendant quelques minutes, mais avait fini par cesser de se débattre lorsque le deuxième de ses agresseurs avait commencé à la violer. Son corps inerte semblait se fendre peu à peu au rythme des vas et viens, jusqu'à que son visage n'affiche aucune autre expression qu'une terreur sans nom. Son âme et son corps venaient d'être anéantis, et la perspective qu'il puisse arriver la même chose à ses camarades lui donnait des nausées. En observant son état, Jack s'exclama, avec un dédain évident:

-Elle ne sert plus à rien comme ça...tuez la.

Le dernier des brigands profita jusqu'au bout de ce corps juvénile, et trancha la gorge de Jin sans aucune vergogne, dans un gazouillement sanglant insupportable. Alors qu'Alix était sur le point de subir elle aussi ce procédé révoltant, Oloren arriva, accompagnée d'Erlyn et de ses gardiens, symbole tant attendu d'un espoir qui se faisait incroyablement faible. Snori ne pensait plus à cela. Jin venait de mourir, sous leurs yeux, après avoir été sauvagement violée à plusieurs reprises par les hommes les plus indésirables de Valato. L'arrivée des renforts avait créé une seconde de flottement dans les rangs des bandit. Une simple seconde, qui suffit au prince pour mettre en mouvement le mécanisme de sa vengeance. Il allait les massacrer.

Il se releva d'un coup sec. Le truand à sa gauche n'eut que le temps de tourner la tête: Snori venait d'agripper son poignet et d'y donner un coup de genoux monstrueux, suffisant pour qu'il lâche son arc. Il s'en empara et frappa, brisant sur le coup l'arme, dont il planta un morceau du manche à la base du cou de son adversaire, qui entama une chute lente. Le prince, ne perdant pas une seconde, récupéra la dague qui gisait au sol, la lança sur le visage d'un autre brigand, la récupéra, et entama sa danse mortelle. Il en avait déjà tué quatre lorsque Llednar comprit qu'il était temps d'agir. Il fonça vers Zia, et repoussa d'un grand coup d'épaule son agresseur. La rouquine se releva et accorda un uppercut ravageur dans les parties les plus sensibles de celui-ci, qui s'effondra comme ses camarades. Le combat avait commencé de toute part. Vu la proximité, les bandits n'avaient pas le temps de bander leurs arcs: il fallait donc se battre au corps à corps. Snori venait de plaquer un grand blond au sol, et lui assénait un énième crochet en plein visage. Il n'aimait pas se battre, encore moins tuer, mais en cet instant, il était habité par une colère sans nom. Oloren était de retour, et c'était une bonne nouvelle, mais elle n'avait aucune importance. Se venger. Rien d'autre ne comptait.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 21:15

Alix écoutait avec attention l'historien, captivée par son éloquence et par son calme. Elle buvait littéralement ses paroles, lorsque le cri de Jin se fit retentir. La jeune danseuse s'était faite très discrète durant tout le voyage, mais la petite tapissière avait porté une admiration toute particulière à cette demoiselle gracieuse, belle et touchante. A présent, la voir à terre, prisonnière de la force, de la violence et de la perversité d'une bande de brutes la choquait terriblement.

Sur le point de prendre ses jambes à son cou, elle sentit une odeur écœurante, un mélange de tabac froid, d'alcool, de transpiration et de lubricité. Une main sale retenait son buste, tandis qu'une lame acérée frôlait la joue de l'adolescente. Certes, Alix était naïve, voire niaise, mais le corps sans vie de Jin était le miroir de ce qui l'attendait. Elle savait ce qu'était le viol, l'abus de la faiblesse de jeunes filles comme elle que prônait certains hommes vicieux. Que faire maintenant ? Elle tentait de se dégager, poussait quelques cris de terreur tout en sanglotant.

- Par pitié, laissez-moi partir ... Je ... je ... je ne veux pas ...

Les paroles de la jeune fille étaient vaines. Le brigand, d'un sourire malsain et édenté, encerclait ses poignets, provoquant d'importants hématomes autour de ses membres. A moitié nue, ses haillons n'étaient que d'anciens souvenirs, laissant place à des vulgaires bouts de tissu. A cet instant, Alix avait envie de mourir, de s'évanouir et que cette humiliation s'arrête. Tout d'un coup, elle entendit la voix réconfortante d'Oloren. Son amie n'était pas morte finalement, elle était là, pour la sauver. Quand la brute la lâcha, la petite tapissière tituba, tomba à la renverse, se releva et commença à courir. Elle trébucha à de nombreuses reprises, sous le choc, tentant de retenir ce qu'il restait de ses vêtements sur son corps. Elle n'avait pas fait cinq mètres qu'elle entendit un brigand hurler :

- Attrapez là !

Laly avait assistée, déconfite, au viol et meurtre de Jin, à la violence dont avait fait preuve les hommes vis à vis des deux adolescentes. Elle avait eu une chance indécente, celle d'être ignorée dans cette déferlante de crimes. C'était le moment. Le moment de décharger toute la haine accumulée depuis des jours. Elle s'approcha d'un adversaire, lui mit deux grands coups de genou dans l'estomac, qu'elle fit suivre d'un coup de poing dans le nez. L'homme était à présent à terre, son visage ensanglanté et tuméfiée. Pourtant, la révulseuse n'en avait pas terminé avec lui. A sa ceinture, une dague était suspendue. Elle s'en saisit, coupant un à un les doigts de la main droite de son adversaire. Bizarrement, elle ressentit un plaisir malsain à le faire souffrir, à entendre ses cris de douleur mêlé à la pitié. Cependant, elle n'avait pas prévu la venue d'un de ses acolytes. L'homme en question la prit par surprise par un grand coup de coude dans les côtes. Laly étouffa quelques secondes, essayant tant bien que mal d'éviter les coups du bandit. Mais, handicapée par le coup précédent, elle était clairement désavantagée, et, laissa malencontreusement la dague tomber à ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 21:23

Erlyn aussi commençait à jouer avec les tripes de son côté. Il avait relevé de peu sa capuche, et chacun des brigands l'attaquant et regardant droit dans ses yeux se retrouvait comme arrêté par une force qu'ils ne pouvaient soupçonner. Beaucoup connaissaient le criminel sous ses cinq titres, mais aucuns ne connaissait son visage, et la terreur qu'il propageait avec ses yeux. Il fit partager cette terreur, accompagné d'un abominable sourire à l'homme qui maîtrisait Laly. Le sentiment qui l'envahi le fit lâcher prise ... Mais Erlyn remplaça se sentiment par son épée, lui brisant le crâne en deux.

Près du corps de Jin, Oloren s'était agenouillée. Elle avait été grossièrement déshabillée et clairement abusée, et ce à plusieurs reprises. Comment pouvait-on se permettre une telle action dans un monde déjà si déséquilibré par une guerre pleine de rage... En vérité, la jeune fille aux cheveux roses se moquait complètement des principes humains, tout ce qui importait, c'était que cette personne était Jin. Aucun don particulier pour le combat, elle était plus qu'un poids pour l'expédition, mais, aux yeux d'Oloren, il s'agissait quand même d'une amie. Toute la colère en elle se réveilla à l'approche d'un soudard.

Le soldat observa la jeune fille froncer les sourcils sur un regard de haine. Dans un instant de silence, on put entendre dans tous le campement cinq petits claquement osseux enchaînés. Le soudard venait de poser sa tête contre son fessier, la colonne vertébrale entièrement brisée. Derrière elle arrivait un autre bandit. Oloren se retourna, et enfonça son épingle droite dans l'estomac du bandit. Puis une lame, sorti du bout de sa botte, au niveau de la cuisse, sa jumelle dans le foie, la seconde épingle dans l'épaule, replantant la première dans son crâne. Le violeur venait d'être troué de part en part et d'être escaladé par une gamine énervée.

Tandis qu'Üdek récupérait un échantillon de sang de chacun des brigands morts, ses compagnons s'occupaient des autres membres de l'expédition. Ilyanna et Nigmaëll leur rendaient leurs armes, trouvé sur des cadavres et dans les présentoirs des brigands. C'est Arawn qui s'occupa en personne d'Irwan. Le jeune dompteur voyait en l'historien la sagesse d'un ours âgé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 22:04

Un à un, les brigands tombaient sous les lames. La colère grondait en Zia, mais elle était encore dans un état de choc qui l’empêchait d'agir. En contrepartie, Snori tuait pour deux. Il se livrait à un véritable massacre, allant bien plus loin de la neutralisation à laquelle il tenait, prenant même plaisir à faire couler le sang. Cette vision d'horreur, bien plus que le viol, dégoûtait Llednar. Tant pour rassurer l'adolescente que pour échapper à ce carnage, il s'était placé en face de Zia, et lui demandait si ça allait, ce à quoi elle ne répondait rien, se contentant de frissonner et de sangloter lamentablement. Ce qu'elle avait vécu était sans aucun doute traumatisant, et elle avait eu de la chance de s'en sortir à si bon compte, étant donné que personne n'avait rien eu le temps de lui faire. Pourtant, elle avait pu imaginer ce qui aurait pu se passer, en observant l'immonde corps de l'homme qu'Oloren venait de tuer se mouver sur Jin, prendre du plaisir à la détruire de l'intérieur. Elle était choquée, certes, mais même dans cette situation, elle ne put s’empêcher de penser à Alix, qui venait de fuir à travers la forêt.

-Je vais bien, va aider Alix...

Le jeune homme hocha la tête, et se lança à la poursuite de la petite tapissière, qu'il rattrapa très vite tant ses mouvements étaient saccadés. Il ne savait pas encore si elle avait été violée ou pas, mais elle était dans un bien piteux état, et se retrouvait presque nue dans cet endroit humide et glacial, où quelques traces de neige étaient encore visibles. Il posa une main sur son épaule pour lui signaler sa présence, tout en lui indiquant silencieusement qu'elle était hors de danger. Elle grelottait. Llednar ôta sa longue cape et la passa autour des épaules de l'adolescente. Il se retrouvait ainsi en pantalon noir serré, ainsi qu'en débardeur. Du cuir enroulait ses poignets, tandis qu'une armure légère était présente sur son épaule gauche. Le simple fait d'enlever son vêtement fétiche lui donnait une apparence toute autre. Il poussa un léger sifflement, et Lev vint se poser sur ce qui lui servait depuis toujours de socle.

-On va rester ici, et personne ne te fera de mal. Ça va aller. On ne laissera personne approcher.

Certains des scélérats commençaient à fuir, comprenant que ce retournement de situation ne jouait pas du tout en leur faveur. Désormais, le désespoir et la peur était de leur côté, et Snori ne comptait pas leur accorder le bénéfice du doute. Pour ce qu'ils avaient fait et ce qu'ils n'avaient pas eu le temps de faire, ils devaient périr. Retrouvant son kunaï, il le lança droit devant lui. La lame sombre se disloqua jusqu'à devenir une parfaite étoile et de se planter dans le dos d'un fuyard, avant de revenir à son lanceur qui avait simplement eu à tirer sur la chaîne. Un autre courait, bien plus vite, et de façon bien plus intelligentes, en se mouvant à travers les arbres. De là où il était, impossible de l'atteindre d'un trait simple. La chaîne traça une ligne horizontale, happée par un des nombreux chênes de cette forêt, la faisant ainsi prendre brutalement un virage. Snori était derrière, mais pourtant, l'étoile de jet arriva devant sa cible, et se planta dans son thorax, avant d'en ressortir dans un giclement de liquide infect.

En somme, ils étaient quatre à avoir pu s'enfuir, dont Jack et Baldin. Six autres étaient toujours en vie, désarmés, au sol, suppliant du regard ceux qui venaient de massacrer leurs frères. Il ne fallait avoir aucune pitié avec ces gens là. Snori avait retrouvé son épée, et comptait bien faire chuinter son acier six fois de plus.

Assez de sang à coulé, Snori.

Découragé par le simple son de cette voix que lui seul entendait, il baissa les bras, poussa de grands halètements, observant pendant quelques secondes le massacre dont il était l'un des participants, puis alla s'agenouiller près de Zia, pour laquelle il s'inquiétait énormément. Dès que leurs regards se croisèrent, elle éclata en larmes, se plongeant dans ses bras. Bientôt, il la rejoint dans sa tristesse en prenant peu à peu conscience que ce qu'il venait de se passer était réel. Jin était morte, de la plus horrible des façons qui soit. Même s'il n'avait pas d'affinités particulières avec elle, jamais il ne lui aurait souhaité tant d'horreur. C'était un comble pour la catin qu'elle était de finir ainsi.Irwan, le seul à être encore en bonne possession de ses moyens, s'avança vers le groupe d'Erlyn, qui leur avait sauvé la mise une fois de plus, et de façon magistrale. Il évita soigneusement de le regarder dans les yeux, car il s'était rendu compte pendant le combat de l'état des adversaires de l'homme aux cinq titres. Avant toute chose, il s'adressa aux survivants des bandits.

-Partez d'ici, chiens, et qu'on ne vous revoie pas!

Après qu'ils se soient exécutés sans demander leur reste, l'historien continua, à l'adresse d'Oloren et des autres:

-Content de te revoir gamine, dommage que ce soit dans de pareilles circonstances. On te croyais morte toi aussi. Est-ce que vous savez quoi que ce soit à propos de Melody?

Avec un peu d'espoir, ils l'avaient peut être tirée d'affaire elle aussi.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaleniel
Marchombre
avatar

Messages : 1165
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23
Localisation : Devant mon pc.

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 22:35

Erlyn rajusta sa capuche. Oloren, rappelée à la raison par la voix d'Irwan, rangea toute lame, et observa ses victimes. Tellement de sang, et de cadavres. Elle n'avait jamais tué qui ou quoi que ce soit. Le changement était radicale. Elle venait de tuer non pas un homme, mais quatre, c'était cassée la main en éclatant le crâne du premier, grâce à sa vitesse. La douleur ne la fit pas pleurer. En revanche, le fait de savoir que tous ces hommes, même s'ils le méritaient, avait été tués de sa main, la mis à sac. Elle tomba à genoux et commença à pleurer.

Arawn fit profiter de sa voix à l'historien.

- Lorsque nous sommes arrivés, les loups furent perturbés par un parfum d'orlïn, un arbre qui ne pousse que dans cette région, je suppose que vous en connaissez les vertus. Il n'y avait que quelques flaques de sang, dont une bien plus imposante. Il n'y à pas vraiment eu de lutte, vu l'état des lieux, en revanche, je peux assurer que Mlle Jennsen, tout comme Iyoh Tzuzi ... Tzumi ... Euhm, votre ancien poursuivant, ont été présent là-bas.

Ilyanna, terre à terre, pris la parole à son tour.

- Faut se rendre à l'évidence, vous l'avez perdue pour toujours. J'en suis sincèrement désolée, mais il va falloir faire votre deuil, comme pour Jin.

Elle était dure dans ses paroles, mais l'ex-capitaine était réellement navrée. Pas vis-à-vis de l'amitié ou de la fidélité que lui portaient certains membre, mais pour la femme et la guerrière qu'elle était. Nulle mieux qu'elle ne pouvait comprendre à quel point il était dur d'être une femme dans une armée de machos.

Erlyn s'était posté auprès de Snori, et lui susurra quelques mots.

- Nous avons bien des choses à nous dire, prince, mais en attendant, je voudrait que vous alliez prendre Oloren dans vos bras. Je vais m'occuper de Jin, avec Nigmaëll. Elle à besoin de vous, ils ont TOUS besoin de vous, Snori Pendragon. Ce genre d'intervention est une chance que vous ne pouvez vous permettre d'attendre chaque fois. Prenez enfin votre rôle en main. Laissez de côté le jeune homme. Devenez ce que vous avez toujours été. Devenez leur roi.

Le criminel s'imaginait que le petit discours qu'il venait de donner au prince ne le toucherait pas pour le moment. En revanche, il espérait qu'il s'en souviendrait le moment venu. Il lui donna une petite tape sur l'épaule, avant d'aller vers ce qui restait de Jin. Nigmaëll l'avait déjà un peu rhabillée.

Erlyn la porta jusqu'à une pierre un peu près plate, où Üdek traçait des inscriptions dans le sang. Il posa la jeune fille sur la stèle, et s'éloigna. jetant et gelant de l'eau sur la défunte, Nigmaëll lui sculpta un splendide sarcophage ne laissant voir que son visage, à jamais splendide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/jaleniel
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Dim 11 Déc - 22:57

Le visage d'Alix était gonflé, tout comme ses deux grands yeux marrons rougis par les pleurs. Elle avait trouvé refuge dans un coin sombre de la forêt. Là, assise entre les ronces, les feuilles mortes et l'ambiance glaciale, elle songeait à la vie, à la mort. Elle pouvait encore percevoir le bruit du combat, de la bataille qui battait encore son plein : les hurlements, les lames qui s'entrechoquaient et autres cris de terreur résonnaient dans l'esprit de la jeune fille. Elle scruta quelques instants son corps nu et décharné : il était parsemé de nombreuses plaies peu profondes, de coupures, de bosses et d'ecchymoses. Seulement, comparés aux maux intérieurs, à la détresse psychologique à laquelle elle faisait à présent face, ces blessures physiques paraissaient bien dérisoires. La tête enfouie dans ses genoux, elle ne pensait plus à rien. L'adolescente était totalement déboussolée, ne sachant plus vraiment bien ce qu'elle devait penser. Puis, une main sur son épaule. Un sursaut.

C'était Llednar. Comme toujours, l'arrivée du rôdeur s'était faite extrêmement discrète, pratiquement imperceptible. Ce fut un sentiment de soulagement qui habitait Alix. "Personne ne te fera de mal". Elle avait terriblement envie de le croire, et avait décidé de lui accorder sa confiance. Elle acquiesça d'un timide mouvement de tête. Le temps semblait s'être étrangement arrêté en cet instant, comme s'ils étaient seuls dans cet endroit reclus. Puis, elle accepta les vêtements tendus par le jeune homme, constatant avec effroi qu'elle était toujours nue sous ces maigres bouts de tissus. Sa nouvelle tenue enfilée furtivement, elle noua ses longs cheveux blonds en un chignon négligé. A cet instant, elle avait l'air d'avoir vieillie, de part son accoutrement mais aussi par son maintien. Oui, elle n'avait plus rien de commun à la petite tapissière retrouvée clandestinement sur un bateau. Elle semblait avoir pris au moins cinq ans, et était bien plus belle. Un silence s'était installé entre les deux jeunes, un silence évident. Alix aurait voulu le prendre dans ses bras pour le remercier, lui faire connaître sa gratitude par des mots ou par des gestes, mais elle n'avait pas le moindre idée ni le courage de le faire. Elle tendit simplement sa main vers lui, attendant sa réaction.

Laly se relevait doucement, crachant quelques filets de sang. Elle aperçut le crâne fendu de son adversaire, et soupira de soulagement. Jin était morte, une de trop. Les morts de l'autre camp étaient méritées, mais la révulseuse sentit comme une sorte de gêne vis à vis d'eux. Finalement, se poser comme voleuse d'âmes était loin d'être une satisfaction. Elle chassa rapidement cette idée de son esprit, se leva difficilement et s'approcha courbée de ses camarades. Elle leur adressa un sourire triste, un sourire qui mêlait à la fois la peur et l'espoir. Un sourire qui engageait la fureur de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Lun 12 Déc - 17:43

La main d'Alix, comparé à la sienne, était tout simplement minuscule. Assise à même le sol, les cheveux attachés et cet air grave sur le visage, elle ne ressemblait en rien à l'adolescente qu'elle était au quotidien, toute sa joie de vivre semblant s'être évaporée en quelques minutes. Elle tendait le bras vers elle, comme pour se raccrocher à une minuscule lueur, au loin, après l'enfer qu'elle venait de vivre. Llednar était apitoyé par cet aspect. Sa cape était bien trop grande pour elle, mais elle avait au moins le mérite de lui éviter une quasi-nudité honteuse. Afin d'être à sa hauteur, il s'accroupit, et posa sa paume sur la sienne en la regardant dans les yeux pendant quelques instants. Une certaine confusion pouvait se lire sur le visage de la tapissière, qui devait sans aucun doute trouver qu'elle réagissait à tout cela d'une façon bien stupide, et qui avait sans doute peur du regard que celui qui lui faisait face pouvait porter sur elle, mais la vérité était qu'il se fichait éperdument d'elle. Il était venu la chercher car Zia lui avait demandé de le faire, c'était là la seule explication. Une fois qu'il la sentit à peu près rassurée, il la redressa lentement et la ramena à pas lents vers la tombe de Jin, autour de laquelle tous se réunissaient, en prenant bien soi d'éviter les cadavres fétides. Irwan, en la voyant arriver, alla la voir à son tour.

-Content de voir que tu vas bien gamine. Ils ne t'ont rien fait?

Zia, qui préférait prendre leur situation avec optimiste, se releva bien vide en séchant ses larmes. Elle n'avait été ni violée ni tuée, alors il lui semblait injuste que ce soit elle qui s’apitoie. Qui plus est, les chevaux des bandits étaient encore attachés aux arbres: ils avaient enfin trouvé les montures qui leur faisaient défaut depuis les Monts Pourpres. Son katana de Nora, retrouvé par terre à quelques mètres de là, fut rengainé dans son fourreau puis attachée dans son dos. Elle s'en voulait terriblement d'avoir échoué quand elle avait voulu attaquer. Si elle avait vaincu le deuxième homme, Snori aurait pu agir plus tôt, et Jin ne serait pas morte. Tout ce qui venait d'arriver était entièrement du à son manque de réactivité, alors même que son mentor avait tenté de lui faire comprendre que c'était à elle d'agir. Perdre contre deux abrutis par simple manque d'attention, c'était bête, mais que cette défaite cause la mort d'une amie, c'était bien pire. Oui, elle culpabilisait, mais elle ne partagerait pas ce sentiment pour autant, au risque de se donner inutilement en spectacle. Son regard se tourna vers le prince, qui discutait avec Oloren, visiblement ému de la retrouver, à juste titre. Ses doigts caressaient lentement son visage presque adulte, comme s'il s'agissait d'un rêve devenu réalité.

-C'est vraiment toi...On était sûrs que tu y était passée...Tu ne peux même pas imaginer à quel point je suis heureux de te revoir...

Jin. Même si elle avait été discrète, sa compagnie avait été agréable pour tous, dans n'importe quelle circonstance. De tous, elle était sans doute la seule à n'avoir jamais attiré les foudres de qui que ce soit dans le groupe qu'ils formaient. Llednar restait pourtant impassible face à sa disparition. Elle ne savait pas se battre et n'avait aucun talent particulier; si elle n'était plus là, cela ferait une bouche de moins à nourrir, et cela améliorerait l'état physique de tous les autres. Perdre des traînées comme elle, si sympathique qu'elle fut, ce n'était finalement pas une si mauvaise chose. Ces pensées étaient répugnantes, il en avait conscience, mais sa situation ne lui permettait pas de résonner autrement. Chaque jour, chaque minute de gâchée, entraînait quelque part une adolescente vers une mort certaine, une adolescente qui était la seule à la connaître vraiment. Elle était tout simplement sa raison de vivre, et le fait de pouvoir la perdre elle lui causait bien plus de souffrance que le monde entier ne pourrait le faire. Il alla prendre quelques dagues et autres lames malpropres sur les cadavres, les enfourna à sa ceinture, et alla s'adosser à un arbre, les bras croisés, en attendant que les autres soient prêts à repartir. Avec sa cape, cela ne se voyait pas, mais ses muscles fins étaient relativement bien dessinés, bien plus que ceux de Snori, qui se soumettait pourtant à des entraînements au combat réguliers.

-Merci monsieur, je crois que vous nous avez sauvé aujourd'hui.

La rouquine venait de s'incliner devant Erlyn, preuve du respect qu'elle avait pour lui. Il n'avait rien de particulièrement admirable, mais il était venu à leur secours, et cela comptait énormément. Zia n'était pas le genre de filles à se verser dans les formules de politesses, mais pour une fois, elle respectait les codes hovoïtes.

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme
Griffon
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Lun 12 Déc - 22:28

Alix posa son menton sur ses genoux, regardant avec fascination les contours de sa main et sa différence de taille par rapport à celle de Llednar. Elle ne pensait plus vraiment à ce qu'elle venait de vivre, à toutes ces horreurs dont elle avait été témoin. Non, son esprit était vide, et c'était à peine si elle ne se comportait pas comme une machine : sans pensée, sans parole, sans souvenirs, sans espoir. Cet instant semblait être ancré dans une réalité totalement extérieure à celle qu'elle avait vécu depuis quinze ans. La quête n'existait pas, le Prince de l'Oran non plus, tout comme une étrange fille aux cheveux roses. Dans son imaginaire, l'adolescente était seule, le rôdeur n'était qu'un figurant, qu'un élément du décor.

En fin de compte, suis-je vraiment normale ?

Toujours uniquement vêtue de la cape de son camarade, elle se leva, et manqua de vaciller. Le trajet jusqu'au reste du groupe se fit dans un silence quasi religieux. Les cris des oiseaux, le doux bruissement du vent et le bruit de leurs pas venaient rompre ce calme presque pesant. Une fois devant la tombe de Jin, Alix sentit sa gorge se resserrer. La vision de son cadavre était encore présent dans son esprit, trop présent. Elle était à deux doigts d'éclater en sanglots quand Irwan dévia son attention de la défunte.

- Non, c'est bon.

Ses mots n'étaient pas plus explicites, mais elle ne savait plus quoi dire, ni s'il y avait une limite à ne pas franchir dans ce genre de situation. Elle se contenta donc de frotter son visage, tout en maintenant difficile la cape de Llednar sur ses maigres épaules.

Avec les évènements récents, la colère de Laly envers Geralt s'était atténuée, mais n'avait pas disparu pour autant. Bien au contraire, plus elle le regardait, et plus elle voyait en lui un homme fourbe et lâche, prêt à tous les trahir à la moindre occasion ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Hubs
Marchombre
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   Mar 13 Déc - 19:18

Le soleil se couchait lentement, plongeant peu à peu ce sinistre spectacle dans l'ombre. Après avoir pris possession des chevaux, toute la troupe était allée installer un camp de fortune un peu plus loin, à une distance assez grande pour que l'odeur du sang ne vienne pas jusqu'à leurs narines. Fort heureusement, personne n'était blessé, que ce soit physiquement ou psychologiquement. Zia avait déjà repris du poil de la bête sur tous les plans, et s'était dit que le prochain homme qui essaierait de la toucher finirait en tranches. Plutôt que de se laisser abattre, elle prenait tout ce qu'elle venait de vivre comme une leçon, dont elle tirait des enseignements très instructifs. Elle s'était assise près du feu, et se réchauffait les mains tout en s’enroulant dans une couverture de laine qu'ils avaient trouvés dans le butin des bandits.

Le cas d'Alix était le seul à demeurer préoccupant, mais personne ne pouvait faire quoi que ce soit pour elle. Certaines personnes étaient spécialisés dans la science de l'esprit, savaient faire revenir les autres sur la bonne pente, mais ce n'était le cas d'aucun des membres de l'expédition. Certes, tous possédaient quelque chose d'unique qui leur permettait d'être appréciés ou de pouvoir remonter le moral, mais ce n'était pas suffisant aujourd'hui. Snori, soucieux de tirer un trait définitivement sur cette histoire, était allé engager une conversation avec Erlyn.

-Nous avons encore trois semaines, peut être deux à cheval. Faites ce que vous voulez, mais si vous désirez nous accompagner, nous ne serions plus que jamais pas en mesure de refuser votre aide. À vrai dire, je commence à douter de notre capacité à mener notre mission à bien. Si nous tombons encore sur des Ombres, nous ne tiendrons pas bien longtemps, j'en ai peur; et notre voyage nous emmènera en territoire nailikan...

Quoiqu'il réponde, ils allaient repartir demain, avec six chevaux pour un minimum de dix aventuriers.



[HRP: si quelqu'un veut créer un nouveau topic, qu'il le fasse. Je ne m'en occuperais pas.]

_________________
Time to tip the scales!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au nord des monts pourpres...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au nord des monts pourpres...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» scooter club du nord
» Club de lecture dans le Nord...
» Rando : Pic Saint-Loup Face Nord
» cobblestone run 3 (Nord) 2,3,4 Mai 2008
» coucher de soleil sur les monts d'auvergne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pot à crayon :: À l'aventure!-
Sauter vers: